Quinsair 240 mg solution pour inhalation par nébuliseur


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


Ce médicament est soumis à une surveillance supplémentaire. Cela permettra d’identifier rapidement les nouvelles informations de sécurité. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté. Voir la rubrique 4.8 pour savoir comment signaler les effets indésirables.

1. Nom du médicament

Quinsair 240 mg solution pour inhalation par nébuliseur

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque ml de solution de nébuliseur contient de la lévofloxacine hémihydratée équivalente à 100 mg de lévofloxacine. Chaque ampoule contient 240 mg de lévofloxacine.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution de nébuliseur.

Solution limpide et jaune pâle.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Quinsair est indiqué pour la prise en charge des infections pulmonaires chroniques dues à Pseudomonas aeruginosa chez les patients adultes atteints de fibrose kystique (FK, voir rubrique 5.1).

Une attention particulière devrait être accordée aux directives officielles sur l’utilisation appropriée des agents antibactériens.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

La posologie recommandée est de 240 mg (une ampoule) administrée par inhalation deux fois par jour (voir rubrique 5.2).

Quinsair est pris en alternant les cycles de 28 jours de traitement suivis de 28 jours de traitement. La thérapie cyclique peut être poursuivie aussi longtemps que le médecin considère que le patient obtient un bénéfice clinique.

Les doses doivent être inhalées le plus près possible de 12 heures d’intervalle.

Si une dose est manquée, elle doit être prise dès que le patient se souvient à condition qu’un intervalle d’au moins 8 heures soit autorisé avant d’inhaler la dose suivante. Les patients ne doivent pas inhaler le contenu de plus d’une ampoule pour compenser la dose oubliée.

Si un bronchospasme symptomatique aigu survient après la prise de Quinsair, les patients peuvent bénéficier de l’utilisation d’un bronchodilatateur inhalé à courte durée d’action au moins 15 minutes à 4 heures avant les doses suivantes (voir rubriques 4.4 et 4.8).

Patients âgés (≥ 65 ans)

L’innocuité et l’efficacité de Quinsair chez les patients âgés atteints de mucoviscidose n’ont pas été établies.

Insuffisance rénale

Les doses n’ont pas besoin d’être ajustées chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine estimée ≥ 20 ml / min en utilisant la formule de Cockcroft-Gault). Quinsair n’est pas recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <20 ml / min).

Insuffisance hépatique

Aucun ajustement de la dose n’est requis (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de Quinsair chez les enfants de moins de 18 ans n’ont pas encore été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites dans les sections 4.8, 5.1, 5.2 et 5.3 mais aucune recommandation sur une posologie ne peut être faite.

Méthode d’administration

Utilisation par inhalation.

Une fois qu’une ampoule est ouverte, son contenu doit être utilisé immédiatement (voir rubrique 6.6).

Pour les patients prenant plusieurs traitements par inhalation, l’ordre d’administration recommandé est le suivant:

1. bronchodilatateurs;

2. Dornase alfa;

3. Techniques de dégagement des voies respiratoires;

4. Quinsair

5. Stéroïdes inhalés.

Quinsair ne doit être utilisé qu’avec le combiné nébuliseur Zirela (y compris une tête d’aérosol Zirela) fourni avec l’unité connectée à un contrôleur eBase ou à une unité de commande rapide eFlow (voir section 6.6). Les instructions d’utilisation du système de nébulisation Zirela du fabricant doivent être révisées avant la première utilisation de Quinsair.

Des études in vitro utilisant le système de nébulisation Zirela avec Quinsair ont démontré les caractéristiques de délivrance de médicaments suivantes: diamètre aérodynamique médian en masse (distribution des tailles de gouttelettes): 3,56 micromètres (écart type géométrique 1,51); taux de délivrance de médicament: 24,86 mg / minute (écart-type 4,05, SD) et médicament total administré: 236,1 mg (7,1 écart-type). Le système de nébulisation Zirela a été utilisé pour administrer Quinsair dans les études cliniques décrites à la section 5.1.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active, aux autres quinolones ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

• Antécédents de troubles tendineux liés à l’administration de fluoroquinolone.

• L’épilepsie.

• Grossesse.

• Les femmes qui allaitent.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Réactions d’hypersensibilité

La lévofloxacine peut provoquer des réactions d’hypersensibilité graves et potentiellement mortelles (p. Ex., Angio-œdème et choc anaphylactique).

Réactions bulleuses sévères

Des cas de réactions cutanées bulleuses sévères telles que le syndrome de Stevens-Johnson ou la nécrolyse épidermique toxique ont été rapportés avec l’administration systémique de lévofloxacine (voir rubrique 4.8).

Troubles hépatobiliaires

Des cas de nécrose hépatique allant jusqu’à une insuffisance hépatique fatale ont été rapportés avec la lévofloxacine administrée par voie générale, principalement chez des patients souffrant de maladies sous-jacentes sévères (septicémie par exemple, voir rubrique 4.8). On devrait conseiller aux patients d’arrêter le traitement et de contacter leur docteur si les signes et les symptômes de la maladie hépatique se développent comme l’anorexie, la jaunisse, l’urine foncée, le pruritus ou l’abdomen sensible.

Allongement de l’intervalle QT

Des précautions doivent être prises lors de l’utilisation de fluoroquinolones, y compris la lévofloxacine, chez les patients présentant des facteurs de risque connus de prolongation de l’intervalle QT (voir rubriques 4.5, 4.8 et 4.9), tels que:

• Syndrome du QT long congénital.

• Utilisation concomitante de substances actives connues pour prolonger l’intervalle QT (par exemple, antiarythmiques de classe IA et III, antidépresseurs tricycliques, macrolides, antipsychotiques).

• Déséquilibre électrolytique non corrigé (par ex. Hypokaliémie, hypomagnésémie).

• Maladie cardiaque (par exemple insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, bradycardie).

Les patients âgés et les femmes peuvent être plus sensibles aux médicaments prolongeant l’intervalle QTc. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation de fluoroquinolones, y compris la lévofloxacine, dans ces populations.

Les patients prédisposés aux crises

Les quinolones peuvent abaisser le seuil épileptogène et provoquer des convulsions (voir rubrique 4.8). La lévofloxacine est contre-indiquée chez les patients ayant des antécédents d’épilepsie (voir rubrique 4.3) et doit, comme les autres quinolones, être utilisée avec une extrême prudence chez les patients prédisposés aux convulsions ou sous traitement concomitant avec des substances actives diminuant le seuil des crises cérébrales, comme la théophylline. (voir la section 4.5).

Réactions psychotiques

Des réactions psychotiques ont été rapportées chez des patients recevant des quinolones, y compris la lévofloxacine. Dans de très rares cas, ils ont évolué vers des pensées suicidaires et un comportement auto-dangereux – parfois après une seule dose de lévofloxacine (voir rubrique 4.8). La prudence est recommandée si la lévofloxacine est utilisée chez des patients psychotiques ou chez des patients ayant des antécédents de maladie psychiatrique.

Neuropathie périphérique

Une neuropathie sensorielle périphérique et une neuropathie motrice sensorielle périphérique ont été rapportées chez des patients recevant des fluoroquinolones, y compris la lévofloxacine, qui peut être rapide au début (voir rubrique 4.8). La lévofloxacine doit être interrompue si le patient présente des symptômes de neuropathie afin de prévenir le développement d’une maladie irréversible.

Exacerbation de la myasthénie

Les fluoroquinolones, y compris la lévofloxacine, ont une activité de blocage neuromusculaire et peuvent exacerber la faiblesse musculaire chez les patients atteints de myasthénie grave. Les effets indésirables graves survenus après la commercialisation, y compris les décès et les exigences relatives au soutien respiratoire, ont été associés à l’utilisation de fluoroquinolones chez les patients atteints de myasthénie grave. La lévofloxacine n’est pas recommandée chez les patients ayant des antécédents connus de myasthénie grave.

Tendinite

Des tendinites et des ruptures tendineuses, parfois bilatérales, peuvent survenir dans les 48 heures suivant le début du traitement par la lévofloxacine et ont été signalées jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt du traitement. Le risque de tendinite et de rupture tendineuse est augmenté chez les patients âgés de plus de 60 ans, chez les patients recevant des doses quotidiennes de 1000 mg et chez les patients sous corticoïdes.

Une tendinite a été rapportée chez des patients atteints de mucoviscidose recevant Quinsair comme réaction indésirable rare au cours des essais cliniques (voir rubrique 4.8).

Bronchospasme

Le bronchospasme est une complication associée aux thérapies inhalées, y compris Quinsair (voir rubrique 4.8). Si un bronchospasme aigu et symptomatique survient après le traitement, les patients peuvent bénéficier de l’administration d’un bronchodilatateur inhalé à courte durée d’action avant les doses suivantes (voir rubrique 4.2).

Hémoptysie

L’utilisation de médicaments inhalés peut induire un réflexe de toux. L’administration de Quinsair chez les patients présentant une hémoptysie cliniquement significative ne doit être entreprise que si les avantages du traitement l’emportent sur les risques d’induire d’autres hémorragies.

Patients présentant un déficit en glucose-6-phosphate déshydrogénase

Les patients présentant des anomalies latentes ou réelles de l’activité de la glucose-6-phosphate déshydrogénase peuvent être sujets à des réactions hémolytiques lorsqu’ils sont traités avec des agents antibactériens à base de quinolone. Par conséquent, si la lévofloxacine doit être utilisée chez ces patients, la survenue éventuelle d’une hémolyse doit être surveillée.

Patients traités par des antagonistes de la vitamine K

En raison de possibles augmentations des tests de coagulation (PT / INR) et / ou de saignements chez les patients traités par la lévofloxacine en association avec un antagoniste de la vitamine K (par exemple warfarine), les tests de coagulation doivent être suivis en concomitance (voir rubrique 4.5) .

Dysglycémie

Comme avec toutes les quinolones, des perturbations de la glycémie, incluant à la fois une hypoglycémie et une hyperglycémie, ont été rapportées, habituellement chez des patients diabétiques recevant un traitement concomitant par un hypoglycémiant oral (par exemple glibenclamide) ou avec de l’insuline. Chez les patients diabétiques, une surveillance attentive de la glycémie est recommandée (voir rubrique 4.8).

Maladie associée à Clostridium difficile

La diarrhée, en particulier si elle est grave, persistante et / ou sanglante, pendant ou après le traitement par la lévofloxacine (y compris plusieurs semaines après le traitement), peut être symptomatique de la maladie associée à Clostridium difficile (DACD). CDAD peut varier en gravité de légère à la vie en danger, dont la forme la plus grave est la colite pseudomembraneuse.

Résistance à la lévofloxacine, à d’autres agents antibactériens et à des microorganismes émergeant du traitement

Le développement de P. aeruginosa résistant aux fluoroquinolones et la surinfection par des microorganismes insensibles aux fluoroquinolones représentent des risques potentiels associés à l’utilisation de Quinsair. Si une surinfection se produit pendant le traitement, des mesures appropriées doivent être prises.

Troubles de la vue

Si la vision est altérée ou si des effets sur les yeux sont ressentis, un spécialiste des yeux doit être consulté immédiatement (voir rubriques 4.7 et 4.8).

Prévention de la photosensibilisation

Une photosensibilisation a été rapportée avec la lévofloxacine (voir rubrique 4.8). Il est recommandé aux patients de ne pas s’exposer inutilement à la forte lumière du soleil ou aux rayons UV artificiels (par ex. Lampe soleil, solarium) pendant le traitement et pendant les 48 heures suivant l’arrêt du traitement afin d’éviter la photosensibilisation.

Interférence avec les tests de laboratoire

Chez les patients traités par lévofloxacine, la détermination des opiacés dans l’urine peut donner des résultats faussement positifs. Il peut être nécessaire de confirmer les écrans opiacés positifs par des méthodes plus spécifiques.

La lévofloxacine peut inhiber la croissance de Mycobacterium tuberculosis et, par conséquent, peut donner des résultats faussement négatifs dans le diagnostic bactériologique de la tuberculose.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Effet d’autres médicaments sur la lévofloxacine

La lévofloxacine est principalement excrétée sous forme inchangée dans l’urine et le métabolisme est minime (voir rubrique 5.2). Des interactions avec des inhibiteurs ou inducteurs du CYP ne sont donc pas attendues.

Théophylline, fenbufène ou médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens similaires

Aucune interaction pharmacocinétique de la lévofloxacine n’a été observée avec la théophylline dans une étude clinique. Cependant, une baisse prononcée du seuil de crise cérébrale peut se produire lorsque les quinolones sont administrées en même temps que la théophylline, des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou d’autres substances qui abaissent le seuil épileptogène. Les concentrations de lévofloxacine étaient environ 13% plus élevées en présence de fenbufen que lorsqu’elles étaient administrées seules.

Probénécide et cimétidine

La clairance rénale de la lévofloxacine a été réduite par la cimétidine (24%) et le probénécide (34%). C’est parce que les deux substances actives sont capables de bloquer la sécrétion tubulaire rénale de la lévofloxacine. Cependant, aux doses testées dans l’étude, les différences cinétiques statistiquement significatives sont peu susceptibles d’être cliniquement pertinentes. Des précautions doivent être prises lorsque la lévofloxacine est administrée en concomitance avec des substances actives qui affectent la sécrétion rénale tubulaire, comme le probénécide et la cimétidine, en particulier chez les patients atteints d’insuffisance rénale.

Autres informations pertinentes

Des études de pharmacologie clinique ont montré que la pharmacocinétique de la lévofloxacine n’était pas affectée de manière cliniquement significative lorsque la lévofloxacine était administrée avec les substances actives suivantes: carbonate de calcium, digoxine, glibenclamide et ranitidine.

Effet de la lévofloxacine sur d’autres médicaments

Substrats du CYP1A2

Dans une étude d’interaction pharmacocinétique, la lévofloxacine n’a pas modifié la pharmacocinétique de la théophylline (substrat de la sonde pour le CYP1A2), ce qui indique que la lévofloxacine n’est pas un inhibiteur du CYP1A2.

Substrats du CYP2C9

Une étude in vitro a indiqué un faible potentiel d’interaction entre la lévofloxacine et les substrats du CYP2C9.

Interactions médiées par les effets sur les transporteurs

Des études in vitro ont démontré que l’inhibition des principaux transporteurs associés à la disposition des médicaments dans le rein (polypeptide transportant des anions organiques 1B1 (OATP1B1), OATP1B3, transporteur d’anions organiques 1 (OAT1), OAT3 et transporteur cationique organique 2 (OCT2) ) à des expositions après l’inhalation de 240 mg de lévofloxacine deux fois par jour est faible.

De plus, les données cliniques ne suggèrent pas d’interaction avec les substrats de la P-glycoprotéine (P-gp) tels que la digoxine.

Ciclosporine

La demi-vie de la ciclosporine a été augmentée de 33% lors de l’administration concomitante de lévofloxacine.

Antagonistes de la vitamine K

Des augmentations des tests de coagulation (PT / INR) et / ou des saignements, qui peuvent être sévères, ont été rapportés chez des patients traités par la lévofloxacine en association avec un antagoniste de la vitamine K (par exemple la warfarine). Les tests de coagulation doivent donc être surveillés chez les patients traités par des antagonistes de la vitamine K (voir rubrique 4.4).

Substances actives connues pour prolonger l’intervalle QT

La lévofloxacine doit être utilisée avec précaution chez les patients recevant des substances actives connues pour allonger l’intervalle QT (par exemple, antiarythmiques de classe IA et III, antidépresseurs tricycliques, macrolides, antipsychotiques).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il y a une quantité limitée de données provenant de l’utilisation de la lévofloxacine chez les femmes enceintes. Les études chez l’animal avec la lévofloxacine n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3).

Cependant, en l’absence de données humaines et de résultats d’études non cliniques suggérant un risque de lésion des fluoroquinolones sur le cartilage porteur de l’organisme en croissance, l’utilisation de Quinsair est contre-indiquée pendant la grossesse (voir rubriques 4.3 et 5.3).

Allaitement maternel

Les informations sur l’excrétion de la lévofloxacine dans le lait maternel sont insuffisantes; cependant, d’autres fluoroquinolones sont excrétés dans le lait maternel.

En l’absence de données humaines et de résultats d’études non cliniques suggérant un risque de lésion des fluoroquinolones sur le cartilage porteur de l’organisme en croissance, l’utilisation de Quinsair est contre-indiquée chez les femmes qui allaitent (voir rubriques 4.3 et 5.3).

La fertilité

La lévofloxacine n’a causé aucune altération de la fertilité ou des performances de reproduction chez les rats (voir rubrique 5.3).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Certains effets indésirables (fatigue, asthénie, troubles visuels, étourdissements) peuvent nuire à la capacité de concentration et de réaction du patient. Les patients qui présentent de tels symptômes devraient être avisés de ne pas conduire ou utiliser de machines.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

L’innocuité de la dose recommandée de Quinsair a été évaluée chez 472 patients atteints de mucoviscidose dans le cadre de deux essais monocentriques, à double insu, contrôlés par placebo et d’une étude de comparaison active avec une extension optionnelle non contrôlée.

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient toux / toux productive (54%), dysgueusie (30%) et fatigue / asthénie (25%).

Liste tabulée des effets indésirables rapportés avec Quinsair

Les réactions défavorables avec au moins une possibilité raisonnable d’une relation causale avec Quinsair sont présentées selon la classification d’organe de système de MedDRA. Les effets indésirables sont classés par fréquence, les réactions les plus fréquentes étant les premières. Les catégories de fréquence sont définies selon la convention suivante: très fréquent (≥ 1/10); commun (≥ 1/100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); et pas connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Classe d’organe de système

Très commun

(≥ 1/10)

Commun

(≥ 1/100 à <1/10)

Rare

(≥ 1/1000 à <1/100)

Infections et infestations

Infection mycotique vulvovaginale

Infection fongique orale

Troubles du système sanguin et lymphatique

Anémie*,

Neutropénie *

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité *

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Anorexie*

Troubles psychiatriques

Insomnie*

Anxiété*,

Dépression*

Troubles du système nerveux

Dysgueusie

Mal de tête,

Vertiges*

Hyposmia *,

Somnolence*

Troubles oculaires

Perturbation visuelle*

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Acouphène *

Perte auditive*

Troubles cardiaques

Tachycardie *

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Toux / toux productive,

Dyspnée,

Changements dans les sécrétions bronchiques (volume et viscosité) *,

Hémoptysie *

Dysphonie

Bronchospasme **,

Hyper-réactivité bronchique,

Trouble des voies respiratoires obstructives

Problèmes gastro-intestinaux

La nausée,

Vomissement,

Douleur abdominale*,

La diarrhée*

Constipation*

Des nausées,

Dyspepsie*,

Flatulence*

Troubles hépatobiliaires

Hépatite*,

Hyperbilirubinémie *

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Téméraire

Urticaire*,

Prurit *

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Arthralgie,

Myalgie *

Tendinite,

Costochondrite,

Raideur articulaire

Troubles rénaux et urinaires

Insuffisance rénale *

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fatigue / asthénie,

La tolérance à l’exercice a diminué

Pyrexie

Enquêtes

Poids diminué **,

Volume expiratoire forcé diminué *

Alanine aminotransférase augmentée,

Aspartate aminotransférase augmentée,

Test de la fonction pulmonaire diminué *,

La glycémie a augmenté et diminué *,

La créatinine sanguine a augmenté *

La respiration semble anormale *

Test de la fonction hépatique anormal,

Phosphatase alcaline sanguine augmentée *,

Électrocardiogramme QT prolongé *,

Nombre d’éosinophiles augmenté *,

La numération plaquettaire a diminué *

* Les événements indésirables avec une relation incertaine avec Quinsair mais qui sont connus pour être associés à l’administration systémique de lévofloxacine et / ou sont vraisemblablement associés à Quinsair et ont été rapportés plus fréquemment qu’avec le placebo dans les études cliniques.

** Voir le paragraphe ci-dessous pour plus de détails.

Liste tabulée des effets indésirables supplémentaires signalés après l’administration systémique de lévofloxacine

Les effets indésirables avec au moins une possibilité raisonnable d’une relation causale avec la lévofloxacine sont présentés conformément à la classification des organes du système MedDRA. Les effets indésirables sont classés par fréquence avec les réactions les plus graves en premier. Les catégories de fréquence sont définies selon la convention suivante: très fréquent (≥ 1/10); commun (≥ 1/100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); et pas connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Classe d’organe de système

Rare

(≥ 1/1000 à <1/100)

Rare

(≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Pas connu

(ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Troubles du système sanguin et lymphatique

Pancytopénie *,

Agranulocytose *,

Anémie hémolytique *

Troubles du système immunitaire

Angioedème

Choc anaphylactique,

Choc anaphylactoïde

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Coma hypoglycémique

Troubles psychiatriques

État confus,

Nervosité

Réactions psychotiques (par exemple hallucination, paranoïa),

Agitation,

Rêves anormaux,

Cauchemars

Troubles psychotiques avec comportement auto-dangereux, y compris idées suicidaires ou tentative de suicide

Troubles du système nerveux

Tremblement

Convulsion,

Paresthésie

Neuropathie sensorielle périphérique,

Neuropathie motrice sensorielle périphérique,

Dyskinésie,

Trouble extrapyramidal,

Syncope,

Hypertension intracrânienne bénigne

Troubles oculaires

Perte de vision transitoire

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Troubles cardiaques

Palpitation

Tachycardie ventriculaire,

Arythmie ventriculaire et torsade de pointes

Troubles vasculaires

Hypotension

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Pneumonite allergique

Troubles hépatobiliaires

Jaunisse et atteinte hépatique grave, y compris les cas d’insuffisance hépatique aiguë mortelle

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Hyperhidrose

Nécrolyse épidermique toxique,

Syndrome de Stevens-Johnson,

Erythème polymorphe,

Réaction de photosensibilité,

Vascularite leucocytoclasique,

Stomatite

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Faiblesse musculaire

Rhabdomyolyse,

Rupture de tendon,

Rupture de ligament,

Rupture musculaire

Arthrite

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Douleur (y compris la douleur dans le dos, la poitrine et les extrémités)

* Voir le paragraphe ci-dessous pour plus de détails.

Description des effets indésirables sélectionnés

Si une bronchoconstriction aiguë et symptomatique survient après la prise de Quinsair, les patients peuvent bénéficier de l’utilisation d’un bronchodilatateur inhalé à courte durée d’action avant les doses suivantes (voir rubriques 4.2 et 4.4).

La diminution du poids a été rapportée comme un événement indésirable au cours des études cliniques, mais on pensait principalement qu’il s’agissait d’une maladie plutôt que d’un effet lié au médicament.

Des effets indésirables hématologiques graves tels que pancytopénie, agranulocytose et anémie hémolytique ont été rapportés après l’administration systémique de lévofloxacine. Leur fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles.

Population pédiatrique

Dans les essais cliniques, 51 adolescents atteints de mucoviscidose (≥ 12 à <18 ans) ont reçu Quinsair 240 mg deux fois par jour et 6 adolescents atteints de mucoviscidose ont reçu Quinsair 120 mg (n = 3) ou 240 mg (n = 3) une fois par jour. De plus, 14 enfants atteints de mucoviscidose (≥ 6 à <12 ans) et 13 adolescents atteints de mucoviscidose (≥ 12 à <17 ans) ont reçu 180 ou 240 mg de Quinsair une fois par jour pendant 14 jours. Sur la base de ces données limitées, il ne semble pas y avoir de différence cliniquement significative dans le profil d’innocuité de Quinsair dans ces sous-groupes de la population pédiatrique par rapport aux adultes. Cependant, deux cas d’arthralgie ont été observés chez des enfants dans des études cliniques avec Quinsair et des données de sécurité à long terme manquent particulièrement en considérant les effets sur le cartilage observés chez les animaux. (Voir les sections 4.2 et 5.3.)

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par l’intermédiaire du Yellow Card Scheme au Royaume-Uni à l’adresse www.mhra.gov.uk/yellowcard. Ou en Irlande à HPRA Pharmacovigilance, Earlsfort Terrace, IRL – Dublin 2; Tel: +353 1 6764971; Fax: +353 1 6762517. Site Web: www.hpra.ie; E-mail:

4.9 Surdosage

En cas de surdosage, un traitement symptomatique doit être mis en place. Le patient doit être observé et une hydratation appropriée doit être maintenue. La surveillance de l’ECG doit être effectuée en raison de la possibilité d’un allongement de l’intervalle QT. L’hémodialyse, y compris la dialyse péritonéale et la dialyse péritonéale continue ambulatoire (DPCA), ne sont pas efficaces pour éliminer la lévofloxacine du corps. Aucun antidote spécifique n’existe.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: antibactériens à usage systémique, fluoroquinolones

Code ATC: J01MA12

La lévofloxacine est un agent antibactérien de la classe des fluoroquinolones et est l’énantiomère S (-) de la substance active racémique ofloxacine.

Mécanisme d’action

Le mécanisme d’action de la lévofloxacine et d’autres antimicrobiens fluoroquinolones implique l’inhibition de l’ADN bactérien gyrase et des enzymes topoisomérase IV.

PK / PD relation

Les paramètres associés aux effets antibactériens de la lévofloxacine sont les rapports C max / MIC et AUC / CMI ( Cmax = concentration maximale au site d’infection, ASC = aire sous la courbe et CMI = concentration inhibitrice minimale).

La résistance

La résistance à la lévofloxacine est le plus souvent acquise par un processus par étapes par des mutations du site cible dans l’ADN gyrase et la topoisomérase IV. La sensibilité réduite à la lévofloxacine peut également résulter de l’acquisition de plasmides codant pour des protéines qui protègent ces cibles de l’inhibition. La perméabilité bactérienne réduite (commune chez P. aeruginosa ) et les mécanismes d’efflux peuvent également conférer ou contribuer à la résistance.

Une résistance croisée entre la lévofloxacine et d’autres fluoroquinolones est observée.

Points d’arrêt

Les seuils de sensibilité établis pour l’administration systémique (orale ou intraveineuse) de lévofloxacine ne sont pas applicables à l’administration par inhalation.

Efficacité clinique

L’efficacité clinique a été démontrée dans deux études contrôlées contre placebo et une étude de comparateur actif chez 448 patients randomisés pour recevoir 240 mg de Quinsair deux fois par jour.

Deux essais cliniques randomisés, en double aveugle, monocycliques, contrôlés par placebo (études 204 et 207) chez des patients atteints de mucoviscidose chroniquement infectés par P. aeruginosa ont été réalisés. Des patients adultes et adolescents (≥ 12 à <18 ans et pesant ≥ 30 kg) ayant un VEMS estimé entre 25% et 85% ont été recrutés. Tous les patients avaient également reçu un minimum de 3 traitements antimicrobiens anti-pseudomonaux inhalés au cours des 12 mois (étude 204) ou 18 mois (étude 207) avant l’entrée dans l’étude, mais aucun au cours des 28 jours précédant immédiatement l’étude. En plus d’étudier le médicament, les patients sont restés sous traitement standard pour les infections pulmonaires chroniques. Un total de 259 patients ont été randomisés à Quinsair 240 mg deux fois par jour pendant 28 jours (≥ 18 ans, n = 226, ≥ 12 à <18 ans, n = 33) et 147 ont été randomisés au placebo (≥ 18 ans, n = 127; ≥ 12 à <18 ans, n = 20). Ces deux études contrôlées contre placebo ont montré que 28 jours de traitement par Quinsair 240 mg deux fois par jour ont entraîné une amélioration significative du changement relatif par rapport aux valeurs initiales du VEMS prédites par rapport au placebo (voir Tableau 1).

Tableau 1: VEMS Variation relative prévue du pourcentage par rapport au départ au 28e jour dans les études d’efficacité et d’innocuité contrôlées par placebo de Quinsair chez les patients atteints de mucoviscidose

FEV 1 pour cent prédit

Etudes de soutien

Étude 207 (ITT)

Étude 204 (ITT) a

Placebo

Quinsair

240 mg BID

Placebo

Quinsair

240 mg BID

N = 110

N = 220

N = 37

N = 39

≥ 12 à <18 ans, n (%)

16 (14,5)

30 (13,6)

4 (10,8)

3 (7.7)

≥ 18 ans, n (%)

94 (85,5)

190 (86,4)

33 (89,2)

36 (92,3)

Moyenne de base (SD)

56,32 (15,906)

56,53 (15,748)

52,4 (13,42)

48,8 (15,15)

Changement relatif de la ligne de base au jour 28

LS Moyenne (SE)

1,24 (1,041)

3,66 (0,866)

-3,46 (2,828)

6,11 (2,929)

Différence de traitement au jour 28 [IC 95%] b

2,42 [0,53, 4,31];

P = 0,012 c

9,57 [3,39, 15,75];

P = 0,0026 c

CI = intervalle de confiance; VEMS = volume expiratoire maximal par seconde; ITT = intention de traiter (tous les patients randomisés); P = valeur P; SD = écart-type; SE = erreur standard; ANCOVA = analyse de la covariance.

une ANCOVA avec les termes de traitement, la région, l’âge (16 à 18 ans,> 18 ans), et le VEMS de base de 1 % prévu en quartiles. (Note: Dans l’étude 204, 38 patients supplémentaires ont été randomisés à 120 mg de Quinsair une fois par jour (≥ 18 ans, n = 35, ≥ 16 à <18 ans, n = 3) et 37 autres patients ont été randomisés à 240 mg. une fois par jour (≥ 18 ans, n = 34, ≥ 16 à <18 ans, n = 3).)

b LS Différence moyenne pour Quinsair moins le placebo.

c Testé en utilisant alpha de 0,05.

L’étude 209 (phase de base) était une étude randomisée, en ouvert, en groupes parallèles, à contrôle actif, de non-infériorité comparant Quinsair à la solution d’inhalation de tobramycine (TIS) sur 3 cycles de traitement. Chaque cycle de traitement comprenait 28 jours de traitement avec Quinsair 240 mg deux fois par jour ou TIS 300 mg deux fois par jour, suivis de 28 jours sans antibiotiques inhalés. Des patients adultes et adolescents (≥ 12 à <18 ans et pesant ≥ 30 kg) ayant un VEMS estimé entre 25% et 85% ont été recrutés. Tous les patients avaient également reçu au moins 3 cycles de TIS au cours des 12 mois précédant l’entrée dans l’étude, mais aucun au cours des 28 jours précédant immédiatement l’entrée dans l’étude. En plus d’étudier le médicament, les patients sont restés sous traitement standard pour les infections pulmonaires chroniques. Un total de 189 patients ont été randomisés à Quinsair 240 mg deux fois par jour (≥ 18 ans, n = 170, ≥ 12 à <18 ans, n = 19) et 93 ont été randomisés au TIS (≥ 18 ans, n = 84; 12 à <18 ans, n = 9). Les résultats obtenus pour les paramètres primaires et secondaires clés sont présentés dans le tableau 2.

Tableau 2: Résultats pour les paramètres primaires et secondaires clés dans l’étude d’efficacité et d’innocuité contrôlée par contrôle actif de Quinsair chez les patients atteints de mucoviscidose

Paramètre

Étude pivot – Étude 209 (phase de base, ITT)

TIS

300 mg BID

N = 93

Quinsair

240 mg BID

N = 189

Différence de traitement a

≥ 12 à <18 ans, n (%)

9 (9,7)

19 (10,1) *

≥ 18 ans, n (%)

84 (90,3)

170 (89,9)

FEV 1 Pourcentage prévu

Moyenne de base (SD)

53,20 (15 700)

54,78 (17,022)

Critère principal:

VEMS Changement relatif entre le niveau de référence et le jour 28 du cycle 1

N = 93

0,38 (1,262) b

N = 189

2,24 (1,019) b

LS moyenne [IC à 95%]:

1,86 [-0,66, 4.39] c

Critères secondaires:

VEMS Changement relatif de la valeur de référence au jour 28 du cycle 2

N = 84

-0,62 (1,352) b

N = 170

2,35 (1,025) b

LS moyenne [IC à 95%]:

2,96 [-0,03, 5,95]

VEMS Changement relatif entre le niveau de référence et le jour 28 du cycle 3

N = 83

-0,09 (1,385) b

N = 166

1,98 (1,049) b

LS moyenne [IC à 95%]:

2,07 [-1,01, 5,15]

Domaine respiratoire du questionnaire sur la fibrose kystique – Révisé (CFQ-R)

Changement de la ligne de base au jour 28 du cycle 1

N = 91

-1,31 (1,576) b

N = 186

1,88 (1,278) b

LS moyenne [IC à 95%]:

3,19 [0,05, 6,32]

P = 0,046 e

Temps médian avant l’administration d’antimicrobiens anti-pseudomonaux

N = 93

110 jours

N = 189

141 jours

Rapport de risque [IC 95%] d :

0,73 [0,53, 1,01]

P = 0,040 e

Temps médian à l’exacerbation pulmonaire

N = 93

90,5 jours

N = 189

131 jours

Rapport de risque [IC 95%] d :

0,78 [0,57, 1,07]

P = 0,154 e

CI = intervalle de confiance; VEMS = volume expiratoire maximal par seconde; ITT = intention de traiter (tous les patients randomisés); P = valeur P; SD = écart-type; SE = erreur standard; TIS = solution de tobramycine pour inhalation.

* Remarque: Un adolescent randomisé à 240 mg deux fois par jour n’a pas reçu de médicament à l’étude.

une différence de traitement pour Quinsair moins TIS, ou Hazard ratio pour Quinsair / TIS.

b LS Moyenne (SE).

c La non-infériorité a été évaluée au moyen d’une marge de non-infériorité prédéterminée et fixe de 4% au 28e jour du cycle 1.

d Les estimations ont été obtenues à partir d’un modèle de régression des risques proportionnels de Cox.

La valeur P est déterminée à l’aide d’un test de log-rank.

Les patients qui ont terminé l’étude 209 (phase de base) pouvaient poursuivre une phase de prolongation facultative pour 3 cycles supplémentaires (c.-à-d. 28 jours de traitement avec Quinsair 240 mg deux fois par jour suivis de 28 jours de traitement). Au total, 88 patients ont reçu au moins 1 dose de Quinsair dans l’étude 209 (phase de prolongation), 32 d’entre eux ont reçu une TIS et 56 d’entre eux ont reçu Quinsair dans la phase principale. Au cours de la phase d’extension, la variation moyenne du VEMS pour le pourcentage de VEMS prévu variait entre 4,83% et 1,46% pour les trois cycles de traitement supplémentaires. Pour le sous-groupe de patients ayant reçu TIS durant la phase de base et passant à Quinsair pendant la phase de prolongation, l’amélioration du VEMS prédite était plus marquée sur Quinsair que sur TIS (LS). La variation moyenne du VEMS prédite sur TIS variait entre 0,97 % à 3,60% pour les cycles 1 à 3 et entre 4,00% à 6,91% pour les cycles 4 à 6 sur Quinsair). Pour le sous-groupe de patients ayant reçu Quinsair pendant les phases principale et secondaire (Cycles 1 à 6), la variation moyenne du VEMS prévu variait entre 3,6% et 4,6% sauf au cycle 6, où elle était proche de la valeur initiale ( -0,15%). La proportion de patients ayant reçu Quinsair tout au long des phases de base et d’extension de l’étude 209 (avec un isolat de lévofloxacine MIC P. aeruginosa supérieur à 1 μg / ml) était similaire à la fin du traitement pendant les cycles 1 et 3 de la phase principale (76,6% à 83,3%) et à la fin du traitement pendant les cycles 4 à 6 de la phase de prolongation (77,8% à 87,5%).

Population pédiatrique

Dans les études 204, 207 et 209, la variation relative du VEMS prédite entre le début et la fin du traitement au cycle 1 était similaire chez les 51 adolescents atteints de mucoviscidose (≥ 12 à <18 ans et pesant ≥ 30 kg) recevant Quinsair 240 mg deux fois par jour à celui des adultes. L’efficacité n’a pas été évaluée chez les 14 enfants atteints de mucoviscidose (≥ 6 à <12 ans) et de 13 adolescents atteints de mucoviscidose (≥ 12 à <17 ans) ayant participé à l’étude 206.

L’Agence européenne des médicaments a différé l’obligation de soumettre les résultats des études menées avec Quinsair dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique chez les patients atteints de mucoviscidose avec infection pulmonaire / colonisation par P. aeruginosa (voir rubrique 4.2 pour les informations concernant l’utilisation pédiatrique).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La concentration plasmatique maximale (C max ) de lévofloxacine après administration par inhalation s’est produite environ 0,5 à 1 heure après l’administration.

L’administration de doses multiples de Quinsair 240 mg deux fois par jour par inhalation entraîne une exposition systémique à la lévofloxacine d’environ 50% inférieure à celle observée après l’administration systémique de doses comparables (voir le tableau 3). Cependant, il existe une variabilité dans les expositions systémiques observées, ce qui signifie que les taux sériques de lévofloxacine après inhalation de Quinsair peuvent parfois se situer dans la plage des niveaux observés après l’administration systémique de doses comparables.

Tableau 3: Comparaison des paramètres pharmacocinétiques de la lévofloxacine à dose multiple (SD) moyenne après l’administration de Quinsair par inhalation à des patients atteints de mucoviscidose et après administration orale et intraveineuse de lévofloxacine à des volontaires adultes en bonne santé

Paramètre pharmacocinétique

Quinsair

Levofloxacine systémique

240 mg Inhalation

OFFRE

500 mg par voie orale

QD *

500 mg IV

QD *

C max (μg / ml)

2,4 (1,0)

5,7 (1,4)

6,4 (0,8)

ASC (0-24) (μg • h / ml)

20,9 (12,5)

47,5 (6,7)

54,6 (11,1)

IV = intraveineuse; QD = die quaque (une fois par jour); BID = bis in die (deux fois par jour)

* Valeur prédite de l’analyse pharmacocinétique de population chez les patients FK

** Hommes en bonne santé 18-53 ans

Des concentrations élevées de lévofloxacine ont été observées dans les expectorations après l’administration de Quinsair 240 mg deux fois par jour chez des patients atteints de mucoviscidose. Les concentrations moyennes d’expectorations après l’administration étaient d’environ 500 à 1900 μg / ml et étaient environ 400 à 1700 fois plus élevées que celles observées dans le sérum.

Distribution

Environ 30 à 40% de la lévofloxacine est liée à la protéine sérique. Le volume de distribution apparent moyen de la lévofloxacine dans le sérum est d’environ 250 L après l’inhalation de 240 mg de Quinsair deux fois par jour.

Biotransformation

La lévofloxacine est métabolisée dans une très faible mesure, les métabolites étant la déméthyl-lévofloxacine et le lévofloxacine N-oxyde. Ces métabolites représentent moins de 5% de la dose après l’administration systémique et sont excrétés dans l’urine. La lévofloxacine est stéréochimiquement stable et ne subit pas d’inversion chirale.

Élimination

La lévofloxacine est absorbée par voie générale après l’inhalation de Quinsair et éliminée de la même manière que la lévofloxacine après l’administration systémique. Après l’administration orale et intraveineuse, la lévofloxacine est éliminée relativement lentement du plasma (t 1/2: 6 à 8 heures). La demi-vie de la lévofloxacine après l’inhalation de Quinsair est d’environ 5 à 7 heures. L’élimination se fait principalement par voie rénale (> 85% de la dose après administration orale ou intraveineuse). La clairance corporelle totale apparente moyenne de la lévofloxacine après l’administration systémique d’une dose unique de 500 mg était de 175 ± 29,2 ml / min. La clairance apparente (CL / F) de la lévofloxacine après inhalation de Quinsair 240 mg deux fois par jour est de 31,8 ± 22,4 L / heure.

Linéarité

Après l’administration systémique, la lévofloxacine obéit à la pharmacocinétique linéaire sur une gamme de 50 à 1000 mg.

Patients atteints d’insuffisance rénale

Les effets de l’insuffisance rénale sur la pharmacocinétique de la lévofloxacine administrée par inhalation n’ont pas été étudiés. Cependant, aucun ajustement posologique n’a été utilisé dans les études cliniques de Quinsair qui ont permis l’inclusion de patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine estimée ≥ 20 ml / min en utilisant la formule de Cockcroft-Gault chez les adultes et ≥ 20 ml / min / 1,73 m 2 en utilisant la formule Bedside Schwartz chez les patients <18 ans). Des études utilisant l’administration systémique de lévofloxacine montrent que la pharmacocinétique de la lévofloxacine est affectée par une insuffisance rénale; avec une fonction rénale décroissante (clairance de la créatinine estimée <50 ml / min), l’élimination rénale et la clairance sont diminuées et la demi-vie d’élimination augmentée.

Par conséquent, les doses de Quinsair n’ont pas besoin d’être ajustées chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée. Cependant, l’utilisation de Quinsair n’est pas recommandée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <20 ml / min, voir rubrique 4.2).

Patients atteints d’insuffisance hépatique

Les études pharmacocinétiques avec Quinsair chez les patients atteints d’insuffisance hépatique n’ont pas été menées. En raison de l’étendue limitée du métabolisme de la lévofloxacine dans le foie, la pharmacocinétique de la lévofloxacine ne devrait pas être affectée par une insuffisance hépatique.

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de Quinsair chez les enfants de moins de 18 ans n’ont pas encore été établies (voir rubrique 4.2).

La pharmacocinétique de la lévofloxacine suite à l’inhalation de Quinsair 240 mg deux fois par jour a été étudiée chez des patients pédiatriques âgés de 12 ans et plus et pesant ≥ 30 kg. Un modèle pharmacocinétique de population basé sur un échantillonnage clairsemé a déterminé que les concentrations sériques de lévofloxacine étaient comparables entre les patients pédiatriques et adultes après 28 jours de traitement. Des concentrations plus élevées d’expectorations ont été observées chez les adultes comparativement aux patients pédiatriques dans l’étude 207; des concentrations d’expectorations similaires ont été observées chez des patients adultes et pédiatriques dans l’étude 209.

En outre, la pharmacocinétique des doses pondérées de lévofloxacine administrées par inhalation une fois par jour pendant 14 jours chez les enfants atteints de mucoviscidose (≥ 6 à <12 ans, n = 14 et ≥ 12 à <17 ans, n = 13) ont été évalués dans l’étude 206. Les patients pesant de 22 à 30 kg ont reçu 180 mg de lévofloxacine par jour et les patients pesant 30 kg ont reçu 240 mg de lévofloxacine par jour. Le schéma posologique basé sur le poids a permis d’obtenir une exposition constante au PK dans le sérum et les expectorations chez tous les âges (de 7 à 16 ans) et les poids (de 22 à 61 kg) observés dans l’étude. Les expositions sériques PK étaient similaires lorsque l’on comparait les enfants recevant le régime basé sur le poids et les adultes recevant 240 mg de Quinsair une fois par jour. L’exposition aux expectorations pharmacocinétiques chez les enfants âgés de 7 à 16 ans représentait environ un tiers de l’exposition des adultes.

Patients âgés (≥ 65 ans)

La pharmacocinétique de la lévofloxacine administrée par inhalation n’a pas été étudiée chez les personnes âgées. Après l’administration systémique, il n’y avait pas de différences significatives dans la pharmacocinétique de la lévofloxacine entre les sujets jeunes et âgés, sauf ceux associés à des diminutions liées à l’âge de la clairance de la créatinine.

Le genre

Les résultats de l’analyse de pharmacocinétique de population n’ont montré aucune différence dans l’exposition systémique de la lévofloxacine due au sexe suite à l’administration de Quinsair.

Course

Les effets de la race sur la pharmacocinétique de la lévofloxacine administrée par inhalation n’ont pas été étudiés. Après l’administration systémique, l’effet de la race sur la pharmacocinétique de la lévofloxacine a été examiné au moyen d’une analyse covariable effectuée sur les données de 72 sujets: 48 blancs et 24 non blancs. La clairance corporelle totale apparente et le volume apparent de distribution n’ont pas été affectés par la race des sujets.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles sur la toxicité à dose unique, la toxicité à doses répétées, le potentiel carcinogène et la toxicité pour la reproduction et le développement.

Il a été démontré que les fluoroquinolones provoquent une arthropathie dans les articulations portantes des animaux immatures. En commun avec d’autres fluoroquinolones, la lévofloxacine a montré des effets sur le cartilage (cloques et cavités) chez les rats et les chiens. Ces résultats étaient plus marqués chez les jeunes animaux.

La lévofloxacine n’a pas induit de mutations génétiques dans les cellules bactériennes ou mammaliennes, mais elle a induit des aberrations chromosomiques in vitro dans des cellules pulmonaires de hamster chinois. Ces effets peuvent être attribués à l’inhibition de la topoisomérase II. Les tests in vivo (micronoyaux, échanges de chromatides sœurs, synthèse d’ADN non programmée, tests létaux dominants) n’ont montré aucun potentiel génotoxique. Des études chez la souris ont montré que la lévofloxacine avait une activité phototoxique seulement à des doses très élevées. La lévofloxacine n’a montré aucun potentiel génotoxique dans un essai de photomutagénicité. Il a réduit le développement de la tumeur dans une étude de photocarcinogénicité.

La lévofloxacine n’a causé aucune altération de la fertilité ou des performances de reproduction chez les rats et son seul effet sur les fœtus a été un retard de maturation dû à la toxicité maternelle.

Les études non cliniques réalisées avec la lévofloxacine par inhalation n’ont révélé aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité (respiratoire), de toxicité à dose unique et de toxicité à doses répétées.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Chlorure de magnésium hexahydraté

Eau pour les injections

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

3 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière. Ce médicament ne nécessite aucune condition particulière de conservation de la température.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Ampoule

3 ml, ampoule en polyéthylène basse densité.

Sachet

Sachet laminé en feuille scellée contenant 4 ampoules.

Boîte intérieure

56 (14 sachets de 4) ampoules.

Boîte extérieure

Quinsair est fourni en paquet de 28 jours. Cela comprend une boîte intérieure en carton contenant 56 ampoules et une notice. La boîte extérieure contient également un nébuliseur Zirela emballé dans sa propre boîte en carton avec les instructions d’utilisation du fabricant.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pour usage unique seulement. Une fois qu’une ampoule est ouverte, le contenu doit être utilisé immédiatement. Tout produit non utilisé doit être jeté.

Quinsair est administré par inhalation pendant une période de 5 minutes à l’aide d’un nébuliseur Zirela spécifique à Quinsair et d’une tête d’aérosol Zirela connectée à un contrôleur eBase ou à une unité de contrôle rapide eFlow (voir rubrique 4.2). Quinsair ne doit pas être utilisé avec un autre type de combiné ou de tête d’aérosol.

Les instructions de base pour l’utilisation sont données ci-dessous. Des instructions plus détaillées sont disponibles dans la notice et dans le mode d’emploi du fabricant de l’appareil.

Pressez tout le contenu d’une ampoule dans le réservoir de médicaments du nébuliseur Zirela. Fermez le réservoir de médicament en alignant les languettes du bouchon de médicament avec les fentes du réservoir. Appuyez vers le bas et tournez le bouchon dans le sens des aiguilles d’une montre aussi loin que possible. Asseyez le patient dans une position détendue et droite. En tenant le combiné au niveau, appuyez sur le bouton marche / arrêt du contrôleur et maintenez-le enfoncé pendant quelques secondes. Le contrôleur émettra un «bip» une fois et le voyant d’état deviendra vert. Après quelques secondes, une brume d’aérosol commencera à s’écouler dans la chambre d’aérosol du nébuliseur Zirela. Maintenez le combiné à niveau, placez l’embout buccal dans la bouche du patient en vous assurant que ses lèvres sont bien fermées. Demander au patient d’inhaler et d’expirer à travers l’embouchure jusqu’à la fin du traitement. Lorsque le traitement est terminé, le contrôleur émet deux bips. Débrancher le contrôleur et démonter le nébuliseur Zirela pour le nettoyage et la désinfection.

Ne placez pas d’autres médicaments dans le nébuliseur Zirela.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Chiesi Orphan BV

Evert van de Beekstraat 1 – 120

1118 CL Schiphol

Les Pays-Bas

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

EU / 1/14/973/001

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 26/03/2015

10. Date de révision du texte

Janvier 2018

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu.