Zopiclone 3,75 mg comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Zopiclone 3,75 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 3,75 mg d’ingrédient actif zopiclone.

Excipients à effet connu

Chaque comprimé pelliculé contient 34,55 mg de lactose anhydre. Le comprimé contient également 0,067 mg de Ponceau 4R (E124).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Comprimé rond bleu, pelliculé, «ZE3» d’un côté et «G» sur l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Zopiclone est indiqué pour le traitement à court terme de l’insomnie chez les adultes.

Les benzodiazépines et les agents apparentés aux benzodiazépines ne sont indiqués que lorsque le trouble est grave, invalidant ou soumettant l’individu à une extrême détresse. L’utilisation continue à long terme n’est pas recommandée. Un cours de traitement devrait employer la plus faible dose efficace.

4.2 Posologie et mode d’administration

La dose efficace la plus faible doit être utilisée.

Zopiclone doit être pris en une seule dose et ne pas être ré-administré dans la même nuit.

Durée du traitement

Le traitement par zopiclone doit être aussi court que possible. En général, la durée du traitement varie de quelques jours à deux semaines, avec un maximum de quatre semaines, y compris le retrait progressif.

Dans certains cas, une prolongation au-delà de la période de traitement maximale peut être nécessaire; si c’est le cas, elle doit avoir lieu après réévaluation de l’état du patient (voir rubrique 4.4).

Posologie

Adultes:

La dose recommandée pour les adultes est de 2 comprimés (7,5 mg de zopiclone). Cette dose ne doit pas être dépassée. Le comprimé doit être pris juste avant de se retirer.

Altération de la fonction rénale:

Bien que l’accumulation de zopiclone et / ou de ses métabolites n’ait pas été démontrée chez les patients présentant une insuffisance rénale, une dose initiale de 3,75 mg est recommandée chez ces patients.

Fonction hépatique altérée:

Comme l’élimination de la zopiclone peut être réduite chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique, une dose plus faible de 3,75 mg de zopiclone est recommandée tous les soirs.

La dose standard de 7,5 mg de zopiclone peut être utilisée avec prudence dans certains cas, selon son efficacité et son acceptabilité.

Insuffisance respiratoire chronique:

Chez les patients souffrant d’insuffisance respiratoire chronique, une dose initiale de 3,75 mg de zopiclone est recommandée initialement. Le dosage peut ensuite être augmenté à 7,5 mg.

Personnes âgées

Une dose initiale de 3,75 mg est recommandée, cette dose peut donc être augmentée à 7,5 mg si cela est jugé cliniquement nécessaire en fonction de l’efficacité et de l’acceptabilité du patient (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique:

Zopiclone ne doit pas être utilisé chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans. L’innocuité et l’efficacité du zopiclone chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans n’ont pas été établies.

Méthode d’administration

Zopiclone est pour l’usage oral seulement.

4.3 Contre-indications

Zopiclone est contre-indiqué chez les patients présentant l’un des symptômes suivants:

• Hypersensibilité à la zopiclone ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1

• Myasthénie

• Insuffisance hépatique sévère

• Syndrome d’apnée du sommeil

• Arrêt respiratoire

Zopiclone ne doit pas être administré aux enfants ou aux adolescents de moins de 18 ans.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Risque de dépendance

L’expérience clinique à ce jour suggère que le risque de dépendance est minime lorsque la durée du traitement est limitée à 4 semaines au maximum, cependant, comme avec les benzodiazépines et autres médicaments de type benzodiazépine (même à doses thérapeutiques), il existe un risque de dépendance physique ou psychologique ou abus. Ce risque augmente avec la dose et la durée du traitement et l’utilisation avec de l’alcool ou d’autres psychotropes. Les patients ayant des antécédents d’abus d’alcool et / ou de drogue ou ceux présentant des troubles de la personnalité sont plus à risque de dépendance, ce qui devrait être pris en compte lors de la prescription de zopiclone. Si un patient devient dépendant, l’arrêt brusque du traitement peut entraîner des symptômes de sevrage comprenant: anxiété extrême, maux de tête, douleurs musculaires, tension, confusion et agitation et irritabilité. Dans les cas graves, les symptômes peuvent également inclure la dépersonnalisation, la déréalisation, l’engourdissement et le picotement des extrémités, l’hypersensibilité au bruit, la lumière et le contact physique, les hallucinations ou les crises d’épilepsie.

De rares cas d’abus ont été signalés.

Retrait:

L’arrêt du traitement par le zopiclone est peu susceptible d’être associé à des effets de sevrage lorsque la durée du traitement est limitée à 4 semaines. Les patients peuvent bénéficier d’une diminution de la dose avant l’arrêt du traitement (voir également rubrique 4.8).

Les patients ayant des antécédents de dépression, d’anxiété ou de troubles psychotiques:

Les benzodiazépines et les substances apparentées aux benzodiazépines, telles que la zopiclone, ne sont pas recommandées comme traitement principal des psychoses.

Le zopiclone ne constitue pas un traitement contre la dépression (ou l’anxiété liée à la dépression) et peut même masquer ses symptômes (le suicide peut être précipité chez ces patients).

Zimovane doit être administré avec prudence chez les patients présentant des symptômes de dépression. Des tendances suicidaires peuvent être présentes, par conséquent, la plus petite quantité de Zimovane réalisable doit être fournie à ces patients pour éviter la possibilité d’un surdosage intentionnel par le patient. La dépression préexistante peut être démasquée pendant l’utilisation de Zimovane. Puisque l’insomnie peut être un symptôme de dépression, le patient devrait être réévalué si l’insomnie persiste.

Toute cause sous-jacente de l’insomnie doit également être adressée avant traitement symptomatique pour éviter de traiter les effets potentiellement graves de la dépression.

Tolérance:

Une perte d’efficacité des effets hypnotiques des benzodiazépines et des substances apparentées aux benzodiazépines peut se développer après plusieurs semaines d’utilisation répétée. Cependant, avec la zopiclone, aucune tolérance marquée n’a été observée pendant les périodes de traitement allant jusqu’à quatre semaines.

Rebond de l’insomnie:

Un syndrome transitoire où les symptômes qui ont conduit au traitement par un benzodiazépine ou un agent semblable aux benzodiazépines se manifestent sous une forme améliorée à l’arrêt du traitement. Il peut être accompagné par d’autres réactions, y compris les changements d’humeur, l’anxiété et l’agitation. Puisque le risque de syndrome de sevrage / rebond peut être augmenté après un traitement prolongé, ou l’arrêt brusque du traitement, il est donc recommandé de diminuer graduellement la dose et de conseiller le patient en conséquence.

Un traitement doit utiliser la dose efficace la plus faible pendant le temps minimum nécessaire pour le traitement efficace. Voir la section 4.2 pour des conseils sur le régime de traitement possible. Une cure de traitement ne doit pas durer plus de 4 semaines, même en cas de rétrécissement (voir rubrique 4.8).

Amnésie:

L’amnésie est rare, mais une amnésie antérograde peut survenir, surtout si le sommeil est interrompu ou si le fait de se coucher est retardé après la prise du comprimé. Les situations où cela pourrait se produire devraient donc être évitées et le patient devrait s’assurer qu’il est capable de dormir une nuit complète (sommeil ininterrompu d’environ 7 à 8 heures).

Déficience psychomotrice

Comme d’autres médicaments sédatifs / hypnotiques, la zopiclone a des effets dépresseurs sur le SNC. Le risque d’altération psychomotrice, y compris la capacité de conduire avec facultés affaiblies, est augmenté si: zopiclone est prise dans les 12 heures qui suivent une activité nécessitant une vigilance, une dose supérieure à la dose recommandée, ou zopiclone est co-administré avec d’autres dépresseurs du SNC, l’alcool ou avec d’autres médicaments qui augmentent les taux sanguins de zopiclone (voir rubrique 4.5). Les patients doivent être mis en garde contre toute activité dangereuse nécessitant une vigilance complète ou une coordination motrice telle que l’utilisation de machines ou la conduite d’un véhicule à moteur après l’administration de zopiclone et en particulier pendant les 12 heures suivant cette administration.

Risques liés à l’utilisation concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines:

L’utilisation concomitante de benzodiazépines, y compris de zopiclone, et d’opioïdes peut entraîner une sédation, une dépression respiratoire, le coma et la mort. En raison de ces risques, réserver la prescription concomitante d’opioïdes et de benzodiazépines chez les patients chez qui les options de traitement alternatives sont inadéquates.

Si une décision est prise de prescrire simultanément de la zopiclone et des opioïdes, prescrire les posologies efficaces et les durées minimales d’utilisation concomitante les plus faibles et suivre de près les signes et symptômes de dépression respiratoire et de sédation (voir rubrique 4.5).

Réactions psychiatriques et «paradoxales»:

On sait que des réactions telles que agitation, agitation, irritabilité, agressivité, délire, accès de colère, cauchemars, hallucinations, psychoses, comportements inadéquats et autres troubles du comportement peuvent survenir lors de l’utilisation de benzodiazépines et de substances apparentées aux benzodiazépines. Si tel est le cas, l’administration du médicament doit être interrompue. Ces réactions sont plus susceptibles de se produire chez les personnes âgées.

Somnambulisme et comportements associés:

Le somnambulisme et d’autres comportements associés tels que la «conduite du sommeil», la préparation et la consommation d’aliments ou les appels téléphoniques avec amnésie ont été rapportés chez des patients qui avaient pris du zopiclone et n’étaient pas complètement éveillés. Il semble qu’il existe un risque accru d’un tel comportement avec l’utilisation concomitante d’alcool, d’autres dépresseurs du SNC ou l’utilisation de zopiclone à des doses dépassant la dose maximale recommandée. Si de tels comportements sont signalés, l’administration de zopiclone doit être interrompue (voir rubrique 4.5).

Groupes de patients spécifiques:

Utilisation chez les personnes âgées

Les hypnotiques doivent être évités chez les personnes âgées qui risquent de devenir ataxiques et confuses et donc susceptibles de tomber et de se blesser. Si, en fonction des besoins cliniques, une décision de traitement est néanmoins prise, le traitement doit être initié à une dose plus faible (voir rubrique 4.2) et la co-administration de zopiclone avec les inhibiteurs du CYP3A4 doit être évitée (voir rubrique 4.5).

Utilisation en insuffisance respiratoire

Étant donné que les hypnotiques ont la capacité de réduire la pression respiratoire, des précautions doivent être prises si la zopiclone est prescrite à des patients présentant une fonction respiratoire altérée (voir rubrique 4.8). Une dose plus faible est recommandée pour les patients souffrant d’insuffisance respiratoire chronique en raison du risque de dépression respiratoire.

Utilisation en cas d’insuffisance hépatique

Une posologie réduite est recommandée (voir rubrique 4.2). Les benzodiazépines et les substances apparentées aux benzodiazépines ne conviennent pas au traitement des patients atteints d’insuffisance hépatique sévère, car ils peuvent favoriser la survenue d’une encéphalopathie (voir rubrique 4.3).

Utilisation en cas d’insuffisance rénale

Une posologie réduite est recommandée (voir rubrique 4.2).

Période de traitement:

La période de traitement doit être aussi courte que possible (voir rubrique 4.2) mais pas plus longue que 4 semaines, y compris le processus de rétrécissement. Cette période ne doit être dépassée qu’après réévaluation de l’état du patient. Il peut être utile d’informer le patient au début du traitement que le traitement sera de courte durée et d’expliquer précisément comment réduire la dose progressivement. Il est également important de signaler au patient la possibilité d’apparition de phénomènes de rebondissement afin de minimiser au minimum les inquiétudes quant à l’apparition de tels symptômes pendant la période de rétrécissement du traitement. Dans le cas des benzodiazépines et des substances de type benzodiazépine ayant une courte période d’action, il existe des indications que des symptômes de sevrage peuvent survenir dans l’intervalle posologique, en particulier si la dose est élevée.

Population pédiatrique:

Zopiclone ne doit pas être utilisé chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans. L’innocuité et l’efficacité du zopiclone chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans n’ont pas été établies.

Excipients:

Lactose:

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Ponceau 4R (E124):

Peut provoquer des réactions allergiques.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’alcool peut augmenter l’effet sédatif de la zopiclone, qui peut persister jusqu’au lendemain matin et affecter la capacité du patient à conduire ou à utiliser des machines. L’utilisation simultanée n’est donc pas recommandée.

Les effets dépressifs centraux peuvent être améliorés lorsque la zopiclone est utilisée en association avec des dépresseurs du SNC. Par conséquent, le bénéfice thérapeutique de la co-administration avec des antipsychotiques (neuroleptiques), des hypnotiques, des anxiolytiques / sédatifs, des antidépresseurs, des analgésiques narcotiques, des antiépileptiques, des anesthésiques et des antihistaminiques sédatifs doit donc être soigneusement pris en compte.

L’utilisation de médicaments de type benzodiazépine en association avec des analgésiques narcotiques peut accroître leurs effets euphoriques, ce qui peut augmenter le risque de dépendance.

L’activité de la zopiclone peut être augmentée en association avec des médicaments inhibant les enzymes hépatiques (en particulier le cytochrome P 450 )

L’effet de l’érythromycine sur la pharmacocinétique de la zopiclone a été étudié chez 10 sujets sains. L’ASC de la zopiclone est augmentée de 80% en présence d’érythromycine, ce qui indique que l’érythromycine peut inhiber le métabolisme des médicaments métabolisés par le CYP3A4. En conséquence, l’effet hypnotique de la zopiclone peut être amélioré.

La zopiclone étant métabolisée par l’isoenzyme CYP 3A4 (voir rubrique 5.2), les concentrations plasmatiques de zopiclone peuvent être augmentées lors de l’administration concomitante d’inhibiteurs du CYP3A4 tels que l’érythromycine, la clarithromycine, le kétoconazole, l’itraconazole, le fluconazole, le tacrolimus et le ritonavir. L’administration concomitante de zopiclone et d’inhibiteurs du CYP3A4 doit être évitée chez les personnes âgées (voir rubrique 4.4). Pour tous les autres patients, une réduction de la dose de zopiclone peut être nécessaire lorsqu’elle est co-administrée avec les inhibiteurs du CYP3A4.

Inversement, les concentrations plasmatiques de zopiclone peuvent être diminuées lorsqu’elles sont co-administrées avec des inducteurs du CYP3A4 tels que la rifampicine, la néfazodone, le phénobarbital, la phénytoïne et le millepertuis. Une augmentation de la dose de zopiclone peut être nécessaire lorsqu’elle est co-administrée avec des inducteurs du CYP3A4 .

Une étude à dose unique a indiqué que lorsque la zopiclone et la carbamazépine sont combinées, leurs effets sédatifs sont additifs. Cependant, comme la carbamazépine est un puissant inducteur du CYP3A4, on prévoit que l’utilisation à long terme de la carbamazépine pourrait entraîner une réduction des concentrations plasmatiques de zopiclone et en réduire les effets hypnotiques en conséquence.

La métoclopramide augmente et l’atropine diminue la concentration de zopiclone dans le plasma.

La combinaison de zopiclone avec des myorelaxants peut augmenter l’effet relaxant musculaire.

Opioïdes:

L’utilisation concomitante de benzodiazépines, y compris de zopiclone, et d’opioïdes augmente le risque de sédation, de dépression respiratoire, de coma et de décès en raison d’un effet dépresseur additif sur le SNC. Limiter la posologie et la durée d’utilisation concomitante de benzodiazépines et d’opioïdes (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Des données insuffisantes sont disponibles sur zopiclone pour évaluer sa sécurité pendant la grossesse et la lactation chez les humains.

Grossesse

Zopiclone ne doit pas être utilisé pendant la grossesse sauf en cas de nécessité absolue.

À ce jour, la zopiclone n’a pas eu d’effets nocifs sur les animaux, sauf à des doses maternelles très toxiques.

Toute femme en âge de procréer qui a reçu du zopiclone devrait être avisée de consulter son médecin au sujet de l’interruption de l’utilisation de zopiclone dans le cas où elle souhaite tomber enceinte ou soupçonne qu’elle est enceinte.

Si la zopiclone est administrée pendant les trois derniers mois de la grossesse ou pendant le travail, des effets sur le nouveau-né tels que l’hypothermie, l’hypotonie, une dépression respiratoire modérée, une diminution du tonus musculaire et un réflexe d’allaitement peuvent survenir. Les nourrissons nés de mères qui prennent des benzodiazépines ou des agents similaires aux benzodiazépines de façon chronique au cours des derniers stades de la grossesse peuvent avoir développé une dépendance physique et présenter un risque de développer des symptômes de sevrage pendant la période postnatale.

Allaitement maternel

La zopiclone est excrétée dans le lait maternel, bien que la concentration de zopiclone dans le lait maternel soit faible, l’utilisation chez les mères allaitantes doit être évitée.

La fertilité

Des études en double aveugle à long terme (7,5 mg de zopiclone pendant 84 jours) chez des volontaires sains n’ont révélé aucun changement dans le volume de l’éjaculat, la concentration des spermatozoïdes, la motilité ou la morphologie des spermatozoïdes.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La sédation, l’amnésie, une altération de la concentration et une altération de la fonction musculaire peuvent affecter la capacité à conduire ou à utiliser des machines. Par conséquent, les patients ne doivent pas conduire ou utiliser de machines après avoir pris une dose.

Les patients doivent être avisés de ne pas conduire ou utiliser de machines le lendemain du traitement jusqu’à ce qu’il soit établi que leurs performances ne sont pas altérées.

Il a été rapporté que le risque que la zopiclone affecte négativement la capacité de conduire est augmenté par la consommation concomitante d’alcool. Par conséquent, il est recommandé de ne pas conduire en même temps que la prise simultanée de zopiclone et d’alcool. Cela peut également affecter la capacité du patient à conduire et à utiliser des machines le lendemain matin.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables suivants ont été rapportés aux fréquences approximatives indiquées: très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1000 à <1/100), rare ( ≥ 1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000), non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Troubles du système immunitaire

Rare:

Les réactions allergiques, y compris les réactions cutanées

Très rare:

Réactions anaphylactiques et / ou angioedème

Troubles psychiatriques

Rare:

Cauchemars, agitation

Rare:

État confus, émotions engourdies, irritabilité, agressivité, hallucinations, psychoses, trouble de la libido

Pas connu:

Dépendance, agitation, délire, colère, humeur dépressive, somnambulisme et autres comportements anormaux (possiblement associés à l’amnésie)

Voir ci-dessous sous «Dépression», «Réactions psychiatriques et paradoxales», «syndrome de sevrage», «Somnambulisme et comportements associés» et «Dépendance».

Troubles du système nerveux

Commun:

Somnolence (résiduelle) pendant le jour suivant, vigilance réduite, dysguésie (goût amer)

Rare:

Maux de tête, vertiges

Rare:

Amnésie antérograde

Voir ci-dessous sous «Amnesia».

Pas connu:

Ataxie (principalement au début du traitement et disparaît habituellement après une administration répétée), paresthésie, troubles cognitifs tels que troubles de la mémoire

Troubles oculaires

Pas connu:

Diplopie (principalement au début du traitement et disparaît habituellement avec l’administration répétée)

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare:

dyspnée (voir rubrique 4.4)

Pas connu:

dépression respiratoire (voir rubrique 4.4)

Problèmes gastro-intestinaux

Commun:

Bouche sèche

Rare:

Nausées Vomissements

Pas connu :

Dyspepsie

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare:

Urticaire ou éruption cutanée, prurit

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Pas connu:

Faiblesse musculaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Rare:

Fatigue

Pas connu:

Lumière légère, incoordination

Enquêtes

Très rare:

Augmentation légère ou modérée des transaminases sériques et / ou de la phosphatase alcaline

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Rare:

Automne (principalement chez les patients âgés)

Un syndrome de sevrage a été rapporté après l’arrêt du traitement par zopiclone (voir rubrique 4.4). Les symptômes de sevrage varient: insomnie rebond, douleur musculaire, anxiété, tremblement, transpiration, agitation, confusion, mal de tête, palpitations, tachycardie, délire, cauchemars, hallucinations, attaques de panique, douleurs musculaires, troubles gastro-intestinaux et irritabilité. Dans les cas graves, les symptômes suivants peuvent apparaître: déréalisation, dépersonnalisation, hyperacousie, engourdissement et picotement des extrémités, hypersensibilité à la lumière, bruit et contact physique, hallucinations. Dans de très rares cas, des crises peuvent survenir.

Amnésie:

Une amnésie antérograde peut survenir en utilisant des dosages thérapeutiques, le risque augmentant à des doses plus élevées. Les effets amnésiques peuvent être associés à un comportement inapproprié (voir rubrique 4.4).

Dépression:

Une dépression préexistante peut être démasquée lors de l’utilisation de benzodiazépines ou d’agents similaires aux benzodiazépines.

Réactions psychiatriques et «paradoxales»:

Des réactions comme l’agitation, l’agitation, l’irritabilité, l’agressivité, l’illusion, la colère, les cauchemars, les hallucinations, les psychoses, un comportement inapproprié et d’autres effets indésirables sur le comportement peuvent survenir lors de l’utilisation de benzodiazépines ou de produits similaires aux benzodiazépines. Ils sont plus susceptibles de se produire chez les personnes âgées.

Somnambulisme et comportements associés:

Il y a un risque accru de somnambulisme et d’autres comportements associés à l’amnésie chez les patients qui ont pris du zopiclone et qui n’étaient pas complètement éveillés (voir rubrique 4.4). Il semble qu’il y ait un risque accru de tels comportements avec l’utilisation concomitante d’alcool, d’autres dépresseurs du SNC et l’utilisation de zopiclone à des doses dépassant la dose maximale recommandée (voir rubrique 4.4).

Dépendance:

L’utilisation (même à des doses thérapeutiques) peut conduire au développement d’une dépendance physique: l’arrêt du traitement peut entraîner des phénomènes de sevrage ou de rebond (voir rubrique 4.4). La dépendance psychologique peut survenir. L’abus a été signalé.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme Carte Jaune à l’adresse: www.mhra.gov.uk/yellowcard ou à chercher une Carte Jaune MHRA sur Google Play ou Apple App Store.

4.9 Surdosage

Dose fatale non connue.

Symptômes

Les symptômes de la dépression du système nerveux central, qui peut aller de la somnolence au coma en fonction de la quantité ingérée. Dans les cas bénins, les symptômes incluent la somnolence, la confusion et la léthargie; dans les cas plus graves, les symptômes peuvent inclure l’ataxie, l’hypotonie, l’hypotension, la méthémoglobinémie, la dépression respiratoire et le coma. Les effets du surdosage peuvent être amplifiés s’ils sont combinés à de l’alcool ou à tout autre dépresseur du SNC et, dans les cas graves, peuvent mettre la vie en danger. D’autres facteurs de risque, tels que la présence d’une maladie concomitante et l’état affaibli du patient peuvent contribuer à la gravité des symptômes et, très rarement, peuvent entraîner une issue fatale.

La gestion

Le traitement du surdosage doit être symptomatique et de soutien en accordant une attention particulière aux fonctions respiratoires et cardiaques. Considérez charbon activé si un adulte a ingéré plus de 150 mg ou un enfant de plus de 1,5 mg / kg dans une heure. Alternativement, envisager un lavage gastrique chez les adultes dans l’heure d’une surdose potentiellement mortelle. Si la dépression du SNC est sévère, envisager l’utilisation du flumazénil. Il a une demi-vie courte (environ une heure). NE PAS UTILISER EN SURDOSAGE MIXTE NI EN TEST DIAGNOSTIC. L’hémodialyse n’a aucun effet thérapeutique en cas de surdosage en zopiclone.

Pour la pratique courante, se référer au centre antipoison local (ou à des sources d’information équivalentes) concernant la prise en charge d’un surdosage.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: hypnotique et sédatifs; médicaments apparentés aux benzodiazépines, code ATC: N05C F01.

Le zopiclone est un agent hypnotique appartenant à la classe cyclopyrrolone des agents psychothérapeutiques. Bien que structurellement sans rapport avec les benzodiazépines, la zopiclone se lie avec une grande affinité et spécificité au complexe récepteur GABA A -benzodiazepine chlorure récepteur macromoléculaire. La zopiclone se lie à un site différent des benzodiazépines et induit différents changements de conformation du complexe récepteur, modifiant ainsi l’activité du canal ionique du chlorure.

Les propriétés pharmacologiques sont: anxiolyse, sédation, hypnose, anticonvulsion et relaxation musculaire

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Zopiclone est rapidement absorbé. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes après 1½ – 2 heures et sont approximativement de 30 et 60 ng / ml après l’administration de 3,75 mg et 7,5 mg respectivement. L’absorption est la même chez les hommes et les femmes et n’est pas affectée par l’ingestion simultanée de nourriture ou la répétition de doses.

Distribution

Zopiclone est rapidement distribué à partir du compartiment vasculaire. La liaison aux protéines plasmatiques est d’au moins 45% et n’est pas saturable.

La diminution du taux plasmatique ne dépend pas de la dose entre 3,75 et 15 mg.

La demi-vie d’élimination est d’environ 5 heures aux doses recommandées.

Aucune accumulation ne se produit après une administration répétée et les différences individuelles semblent légères.

Moins de 1,0% de la dose ingérée par la mère est éliminée dans le lait maternel.

Biotransformation

Les métabolites les plus importants sont le dérivé N-oxyde (pharmacologiquement actif chez les animaux) et le métabolite N-déméthylé (pharmacologiquement inactif chez les animaux). Leur demi-vie apparente est d’environ 4,5 heures et 7,4 heures respectivement. Aucune accumulation significative du composé comme vu après l’administration répétée. (15 mg) pendant 14 jours. Chez les animaux, aucune induction enzymatique n’a été observée, même à des doses élevées.

Élimination

La faible clairance rénale de la zopiclone (8,4 ml / min en moyenne par rapport à la clairance plasmatique (232 ml / min) montre que la zopiclone est éliminée principalement par le métabolisme, la zopiclone étant éliminée dans l’urine (environ 80%) sous forme de métabolites non conjugués (Dérivés N-oxyde et N-desméthyl) et dans les fèces (environ 16%).

Groupes de patients spéciaux:

Dans divers essais avec des patients âgés, aucune accumulation de zopiclone n’a été observée dans le plasma après des doses répétées, malgré une légère réduction de la fonction hépatique et l’extension de la demi-vie éliminée à environ 7 heures.

En cas d’insuffisance rénale, aucune accumulation de zopiclone ou de ses métabolites n’a été détectée après une administration prolongée. Le zopiclone traverse la membrane de dialyse.

Chez les patients atteints de cirrhose du foie, le processus lent de déméthylation retarde la clairance plasmatique de la zopiclone d’environ 40%. Pour cette raison, la posologie doit être ajustée pour ces patients.

5.3 Données de sécurité précliniques

Des effets hépatotoxiques ont été observés dans des études de toxicité à doses répétées menées chez le rat et le chien. Chez les chiens, l’anémie a été observée dans certaines études.

Le zopiclone n’est pas mutagène lors de tests in vitro ou in vivo.

L’augmentation de l’incidence des carcinomes mammaires chez des rates à des multiples élevés de la concentration plasmatique maximale à partir de doses thérapeutiques chez l’homme a été attribuée à une augmentation des taux sériques de 17-bêta-œstradiol. L’augmentation de l’incidence des tumeurs thyroïdiennes chez les rats a été associée à une augmentation des taux sériques de TSH. Chez l’homme, la zopiclone n’a aucun effet sur les hormones thyroïdiennes.

La fertilité a été altérée dans deux études chez le rat.

Le zopiclone n’a eu aucun effet indésirable sur la fertilité chez les lapins.

Des retards de développement fœtal et des effets fœtotoxiques chez les rats et les lapins ont été observés seulement à des doses bien supérieures à la dose maximale chez l’humain. Il n’y avait aucune preuve d’un potentiel tératogène.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose anhydre

Hydrogénophosphate de calcium anhydre

Amidon de maïs

Povidone

Stéarate de magnésium

Hypromellose

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 400

Carmin d’Indigo (E132)

Ponceau 4R (E124)

Jaune de quinoléine (E104)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

2 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C

Blister: Conserver dans l’emballage d’origine.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées comprenant du PVC revêtu de PVdC 60g / m 2 scellé sur une feuille d’aluminium trempé de 20μm en bandes de 5, 7 ou 14 comprimés, disponibles en boîtes de 5, 7, 10, 14, 20, 21, 28, 30, 56, 60, 84, 90 et 100 comprimés.

Également disponible en paquets de 100 comprimés en vrac dans un contenant en polypropylène avec fermeture en polyéthylène inviolable.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun.

7. Titulaire de l’autorisation

Génériques [UK] Limited t / a Mylan

Station Fermer

Potters Bar

Herts

EN6 1TL

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0450

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

05/02/2001

10. Date de révision du texte

14/12/2017