Solution orale de chlorhydrate de metformine 500mg / 5ml


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Solution orale de chlorhydrate de metformine 500mg / 5ml

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque solution orale de 5 ml contient 500 mg de chlorhydrate de metformine.

1 ml de solution buvable contient 100 mg de chlorhydrate de metformine.

Excipients: Parahydroxybenzoate de méthyle sodique (E219), parahydroxybenzoate de propyle sodique (E217) et liquide maltitol (E965).

Sodium = 5,3 mg / 5 ml

Potassium = 14,5 mg / 5 ml

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution orale

Liquide brun clair.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement du diabète sucré de type 2, en particulier chez les patients en surpoids, lorsque la prise en charge diététique et l’exercice seuls n’aboutissent pas à un contrôle glycémique adéquat.

▪ Chez les adultes, la solution orale de chlorhydrate de metformine peut être utilisée en monothérapie ou en association avec d’autres antidiabétiques oraux ou avec de l’insuline.

▪ Chez les enfants à partir de 10 ans et les adolescents, Metformin Hydrochloride Oral Solution peut être utilisé en monothérapie ou en association avec l’insuline.

Une réduction des complications diabétiques a été mise en évidence chez les patients adultes diabétiques de type 2 en surpoids traités par la metformine en première ligne après échec du régime (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques).

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie:

Adultes ayant une fonction rénale normale (DFG ≥ 90 mL / min)

Monothérapie et association avec d’autres antidiabétiques oraux:

▪ La dose initiale habituelle est une cuillère à soupe de 5 ml (500 mg) 2 ou 3 fois par jour pendant ou après les repas.

▪ Après 10 à 15 jours, la dose doit être ajustée en fonction des mesures de glycémie. Une augmentation lente de la dose peut améliorer la tolérabilité gastro-intestinale. La dose maximale recommandée de chlorhydrate de metformine est de 3 g (six cuillères à soupe de 5 ml) par jour, prises en trois doses séparées.

▪ Si le transfert d’un autre agent antidiabétique oral est prévu: interrompre l’autre agent et initier le chlorhydrate de metformine à la dose indiquée ci-dessus.

Combinaison avec l’insuline:

Le chlorhydrate de metformine et l’insuline peuvent être utilisés en association pour obtenir un meilleur contrôle de la glycémie. Le chlorhydrate de metformine est administré à la dose initiale habituelle d’une cuillère à soupe de 5 ml (500 mg) 2 ou 3 fois par jour, tandis que le dosage de l’insuline est ajusté sur la base des mesures de la glycémie.

Personnes âgées

En raison du risque de diminution de la fonction rénale chez les sujets âgés, la posologie du chlorhydrate de metformine doit être ajustée en fonction de la fonction rénale. Une évaluation régulière de la fonction rénale est nécessaire (voir rubrique 4.4).

Insuffisance rénale

Un DFG doit être évalué avant l’instauration du traitement par des produits contenant de la metformine et au moins une fois par année par la suite. Chez les patients présentant un risque accru de progression de l’insuffisance rénale et chez les personnes âgées, la fonction rénale doit être évaluée plus fréquemment, par exemple tous les 3 à 6 mois.

DFG (mL / min)

Dose quotidienne maximale totale

(à diviser en 2-3 doses quotidiennes)

Considérations supplémentaires

60-89

3000 mg

La réduction de dose peut être considérée en rapport avec la fonction rénale déclinante.

45-59

2000 mg

Les facteurs susceptibles d’augmenter le risque d’acidose lactique (voir rubrique 4.4) doivent être examinés avant d’envisager l’instauration de la metformine.

La dose initiale est au plus de la moitié de la dose maximale.

30-44

1000 mg

<30

La metformine est contre-indiquée.

Enfants et adolescents:

Monothérapie et combinaison avec l’insuline

▪ La solution orale de chlorhydrate de metformine peut être utilisée chez les enfants à partir de 10 ans et les adolescents.

▪ La dose initiale habituelle est une cuillère à soupe de 5 ml (500 mg) une fois par jour, administrée pendant les repas ou après les repas.

▪ Après 10 à 15 jours, la dose doit être ajustée en fonction des mesures de glycémie. Une augmentation lente de la dose peut améliorer la tolérabilité gastro-intestinale. La dose maximale recommandée de chlorhydrate de metformine est de 2 g (quatre cuillerées de 5 ml) par jour, prises en deux ou trois doses fractionnées.

4.3 Contre-indications

▪ Hypersensibilité au chlorhydrate de metformine ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

▪ Tout type d’acidose métabolique aiguë (comme l’acidose lactique, l’acidocétose diabétique).

▪ Diabétique, pré-coma diabétique.

▪ Insuffisance rénale sévère (DFG <30 mL / min).

▪ Affections aiguës susceptibles de modifier la fonction rénale, telles que:

– déshydratation

– infection sévère

– choc

– Administration intravasculaire de produits de contraste iodés (voir 4.4 Mises en garde et précautions particulières d’emploi).

▪ Maladie aiguë ou chronique pouvant causer une hypoxie tissulaire, telle que:

– insuffisance cardiaque ou respiratoire

– infarctus du myocarde récent

– choc.

▪ Insuffisance hépatique, intoxication alcoolique aiguë, alcoolisme.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Acidose lactique

L’acidose lactique, une complication métabolique très rare mais grave, survient le plus souvent à l’aggravation aiguë de la fonction rénale ou d’une maladie cardiorespiratoire ou d’une septicémie. L’accumulation de metformine se produit à l’aggravation aiguë de la fonction rénale et augmente le risque d’acidose lactique.

En cas de déshydratation (diarrhée ou vomissements sévères, fièvre ou diminution de la consommation de liquide), la metformine doit être temporairement arrêtée et un contact avec un professionnel de la santé est recommandé.

Les médicaments pouvant altérer de manière aiguë la fonction rénale (tels que les antihypertenseurs, les diurétiques et les AINS) doivent être instaurés avec précaution chez les patients traités par la metformine. Les autres facteurs de risque d’acidose lactique sont une consommation excessive d’alcool, une insuffisance hépatique, un diabète mal contrôlé, une cétose, un jeûne prolongé et toute pathologie associée à une hypoxie, ainsi que l’utilisation concomitante de médicaments pouvant provoquer une acidose lactique (voir rubriques 4.3 et 4.5).

Les patients et / ou les soignants doivent être informés du risque d’acidose lactique. L’acidose lactique se caractérise par une dyspnée acidosique, des douleurs abdominales, des crampes musculaires, une asthénie et une hypothermie suivies d’un coma. En cas de symptômes suspectés, le patient doit arrêter la prise de metformine et consulter immédiatement un médecin. Les résultats du laboratoire de diagnostic sont une diminution du pH sanguin (<7,35), une augmentation des taux plasmatiques de lactate (> 5 mmol / L) et une augmentation du fossé anionique et du rapport lactate / pyruvate.

Fonction rénale

Le DFG doit être évalué avant le début du traitement et régulièrement par la suite, voir rubrique 4.2. La metformine est contre-indiquée chez les patients présentant un DFG <30 mL / min et doit être temporairement arrêtée en présence de conditions qui altèrent la fonction rénale, voir rubrique 4.3.

Fonction cardiaque

Les patients atteints d’insuffisance cardiaque sont plus à risque d’hypoxie et d’insuffisance rénale. Chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique stable, la metformine peut être utilisée avec un suivi régulier de la fonction cardiaque et rénale.

La metformine est contre-indiquée chez les patients présentant une insuffisance cardiaque aiguë et instable (voir rubrique 4.3).

Administration d’agent de contraste iodé

L’administration intravasculaire de produits de contraste iodés peut entraîner une néphropathie induite par un produit de contraste, entraînant une accumulation de metformine et un risque accru d’acidose lactique. La metformine doit être arrêtée avant ou au moment de la procédure d’imagerie et ne doit pas être reprise au moins 48 heures après, à condition que la fonction rénale ait été réévaluée et se soit révélée stable, voir rubriques 4.2 et 4.5.

Chirurgie

La metformine doit être interrompue au moment de la chirurgie sous anesthésie générale, rachidienne ou épidurale. Le traitement peut être repris au plus tôt 48 heures après la chirurgie ou la reprise de la nutrition par voie orale et à condition que la fonction rénale ait été réévaluée et jugée stable.

Enfants et adolescents

Le diagnostic de diabète sucré de type 2 doit être confirmé avant le début du traitement par le chlorhydrate de metformine.

Aucun effet du chlorhydrate de metformine sur la croissance et la puberté n’a été détecté au cours d’études cliniques contrôlées d’une durée d’un an mais aucune donnée à long terme sur ces points spécifiques n’est disponible. Par conséquent, un suivi attentif de l’effet de la metformine sur ces paramètres chez les enfants traités par la metformine, en particulier chez les enfants pré-pubères, est recommandé.

Enfants âgés de 10 à 12 ans:

Seulement 15 sujets âgés entre 10 et 12 ans ont été inclus dans les études cliniques contrôlées menées chez les enfants et les adolescents. Bien que l’efficacité et l’innocuité de la metformine chez les enfants de moins de 12 ans ne diffèrent pas de l’efficacité et de l’innocuité chez les enfants plus âgés, une prudence particulière est recommandée chez les enfants de 10 à 12 ans.

Autres précautions

Tous les patients doivent continuer leur régime avec une distribution régulière d’hydrates de carbone pendant la journée. Les patients en surpoids devraient continuer leur régime restreint en énergie.

Les tests de laboratoire habituels pour la surveillance du diabète doivent être effectués régulièrement.

Le chlorhydrate de metformine seul ne cause jamais d’hypoglycémie, bien que la prudence soit recommandée lorsqu’il est utilisé en association avec l’insuline ou d’autres antidiabétiques oraux (par exemple, les sulfonylurées ou les méglitinides).

Avertissements de l’excipient

Ce produit contient:

▪ Parahydroxybenzoates. Ceux-ci peuvent provoquer des réactions allergiques (éventuellement retardées).

▪ Maltitol liquide. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au fructose ne doivent pas prendre ce médicament. Cela peut avoir un léger effet laxatif. Le pouvoir calorifique est de 2,3 kcal par gramme de maltitol (31,5 kcal en dose quotidienne maximale)

▪ Sodium – 5,3 mg par dose de 5 ml. Ceci devrait être pris en considération pour les patients suivant un régime contrôlé en sodium.

▪ Potassium – 14,5 mg par dose de 5 ml. Ceci devrait être pris en considération pour les patients avec une fonction rénale réduite ou les patients sous régime de potassium contrôlé.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Utilisation concomitante non recommandée

De l’alcool

L’intoxication alcoolique est associée à un risque accru d’acidose lactique, en particulier en cas de jeûne, de malnutrition ou d’insuffisance hépatique.

Produits de contraste iodés

La metformine doit être arrêtée avant ou au moment de la procédure d’imagerie et ne doit pas être reprise au moins 48 heures après, à condition que la fonction rénale ait été réévaluée et se soit révélée stable, voir rubriques 4.2 et 4.4.

Combinaisons nécessitant des précautions d’utilisation

Certains médicaments peuvent altérer la fonction rénale et augmenter le risque d’acidose lactique, par exemple les AINS, y compris les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase (COX) II, les inhibiteurs de l’ECA, les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II et les diurétiques, en particulier les diurétiques de l’anse. Lors du démarrage ou de l’utilisation de tels produits en association avec la metformine, une surveillance étroite de la fonction rénale est nécessaire.

Médicaments présentant une activité hyperglycémiante intrinsèque (par exemple glucocorticoïdes (voies systémiques et locales) et sympathomimétiques).

Informer le patient et effectuer une surveillance plus fréquente de la glycémie, en particulier au début du traitement. Si nécessaire, ajuster le dosage du médicament antidiabétique pendant le traitement avec l’autre médicament et après son arrêt.

Diurétiques, en particulier les diurétiques de l’anse

Ils peuvent augmenter le risque d’acidose lactique en raison de leur potentiel à diminuer la fonction rénale.

Transporteurs de cations organiques (OCT)

La metformine est un substrat des deux transporteurs OCT1 et OCT2.

Co-administration de metformine avec

• Les inhibiteurs de l’OCT1 (tels que le vérapamil) peuvent réduire l’efficacité de la metformine.

• Les inducteurs de l’OCT1 (tels que la rifampicine) peuvent augmenter l’absorption gastro-intestinale et l’efficacité de la metformine.

• Les inhibiteurs de l’OCT2 (tels que la cimétidine, le dolutégravir, la ranolazine, le triméthoprime, le vandétanib et l’isavuconazole) peuvent diminuer l’élimination rénale de la metformine et entraîner ainsi une augmentation de la concentration plasmatique de la metformine.

• Les inhibiteurs de l’OCT1 et de l’OCT2 (tels que le crizotinib, l’olaparib) peuvent altérer l’efficacité et l’élimination rénale de la metformine.

La prudence est donc recommandée, en particulier chez les patients présentant une insuffisance rénale, lorsque ces médicaments sont co-administrés avec la metformine, car la concentration plasmatique de la metformine peut augmenter. Si nécessaire, l’ajustement posologique de la metformine peut être envisagé car les inhibiteurs / inducteurs de l’OCT peuvent altérer l’efficacité de la metformine.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Le diabète incontrôlé pendant la grossesse (gestationnel ou permanent) est associé à un risque accru d’anomalies congénitales et de mortalité périnatale.

Une quantité limitée de données provenant de l’utilisation de la metformine chez les femmes enceintes n’indique pas un risque accru d’anomalies congénitales. . Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets nocifs en ce qui concerne la grossesse, le développement embryonnaire ou fœtal, la parturition ou le développement postnatal (voir également rubrique 5.3).

Lorsque le patient envisage de devenir enceinte et pendant la grossesse, le diabète ne doit pas être traité par le chlorhydrate de metformine mais l’insuline doit être utilisée pour maintenir le taux de glycémie le plus proche possible de la normale afin de réduire le risque de malformations fœtales. .

Allaitement maternel

La metformine est excrétée dans le lait maternel humain. Aucun effet indésirable n’a été observé chez les nouveau-nés / nourrissons allaités.

Cependant, comme seules des données limitées sont disponibles, l’allaitement n’est pas recommandé pendant le traitement par la metformine. La décision d’interrompre l’allaitement doit être prise en tenant compte du bénéfice de l’allaitement et du risque potentiel d’effets indésirables sur l’enfant.

La fertilité

La fertilité des rats mâles ou femelles n’a pas été affectée par la metformine lorsqu’elle était administrée à des doses aussi élevées que 600 mg / kg / jour, ce qui correspond à environ trois fois la dose quotidienne maximale recommandée chez l’humain.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La solution orale de chlorhydrate de metformine en monothérapie ne provoque pas d’hypoglycémie et n’a donc aucun effet sur l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

Cependant, les patients doivent être informés du risque d’hypoglycémie lorsque le chlorhydrate de metformine est utilisé en association avec d’autres antidiabétiques (sulfonylurées, insuline ou méglitinides).

4.8 Effets indésirables

Au cours du traitement, les effets indésirables les plus fréquents sont des nausées, des vomissements, de la diarrhée, des douleurs abdominales et une perte d’appétit qui disparaissent spontanément dans la plupart des cas. Pour les prévenir, il est recommandé de prendre du chlorhydrate de metformine en 2 ou 3 doses quotidiennes et d’augmenter lentement les doses.

Les réactions défavorables suivantes peuvent se produire sous le traitement avec le chlorhydrate de metformin. Les fréquences sont définies comme suit: très commun ≥1 / 10; commune ≥1 / 100, <1/10; peu fréquent ≥1 / 1000, <1/100; rare ≥ 1/10 000, <1/1 000; très rare <1/10 000. Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très rare:

Diminution de l’absorption de la vitamine B12 avec diminution des taux sériques pendant l’utilisation à long terme du chlorhydrate de metformine. La considération d’une telle étiologie est recommandée si un patient présente une anémie mégaloblastique.

Très rare: Acidose lactique (voir 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Troubles du système nerveux:

Fréquent: Perturbation du goût.

Problèmes gastro-intestinaux:

Très fréquent: Troubles gastro intestinaux tels que nausées, vomissements, diarrhée, douleurs abdominales et perte d’appétit. Ces effets indésirables surviennent le plus fréquemment au début du traitement et disparaissent spontanément dans la plupart des cas. Pour les prévenir, il est recommandé de prendre le chlorhydrate de metformine en 2 ou 3 prises par jour pendant ou après les repas. Une augmentation lente de la dose peut également améliorer la tolérabilité gastro-intestinale.

Troubles hépatobiliaires:

Très rare

Rapports isolés d’anomalies des tests de la fonction hépatique ou d’hépatite se résolvant après l’arrêt du chlorhydrate de metformine.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Très rare:

Les réactions cutanées telles que l’érythème, le prurit, l’urticaire.

Population pédiatrique

Dans les données publiées et postcommercialisation et dans les études cliniques contrôlées chez une population pédiatrique limitée âgée de 10 à 16 ans traitée pendant 1 an, la notification des effets indésirables était de nature et de gravité similaires à celles rapportées chez les adultes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via: Yellow Card Scheme. www.mhra.gov.uk/yellowcard ou recherchez MHRA Yellow Card sur Google Play ou Apple App Store.

4.9 Surdosage

Aucune hypoglycémie n’a été observée avec des doses de chlorhydrate de metformine allant jusqu’à 85 g, bien qu’une acidose lactique soit survenue dans de telles circonstances. Un surdosage élevé ou des risques concomitants de chlorhydrate de metformine peuvent entraîner une acidose lactique. L’acidose lactique est une urgence médicale et doit être traitée à l’hôpital. La méthode la plus efficace pour éliminer le lactate et le chlorhydrate de metformine est l’hémodialyse.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Médicaments hypoglycémiants oraux. Biguanides

Code ATC: A10B A02

Mécanisme d’action

Le chlorhydrate de metformine est un biguanide avec des effets antihyperglycémiants, abaissant à la fois le taux de glucose plasmatique basal et postprandial. Il ne stimule pas la sécrétion d’insuline et ne produit donc pas d’hypoglycémie.

Le chlorhydrate de metformine peut agir via 3 mécanismes:

(1) la réduction de la production de glucose hépatique en inhibant la gluconéogenèse et la glycogénolyse (2) dans le muscle, en augmentant la sensibilité à l’insuline, améliorant l’absorption et l’utilisation du glucose périphérique (3) et le retard de l’absorption intestinale du glucose.

Le chlorhydrate de metformine stimule la synthèse intracellulaire du glycogène en agissant sur la glycogène synthase.

Le chlorhydrate de metformine augmente la capacité de transport de tous les types de transporteurs membranaires de glucose (GLUT) connus à ce jour.

Effets pharmacodynamiques

Dans les études cliniques, l’utilisation de chlorhydrate de metformine a été associée à un poids corporel stable ou à une perte de poids modeste.

Chez l’homme, indépendamment de son action sur la glycémie, le chlorhydrate de metformine a des effets favorables sur le métabolisme des lipides. Cela a été démontré à des doses thérapeutiques dans des études cliniques contrôlées, à moyen terme ou à long terme: le chlorhydrate de metformine réduit les niveaux de cholestérol total, de cholestérol LDL et de triglycérides.

Efficacité clinique

L’étude prospective randomisée (UKPDS) a établi les avantages à long terme d’un contrôle intensif de la glycémie dans le diabète de type 2.

L’analyse des résultats chez les patients en surpoids traités par le chlorhydrate de metformine après échec de l’alimentation seule a montré:

▪ une réduction significative du risque absolu de complication liée au diabète dans le groupe metformine (29,8 événements / 1000 patients-années) versus régime seul (43,3 événements / 1000 patients-années), p = 0,0023, et par rapport à la sulfonylurée combinée et groupes d’insuline en monothérapie (40,1 événements / 1000 patients-années), p = 0,0034.

▪ une réduction significative du risque absolu de mortalité liée au diabète: metformine 7,5 événements / 1000 patients-années, alimentation seule 12,7 événements / 1000 patients-années, p = 0,017;

▪ une réduction significative du risque absolu de mortalité globale: metformine 13,5 événements / 1000 patients-années contre régime seul 20,6 événements / 1000 patients-années (p = 0,011), et versus les groupes combinés sulfonylurée et insuline en monothérapie 18,9 événements / 1000 patients -années (p = 0,021);

▪ une réduction significative du risque absolu d’infarctus du myocarde: événements de la metformine 11/1000 patients-années, régime alimentaire seul 18 événements / 1000 patients-années (p = 0,01).

Pour le chlorhydrate de metformine utilisé en deuxième intention, en association avec un sulfamide hypoglycémiant, le bénéfice clinique n’a pas été démontré.

Dans le diabète de type 1, la combinaison de chlorhydrate de metformine et d’insuline a été utilisée chez des patients sélectionnés, mais le bénéfice clinique de cette association n’a pas été formellement établi.

Population pédiatrique

Des études cliniques contrôlées chez une population pédiatrique limitée âgée de 10 à 16 ans et traitée pendant 1 an ont montré une réponse similaire dans le contrôle glycémique à celle observée chez les adultes.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption:

Après une dose orale de metformine, Tmax est atteint en 2,5 heures. La biodisponibilité absolue d’une dose de 500 mg est d’environ 50-60% chez les sujets en bonne santé. Après une dose orale, la fraction non absorbée récupérée dans les fèces était de 20 à 30%.

Après administration orale, l’absorption du chlorhydrate de metformine est saturable et incomplète. On suppose que la pharmacocinétique de l’absorption du chlorhydrate de metformine est non linéaire.

Aux doses habituelles de chlorhydrate de metformine et aux schémas posologiques, les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre sont atteintes en 24 à 48 heures et sont généralement inférieures à 1 μg / ml. Dans les essais cliniques contrôlés, les concentrations plasmatiques maximales de metformine (Cmax) ne dépassaient pas 4 μg / ml, même aux doses maximales.

La nourriture diminue l’étendue et retarde légèrement l’absorption du chlorhydrate de metformine. Après l’administration d’une dose de 850 mg, une concentration plasmatique maximale de 40% inférieure, une diminution de 25% de l’ASC (aire sous la courbe) et une prolongation de 35 minutes jusqu’à la concentration plasmatique maximale ont été observées. La pertinence clinique de ces diminutions est inconnue.

Distribution:

La liaison aux protéines plasmatiques est négligeable. Les chlorhydrates de metformine se séparent en érythrocytes. Le pic sanguin est inférieur au pic plasmatique et apparaît approximativement au même moment. Les globules rouges représentent très probablement un compartiment secondaire de distribution. Le Vd moyen variait entre 63 et 276 L.

Métabolisme:

Le chlorhydrate de metformine est excrété sous forme inchangée dans l’urine. Aucun métabolite n’a été identifié chez l’homme.

Élimination:

La clairance rénale du chlorhydrate de metformine est> 400 ml / min, ce qui indique que le chlorhydrate de metformine est éliminé par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire. Après une dose orale, la demi-vie d’élimination terminale apparente est d’environ 6,5 heures.

Lorsque la fonction rénale est altérée, la clairance rénale est diminuée proportionnellement à celle de la créatinine et, par conséquent, la demi-vie d’élimination est prolongée, entraînant une élévation des taux de metformine dans le plasma.

Caractéristiques dans des groupes spécifiques de patients

Insuffisance rénale

Les données disponibles chez les sujets présentant une insuffisance rénale modérée sont rares et aucune estimation fiable de l’exposition systémique au chlorhydrate de metformine dans ce sous-groupe par rapport aux sujets ayant une fonction rénale normale n’a pu être faite. Par conséquent, l’adaptation de la dose doit être faite sur la base des considérations cliniques d’efficacité / tolérabilité (voir rubrique 4.2).

Population pédiatrique:

Étude de dose unique: Après des doses uniques de chlorhydrate de metformine 500 mg, les patients pédiatriques ont montré un profil pharmacocinétique similaire à celui observé chez les adultes en bonne santé.

Étude de dose multiple: Les données sont limitées à une étude. Après des doses répétées de 500 mg BID pendant 7 jours chez les enfants, la concentration plasmatique maximale (C max ) et l’exposition systémique (ASC0-t) ont été respectivement réduites d’environ 33% et 40% par rapport aux adultes diabétiques ayant reçu des doses répétées de 500 mg BID pendant 14 jours. Comme la dose est individualisée en fonction du contrôle glycémique, la pertinence clinique est limitée.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme sur la base d’études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité, de potentiel carcinogène, de reproduction de toxicité.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Parahydroxybenzoate de méthyle sodique (E219)

Parahydroxybenzoate de propyle sodique (E217)

Phosphate de dihydrogène de sodium dihydraté

Phosphate disodique d’hydrogène anhydre (E339)

Maltitol liquide (E965)

Acésulfame Potassium (E950)

Ammoniaque Caramel (E150c)

Saveur de menthe poivrée (contenant du propylène glycol, de l’alcool isopropylique et du pulegone)

Saveur de pêche (contenant du propylène glycol et de l’alcool isopropylique)

Eau purifiée.

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

1 an non ouvert

28 jours ouvert

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Bouteilles en verre d’ambre (type III)

Fermetures: HDPE, EPE ouaté, inviolable, fermeture à l’épreuve des enfants

Dispositif de dosage: cuillère en polypropylène 5ml

Taille de l’emballage: 100 ml, 150 ml ou 4 × 150 ml – Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Rosemont Pharmaceuticals Ltd

Maison Rosemont

Parc industriel de Yorkdale

Braithwaite Street

Leeds

LS11 9XE

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00427/0139

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

10/07/2007

10. Date de révision du texte

15/11/2017