Tambocor 10 mg / ml d’injection


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Tambocor ™ 10 mg / ml Injection ou perfusion

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque ampoule contient 15 ml d’une solution d’acétate de flécaïnide 10 mg / ml.

3. Forme pharmaceutique

Solution pour injection ou infusion.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

L’injection de Tambocor est indiquée quand le contrôle rapide des arythmies suivantes est la condition clinique principale:

a) Tachyarythmies ventriculaires lorsqu’elles sont résistantes à d’autres traitements.

b) Tachycardie réciproque nodale AV; arythmies associées au syndrome de Wolff-Parkinson-White et à des conditions similaires avec des voies accessoires.

c) Fibrillation auriculaire paroxystique chez les patients présentant des symptômes invalidants lorsque le besoin de traitement a été établi et en l’absence de dysfonction ventriculaire gauche (voir 4.4, Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi). Les arythmies d’apparition récente répondront plus facilement.

L’injection de Tambocor est pour l’injection de bolus ou la perfusion intraveineuse.

4.2 Posologie et mode d’administration

a) Injection de bolus : L’ injection de Tambocor peut être administrée en urgence ou pour un effet rapide par une injection lente de 2 mg / kg pendant au moins dix minutes, ou en doses divisées. Si cela est préférable, la dose peut être diluée avec 5% de dextrose et administrée en mini-perfusion.

Une surveillance continue de l’ECG est recommandée chez tous les patients recevant la dose de bolus. L’injection doit être arrêtée quand il y a un contrôle de l’arythmie.

Il est recommandé d’administrer l’injection de Tambocor plus lentement aux patients présentant une tachycardie ventriculaire soutenue, en surveillant attentivement l’électrocardiogramme. Une prudence similaire devrait s’appliquer aux patients ayant des antécédents d’insuffisance cardiaque, qui peuvent être décompensés pendant l’administration. Pour ces patients, il est recommandé d’administrer la dose initiale pendant 30 minutes. La dose de bolus maximale recommandée est de 150 mg.

b) Perfusion intraveineuse: Lorsqu’une administration parentérale prolongée est nécessaire, il est recommandé de commencer le traitement par une injection lente de 2 mg / kg pendant 30 minutes et de poursuivre par perfusion intraveineuse aux taux suivants:

Première heure: 1,5 mg / kg par heure.

Deuxième heure et plus tard: 0,1 – 0,25 mg / kg par heure.

Il est recommandé que la durée de la perfusion ne dépasse pas 24 heures. Cependant, lorsque cela est jugé nécessaire, ou pour les patients recevant l’extrémité supérieure de la gamme de doses, la surveillance du niveau plasmatique est fortement recommandée. La dose cumulative maximale administrée au cours des 24 premières heures ne doit pas dépasser 600 mg. Chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure à 35 ml / min / 1,73 m2), chacune des recommandations posologiques ci-dessus doit être réduite de moitié.

La transition vers l’administration orale doit être effectuée dès que possible en arrêtant la perfusion et en administrant la première dose orale requise.

L’entretien oral est ensuite poursuivi comme indiqué dans les instructions de dosage oral pertinentes.

Enfants: Tambocor n’est pas recommandé chez les enfants de moins de 12 ans, car il n’y a pas suffisamment de preuves de son utilisation dans ce groupe d’âge.

Patients âgés: Le taux d’élimination du flécaïnide du plasma peut être réduit chez les personnes âgées. Cela devrait être pris en compte lors des ajustements de dose.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la flécaïnide ou à l’un des excipients.

Tambocor est contre-indiqué en cas d’insuffisance cardiaque et chez les patients ayant des antécédents d’infarctus du myocarde qui présentent des ectopies ventriculaires asymptomatiques ou une tachycardie ventriculaire asymptomatique non soutenue.

La flécaïnide est contre-indiquée en présence d’un choc cardiogénique.

Il est également contre-indiqué chez les patients atteints de fibrillation auriculaire de longue date chez lesquels aucune tentative de conversion au rythme sinusal n’a été entreprise, ainsi que chez les patients atteints d’une cardiopathie valvulaire hémodynamiquement significative.

Syndrome de Brugada connu.

Tambocor ne doit pas être administré aux patients présentant un dysfonctionnement du nœud sinusal, des troubles de la conduction auriculaire, un bloc auriculo-ventriculaire du second degré ou plus, un bloc de branche ou un bloc distal, à moins que le secours ne soit disponible.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les perturbations électrolytiques (par ex. Hypo- et hyperkaliémie) doivent être corrigées avant d’utiliser Tambocor (voir rubrique 4.5 pour certains médicaments entraînant des troubles électrolytiques).

Comme l’élimination du flécaïnide du plasma peut être nettement plus lente chez les patients présentant une insuffisance hépatique significative, la flécaïnide ne doit pas être utilisée chez ces patients, sauf si les avantages potentiels l’emportent nettement sur les risques. La surveillance du niveau plasmatique est fortement recommandée dans ces circonstances.

Tambocor est connu pour augmenter les seuils de stimulation endocardique – c’est-à-dire pour diminuer la sensibilité de stimulation endocardique. Cet effet est réversible et est plus marqué sur le seuil de stimulation aiguë que sur le seuil chronique.

Tambocor doit donc être utilisé avec précaution chez tous les patients porteurs de stimulateurs cardiaques permanents ou d’électrodes de stimulation temporaires, et ne doit pas être administré aux patients présentant des seuils faibles ou des stimulateurs cardiaques non programmables, sauf si un secours approprié est disponible.

Généralement, un doublement de la largeur d’impulsion ou de la tension est suffisant pour reprendre la capture, mais il peut être difficile d’obtenir des seuils ventriculaires inférieurs à 1 volt lors de l’implantation initiale en présence de Tambocor.

L’effet inotrope négatif mineur du flécaïnide peut prendre de l’importance chez les patients prédisposés à l’insuffisance cardiaque. Des difficultés ont été rencontrées pour défibriller certains patients. La plupart des cas rapportés présentaient une cardiopathie préexistante avec hypertrophie cardiaque, des antécédents d’infarctus du myocarde, une cardiopathie artérioscléreuse et une insuffisance cardiaque.

Il a été démontré que Tambocor augmente le risque de mortalité chez les patients ayant subi un infarctus du myocarde avec une arythmie ventriculaire asymptomatique.

Tambocor, comme d’autres antiarythmiques, peut provoquer des effets proarythmiques, c’est-à-dire qu’il peut provoquer l’apparition d’un type d’arythmie plus sévère, augmenter la fréquence d’une arythmie existante ou la sévérité des symptômes (voir 4.8).

Tambocor doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une altération de la fonction rénale (clairance de la créatinine ≤ 35 ml / min / 1,73 m2) et une surveillance thérapeutique est recommandée.

Le taux d’élimination du flécaïnide du plasma peut être réduit chez les personnes âgées. Cela devrait être pris en compte lors des ajustements de dose.

Tambocor n’est pas recommandé chez les enfants de moins de 12 ans, car il n’y a pas suffisamment de preuves de son utilisation dans ce groupe d’âge.

Une bradycardie sévère ou une hypotension prononcée doit être corrigée avant d’utiliser la flécaïnide.

Tambocor doit être évité chez les patients présentant une cardiopathie organique structurelle ou une fonction ventriculaire gauche anormale.

Tambocor doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant un début aigu de fibrillation auriculaire à la suite d’une chirurgie cardiaque.

Le traitement des patients avec d’autres indications devrait continuer à être initié à l’hôpital.

Le traitement intraveineux par flécaïnide doit être initié à l’hôpital.

Une surveillance continue de l’ECG est recommandée chez tous les patients recevant un bolus.

Tambocor prolonge l’intervalle QT et élargit le complexe QRS de 12 à 20%. L’effet sur l’intervalle JT est insignifiant.

Un syndrome de Brugada peut être démasqué en raison du traitement par la flécaïnide. En cas de développement de modifications de l’ECG pendant le traitement par le flécaïnide pouvant indiquer un syndrome de Brugada, il faut envisager d’interrompre le traitement.

Dans un essai clinique à grande échelle, contrôlé par placebo chez des patients ayant un infarctus post-infarctus du myocarde avec arythmie ventriculaire asymptomatique, la flécaïnide par voie orale a été associée à une incidence de mortalité 2,2 fois plus élevée ou un arrêt cardiaque non fatal. Dans cette même étude, une incidence encore plus élevée de la mortalité a été observée chez les patients traités par flécaïnide avec plus d’un infarctus du myocarde. Des essais cliniques comparables contrôlés contre placebo n’ont pas été effectués pour déterminer si le flécaïnide est associé à un risque plus élevé de mortalité dans d’autres groupes de patients.

Les produits laitiers (lait, préparation pour nourrissons et éventuellement yaourt) peuvent réduire l’absorption de la flécaïnide chez les enfants et les nourrissons. L’utilisation de flécaïnide n’est pas approuvée chez les enfants de moins de 12 ans; cependant, la flécaïnide a été signalée chez les enfants qui ont réduit leur consommation de lait et chez les nourrissons qui ont été nourris au dextrose.

Le flécaïnide en tant que médicament à indice thérapeutique étroit nécessite de la prudence et une surveillance étroite lors du passage d’un patient à une formulation différente.

Pour d’autres mises en garde et précautions, veuillez vous référer à la section 4.5 (Interaction).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

La flécaïnide est un antiarythmique de classe I et des interactions sont possibles avec d’autres médicaments antiarythmiques où des effets additifs peuvent survenir ou lorsque des médicaments interfèrent avec le métabolisme du flécaïnide. Le flécaïnide ne doit pas être administré en concomitance avec d’autres antiarythmiques de classe I. Les catégories de médicaments connues suivantes peuvent interagir avec le flécaïnide:

Glycosides cardiaques; Le flécaïnide peut entraîner une augmentation de la digoxine plasmatique d’environ 15%, ce qui est peu susceptible d’avoir une signification clinique pour les patients dont les taux plasmatiques se situent dans la plage thérapeutique. Il est recommandé de mesurer le taux plasmatique de digoxine chez les patients digitalisés au moins six heures après l’administration de digoxine , avant ou après l’administration de flécaïnide.

Anti-arythmique de classe II; la possibilité d’effets inotropes négatifs additifs de bêtabloquants, et d’autres dépresseurs cardiaques tels que le vérapamil, avec le flécaïnide doit être reconnue.

Anti-arythmique de classe III; Lorsque la flécaïnide est administrée en présence d’ amiodarone , la posologie habituelle de flécaïnide doit être réduite de 50% et le patient doit être surveillé de près pour détecter tout effet indésirable. La surveillance du niveau plasmatique est fortement recommandée dans ces circonstances

Anti-arythmique de classe IV; L’utilisation de la flécaïnide avec d’autres bloqueurs des canaux sodiques n’est pas recommandée.

Anti-dépresseurs la fluoxétine, la paroxétine et d’autres antidépresseurs augmentent la concentration plasmatique de flécaïnide; risque accru d’arythmies avec des tricycliques ; fabricant de réboxétine conseille la prudence.

Des événements indésirables mortels ou même létaux dus à des interactions entraînant une augmentation des concentrations plasmatiques peuvent survenir (voir 4.9). Le flécaïnide est métabolisé par le CYP2D6 dans une large mesure, et l’utilisation concomitante de médicaments inhibiteurs (ex: antidépresseurs, neuroleptiques, propranolol, ritonavir, certains antihistaminiques) ou induisant (par exemple phénytoïne, phénobarbital, carbamazépine) cette iso-enzyme peut augmenter ou diminuer les concentrations plasmatiques de flécaïnide, respectivement (voir ci-dessous).

Une augmentation des taux plasmatiques peut également résulter d’une insuffisance rénale due à une clairance réduite de la flécaïnide

L’hypokaliémie, mais aussi l’hyperkaliémie ou d’autres perturbations électrolytiques doivent être corrigées avant l’administration de flécaïnide. Une hypokaliémie peut résulter de l’utilisation concomitante de diurétiques, de corticostéroïdes ou de laxatifs.

Anti-épileptiques; Des données limitées chez les patients recevant des inducteurs enzymatiques connus ( phénytoïne, phénobarbital, carbamazépine ) indiquent seulement une augmentation de 30% du taux d’élimination du flécaïnide.

Antipsychotiques: clozapine – risque accru d’arythmie

Anti-histaminiques; risque accru d’arythmies ventriculaires avec la mizolastine et la terfénadine (éviter l’utilisation concomitante)

Antipaludiques: la quinine augmente la concentration plasmatique de flécaïnide.

Antiviraux: la concentration plasmatique augmentée par le ritonavir , le lopinavar et l’ indinavir (risque accru d’arythmies ventriculaires) évite l’utilisation concomitante

Diurétiques: Effet de classe dû à l’hypokaliémie donnant lieu à une toxicité cardiaque.

Antihistaminiques H2 (pour le traitement des ulcères gastriques): la cimétidine inhibe le métabolisme du flécaïnide. Chez les sujets sains recevant la cimétidine (1 g par jour) pendant une semaine, les taux plasmatiques de flécaïnide ont augmenté d’environ 30% et la demi-vie a augmenté d’environ 10%.

Aides anti-tabac: L’administration concomitante de bupropion avec des médicaments métabolisés par l’isoenzyme CYP2D6, y compris la flécaïnide, doit être envisagée avec précaution et doit être instaurée à l’extrémité inférieure de la gamme posologique du médicament concomitant.Si du bupropion est ajouté au traitement Chez les patients recevant déjà de la flécaïnide, il faut envisager de réduire la dose du médicament original.

Anticoagulants: Le traitement par Tambocor est compatible avec l’utilisation d’anticoagulants oraux.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Informations sur la grossesse

Il n’y a aucune évidence quant à l’innocuité de médicament dans la grossesse humaine. Chez les lapins blancs de Nouvelle-Zélande, des doses élevées de flécaïnide ont causé certaines anomalies fœtales, mais ces effets n’ont pas été observés chez les lapins et les rats hollandais de Belted (voir 5.3). La pertinence de ces résultats pour les humains n’a pas été établie. Les données ont montré que la flécaïnide traverse le placenta au fœtus chez les patients prenant de la flécaïnide pendant la grossesse. Flecainide devrait seulement être utilisé pendant la grossesse si le bénéfice l’emporte sur les risques.

Informations de lactation

La flécaïnide est excrétée dans le lait maternel. Les concentrations plasmatiques obtenues chez un nourrisson sont 5 à 10 fois plus faibles que les concentrations thérapeutiques (voir 5.2). Bien que le risque d’effets indésirables chez le nourrisson soit très faible, la flécaïnide ne doit être utilisée que pendant l’allaitement si les avantages l’emportent sur les risques.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Tambocor 10 mg / ml Injection ou perfusion n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Cependant, la capacité de conduire, le fonctionnement de la machinerie et le travail sans ajustement sécuritaire peuvent être affectés par des effets indésirables tels que des vertiges et des troubles visuels (si présents)

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables sont listés ci-dessous par classe de système d’organe et par fréquence. Les fréquences sont définies comme: très commun (≥1 / l0), commun (≥1 / 100 et <1/10), rare (≥1 / 1000 et <1/100), rare (≥ 1/10 000 et <1 / 1000) et très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Troubles du système sanguin et lymphatique:

Peu fréquent: diminution du nombre de globules rouges, diminution du nombre de globules blancs et diminution du nombre de plaquettes

Troubles du système immunitaire:

Très rare: anticorps antinucléaires augmentés avec et sans inflammation systémique

Troubles psychiatriques:

Rare: hallucination, dépression, état confusionnel, anxiété, amnésie, insomnie

Troubles du système nerveux:

Très fréquent: vertiges, habituellement transitoires

Rares: paresthésie, ataxie, hypoesthésie, hyperhidrose, syncope, tremblement, bouffées de chaleur, somnolence, céphalée, neuropathie périphérique, convulsions, dyskinésie

Troubles oculaires:

Très fréquent: déficience visuelle, comme la diplopie et la vision floue

Très rare: dépôts cornéens

Troubles de l’oreille et du labyrinthe:

Rare: acouphène, vertiges

Troubles cardiaques:

Fréquent: Proarrhythmie (très probablement chez les patients avec une cardiopathie structurelle et / ou une insuffisance ventriculaire gauche significative).

Fréquence non connue (ne peut être estimée à partir des données disponibles). Des augmentations liées à la dose des intervalles PR et QRS peuvent survenir (voir 4.4). Seuil de stimulation modifié (voir 4.4).

Peu fréquent: Les patients atteints de flutter auriculaire peuvent développer une conduction AV 1: 1 avec une fréquence cardiaque accrue.

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée à partir des données disponibles): bloc auriculo-ventriculaire-deuxième degré et bloc auriculo-ventriculaire troisième degré, arrêt cardiaque, bradycardie, insuffisance cardiaque / insuffisance cardiaque congestive, douleur thoracique, hypotension, infarctus du myocarde, palpitations, pause sinusale ou arrêt, et la tachycardie (AT ou VT) ou la fibrillation ventriculaire. Démasquage d’un syndrome de Brugada préexistant.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux:

Fréquent: dyspnée

Rare: pneumonie

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée à partir des données disponibles): fibrose pulmonaire, pneumopathie interstitielle

Problèmes gastro-intestinaux:

Peu fréquent: nausée, vomissement, constipation, douleur abdominale, diminution de l’appétit, diarrhée, dyspepsie, flatulence

Troubles hépatobiliaires:

Rare: enzyme hépatique augmentée avec et sans jaunisse

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles): dysfonction hépatique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Peu fréquent: dermatite allergique, y compris les éruptions cutanées, l’alopécie

Rare: urticaire grave

Très rare: réaction de photosensibilité

Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif:

Fréquence indéterminée : arthralgie et myalgie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Fréquent: asthénie, fatigue, pyrexie, œdème

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Le surdosage avec flecainide est une urgence médicale potentiellement mortelle. Une augmentation de la sensibilité aux médicaments et des concentrations plasmatiques supérieures aux niveaux thérapeutiques peuvent également résulter d’une interaction médicamenteuse (voir 4.5). Aucun antidote spécifique n’est connu. Il n’existe aucun moyen connu pour éliminer rapidement la flécaïnide du système. Ni la dialyse ni l’hémoperfusion ne sont efficaces.

Le traitement doit être favorable et peut inclure l’élimination du médicament non absorbé du tractus gastro-intestinal. D’autres mesures peuvent inclure des agents inotropes ou des stimulants cardiaques tels que la dopamine, la dobutamine ou l’isoprotérénol ainsi qu’une ventilation mécanique et une assistance circulatoire (par exemple pompage de ballons). L’insertion temporaire d’un stimulateur cardiaque transveineux en cas de blocage de la conduction doit être envisagée. En supposant une demi-vie plasmatique d’environ 20 h, ces traitements de soutien peuvent devoir être poursuivis pendant une période de temps prolongée. La diurèse forcée avec acidification de l’urine favorise théoriquement l’excrétion des médicaments.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Tambocor est un agent anti-arythmique de classe 1 (anesthésique local). Code ATC: C01BC04.

Tambocor ralentit la conduction à travers le coeur, ayant son plus grand effet sur la conduction de son faisceau. Il agit également de manière sélective pour augmenter la réfractarité de la voie accessoire antérograde et particulièrement rétrograde. Ses actions peuvent être reflétées dans l’ECG par la prolongation de l’intervalle PR et l’élargissement du complexe QRS. L’effet sur l’intervalle JT est insignifiant.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

L’administration intraveineuse de 0,5 à 2,0 mg / kg à des sujets sains a entraîné des concentrations plasmatiques allant de 70 à 340 μg / l. La liaison aux protéines est faible (environ 40%). Le volume de distribution est de 8,7 l / kg.

La demi-vie d’élimination après l’administration IV aux patients était de 7 à 19 heures.

5.3 Données de sécurité précliniques

Une tribu de lapin a montré une tératogénicité et une embryotoxicité sous flécaïnide. Cet effet n’était ni présent dans les autres tribus de lapin ni dans les rats ou les souris. La prolongation de la gestation a été observée chez le rat à la dose de 50 mg / kg. Aucun effet sur la fertilité n’a été observé. Aucune donnée humaine concernant la grossesse et l’allaitement n’est disponible.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Acétate de sodium Ph Eur

Acide Acétique Glacial Ph Eur

Eau pour les injections

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C. Ne pas congeler. Protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Boîtes contenant 5 ampoules en verre de 15 ml.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Dilution: Si nécessaire, l’injection de Tambocor doit être diluée avec, ou injectée dans, des solutions stériles de 5% de dextrose. Si des solutions contenant du chlorure, telles que le chlorure de sodium ou le lactate de Ringer, sont utilisées, l’injection doit être effectuée dans un volume d’au moins 500 ml, sinon un précipité se formera. Pour usage unique seulement.

7. Titulaire de l’autorisation

Meda Pharmaceuticals Ltd.

Skyway House

Parsonage Road

Takeley

Bishop’s Stortford

CM22 6PU

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 15142/0077

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

7 avril 1983/6 mars 2003

10. Date de révision du texte

Juillet 2017