Vasran xl 10 mg comprimés à libération prolongée


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Vasran XL 10 mg comprimés à libération prolongée.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg de chlorhydrate d’alfuzosine.

Excipients à effet notoire: lactose

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé à libération prolongée.

Comprimés blancs à blanc cassé, ronds, non revêtus, biconvexes, à bords aplatis, portant l’inscription «RY 10» sur une face.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement des symptômes fonctionnels modérés à sévères de l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP).

Comme un traitement d’appoint en relation avec le cathétérisme dans la rétention urinaire aiguë (AUR) liée à l’HBP.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie:

Adultes:

HBP: La dose recommandée est un comprimé à libération prolongée de 10 mg par jour.

AUR: Un comprimé à libération prolongée de 10 mg par jour après un repas à prendre dès le premier jour de cathétérisme. L’efficacité dans le traitement à long terme de AUR n’a pas été établie.

Personnes âgées (plus de 65 ans)

La dose recommandée est la même que celle pour les adultes. Des études de pharmacocinétique et de sécurité clinique ont montré que l’ajustement de la dose n’est pas nécessaire chez les patients âgés.

Patients atteints d’insuffisance rénale

Sur la base des données de pharmacocinétique et de sécurité clinique, les patients présentant une insuffisance rénale (clairance de la créatinine ≥ 30 ml / min) peuvent être traités avec la dose habituelle.

L’alfuzosine 10 mg ne doit pas être administré aux patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min) car il n’existe pas de données cliniques de sécurité disponibles pour ce groupe de patients (voir rubrique 4.4).

Insuffisance hépatique

L’alfuzosine, administrée sous forme de comprimés à libération prolongée à 10 mg, est contre-indiquée chez les patients atteints d’insuffisance hépatique. Les préparations contenant une faible dose de chlorhydrate d’alfuzosine peuvent être utilisées chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée, comme indiqué dans les informations sur le produit correspondant.

Population pédiatrique :

L’efficacité de l’alfuzosine n’a pas été démontrée chez les enfants âgés de 2 à 16 ans (voir rubrique 5.1). Par conséquent, l’alfuzosine n’est pas indiquée pour une utilisation en population pédiatrique.

Méthode d’administration

Usage oral.

Le comprimé à libération prolongée doit être pris avec une quantité suffisante de liquide (par exemple un verre d’eau). Les comprimés à libération prolongée ne doivent pas être écrasés, mâchés ou divisés (voir rubrique 4.4).

La première dose doit être prise au coucher. Le comprimé à libération prolongée 10 mg doit être pris immédiatement après le même repas chaque jour.

4.3 Contre-indications

– Hypersensibilité à l’alfuzosine, à d’autres quinazolines (p.ex. térazosine, doxazosine) ou à l’un des excipients énumérés à la rubrique 6.1

– Histoire de l’hypotension orthostatique

– Insuffisance hépatique

– Combinaison avec d’autres bloqueurs des récepteurs alpha 1

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

• En l’absence de données cliniques de sécurité chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min), Alfuzosin 10 mg comprimés à libération prolongée ne doit pas être administré à ce groupe de patients.

• Le patient doit être examiné avant le début du traitement par l’alfuzosine afin d’exclure la présence d’autres conditions pouvant produire des symptômes similaires à ceux de l’HBP.

• Alfuzosin 10 mg Les comprimés à libération prolongée doivent être administrés avec prudence aux patients traités par des antihypertenseurs ou des dérivés nitrés. Chez certains sujets, une hypotension orthostatique avec ou sans symptômes (vertiges, fatigue, transpiration) peut apparaître dans les quelques heures qui suivent l’administration.

• Ces effets sont transitoires, se produisent au début du traitement et ne nécessitent généralement pas l’arrêt du traitement. Le patient doit être averti que ces symptômes peuvent éventuellement se produire. Dans de tels cas, le patient doit rester couché jusqu’à ce que les symptômes aient complètement disparu.

• Une baisse prononcée de la pression artérielle a été rapportée après la mise sur le marché chez des patients présentant des facteurs de risque préexistants (tels que des maladies cardiaques sous-jacentes et / ou un traitement concomitant avec un médicament antihypertenseur).

• Des précautions doivent être prises si l’alfuzosine est administrée à des patients qui ont réagi de façon prononcée à d’autres antagonistes des récepteurs alpha-1.

• Chez les patients coronariens, le traitement spécifique doit être poursuivi, en tenant compte du fait que l’administration concomitante de nitrates et d’alfuzosine peut augmenter le risque d’hypotension. Si l’angine de poitrine récidive, le traitement par alfuzosine doit être arrêté.

• Comme avec tous les antagonistes des récepteurs alpha-1, l’alfuzosine doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une insuffisance cardiaque aiguë.

• L’alfuzosine doit être administrée avec prudence aux patients traités par antihypertenseurs. Le traitement doit être débuté progressivement chez les patients présentant une hypersensibilité à d’autres antagonistes des récepteurs alpha-1. La pression artérielle doit être surveillée régulièrement, en particulier au début du traitement.

• Les patients ayant un allongement de l’intervalle QTc congénital, ayant des antécédents connus d’allongement de l’intervalle QTc acquis ou prenant des médicaments connus pour allonger l’intervalle QTc doivent être évalués avant et pendant l’administration d’alfuzosine.

• Le «syndrome de l’iris disoponctionnel interopératoire» (IFIS, une variante du syndrome de la petite pupille) a été observé pendant la chirurgie de la cataracte chez certains patients traités ou précédemment traités avec la tamsulosine. Des rapports isolés ont également été reçus avec d’autres bloqueurs alpha-1 et la possibilité d’un effet de classe ne peut être exclue. Comme l’IFIS peut entraîner des complications procédurales accrues pendant l’opération de la cataracte, l’utilisation actuelle ou passée des alpha-1 bloqueurs doit être portée à la connaissance du chirurgien ophtalmologue avant la chirurgie.

• Les patients doivent être avertis que le comprimé doit être avalé entier. D’autres méthodes d’administration telles que l’écrasement, la pulvérisation ou la mastication des comprimés doivent être interdites. Une administration incorrecte peut conduire à une libération et une absorption inappropriées de la substance active avec le risque d’effets secondaires précoces.

• Ce produit contient du lactose. Les patients présentant des maladies héréditaires rares telles que l’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas utiliser ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Combinaisons non recommandées

– Bloqueurs des récepteurs alpha-1 (voir rubrique 4.3)

Combinaisons à prendre en compte (voir section 4.4)

– Antihypertenseurs (voir rubrique 4.4)

– Préparations de nitrate. (Voir la section 4.4)

– Inhibiteurs puissants du CYP3A4 (kétoconazole, itraconazole, inhibiteur de la protéase (ritonavir), clarithromycine, érythromycine) télithromycine et néfazodone:

Augmenter la concentration plasmatique d’alfuzosine et augmenter le risque d’effets indésirables. (voir la section 5.2)

– Kétoconazole: une dose quotidienne répétée de 200 mg de kétoconazole pendant sept jours a entraîné une augmentation de la Cmax de 2,1 fois et une augmentation de 2,5 fois de l’exposition à l’alfuzosine administrée en une seule prise dans des conditions d’alimentation (repas riche en graisses). Les autres paramètres tels que tmax et t1 / 2 n’ont pas été modifiés.

– La Cmax et l’ASC de l’alfuzosine, administrées en une seule dose dans des conditions d’alimentation, ont augmenté de 2,3 fois et de 3,0 fois, respectivement, après 8 jours d’administration quotidienne répétée de 400 mg de kétoconazole (voir rubrique 5.2 Propriétés pharmacocinétiques).

L’administration d’anesthésiques généraux à un patient traité par l’alfuzosine peut entraîner une hypotension profonde. Il est recommandé de retirer les comprimés 24 heures avant la chirurgie.

Autres formes d’interaction

Aucune interaction pharmacodynamique ou pharmacocinétique n’a été observée chez des volontaires sains entre l’alfuzosine et les médicaments suivants: warfarine, digoxine, hydrochlorothiazide et aténolol.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Compte tenu de la zone d’indication, cette section ne s’applique pas.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il n’y a pas de données disponibles sur l’effet sur la conduite des véhicules.

Des effets indésirables tels que le vertige, la faiblesse, le vertige et l’asthénie peuvent survenir en particulier au début du traitement. Cela devrait être pris en compte lors de la conduite de véhicules ou de l’utilisation de machines.

4.8 Effets indésirables

L’événement le plus fréquemment rapporté est le vertige, qui survient chez environ 5% des patients traités.

Les effets indésirables considérés au moins possiblement liés au traitement sont listés ci-dessous par classe de système d’organes et fréquence absolue. Les fréquences sont définies comme très courantes (≥1 / 10); commun (> 1/100 à <1/10); peu commun (> 1/1000 à ≤1 / 100); rare (> 1/10 000 à ≤1 / 1000); très rare (≤1 / 10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

SOC

La fréquence

Commun

Rare

Très rare

Pas connu

Troubles du système sanguin et lymphatique

Neutropénie

Thrombocytopénie

Trouble du système immunitaire

Œdème angioneurotique

Troubles du système nerveux

Fatigue / Vertiges, maux de tête

Vertige, somnolence

Troubles oculaires

Vision anormale

Syndrome de l’iris souple peropératoire (voir rubrique 4.4)

Troubles cardiaques

Tachycardie, palpitations, douleurs thoraciques

Angine de poitrine chez les patients présentant des troubles artériels pré-coronaires (voir rubrique 4.4)

La fibrillation auriculaire

Troubles vasculaires

Hypotension posturale (voir rubrique 4.4) (initialement avec une dose trop élevée ou si le traitement est repris après une courte interruption du traitement), syncope (initialement avec une dose trop élevée ou si le traitement est repris après une courte interruption) de thérapie)

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rhinite

Problèmes gastro-intestinaux

Nausées, douleurs abdominales, dyspepsie

Vomissements, diarrhée, sécheresse de la bouche

Troubles hépatobiliaires

Hépatotoxicité

Lésion hépatocellulaire, maladie cholestatique du foie.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Éruptions cutanées, prurit, exanthème, urticaire

Troubles rénaux et urinaires

Incontinence urinaire

Système reproducteur et troubles mammaires

Priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie,

Œdème, (voir rubrique 4.4), malaise, bouffées de chaleur

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

En cas de surdosage, le patient doit être admis à l’hôpital, maintenu en décubitus dorsal et recevoir un traitement de soutien normal pour hypotension. L’antidote approprié est un vasoconstricteur qui agit directement sur le muscle lisse des vaisseaux sanguins, comme la noradrénaline.

La vidange gastrique et / ou l’administration de charbon médicinal doivent être envisagées. L’alfuzosine n’est pas facilement dialysée en raison du fort degré de liaison protéique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Catégorie pharmacothérapeutique: antagonistes alpha-adrénergiques. Code ATC: G04C A01 Alfuzosin

L’alfuzosine, un composé racémique, est un dérivé de la quinazoline actif par voie orale qui bloque sélectivement les récepteurs alpha-1 post-synaptiques. Des études in vitro ont montré que la substance agit sélectivement sur les récepteurs alpha-1 du trigone de la vessie, de l’urètre et de la prostate. Les symptômes cliniques de l’hypertrophie bénigne de la prostate ne sont pas seulement liés à la taille de la prostate, mais aussi aux impulsions nerveuses sympathomimétiques qui, par la stimulation des récepteurs alpha post-synaptiques, augmentent la tension des muscles lisses des voies urinaires inférieures. Grâce au traitement par l’alfuzosine, les muscles lisses se relaxent, ce qui améliore le flux urinaire.

La preuve clinique de l’effet sélectif sur les voies urinaires est démontrée par l’efficacité clinique et le bon profil d’innocuité chez les hommes traités par l’alfuzosine, y compris les patients âgés et les patients souffrant d’hypertension. L’alfuzosine peut entraîner des effets antihypertenseurs modérés.

Chez les hommes, l’alfuzosine améliore l’évacuation de l’eau en réduisant la tonicité de l’urètre et la résistance de la vessie, facilitant ainsi la vidange de la vessie.

Chez les patients traités par l’alfuzosine, une fréquence plus faible de rétention urinaire aiguë a été observée que chez les patients non traités.

– Dans des études contrôlées par placebo chez des patients présentant une hyperplasie bénigne de la prostate alfuzosine: augmentation significative du débit urinaire maximal (Q max ) chez les patients ayant un Q max <15 ml / s en moyenne de 30%. Cette amélioration a été observée dès la première dose;

– une pression de detrusor significativement réduite et un volume accru, produisant un fort désir d’annulation,

– une réduction significative du volume d’urine résiduelle.

L’efficacité sur le débit de pointe est observée jusqu’à 24 heures après l’ingestion.

Ces effets urodynamiques se traduisent par une amélioration des symptômes du tractus urinaire inférieur (SBAU), c’est-à-dire des symptômes de rétention (irritant) et de décharge urinaire (obstructive) clairement démontrés.

Une fréquence plus faible de rétention urinaire aiguë est observée chez le patient traité par l’alfuzosine que chez le patient non traité. Alfuzosin 10 mg a été montré pour augmenter la probabilité de réussite miction spontanée chez les patients présentant un premier épisode de rétention urinaire aiguë liée à l’HBP. Dans une étude clinique en double aveugle contre placebo chez 357 patients, le taux de succès de la miction spontanée après l’ablation du cathéter était de 61,9% dans le groupe alfuzosine et de 47,9% dans le groupe placebo (p = 0,012). Cette augmentation relative de 29% du taux de succès de la miction spontanée est cliniquement significative, car un pourcentage plus élevé de patients peut être libéré sans cathéter. Dans le groupe à risque élevé (quantité d’urine prélevée> 1 000 ml), l’augmentation relative du taux de réussite de la miction spontanée dans le groupe alfuzosine par rapport au groupe placebo était encore supérieure à la variation cliniquement significative de l’ensemble de données.

Population pédiatrique

L’alfuzosine n’est pas indiquée dans la population pédiatrique (voir rubrique 4.2).

L’efficacité du chlorhydrate d’alfuzosine n’a pas été démontrée dans les deux études menées chez 197 patients de 2 à 16 ans présentant une pression de fuite du détrusor élevée (LPP ≥ 40 cm H 2 O) d’origine neurologique. Les patients ont été traités avec du chlorhydrate d’alfuzosine 0,1 mg / kg / jour ou 0,2 mg / kg / jour en utilisant des formulations pédiatriques adaptées.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

L’alfuzosine a une pharmacocinétique linéaire dans la gamme de dosage thérapeutique. Le profil cinétique est caractérisé par d’importantes fluctuations interindividuelles de la concentration plasmatique. Le profil cinétique est caractérisé par d’importantes fluctuations interindividuelles des concentrations plasmatiques. L’absorption est augmentée lorsque le médicament est administré après un repas.

Absorption

Après la première dose (après un repas), la concentration plasmatique maximale moyenne était de 7,72 ng / ml et l’ASC de 127 ng xh / ml (après un repas) et le t max était de 6,69 heures (après un repas). À l’état d’équilibre (après un repas), l’ASC moyenne sur l’intervalle de dosage (ASC ) était de 145 ng xh / ml, la Cmax moyenne de 10,6 ng / ml et Cmin était de 3,23 ng / ml.

Distribution

La liaison aux protéines plasmatiques est d’environ 90%. Le volume de distribution de l’alfuzosine chez les sujets sains est de 2,5 l / kg. Il a été démontré que la substance est distribuée plus dans la prostate que dans le plasma.

Élimination

La demi-vie d’élimination apparente est d’environ 8 heures. L’alfuzosine est largement métabolisée dans le foie (diverses voies), les métabolites sont éliminés par les reins et probablement aussi par la bile, 75-91% d’une dose orale est éliminée dans les fèces, 35% sous forme non modifiée et le reste sous forme de métabolites , ce qui indique qu’une certaine excrétion via la bile a lieu. Environ 10% de la dose est éliminée sous forme non modifiée dans l’urine. Aucun des métabolites n’est pharmacologiquement actif.

Insuffisance rénale ou hépatique

Le volume de distribution et de clairance augmente avec la fonction rénale réduite, probablement en raison d’une diminution du degré de liaison aux protéines. La demi-vie, cependant, est inchangée. Cette modification du profil pharmacocinétique n’est pas considérée comme cliniquement pertinente. Par conséquent, cela ne nécessite pas d’ajustement posologique chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (voir rubriques 4.2 et 4.4).

La demi-vie est prolongée chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère. La concentration plasmatique maximale est doublée et la biodisponibilité augmente par rapport à celle des jeunes volontaires sains. Alfuzosin 10 mg comprimés à libération prolongée sont contre-indiqués en cas d’insuffisance hépatique (voir rubrique 4.3).

Les personnes plus âgées

Par rapport aux volontaires sains d’âge moyen, la concentration plasmatique maximale (Cmax) et la biodisponibilité (ASC) ne sont pas augmentées chez les patients âgés. La demi-vie d’élimination (t½) reste inchangée.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme sur la base d’études conventionnelles de génotoxicité, de potentiel carcinogène ou de toxicité pour la reproduction chez les mâles. In vitro , l’alfuzosine a prolongé la durée du potentiel d’action et la durée de l’intervalle QT à une concentration cliniquement pertinente.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose anhydre

Silice colloïdale anhydre

Povidone

Talc

Stéarate de magnésium

Hypromellose

Hydroxypropylcellulose

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquette en PVC-aluminium.

Conditionnements: 10, 30 et 90 comprimés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Ranbaxy (UK) Limitée

5ème étage, Hyde Park, Hayes 3

11 chemin Millington

Hayes, UB3 4AZ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 14894/0567

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

05/11/2008

10. Date de révision du texte

14/07/2016