Zydol xl 200 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

ZYDOL XL 200 mg comprimés à libération prolongée.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 200 mg de chlorhydrate de tramadol.

Excipient à effet connu:

Chaque comprimé à libération prolongée contient 1,00 mg de lactose monohydraté (voir rubrique 4.4).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Comprimé à libération prolongée

Comprimés blancs, pelliculés, de forme ovale d’environ 15 mm de longueur, marqués T 200 d’un côté

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de la douleur modérée à sévère.

Ces comprimés sont indiqués chez les adultes et les adolescents âgés de 12 ans et plus.

4.2 Posologie et mode d’administration

Voie d’administration

Utilisation orale

Posologie

La dose doit être ajustée à l’intensité de la douleur et à la sensibilité de chaque patient. La dose correcte effective la plus faible pour l’analgésie doit généralement être sélectionnée. Le dosage correct par patient individuel est celui qui contrôle la douleur sans effets secondaires ou tolérables pendant 24 heures complètes. Les patients transférés à partir de préparations de tramadol à libération immédiate doivent avoir leur dose quotidienne totale calculée et commencer à la dose la plus proche dans la gamme ZYDOL XL. Il est recommandé de titrer lentement les patients à des doses plus élevées afin de minimiser les effets secondaires transitoires. La nécessité d’un traitement continu doit être évaluée à intervalles réguliers, car des symptômes de sevrage et une dépendance ont été rapportés (voir rubrique 4.4). Une dose quotidienne totale de 400 mg ne doit pas être dépassée, sauf dans des circonstances cliniques particulières.

Adultes et enfants de plus de 12 ans:

La dose initiale habituelle est d’un comprimé de 150 mg par jour. Si le soulagement de la douleur n’est pas atteint, la dose doit être augmentée jusqu’à ce que le soulagement de la douleur soit atteint.

Patients gériatriques:

Un ajustement de la dose n’est habituellement pas nécessaire chez les patients jusqu’à 75 ans sans insuffisance hépatique ou rénale cliniquement manifeste. Chez les patients âgés de plus de 75 ans, l’élimination peut être prolongée. Par conséquent, si nécessaire, l’intervalle de dosage doit être étendu en fonction des besoins du patient.

Insuffisance rénale / dialyse et insuffisance hépatique:

Chez les patients présentant une insuffisance rénale et / ou hépatique, l’élimination du tramadol est retardée. Chez ces patients, l’allongement des intervalles posologiques doit être soigneusement examiné en fonction des besoins du patient.

Comme le tramadol n’est éliminé que très lentement par hémodialyse ou par hémofiltration, une administration post-dialyse pour maintenir l’analgésie n’est généralement pas nécessaire.

Population pédiatrique de moins de 12 ans:

ZYDOL XL n’a pas été étudié chez les enfants. L’innocuité et l’efficacité de ZYDOL XL n’ont pas été établies et le produit ne devrait pas être utilisé chez les enfants.

Méthode d’administration

Ces comprimés doivent être pris à des intervalles de 24 heures et doivent être avalés entiers et non brisés, écrasés ou mâchés.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1. L’intoxication aiguë par l’alcool, les hypnotiques, les analgésiques à action centrale, les opioïdes ou les psychotropes. Le tramadol ne doit pas être administré aux patients qui reçoivent des inhibiteurs de la monoamine oxydase ou dans les deux semaines suivant leur retrait.

Le tramadol ne doit pas être utilisé pour le traitement du sevrage des narcotiques.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Le patient peut développer une tolérance au médicament à usage chronique et nécessiter des doses de plus en plus élevées pour maintenir le contrôle de la douleur. Une utilisation prolongée peut entraîner une dépendance physique et un syndrome de sevrage peut survenir lors de l’arrêt brutal du traitement. Lorsqu’un patient ne nécessite plus de traitement par le tramadol, il peut être recommandé de diminuer graduellement la dose pour prévenir les symptômes du syndrome de sevrage.

Il existe un potentiel d’abus et de développement de la dépendance psychologique aux analgésiques opioïdes, y compris le tramadol, par conséquent, le besoin clinique de poursuivre un traitement antalgique doit être revu régulièrement. Le traitement doit être de courte durée et sous surveillance médicale stricte. Ces comprimés doivent être utilisés avec un soin particulier chez les patients ayant des antécédents d’abus d’alcool et de drogues.

Le tramadol ne convient pas comme substitut chez les patients dépendants aux opioïdes. Bien qu’il s’agisse d’un agoniste opioïde, le tramadol ne peut pas supprimer les symptômes de sevrage de la morphine.

Des convulsions ont été rapportées à des doses thérapeutiques et le risque peut être augmenté à des doses dépassant la limite de dose quotidienne supérieure habituelle. Les patients ayant des antécédents d’épilepsie ou ceux susceptibles de faire des crises ne doivent être traités au tramadol que s’il existe des raisons impérieuses. Le risque de convulsions peut augmenter chez les patients prenant du tramadol et des médicaments concomitants pouvant abaisser le seuil épileptogène. (voir la section 4.5). Le tramadol doit donc être utilisé avec précaution chez les patients sujets à des troubles convulsifs.

Le tramadol doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant un traumatisme crânien, une augmentation de la pression intracrânienne, une atteinte sévère de la fonction hépatique et rénale et chez les patients en état de choc.

Des précautions doivent être prises lors du traitement de patients souffrant de dépression respiratoire, ou si des médicaments dépresseurs du SNC sont administrés en même temps, car la possibilité d’une dépression respiratoire ne peut pas être exclue dans ces situations. Aux doses thérapeutiques, la dépression respiratoire a été rarement signalée.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’administration concomitante de tramadol avec d’autres médicaments à action centrale, y compris l’alcool, peut potentialiser les effets dépresseurs sur le SNC.

Le tramadol peut induire des convulsions et augmenter le potentiel d’inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), d’inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN), d’antidépresseurs tricycliques, d’antipsychotiques et d’autres médicaments hypocalipémiques (bupropion, mirtazapine, tétrahydrocannabinol). provoquer des convulsions.

L’utilisation thérapeutique concomitante de tramadol et de médicaments sérotoninergiques, comme les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine-noradrénaline (IRSN), les inhibiteurs de la MAO (voir rubrique 4.3), les antidépresseurs tricycliques et la mirtazapine peut entraîner une toxicité sérotoninergique. Le syndrome sérotoninergique est probable lorsque l’un des symptômes suivants est observé:

• Clonus spontané

• Clonus inductible ou oculaire avec agitation ou diaphorèse

• Tremblements et hyperréflexie

• Hypertonie et température corporelle> 38 ° C et clonus inductible ou oculaire.

Le retrait des médicaments sérotoninergiques entraîne généralement une amélioration rapide. Le traitement dépend du type et de la gravité des symptômes.

Le traitement simultané avec la carbamazépine peut réduire l’effet analgésique en raison d’une réduction des taux sériques de tramadol et de son métabolite actif.

L’administration concomitante avec la cimétidine est associée à une légère prolongation de la demi-vie du tramadol, mais ce n’est pas cliniquement pertinent.

Le ritonavir administré en concomitance peut augmenter les concentrations sériques du tramadol et entraîner une toxicité au tramadol.

La toxicité de la digoxine s’est rarement manifestée lors de l’administration concomitante de digoxine et de tramadol.

Autres dérivés de la morphine (y compris anti-tussives, traitements de substitution), benzodiazépines, barbituriques: risque accru de dépression respiratoire, pouvant être mortel en cas de surdosage.

Agonistes / antagonistes mixtes (par exemple buprénorphine, nalbuphine, pentazocine); L’effet analgésique du tramadol, qui est un agoniste pur, peut être réduit et un syndrome de sevrage peut survenir.

Des cas isolés d’interaction avec des anticoagulants coumariniques ayant entraîné une augmentation du RIN ont été signalés; il convient donc de prendre des précautions lors du début du traitement par tramadol chez les patients sous anticoagulants.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation du tramadol chez les femmes enceintes. Des études chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction, mais pas d’effets tératogènes (voir rubrique 5.3). Le tramadol traverse la barrière placentaire et son utilisation chronique pendant la grossesse peut provoquer des symptômes de sevrage chez le nouveau-né. Par conséquent, il ne devrait pas être utilisé pendant la grossesse.

Le tramadol administré avant ou pendant la naissance n’affecte pas la contractilité utérine. Chez les nouveau-nés, il peut induire des modifications de la fréquence respiratoire qui ne sont généralement pas cliniquement pertinentes.

Allaitement maternel

Pendant la lactation, de très petites quantités de tramadol et de ses métabolites (environ 0,1% d’une dose intraveineuse) sont présentes dans le lait maternel humain. Par conséquent, le tramadol ne doit pas être administré pendant l’allaitement.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le tramadol peut causer de la somnolence, une vision floue et des étourdissements qui peuvent être favorisés par l’alcool ou d’autres dépresseurs du SNC. S’il est affecté, le patient ne doit pas conduire ou faire fonctionner de la machinerie.

Ce médicament peut altérer la fonction cognitive et affecter la capacité du patient à conduire en toute sécurité. Cette classe de médicaments est dans la liste des médicaments inclus dans les règlements en vertu du paragraphe 5a du Road Traffic Act 1988. Lors de la prescription de ce médicament, les patients doivent être informés:

• Le médicament est susceptible d’affecter votre capacité à conduire.

• Ne conduisez pas jusqu’à ce que vous sachiez comment le médicament vous affecte.

• Il est interdit de conduire si vous avez ce médicament dans votre corps au-delà d’une limite spécifiée, sauf si vous avez une défense (appelée «défense légale»).

• Cette défense s’applique lorsque:

o Le médicament a été prescrit pour traiter un problème médical ou dentaire; et

o Vous l’avez pris selon les instructions données par le prescripteur et dans les informations fournies avec le médicament.

• Veuillez noter que c’est toujours une infraction de conduire si vous êtes inapte à cause du médicament (c.-à-d. Que votre capacité de conduire est affectée).

Les détails concernant une nouvelle infraction au Code de la route concernant la conduite après que les drogues ont été prises au Royaume-Uni peuvent être trouvés ici: https://www.gov.uk/drug-driving-law.

4.8 Effets indésirables

Les catégories de fréquence suivantes constituent la base de la classification des effets indésirables:

Très commun (≥1 / 10)>

Commun (≥1 / 100 à <1/10)>

Peu fréquent (≥1 / 1,000 à <1/100)>

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000)>

Très rare (<1/10 000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

très commun

Commun

Rare

Rare

Très rare

Pas connu

Troubles du système immunitaire

Hyper-sensibilité

Réponses anaphylactiques et anaphylactoïdes

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Diminution de l’appétit

Hypoglycémie

Troubles psychiatriques

Dépendance à la drogue

Hallucinations

Cauchemar

Humeur altérée

Humeur euphorique

Dysphorie

Diminution de l’activité

Illusion

État confus

Troubles du système nerveux

Vertiges

Somnolence

Mal de tête

Paresthésie

Hyperactivité psychomotrice

Trouble cognitif

Perturbation sensorielle

Jugement altéré

Convulsions

Troubles oculaires

Vision floue

Troubles cardiaques

Palpitations Tachycardie

Bradycardie

Troubles vasculaires

Hypotension orthostatique

Hypotension

Effondrement circulatoire

Hypertension

Flushing

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

Aggravation de l’asthme

Dépression respiratoire

Bronchospasme

Respiration sifflante

Problèmes gastro-intestinaux

La nausée

Vomissement

Bouche sèche

Des vomissements

Constipation

Douleur abdominale

La diarrhée

Troubles hépatobiliaires

Enzyme hépatique augmentée

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Hyperhi-drosis

Prurit

Téméraire

Urticaire

Angioedème

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Faiblesse musculaire

Troubles rénaux et urinaires

Trouble de la miction

Dysurie

Rétention urinaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Syndrome de sevrage médicamenteux pouvant inclure:

• agitation;

• l’anxiété;

• nervosité;

• l’insomnie;

• hyperkinésie;

• tremblement;

symptômes gastro-intestinaux.

Asthénie

Comme ces comprimés sont fabriqués en utilisant une matrice insoluble à partir de laquelle l’ingrédient actif est progressivement libéré, le patient peut remarquer la matrice dans leurs fèces.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les symptômes de surdosage sont typiques des autres analgésiques opioïdes et comprennent le myosis, les vomissements, l’effondrement de l’appareil circulatoire, la sédation et le coma, les convulsions et la dépression respiratoire. Dans les cas graves, un surdosage en tramadol peut entraîner une issue fatale.

La gestion

Une voie aérienne du patient doit être maintenue. Les antagonistes opioïdes purs tels que la naloxone sont des antidotes spécifiques contre les symptômes du surdosage opioïde induit par le tramadol, bien qu’ils ne s’opposent pas aux effets inhibiteurs du tramadol sur les effets de réabsorption de MAO ou de libération de sérotonine. D’autres mesures de soutien devraient être employées au besoin. Naloxone devrait être utilisé pour inverser la dépression respiratoire; les crises peuvent être contrôlées avec du diazépam. En cas de surdosage, envisager l’utilisation de charbon actif si le patient se présente moins d’une heure après l’ingestion de tramadol, à condition que les voies aériennes du patient puissent être protégées.

Bien qu’il puisse sembler raisonnable de supposer que l’administration ultérieure de charbon actif peut être bénéfique pour les préparations à libération prolongée et les médicaments qui ralentissent la vidange gastrique, il n’existe aucune preuve d’essais cliniques à l’appui.

Le tramadol est minimalement éliminé du sérum par hémodialyse ou hémofiltration. Par conséquent, le traitement de l’intoxication aiguë par le tramadol avec hémodialyse ou hémofiltration seule ne convient pas à la désintoxication.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Analgésique, Autres opioïdes. Code ATC: N02AX02

Mécanisme d’action

Le tramadol est un analgésique à action centrale. C’est un agoniste pur non sélectif des récepteurs mu, delta et kappa-opioïde avec une plus grande affinité pour le récepteur mu. D’autres mécanismes qui contribuent à son effet analgésique sont l’inhibition du recaptage neuronal de la noradrénaline et l’augmentation de la libération de sérotonine.

Population pédiatrique

Les effets de l’administration entérale et parentérale du tramadol ont été étudiés dans le cadre d’essais cliniques portant sur plus de 2 000 patients pédiatriques âgés de zéro à 17 ans. Les indications de traitement de la douleur étudiées dans ces essais incluaient des douleurs après une chirurgie (principalement abdominale), après des extractions dentaires chirurgicales, dues à des fractures, des brûlures et des traumatismes ainsi que d’autres conditions douloureuses nécessitant un traitement analgésique pendant au moins 7 jours.

À des doses uniques allant jusqu’à 2 mg / kg ou des doses multiples allant jusqu’à 8 mg / kg par jour (jusqu’à un maximum de 400 mg par jour), l’efficacité du tramadol s’est révélée supérieure à celle du placebo et supérieure ou égale au paracétamol, la nalbuphine, la péthidine ou la morphine à faible dose. Les essais menés ont confirmé l’efficacité du tramadol. Le profil de tolérance du tramadol était similaire chez les patients adultes et pédiatriques âgés de plus d’un an (voir rubrique 4.2).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Après l’administration orale d’une dose unique, le tramadol est presque complètement absorbé et la biodisponibilité absolue est d’environ 70%.

Biotransformation

Le tramadol est métabolisé en 0-desméthyltramadol, dont l’activité analgésique a été démontrée chez les rongeurs.

Élimination

La demi-vie d’élimination du tramadol est d’environ 6 heures, mais elle est prolongée jusqu’à 16 heures après l’absorption prolongée du comprimé ZYDOL XL.

Après l’administration à jeun d’un comprimé de 200 mg de ZYDOL XL à jeun, une concentration plasmatique maximale moyenne (Cmax) de 192 ng.ml-1 a été atteinte. Cela était associé à un tmax médian de 6 heures (intervalle de 4 à 8 heures). La disponibilité du tramadol du comprimé ZYDOL XL à 200 mg était complète comparativement à une solution de tramadol à libération immédiate de 100 mg, après ajustement de la dose. En présence de nourriture, les propriétés de disponibilité et de libération contrôlée des comprimés de ZYDOL XL ont été maintenues, sans preuve de déversement.

Une étude de dose-proportionnalité unique a confirmé une réponse pharmacocinétique linéaire (par rapport au tramadol et à l’O-desméthyltramadol) après l’administration des comprimés à 200, 300 et 400 mg. Une étude à l’état d’équilibre a confirmé la bioéquivalence ajustée en fonction de la dose des comprimés de 150 mg et de 200 mg administrés une fois par jour. Cette étude a également confirmé que le comprimé ZYDOL XL 150 mg a fourni une concentration maximale équivalente et l’étendue de la disponibilité du tramadol à une capsule à libération immédiate de 50 mg administrée toutes les 8 heures. Sur cette base, il est recommandé de transférer initialement les patients recevant le tramadol à libération immédiate à la dose quotidienne la plus proche de comprimés de ZYDOL XL. Il peut être nécessaire de titrer la dose par la suite.

Une autre étude à l’état d’équilibre a démontré que les comprimés de tramadol à libération immédiate de 50 mg, administrés toutes les 6 heures, présentaient des concentrations plasmatiques supérieures à celles qui auraient été prévues après l’administration d’une dose unique. Cette observation est compatible avec une élimination non linéaire de la substance médicamenteuse. En revanche, les concentrations plasmatiques du comprimé ZYDOL XL à 200 mg administré une fois par jour concordaient avec les données d’une dose unique, confirmant que l’administration contrôlée de tramadol à partir de ZYDOL XL minimise la non-linéarité associée aux préparations à libération plus rapide. Les concentrations plasmatiques plus prévisibles peuvent conduire à un processus de titrage de dose plus facile à gérer.

Population pédiatrique

La pharmacocinétique du tramadol et de l’O-desméthyltramadol après administration orale d’une dose unique et de doses multiples à des sujets âgés de 1 an à 16 ans s’est avérée généralement similaire à celle des adultes lors de l’ajustement de la dose en fonction du poids corporel. variabilité des sujets chez les enfants de 8 ans et moins.

Chez les enfants de moins de 1 an, la pharmacocinétique du tramadol et de l’O-desméthyltramadol a été étudiée, mais n’a pas été complètement caractérisée. Les informations provenant d’études incluant ce groupe d’âge indiquent que le taux de formation de l’O-desméthyltramadol via le CYP2D6 augmente continuellement chez les nouveau-nés, et les taux d’activité du CYP2D6 chez les adultes sont supposés être atteints vers l’âge d’un an. De plus, les systèmes de glucuronidation immatures et la fonction rénale immature peuvent entraîner une lente élimination et une accumulation d’O-desméthyltramadol chez les enfants de moins d’un an.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité ou cancérogénèse n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Toxicité pour la reproduction et le développement

Aucun effet du tramadol sur la fertilité masculine ou féminine n’a été observé chez le rat. Des malformations fœtales sont survenues dans une étude sur le développement chez le rat en présence de toxicité maternelle et de mortalité. Aucun effet sur le développement n’a été observé chez le rat à 20 mg / kg / jour lorsque les concentrations plasmatiques de tramadol et d’O-desméthyltramadol étaient de 2,1 x et 2,0 x la Cmax clinique moyenne estimée et de 0,6 et 0,7 x l’ASC clinique moyenne estimée au maximum recommandé dose de ZYDOL XL 400 mg une fois par jour. Lorsque les rates ont été traitées pendant la gestation et l’allaitement, la mortalité des nouveau-nés et la diminution du poids corporel pendant la lactation ont été accrues chez les descendants à des doses maternelles toxiques de 60 mg / kg / jour.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé

Huile végétale hydrogénée

Talc

Stéarate de magnésium

Manteau de film

Lactose monohydraté

Hypromellose (E464)

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 4000

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

Trois ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées en PVC avec feuille de support en aluminium (contenant 2, 7, 14, 28, 30, 56 ou 60 comprimés).

Récipients en polypropylène avec des couvercles en polyéthylène (contenant 2, 7, 14, 28, 30, 56 ou 60 comprimés).

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun.

7. Titulaire de l’autorisation

Napp Pharmaceuticals Ltd

Cambridge Science Park

Milton Road

Cambridge

CB4 0GW

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 16950/0090

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

14/06/1999 / 14/12/2005

10. Date de révision du texte

31/03/2018