Relenza 5 mg / dose en poudre pour inhalation.


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Relenza 5 mg / dose, poudre pour inhalation, pré-distribuée.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque quantité pré-distribuée de poudre pour inhalation (un blister) contient 5 mg de zanamivir. Chaque inhalation délivrée (la quantité qui sort de l’embouchure du Diskhaler) contient 4,0 mg de zanamivir.

Excipients à effet connu :

Lactose monohydraté (environ 20 mg contenant des protéines du lait).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Poudre pour inhalation, pré-distribuée. Poudre blanche à blanc cassé.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de la grippe

Relenza est indiqué pour le traitement de la grippe A et B chez les adultes et les enfants (≥ 5 ans) qui présentent des symptômes typiques de la grippe lorsque la grippe circule dans la communauté.

Prévention de la grippe

Relenza est indiqué pour la prophylaxie post-exposition de la grippe A et B chez les adultes et les enfants (≥ 5 ans) après un contact avec un cas cliniquement diagnostiqué dans un ménage (voir rubrique 5.1 pour les enfants âgés de 5-11 ans). Dans des circonstances exceptionnelles, Relenza peut être envisagé pour la prophylaxie saisonnière de la grippe A et B lors d’une flambée dans la communauté (par exemple en cas de discordance entre les souches circulantes et vaccinales et une situation de pandémie).

Relenza ne remplace pas la vaccination antigrippale. L’utilisation appropriée de Relenza pour la prévention de la grippe devrait être déterminée au cas par cas en fonction des circonstances et de la population à protéger.

L’utilisation d’antiviraux pour le traitement et la prévention de la grippe devrait tenir compte des recommandations officielles, de la variabilité de l’épidémiologie et de l’impact de la maladie dans différentes zones géographiques et populations de patients.

4.2 Posologie et mode d’administration

Les médicaments inhalés, par exemple les médicaments contre l’asthme, doivent être administrés avant l’administration de Relenza (voir rubrique 4.4).

Traitement de la grippe

Le traitement doit commencer le plus tôt possible, dans les 48 heures suivant l’apparition des symptômes chez les adultes, et dans les 36 heures suivant l’apparition des symptômes chez les enfants.

Relenza est destiné à l’administration dans les voies respiratoires par inhalation orale seulement, en utilisant le dispositif Diskhaler fourni. Une ampoule devrait être utilisée pour chaque inhalation.

La dose recommandée de Relenza pour le traitement de la grippe chez les adultes et les enfants à partir de 5 ans est de deux inhalations (2 x 5 mg) deux fois par jour pendant cinq jours, soit une dose quotidienne totale inhalée de 20 mg.

Prévention de la grippe

Prophylaxie post-exposition

La dose recommandée de Relenza pour la prévention de la grippe, après un contact étroit avec un individu, est de deux inhalations (2 x 5 mg) une fois par jour pendant 10 jours. Le traitement doit commencer le plus tôt possible et dans les 36 heures suivant l’exposition à une personne infectée.

Prophylaxie saisonnière

La dose recommandée de Relenza pour la prévention de la grippe au cours d’une éclosion dans la collectivité est de 2 inhalations (2 x 5 mg) une fois par jour pendant 28 jours.

Fonction rénale ou hépatique altérée : Aucune modification de la dose n’est requise. (Voir la section 5.2).

Patients âgés: Aucune modification de la dose n’est requise. (Voir la section 5.2).

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

En raison du nombre limité de patients souffrant d’asthme sévère ou d’autres maladies respiratoires chroniques, de maladies chroniques instables ou de patients immunodéprimés (voir rubrique 5.1) traités, il n’a pas été possible de démontrer l’efficacité et l’innocuité de Relenza dans ces cas. groupes. En raison de données limitées et non concluantes, l’efficacité de Relenza dans la prévention de la grippe en milieu de soins n’a pas été démontrée. L’efficacité du zanamivir dans le traitement des patients âgés de 65 ans et plus n’a pas été établie (voir rubrique 5.1).

De très rares cas de patients traités par Relenza ayant présenté un bronchospasme et / ou un déclin de la fonction respiratoire pouvant être aigus et / ou graves ont été rapportés. Certains de ces patients n’avaient aucun antécédent de maladie respiratoire. Les patients qui présentent de telles réactions doivent arrêter le traitement par Relenza et consulter immédiatement un médecin.

En raison de l’expérience limitée, les patients souffrant d’asthme sévère nécessitent un examen attentif du risque par rapport au bénéfice attendu, et Relenza ne doit pas être administré à moins qu’une surveillance médicale étroite et des installations cliniques appropriées soient disponibles en cas de bronchoconstriction. Chez les patients souffrant d’asthme persistant ou de BPCO sévère, la prise en charge de la maladie sous-jacente doit être optimisée pendant le traitement par Relenza.

Si le zanamivir est jugé approprié chez les patients souffrant d’asthme ou de maladie pulmonaire obstructive chronique, le patient doit être informé du risque potentiel de bronchospasme associé à Relenza et doit disposer d’un bronchodilatateur à action rapide. Il est conseillé aux patients sous traitement bronchodilatateur inhalé d’utiliser leurs bronchodilatateurs avant de prendre Relenza (voir rubrique 4.2).

La poudre pour inhalation de zanamivir ne doit pas être transformée en solution extemporanée pour administration par nébulisation ou ventilation mécanique. On a signalé des cas de grippe chez des patients hospitalisés ayant reçu une solution contenant de la poudre pour inhalation de zanamivir administrée par nébulisation ou ventilation mécanique, y compris un cas mortel où il a été signalé que le lactose dans cette formulation entravait le bon fonctionnement de l’équipement. La poudre pour inhalation de zanamivir doit uniquement être administrée à l’aide du dispositif fourni (voir rubrique 4.2).

Ce médicament contient du lactose. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Relenza ne se substitue pas à la vaccination contre la grippe et l’utilisation de Relenza ne doit pas affecter l’évaluation des individus pour la vaccination annuelle. La protection contre la grippe ne dure que tant que Relenza est administré. Relenza ne devrait être utilisé pour le traitement et la prévention de la grippe que lorsque des données épidémiologiques fiables indiquent que la grippe circule dans la communauté.

Relenza n’est efficace que contre les maladies causées par les virus grippaux. Il n’y a aucune preuve de l’efficacité de Relenza dans toute maladie causée par des agents autres que les virus de la grippe.

Des événements neuropsychiatriques ont été rapportés lors de l’administration de Relenza chez des patients atteints de grippe, en particulier chez les enfants et les adolescents. Par conséquent, les patients doivent être étroitement surveillés pour les changements de comportement et les avantages et les risques de la poursuite du traitement doivent être soigneusement évalués pour chaque patient (voir rubrique 4.8).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le zanamivir n’est pas lié aux protéines et n’est pas métabolisé ou modifié hépatiquement. Des interactions médicamenteuses cliniquement significatives sont peu probables. Le zanamivir, administré pendant 28 jours, n’a pas nui à la réponse immunitaire au vaccin antigrippal.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse: L’innocuité de Relenza pendant la grossesse n’a pas été établie.

Chez les rats et les lapins, il a été démontré que le zanamivir traverse le placenta. Des doses élevées de zanamivir n’ont pas été associées à des malformations chez le rat ou le lapin et seules des altérations mineures ont été signalées. Le risque potentiel pour les humains est inconnu. Relenza ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins que le bénéfice attendu pour la mère soit supérieur au risque potentiel pour le fœtus.

Allaitement: Chez le rat, le zanamivir a été sécrété dans le lait. Il n’y a aucune information sur la sécrétion dans le lait maternel chez les humains.

L’utilisation du zanamivir n’est pas recommandée chez les mères qui allaitent.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le zanamivir a une influence nulle ou négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

De rares cas de patients ayant des antécédents de maladie respiratoire (asthme, BPCO) et de très rares cas de patients sans antécédents de maladie respiratoire ont présenté un bronchospasme aigu et / ou un déclin grave de la fonction respiratoire après utilisation de Relenza (voir section 4.4).

Les événements indésirables considérés au moins possiblement liés au traitement sont listés ci-dessous par système corporel, classe d’organe et fréquence absolue. Les fréquences sont définies comme très communes (≥1 / 10), communes (> 1/100, <1/10), non communes≥> 1/1000, <1/100), rares (≥ 1/10 000, <1/1000 ), très rare (<1/10 000), non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Troubles du système immunitaire

Peu fréquent :

réactions de type allergique, y compris œdème oropharyngé

Rare

Réactions anaphylactiques / anaphylactoïdes, œdème facial

Troubles des systèmes nerveux

Peu fréquent : des réactions de type vasovagal ont été rapportées chez des patients présentant des symptômes grippaux, tels que de la fièvre et une déshydratation, peu de temps après l’inhalation de zanamivir.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux:

Peu fréquent : bronchospasme, dyspnée, constriction de la gorge ou constriction

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Commun :

téméraire

Rare:

urticaire

Rare:

Réactions cutanées sévères, y compris érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique

Troubles psychiatriques et du système nerveux:

Des convulsions et des événements psychiatriques tels qu’un niveau de conscience dépressif, un comportement anormal, des hallucinations et un délire ont été rapportés lors de l’administration de Relenza chez des patients atteints de grippe. Les symptômes ont été principalement rapportés chez les enfants et les adolescents. Des convulsions et des symptômes psychiatriques ont également été rapportés chez des patients atteints de grippe ne prenant pas Relenza.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’ adresse suivante : www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Un surdosage accidentel est peu probable en raison des limites physiques de la présentation, de la voie d’administration et de la faible biodisponibilité orale (2 à 3%) du zanamivir. Des doses d’une solution aqueuse expérimentale (sans lactose) de zanamivir allant jusqu’à 64 mg / jour (environ 3 fois la dose quotidienne maximale recommandée) ont été administrées par inhalation orale (par nébuliseur) sans effets indésirables. De plus, une exposition systémique par voie intraveineuse allant jusqu’à 1200 mg / jour pendant cinq jours n’a montré aucun effet indésirable.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Antiviral, inhibiteur de la neuraminidase

Code ATC J05AH01

Mécanisme d’action

Le zanamivir est un inhibiteur sélectif de la neuraminidase, l’enzyme de surface du virus de la grippe. L’inhibition de la neuraminidase s’est produite in vitro à de très faibles concentrations de zanamivir (inhibition de 50% à 0,64nM – 7,9nM contre les souches grippales A et B). La neuraminidase virale facilite la libération de particules virales nouvellement formées à partir de cellules infectées, et peut faciliter l’accès du virus par le mucus aux surfaces des cellules epitheliales, pour permettre l’infection virale d’autres cellules. L’inhibition de cette enzyme se reflète à la fois dans l’activité in vitro et in vivo contre la réplication du virus de la grippe A et B, et englobe tous les sous-types de neuraminidase connus des virus grippaux A.

L’activité du zanamivir est extracellulaire. Il réduit la propagation des virus grippaux A et B en inhibant la libération de virus grippaux infectieux provenant des cellules épithéliales des voies respiratoires. La réplication virale de la grippe se produit dans l’épithélium superficiel des voies respiratoires. L’efficacité de l’administration topique de zanamivir sur ce site a été confirmée dans des études cliniques. À ce jour, aucun virus ayant une sensibilité réduite au zanamivir n’a été détecté dans les échantillons prélevés avant et après traitement chez les patients dans les études cliniques.

Une résistance croisée a été observée entre certains mutants du virus de la grippe résistants au zanamivir et certains mutants du virus de la grippe résistant à l’oseltamivir générés in vitro. Aucune étude n’a été réalisée pour évaluer le risque d’émergence de la résistance croisée lors de l’utilisation clinique.

Expérience clinique

Traitement de la grippe

Le Relenza atténue les symptômes de la grippe et réduit leur durée médiane de 1,5 jour (de 1,0 à 2,5 jours) chez les adultes, tel que détaillé dans le tableau ci-dessous. Le délai médian d’atténuation des symptômes de la grippe chez les sujets âgés (≥ 65 ans) et chez les enfants âgés de 5 à 6 ans n’était pas significativement réduit. L’efficacité de Relenza a été démontrée chez des adultes autrement en bonne santé lorsque le traitement est initié dans les 48 heures, et chez les enfants par ailleurs en bonne santé lorsque le traitement est initié dans les 36 heures, après l’apparition des symptômes. Aucun avantage du traitement n’a été documenté chez les patients atteints de maladie afébrile (<37,8 ° C).

1. Six études clés de phase III, randomisées, contrôlées par placebo, en groupes parallèles et multicentriques (NAIB3001, NAIA3002, NAIB3002, NAI30008, NAI30012 et NAI30009) ont été menées avec le zanamivir pour le traitement des grippes A et B naturellement acquises. Étude NAI30008 recruté uniquement des patients asthmatiques (n = 399), MPOC (n = 87), asthme et MPOC (n = 32), étude NAI30012 recrutés uniquement des patients âgés (≥ 65 ans) (n = 358) et étude NAI30009 (n = 471) ont recruté des patients pédiatriques, 5-12 ans. L’intention de traiter la population de ces six études comprenait 2942 patients dont 1490 ont reçu 10 mg de zanamivir par inhalation orale. Le critère principal était identique pour les six études de phase III, c’est-à-dire le délai avant l’atténuation des signes et symptômes cliniquement significatifs de la grippe. Pour les six études de phase III, le soulagement a été défini comme suit: absence de fièvre, température <37,8 ° C et score fébrile nul («normal / nul» dans NAI30012), et maux de tête, myalgie, toux et mal de gorge enregistrés comme suit: «aucun» («normal / aucun» dans NAI30012) ou «doux» et maintenu pendant 24 heures.

Comparaison du temps médian (jours) à l’atténuation des symptômes de la grippe:

Population positive pour l’influenza

Étude

Placebo

Zanamivir

10 mg par inhalation deux fois par jour

Différence de jours

(IC à 95%)

valeur p

NAIB3001

n = 160

6.0

n = 161

4,5

1,5

(0,5, 2,5)

0,004

NAIA3002

n = 257

6.0

n = 312

5.0

1.0

(0.0, 1.5)

0,078

NAIB3002

n = 141

7,5

n = 136

5.0

2,5

(1,0, 4,0)

<0,001

Analyse combinée de NAIB3001, NAIA3002 et NAIB3002

n = 558

6.5

n = 609

5.0

1,5

(1,0, 2,0)

<0,001

Étude sur l’asthme et la MPOC

NAI30008

n = 153

7.0

n = 160

5.5

1,5

(0,5, 3,25)

0,009

Étude des personnes âgées

NAI30012

n = 114

7,5

n = 120

7.25

0,25

(-2,0 à 3,25)

0.609

Étude pédiatrique

NAI30009

n = 182

5.0

n = 164

4,0

1.0

(0,5, 2,0)

<0,001

Dans la population en intention de traiter (ITT), la différence de temps pour atténuer les symptômes était de 1,0 jour (IC de 95%: 0,5 à 1,5) dans l’analyse combinée de NAIB3001, NAIA3002 et NAIB3002, 1,0 jour (IC de 95%: 0 à 2 ) dans l’étude NAI30008, 1,0 jour (IC à 95% -1,0 à 3,0) dans l’étude NAI30012 et 0,5 jour (IC à 95%: 0 à 1,5) dans l’étude NAI30009. Les données sont limitées chez les enfants à risque élevé.

Dans une analyse combinée de patients atteints de la grippe B (n = 163), y compris 79 traités avec le zanamivir, un bénéfice de traitement de 2,0 jours a été observé (IC à 95%: 0,50 à 3,50).

Dans l’analyse groupée de 3 études de phase III chez des adultes séropositifs, en bonne santé, l’incidence des complications était de 152/558 (27%) chez les patients sous placebo et de 119/609 (20%) chez les patients sous zanamivir (risque relatif zanamivir: placebo 0,73 IC 95% 0,59 à 0,90, p = 0,004). Dans l’étude NAI30008 incluant des patients asthmatiques et BPCO, l’incidence des complications était de 56/153 (37%) chez les patients recevant le placebo et de 52/160 (33%) chez les patients recevant le zanamivir (risque relatif: zanamivir: placebo: 0,89; CI: 0,65 à 1,21, p = 0,520). Dans l’étude NAI30012, l’incidence des complications était de 46/114 (40%) chez les patients recevant le placebo et de 39/120 (33%) chez les patients recevant le zanamivir (risque relatif: zanamivir: placebo: 0,80, IC 95%: 0,57 à 1,13, p = 0,256). Dans l’étude pédiatrique NAI30009, l’incidence des complications était de 41/182 (23%) chez les patients sous placebo positifs pour la grippe et de 26/164 (16%) chez les patients positifs pour le zanamivir (risque relatif zanamivir: placebo 0,70; IC 95%: 0,45 à 1,10, p = 0,151).

Dans une étude contrôlée contre placebo chez des patients atteints d’asthme principalement modéré et / ou de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), il n’y avait pas de différence cliniquement significative entre le zanamivir et le placebo dans le volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) ou le débit expiratoire maximal ( PEFR) mesurée pendant le traitement ou après la fin du traitement.

Prévention de la grippe

L’efficacité de Relenza dans la prévention des maladies grippales naturelles a été démontrée dans deux études prophylactiques post-exposition menées dans des ménages et deux études prophylactiques saisonnières lors d’éclosions communautaires de grippe. Le principal paramètre d’efficacité de ces études était l’incidence de la grippe symptomatique confirmée en laboratoire. , définie comme la présence de deux ou plusieurs des symptômes suivants: température orale de 37,8 ° C ou fébrilité, toux, maux de tête, mal de gorge et myalgie; et confirmation en laboratoire de la grippe par culture, PCR ou séroconversion (définie comme une augmentation de 4 fois du titre d’anticorps de convalescence par rapport au départ).

Prophylaxie post-exposition

Deux études ont évalué la prophylaxie post-exposition chez les contacts familiaux d’un cas index. Dans les 1,5 jours suivant l’apparition des symptômes dans un cas index, chaque ménage (y compris tous les membres de la famille ≥ 5 ans) a été randomisé à Relenza 10 mg ou un placebo inhalé une fois par jour pendant 10 jours. Dans la première étude seulement, chaque cas index a été randomisé pour le même traitement (Relenza ou placebo) que les autres membres du ménage. Dans cette étude, la proportion de ménages ayant au moins un nouveau cas de grippe symptomatique a été réduite de 19% (32 des 168 ménages) avec placebo à 4% (7 des 169 ménages) avec Relenza (79% d’efficacité protectrice; : 57% à 89%, p <0,001). Dans la deuxième étude, les cas index n’ont pas été traités et l’incidence de la grippe symptomatique a été réduite de 19% (46 des 242 ménages) avec placebo à 4% (10 des 245 ménages) avec Relenza (81% d’efficacité protectrice; 64% à 90%, p <0,001). Les résultats étaient similaires dans les sous-groupes avec la grippe A ou B. Dans ces études, qui comprenaient un total de 2128 cas de contact, 553 enfants étaient âgés de 5-11 ans, dont 123 enfants avaient 5-6 ans. L’incidence de la grippe symptomatique confirmée en laboratoire dans le groupe de 5 à 6 ans (placebo vs zanamivir) était de 4/33 (12%) contre 1/28 (4%) dans la première étude et de 4/26 ( 15%) contre 1/36 (3%) dans la deuxième étude, ce qui semble être cohérent avec les catégories d’âge plus âgées. Cependant, comme les études n’étaient pas alimentées pour établir l’efficacité protectrice dans les catégories d’âge individuelles, une analyse formelle de sous-groupe n’a pas été effectuée.

Prophylaxie saisonnière

Deux études de prophylaxie saisonnière ont évalué Relenza 10 mg versus placebo inhalés une fois par jour pendant 28 jours au cours des flambées dans la communauté. Dans la première étude, qui concernait des adultes non vaccinés et en bonne santé âgés de 18 ans et plus, l’incidence de la grippe symptomatique était passée de 6,1% (34 sur 554) avec placebo à 2,0% (11 sur 553) avec Relenza (67% d’efficacité protectrice; IC à 95%: 39% à 83%, p <0,001). La deuxième étude a impliqué des sujets vivant dans la communauté et âgés de 12 ans et plus présentant un risque élevé de complications de la grippe, où 67% des participants avaient reçu le vaccin au cours de la saison de l’étude. Le risque élevé a été défini comme les sujets de 65 ans et plus et les sujets souffrant de troubles chroniques du système pulmonaire ou cardiovasculaire ou de diabète sucré. Dans cette étude, l’incidence de la grippe symptomatique a été réduite de 1,4% (23 sur 1 685) avec le placebo à 0,2% (4 sur 1 678) avec Relenza (efficacité protectrice de 83%; IC à 95%: 56% à 93%, p <0,001 ).

En raison de données limitées et non concluantes, l’efficacité de Relenza dans la prévention de la grippe en milieu de soins infirmiers n’a pas été établie.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption: Des études pharmacocinétiques chez l’homme ont montré que la biodisponibilité orale absolue du médicament est faible (moyenne (min, max) de 2% (1%, 5%)). Des études similaires sur le zanamivir administré par voie orale indiquent qu’environ 10 à 20% de la dose est absorbée par voie systémique, les concentrations sériques atteignant généralement leur maximum en 1 à 2 heures. La mauvaise absorption du médicament entraîne des concentrations systémiques faibles et, par conséquent, il n’y a pas d’exposition systémique significative au zanamivir après inhalation orale. Il n’y a aucune preuve de modification de la cinétique après administration répétée par voie orale.

Distribution: Après inhalation orale, le zanamivir est largement déposé à des concentrations élevées dans l’ensemble des voies respiratoires, ce qui permet d’administrer le médicament sur le site de l’infection grippale. Après une dose unique de 10 mg, les concentrations de zanamivir ont été mesurées dans les expectorations induites. Les concentrations de zanamivir de 337 (extrêmes 58-1593) et de 52 (extrêmes 17-286) au-dessus de la neuraminidase virale médiane IC50 ont été mesurées à 12h et 24h respectivement. Les concentrations élevées de zanamivir dans les voies respiratoires entraîneront l’apparition rapide de l’inhibition de la neuraminidase virale. Le principal site de dépôt immédiat est l’oropharynx (78% en moyenne) d’où le zanamivir a été rapidement éliminé dans le tractus gastro-intestinal. Le dépôt précoce dans les poumons totaux se situait entre 8 et 21%.

Biotransformation: Il a été démontré que le zanamivir est excrété par voie rénale sous forme inchangée et ne subit aucun métabolisme. Des études in vitro ont démontré que le zanamivir n’affecte pas l’activité d’une gamme de substrats sondes pour les isoenzymes du cytochrome P450 (CYP1A / 2, A6, 2C9, 2C18, 2D6, 2E1, 3A4) dans les microsomes hépatiques humains, ni induit l’expression du cytochrome P450 chez le rat, suggérant que les interactions métaboliques entre le zanamivir et d’autres médicaments sont peu probables in vivo .

Élimination: La demi-vie sérique du zanamivir après l’administration par voie orale est comprise entre 2,6 et 5,05 heures. Il est entièrement excrété inchangé dans l’urine. La clairance totale varie de 2,5 à 10,9 L / h, ce qui correspond approximativement à la clairance urinaire. L’élimination rénale est terminée dans les 24 heures.

Patients atteints d’insuffisance rénale: Le zanamivir inhalé entraîne l’absorption d’environ 10 à 20% de la dose inhalée. Dans le groupe de l’insuffisance rénale sévère de l’essai de dose unique de zanamivir IV, les sujets ont été échantillonnés après une dose de 2 mg ou deux fois à quatre fois l’exposition prévue par inhalation. En utilisant le régime posologique normal (10 mg bid), l’exposition prévue au jour 5 est 40 fois inférieure à ce qui a été toléré chez les sujets sains après une administration iv répétée. Compte tenu de l’importance des concentrations locales, de la faible exposition systémique et de la tolérance antérieure à des expositions beaucoup plus élevées, aucun ajustement de la dose n’est conseillé.

Patients atteints d’insuffisance hépatique: Le zanamivir n’est pas métabolisé. Par conséquent, il n’est pas nécessaire d’ajuster la dose chez les patients présentant une insuffisance hépatique.

Patients âgés: À la dose quotidienne thérapeutique de 20 mg, la biodisponibilité est faible (10 à 20%) et, par conséquent, il n’y a pas d’exposition systémique significative des patients au zanamivir. Toute altération de la pharmacocinétique pouvant survenir avec l’âge ne devrait pas avoir de conséquence clinique et aucune modification de la dose n’est recommandée.

Patients pédiatriques: Dans une étude à dose unique en ouvert, la pharmacocinétique du zanamivir a été évaluée chez 16 sujets pédiatriques âgés de 6 à 12 ans, en utilisant une formulation en poudre sèche (10 mg) par inhalation (dispositif Diskhaler). L’exposition systémique était semblable à 10 mg de poudre inhalée chez les adultes, mais la variabilité était grande dans tous les groupes d’âge et plus prononcée chez les enfants les plus jeunes. Cinq patients ont été exclus en raison de concentrations sériques indétectables à tous les points temporels ou 1,5 heure après la dose, ce qui suggère une administration inadéquate de médicaments.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les études de toxicité générale n’ont pas indiqué de toxicité significative du zanamivir. Le zanamivir n’était pas génotoxique et aucun résultat cliniquement pertinent n’a été observé dans les études de cancérogénicité à long terme menées chez le rat et la souris.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté (qui contient des protéines de lait).

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

10 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

La poudre pour inhalation Relenza est emballée dans un disque d’aluminium circulaire (un Rotadisk) avec quatre blisters distribués régulièrement. Un inhalateur à inspiration en plastique (un Diskhaler) est utilisé pour l’administration de doses (le contenu de 2 ampoules constituent une dose) à partir de ces disques en aluminium, et est fourni dans l’emballage.

Le pack contient 1 ou 5 disques en aluminium et un Diskhaler.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

L’inhalateur (Diskhaler) est chargé avec un disque contenant de la poudre pour inhalation emballée dans des blisters individuels. Ces cloques sont percées lorsque l’inhalateur est utilisé, et avec une inhalation profonde, la poudre peut ensuite être inhalée à travers l’embout buccal dans les voies respiratoires. Des instructions détaillées d’utilisation sont jointes à l’emballage.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Glaxo Wellcome UK Ltd commercialisé sous le nom de GlaxoSmithKline UK

Stockley Park West

Uxbridge

Middlesex

UB11 1BT

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 10949/0327

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

02/10/2008

10. Date de révision du texte

3 juillet 2015