Solution pour gouttes oculaires duotrav


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

DuoTrav 40 microgrammes / ml + 5 mg / ml collyre, solution

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque mL de solution contient 40 microgrammes de travoprost et 5 mg de timolol (sous forme de maléate de timolol).

Excipient (s) à effet connu

Chaque mL de solution contient 10 μg de polyquaternium-1 (POLYQUAD), 5 mg de propylène glycol et 40 mg d’huile de ricin hydrogénée polyoxyéthylénée (voir rubrique 4.4).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Gouttes pour les yeux, solution (collyre).

Solution claire et incolore.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

DuoTrav est indiqué chez l’adulte pour la diminution de la pression intraoculaire (PIO) chez les patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire insuffisamment sensible aux bêtabloquants topiques ou aux analogues de la prostaglandine (voir rubrique 5.1).

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Utilisation chez les adultes, y compris les personnes âgées

La dose est une goutte de DuoTrav dans le sac conjonctival de l’œil affecté (s) une fois par jour, le matin ou le soir. Il devrait être administré à la même heure chaque jour.

Si une dose est manquée, le traitement doit être poursuivi avec la dose suivante comme prévu. La dose ne doit pas dépasser une goutte dans l’œil affecté (s) tous les jours.

Populations spéciales

Insuffisance hépatique et rénale

Aucune étude n’a été menée avec DuoTrav ou avec le collyre à 5 mg / mL de timolol chez les patients atteints d’insuffisance hépatique ou rénale.

Le travoprost a été étudié chez des patients présentant une insuffisance hépatique légère à sévère et chez des patients présentant une insuffisance rénale légère à sévère (clairance de la créatinine aussi faible que 14 ml / min). Aucun ajustement de la dose n’était nécessaire chez ces patients.

Les patients présentant une insuffisance hépatique ou rénale ne nécessiteront probablement pas d’ajustement de la dose avec DuoTrav (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de DuoTrav chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans n’ont pas été établies. Aucune donnée disponible

Méthode d’administration

Pour usage oculaire.

Le patient doit retirer le suremballage protecteur immédiatement avant la première utilisation. Pour éviter la contamination de l’embout compte-gouttes et de la solution, il faut veiller à ne pas toucher les paupières, les zones environnantes ou d’autres surfaces avec l’embout compte-gouttes de la bouteille.

Lorsque l’on utilise une occlusion nasolacrymale ou que les paupières sont fermées pendant 2 minutes, l’absorption systémique est réduite. Cela peut entraîner une diminution des effets secondaires systémiques et une augmentation de l’activité locale (voir rubrique 4.4).

En cas d’utilisation de plus d’un médicament ophtalmique topique, les médicaments doivent être administrés à au moins 5 minutes d’intervalle (voir rubrique 4.5).

Lors de la substitution d’un autre médicament ophtalmique antiglaucomateux par DuoTrav, l’autre médicament doit être arrêté et DuoTrav doit être commencé le jour suivant.

Les patients doivent être avisés d’enlever les lentilles de contact souples avant l’application de DuoTrav et attendre 15 minutes après l’instillation de la dose avant de les réinsérer (voir rubrique 4.4).

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité aux substances actives ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Hypersensibilité à d’autres bêtabloquants.

Maladie réactive des voies aériennes, y compris l’asthme bronchique, ou des antécédents d’asthme bronchique, maladie pulmonaire obstructive chronique sévère.

Bradycardie sinusale, syndrome du sinus malade, y compris bloc sino-auriculaire, bloc auriculo-ventriculaire du deuxième ou du troisième degré non contrôlé par un stimulateur cardiaque. Insuffisance cardiaque, choc cardiogénique. Rhinite allergique sévère et dystrophies cornéennes.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Effets systémiques

Comme les autres agents ophtalmiques topiques, le travoprost et le timolol sont absorbés par voie systémique. En raison de la composante bêta-adrénergique, le timolol, les mêmes types d’effets indésirables cardiovasculaires, pulmonaires et autres observés avec les médicaments bloquant les récepteurs bêta-adrénergiques systémiques peuvent survenir. L’incidence des réactions indésirables systémiques après l’administration ophtalmique topique est plus faible que pour l’administration systémique. Pour plus d’informations sur la réduction de l’absorption systémique, voir la section 4.2.

Troubles cardiaques

Chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires (p. Ex. Maladie coronarienne, angine de Prinzmetal et insuffisance cardiaque) et d’hypotension, le traitement par les bêta-bloquants doit être évalué de façon critique et un traitement par d’autres substances actives doit être envisagé. Les patients atteints de maladies cardio-vasculaires doivent être surveillés afin de détecter les signes de détérioration de ces maladies et de réactions indésirables.

En raison de leur effet négatif sur le temps de conduction, les bêtabloquants ne doivent être administrés qu’avec prudence aux patients présentant un bloc cardiaque de premier degré.

Troubles vasculaires

Les patients présentant des troubles / troubles circulatoires périphériques sévères (c’est-à-dire des formes sévères de la maladie de Raynaud ou du syndrome de Raynaud) doivent être traités avec prudence.

Troubles respiratoires

Des réactions respiratoires, y compris la mort due à un bronchospasme chez des patients asthmatiques, ont été rapportées après l’administration de certains bêtabloquants ophtalmiques.

DuoTrav doit être utilisé avec précaution chez les patients atteints d’une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) légère et modérée et seulement si les avantages potentiels l’emportent sur le risque potentiel.

Hypoglycémie / diabète

Les bêta-bloquants doivent être administrés avec prudence chez les patients sujets à une hypoglycémie spontanée ou chez les patients atteints de diabète labile, car les bêta-bloquants peuvent masquer les signes et les symptômes d’une hypoglycémie aiguë.

Faiblesse musculaire

Il a été rapporté que les médicaments bloquant les bêta-adrénergiques potentialisaient la faiblesse musculaire correspondant à certains symptômes myasthéniques (par exemple, diplopie, ptosis et faiblesse généralisée).

Maladies cornéennes

Les bêta-bloquants ophtalmiques peuvent induire une sécheresse oculaire. Les patients atteints de maladies cornéennes doivent être traités avec prudence.

Détachement choroïdal

Un décollement choroïdien a été rapporté avec l’administration d’un traitement suppresseur aqueux (par exemple le timolol, l’acétazolamide) après des procédures de filtration.

Autres agents bêtabloquants

L’effet sur la pression intra-oculaire ou les effets connus du blocage bêta systémique peuvent être potentialisés lorsque le timolol est administré à des patients recevant déjà un médicament bêta-bloquant systémique. La réponse de ces patients doit être observée de près. L’utilisation de deux agents bloquants bêta-adrénergiques topiques n’est pas recommandée (voir rubrique 4.5).

Anesthésie chirurgicale

Les préparations ophtalmologiques bêta-bloquantes peuvent bloquer les effets systémiques des bêta-agonistes, par exemple de l’adrénaline. L’anesthésiste doit être informé lorsque le patient reçoit du timolol.

Hyperthyroïdie

Les bêta-bloquants peuvent masquer les signes d’hyperthyroïdie.

Contact avec la peau

Les prostaglandines et les analogues de prostaglandines sont des substances biologiquement actives qui peuvent être absorbées par la peau. Les femmes enceintes ou qui tentent de devenir enceintes doivent prendre les précautions appropriées pour éviter une exposition directe au contenu de la bouteille. Dans le cas peu probable d’entrer en contact avec une partie substantielle du contenu de la bouteille, nettoyez soigneusement la zone exposée immédiatement.

Réactions anaphylactiques

En prenant des bêtabloquants, les patients ayant des antécédents d’atopie ou des antécédents de réaction anaphylactique grave à une variété d’allergènes peuvent être plus réactifs aux provocations répétées avec de tels allergènes et ne pas répondre à la dose habituelle d’adrénaline utilisée pour traiter les réactions anaphylactiques.

Traitement concomitant

Timolol peut interagir avec d’autres médicaments (voir rubrique 4.5).

L’utilisation de deux prostaglandines locales n’est pas recommandée.

Effets oculaires

Le travoprost peut changer graduellement la couleur des yeux en augmentant le nombre de mélanosomes (granules de pigment) dans les mélanocytes. Avant l’instauration du traitement, les patients doivent être informés de la possibilité d’un changement permanent de la couleur des yeux. Un traitement unilatéral peut entraîner une hétérochromie permanente. Les effets à long terme sur les mélanocytes et leurs conséquences sont actuellement inconnus. Le changement de la couleur de l’iris se produit lentement et peut ne pas être perceptible pendant des mois ou des années. Le changement de la couleur des yeux a principalement été observé chez les patients présentant des irides colorés mélangés, c’est-à-dire brun-bleu, gris-brun, jaune-brun et vert-brun; cependant, il a également été observé chez les patients ayant les yeux bruns. Typiquement, la pigmentation brune autour de la pupille se propage concentriquement vers la périphérie dans les yeux affectés, mais l’iris entier ou des parties de celui-ci peuvent devenir plus brunâtre. Après l’arrêt du traitement, aucune augmentation supplémentaire du pigment de l’iris brun n’a été observée.

Dans les essais cliniques contrôlés, un assombrissement de la peau périorbitaire et / ou des paupières associé à l’utilisation du travoprost a été rapporté.

Des modifications du périorbitaire et du paupière, y compris l’approfondissement du sillon de la paupière, ont été observées avec des analogues des prostaglandines.

Le travoprost peut changer graduellement les cils dans l’œil traité (s); ces changements ont été observés chez environ la moitié des patients dans les essais cliniques et comprennent: augmentation de la longueur, de l’épaisseur, de la pigmentation et / ou du nombre de cils. Le mécanisme des changements de cils et leurs conséquences à long terme sont actuellement inconnus.

Il a été démontré que le travoprost provoque une légère hypertrophie de la fente palpébrale lors d’études chez le singe. Cependant, cet effet n’a pas été observé au cours des essais cliniques et est considéré comme spécifique à l’espèce.

DuoTrav n’a pas d’expérience dans les affections oculaires inflammatoires, ni dans les glaucomes néovasculaires, à angle fermé, à angle fermé ou congénitaux, et seulement dans les affections thyroïdiennes, dans le glaucome à angle ouvert des patients pseudophaques et dans le glaucome pigmentaire ou pseudoexfoliatif.

Un œdème maculaire a été rapporté pendant le traitement par des analogues de la prostaglandine F . La prudence est recommandée lors de l’utilisation de DuoTrav chez les patients aphaques, les patients pseudophaques avec une capsule de lentille postérieure déchirée ou des lentilles de la chambre antérieure, ou chez les patients présentant des facteurs de risque connus d’œdème maculaire cystoïde.

Chez les patients présentant des facteurs de risque connus d’iritis / uvéite et chez les patients présentant une inflammation intraoculaire active, DuoTrav peut être utilisé avec précaution.

Excipients

DuoTrav contient du propylène glycol qui peut causer une irritation de la peau.

DuoTrav contient de l’huile de ricin hydrogénée polyoxyéthylénée 40 qui peut provoquer des réactions cutanées.

Les patients doivent être informés de retirer les lentilles de contact avant l’application de DuoTrav et attendre 15 minutes après l’instillation de la dose avant de les réinsérer (voir rubrique 4.2).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Aucune étude d’interaction médicamenteuse spécifique n’a été réalisée avec le travoprost ou le timolol.

Il existe un risque d’effets additifs entraînant une hypotension et / ou une bradycardie marquée lorsqu’une solution bêta-bloquante ophtalmique est administrée en association avec des inhibiteurs calciques buccaux, des bêta-bloquants, des antiarythmiques (y compris l’amiodarone), des glycosides digitaliques, des parasympathomimétiques ou la guanéthidine.

La réaction hypertensive à l’arrêt soudain de la clonidine peut être potentialisée lors de la prise de bêta-bloquants.

Un blocage bêta systémique potentiel (p. Ex. Diminution de la fréquence cardiaque, dépression) a été signalé lors d’un traitement combiné avec des inhibiteurs du CYP2D6 (p. Ex. Quinidine, fluoxétine, paroxétine) et du timolol.

Une mydriase résultant de l’utilisation concomitante de bêtabloquants ophtalmiques et d’adrénaline (épinéphrine) a été signalée occasionnellement.

Les bêta-bloquants peuvent augmenter l’effet hypoglycémiant des médicaments antidiabétiques. Les bêta-bloquants peuvent masquer les signes et les symptômes de l’hypoglycémie (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Femmes en âge de procréer / contraception

DuoTrav ne doit pas être utilisé chez les femmes en âge de procréer / potentiel, sauf si des mesures contraceptives adéquates sont en place (voir rubrique 5.3).

Grossesse

Le travoprost a des effets pharmacologiques nocifs sur la grossesse et / ou le fœtus / nouveau-né.

Il n’y a pas ou peu de données provenant de l’utilisation de DuoTrav ou des composants individuels chez les femmes enceintes. Timolol ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf en cas de nécessité absolue.

Les études épidémiologiques n’ont pas révélé d’effets malformatifs, mais montrent un risque de retard de croissance intra-utérin lorsque les bêta-bloquants sont administrés par voie orale. De plus, des signes et des symptômes de bêtabloquants (p. Ex. Bradycardie, hypotension, détresse respiratoire et hypoglycémie) ont été observés chez le nouveau-né lorsque des bêta-bloquants ont été administrés jusqu’à l’accouchement. Si DuoTrav est administré jusqu’à l’accouchement, le nouveau-né doit être surveillé attentivement pendant les premiers jours de la vie.

DuoTrav ne doit pas être utilisé pendant la grossesse sauf en cas de nécessité absolue. Pour plus d’informations sur la réduction de l’absorption systémique, voir la section 4.2.

Allaitement maternel

On ne sait pas si le travoprost provenant des gouttes oculaires est excrété dans le lait maternel humain. Des études animales ont montré l’excrétion du travoprost et de ses métabolites dans le lait maternel. Le timolol est excrété dans le lait maternel et a le potentiel de provoquer des réactions indésirables graves chez le nourrisson allaité. Cependant, à des doses thérapeutiques de timolol dans les gouttes ophtalmiques, il est peu probable que des quantités suffisantes soient présentes dans le lait maternel pour produire des symptômes cliniques de blocage bêta chez le nourrisson. Pour plus d’informations sur la réduction de l’absorption systémique, voir la section 4.2.

L’utilisation de DuoTrav par les femmes qui allaitent n’est pas recommandée.

La fertilité

Il n’y a pas de données sur les effets de DuoTrav sur la fertilité humaine. Les études chez l’animal n’ont montré aucun effet du travoprost sur la fertilité à des doses jusqu’à 75 fois supérieures à la dose oculaire maximale recommandée chez l’humain, alors qu’aucun effet significatif du timolol n’a été noté à cette dose.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

DuoTrav n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

Comme pour toute collyre, une vision floue temporaire ou d’autres troubles visuels peuvent survenir. Si une vision floue se produit à l’instillation, le patient doit attendre que la vision disparaisse avant de conduire ou d’utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

Dans les études cliniques portant sur 2 170 patients traités par DuoTrav, l’effet indésirable lié au traitement le plus fréquemment rapporté était l’hyperémie oculaire (12,0%).

Résumé tabulé des effets indésirables

Les réactions défavorables énumérées dans le tableau ci-dessous ont été observées dans les études cliniques ou avec l’expérience post-marketing. Ils sont classés par classe de système d’organe et classifiés selon la convention suivante: très commun (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 à <1/10), peu commun (≥ 1/1000 à <1/100) , rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000), très rare (<1/10 000) ou inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Classe d’organe de système

La fréquence

Effets indésirables

Troubles du système immunitaire

Rare

Hypersensibilité

Troubles psychiatriques

Rare

Nervosité

Pas connu

Dépression

Troubles du système nerveux

Rare

Vertiges, maux de tête

Pas connu

Accident vasculaire cérébral, syncope, paresthésie

Troubles oculaires

Très commun

Hyperémie oculaire

Commun

Kératite ponctuée, douleur oculaire, troubles visuels, vision trouble, sécheresse oculaire, prurit oculaire, gêne oculaire, irritation oculaire

Rare

Kératite, iritis, conjonctivite, inflammation de la chambre antérieure, blépharite, photophobie, acuité visuelle réduite, asthénopie, gonflement des yeux, larmoiement accru, érythème de la paupière, croissance des cils, allergie oculaire, œdème conjonctival, œdème des paupières

Rare

Erosion cornéenne, méibomianite, hémorragie conjonctivale, crustation de la marge de la paupière, trichiasis, distichiasis

Pas connu

Œdème maculaire, ptosis de la paupière, sillon profond, hyperpigmentation de l’iris, troubles cornéens

Troubles cardiaques

Rare

Bradycardie

Rare

Arythmie, fréquence cardiaque irrégulière

Pas connu

Insuffisance cardiaque, tachycardie, douleur thoracique, palpitations

Troubles vasculaires

Rare

Hypertension, hypotension

Pas connu

Oedème périphérique

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare

Dyspnée, écoulement postnasal

Rare

Dysphonie, bronchospasme, toux, irritation de la gorge, douleur oropharyngée, malaise nasal

Pas connu

Asthme

Problèmes gastro-intestinaux

Pas connu

Dysgueusie

Troubles hépatobiliaires

Rare

Augmentation de l’alanine aminotransférase, augmentation de l’aspartate aminotransférase

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare

Contact avec la dermatite, hypertrichose, hyperpigmentation cutanée (périoculaire)

Rare

Urticaire, décoloration de la peau, alopécie

Pas connu

Téméraire

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Rare

Douleur aux extrémités

Troubles rénaux et urinaires

Rare

Chromaturie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Rare

Soif, fatigue

Les réactions défavorables additionnelles qui ont été vues avec l’une des substances actives et peuvent potentiellement se produire avec DuoTrav:

Travoprost

Classe d’organe de système

MedDRA terme préféré

Troubles du système immunitaire

Allergie saisonnière

Troubles psychiatriques

Anxiété, insomnie

Troubles oculaires

Uvéite, follicules conjonctivaux, écoulement oculaire, œdème périorbitaire, paupières prurit, ectropion, cataracte, iridocyclite, herpès ophtalmique, inflammation oculaire, photopsie, paupières d’eczéma, vision en halo, œil d’hypoesthésie, pigmentation de la chambre antérieure, mydriase, hyperpigmentation des cils, épaississement des cils, défaut du champ visuel

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Vertiges, acouphènes

Troubles vasculaires

La pression artérielle diastolique a diminué, la pression artérielle systolique a augmenté

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Asthme aggravé, rhinite allergique, épistaxis, trouble respiratoire, congestion nasale, sécheresse nasale

Problèmes gastro-intestinaux

Ulcère gastro-duodénal réactivé, troubles gastro-intestinaux, diarrhée, constipation, sécheresse de la bouche, douleurs abdominales, nausées, vomissements

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Exfoliation de la peau, texture anormale des cheveux, dermatite allergique, changements de couleur des cheveux, madarose, prurit, croissance anormale des cheveux, érythème

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Douleur musculo-squelettique, arthralgie

Troubles rénaux et urinaires

Dysurie, incontinence urinaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie

Enquêtes

Antigène spécifique prostatique augmenté

Timolol

Comme les autres médicaments ophtalmiques topiques, le timolol est absorbé dans la circulation systémique. Cela peut provoquer des effets indésirables similaires à ceux observés avec les bêta-bloquants systémiques. Les effets indésirables listés supplémentaires incluent les réactions observées dans la classe des bêtabloquants ophtalmiques. L’incidence des réactions indésirables systémiques après l’administration ophtalmique topique est plus faible que pour l’administration systémique. Pour plus d’informations sur la réduction de l’absorption systémique, voir la section 4.2.

Classe d’organe de système

MedDRA terme préféré

Troubles du système immunitaire

Réactions allergiques systémiques, y compris œdème de Quincke, urticaire, éruption cutanée localisée et généralisée, prurit, anaphylaxie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hypoglycémie

Troubles psychiatriques

Insomnie, cauchemars, perte de mémoire

Troubles du système nerveux

Ischémie cérébrale, augmentation des signes et des symptômes de la myasthénie

Troubles oculaires

Signes et symptômes d’irritation oculaire (p. Ex. Brûlure, picotement, démangeaison, larmoiement, rougeur), décollement choroïdien après une opération de filtration (voir rubrique 4.4), diminution de la sensibilité cornéenne, diplopie

Troubles cardiaques

Œdème, insuffisance cardiaque congestive, bloc auriculo-ventriculaire, arrêt cardiaque

Troubles vasculaires

Le phénomène de Raynaud, mains et pieds froids

Problèmes gastro-intestinaux

Nausées, dyspepsie, diarrhée, sécheresse de la bouche, douleurs abdominales, vomissements

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Éruption psoriasiforme ou exacerbation du psoriasis

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Myalgie

Système reproducteur et troubles mammaires

Dysfonctionnement sexuel, diminution de la libido

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration:

Royaume-Uni

Carte Jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard

Irlande

Pharmacovigilance HPRA,

Earlsfort Terrace,

IRL – Dublin 2;

Tél: +353 1 6764971

Fax: +353 1 6762517.

Site Web: www.hpra.ie;

e-mail:

Malte

Rapport ADR

Site Web: www.medicinesauthority.gov.mt/adrportal

4.9 Surdosage

Un surdosage topique avec DuoTrav n’est pas susceptible de se produire ou d’être associé à une toxicité.

En cas d’ingestion accidentelle, les symptômes de surdosage d’un blocage bêta systémique peuvent inclure une bradycardie, une hypotension, un bronchospasme et une insuffisance cardiaque.

En cas de surdosage avec DuoTrav, le traitement doit être symptomatique et favorable. Timolol ne dialyse pas facilement.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: ophtalmologiques; Préparations antiglaucomateuses et myotiques, code ATC: S01ED51.

Mécanisme d’action

DuoTrav contient deux substances actives: le travoprost et le maléate de timolol. Ces deux composants abaissent la pression intraoculaire par des mécanismes d’action complémentaires et l’effet combiné entraîne une réduction supplémentaire de la PIO par rapport à l’un ou l’autre composé seul.

Le travoprost, un analogue de la prostaglandine F , est un agoniste complet, hautement sélectif et présentant une forte affinité pour le récepteur FP des prostaglandines, et réduit la pression intraoculaire en augmentant l’écoulement de l’humeur aqueuse par le trabeculum et les voies uvéosclérales. La réduction de la PIO chez l’homme commence environ 2 heures après l’administration et l’effet maximum est atteint après 12 heures. L’abaissement significatif de la pression intraoculaire peut être maintenu pour des périodes dépassant 24 heures avec une dose simple.

Le timolol est un agent bloquant adrénergique non sélectif qui n’a pas d’activité sympathomimétique intrinsèque, de dépresseur myocardique direct ou de stabilisation membranaire. Les études de tonographie et de fluorophotométrie chez l’homme suggèrent que son action prédominante est liée à la formation réduite de l’humeur aqueuse et à une légère augmentation de la facilité d’écoulement.

Pharmacologie secondaire

Le travoprost a significativement augmenté le flux sanguin de la tête du nerf optique chez les lapins après 7 jours d’administration oculaire topique (1,4 microgramme une fois par jour).

Effets pharmacodynamiques

Effets cliniques

Dans une étude clinique contrôlée de 12 mois chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire et de PIO moyenne initiale de 25 à 27 mmHg, l’effet hypotenseur moyen de DuoTrav administré une fois par jour le matin était de 8 à 10 mmHg. La non-infériorité de DuoTrav par rapport au latanoprost 50 microgrammes / mL + timolol 5 mg / mL dans la réduction moyenne de la PIO a été démontrée à tous les points de temps à toutes les visites.

Lors d’une étude clinique contrôlée de trois mois chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire et de PIO moyenne initiale de 27 à 30 mmHg, l’effet antihypertenseur moyen de DuoTrav administré une fois par jour le matin était de 9 à 12 mmHg. jusqu’à 2 mmHg de plus que celle du travoprost 40 microgrammes / mL administrés une fois par jour le soir et de 2 à 3 mmHg de plus que le timolol à 5 mg / mL administré deux fois par jour. Une réduction statistiquement supérieure de la PIO moyenne matinale (08h00, 24 heures après la dernière dose de DuoTrav) a été observée par rapport au travoprost à toutes les visites tout au long de l’étude.

Dans deux études cliniques contrôlées de trois mois chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire et de PIO moyenne initiale de 23 à 26 mmHg, l’effet anti-PIO moyen de DuoTrav administré une fois par jour était de 7 à 9 mmHg. Les réductions moyennes de la PIO étaient non inférieures, quoique numériquement plus faibles, à celles obtenues avec un traitement concomitant avec du travoprost 40 microgrammes / mL administré une fois par jour le soir et du timolol à 5 mg / mL administré une fois par jour le matin.

Dans une étude clinique contrôlée de 6 semaines chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d’hypertension oculaire et de PIO moyenne initiale de 24 à 26 mmHg, l’effet hypolipidémiant moyen de DuoTrav (polyquaternium-1-préservé) administré une fois par jour le matin était 8 mmHg et équivalent à celui de DuoTrav (chlorure de benzalkonium conservé).

Les critères d’inclusion étaient communs à toutes les études, à l’exception des critères d’entrée de la PIO et de la réponse à la thérapie antérieure de la PIO. Le développement clinique de DuoTrav incluait à la fois les patients naïfs et sous traitement. La réponse insuffisante à la monothérapie n’était pas un critère d’inclusion.

Les données existantes suggèrent que le dosage du soir pourrait présenter certains avantages en ce qui concerne la réduction moyenne de la PIO. Il faut prendre en considération la commodité du patient et son respect probable lors de la recommandation d’une posologie du matin au soir.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Le travoprost et le timolol sont absorbés par la cornée. Le travoprost est un promédicament qui subit une hydrolyse rapide de l’ester dans la cornée en acide libre actif. Après l’administration uniquotidienne de DuoTrav PQ chez des sujets sains (N = 22) pendant 5 jours, l’acide libre travoprost n’était pas quantifiable dans les échantillons de plasma de la majorité des sujets (94,4%) et n’était généralement pas détectable une heure après l’administration. Lorsqu’elles sont mesurables (≥0,01 ng / mL, la limite de quantification du test), les concentrations vont de 0,01 à 0,03 ng / mL. La Cmax à l’ état d’équilibre du timolol moyen était de 1,34 ng / ml et la Tmax était d’environ 0,69 heure après l’administration uniquotidienne de DuoTrav.

Distribution

L’acide libre de travoprost peut être mesuré dans l’humeur aqueuse pendant les premières heures chez les animaux et dans le plasma humain seulement pendant la première heure après l’administration oculaire de DuoTrav. Le timolol peut être mesuré dans l’humeur aqueuse humaine après l’administration oculaire de timolol et dans le plasma jusqu’à 12 heures après l’administration oculaire de DuoTrav.

Biotransformation

Le métabolisme est la principale voie d’élimination du travoprost et de l’acide libre actif. Les voies métaboliques systémiques sont parallèles à celles de la prostaglandine F endogène, caractérisées par la réduction de la double liaison 13-14, l’oxydation des clivages 15-hydroxyles et β-oxydants de la chaîne latérale supérieure.

Le timolol est métabolisé par deux voies. Une voie donne une chaîne latérale d’éthanolamine sur le cycle thiadiazole et l’autre donne une chaîne latérale éthanolique sur l’azote de la morpholine et une seconde chaîne latérale similaire avec un groupe carbonyle adjacent à l’azote. Le plasma t 1/2 de timolol est 4 heures après l’administration oculaire de DuoTrav.

Élimination

L’acide libre du travoprost et ses métabolites sont principalement excrétés par les reins. Moins de 2% d’une dose oculaire de travoprost a été récupérée dans l’urine sous forme d’acide libre. Le timolol et ses métabolites sont principalement excrétés par les reins. Environ 20% d’une dose de timolol est excrétée dans l’urine inchangée et le reste excrété dans l’urine sous forme de métabolites.

5.3 Données de sécurité précliniques

Chez les singes, l’administration de DuoTrav deux fois par jour a induit une augmentation de la fente palpébrale et une augmentation de la pigmentation de l’iris similaire à celle observée avec l’administration oculaire de prostanoïdes.

DuoTrav préservé avec le polyquaternium-1 a induit une toxicité de surface oculaire minimale, comparé aux gouttes oculaires conservées avec du chlorure de benzalkonium, sur des cellules cornéennes humaines en culture et après administration oculaire topique chez le lapin.

Travoprost

L’administration oculaire topique de travoprost à des singes à des concentrations allant jusqu’à 0,012% dans l’œil droit, deux fois par jour pendant un an, n’a entraîné aucune toxicité systémique.

Des études de toxicité sur la reproduction avec travoprost ont été menées chez des rats, des souris et des lapins par voie systémique. Les résultats sont liés à l’activité de l’agoniste du récepteur FP dans l’utérus avec une embryolétalité précoce, une perte post-implantation et une foetotoxicité. Chez les rates gravides, l’administration systémique de travoprost à des doses plus de 200 fois la dose clinique pendant la période d’organogenèse a entraîné une augmentation de l’incidence des malformations. De faibles niveaux de radioactivité ont été mesurés dans le liquide amniotique et les tissus fœtaux de rates gravides recevant du 3 H-travoprost. Des études de reproduction et de développement ont démontré un effet puissant sur la perte fœtale avec un taux élevé observé chez les rats et les souris (180 pg / mL et 30 pg / mL de plasma respectivement) à des expositions de 1,2 à 6 fois l’exposition clinique (jusqu’à 25 pg / mL).

Timolol

Les données non cliniques n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme avec le timolol sur la base d’études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité, de potentiel carcinogène. Des études de toxicité sur la reproduction avec le timolol ont montré une ossification fœtale retardée chez les rats sans effets indésirables sur le développement postnatal (7000 fois la dose clinique) et une augmentation des résorptions fœtales chez les lapins (14000 fois la dose clinique).

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Polyquaternium-1

Mannitol (E421)

Propylène glycol (E1520)

Huile de ricin hydrogénée polyoxyéthylénée 40 (HCO-40)

Acide borique

Chlorure de sodium

Hydroxyde de sodium et / ou acide chlorhydrique (pour l’ajustement du pH)

Eau purifiée

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

2 ans.

Jeter 4 semaines après la première ouverture.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

2,5 mL en polypropylène ovale (PP) ou en polyéthylène basse densité (PEBD) et un bouchon de distribution PP ou LDPE avec bouchon à vis en PP, présenté dans un suremballage.

Conditionnements de 1, 3 ou 6 bouteilles.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Novartis Europharm Limited

Frimley Business Park

Camberley GU16 7SR

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

EU / 1/06/338 / 001-6

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 24 avril 2006

Date du dernier renouvellement: 07 octobre 2010

10. Date de révision du texte

15 février 2018

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu