Vimpat 150 mg comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Vimpat 50 mg comprimés pelliculés

Vimpat 100 mg comprimés pelliculés

Vimpat 150 mg comprimés pelliculés

Vimpat 200 mg comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Vimpat 50 mg comprimés pelliculés

Chaque comprimé pelliculé contient 50 mg de lacosamide.

Vimpat 100 mg comprimés pelliculés

Chaque comprimé pelliculé contient 100 mg de lacosamide.

Vimpat 150 mg comprimés pelliculés

Chaque comprimé pelliculé contient 150 mg de lacosamide.

Vimpat 200 mg comprimés pelliculés

Chaque comprimé pelliculé contient 200 mg de lacosamide.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Vimpat 50 mg comprimés pelliculés

Comprimés pelliculés ovales, de couleur rosée, de dimensions approximatives 10,4 mm x 4,9 mm, portant l’inscription «SP» d’un côté et «50» de l’autre.

Vimpat 100 mg comprimés pelliculés

Comprimés pelliculés ovales, de couleur jaune foncé, ayant des dimensions approximatives de 13,2 mm x 6,1 mm et portant l’inscription «SP» d’un côté et «100» de l’autre.

Vimpat 150 mg comprimés pelliculés

Saumon, comprimés pelliculés ovales d’une dimension approximative de 15,1 mm x 7,0 mm, portant l’inscription «SP» d’un côté et «150» de l’autre.

Vimpat 200 mg comprimés pelliculés

Comprimés pelliculés ovales bleus d’une dimension approximative de 16,6 mm x 7,8 mm et portant l’inscription «SP» d’un côté et «200» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Vimpat est indiqué en monothérapie et en thérapie adjuvante dans le traitement des crises partielles avec ou sans généralisation secondaire chez les adultes, les adolescents et les enfants de 4 ans atteints d’épilepsie.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Le lacosamide doit être pris deux fois par jour (habituellement une fois le matin et une fois le soir).

Le lacosamide peut être pris avec ou sans nourriture.

En cas d’oubli d’une dose, il faut indiquer au patient de prendre immédiatement la dose oubliée, puis de prendre la dose suivante de lacosamide à l’heure prévue. Si le patient remarque la dose oubliée dans les 6 heures qui suivent la prise suivante, il doit être invité à attendre la prochaine dose de lacosamide à l’heure prévue. Les patients ne devraient pas prendre une double dose.

Adolescents et enfants pesant 50 kg ou plus, et adultes

Le tableau suivant résume la posologie recommandée pour les adolescents et les enfants pesant 50 kg ou plus, et pour les adultes. Plus de détails sont fournis dans le tableau ci-dessous.

Monothérapie

Thérapie d’appoint

Dose de départ

100 mg / jour ou 200 mg / jour

100 mg / jour

Dose de chargement unique

(le cas échéant)

200 mg

200 mg

Titrage (étapes incrémentales)

50 mg deux fois par jour (100 mg / jour) à intervalles d’une semaine

50 mg deux fois par jour (100 mg / jour) à intervalles d’une semaine

Dose maximale recommandée

jusqu’à 600 mg / jour

jusqu’à 400 mg / jour

Monothérapie

La dose initiale recommandée est de 50 mg deux fois par jour, ce qui devrait être porté à une dose thérapeutique initiale de 100 mg deux fois par jour après une semaine.

Le lacosamide peut également être instauré à la dose de 100 mg deux fois par jour, selon l’évaluation par le médecin de la réduction requise des crises épileptiques par rapport aux effets secondaires potentiels.

Selon la réponse et la tolérabilité, la dose d’entretien peut être augmentée à intervalles de 50 mg deux fois par jour (100 mg / jour), jusqu’à une dose quotidienne maximale recommandée de 300 mg deux fois par jour (600 mg / jour).

Chez les patients ayant atteint une dose supérieure à 400 mg / jour et qui ont besoin d’un médicament antiépileptique supplémentaire, la posologie recommandée pour le traitement d’appoint ci-dessous doit être suivie.

Thérapie d’appoint

La dose initiale recommandée est de 50 mg deux fois par jour, ce qui devrait être porté à une dose thérapeutique initiale de 100 mg deux fois par jour après une semaine.

En fonction de la réponse et de la tolérabilité, la dose d’entretien peut être augmentée à intervalles de 50 mg deux fois par jour (100 mg / jour), jusqu’à une dose quotidienne maximale recommandée de 400 mg (200 mg deux fois par jour).

Initiation du traitement au lacosamide avec une dose de charge

Le traitement au lacosamide peut également être initié avec une dose de charge unique de 200 mg, suivie environ 12 heures plus tard par un régime d’entretien de 100 mg deux fois par jour (200 mg / jour). Les ajustements posologiques ultérieurs doivent être effectués en fonction de la réponse individuelle et de la tolérabilité décrites ci-dessus. Une dose de charge peut être initiée chez les patients dans des situations où le médecin détermine que l’obtention rapide de la concentration plasmatique à l’état d’équilibre du lacosamide et l’effet thérapeutique sont justifiés. Il doit être administré sous surveillance médicale en tenant compte du risque accru d’incidence des effets indésirables du système nerveux central (voir rubrique 4.8). L’administration d’une dose de charge n’a pas été étudiée dans des conditions aiguës telles que l’état de mal épileptique.

Arrêt

Conformément à la pratique clinique actuelle, si le lacosamide doit être arrêté, il est recommandé de le faire progressivement (par exemple, réduire la dose quotidienne de 200 mg / semaine).

Populations spéciales

Personnes âgées (plus de 65 ans)

Aucune réduction de dose n’est nécessaire chez les patients âgés. Une clairance rénale diminuée associée à l’âge avec une augmentation des niveaux d’AUC doit être envisagée chez les patients âgés (voir le paragraphe «insuffisance rénale» et la section 5.2). Les données cliniques chez les patients âgés atteints d’épilepsie sont limitées, en particulier à des doses supérieures à 400 mg / jour (voir rubriques 4.4, 4.8 et 5.1).

Insuffisance rénale

Aucun ajustement de la dose n’est nécessaire chez les patients adultes et enfants modérément et modérément rénaux (CL CR > 30 ml / min). Chez les patients pédiatriques pesant 50 kg ou plus et chez les patients adultes présentant une insuffisance rénale légère ou modérée, une dose de charge de 200 mg peut être envisagée, mais une titration supplémentaire (> 200 mg par jour) doit être effectuée avec prudence. Chez les patients pédiatriques pesant 50 kg ou plus et chez les patients adultes présentant une insuffisance rénale sévère (CL CR ≤ 30 ml / min) ou une insuffisance rénale terminale, une dose maximale de 250 mg / jour est recommandée et la posologie doit être ajustée Avec précaution. Si une dose de charge est indiquée, une dose initiale de 100 mg suivie d’un régime de 50 mg deux fois par jour pendant la première semaine doit être utilisée. Chez les patients pédiatriques pesant moins de 50 kg présentant une insuffisance rénale sévère (CL CR ≤ 30 ml / min) et chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale, une réduction de 25% de la dose maximale est recommandée. Pour tous les patients nécessitant une hémodialyse, un supplément allant jusqu’à 50% de la dose quotidienne divisée immédiatement après la fin de l’hémodialyse est recommandé. Le traitement des patients atteints d’insuffisance rénale terminale doit être fait avec précaution car il y a peu d’expérience clinique et d’accumulation d’un métabolite (sans activité pharmacologique connue).

Insuffisance hépatique

Une dose maximale de 300 mg / jour est recommandée pour les patients pédiatriques pesant 50 kg ou plus et pour les patients adultes présentant une insuffisance hépatique légère à modérée.

La posologie de la dose chez ces patients doit être évaluée avec prudence, compte tenu de l’insuffisance rénale concomitante. Chez les adolescents et les adultes pesant 50 kg ou plus, une dose de charge de 200 mg peut être envisagée, mais une titration supplémentaire (> 200 mg par jour) doit être effectuée avec précaution. D’après les données chez les adultes, chez les patients pédiatriques pesant moins de 50 kg présentant une insuffisance hépatique légère à modérée, une réduction de 25% de la dose maximale doit être appliquée. La pharmacocinétique du lacosamide n’a pas été évaluée chez les patients atteints d’insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 5.2). Le lacosamide doit être administré aux patients adultes et enfants atteints d’insuffisance hépatique sévère uniquement lorsque les avantages thérapeutiques attendus l’emportent sur les risques possibles. La dose peut devoir être ajustée tout en observant soigneusement l’activité de la maladie et les effets secondaires potentiels chez le patient.

Population pédiatrique

Le médecin doit prescrire la formulation et la concentration les plus appropriées en fonction du poids et de la dose.

Adolescents et enfants pesant 50 kg ou plus

Le dosage chez les adolescents et les enfants pesant 50 kg ou plus est le même que chez les adultes (voir ci-dessus).

Enfants (à partir de 4 ans) et adolescents pesant moins de 50 kg

La dose est déterminée en fonction du poids corporel. Il est donc recommandé d’initier un traitement avec le sirop et de passer aux comprimés, si désiré.

Monothérapie

La dose initiale recommandée est de 2 mg / kg / jour, qui doit être augmentée à une dose thérapeutique initiale de 4 mg / kg / jour après une semaine.

En fonction de la réponse et de la tolérabilité, la dose d’entretien peut être augmentée de 2 mg / kg / jour chaque semaine. La dose doit être augmentée progressivement jusqu’à obtention de la réponse optimale. Chez les enfants pesant moins de 40 kg, une dose maximale de 12 mg / kg / jour est recommandée. Chez les enfants pesant entre 40 et 50 kg, une dose maximale de 10 mg / kg / jour est recommandée.

Le tableau suivant résume la posologie recommandée en monothérapie pour les enfants et les adolescents pesant moins de 50 kg.

Dose de départ

2 mg / kg / jour

Dose de chargement unique

Non recommandé

Titrage (étapes incrémentales)

2 mg / kg / jour chaque semaine

Dose maximale recommandée chez les patients <40 kg

jusqu’à 12 mg / kg / jour

Dose maximale recommandée chez les patients ≥ 40 kg à <50 kg

jusqu’à 10 mg / kg / jour

Thérapie d’appoint

La dose initiale recommandée est de 2 mg / kg / jour, qui doit être augmentée à une dose thérapeutique initiale de 4 mg / kg / jour après une semaine.

En fonction de la réponse et de la tolérabilité, la dose d’entretien peut être augmentée de 2 mg / kg / jour chaque semaine. La dose doit être ajustée progressivement jusqu’à obtention de la réponse optimale. Chez les enfants pesant moins de 20 kg, en raison d’une clairance accrue par rapport aux adultes, une dose maximale allant jusqu’à 12 mg / kg / jour est recommandée. Chez les enfants pesant de 20 à moins de 30 kg, une dose maximale de 10 mg / kg / jour est recommandée et chez les enfants pesant de 30 à 50 kg, une dose maximale de 8 mg / kg / jour est recommandée. études sur l’étiquette (voir rubriques 4.8 et 5.2), une dose allant jusqu’à 12 mg / kg / jour a été utilisée par un petit nombre de ces enfants.

Le tableau suivant résume la posologie recommandée en traitement d’appoint pour les enfants et les adolescents pesant moins de 50 kg.

Dose de départ

2 mg / kg / jour

Dose de chargement unique

Non recommandé

Titrage (étapes incrémentales)

2 mg / kg / jour chaque semaine

Dose maximale recommandée chez les patients <20 kg

jusqu’à 12 mg / kg / jour

Dose maximale recommandée chez les patients ≥ 20 kg à <30 kg

jusqu’à 10 mg / kg / jour

Dose maximale recommandée chez les patients ≥ 30 kg à <50 kg

jusqu’à 8 mg / kg / jour

Dose de chargement

L’administration d’une dose de charge n’a pas été étudiée chez les enfants. L’utilisation d’une dose de charge n’est pas recommandée chez les adolescents et les enfants pesant moins de 50 kg.

Enfants de moins de 4 ans

L’innocuité et l’efficacité du lacosamide chez les enfants âgés de moins de 4 ans n’ont pas encore été établies. Aucune donnée disponible

Méthode d’administration

Les comprimés pelliculés de lacosamide sont à usage oral. Le lacosamide peut être pris avec ou sans nourriture.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Bloc auriculo-ventriculaire (AV) connu du second ou du troisième degré.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Idées et comportements suicidaires

Des idées et comportements suicidaires ont été rapportés chez des patients traités par antiépileptiques dans plusieurs indications. Une méta-analyse d’essais contrôlés par placebo randomisés de médicaments antiépileptiques a également montré un faible risque accru d’idées et de comportements suicidaires. Le mécanisme de ce risque n’est pas connu et les données disponibles n’excluent pas la possibilité d’un risque accru de lacosamide.

Par conséquent, les patients doivent être surveillés afin de détecter les signes d’idées et de comportements suicidaires et un traitement approprié doit être envisagé. Les patients (et les soignants des patients) devraient être avisés de consulter un médecin en cas de signes d’idées ou de comportements suicidaires (voir rubrique 4.8).

Rythme cardiaque et conduction

Des prolongations liées à la dose dans l’intervalle PR avec le lacosamide ont été observées dans des études cliniques. Le lacosamide doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant des troubles de la conduction connus, des cardiopathies sévères (par exemple antécédent d’infarctus du myocarde ou insuffisance cardiaque), chez les patients âgés ou lorsque le lacosamide est associé à des produits associés à un allongement du RP.

Chez ces patients, il faut envisager d’effectuer un ECG avant l’augmentation de la dose de lacosamide au-dessus de 400 mg / jour et après titration du lacosamide à l’état d’équilibre.

Un bloc auriculo-ventriculaire de second degré ou plus a été signalé après la commercialisation. Dans les essais contrôlés par placebo sur le lacosamide chez les patients épileptiques, aucune fibrillation ou flutter auriculaire n’a été signalée; cependant, les deux ont été rapportés dans les essais d’épilepsie en ouvert et dans l’expérience post-marketing (voir rubrique 4.8).

Les patients doivent être sensibilisés aux symptômes d’un bloc auriculo-ventriculaire de second degré ou plus (p. Ex. Pouls lent ou irrégulier, sensation de vertige et évanouissement) et aux symptômes de fibrillation auriculaire et de palpitations (palpitations, pouls rapide ou irrégulier, essoufflement ). Les patients devraient être conseillés de consulter un médecin en cas de survenue de l’un de ces symptômes.

Vertiges

Le traitement par le lacosamide a été associé à des étourdissements qui pourraient augmenter l’apparition de blessures ou de chutes accidentelles. Par conséquent, il faut conseiller aux patients de faire preuve de prudence jusqu’à ce qu’ils soient familiarisés avec les effets potentiels du médicament (voir rubrique 4.8).

Potentiel d’aggravation électro-clinique dans les syndromes spécifiques de l’épilepsie pédiatrique

La sécurité et l’efficacité du lacosamide chez les patients pédiatriques atteints de syndromes d’épilepsie dans lesquels des crises focales et généralisées peuvent coexister n’ont pas été déterminées.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le lacosamide doit être utilisé avec précaution chez les patients traités par des médicaments connus pour être associés à un allongement de la PR (par exemple la carbamazépine, la lamotrigine, l’eslicarbazépine, la prégabaline) et chez les patients traités par des antiarythmiques de classe I. Cependant, l’analyse de sous-groupe n’a pas identifié une augmentation de l’amplitude de l’allongement de la PR chez les patients ayant reçu concomitamment de la carbamazépine ou de la lamotrigine dans les essais cliniques.

Données in vitro

Les données suggèrent généralement que le lacosamide a un faible potentiel d’interaction. Des études in vitro indiquent que les enzymes CYP1A2, 2B6 et 2C9 ne sont pas induites et que CYP1A1, 1A2, 2A6, 2B6, 2C8, 2C9, 2D6 et 2E1 ne sont pas inhibés par le lacosamide aux concentrations plasmatiques observées dans les essais cliniques. Une étude in vitro a indiqué que le lacosamide n’est pas transporté par la glycoprotéine P dans l’intestin. Les données in vitro montrent que le CYP2C9, le CYP2C19 et le CYP3A4 sont capables de catalyser la formation du métabolite O-desméthyl.

Données in vivo

Le lacosamide n’inhibe ni n’induit les CYP2C19 et 3A4 dans une mesure cliniquement pertinente. Le lacosamide n’a pas affecté l’ASC du midazolam (métabolisé par le CYP3A4, lacosamide administré 200 mg deux fois par jour), mais la C max du midazolam a légèrement augmenté (30%). Le lacosamide n’a pas modifié la pharmacocinétique de l’oméprazole (métabolisé par le CYP2C19 et le 3A4, le lacosamide ayant reçu 300 mg deux fois par jour).

L’inhibiteur du CYP2C19, l’oméprazole (40 mg une fois par jour) n’a pas entraîné de modification cliniquement significative de l’exposition au lacosamide. Ainsi, il est peu probable que des inhibiteurs modérés du CYP2C19 affectent l’exposition systémique au lacosamide dans une mesure cliniquement pertinente.

La prudence est recommandée en cas de traitement concomitant avec des inhibiteurs puissants du CYP2C9 (p. Ex. Fluconazole) et du CYP3A4 (p. Ex. Itraconazole, kétoconazole, ritonavir, clarithromycine), ce qui peut entraîner une exposition systémique accrue au lacosamide. De telles interactions n’ont pas été établies in vivo, mais sont possibles sur la base de données in vitro .

Des inducteurs enzymatiques puissants tels que la rifampicine ou le millepertuis (Hypericum perforatum) peuvent modérément réduire l’exposition systémique du lacosamide. Par conséquent, le début ou la fin du traitement avec ces inducteurs enzymatiques doit être fait avec prudence.

Médicaments antiépileptiques

Dans les essais d’interaction, le lacosamide n’a pas affecté de manière significative les concentrations plasmatiques de la carbamazépine et de l’acide valproïque. Les concentrations plasmatiques de lacosamide n’ont pas été affectées par la carbamazépine et par l’acide valproïque. Des analyses de pharmacocinétique de population dans différents groupes d’âge ont estimé qu’un traitement concomitant avec d’autres médicaments antiépileptiques connus pour être des inducteurs enzymatiques (carbamazépine, phénytoïne, phénobarbital, à diverses doses) diminuait l’exposition systémique globale du lacosamide de 25%.

Contraceptifs oraux

Dans un essai d’interaction, il n’y avait pas d’interaction cliniquement pertinente entre le lacosamide et les contraceptifs oraux éthinylestradiol et lévonorgestrel. Les concentrations de progestérone n’étaient pas affectées lorsque les médicaments étaient co-administrés.

Autres

Des essais d’interaction ont montré que le lacosamide n’avait aucun effet sur la pharmacocinétique de la digoxine. Il n’y avait pas d’interaction cliniquement pertinente entre le lacosamide et la metformine.

L’administration concomitante de warfarine et de lacosamide n’entraîne pas de modification cliniquement significative de la pharmacocinétique et de la pharmacodynamie de la warfarine.

Bien qu’aucune donnée pharmacocinétique sur l’interaction du lacosamide avec l’alcool ne soit disponible, un effet pharmacodynamique ne peut être exclu.

Lacosamide a une faible liaison aux protéines de moins de 15%. Par conséquent, des interactions cliniquement pertinentes avec d’autres médicaments par la compétition pour des sites de liaison aux protéines sont considérées improbables.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Risque lié à l’épilepsie et aux médicaments antiépileptiques en général

Pour l’ensemble des médicaments antiépileptiques, il a été montré que chez les descendants de femmes traitées par épilepsie, la prévalence des malformations est deux à trois fois supérieure à celle d’environ 3% dans la population générale. Dans la population traitée, une augmentation des malformations a été notée avec la polythérapie, cependant, la mesure dans laquelle le traitement et / ou la maladie est responsable n’a pas été élucidée.

De plus, une thérapie antiépileptique efficace ne doit pas être interrompue, car l’aggravation de la maladie est préjudiciable à la fois à la mère et au fœtus.

Risque lié au lacosamide

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation du lacosamide chez les femmes enceintes. Les études chez l’animal n’ont pas montré d’effets tératogènes chez le rat ou le lapin, mais une embryotoxicité a été observée chez le rat et le lapin à des doses toxiques pour la mère (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel pour les humains est inconnu.

Le lacosamide ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins d’une nécessité absolue (si le bénéfice pour la mère l’emporte clairement sur le risque potentiel pour le fœtus). Si les femmes décident de devenir enceintes, l’utilisation de ce produit doit être soigneusement réévaluée.

Allaitement maternel

On ne sait pas si le lacosamide est excrété dans le lait maternel humain. Un risque pour les nouveau-nés / nourrissons ne peut pas être exclu. Des études animales ont montré l’excrétion du lacosamide dans le lait maternel. Par mesure de précaution, l’allaitement doit être interrompu pendant le traitement par le lacosamide.

La fertilité

Aucun effet indésirable sur la fertilité ou la reproduction des mâles ou des femelles n’a été observé chez le rat à des doses produisant des expositions plasmatiques (ASC) jusqu’à environ 2 fois l’ASC plasmatique chez l’humain à la dose maximale recommandée chez l’humain (DMRH).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le lacosamide a une influence mineure à modérée sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Le traitement au lacosamide a été associé à des étourdissements ou à une vision floue.

En conséquence, les patients doivent être avisés de ne pas conduire ou d’utiliser d’autres machines potentiellement dangereuses jusqu’à ce qu’ils soient familiarisés avec les effets du lacosamide sur leur capacité à effectuer de telles activités.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Sur la base de l’analyse des essais cliniques regroupés contrôlés par placebo en thérapie adjuvante chez 1 308 patients ayant des crises partielles, 61,9% des patients randomisés pour le lacosamide et 35,2% des patients randomisés pour le placebo ont rapporté au moins 1 effet indésirable. Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés (≥ 10%) avec le traitement par le lacosamide étaient les vertiges, les céphalées, les nausées et la diplopie. Ils étaient généralement d’intensité légère à modérée. Certains étaient liés à la dose et pourraient être soulagés en réduisant la dose. L’incidence et la gravité des effets indésirables du système nerveux central (SNC) et du tractus gastro-intestinal (GI) diminuent habituellement avec le temps.

Dans toutes ces études contrôlées, le taux d’abandon dû aux effets indésirables a été de 12,2% chez les patients randomisés sous lacosamide et de 1,6% chez les patients randomisés sous placebo. L’effet indésirable le plus fréquent ayant entraîné l’arrêt du traitement par le lacosamide était le vertige.

L’incidence des effets indésirables du SNC tels que les vertiges peut être plus élevée après une dose de charge.

Basé sur l’analyse des données d’un essai clinique en monothérapie de non-infériorité comparant le lacosamide à la carbamazépine à libération contrôlée (CR), les effets indésirables les plus fréquemment rapportés (≥ 10%) pour le lacosamide étaient des céphalées et des vertiges. Le taux d’abandon dû aux effets indésirables était de 10,6% chez les patients traités par lacosamide et de 15,6% chez les patients traités par carbamazépine CR.

Liste tabulée des effets indésirables

Le tableau ci-dessous montre les fréquences des réactions défavorables qui ont été annoncées dans les essais cliniques et l’expérience post-marketing. Les fréquences sont définies comme suit: très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 à <1/10), peu fréquent (≥ 1/1000 à <1/100) et non connu (la fréquence ne peut être estimée à partir de données disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Classe d’organe de système

Très commun

Commun

Rare

Pas connu

Sang et troubles lymphatiques

Agranulocytose (1)

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité médicamenteuse (1)

Réaction médicamenteuse avec éosinophilie et symptômes systémiques (DRESS) (1,2)

Troubles psychiatriques

Dépression

État confus

Insomnie (1)

Agression

Agitation (1)

Humeur euphorique (1)

Trouble psychotique (1)

Tentative de suicide (1)

Idées suicidaires

Hallucination (1)

Troubles du système nerveux

Vertiges

Mal de tête

Trouble de l’équilibre

Coordination anormale

Déficience de mémoire

Trouble cognitif

Somnolence

Tremblement

Nystagmus

Hypoesthésie

Dysarthrie

Perturbation dans l’attention

Paresthésie

Syncope (2)

Convulsion (3)

Troubles oculaires

Diplopia

Vision floue

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Acouphène

Troubles cardiaques

Bloc auriculo-ventriculaire (1,2)

Bradycardie (1,2)

Fibrillation auriculaire (1,2)

Flutter atrial (1,2)

Problèmes gastro-intestinaux

La nausée

Vomissement

Constipation

Flatulence

Dyspepsie

Bouche sèche

La diarrhée

Troubles hépatobiliaires

Test de la fonction hépatique anormal (2)

Enzyme hépatique augmentée (> 2x LSN) (1)

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Prurit

Éruption cutanée (1)

Angioedème (1)

Urticaire (1)

Syndrome de Stevens-Johnson (1)

Nécrolyse épidermique toxique (1)

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Spasmes musculaires

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Troubles de la marche

Asthénie

Fatigue

Irritabilité

Se sentir ivre

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Tomber

Lacération de la peau

Contusion

(1) Les réactions défavorables ont rapporté dans l’expérience post-marketing.

(2) Voir Description des effets indésirables sélectionnés.

(3) Rapporté dans des études ouvertes.

Description des effets indésirables sélectionnés

L’utilisation du lacosamide est associée à une augmentation liée à la dose de l’intervalle PR. Des effets indésirables associés à un allongement de l’intervalle PR (p. Ex. Bloc auriculo-ventriculaire, syncope, bradycardie) peuvent survenir.

Dans les essais cliniques d’appoint chez les patients épileptiques, le taux d’incidence du bloc AV du premier degré déclaré est rare, à savoir 0,7%, 0%, 0,5% et 0% pour le lacosamide 200 mg, 400 mg, 600 mg ou le placebo, respectivement. Aucun bloc AV secondaire ou supérieur n’a été observé dans ces études. Cependant, des cas de bloc AV de deuxième et de troisième degré associés au traitement par le lacosamide ont été signalés après la commercialisation. Dans l’essai clinique en monothérapie comparant le lacosamide à la carbamazépine CR, le degré d’augmentation de l’intervalle PR était comparable entre le lacosamide et la carbamazépine.

Le taux d’incidence de la syncope rapporté dans les essais cliniques regroupés est peu fréquent et ne diffère pas entre les patients traités par lacosamide (n = 944) traités par épilepsie (0,1%) et les patients traités par placebo (n = 364) (0,3%). Dans l’étude clinique en monothérapie comparant le lacosamide à la carbamazépine CR, une syncope a été rapportée chez 7/444 patients (1,6%) lacosamides et chez 1/442 patients traités par carbamazépine CR (0,2%).

La fibrillation auriculaire ou le flutter n’ont pas été rapportés dans les essais cliniques à court terme; Cependant, les deux ont été rapportés dans des essais d’épilepsie en ouvert et dans l’expérience post-commercialisation.

Anomalies de laboratoire

Des anomalies des tests de la fonction hépatique ont été observées lors d’essais contrôlés avec le lacosamide chez des patients adultes présentant des crises partielles et recevant 1 à 3 médicaments antiépileptiques concomitants. Des élévations de l’ALT à ≥ 3 fois la LSN sont survenues chez 0,7% (7/935) des patients sous Vimpat et chez 0% (0/356) des patients sous placebo.

Réactions d’hypersensibilité multiorganes

Des réactions d’hypersensibilité multiorganes (également connues sous le nom de réactions médicamenteuses à l’éosinophilie et aux symptômes systémiques, DRESS) ont été signalées chez des patients traités avec certains médicaments antiépileptiques. Ces réactions sont variables dans l’expression, mais typiquement présentes avec la fièvre et l’éruption et peuvent être associées à l’implication de différents systèmes d’organe. En cas de suspicion d’une réaction d’hypersensibilité multiorganique, le lacosamide doit être arrêté.

Population pédiatrique

Le profil d’innocuité du lacosamide dans le cadre d’études ouvertes sur le traitement d’appoint chez les enfants de 4 ans à moins de 16 ans était conforme au profil d’innocuité observé chez les adultes. Dans la population pédiatrique, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés ont été des vomissements (17,1%), des vertiges (16,7%), de la somnolence (12,1%), des céphalées (11,7%) et des convulsions (10,1%). Les effets indésirables supplémentaires signalés chez les enfants étaient une diminution de l’appétit (6,6%), une léthargie (4,3%) et un comportement anormal (1,9%).

Population âgée

Dans l’étude en monothérapie comparant le lacosamide à la carbamazépine CR, les types d’effets indésirables liés au lacosamide chez les patients âgés (≥ 65 ans) semblent être similaires à ceux observés chez les patients de moins de 65 ans. Cependant, une incidence plus élevée (différence ≥ 5%) de chute, de diarrhée et de tremblements a été rapportée chez des patients âgés par rapport aux patients adultes plus jeunes. L’effet indésirable cardiaque le plus fréquent rapporté chez les personnes âgées par rapport à la population adulte plus jeune était le bloc AV du premier degré. Cela a été rapporté avec le lacosamide chez 4,8% (3/62) chez les patients âgés contre 1,6% (6/382) chez les patients adultes plus jeunes. Le taux d’abandon dû aux effets indésirables observés avec le lacosamide était de 21,0% (13/62) chez les patients âgés versus 9,2% (35/382) chez les patients adultes plus jeunes. Ces différences entre les patients adultes âgés et les plus jeunes étaient similaires à celles observées dans le groupe de comparaison actif.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via:

Royaume-Uni

Carte Jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard ou recherchez MHRA Yellow Card dans Google Play ou Apple App Store

Irlande

Pharmacovigilance HPRA

Earlsfort Terrace

IRL – Dublin 2

Tél: +353 1 6764971

Fax: +353 1 6762517

Site Web: www.hpra.ie

e-mail:

Malte

Rapport ADR

Site Web: www.medicinesauthority.gov.mt/adrportal

4.9 Surdosage

Symptômes

Les symptômes observés après un surdosage accidentel ou intentionnel de lacosamide sont principalement associés au système nerveux central et au système gastro-intestinal.

• Les types d’effets indésirables observés chez les patients exposés à des doses supérieures à 400 mg jusqu’à 800 mg n’étaient pas cliniquement différents de ceux des patients ayant reçu les doses recommandées de lacosamide.

• Les réactions signalées après un apport de plus de 800 mg sont des étourdissements, des nausées, des vomissements, des convulsions (crises généralisées tonico-cloniques, état de mal épileptique). Des troubles de la conduction cardiaque, un choc et un coma ont également été observés. Des cas mortels ont été rapportés chez des patients après un surdosage unique de plusieurs grammes de lacosamide.

La gestion

Il n’y a pas d’antidote spécifique pour le surdosage avec le lacosamide. Le traitement d’un surdosage de lacosamide doit inclure des mesures de soutien générales et peut inclure une hémodialyse si nécessaire (voir rubrique 5.2).

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: antiépileptiques, autres antiépileptiques, code ATC: N03AX18

Mécanisme d’action

La substance active, le lacosamide (R-2-acétamido-N-benzyl-3-méthoxypropionamide) est un acide aminé fonctionnalisé.

Le mécanisme précis par lequel le lacosamide exerce son effet antiépileptique chez l’homme reste à élucider. Des études électrophysiologiques in vitro ont montré que le lacosamide améliore sélectivement l’inactivation lente des canaux sodiques voltage-dépendants, ce qui entraîne la stabilisation des membranes neuronales hyperexcitables.

Effets pharmacodynamiques

Lacosamide protégé contre les saisies dans un large éventail de modèles animaux de crises généralisées partielles et primaires et le développement de l’allumage retardé.

Dans des expériences non cliniques, le lacosamide en association avec le lévétiracétam, la carbamazépine, la phénytoïne, le valproate, la lamotrigine, le topiramate ou la gabapentine a montré des effets anticonvulsivants synergiques ou additifs.

Efficacité clinique et sécurité

Population adulte

Monothérapie

L’efficacité du lacosamide en monothérapie a été établie dans le cadre d’une comparaison de non-infériorité en double aveugle, en groupes parallèles, avec la carbamazépine chez 886 patients de 16 ans et plus présentant une épilepsie nouvellement diagnostiquée ou récemment diagnostiquée. Les patients ont dû présenter des crises partielles non provoquées avec ou sans généralisation secondaire. Les patients ont été randomisés en carbamazépine CR ou en lacosamide, sous forme de comprimés, dans un rapport de 1: 1. La dose était basée sur la dose-réponse et variait de 400 à 1 200 mg / jour pour la carbamazépine CR et de 200 à 600 mg / jour pour le lacosamide. La durée du traitement était jusqu’à 121 semaines selon la réponse.

Les taux estimés de liberté d’épilepsie à 6 mois étaient de 89,8% pour les patients traités par lacosamide et de 91,1% pour les patients traités par carbamazépine CR en utilisant la méthode d’analyse de survie de Kaplan-Meier. La différence absolue ajustée entre les traitements était de -1,3% (IC à 95%: -5,5, 2,8). Les estimations de Kaplan-Meier des taux de liberté d’épilepsie à 12 mois étaient de 77,8% chez les patients traités par lacosamide et de 82,7% chez les patients traités par carbamazépine CR.

Les taux de crises d’épilepsie de 6 mois chez les patients âgés de 65 ans et plus (62 patients sous lacosamide, 57 patients sous carbamazépine CR) étaient similaires entre les deux groupes de traitement. Les taux étaient également similaires à ceux observés dans l’ensemble de la population. Dans la population âgée, la dose de maintenance de lacosamide était de 200 mg / jour chez 55 patients (88,7%), 400 mg / jour chez 6 patients (9,7%) et la dose a été augmentée à plus de 400 mg / jour chez 1 patient (1,6% ).

Conversion en monothérapie

L’efficacité et l’innocuité du lacosamide lors de la conversion en monothérapie ont été évaluées dans un essai randomisé, multicentrique, à double insu et randomisé, contrôlé par l’histoire. Dans cette étude, 425 patients âgés de 16 à 70 ans présentant des crises partielles incontrôlées prenant des doses stables de 1 ou 2 médicaments antiépileptiques commercialisés ont été randomisés pour être convertis en monothérapie au lacosamide (400 mg / jour ou 300 mg / jour). : 1 rapport). Chez les patients traités qui ont terminé la titration et commencé à retirer des médicaments antiépileptiques (284 et 99 respectivement), la monothérapie a été maintenue chez 71,5% et 70,7% des patients respectivement pendant 57-105 jours (médiane 71 jours), sur la période d’observation ciblée de 70 jours .

Thérapie d’appoint

L’efficacité du lacosamide en tant que traitement d’appoint aux doses recommandées (200 mg / jour, 400 mg / jour) a été établie dans trois essais cliniques multicentriques, randomisés et contrôlés contre placebo, avec une période de maintenance de 12 semaines. Le lacosamide 600 mg / jour s’est également montré efficace dans les essais contrôlés de traitement adjuvant, bien que l’efficacité ait été similaire à 400 mg / jour et les patients étaient moins susceptibles de tolérer cette dose en raison des effets indésirables liés au SNC et gastro-intestinaux. Ainsi, la dose de 600 mg / jour n’est pas recommandée. La dose maximale recommandée est de 400 mg / jour. Ces essais, portant sur 1 308 patients ayant des antécédents de crises partielles de 23 ans en moyenne, ont été conçus pour évaluer l’efficacité et la tolérance du lacosamide lorsqu’il est administré en concomitance avec 1 à 3 médicaments antiépileptiques chez des patients présentant des crises partielles non contrôlées. ou sans généralisation secondaire. Dans l’ensemble, la proportion de sujets ayant une réduction de 50% de la fréquence des crises était de 23%, 34% et 40% pour le placebo, le lacosamide 200 mg / jour et le lacosamide 400 mg / jour.

La pharmacocinétique et l’innocuité d’une dose unique de lacosamide administrée par voie intraveineuse ont été déterminées dans une étude multicentrique ouverte visant à évaluer l’innocuité et la tolérabilité de l’initiation rapide du lacosamide en utilisant une seule dose d’attaque intraveineuse (200 mg) suivie de deux dosage (équivalent à la dose intraveineuse) comme traitement d’appoint chez les sujets adultes âgés de 16 à 60 ans présentant des crises partielles.

Population pédiatrique

Les crises partielles ont une expression clinique similaire chez les enfants de 4 ans et chez les adultes. L’efficacité du lacosamide chez les enfants âgés de 4 ans et plus a été extrapolée à partir des données d’adolescents et d’adultes présentant des crises partielles, pour lesquelles une réponse similaire était attendue à condition que les adaptations de doses pédiatriques soient établies (voir rubrique 4.2). (voir la section 4.8).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Le lacosamide est rapidement et complètement absorbé après l’administration orale. La biodisponibilité orale des comprimés de lacosamide est d’environ 100%. Après administration orale, la concentration plasmatique du lacosamide inchangé augmente rapidement et atteint C max environ 0,5 à 4 heures après l’administration. Les comprimés de Vimpat et le sirop oral sont bioéquivalents. La nourriture n’affecte pas le taux et l’ampleur de l’absorption.

Distribution

Le volume de distribution est d’environ 0,6 L / kg. Le lacosamide est lié à moins de 15% aux protéines plasmatiques.

Biotransformation

95% de la dose est excrétée dans l’urine sous forme de lacosamide et de métabolites. Le métabolisme du lacosamide n’a pas été complètement caractérisé.

Les principaux composés excrétés dans l’urine sont le lacosamide inchangé (environ 40% de la dose) et son métabolite O-desméthyl inférieur à 30%.

Une fraction polaire proposée comme étant des dérivés de la sérine représentait environ 20% dans l’urine, mais n’a été détectée qu’en petites quantités (0-2%) dans le plasma humain de certains sujets. De petites quantités (0,5-2%) de métabolites supplémentaires ont été trouvées dans l’urine.

Les données in vitro montrent que le CYP2C9, le CYP2C19 et le CYP3A4 sont capables de catalyser la formation du métabolite O-déméthylé, mais que l’isoenzyme contributive principale n’a pas été confirmée in vivo . Aucune différence cliniquement pertinente dans l’exposition au lacosamide n’a été observée en comparant sa pharmacocinétique chez les métaboliseurs rapides (EM, avec un CYP2C19 fonctionnel) et les métaboliseurs lents (les MP, dépourvus de CYP2C19 fonctionnel). En outre, un essai d’interaction avec l’oméprazole (inhibiteur du CYP2C19) n’a montré aucun changement cliniquement significatif des concentrations plasmatiques du lacosamide, ce qui indique que l’importance de cette voie est mineure. La concentration plasmatique de O-desméthyl-lacosamide est d’environ 15% de la concentration de lacosamide dans le plasma. Ce métabolite majeur n’a aucune activité pharmacologique connue.

Élimination

Le lacosamide est principalement éliminé de la circulation systémique par l’excrétion rénale et la biotransformation. Après l’administration orale et intraveineuse de lacosamide radiomarqué, environ 95% de la radioactivité administrée a été récupérée dans l’urine et moins de 0,5% dans les fèces. La demi-vie d’élimination du lacosamide est d’environ 13 heures. La pharmacocinétique est proportionnelle à la dose et constante dans le temps, avec une faible variabilité intra- et inter-individuelle. Après une administration deux fois par jour, les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre sont atteintes après une période de 3 jours. La concentration plasmatique augmente avec un facteur d’accumulation d’environ 2.

Une seule dose de charge de 200 mg se rapproche des concentrations à l’état d’équilibre comparables à 100 mg deux fois par jour par voie orale.

Pharmacocinétique dans des groupes de patients spéciaux

Le genre

Les essais cliniques indiquent que le sexe n’a pas d’influence cliniquement significative sur les concentrations plasmatiques du lacosamide.

Insuffisance rénale

L’ASC du lacosamide a été augmentée d’environ 30% chez les patients modérément et modérément et 60% chez les insuffisants rénaux sévères et chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale nécessitant une hémodialyse par rapport aux sujets sains, alors que la C max n’a pas été affectée.

Le lacosamide est efficacement éliminé du plasma par hémodialyse. Après un traitement d’hémodialyse de 4 heures, l’ASC du lacosamide est réduite d’environ 50%. Par conséquent, une supplémentation en doses après hémodialyse est recommandée (voir rubrique 4.2). L’exposition du métabolite O-déméthylé a été multipliée par plusieurs chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée et sévère. En l’absence d’hémodialyse chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale, les taux ont augmenté et ont augmenté de façon continue au cours de l’échantillonnage de 24 heures. On ne sait pas si l’augmentation de l’exposition aux métabolites chez les sujets atteints d’insuffisance rénale terminale pourrait donner lieu à des effets indésirables, mais aucune activité pharmacologique du métabolite n’a été identifiée.

Insuffisance hépatique

Les sujets présentant une insuffisance hépatique modérée (Child-Pugh B) présentaient des concentrations plasmatiques plus élevées de lacosamide (environ 50% de plus de la norme AUC). L’exposition plus élevée était en partie due à une fonction rénale réduite chez les sujets étudiés. La diminution de la clairance non rénale chez les patients de l’étude a été estimée à une augmentation de 20% de l’ASC du lacosamide. La pharmacocinétique du lacosamide n’a pas été évaluée en cas d’insuffisance hépatique sévère (voir rubrique 4.2).

Personnes âgées (plus de 65 ans)

Dans une étude menée chez des hommes et des femmes âgés, dont 4 patients âgés de plus de 75 ans, l’ASC était d’environ 30 et 50% supérieure à celle des hommes jeunes, respectivement. Ceci est en partie lié au poids corporel inférieur. La différence de poids corporel normalisée est de 26 et 23%, respectivement. Une variabilité accrue de l’exposition a également été observée. La clairance rénale du lacosamide n’a été que légèrement réduite chez les sujets âgés dans cette étude.

Une réduction générale de la dose n’est pas considérée comme nécessaire, sauf en cas d’indication d’une fonction rénale réduite (voir rubrique 4.2).

Population pédiatrique

Le profil pharmacocinétique pédiatrique du lacosamide a été déterminé dans une analyse pharmacocinétique de population utilisant des données de concentrations plasmatiques clairsemées obtenues dans deux études ouvertes chez 79 enfants atteints d’épilepsie âgés de 6 mois à 17 ans. Les doses de lacosamide administrées variaient de 2 à 12 mg / kg / jour (indépendamment de la bande de poids de l’enfant) deux fois par jour, avec un maximum de 400 mg / jour pour les enfants pesant 50 kg ou plus.

La clairance plasmatique typique était de 1,08 L / h, 1,40 L / h et 1,92 L / h pour les enfants pesant respectivement 20 kg, 30 kg et 50 kg. En comparaison, la clairance plasmatique était estimée à 1,92 L / h chez les patients adultes (70 kg de poids corporel).

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans les études de toxicité, les concentrations plasmatiques de lacosamide obtenues étaient similaires ou seulement légèrement supérieures à celles observées chez les patients, ce qui laisse des marges faibles ou inexistantes à l’exposition humaine.

Une étude de pharmacologie de sécurité avec administration intraveineuse de lacosamide chez des chiens anesthésiés a montré des augmentations transitoires de l’intervalle PR et de la durée du complexe QRS et des diminutions de la pression artérielle dues probablement à une action cardiodépressive. Ces changements transitoires ont commencé dans la même plage de concentrations qu’après la dose clinique maximale recommandée. Chez les chiens anesthésiés et les singes Cynomolgus, à des doses intraveineuses de 15-60 mg / kg, un ralentissement de la conductivité auriculaire et ventriculaire, un bloc auriculo-ventriculaire et une dissociation auriculo-ventriculaire ont été observés.

Dans les études de toxicité à doses répétées, de légers changements hépatiques réversibles ont été observés chez les rats à partir d’environ 3 fois l’exposition clinique. Ces changements comprenaient une augmentation du poids des organes, une hypertrophie des hépatocytes, une augmentation des concentrations sériques d’enzymes hépatiques et une augmentation du cholestérol total et des triglycérides. En dehors de l’hypertrophie des hépatocytes, aucun autre changement histopathologique n’a été observé.

Dans les études de toxicité pour la reproduction et le développement chez les rongeurs et les lapins, aucun effet tératogène n’a été observé, mais une augmentation du nombre de chiots mort-nés et des décès de petits rats au cours de la période peripartum. niveaux d’exposition systémique similaires à l’exposition clinique attendue. Étant donné que des niveaux d’exposition plus élevés n’ont pas pu être testés chez les animaux en raison de la toxicité maternelle, les données sont insuffisantes pour caractériser pleinement le potentiel embryofétotoxique et tératogène du lacosamide.

Des études chez le rat ont révélé que le lacosamide et / ou ses métabolites traversaient facilement la barrière placentaire.

Chez les rats et les chiens juvéniles, les types de toxicité ne diffèrent pas qualitativement de ceux observés chez les animaux adultes. Chez les rats juvéniles, un poids corporel réduit a été observé à des niveaux d’exposition systémique similaires à l’exposition clinique prévue. Chez les chiens juvéniles, des signes cliniques transitoires et liés au dosage du SNC ont commencé à être observés à des niveaux d’exposition systémique inférieurs à l’exposition clinique prévue.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé

la cellulose microcristalline

hydroxypropylcellulose

hydroxypropylcellulose (faiblement substitué)

silice, colloïdale, anhydre

Crospovidone (Polyplasdone XL-10 Pharmaceutical Grade)

stéarate de magnésium

Tablette

Vimpat 50 mg comprimés pelliculés

alcool polyvinylique

polyéthylène glycol 3350

talc

dioxyde de titane (E171)

oxyde de fer rouge (E172)

oxyde de fer noir (E172)

lac d’indigo carmin en aluminium (E132)

Vimpat 100 mg comprimés pelliculés

alcool polyvinylique

polyéthylène glycol 3350

talc

dioxyde de titane (E171)

oxyde de fer jaune (E172)

Vimpat 150 mg comprimés pelliculés

alcool polyvinylique

polyéthylène glycol 3350

talc

dioxyde de titane (E171)

oxyde de fer jaune (E172), oxyde de fer rouge (E172), oxyde de fer noir (E172)

Vimpat 200 mg comprimés pelliculés

alcool polyvinylique

polyéthylène glycol 3350

talc

dioxyde de titane (E171)

lac d’indigo carmin en aluminium (E132)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

5 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Vimpat 50 mg comprimés pelliculés

Emballages de 14, 28, 56 et 168 comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée en PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Comprimés de 14 x 1 et 56 x 1 comprimés pelliculés dans des plaquettes thermoformées perforées en PVC / PVDC scellées avec une feuille d’aluminium.

Vimpat 100 mg comprimés pelliculés

Emballages de 14, 28, 56 et 168 comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée en PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Comprimés de 14 x 1 et 56 x 1 comprimés pelliculés dans des plaquettes thermoformées perforées en PVC / PVDC scellées avec une feuille d’aluminium.

Vimpat 150 mg comprimés pelliculés

Comprimés de 14, 28 et 56 comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée en PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Multipacks contenant 168 (3 paquets de 56 comprimés) comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Comprimés de 14 x 1 et 56 x 1 comprimés pelliculés dans des plaquettes thermoformées perforées en PVC / PVDC scellées avec une feuille d’aluminium.

Vimpat 200 mg comprimés pelliculés

Comprimés de 14, 28 et 56 comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée en PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Multipacks contenant 168 (3 paquets de 56 comprimés) comprimés pelliculés dans une plaquette thermoformée PVC / PVDC scellée avec une feuille d’aluminium.

Comprimés de 14 x 1 et 56 x 1 comprimés pelliculés dans des plaquettes thermoformées perforées en PVC / PVDC scellées avec une feuille d’aluminium.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières pour l’élimination.

7. Titulaire de l’autorisation

UCB Pharma SA

Allée de la Recherche 60

B-1070 Bruxelles

Belgique

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

EU / 1/08/470/001

EU / 1/08/470/002

EU / 1/08/470/003

EU / 1/08/470/004

EU / 1/08/470/005

EU / 1/08/470/006

EU / 1/08/470/007

EU / 1/08/470/008

EU / 1/08/470/009

EU / 1/08/470/010

EU / 1/08/470/011

EU / 1/08/470/012

EU / 1/08/470/020

EU / 1/08/470/021

EU / 1/08/470/022

EU / 1/08/470/023

EU / 1/08/470/024

EU / 1/08/470/025

EU / 1/08/470/026

EU / 1/08/470/027

EU / 1/08/470/028

EU / 1/08/470/029

EU / 1/08/470/030

EU / 1/08/470/031

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 29 août 2008

Date du dernier renouvellement: 31 juillet 2013

10. Date de révision du texte

Novembre 2017

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments: http://www.ema.europa.eu/