Seringue innohep 10 000 ui / ml


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Seringue innohep 10 000 UI / ml

ou

Seringue tinzaparine sodique 10 000 UI / ml

2. Composition qualitative et quantitative

Tinzaparine sodique 10 000 anti-facteur Xa UI / ml

Excipients à effet connu :

Sodium (au total <23 mg / dose).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution injectable en seringue préremplie.

Seringue de 0,5 ml contenant un liquide incolore à paille, exempt de turbidité et de matière qui se dépose au repos.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Prophylaxie de la thromboembolie veineuse chez les patients adultes subissant une chirurgie, en particulier une chirurgie orthopédique, générale ou oncologique.

Prophylaxie de la thromboembolie veineuse chez les patients adultes non chirurgicaux immobilisés en raison d’une maladie médicale aiguë, y compris: insuffisance cardiaque aiguë, insuffisance respiratoire aiguë, infections graves, cancer actif, ainsi que l’exacerbation des maladies rhumatismales.

Prévention de la coagulation dans les circuits extracorporels au cours de l’hémodialyse et de l’hémofiltration chez l’adulte.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Prophylaxie des événements thromboemboliques chez les adultes:

L’administration se fait par injection sous-cutanée.

Patients chirurgicaux à risque modéré d’événements thromboemboliques:

3500 anti-Xa UI ont reçu SC 2 heures avant la chirurgie, puis une fois par jour aussi longtemps que le patient est considéré à risque de TEV.

Patients chirurgicaux à haut risque d’événements thromboemboliques, par exemple subissant une chirurgie orthopédique ou un cancer:

4 500 UI anti-Xa administrés SC 12 heures avant la chirurgie, puis une fois par jour, aussi longtemps que le patient est considéré comme étant à risque de TEV.

Patients non-chirurgicaux immobilisés en raison d’une maladie médicale aiguë:

3500 anti-Xa UI ont reçu SC une fois par jour chez des patients à risque modéré de TEV, ou 4500 UI anti-Xa ont reçu SC une fois par jour chez des patients à haut risque de TEV. L’administration devrait continuer tant que le patient est considéré à risque de TEV.

Anesthésie neuraxiale

La prudence est recommandée en cas d’anesthésie neuraxiale ou de ponction lombaire chez les patients recevant des doses prophylactiques de tinzaparine sodique, voir rubrique 4.4: Anesthésie neuraxiale. Si une anesthésie neuraxiale est prévue, un délai minimum de 12 heures doit être autorisé entre la dernière dose prophylactique et la mise en place de l’aiguille ou du cathéter. Tinzaparin sodium ne devrait pas être repris jusqu’à au moins 4-6 heures après l’utilisation de l’anesthésie rachidienne ou après que le cathéter ait été enlevé. Ainsi, l’initiation préopératoire de 2 heures de thromboprophylaxie avec tinzaparine sodique n’est pas compatible avec l’anesthésie neuraxiale.

Hémodialyse et hémofiltration chez l’adulte:

Durée de 4 heures ou moins:

Une injection bolus de 2000 à 2500 UI anti-Xa au début de la dialyse.

Durée de plus de 4 heures:

Une injection en bolus de 2 500 UI anti-Xa au début de la dialyse / filtration, suivie de 750 UI anti-Xa / heure en perfusion continue.

Ajustement de dose:

Si nécessaire, la dose de bolus peut être augmentée ou diminuée progressivement par incréments de 500 UI anti-Xa jusqu’à obtention d’une réponse satisfaisante. La dose habituelle est comprise entre 2 000 et 4 500 UI anti-Xa.

En cas de transfusion concomitante de sang ou de globules rouges concentrés, une injection bolus supplémentaire de 500 à 1000 UI anti-Xa peut être administrée.

Surveillance de dose:

La détermination de l’activité plasmatique anti-Xa peut être utilisée pour surveiller la dose de tinzaparine sodique pendant l’hémodialyse / hémofiltration. Le niveau plasmatique anti-Xa doit être d’environ 0,5 UI anti-Xa / ml une heure après l’administration.

Interchangeabilité

Pour l’interchangeabilité avec d’autres HBPM, voir la rubrique 4.4.

Populations spéciales

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de la tinzaparine sodique chez les enfants de moins de 18 ans n’ont pas encore été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites dans la section 5.2, mais aucune recommandation sur une posologie ne peut être faite.

Insuffisance rénale

Si une insuffisance rénale est soupçonnée, la fonction rénale doit être évaluée à l’aide d’une formule à base de créatinine sérique pour estimer le niveau de clairance de la créatinine.

L’utilisation chez les patients avec un niveau de clairance de la créatinine <30 ml / minute n’est pas recommandée, car le dosage dans cette population n’a pas été établi. Les données disponibles ne démontrent aucune accumulation chez les patients dont la clairance de la créatinine est inférieure à 20 ml / min. Lorsque cela est nécessaire chez ces patients, l’administration de tinzaparine sodique peut être initiée avec un suivi anti-Xa, si le bénéfice l’emporte sur le risque (voir rubrique 4.4: Insuffisance rénale).

Personnes âgées

Tinzaparine sodique doit être utilisé chez les personnes âgées à des doses standard. La précaution est recommandée dans le traitement des patients âgés atteints d’insuffisance rénale. Si une insuffisance rénale est suspectée, voir rubrique 4.2: Insuffisance rénale et section 4.4: Insuffisance rénale.

Poids

Pour les patients ayant un poids corporel très faible ou très élevé, 50 UI anti-Xa par kg de poids corporel une fois par jour peuvent être considérés comme une alternative au dosage fixe. Pour les patients en chirurgie, la première dose est donnée SC 2 heures avant la chirurgie. L’administration doit se poursuivre une fois par jour aussi longtemps que le patient est considéré à risque de TEV.

Méthode d’administration

Les produits parentéraux doivent être inspectés visuellement avant l’administration. Ne pas utiliser si un trouble ou un précipité est observé. Le liquide peut jaunir pendant le stockage mais est toujours utilisable.

L’administration se fait par injection sous-cutanée lorsqu’elle est administrée en prophylaxie des événements thromboemboliques chez l’adulte. Cela peut être fait dans la peau abdominale, le côté externe de la cuisse, le bas du dos, la partie supérieure de la jambe ou le bras. Ne pas injecter dans la zone autour du nombril, près des cicatrices ou des plaies.

Pour les injections abdominales, le patient doit être en décubitus dorsal, en alternant les injections entre le côté gauche et le côté droit. La bulle d’air à l’intérieur de la seringue ne doit pas être retirée. Pendant l’injection, la peau doit être maintenue dans un pli.

Pour l’hémodialyse, la dose de tinzaparine sodique doit être administrée dans le côté artériel du dialyseur ou par voie intraveineuse. Le dialyseur peut être amorcé en rinçant avec 500 à 1 000 ml de chlorure de sodium isotonique (9 mg / ml) contenant 5 000 UI anti-Xa de tinzaparine sodique par litre.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

• Antécédents ou thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (type II) (voir rubrique 4.4).

• Hémorragies majeures actives ou conditions prédisposant à une hémorragie majeure. Une hémorragie majeure est définie comme remplissant l’un de ces trois critères: a) se produit dans une zone ou un organe critique (p. Ex. Intracrânienne, intraspinale, intraoculaire, rétropéritonéale, intra-articulaire ou péricardique, intra-utérine ou intramusculaire avec compartiment), b) provoque une chute du taux d’hémoglobine de 20 g / L (1,24 mmol / L) ou plus, ou c) conduit à la transfusion de 2 unités ou plus de sang total ou de globules rouges.

• Endocardite septique.

• La formulation de seringue à base de tinzaparine à 10 000 UI / ml ne contient pas d’alcool benzylique de conservation.

• Chez les patients recevant de l’héparine pour un traitement plutôt qu’une prophylaxie, l’anesthésie locorégionale en chirurgie élective est contre-indiquée car l’utilisation de l’héparine peut être très rarement associée à un hématome épidural ou rachidien entraînant une paralysie prolongée ou permanente.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Anesthésie neuraxiale

La prudence est recommandée en cas d’anesthésie neuraxiale ou de ponction lombaire chez les patients recevant des doses prophylactiques de tinzaparine sodique en raison du risque d’hématome rachidien entraînant une paralysie prolongée ou permanente. Un délai minimum de 12 heures doit être autorisé entre la dernière dose prophylactique et le placement de l’aiguille ou du cathéter. Pour les techniques continues, un délai similaire doit être observé avant d’enlever le cathéter. De plus, la tinzaparine sodique ne doit pas être reprise avant au moins 4 à 6 heures après l’utilisation de l’anesthésie rachidienne ou après le retrait du cathéter. Les patients doivent être étroitement surveillés pour les signes et les symptômes de blessure neurologique.

Hémorragie

La prudence est recommandée lors de l’administration de tinzaparine sodique aux patients à risque d’hémorragie. Pour les patients à risque d’hémorragie majeure, voir rubrique 4.3. La combinaison avec des médicaments affectant la fonction plaquettaire ou le système de coagulation doit être évitée ou surveillée attentivement (voir rubrique 4.5).

Injections intramusculaires

Tinzaparine sodique ne doit pas être administré par injection intramusculaire en raison du risque d’hématome. En raison du risque d’hématome, les injections intramusculaires concomitantes doivent également être évitées.

Thrombocytopénie induite par l’héparine

La numération plaquettaire doit être mesurée avant le début du traitement et périodiquement par la suite en raison du risque de thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (type II). Tinzaparine sodique doit être arrêté chez les patients qui développent une thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (type II) (voir rubriques 4.3 et 4.8). La numération plaquettaire se normalise habituellement dans les 2 à 4 semaines après le retrait.

Hyperkaliémie

Les produits à base d’héparine peuvent supprimer la sécrétion de l’aldostérone par les surrénales, entraînant une hyperkaliémie. Les facteurs de risque comprennent le diabète sucré, l’insuffisance rénale chronique, l’acidose métabolique préexistante, l’élévation du taux plasmatique de potassium lors du prétraitement, l’administration concomitante de médicaments susceptibles d’élever le taux plasmatique de potassium et l’utilisation à long terme de tinzaparine sodique. Chez les patients à risque, les taux de potassium doivent être mesurés avant de commencer la prise de tinzaparine sodique et surveillés régulièrement par la suite. L’hyperkaliémie liée à l’héparine est généralement réversible à l’arrêt du traitement, mais d’autres approches peuvent être envisagées si le traitement par tinzaparine sodique est considéré comme salvateur (par exemple, diminution de l’apport de potassium, arrêt d’autres médicaments pouvant affecter l’équilibre potassique).

Prothèses valvulaires cardiaques

Des échecs thérapeutiques ont été rapportés chez des patients porteurs de valvules cardiaques prothétiques sur des doses anti-coagulantes complètes de tinzaparine sodique et d’autres héparines de bas poids moléculaire. Tinzaparin sodium n’est pas recommandé pour cette population.

Insuffisance rénale

L’utilisation chez les patients avec un niveau de clairance de la créatinine <30 ml / minute n’est pas recommandée, car le dosage dans cette population n’a pas été établi. Les données disponibles ne démontrent aucune accumulation chez les patients dont la clairance de la créatinine est inférieure à 20 ml / minute. Lorsque cela est nécessaire chez ces patients, l’administration de tinzaparine sodique peut être utilisée avec précaution avec une surveillance anti-Xa, si le bénéfice l’emporte sur le risque (voir rubrique 4.2). Bien que la surveillance anti-Xa reste un mauvais prédicteur du risque hémorragique, c’est la mesure la plus appropriée des effets pharmacodynamiques de la tinzaparine sodique.

Personnes âgées

Les personnes âgées sont plus susceptibles d’avoir une fonction rénale réduite (voir rubrique 4.4: Insuffisance rénale); par conséquent, des précautions doivent être prises lors de la prescription de tinzaparine sodique aux personnes âgées.

Interchangeabilité

Les héparines de bas poids moléculaire ne doivent pas être utilisées de façon interchangeable en raison des différences pharmacocinétiques et biologiques. Le passage à une autre héparine de bas poids moléculaire, en particulier pendant une utilisation prolongée, doit être effectué avec une prudence particulière et des instructions de dosage spécifiques doivent être suivies pour chaque produit breveté.

Avertissements de l’excipient

Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement «sans sodium».

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’effet anticoagulant de la tinzaparine sodique peut être renforcée par d’autres médicaments affectant le système de coagulation, tels que ceux inhibant la fonction plaquettaire (acide acétylsalicylique et autres anti-inflammatoires non stéroïdiens), les agents thrombolytiques, les antagonistes de la vitamine K, la protéine C activée, les inhibiteurs directs du facteur Xa et IIa. De telles associations doivent être évitées ou surveillées avec attention (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Le traitement anticoagulant des femmes enceintes nécessite une intervention spécialisée.

Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects en ce qui concerne la toxicité pour la reproduction.

Une grande quantité de données sur les femmes enceintes (plus de 2 200 issues de grossesse) n’indique aucune toxicité malformative ni foeto / néonatale de la tinzaparine. Tinzaparin ne traverse pas le placenta. Tinzaparine sodique peut être utilisé pendant tous les trimestres de la grossesse, si nécessaire sur le plan clinique.

Anesthésie péridurale:

En raison du risque d’hématome vertébral, les doses thérapeutiques de tinzaparine sodique (175 UI / kg) sont contre-indiquées chez les patients sous anesthésie neuraxiale. Par conséquent, l’anesthésie épidurale chez les femmes enceintes doit toujours être retardée jusqu’à au moins 24 heures après l’administration de la dernière dose de traitement de tinzaparine sodique. Des doses prophylactiques peuvent être utilisées dans la mesure où un délai minimum de 12 heures est autorisé entre la dernière administration de tinzaparine sodique et le placement de l’aiguille ou du cathéter.

Les femmes enceintes avec des valvules cardiaques prothétiques:

Des échecs thérapeutiques et la mort maternelle ont été rapportés chez des femmes enceintes avec des valvules cardiaques prothétiques sur des doses anti-coagulantes complètes de tinzaparine sodique et d’autres héparines de bas poids moléculaire. En l’absence de données claires sur l’administration, l’efficacité et l’innocuité dans ces circonstances, la tinzaparine sodique n’est pas recommandée chez les femmes enceintes ayant une valvule cardiaque prothétique.

Allaitement maternel

Les données chez l’animal indiquent que l’excrétion de tinzaparine sodique dans le lait maternel est minime.

On ignore si la tinzaparine est excrétée dans le lait maternel. Bien que l’absorption orale d’héparines de faible poids moléculaire soit peu probable, un risque pour les nouveau-nés / nourrissons ne peut être exclu.

Chez les patients à risque, l’incidence de thromboembolie veineuse est particulièrement élevée au cours des 6 premières semaines après l’accouchement.

La décision d’interrompre l’allaitement ou d’interrompre ou de s’abstenir du traitement par la tinzaparine sodique doit être prise, en tenant compte du bénéfice de l’allaitement pour l’enfant et du bénéfice du traitement pour la femme.

La fertilité

Il n’y a aucune étude clinique avec tinzaparin sodium concernant la fertilité.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Tinzaparine sodique n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés sont les hémorragies, l’anémie secondaire à l’hémorragie et les réactions au site d’injection.

L’hémorragie peut se présenter dans n’importe quel organe et avoir différents degrés de sévérité. Des complications peuvent survenir en particulier lorsque des doses élevées sont administrées. Bien que les hémorragies majeures soient rares, des cas de décès ou d’invalidité permanente ont été signalés dans certains cas.

La thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (type II) se manifeste en grande partie dans les 5 à 14 jours suivant la première dose. De plus, une forme à début rapide a été décrite chez des patients préalablement exposés à l’héparine. La thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (type II) peut être associée à une thrombose artérielle et veineuse. Tinzaparine sodique doit être arrêté dans tous les cas de thrombocytopénie induite par l’héparine à médiation immunitaire (voir rubrique 4.4).

Dans de rares cas, la tinzaparine sodique peut provoquer une hyperkaliémie due à l’hypoaldostéronisme. Les patients à risque sont ceux atteints de diabète sucré ou d’insuffisance rénale (voir rubrique 4.4).

Des réactions allergiques graves peuvent parfois survenir. Il s’agit notamment de rares cas de nécrose cutanée, d’éruption cutanée toxique (syndrome de Stevens-Johnson, par exemple), d’œdème de Quincke et d’anaphylaxie. Le traitement doit être arrêté rapidement au moindre soupçon de réactions aussi graves.

L’estimation de la fréquence des effets indésirables est basée sur une analyse groupée des données provenant d’études cliniques et de rapports spontanés.

Les effets indésirables sont listés par MedDRA SOC et les effets indésirables individuels sont listés en commençant par les plus fréquemment rapportés. Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés dans l’ordre de gravité décroissante.

Très commun

≥1 / 10

Commun

≥1 / 100 et <1/10

Rare

≥1 / 1000 et <1/100

Rare

≥ 1/10 000 et <1/1 000

Très rare

<1/10 000

Troubles du système sanguin et lymphatique

Commun ≥1 / 100 et <1/10

Anémie (y compris l’hémoglobine a diminué)

Peu fréquent ≥1 / 1000 et <1/100

Thrombocytopénie (type I) (y compris baisse du nombre de plaquettes)

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Thrombocytopénie induite par l’héparine (type II)

Thrombocytose

Troubles du système immunitaire

Peu fréquent ≥1 / 1000 et <1/100

Hypersensibilité

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Réaction anaphylactique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Hyperkaliémie

Troubles vasculaires

Commun ≥1 / 100 et <1/10

Hémorragie

Hématome

Peu fréquent ≥1 / 1000 et <1/100

Ecchymoses, ecchymoses et purpura

Troubles hépatobiliaires

Peu fréquent ≥1 / 1000 et <1/100

Enzyme hépatique augmentée (y compris augmentation des transaminases, ALT, AST et GGT)

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Peu fréquent ≥1 / 1000 et <1/100

Dermatite (y compris dermatite allergique et bulleuse)

Téméraire

Prurit

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Éruption cutanée toxique (y compris le syndrome de Stevens-Johnson)

Nécrose cutanée

Angioedème

Urticaire

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Ostéoporose (en rapport avec un traitement à long terme)

Système reproducteur et troubles mammaires

Rare ≥ 1/10 000 et <1/1 000

Priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun ≥1 / 100 et <1/10

Réaction au site d’injection (y compris hématome au site d’injection, hémorragie, douleur, prurit, nodule, érythème et extravasation)

Population pédiatrique

L’information limitée tirée d’une étude et des données post-commercialisation indique que le profil des effets indésirables chez les enfants et les adolescents est comparable à celui observé chez les adultes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

L’hémorragie est la principale complication d’un surdosage. En raison de la demi-vie relativement courte de la tinzaparine sodique (voir rubrique 5.2), les hémorragies mineures peuvent être traitées de manière conservatrice après l’arrêt du traitement. Une hémorragie grave peut nécessiter l’administration de l’antidote sulfate de protamine. Les patients doivent être surveillés attentivement.

Toute hypovolémie doit être gérée activement. Une transfusion de plasma frais peut être utilisée, si nécessaire. L’activité plasmatique de l’anti-facteur Xa et de l’anti-facteur IIa doit être mesurée pendant la prise en charge des surdoses. Habituellement, les effets anticoagulants seront réduits à des niveaux négligeables après 24 heures, mais le traitement devrait être en fonction de l’état clinique du patient.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Agents antithrombotiques, code ATC: B01AB10

Tinzaparin sodium est un agent antithrombotique. Il potentialise l’inhibition de plusieurs facteurs de coagulation activés, notamment le facteur Xa, son activité étant médiée par l’antithrombine III.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

L’activité pharmacocinétique / pharmacodynamique de la tinzaparine sodique est contrôlée par l’activité anti-facteur Xa.

La tinzaparine sodique a une biodisponibilité d’environ 90% après une injection sous-cutanée. La demi-vie d’absorption est de 200 minutes, l’activité plasmatique maximale étant observée après 4 à 6 heures. La demi-vie d’élimination est d’environ 90 minutes.

La demi-vie de la tinzaparine sodique chez les patients insuffisants rénaux recevant une dose intraveineuse en bolus de 2 500 UI anti-facteur Xa est d’environ 2,5 heures.

Il existe une relation dose-réponse linéaire entre l’activité plasmatique et la dose administrée.

Population pédiatrique

Des données préliminaires sur l’utilisation de la tinzaparine suggèrent que les enfants plus jeunes, y compris les nouveau-nés et les nourrissons, éliminent plus rapidement la tinzaparine et pourraient donc nécessiter des doses plus élevées que les enfants plus âgés. Cependant, les données ne sont pas suffisantes pour permettre les recommandations posologiques, voir rubrique 4.2.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a pas de données précliniques pertinentes pour le prescripteur qui s’ajoutent à celles déjà incluses dans d’autres sections du RCP.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

L’acétate de sodium

Hydroxyde de sodium (en tant qu’ajusteur de pH)

Eau pour les injections

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

3 années.

Ne contient aucun agent de conservation, toute portion du contenu non utilisée en même temps doit être jetée avec la seringue.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

0,5 ml de seringue préremplie (verre type I) avec capuchon de protection, piston et dispositif de sécurité à aiguille contenant:

2,500 anti-facteur Xa IU dans 0,25 ml

3,500 anti-facteur Xa IU dans 0,35 ml

4500 anti-facteur Xa IU dans 0.45 ml

Conditionnements: 5, 10, 50 ou 100 seringues.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

LEO Laboratories Limited

Horizon

Honey Lane

Hurley

Virginité

Berkshire

SL6 6RJ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00043/0204

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 20 novembre 1997

Date du dernier renouvellement: 23 janvier 2003

10. Date de révision du texte

07/03/2017