Terbinafine 250mg tablet


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Terbinafine 250 mg comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 250 mg de terbinafine (sous forme de chlorhydrate de terbinafine à 281 250 mg).

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette.

Comprimés de bord biseautés, blanc à blanc cassé, ronds, non recouverts, biconvexes, avec une ligne de cassure et «D» gravé d’un côté et «74» de l’autre.

La tablette peut être divisée en deux moitiés égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement des infections fongiques de la peau causées par les dermatophytes sensibles à la terbinafine dans les cas de tinea corporis, tinea cruris et tinea pedis, lorsque la thérapie orale est jugée appropriée en raison du site, de la gravité ou de l’étendue de l’infection.

Traitement de l’onychomycose causée par des dermatophytes sensibles à la terbinafine.

Une attention particulière devrait être accordée aux directives officielles concernant l’utilisation et la prescription appropriées d’antifongiques.

4.2 Posologie et mode d’administration

Adultes:

250 mg une fois par jour cependant, la durée du traitement variera en fonction de l’indication et de la gravité de l’infection.

Infections de la peau:

Durée du traitement

Les durées probables des traitements sont les suivantes:

Tinea pedis (interdigital, type plantaire / mocassin): 2 à 6 semaines

Tinea corporis : 2 à 4 semaines

Tinea cruris : 2 à 4 semaines

Onychomycose

La durée du traitement est généralement comprise entre 6 semaines et 3 mois. Le traitement de 6 semaines pour l’onychomycose des ongles des doigts est généralement suffisant. En ce qui concerne l’onychomycose des ongles des orteils, un traitement de 12 semaines est généralement suffisant, bien que quelques patients ayant une faible croissance des ongles puissent nécessiter une durée de traitement plus longue (6 mois ou plus). La résolution complète des signes et des symptômes de l’infection peut ne pas se produire jusqu’à plusieurs mois après la fin du traitement. Cela correspond au temps nécessaire pour une croissance saine des ongles.

Enfants et adolescents (de moins de 18 ans):

L’expérience avec la terbinafine orale chez les enfants et les adolescents est limitée et, par conséquent, son utilisation ne peut être recommandée.

Personnes âgées

Rien n’indique que les patients âgés ont besoin d’un régime posologique différent ou qu’ils éprouvent des effets secondaires différents de ceux des patients plus jeunes. L’altération possible de la fonction hépatique ou rénale doit être envisagée dans ce groupe d’âge (voir rubrique 4.4).

Insuffisance rénale

Les patients dont la fonction rénale est altérée (clairance de la créatinine inférieure à 50 ml / minute ou créatinine sérique supérieure à 300 μmol / l) devraient recevoir la moitié de la dose normale.

Insuffisance hépatique

La terbinafine n’est pas recommandée chez les patients atteints d’une maladie hépatique chronique ou active. En cas d’évaluation du rapport bénéfice / risque, le bénéfice surpasse les risques, une dose plus faible doit être instaurée en cas d’insuffisance hépatique. Chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère ou grave préexistante, la clairance de la terbinafine peut être réduite (voir rubrique 5.2). Voir également rubrique 4.4 en ce qui concerne les patients présentant une insuffisance hépatique.

Méthode d’administration:

Le comprimé doit être avalé entier avec de l’eau avec ou sans nourriture.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la terbinafine ou à l’un des excipients.

• Insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min).

• Insuffisance hépatique sévère.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

L’utilisation thérapeutique de la terbinafine chez les patients atteints d’hépatopathie chronique ou active n’a pas été étudiée et n’est pas recommandée (voir également rubrique 4.2). Des études de pharmacocinétique à dose unique chez des patients atteints d’une maladie hépatique préexistante ont montré que la clairance de la terbinafine pouvait être réduite d’environ 50%. Lorsque les avantages l’emportent sur les risques, une dose plus faible doit être instaurée en cas d’insuffisance hépatique.

Rarement, des cas de cholestase et d’hépatite ont été rapportés, ils surviennent habituellement dans les deux mois suivant le début du traitement. Très rarement, la terbinafine peut provoquer une insuffisance hépatique chez les patients avec ou sans maladie hépatique préexistante, pouvant entraîner une transplantation hépatique ou la mort (hépatotoxicité). Il est recommandé de déterminer les taux sériques de transaminases avant le début du traitement, ce qui peut donner des indications d’une maladie hépatique aiguë ou préexistante. Si un patient présente des signes ou des symptômes évocateurs d’un dysfonctionnement hépatique tel que prurit, nausée persistante, anorexie ou fatigue, jaunisse, vomissements, fatigue, douleurs abdominales ou urine foncée ou selles pâles, l’origine hépatique doit être vérifiée et le traitement doit être arrêté immédiatement.

La terbinafine doit être utilisée avec prudence chez les patients atteints de psoriasis, car de très rares cas d’exacerbation du psoriasis ont été signalés.

La terbinafine doit être utilisée avec précaution chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Les patients dont la fonction rénale est réduite (clairance de la créatinine ≥ 30 <50 ml / min ou créatinine sérique> 300 μmol / l) devraient recevoir la moitié de la dose normale.

Une agranulocytose et une nécrolyse épidermique toxique peuvent survenir très rarement chez les patients traités par terbinafine par voie orale. Par conséquent, les patients doivent cesser immédiatement le traitement et consulter un médecin si les symptômes suivants se manifestent: forte fièvre, mal de gorge ou autres infections, prurit, troubles cutanés disséminés ou troubles cutanés avec atteinte de la muqueuse (voir rubrique 4.8).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

La clairance plasmatique de la terbinafine peut être accélérée par des médicaments qui induisent le métabolisme (comme la rifampicine) et peuvent être inhibés par des médicaments qui inhibent le cytochrome P450 (comme la cimétidine). Lorsque la co-administration de tels agents est nécessaire, la dose de terbinafine peut devoir être ajustée en conséquence.

Des études in vitro ont montré que la terbinafine inhibe le métabolisme médié par le CYP2D6. Cette découverte in vitro peut être cliniquement pertinente chez les patients recevant des composés principalement métabolisés par cette enzyme, tels que les antidépresseurs tricycliques (ATC), les β-bloquants, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), les antiarythmiques (flécaïnide, propafénone) et la monoamine. inhibiteurs de l’oxydase (IMAO), type B, Ces patients doivent être surveillés attentivement. Il a été démontré que la terbinafine in vitro est métabolisée par au moins 7 isoenzymes CYP, principalement par les isoenzymes CYP2C9, CYP1A2, CYP3A4, CYP2C8 et CYP2C19.

D’autres études menées in vitro et chez des volontaires sains suggèrent que la terbinafine présente un potentiel négligeable pour inhiber ou induire la clairance des médicaments métabolisés par d’autres enzymes du cytochrome P450 (par exemple ciclosporine, tolbutamide, terfénadine, triazolam, contraceptifs oraux). Cependant, certains cas de troubles menstruels (saignements intermenstruels et un cycle irrégulier) ont été rapportés chez des patients prenant de la terbinafine en concomitance avec des contraceptifs oraux.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse:

Les études de toxicité fœtale et de fertilité chez les animaux ne suggèrent aucun effet indésirable.

Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation de la terbinafine chez les femmes enceintes; Par conséquent, la terbinafine ne doit pas être administrée pendant la grossesse.

Lactation:

La terbinafine est excrétée dans le lait maternel et, par conséquent, les mères qui allaitent ne devraient pas recevoir de terbinafine pendant l’allaitement.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La terbinafine n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les réactions défavorables sont énumérées par fréquence:

Commun (≥1 / 100 à <1/10)

Peu fréquent (≥1 / 1000 à <1/100)

Rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare (<1/10 000),

inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Les effets indésirables suivants ont été observés:

Enquêtes

Commun:

Augmentation du taux d’enzymes hépatiques (voir rubrique 4.4).

Sang et les troubles du système lymphatique:

Très rare :

Agranulocytose, neutropénie, thrombocytopénie, pancytopénie.

Troubles du système nerveux:

Commun:

Mal de tête.

Rare:

Vertiges, hypoesthésie, paresthésie.

Très rare :

Vertige.

Problèmes gastro-intestinaux:

Commun:

Plénitude, légère douleur abdominale, diarrhée, dyspepsie, nausée.

Peu fréquent :

L’ageusie ou la dysgueusie (âge supérieur à 65 ans et indice de masse corporelle faible sont des facteurs de risque), généralement réversibles quelques semaines ou quelques mois après l’arrêt du traitement.

Très rare:

De très rares cas de perturbation prolongée du goût ont été signalés, entraînant parfois une diminution de l’apport alimentaire et une perte de poids importante.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Très commun:

Éruption cutanée, urticaire.

Très rare:

Des réactions cutanées graves (p. Ex. Syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, photosensibilité et œdème angioneurotique) ont été signalées. Si une éruption cutanée progressive développe un traitement doit être interrompu.

Éruptions psoriasiformes ou psoriasis d’exacerbation.

La perte de cheveux, bien qu’une relation causale n’ait pas été établie.

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os:

Très commun :

Arthralgie et myalgie.

Ceux-ci peuvent survenir dans le cadre d’une réaction d’hypersensibilité associée à des réactions cutanées allergiques.

Métabolisme et troubles nutritionnels

Commun:

Anorexie (perte d’appétit).

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Rare:

Fatigue, malaise.

Troubles du système immunitaire:

Rare:

Incidence des réactions allergiques (y compris l’anaphylaxie).

Très rare:

Manifestation ou aggravation du lupus érythémateux cutané ou systémique.

Troubles hépato-biliaires:

Rare:

Dysfonctionnement hépatobiliaire, en particulier cholestase et, dans de rares cas, insuffisance hépatique, qui dans certains cas a conduit à une transplantation hépatique ou à la mort (voir rubrique 4.4).

Système reproducteur et troubles mammaires:

Très rare:

Troubles menstruels, saignements intermenstruels.

Troubles psychiatriques:

Très rare:

Anxiété dépression.

4.9 Surdosage

Quelques cas de surdosage (jusqu’à 5 g) ont été rapportés.

Symptômes:

Maux de tête, nausées, douleurs épigastriques et vertiges.

Traitement :

Le traitement recommandé du surdosage consiste à éliminer le médicament, principalement par l’administration de charbon actif, et à administrer un traitement de soutien symptomatique si nécessaire.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Dermatologiques: Antifongique à usage systémique.

Code ATC: D01B A02

La terbinafine est une allylamine qui a un large spectre d’activité antifongique. A de faibles concentrations, la terbinafine est fongicide contre les dermatophytes, les moisissures et certains champignons dimorphes. L’activité contre les levures est fongicide ou fongistatique selon les espèces.

Mécanisme d’action:

La terbinafine interfère spécifiquement avec la biosynthèse des stérols fongiques à un stade précoce. Cela conduit à une carence en ergostérol et à une accumulation intracellulaire de squalène, entraînant la mort des cellules fongiques. La terbinafine agit par inhibition de la squalène époxydase dans la membrane cellulaire fongique.

L’enzyme squalène époxydase n’est pas liée au système cytochrome P450.

La terbinafine n’influence pas le métabolisme des hormones ou d’autres drogues.

Lorsqu’il est administré par voie orale, le médicament se concentre dans la peau, les ongles et les cheveux à des niveaux associés à une activité fongicide. Il est encore présent 15 à 20 jours après l’arrêt du traitement.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Une dose orale unique de 250 mg de terbinafine entraîne des concentrations plasmatiques maximales moyennes de 0,97 μg / ml dans les 2 heures suivant l’administration. La demi-vie d’absorption est de 0,8 heure et la demi-vie de distribution est de 4,6 heures. La terbinafine se lie fortement aux protéines plasmatiques (99%). Il diffuse rapidement à travers le derme et se concentre dans le stratum corneum lipophile.

La terbinafine est également sécrétée dans le sébum, atteignant ainsi des concentrations élevées dans les follicules pileux, les poils et les peaux riches en sébum. Il y a aussi des preuves que la terbinafine est distribuée dans la plaque de l’ongle dans les premières semaines du début du traitement.

La terbinafine est rapidement métabolisée par 7 isoenzymes de type CYP, principalement par le CYP2C9, le CYP1A2, le CYP3A4, le CYP2C8 et le CYP2C19.

La biotransformation aboutit à des métabolites sans activité antifongique, excrétés principalement dans l’urine. La demi-vie d’élimination est de 17 heures. Il n’y a aucune preuve d’accumulation dans le plasma.

Aucune modification de la pharmacocinétique liée à l’âge n’a été observée, mais le taux d’élimination peut être réduit chez les patients atteints d’insuffisance rénale ou hépatique, ce qui entraîne des taux sanguins plus élevés de terbinafine.

La biodisponibilité est d’environ 80%, ce qui n’est que légèrement affecté par la nourriture, et par conséquent un ajustement de la dose n’est pas nécessaire.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans des études à long terme (jusqu’à 1 an) chez le rat et le chien, aucun effet toxique marqué n’a été observé chez les deux espèces jusqu’à des doses orales d’environ 100 mg / kg par jour. À des doses orales élevées, le foie et peut-être aussi les reins ont été identifiés comme des organes cibles potentiels.

Dans une étude de cancérogénicité orale de deux ans chez la souris, aucun résultat néoplasique ou autre résultat anormal attribuable au traitement n’a été établi à des doses de 130 (mâles) et de 156 (femelles) mg / kg par jour. Au cours d’une étude de cancérogénicité par voie orale menée sur deux ans chez le rat, on a observé une augmentation de l’incidence des tumeurs du foie chez les mâles à la posologie la plus élevée de 69 mg / kg par jour. Les changements, qui peuvent être associés à la prolifération des peroxysomes, se sont révélés spécifiques à l’espèce puisqu’ils n’ont pas été observés dans l’étude de cancérogénicité chez la souris, le chien ou le singe.

Lors d’études à forte dose chez le singe, des irrégularités réfractiles ont été observées dans la rétine aux doses les plus élevées (effet non toxique 50mg / kg). Ces irrégularités ont été associées à la présence d’un métabolite terbinafine dans le tissu oculaire et ont disparu après l’arrêt du médicament. Ils n’étaient pas associés à des changements histologiques.

Une batterie standard de tests de génotoxicité in vitro et in vivo n’a révélé aucun signe de potentiel mutagène ou clastogène.

Aucun effet indésirable sur la fertilité ou d’autres paramètres de reproduction n’a été observé dans des études sur des rats ou des lapins.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Cellulose microcristalline

Glycolate d’amidon sodique (type A)

Silice colloïdale anhydre

Hypromellose

Stéarate de magnésium

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

PVC / PVDC / aluminium blister

Pack tailles:

6, 7, 8, 10, 12, 14, 20, 28, 30, 42, 50, 56, 60, 84, 90, 98, 100, 250 et 500 comprimés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Milpharm Limitée

Ares, Odyssey Business Park

West End Road

South Ruislip HA4 6QD

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 16363/0322

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

25/11/2011

10. Date de révision du texte

25/11/2011