Roferon-a 6 millions d’unités internationales (ui) solution injectable en seringue préremplie


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Roferon-A 6 millions d’unités internationales (UI) solution injectable en seringue préremplie

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque seringue préremplie contient 6 millions d’unités internationales d’interféron alfa-2a * par 0,5 millilitre ** (6 millions d’UI / 0,5 ml).

* produit dans Escherichia coli par la technologie de l’ADN recombinant

** Contient des surcharges de volume

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

Excipients reconnus pour avoir un effet connu:

Alcool benzylique (10 mg / 1 ml)

3. Forme pharmaceutique

Solution injectable en seringue préremplie.

La solution est claire et incolore à jaune clair.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Roferon-A est indiqué pour le traitement de:

– Leucémie à tricholeucocytes.

– Chronique chronique de la leucémie myéloïde chronique Philadelphie-chromosome positive. Roferon-A n’est pas un traitement alternatif pour les patients atteints de LMC qui ont un parent HLA-identique et pour lesquels une greffe de moelle osseuse allogénique est prévue ou possible dans un avenir immédiat. On ne sait pas encore si Roferon-A peut être considéré comme un traitement à potentiel curatif dans cette indication.

– Lymphome T cutané. L’interféron alfa-2a (Roféron-A) peut être actif chez les patients atteints d’une maladie évolutive et qui sont réfractaires au traitement conventionnel ou ne le sont pas.

– Les patients adultes atteints d’hépatite B chronique histologiquement prouvée et qui ont des marqueurs de réplication virale, c’est-à-dire ceux qui sont positifs pour l’ADN du VHB ou l’AgHBe.

– Les patients adultes atteints d’hépatite C chronique histologiquement prouvée et qui sont positifs pour les anticorps anti-VHC ou anti-VHC et qui présentent une alanine aminotransférase (ALAT) sérique élevée sans décompensation hépatique.

L’efficacité de l’interféron alfa-2a dans le traitement de l’hépatite C est améliorée lorsqu’il est associé à la ribavirine. Roferon-A doit être administré seul principalement en cas d’intolérance ou de contre-indication à la ribavirine.

– Lymphome folliculaire non-hodgkinien.

– Carcinome rénal avancé.

– Patients atteints d’un mélanome malin de stade II de l’AJCC (épaisseur de la tumeur de Breslow> 1,5 mm, absence de ganglion lymphatique ou de dissémination cutanée) qui ne présentent pas de maladie après la chirurgie.

4.2 Posologie et mode d’administration

Toutes les forces de Roferon-A disponibles ne peuvent pas être utilisées pour toutes les indications mentionnées dans la section 4.1. La concentration prescrite doit correspondre à la dose recommandée pour chaque indication individuelle.

– LEUCÉMIE CELLULAIRE CHEVEUX

Dosage initial:

Trois millions d’UI par jour, administrés par injection sous-cutanée pendant 16 à 24 semaines. Si une intolérance se développe, soit la dose quotidienne doit être abaissée à 1,5 million d’UI, soit l’horaire doit être modifié trois fois par semaine, ou les deux.

Dosage d’entretien:

Trois millions d’UI, administrés trois fois par semaine par injection sous-cutanée. Si une intolérance se développe, la dose doit être abaissée à 1,5 million d’UI trois fois par semaine.

Durée du traitement:

Les patients doivent être traités pendant environ six mois avant que le médecin décide de poursuivre le traitement chez les patients répondeurs ou d’interrompre le traitement chez les patients non répondeurs. Les patients ont été traités pendant 20 mois consécutifs. La durée optimale du traitement par Roferon-A pour la leucémie à tricholeucocytes n’a pas été déterminée.

La dose minimale efficace de Roferon-A dans la leucémie à tricholeucocytes n’a pas été établie.

– LEUCÉMIE MYÉLOÏDE CHRONIQUE

Roferon-A est indiqué pour le traitement des patients atteints de leucémie myéloïde chronique à chromosome Philadelphie positif en phase chronique. Roferon-A n’est pas un traitement alternatif pour les patients atteints de LMC qui ont un parent HLA-identique et pour lesquels une greffe de moelle osseuse allogénique est prévue ou possible dans un avenir immédiat.

Roferon-A produit des rémissions hématologiques chez 60% des patients atteints de LMC en phase chronique, indépendamment du traitement antérieur. Deux tiers de ces patients ont des réponses hématologiques complètes qui surviennent aussi tard que 18 mois après le début du traitement.

Contrairement à la chimiothérapie cytotoxique, l’interféron alfa-2a est capable de générer des réponses cytogénétiques continues et continues au-delà de 40 mois. On ne sait pas encore si Roferon-A peut être considéré comme un traitement à potentiel curatif dans cette indication.

Dosage:

Il est recommandé d’administrer Roferon-A par injection sous-cutanée pendant 8 à 12 semaines aux patients de 18 ans ou plus. L’horaire recommandé est:

Jours 1-3

3 millions d’UI par jour

Jours 4-6

6 millions d’UI par jour

Jours 7-84

9 millions d’UI par jour

Durée du traitement:

Les patients doivent être traités pendant au moins huit semaines, de préférence au moins douze semaines avant que le médecin décide de poursuivre ou non le traitement chez les patients répondeurs ou d’interrompre le traitement chez les patients ne présentant aucun changement dans les paramètres hématologiques. Les patients répondeurs doivent être traités jusqu’à la réponse hématologique complète ou pendant un maximum de 18 mois. Tous les patients ayant des réponses hématologiques complètes doivent poursuivre le traitement avec 9 millions d’UI par jour (optimal) ou 9 millions d’UI trois fois par semaine (minimum) afin d’obtenir une réponse cytogénétique dans les plus brefs délais. La durée optimale du traitement par Roferon-A pour la leucémie myéloïde chronique n’a pas été déterminée, bien que des réponses cytogénétiques aient été observées deux ans après le début du traitement.

L’innocuité, l’efficacité et la posologie optimale de Roferon-A chez les enfants atteints de LMC n’ont pas encore été établies.

– LYMPHOME À CELLULES T CUTANÉES (CTCL)

L’interféron alfa-2a (Roferon-A) peut être actif chez les patients atteints d’un lymphome cutané à cellules T évolutif et qui sont réfractaires ou inadaptés à un traitement conventionnel.

Le dosage optimal n’a pas été établi.

Dosage initial:

Roferon-A doit être administré par injection sous-cutanée et porté à 18 millions d’UI par jour pendant un total de 12 semaines chez les patients de 18 ans ou plus. Le calendrier d’escalade recommandé est le suivant:

Jours 1 à 3;

3 millions d’UI par jour

Jours 4 à 6;

9 millions d’UI par jour

Jours 7 à 84;

18 millions d’UI par jour

Dosage d’entretien:

Roferon-A doit être administré par injection sous-cutanée trois fois par semaine à la dose maximale acceptable pour le patient, mais ne dépassant pas 18 millions d’UI.

Durée du traitement:

Les patients doivent être traités pendant au moins huit semaines et de préférence pendant au moins douze semaines avant que le médecin décide de poursuivre le traitement chez les patients répondeurs ou d’interrompre le traitement chez les patients non répondeurs. La durée minimale du traitement chez les patients répondeurs doit être de 12 mois afin de maximiser les chances d’obtenir une réponse complète et d’améliorer les chances d’une réponse prolongée. Les patients ont été traités pendant 40 mois consécutifs. La durée optimale du traitement par Roferon-A pour le lymphome cutané à cellules T n’a pas été déterminée.

Attention:

Aucune réponse tumorale objective n’a été observée chez environ 40% des patients atteints de CTCL. Les réponses partielles sont généralement observées dans les 3 mois et les réponses complètes dans les 6 mois, bien qu’il puisse parfois prendre plus d’un an pour atteindre la meilleure réponse.

– HÉPATITE B CHRONIQUE

Roferon-A est indiqué pour le traitement des patients adultes atteints d’hépatite B chronique prouvée histologiquement et qui ont des marqueurs de réplication virale, c’est-à-dire ceux qui sont positifs pour l’ADN du VHB ou l’AgHBe.

Recommandation de dosage:

L’horaire optimal du traitement n’a pas encore été établi. La dose est habituellement comprise entre 2,5 et 5 millions UI / m2 de surface corporelle administrée par voie sous-cutanée trois fois par semaine pendant une période de 4 à 6 mois.

Le dosage peut être ajusté en fonction à la tolérance du patient au médicament. Si aucune amélioration n’a été observée après 3 à 4 mois de traitement, l’arrêt du traitement doit être envisagé.

Enfants : jusqu’à 10 millions d’UI / m 2 ont été administrés en toute sécurité à des enfants atteints d’hépatite B chronique. Cependant, l’efficacité du traitement n’a pas été démontrée.

– HÉPATITE C CHRONIQUE

ROFERON-A EN COMBINAISON AVEC LA RIBAVIRINE

PATIENTS RECHARGÉS

Roferon-A est administré en association avec la ribavirine chez les patients adultes atteints d’hépatite C chronique qui ont déjà répondu à l’interféron alpha en monothérapie, mais qui ont rechuté après l’arrêt du traitement.

Dosage:

Roféron-A: 4,5 millions d’UI 3 fois par semaine par injection sous-cutanée pendant une période de 6 mois.

Dosage de Ribavirin:

Dose de ribavirine: 1000 mg à 1200 mg / jour en deux prises (une fois le matin avec le petit déjeuner et une fois avec le repas du soir). Veuillez vous référer au RCP pour la ribavirine pour plus de détails sur la posologie et la méthode d’administration de la ribavirine.

PATIENTS NAÏVES

L’efficacité de l’interféron alfa-2a dans le traitement de l’hépatite C est améliorée lorsqu’il est associé à la ribavirine. Roferon-A doit être administré seul principalement en cas d’intolérance ou de contre-indication à la ribavirine.

Dosage:

Roféron-A: 3 à 4,5 millions d’UI 3 fois par semaine par injection sous-cutanée pendant une période d’au moins 6 mois. Le traitement doit être poursuivi pendant 6 mois supplémentaires chez les patients ayant un ARN du VHC négatif au 6ème mois, infectés par le génotype 1 et ayant une charge virale prétraitement élevée.

Dosage de la ribavirine : voir ci-dessus

D’autres facteurs pronostiques négatifs (âge> 40 ans, sexe masculin, fibrose de pontage) doivent être pris en compte afin d’étendre la thérapie à 12 mois.

Les patients qui n’ont pas montré de réponse virologique après 6 mois de traitement (ARN-VHC inférieur à la limite inférieure de détection) ne deviennent généralement pas des répondeurs virologiques soutenus (ARN-VHC en dessous de la limite inférieure de détection six mois après l’arrêt du traitement).

ROFERON-A MONOTHERAPIE

Roferon-A en monothérapie doit être administré principalement en cas d’intolérance ou de contre-indication à la ribavirine.

Dosage initial:

Roferon-A doit être administré à une dose de 3 à 6 millions d’UI par injection sous-cutanée trois fois par semaine pendant six mois comme traitement d’induction, si la tolérance du patient le permet. Chez les patients qui ne réagissent pas après trois à quatre mois de traitement, l’arrêt du traitement par Roferon-A doit être envisagé.

Dosage d’entretien:

Les patients dont l’ALT sérique est normalisée et / ou l’ARN du VHC est devenu indétectable nécessitent un traitement d’entretien avec 3 millions d’UI de Roféron-A trois fois par semaine pendant six autres mois ou plus pour consolider la réponse complète. La durée optimale du traitement n’a pas encore été déterminée mais une thérapie d’au moins 12 mois est conseillée.

Remarque:

La majorité des patients qui récidivent après un traitement adéquat avec Roferon-A seul le font dans les quatre mois suivant la fin du traitement.

– LYMPHOME FILLICULAIRE NON-HODGKINS

Roferon-A prolonge la survie sans maladie et sans progression lorsqu’il est utilisé comme traitement d’appoint aux chimiothérapies de type CHOP chez les patients atteints d’un lymphome non hodgkinien folliculaire avancé (forte charge tumorale). Cependant, l’efficacité du traitement d’appoint par l’interféron alfa-2a sur la survie globale à long terme de ces patients n’a pas encore été établie.

Dosage Recommandation :

Roferon-A doit être administré en concomitance à un régime de chimiothérapie conventionnelle (comme la combinaison de cyclophosphamide, prednisone, vincristine et doxorubicine) selon un calendrier tel que 6 millions d’UI / m 2 administrés par voie sous-cutanée du jour 22 au jour 26 de chaque traitement. cycle de jour.

– CARCINOME CELLULAIRE RENAL AVANCÉ

COMBINAISON AVEC LA VINBLASTINE

Le traitement par Roferon-A en association avec la vinblastine induit des taux de réponse globale d’environ 17 à 26%, retarde la progression de la maladie et prolonge la survie globale chez les patients atteints d’un carcinome rénal avancé.

Recommandation de dosage:

Roferon-A doit être administré par injection sous-cutanée à raison de 3 millions d’UI trois fois par semaine pendant une semaine, 9 millions d’UI trois fois par semaine pendant la semaine suivante et 18 millions d’UI trois fois par semaine par la suite. De manière concomitante, la vinblastine doit être administrée par voie intraveineuse selon les instructions du fabricant à la dose de 0,1 mg / kg une fois toutes les 3 semaines.

Si la dose de Roferon-A de 18 millions d’UI trois fois par semaine n’est pas tolérée, la dose peut être réduite à 9 millions d’UI trois fois par semaine.

Le traitement doit être administré pendant au moins trois mois, jusqu’à un maximum de 12 mois ou jusqu’à l’apparition d’une maladie évolutive. Les patients qui obtiennent une réponse complète peuvent arrêter le traitement trois mois après l’établissement de la réponse.

COMBINAISON AVEC BEVACIZUMAB (AVASTIN)

Recommandation de dosage:

9 millions d’UI par injection sous-cutanée trois fois par semaine jusqu’à la progression de la maladie ou jusqu’à 12 mois. L’innocuité et l’efficacité du traitement par Roferon-A après 12 mois n’ont pas été évaluées.

Le traitement par Roferon-A peut être instauré avec une dose plus faible (3 ou 6 millions d’UI), mais la dose recommandée de 9 millions d’UI doit cependant être atteinte dans les deux premières semaines de traitement.

Si la dose de Roferon-A de 9 millions d’UI trois fois par semaine n’est pas tolérée, la dose peut être réduite à une dose minimale de 3 millions d’UI trois fois par semaine.

Les injections de Roferon-A sont administrées après la perfusion d’Avastin. Pour plus d’informations sur l’utilisation combinée avec Avastin, reportez-vous au Smar Avastin.

– MELANOME MALIGNE MALIN.

Un traitement adjuvant avec une faible dose de Roferon-A prolonge l’intervalle sans maladie chez les patients ne présentant pas de métastases ganglionnaires ou distantes suite à la résection d’un mélanome (épaisseur de la tumeur> 1,5 mm).

Recommandation de dosage:

Roferon-A doit être administré par voie sous-cutanée à une dose de 3 millions d’UI trois fois par semaine pendant 18 mois, en commençant au plus tard six semaines après la chirurgie. Si une intolérance se développe, la dose doit être abaissée à 1,5 million d’UI trois fois par semaine.

4.3 Contre-indications

Roferon-A est contre-indiqué chez les patients présentant:

– antécédents d’hypersensibilité à l’interféron alfa-2a recombinant ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1,

– Patients atteints d’une cardiopathie sévère préexistante ou ayant des antécédents de maladie cardiaque. Aucun effet cardiotoxique direct n’a été démontré, mais il est probable que des toxicités aiguës et auto-limitantes (c.-à-d. Fièvre, frissons) fréquemment associées à l’administration de Roferon-A puissent exacerber les affections cardiaques préexistantes,

– Dysfonction rénale, hépatique ou myéloïde grave,

– Troubles épileptiques incontrôlés et / ou altération de la fonction du système nerveux central (voir rubrique 4.4.),

– Hépatite chronique avec maladie hépatique avancée, décompensée ou cirrhose du foie,

– L’hépatite chronique qui est ou a été récemment traitée avec des agents immunosuppresseurs,

– L’alcool benzylique, qui est un excipient dans la solution injectable Roferon-A, a rarement été associé à des toxicités potentiellement fatales et à des réactions anaphylactoïdes chez les enfants de moins de 3 ans. Par conséquent, Roferon-A solution injectable ne doit pas être utilisé chez les bébés prématurés, les nouveau-nés, les nourrissons ou les enfants de moins de 3 ans. La solution de Roferon-A contient 10 mg / ml d’alcool benzylique.

Traitement combiné avec la ribavirine: Voir aussi l’étiquetage de la ribavirine si l’interféron alfa-2a doit être administré en association avec la ribavirine chez les patients atteints d’hépatite chronique C.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Afin d’améliorer la traçabilité des médicaments biologiques, le nom commercial du produit administré doit être clairement enregistré (ou déclaré) dans le dossier du patient.

Roferon-A doit être administré sous la supervision d’un médecin qualifié expérimenté dans la gestion de l’indication respective. Une prise en charge appropriée de la thérapie et de ses complications n’est possible que lorsque des installations de diagnostic et de traitement adéquates sont facilement disponibles.

Les patients doivent être informés non seulement des avantages de la thérapie, mais aussi des effets indésirables.

Hypersensibilité: Si une réaction d’hypersensibilité survient pendant le traitement par Roferon-A ou en association avec la ribavirine, le traitement doit être interrompu et un traitement médical approprié doit être instauré immédiatement. Les éruptions transitoires ne nécessitent pas d’interruption du traitement.

Chez les patients transplantés (par exemple, greffe de rein ou de moelle osseuse), l’immunosuppression thérapeutique peut être affaiblie car les interférons exercent également une action immunostimulante. Comme avec d’autres interférons alpha, des rejets de greffe ont été rapportés chez des patients prenant Roferon-A.

Fièvre / Infections: Bien que la fièvre puisse être associée au syndrome pseudogrippal communément observé lors du traitement par interféron, d’autres causes de fièvre persistante, notamment d’infections graves (bactériennes, virales, fongiques) doivent être exclues, en particulier chez les patients neutropéniques. Des infections graves (bactériennes, virales, fongiques) ont été signalées au cours du traitement par interférons alfa, y compris Roferon-A. Un traitement anti-infectieux approprié doit être instauré immédiatement et l’arrêt du traitement doit être envisagé.

Psychiatrique: Des effets indésirables psychiatriques graves peuvent se manifester chez les patients recevant un traitement par interférons, y compris Roferon-A. La dépression, l’idéation suicidaire, la tentative de suicide et le suicide peuvent survenir chez des patients atteints ou non de maladies psychiatriques antérieures. Les médecins devraient surveiller tous les patients traités avec Roferon-A pour des signes de dépression. Les médecins devraient informer les patients du développement possible d’une dépression avant le début du traitement, et les patients devraient immédiatement signaler tout signe ou symptôme de dépression. L’intervention psychiatrique et / ou l’arrêt du médicament doivent être envisagés dans de tels cas.

Patients toxicomanes: Les patients infectés par le VHC qui présentent des troubles concomitants (alcool, cannabis, etc.) courent un risque accru de développer des troubles psychiatriques ou une exacerbation de troubles psychiatriques déjà existants lorsqu’ils sont traités avec l’interféron alpha. Si un traitement par l’interféron alpha est jugé nécessaire chez ces patients, la présence de comorbidités psychiatriques et la possibilité d’utiliser d’autres substances doivent être soigneusement évaluées et gérées adéquatement avant de commencer le traitement. Au besoin, une approche interdisciplinaire comprenant un fournisseur de soins de santé mentale ou un spécialiste de la toxicomanie devrait être envisagée pour évaluer, traiter et suivre le patient. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant le traitement et même après l’arrêt du traitement. Une intervention précoce en ré-émergence ou en développement de troubles psychiatriques et de consommation de substances est recommandée.

Ophtalmologique: Comme avec d’autres interférons, une rétinopathie incluant des hémorragies rétiniennes, des taches de coton, un œdème papillaire, une thrombose veineuse ou une neuropathie optique pouvant entraîner une perte de la vision, a été rapportée après traitement par Roferon-A. Tout patient se plaignant de diminution ou de perte de vision doit subir un examen de la vue. Étant donné que ces événements oculaires peuvent survenir en même temps que d’autres états pathologiques, un examen visuel avant l’instauration de Roferon-A en monothérapie ou en association avec la ribavirine est recommandé chez les patients diabétiques ou hypertendus. Roferon-A en monothérapie ou en association avec la ribavirine doit être interrompu chez les patients présentant des troubles ophtalmologiques nouveaux ou s’aggravant.

Système endocrinien: Une hyperglycémie a été rarement observée chez des patients traités par Roferon-A. Tous les patients qui présentent des symptômes d’hyperglycémie doivent faire mesurer leur glycémie et faire un suivi en conséquence. Les patients atteints de diabète sucré peuvent nécessiter un ajustement de leur régime antidiabétique.

Lorsque la dysfonction rénale, hépatique ou myéloïde légère à modérée est présente, une surveillance étroite de ces fonctions est requise.

Fonction hépatique: Dans de rares cas, l’interféron alpha a été suspecté de provoquer une exacerbation d’une maladie auto-immune sous-jacente chez les patients atteints d’hépatite. Par conséquent, lors du traitement des patients atteints d’hépatite avec des antécédents de maladie auto-immune, la prudence est recommandée. Si une détérioration de la fonction hépatique survient chez ces patients, une détermination des anticorps auto-immuns doit être envisagée. Si nécessaire, le traitement doit être interrompu.

Suppression de la moelle osseuse: L’administration de Roferon-A aux patients atteints de myélosuppression sévère doit être extrêmement prudente, car elle a un effet suppressif sur la moelle osseuse, entraînant une baisse de la numération globulaire, en particulier des granulocytes, une numération plaquettaire et, moins fréquemment concentration d’hémoglobine. Cela peut conduire à un risque accru d’infection ou d’hémorragie. Il est important de surveiller étroitement ces événements chez les patients et des numérations sanguines complètes périodiques doivent être effectuées au cours du traitement par Roferon-A, à la fois avant le traitement et à des périodes appropriées pendant le traitement.

Auto-immunité: Le développement de différents auto-anticorps a été rapporté pendant le traitement avec des interférons alpha. Les manifestations cliniques de la maladie auto-immune au cours du traitement par interféron sont plus fréquentes chez les sujets prédisposés au développement de maladies auto-immunes. Chez les patients ayant des antécédents sous-jacents ou cliniques de troubles auto-immunes, il est recommandé de surveiller les symptômes évocateurs de ces troubles, ainsi que la mesure des auto-anticorps et du taux de TSH.

L’utilisation de Roferon-A chez les enfants n’est pas recommandée, car l’innocuité et l’efficacité de Roferon-A chez les enfants n’ont pas été établies.

L’efficacité chez les patients atteints d’hépatite B ou C chronique hémodialysés ou hémophiles ou co-infectés par le virus de l’immunodéficience humaine n’a pas été démontrée.

Ce produit contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par 0,5 ml, c’est-à-dire qu’il est essentiellement «sans sodium».

Traitement combiné avec la ribavirine: Voir aussi l’étiquetage de la ribavirine si l’interféron alfa-2a doit être administré en association avec la ribavirine chez les patients atteints d’hépatite chronique C.

Les patients co-infectés par le VIH et recevant un traitement antirétroviral hautement actif (HAART) peuvent présenter un risque accru de développer une acidose lactique. Des précautions doivent être prises lors de l’ajout de Roferon-A et de ribavirine au traitement HAART (voir le RCP ribavirine).

Les patients co-infectés atteints d’une cirrhose avancée recevant une multithérapie peuvent présenter un risque accru de décompensation hépatique et de décès. L’ajout d’un traitement par des interférons alfa seuls ou en association avec la ribavirine peut augmenter le risque dans ce sous-groupe de patients.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Puisque les interférons alpha modifient le métabolisme cellulaire, il existe un potentiel de modification de l’activité des autres médicaments. Dans une petite étude, Roferon-A a été montré pour avoir un effet sur les systèmes enzymatiques microsomiques spécifiques. La pertinence clinique de ces résultats est inconnue.

Les interférons alpha peuvent affecter le processus métabolique oxydatif; Il convient de garder cela à l’esprit lorsque l’on prescrit un traitement concomitant avec des médicaments métabolisés par cette voie. Cependant, jusqu’à présent, aucune information spécifique n’est disponible.

Roféron-A a été signalé pour réduire la clairance de la théophylline.

Comme Roferon-A peut affecter les fonctions du système nerveux central, des interactions peuvent survenir après l’administration simultanée de médicaments à action centrale. Les effets neurotoxiques, hématotoxiques ou cardiotoxiques de médicaments administrés antérieurement ou simultanément peuvent être augmentés par les interférons.

Traitement combiné avec la ribavirine: Voir aussi l’étiquetage de la ribavirine si l’interféron alfa-2a doit être administré en association avec la ribavirine chez les patients atteints d’hépatite chronique C.

Les résultats d’une étude clinique contrôlée chez des patients atteints d’un cancer du rein n’ont démontré aucun effet significatif du bevacizumab (Avastin) sur la pharmacocinétique de l’interféron alfa-2a (Roferon-A).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Les hommes et les femmes recevant Roferon-A doivent pratiquer une contraception efficace. Il n’y a pas de données adéquates sur l’utilisation de Roferon-A chez la femme enceinte. Lorsque des doses largement supérieures à la dose clinique recommandée ont été administrées à des singes rhésus en gestation au début ou au milieu du fœtus, un effet abortif a été observé (voir rubrique 5.3). Bien que les tests sur les animaux n’indiquent pas que Roferon-A est un tératogène, des dommages au fœtus dus à l’utilisation pendant la grossesse ne peuvent être exclus. Pendant la grossesse, Roferon-A ne doit être administré que si le bénéfice pour la femme justifie le risque potentiel pour le fœtus.

On ne sait pas si ce médicament est excrété dans le lait maternel. La décision de suspendre l’allaitement ou d’interrompre le traitement doit être prise en tenant compte de l’importance du médicament pour la mère.

Utilisation avec la ribavirine chez les patients atteints d’hépatite C chronique

Des effets tératogènes et / ou embryocides significatifs ont été démontrés chez toutes les espèces animales exposées à la ribavirine. Le traitement par la ribavirine est contre-indiqué chez les femmes enceintes. Des précautions extrêmes doivent être prises pour éviter la grossesse chez les patientes ou chez les partenaires de patients masculins prenant Roferon-A en association avec la ribavirine. Les patientes en âge de procréer et leurs partenaires doivent utiliser un contraceptif efficace pendant le traitement et pendant 4 mois après la fin du traitement. Les patients masculins et leurs partenaires féminins doivent chacun utiliser un contraceptif efficace pendant le traitement et pendant les 7 mois qui suivent la fin du traitement. S’il vous plaît se référer à la ribavirine SPC.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude sur les effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été réalisée. Cependant, en fonction de la dose et du calendrier ainsi que de la sensibilité de chaque patient, Roferon-A peut avoir un effet sur la vitesse de réaction qui pourrait affecter certaines opérations, par exemple la conduite, le fonctionnement des machines, etc.

4.8 Effets indésirables

Traitement combiné avec la ribavirine: Voir aussi l’étiquetage de la ribavirine si l’interféron alfa-2a doit être administré en association avec la ribavirine chez les patients atteints d’hépatite chronique C.

Les données suivantes sur les effets indésirables sont basées sur des informations provenant du traitement de patients atteints d’un cancer avec une grande variété de malignités et souvent réfractaires aux traitements antérieurs et souffrant d’une maladie avancée, les patients atteints d’hépatite B chronique et les patients atteints d’hépatite chronique C.

Environ les deux tiers des patients atteints de cancer ont présenté une anorexie et une moitié des nausées. Des troubles cardiovasculaires et pulmonaires ont été observés chez environ un cinquième des patients atteints de cancer et consistaient en une hypotension transitoire, une hypertension, un œdème, une cyanose, des arythmies, des palpitations et des douleurs thoraciques. La plupart des patients cancéreux ont reçu des doses significativement supérieures à la dose recommandée et peuvent expliquer la fréquence et la sévérité des effets indésirables dans ce groupe de patients par rapport aux patients atteints d’hépatite B où les réactions indésirables sont généralement transitoires. dans les 1 à 2 semaines après la fin du traitement. Les troubles cardiovasculaires étaient très rarement observés chez les patients atteints d’hépatite B. Chez les patients atteints d’hépatite B, les modifications des transaminases indiquent habituellement une amélioration de l’état clinique du patient.

La majorité des patients ont présenté des symptômes pseudo-grippaux tels que fatigue, pyrexie, rigueurs, diminution de l’appétit, myalgies, céphalées, arthralgies et diaphorèse. Ces effets secondaires aigus peuvent généralement être réduits ou éliminés par l’administration concomitante de paracétamol et tendent à diminuer avec la poursuite du traitement ou la modification de la dose, bien que la poursuite du traitement puisse entraîner une léthargie, une asthénie et de la fatigue.

Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité:

Système de corps

Très commun

(≥ 1/10)

Commun

(≥ 1/100 à <1/10)

Rare

(≥ 1/1000 à <1/100)

Rare

(≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare

(<1/10 000)

Pas connu

(ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Infections et infestations

Pneumonie

Herpès simplex 1

Troubles du système sanguin et lymphatique 2

Leucopénie

Thrombocytopénie

Anémie

Agranulocytose

L’anémie hémolytique

Purpura thrombocyto-pénique idiopathique

Neutropénie

Troubles du système immunitaire

Maladie auto-immune

Réactions d’hypersensibilité aiguë 3

Sarcoïdose

Rejets de greffe †

Troubles endocriniens

Hypothyroïdie

Hyperthyroïdie

Dysfonction thyroïdienne

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Anorexie

La nausée

Hypocalcémie sans conséquence

Déshydratation

Un déséquilibre électrolytique

Diabète sucré

Hyperglycémie

Hyper-triglycéridémie

Hyperlipidémie

Troubles psychiatriques

Dépression

Anxiété

Changements d’état mental

État confus

Comportement anormal

Nervosité

Déficience de mémoire

Troubles du sommeil

Suicide

Tentative de suicide

Idées suicidaires

La manie

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Dysgueusie

Neuropathie

Vertiges

Hypoesthésie

Paresthésie

Tremblement

Somnolence

Coma

Accident vasculaire cérébral

Convulsions

Dysfonction érectile transitoire

Encéphalopathie

Troubles oculaires

Perturbation visuelle

Conjonctivite

La rétinopathie ischémique

Thrombose de l’artère rétinienne

Neuropathie optique

Hémorragie rétinienne

Thrombose veineuse rétinienne

Exsudats rétiniens

Rétinopathie

Œil papillé

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Troubles cardiaques

Arythmies 4

Palpitations

Cyanose

Arrêt cardio-respiratoire

Infarctus du myocarde

Insuffisance cardiaque congestive

Œdème pulmonaire

Troubles vasculaires

Hypertension

Hypotension

Vascularite

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée

La toux

Hypertension artérielle pulmonaire*

Problèmes gastro-intestinaux

La diarrhée

Vomissement

Douleur abdominale

La nausée

Bouche sèche

Pancréatite

Hypermotilité intestinale

Constipation

Dyspepsie

Flatulence

Réactivation de l’ulcère peptique

Saignement gastro-intestinal (non menaçant la vie)

Colite ischémique

Colite ulcéreuse

Troubles hépato-biliaires

Défaillance hépatique

Hépatite

Dysfonction hépatique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Alopécie 5

Transpiration augmentée

Psoriasis 6

Prurit

Téméraire

Peau sèche

Épistaxis

Sécheresse muqueuse

Rhinorrhée

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Myalgie

Arthralgie

Le lupus érythémateux disséminé

Arthrite

Troubles rénaux et urinaires

Protéinurie

Augmentation du nombre de cellules dans l’urine

Insuffisance rénale aiguë 7

Insuffisance rénale

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Grippe comme une maladie

Appétit diminué

Pyrexie

Rigeurs

Fatigue

Douleur de poitrine

Œdème

Nécrose du site d’injection

Réaction au site d’injection

Enquêtes

Perte de poids

ALT augmenté

Augmentation de la transaminase

Augmentation de la phosphatase alcaline du sang

Augmentation de la créatinine sanguine

Augmentation de l’urée sanguine

Augmentation de la bilirubine dans le sang

Augmentation de l’acide urique dans le sang

Augmentation de la LDH sanguine

1 (y compris les exacerbations de l’herpès labial)

Chez les patients sous myélosupprimés, une thrombocytopénie et une diminution de l’hémoglobine sont survenues plus fréquemment. La récupération des déviations hématologiques sévères aux niveaux pré-traitement se produisait habituellement dans les sept à dix jours après l’arrêt du traitement par Roferon-A.

3 (par exemple urticaire, angioedème, bronchospasme et anaphylaxie)

4 y compris le bloc auriculo-ventriculaire

5 (réversible à l’arrêt du traitement, l’augmentation de la perte de cheveux peut se poursuivre plusieurs semaines après la fin du traitement)

6 exacerbation ou la provocation du psoriasis

7 (principalement chez les patients atteints de cancer avec une maladie rénale)

† Identifié dans l’expérience post-marketing

* Étiquette de classe pour les produits à base d’interféron, voir ci-dessous Hypertension artérielle pulmonaire

Rarement, les interférons alpha, y compris Roferon-A utilisé seul ou en association avec la ribavirine, peuvent être associés à une pancytopénie, et très rarement, une anémie aplasique a été rapportée.

Des anticorps neutralisants contre les interférons peuvent se former chez certains patients. Dans certaines conditions cliniques (cancer, lupus érythémateux disséminé, herpès zoster), des anticorps dirigés contre l’interféron leucocytaire humain peuvent également apparaître spontanément chez des patients n’ayant jamais reçu d’interférons exogènes. La signification clinique du développement d’anticorps n’a pas été complètement clarifiée.

Dans les essais cliniques où du Roféron-A lyophilisé avait été conservé à 25 ° C, des anticorps neutralisants contre Roferon-A ont été détectés chez environ un cinquième des patients. Chez les patients atteints d’hépatite C, on a observé une tendance chez les patients répondeurs qui développent des anticorps neutralisants à perdre la réponse en cours de traitement et à la perdre plus tôt que chez les patients qui ne développent pas de tels anticorps. Aucune autre séquelle clinique de la présence d’anticorps dirigés contre Roferon-A n’a été documentée. La signification clinique du développement d’anticorps n’a pas été complètement clarifiée.

Il n’existe pas encore de données sur les anticorps neutralisants provenant d’essais cliniques dans lesquels une solution injectable de Roferon-A ou de Roferon-A lyophilisée et conservée à 4 ° C a été utilisée. Dans un modèle de souris, l’immunogénicité relative de Roferon-A lyophilisé augmente avec le temps quand le matériel est conservé à 25 ° C – aucune augmentation de l’immunogénicité n’est observée lorsque Roferon-A lyophilisé est conservé à 4 ° C, les conditions de stockage recommandées.

Hypertension artérielle pulmonaire

Des cas d’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) ont été rapportés avec des produits interféron alfa, notamment chez des patients présentant des facteurs de risque d’HTAP (tels que l’hypertension portale, l’infection par le VIH, la cirrhose). Des événements ont été rapportés à divers moments, typiquement plusieurs mois après le début du traitement par interféron alfa.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté sur le site Web du Yellow Card Scheme: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été signalé, mais de fortes doses répétées d’interféron peuvent être associées à une léthargie profonde, à la fatigue, à la prostration et au coma. De tels patients devraient être hospitalisés pour observation et traitement de soutien approprié donné.

Les patients qui présentent des réactions sévères à Roferon-A se rétablissent habituellement dans les jours qui suivent l’arrêt du traitement, sous réserve de soins de soutien appropriés. Coma a été observé chez 0,4% des patients atteints de cancer dans les essais cliniques.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Immunostimulants, interférons, code ATC L03AB04

Roferon-A a été montré pour posséder plusieurs des activités des soi-disant préparations d’alpha-interféron humain naturel. Roferon-A exerce ses effets antiviraux en induisant un état de résistance aux infections virales dans les cellules et en modulant le bras effecteur du système immunitaire pour neutraliser les virus ou éliminer les cellules infectées par le virus. Le mécanisme essentiel de l’action antitumorale de Roferon-A n’est pas encore connu. Cependant, plusieurs changements sont décrits dans les cellules tumorales humaines traitées avec Roferon-A: les cellules HT 29 montrent une réduction significative de la synthèse de l’ADN, de l’ARN et des protéines. Roferon-A a été montré pour exercer une activité antiproliférative contre une variété de tumeurs humaines in vitro et pour inhiber la croissance de certaines xénogreffes de tumeurs humaines chez les souris nude. Un nombre limité de lignées cellulaires tumorales humaines cultivées in vivo chez des souris nude immunodéprimées a été testée pour la sensibilité à Roferon-A. L’ activité antiproliférative in vivo de Roferon-A a été étudiée sur des tumeurs incluant le carcinome mucoïde du sein, l’adénocarcinome du caecum, le carcinome du côlon et le carcinome prostatique. Le degré d’activité antiproliférative est variable.

Contrairement à d’autres protéines humaines, de nombreux effets de l’interféron alfa-2a sont partiellement ou totalement supprimés lorsqu’il est testé sur d’autres espèces animales. Cependant, une activité significative du virus de l’antivaccinie a été induite chez des singes rhésus prétraités avec l’interféron alfa-2a.

Efficacité clinique et sécurité

Leucémie à tricholeucocytes

L’efficacité thérapeutique de Roferon-A dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes a été démontrée dans un vaste essai de 218 patients, dont 174 étaient évaluables pour l’efficacité après 16-24 semaines de traitement. Une réponse a été observée chez 88% des patients (réponse complète 33%, réponse partielle 55%).

Leucémie myéloïde chronique (LMC)

L’efficacité de Roferon-A a été évaluée chez 226 patients atteints de LMC en phase chronique et comparée à 109 patients sous chimiothérapie (hydroxyurée ou busulfan). Les deux groupes avaient des caractéristiques favorables au diagnostic (moins de 10% de blastes dans le sang) et le traitement a été initié avec de l’interféron dans les 6 mois suivant le diagnostic. Le traitement des patients atteints de LMC dans la phase chronique conduit à la même proportion de patients (85-90%) à obtenir une réponse hématologique que le traitement avec les régimes de chimiothérapie standard. De plus, les patients traités par Roferon-A ont obtenu une réponse cytogénétique complète de 8% et une réponse cytogénétique partielle de 38% contre une réponse cytogénétique partielle de 9% pendant la chimiothérapie. Le temps de progression de la phase chronique de la leucémie à une phase accélérée ou blastique était plus long dans le groupe Roféron-A (69 mois) que dans le groupe chimiothérapie conventionnelle (46 mois) (p <0,001), tout comme la survie globale médiane (72,8 mois contre 54,5 mois, p = 0,002).

Lymphome cutané à cellules T (CTCL)

L’efficacité de Roferon-A a été évaluée chez 169 patients atteints de CTCL, dont la majorité (78%) étaient résistants ou avaient récidivé à un traitement standard. Parmi les 85 patients évaluables, la réponse globale au traitement était de 58% (réponse complète de 20%, réponse partielle de 38%). Les patients atteints de tous les stades de la maladie ont répondu à la thérapie. La durée médiane de la réponse complète à partir du début du traitement était de 22 mois, 94% des répondeurs complets restant en rémission à 9 mois.

Hépatite chronique B

L’efficacité de Roferon-A dans le traitement de l’hépatite B chronique a été évaluée dans des essais impliquant plus de 900 patients. Dans l’étude pivotale contrôlée, 238 patients ont été randomisés en quatre groupes: patients recevant 2,5 millions d’UI / m 2 , 5,0 millions d’UI / m 2 , 10 millions d’UI / m 2 , 3 fois par semaine de Roféron-A ou aucun traitement. La durée du traitement était de 12 à 24 semaines selon la réponse, c’est-à-dire la clairance de l’AgHBe et de l’ADN du VHB dans le sérum. Les patients ont été suivis jusqu’à 12 mois après l’arrêt du traitement. Il y avait une différence statistiquement significative dans la réponse soutenue [clairance de l’antigène de l’hépatite B (HBeAg) et l’ADN viral de l’hépatite B (ADN VHB)] entre les patients traités et non traités (37% contre 13%). Les différences de réponse entre les différents groupes de doses n’ont pas atteint la signification statistique (33%, 34% et 43% pour les groupes 2,5, 5,0 et 10,0 millions UI / m 2 ). Les réponses sérologiques et virologiques étaient associées à une amélioration marquée de l’histologie hépatique après 12 mois de suivi sans traitement.

Hépatite C chronique

L’efficacité de Roferon-A dans le traitement de l’hépatite C chronique a été évaluée chez 1701 patients, avec 130 témoins non traités ou sous placebo. Aux doses recommandées, Roferon-A induit une réponse biochimique complète chez jusqu’à 85% des patients, avec des taux de réponse maintenus pendant au moins 6 mois après le traitement allant de 11 à 44% selon les caractéristiques pré-traitement, la dose d’IFN et la durée du traitement. La réponse biochimique à Roferon-A est associée à une amélioration significative de la maladie du foie comme le montre l’évaluation des biopsies pré- et post-hépatiques. Pour les patients qui ont une réponse prolongée de 3 à 6 mois après la fin du traitement, la réponse a été rapportée jusqu’à 4 ans.

L’efficacité thérapeutique de l’interféron alfa-2a seul et en association avec la ribavirine a été comparée dans un essai clinique randomisé en double aveugle chez des patients naïfs (non traités) et en rechute avec une hépatite C chronologiquement, biochimiquement et histologiquement documentée. Six mois après la fin du traitement une réponse biochimique et virologique soutenue ainsi qu’une amélioration histologique ont été évaluées.

Une augmentation statistiquement significative de 10 fois (de 4% à 43%, p <0,01) en réponse virologique et biochimique soutenue a été observée chez les patients en rechute. Le profil favorable de la multithérapie s’est également reflété dans les taux de réponse par rapport au génotype du VHC ou à la charge virale initiale. Bien que les taux de réponse soutenue chez les patients infectés par le VHC de génotype-1 soient inférieurs à ceux de la population générale (environ 30% contre 0% en monothérapie), le bénéfice relatif de la ribavirine en association avec l’interféron alfa-2a est particulièrement significatif des patients. En outre, l’amélioration histologique a favorisé la thérapie de combinaison.

Des résultats positifs favorables d’une petite étude chez des patients naïfs ont été rapportés avec l’interféron alfa-2a (3 millions d’UI 3 fois par semaine) avec de la ribavirine.

Pour d’autres informations sur les propriétés pharmacodynamiques, veuillez consulter le RCP relatif à la ribavirine.

Lymphome non hodgkinien folliculaire

L’efficacité de Roferon-A en plus de la chimiothérapie cytotoxique (schéma de type CHOP de cyclophosphamide, vincristine, prednisone et doxorubicine) a été évaluée chez 122 patients atteints de lymphome non hodgkinien cliniquement agressif de grade inférieur ou intermédiaire et comparée à 127 témoins recevant le même régime de chimiothérapie. Les deux régimes ont produit des réponses objectives comparables, mais le régime incluant Roferon-A a eu un effet plus important sur la prolongation du délai d’échec du traitement (p <0,001), la durée de la réponse complète (p <0,003).

Carcinome rénal

Combinaison avec la vinblastine

L’efficacité de Roferon-A, administré en association avec la vinblastine, a été comparée à celle de la vinblastine seule. La combinaison de Roferon-A plus vinblastine est supérieure à la vinblastine seule dans le traitement des patients atteints de carcinome rénal localement avancé ou métastatique. La médiane de survie était de 67,8 semaines chez les 79 patients recevant Roferon-A plus vinblastine et de 37,8 semaines chez les 81 patients traités par vinblastine (p = 0,0049). Les taux de réponse globale étaient de 16,5% chez les patients traités par Roferon-A plus vinblastine et de 2,5% chez les patients traités par vinblastine seule (p = 0,0025).

Combinaison avec le bevacizumab (Avastin)

L’étude pivot de phase III a comparé le bevacizumab en association avec l’interféron alfa-2a (N = 327) au placebo et l’interféron alfa-2a (N = 322) en première intention chez des patients néphrectomisés atteints d’un carcinome rénal avancé et / ou métastatique.

Tableau 1: Résultats d’efficacité pour l’étude BO17705

Paramètre

(valeur médiane)

Pbo + IFN

N = 322

Bv + IFN

N = 327

Ratio de risque α

valeur p

La survie globale

21,3 mo.

23,3 mo.

0,91

(0,76 – 1,10)

p = 0,3360 β

Survie sans progression

5,4 mo.

10,2 mois

0,63

(0,52 – 0,75)

p <0,0001 β

Taux de réponse global γ

12,8%

31,4%

N / A

p <0,0001 δ

α – déterminé avec un IC à 95%.

β – p-value a été obtenue en utilisant Log-Rank Test

γ – les populations de référence sont les patients avec une maladie mesurable au départ [ITT N = 289/306]

δ – La valeur p a été obtenue en utilisant le test χ2

Mélanome malin réséqué chirurgicalement

L’efficacité de Roferon-A chez les patients atteints de mélanome cutané primaire de plus de 1,5 mm et sans métastase ganglionnaire cliniquement détectable a été évaluée dans une vaste étude randomisée impliquant 253 patients recevant Roferon-A à une dose de 3 millions d’UI trois fois par semaine pendant 18 mois , comparativement à 246 témoins non traités. Après un suivi médian de 4,4 ans, une extension significative de l’intervalle sans rechute (p = 0,035) mais aucune différence statistiquement significative de survie globale (p = 0,059) chez les patients traités par Roferon-A par rapport aux témoins ont été démontrées. L’effet global du traitement était une réduction de 25% du risque de rechute.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Les concentrations sériques d’interféron alfa-2a reflètent une grande variation intersubjective chez les volontaires sains et les patients atteints d’un cancer disséminé. La pharmacocinétique de Roferon-A chez les animaux (singe, chien et souris) était similaire à celle observée chez l’homme. La pharmacocinétique de Roferon-A chez l’homme était linéaire sur une plage de doses de 3 à 198 millions d’UI. Chez l’homme en bonne santé, l’interféron alfa-2a présente une demi-vie d’élimination de 3,7-8,5 heures (moyenne: 5,1 heures), un volume de distribution à l’état d’équilibre de 0,223-0,748 l / kg (moyenne: 0,4 l / kg) et clairance corporelle totale de 2,14-3,62 ml / min / kg (moyenne: 2,79 ml / min / kg) après une perfusion intraveineuse de 36 millions d’UI. Après administration intramusculaire de 36 millions d’UI, les concentrations sériques maximales se situaient entre 1 500 et 2 580 pg / ml (moyenne: 2 020 pg / ml) jusqu’à un maximum de 3,8 heures et après l’administration sous-cutanée de 36 000 UI de 1 250 à 2 320 pg / ml (moyenne: 1730 pg / ml) à un temps moyen jusqu’à un pic de 7,3 heures.

La fraction apparente de la dose absorbée après injection intramusculaire ou sous-cutanée est supérieure à 80%.

La pharmacocinétique de l’interféron alfa-2a après des doses intramusculaires uniques chez des patients atteints d’un cancer disséminé et d’hépatite B chronique était semblable à celle observée chez des volontaires sains. Des augmentations proportionnelles à la dose des concentrations sériques ont été observées après des doses uniques allant jusqu’à 198 millions d’UI. Il n’y a eu aucun changement dans la distribution ou l’élimination de l’interféron alfa-2a deux fois par jour (0,5 à 36 millions d’UI), une fois par jour (de 1 à 54 millions d’UI) ou trois fois par semaine (de 1 à 136 UI). 28 jours de dosage. Le catabolisme rénal est la principale voie d’élimination de Roferon-A. L’excrétion biliaire et le métabolisme hépatique sont considérés comme des voies mineures d’élimination de Roferon-A.

L’administration intramusculaire de Roferon-A une ou plusieurs fois par jour pendant jusqu’à 28 jours à certains patients atteints d’un cancer disséminé a entraîné des concentrations plasmatiques maximales de deux à quatre fois plus élevées que celles observées après des doses uniques. Cependant, les doses multiples n’ont pas modifié les paramètres de distribution ou d’élimination au cours de plusieurs régimes posologiques étudiés.

Pour d’autres informations sur les propriétés pharmacocinétiques, veuillez consulter le RCP relatif à la ribavirine.

5.3 Données de sécurité précliniques

En raison de la spécificité d’espèce de l’interféron humain, seules des études toxicologiques limitées ont été réalisées avec Roferon-A. La toxicité parentérale aiguë de Roferon-A a été étudiée chez des souris, des lapins et des furets à des doses allant jusqu’à 30 millions d’UI / kg par voie intraveineuse et à 500 millions d’UI / kg par voie intramusculaire. Aucune mortalité liée au traitement n’a été observée chez aucune des espèces étudiées avec Roferon-A, quelle que soit la voie d’administration. Avec des doses dépassant largement la dose clinique recommandée, aucun effet indésirable significatif n’a été observé sauf pour un effet abortif chez les singes rhésus en gestation au début et au milieu du fœtus et des irrégularités transitoires du cycle menstruel incluant des périodes menstruelles prolongées chez les singes non gravides. La pertinence de ces résultats chez l’homme n’a pas été établie.

Les effets mutagènes de Roferon-A n’ont pas été observés expérimentalement.

Pour d’autres informations sur les données précliniques de sécurité s’il vous plaît se référer au RCP pour Ribavirin.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Acétate d’ammonium

Chlorure de sodium

Alcool benzylique (10 mg / 1 ml)

Polysorbate 80

L’acide acétique glacial

Hydroxyde de sodium

Eau pour injections

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Conserver la seringue préremplie dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

0,5 ml de solution dans une seringue préremplie (verre de type I) avec un bouchon de piston (caoutchouc butyle), un embout (caoutchouc butyle), une tige de piston (plastique), une aiguille (acier inoxydable); emballages de 1, 5, 6, 12 et 30, et multipacks contenant 12 (2 paquets de 6) et 30 (5 paquets de 6).

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pour usage unique seulement.

Tout produit non utilisé ou déchet, y compris les aiguilles et les seringues, doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Roche Products Limited

6 Falcon Way, parc de Shire

Welwyn Garden City

AL7 1TW, Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL00031 / 0487

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 25 juillet 1996

Date du dernier renouvellement: 28 août 2008

10. Date de révision du texte

16 décembre 2016