Streptokinase 250 000 ui


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Biofactor Streptokinase 250 000 et 750 000

2. Composition qualitative et quantitative

Biofactor Streptokinase 250 000 et 750 000 sont présentés comme une poudre pour solution dans des flacons contenant 250 000 et 750 000 unités internationales (UI) de streptokinase purifiée comme ingrédient actif. Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

La streptokinase hautement purifiée est extraite du filtrat de culture de certaines souches du streptocoque du groupe C. Elle se présente sous la forme d’une poudre blanche à légèrement jaune et contient des stabilisants.

3. Forme pharmaceutique

Poudre pour solution pour perfusion.

Poudre blanche à légèrement jaune.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Biofactor Streptokinase est indiqué chez les adultes.

Biofactor Streptokinase est un agent fibrinolytique qui peut être utilisé pour la dissolution intravasculaire des thrombus et des emboles dans:

– Embolie pulmonaire massive aiguë

– occlusion aiguë, subaiguë ou chronique (pas plus de 6 semaines) des artères périphériques

– thrombose veineuse profonde étendue

– une thrombose veineuse ou artérielle rétinienne centrale (occlusions artérielles ne dépassant pas 8 heures, occlusions veineuses n’excédant pas 10 jours).

Remarque: Aucune déclaration sur l’issue de la thérapie ne peut être faite pour l’administration au-delà des plages horaires indiquées ci-dessus.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes

Thrombose veineuse profonde

Une dose initiale de 250 000 UI de streptokinase doit être perfusée dans une veine périphérique en 30 minutes. Une perfusion d’entretien de 100 000 UI / heure pendant 72 heures devrait suivre.

Embolie pulmonaire

Infuser 1 500 000 UI streptokinase dans une veine périphérique de préférence sur une courte période de 1-2 heures.

En guise d’alternative, une dose initiale de 250 000 UI de streptokinase doit être perfusée dans une veine périphérique en 30 minutes. Une perfusion d’entretien de 100 000 UI / heure pendant 24 heures devrait suivre.

Maladies artérielles périphériques occlusives

Administrer la streptokinase avec une perfusion intra-artérielle locale guidée par cathéter en utilisant l’un des régimes suivants:

Infusion graduelle : 1000 à 2500 UI de streptokinase à un intervalle de 3 à 5 minutes pendant un maximum de 10 heures et une dose maximale totale de 250 000 UI

Perfusion prolongée à faible dose continue (à l’aide d’une pompe à perfusion): 5000 à 10 000 UI de streptokinase par heure pendant une durée maximale de 5 jours.

Une angioplastie transluminale percutanée peut être réalisée simultanément, si nécessaire.

Comme alternative pour un accès artériel difficile ou des occlusions multiples, une dose initiale de 250 000 UI de streptokinase doit être administrée en 30 minutes. Une perfusion d’entretien de 100 000 UI / heure pendant un maximum de 5 jours devrait suivre.

Occlusion du vaisseau rétinien central

Une dose initiale de 250 000 UI de streptokinase doit être perfusée dans une veine périphérique en 30 minutes. Une perfusion d’entretien de 100 000 UI / heure pendant 12 heures devrait suivre.

Population pédiatrique

La sécurité et l’efficacité de Biofactor Streptokinase n’ont pas été suffisamment établies chez les enfants. En raison des faibles taux de plasminogène chez les nouveau-nés et chez les enfants ayant une déficience acquise en plasminogène et en raison du potentiel de la streptokinase pour les réactions allergiques / anaphylactiques, il n’est pas recommandé chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants.

Contrôle de la thérapie

Avant de commencer un traitement thrombolytique, il est souhaitable d’obtenir un temps de thrombine (TT), un temps de thromboplastine partielle activée (aPTT), un hématocrite et une numération plaquettaire pour obtenir le statut hémostatique du patient. Si l’héparine a été administrée, elle doit être arrêtée et le TT ou le TCA doit être inférieur à deux fois la valeur normale avant le début du traitement thrombolytique.

Chez les patients préalablement traités par des dérivés de la coumarine, l’INR (ratio normalisé international) doit être inférieur à 1,3 avant de commencer le traitement par la streptokinase.

Méthode d’administration

L’administration de streptokinase peut se faire par perfusion intraveineuse systémique ou par perfusion intra-artérielle locale dirigée par cathéter.

Pour les instructions sur la reconstitution du médicament avant administration, voir rubrique 6.6.

Après reconstitution avec du sérum physiologique, on obtient une solution limpide, incolore à jaunâtre.

Note: Lorsqu’un traitement thrombolytique est nécessaire et qu’une forte concentration d’anticorps contre la streptokinase est présente ou lorsqu’un traitement par streptokinase récent a été administré (plus de 5 jours et moins d’un an auparavant), des fibrinolytiques homologues doivent être utilisés (voir rubriques 4.4 et 4.8).

Administration systémique

Au cours de la perfusion, des diminutions des taux de plasminogène et de fibrinogène et une augmentation du taux de dégradation de la fibrine (ces deux derniers servant à prolonger le temps de coagulation des tests de coagulation) confirmeront généralement l’existence d’un état thrombolytique. Par conséquent, le traitement peut être surveillé en effectuant le TT ou le TCA environ 4 heures après le début du traitement.

Une prolongation de 2 à 4 fois du TT doit être visée et est considérée comme une protection anticoagulante suffisante. Si le temps de thrombine ou tout autre paramètre de lyse après 4 heures de traitement est inférieur à environ 1,5 fois la valeur de contrôle normale, arrêter Streptokinase Biofactor comme une résistance excessive à la streptokinase est présente.

Administration locale

Comme il est habituel avec les angiographies, l’héparine est administrée, si nécessaire, avant l’angiographie comme une garantie contre les thromboses induites par cathéter. Le succès de la thérapie peut être déterminé par l’angiographie. Avec un débit sanguin suffisant de plus de 15 minutes, la thérapie peut être considérée comme réussie puis arrêtée.

Traitement de suivi

Après chaque traitement par la streptokinase, un traitement de suivi par des anticoagulants ou des inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire peut être instauré en tant que prévention des rethromboses. Avec l’héparinothérapie, en particulier, un risque accru d’hémorragie doit être envisagé.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Contre-indications au traitement avec Biofactor Streptokinase, en raison du risque accru d’hémorragie sous traitement thrombolytique, comprennent:

– hémorragie interne existante ou récente

– toutes les formes de coagulabilité réduite du sang, en particulier la fibrinolyse spontanée et les troubles de la coagulation

– Accident vasculaire cérébral récent, chirurgie intracrânienne ou intrarachidienne

– néoplasme intracrânien

– traumatisme crânien récent

– malformation artério-veineuse ou anévrisme

– néoplasme connu avec risque d’hémorragie

– pancréatite aiguë

– Hypertension incontrôlable avec des valeurs systoliques supérieures à 200 mm Hg et / ou des valeurs diastoliques supérieures à 100 mm Hg ou des changements rétiniens hypertensifs. Grade III / IV

– Implantation récente d’une prothèse vasculaire

– traitement simultané ou récent avec des anticoagulants oraux (INR> 1,3)

– Dommages graves au foie ou aux reins

– endocardite ou péricardite. Des cas isolés de péricardite, diagnostiqués à tort comme un infarctus aigu du myocarde et traités par la streptokinase, ont entraîné des épanchements péricardiques, y compris une tamponnade.

– diathèse hémorragique connue

– opérations majeures récentes (6ème au 10ème jour post-opératoire, en fonction de l’ampleur de la procédure)

– interventions invasives, p.ex. biopsie d’organe récente, massage cardiaque à long terme (traumatique) à thorax fermé

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les conditions suivantes seraient normalement considérées comme des contre-indications au traitement par la streptokinase, mais dans certaines situations, les avantages pourraient l’emporter sur les risques potentiels:

– saignements gastro-intestinaux graves récents, p.ex. ulcère peptique actif

– risque d’hémorragie locale sévère, par exemple en cas d’aortographie translombaire

– traumatisme récent et réanimation cardiopulmonaire

– Opérations invasives, p.ex. intubation récente

– ponction de vaisseaux non compressibles, injections intramusculaires, grosses artères

– Avortement ou accouchement récent

– grossesse (voir rubrique 4.6)

– les maladies du tractus urogénital avec des sources de saignement existantes ou potentielles (cathéter vésical implanté)

– maladie thrombotique septique connue

– Dégénérescence sévère des vaisseaux artérioscléreux, maladies cérébrovasculaires

– les maladies pulmonaires caverneuses, par exemple la tuberculose ouverte ou la bronchite sévère

– malformations de la valve mitrale ou fibrillation auriculaire

– La rétinopathie diabétique augmente le risque de saignement local

Antistreptokinase

Répéter le traitement avec la streptokinase administrée plus de 5 jours et moins de 12 mois après le traitement initial peut ne pas être efficace. Ceci est dû à la probabilité accrue de résistance due aux anticorps antistreptokinase.

En outre, l’effet thérapeutique peut être réduit chez les patients présentant des infections streptococciques récentes telles que la pharyngite streptococcique, la fièvre rhumatismale aiguë et la glomérulonéphrite aiguë.

Taux de perfusion et prophylaxie des corticostéroïdes

Au début du traitement, une chute de la tension artérielle, une tachycardie ou une bradycardie (dans des cas individuels allant jusqu’à un choc) sont fréquemment observées. Par conséquent, au début du traitement, la perfusion doit être effectuée lentement.

Les corticostéroïdes peuvent être administrés de façon prophylactique pour réduire la probabilité de réactions allergiques liées à la perfusion.

Pré-traitement avec de l’héparine ou des dérivés de la coumarine

Si le patient est sous héparinisation active, il doit être neutralisé en administrant du sulfate de protamine avant le début du traitement thrombolytique. Le temps de thrombine ne doit pas être plus de deux fois la valeur de contrôle normale avant le début du traitement thrombolytique. Chez les patients préalablement traités par des dérivés de la coumarine, l’INR (International Normalized Ratio) doit être inférieur à 1,3 avant de commencer la perfusion de streptokinase.

Ponction artérielle

Si une ponction artérielle est nécessaire pendant le traitement intraveineux, les vaisseaux des membres supérieurs sont préférables. Après la ponction, la pression doit être appliquée pendant au moins 30 minutes par un bandage de compression. Le site de ponction devrait être vérifié fréquemment pour la preuve de saignement.

La streptokinase n’est pas indiquée pour la restauration de la perméabilité des cathéters intraveineux.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Il existe un risque accru d’hémorragie chez les patients recevant ou ayant récemment été traités par des anticoagulants, par exemple l’héparine ou des médicaments qui inhibent la formation ou la fonction plaquettaire, par exemple les inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire, les dextranes.

Les effets des médicaments agissant sur la formation ou la fonction plaquettaire doivent s’atténuer avant de commencer la lyse à long terme des thromboses veineuses profondes et des occlusions artérielles par la streptokinase (voir rubrique 4.2).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Biofactor Streptokinase est contre-indiqué pendant la grossesse. Il n’y a aucune preuve de l’innocuité de la drogue pendant la grossesse, et il n’y a aucune preuve provenant du travail sur les animaux qu’elle ne présente aucun danger. Les réactions hémorragiques et anaphylactiques peuvent provoquer un avortement et la mort du fœtus, en particulier lorsque la streptokinase est administrée dans les 18 premières semaines de la grossesse. Utiliser seulement quand il n’y a pas d’alternative plus sûre.

On ne sait pas si la streptokinase est excrétée dans le lait maternel. Le lait maternel doit être jeté dans les 24 heures suivant le traitement thrombolytique.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Non pertinent.

4.8 Effets indésirables

Les réactions défavorables suivantes sont basées sur l’expérience d’essai clinique et de post-marketing. Les catégories standard suivantes sont utilisées:

Très commun

plus de 1/10

Commun

plus de 1/100; moins de 1/10

Rare

plus de 1/1000; moins de 1/100

Rare

plus de 1/10 000; moins de 1/1000

Très rare

moins de 1/10 000 (y compris les cas isolés)

Troubles du système sanguin et lymphatique

Fréquent: hémorragie au point d’injection, ecchymoses, saignement gastro-intestinal, saignement génito-urinaire, épistaxis

Peu fréquent: hémorragies cérébrales avec leurs complications et issue fatale possible, hémorragies rétiniennes, hémorragies sévères (également mortelles), hémorragies hépatiques, saignements rétropéritonéaux, hémorragies articulaires, rupture splénique. Les transfusions sanguines sont rarement nécessaires.

Très rare: hémorragie du péricarde incluant une rupture myocardique au cours du traitement thrombolytique de l’infarctus aigu du myocarde

En cas de complications hémorragiques graves, le traitement par streptokinase doit être interrompu et un inhibiteur de la protéinase, par exemple l’aprotinine, doit être administré comme suit. Initialement 500 000 KIU (Kallikrein Inactivator Unit) jusqu’à un million de KIU par injection intraveineuse lente ou perfusion. Si nécessaire, cela devrait être suivi par 200 000 KIU toutes les quatre heures par perfusion intraveineuse jusqu’à ce que le saignement s’arrête. De plus, une association avec des antifibrinolytiques synthétiques est recommandée. Si nécessaire, les facteurs de coagulation peuvent être substitués. Une administration supplémentaire d’antifibrinolytiques synthétiques a été rapportée comme étant efficace dans des cas uniques d’épisodes hémorragiques.

Troubles du système immunitaire

Très fréquent: développement d’anticorps antistreptokinase (voir aussi 4.4)

Fréquent: réactions allergiques anaphylactiques, p. Ex. Éruption cutanée, bouffées de chaleur, démangeaisons, urticaire, œdème angioneurotique, dyspnée, bronchospasme, hypotension

Très rare: réactions allergiques retardées, p. Ex. Maladie sérique, arthrite, vascularite, néphrite, symptômes neuroallergiques (polyneuropathie, p. Ex. Syndrome de Guillain-Barré), réactions allergiques sévères allant jusqu’au choc, y compris l’arrêt respiratoire.

Des réactions allergiques modérées ou bénignes peuvent être prises en cas de traitement concomitant par un antihistaminique et / ou un corticostéroïde. En cas de réaction allergique grave, la perfusion de streptokinase doit être interrompue immédiatement et le patient doit recevoir le traitement approprié. Les normes médicales actuelles pour le traitement de choc doivent être respectées. La thérapie de lyse doit être poursuivie avec des fibrinolytiques homologues, tels que l’urokinase ou le tPA.

Troubles du système nerveux

Rares: symptômes neurologiques (par exemple étourdissements, confusion, paralysie, hémiparésie, agitation, convulsions) dans le contexte d’hémorragies cérébrales ou de troubles cardiovasculaires avec hypoperfusion cérébrale

Troubles oculaires

Très rare: iritis / uvéite / iridocyclite

Troubles cardiaques et vasculaires

Fréquent: au début du traitement, hypotension, tachycardie, bradycardie

Très rare: embolie de cholestérol cristallin

Lors d’un traitement fibrinolytique par la streptokinase chez des patients présentant un infarctus du myocarde, les événements suivants ont été rapportés comme des complications de l’infarctus du myocarde et / ou des symptômes de reperfusion:

Très fréquent: hypotension, fréquence cardiaque et troubles du rythme, angine de poitrine

Fréquent: ischémie récurrente, insuffisance cardiaque, réinfarctus, choc cardiogénique, péricardite, œdème pulmonaire

Peu fréquent : arrêt cardiaque (conduisant à un arrêt respiratoire), insuffisance mitrale, épanchement péricardique, tamponnade cardiaque, rupture myocardique, embolie pulmonaire ou périphérique

Ces complications cardiovasculaires peuvent mettre la vie en danger et entraîner la mort.

Lors de la lyse locale des artères périphériques, l’embolisation distale ne peut être exclue.

Troubles respiratoires

Très rare: œdème pulmonaire non cardiogénique après traitement thrombolytique intracoronaire chez des patients ayant un infarctus du myocarde étendu

Problèmes gastro-intestinaux

Fréquent: nausée, diarrhée, douleur épigastrique, vomissement

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fréquent: mal de tête, douleur dorsale, douleur musculo-squelettique, frissons, fièvre, asthénie, malaise

Essai

Fréquent: élévations transitoires des transaminases sériques et de la bilirubine

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le site Web du programme Carte Jaune: www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Un surdosage à long terme de streptokinase peut induire le risque de rethrombose par une diminution prolongée du plasminogène. Voir aussi les sections 4.8 et 5.1.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Streptokinase (agents antithrombotiques, enzymes)

Code ATC: B01A D01

Biofactor La streptokinase est une streptokinase hautement purifiée dérivée de streptocoques β hémolytiques du groupe Lancefield C. L’activation du système fibrinolytique endogène est initiée par la formation d’un complexe streptokinase-plasminogène.

Ce complexe possède des propriétés activatrices et convertit le plasminogène en la plasmine active protéolytique et fibrinolytique. Plus le plasminogène est lié dans ce complexe activateur, moins le plasminogène est transformé en sa forme enzymatiquement active. Par conséquent, de fortes doses de streptokinase sont associées à un risque hémorragique plus faible et vice versa.

Après administration intraveineuse et neutralisation du titre antistreptokinase-anticorps individuel, la streptokinase est immédiatement disponible par voie systémique pour l’activation du système fibrinolytique.

La streptokinase a une demi-vie très courte. La première clairance rapide du plasma est due à la formation du complexe entre la streptokinase et l’anticorps streptokinase. Ce complexe est biochimiquement inerte et est éliminé rapidement de la circulation. Une fois l’anticorps neutralisé, la streptokinase active le plasminogène comme décrit ci-dessus.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La cinétique d’élimination de la streptokinase suit un cours biphasique. Une faible proportion de la dose est liée à des anticorps anti-streptokinase et métabolisée avec une demi-vie de 18 minutes alors que la majeure partie forme un complexe activateur streptokinase-plasminogène et est biotransformée avec une demi-vie d’environ 80 minutes.

L’activité fibrinolytique maximale est retrouvée dans le sang environ 20 minutes après l’administration.

Comme les autres protéines, la streptokinase est métabolisée par voie protéolytique dans le foie et éliminée par les reins. Les données chez l’animal suggèrent que la streptokinase peut également être excrétée sous forme inchangée dans la bile.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans un test d’Ames sur la streptokinase de biofacteur, aucune preuve de potentiel mutagène n’a été trouvée. Aucune autre étude de sécurité préclinique n’a été réalisée sur Biofactor Streptokinase.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Albumine humaine, acide aminoacétique (glycine), mannitol

6.2 Incompatibilités

Aucune incompatibilité n’a été signalée lorsque Biofactor Streptokinase est utilisé tel que recommandé. Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

La durée de conservation des flacons non ouverts de Biofactor Streptokinase 250 000 et 750 000 est de 2 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de + 25 ° C et ne pas congeler.

Ne pas conserver la solution reconstituée plus de 24 heures au réfrigérateur entre + 2 ° C et + 8 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Biofactor Streptokinase 250 000 et 750 000 est fourni dans des flacons en verre avec des fermetures en caoutchouc et un joint en aluminium avec des bouchons flip-top en plastique.

Biofactor Streptokinase 250 000 et 750 000 est disponible en paquets contenant un flacon.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Le contenu doit être dissous dans 4-5 ml de sérum physiologique ou d’eau pour injection. La solution doit être tourbillonnée doucement pour faciliter une reconstitution rapide, mais il faut prendre soin d’éviter la formation de mousse.

Une solution saline physiologique, une solution de glucose à 5%, une solution de fructose à 5% ou une solution de Ringer-lactate peuvent être utilisées comme diluant pour une administration avec une pompe à perfusion.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Biofactor GmbH

Rudolf-Huch-Str. 14, D-38667 Bad Harzburg, Allemagne

Fax: +49 5322 960516 Email:

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 29723/0002 et PL 29723/0003

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

26 juin 1998/15 mai 2009

10. Date de révision du texte

07/2015