Quinagolide 25 microgrammes comprimés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

NORPROLAC® 25 microgrammes de comprimés

Quinagolide 25 microgrammes Comprimés

2. Composition qualitative et quantitative

Quinagolide, sous forme de chlorhydrate, 25 microgrammes

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pour administration orale

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Hyperprolactinémie (idiopathique ou provenant d’un microadénome hypophysaire sécrétant de la prolactine ou macroadénome).

4.2 Posologie et mode d’administration

Comme la stimulation dopaminergique peut entraîner des symptômes d’hypotension orthostatique, la dose de NORPROLAC doit être amorcée progressivement à l’aide du «sachet de démarrage» et administrée seulement au coucher.

Adultes

La dose optimale doit être ajustée individuellement en fonction de l’effet hypotenseur et de la tolérabilité.

Avec le «kit de démarrage», le traitement commence avec 25 microgrammes / jour pendant les 3 premiers jours, suivi de 50 microgrammes / jour pendant 3 jours supplémentaires. A partir du 7ème jour, la dose recommandée est de 75 microgrammes / jour.

Si nécessaire, la dose quotidienne peut ensuite être augmentée par paliers jusqu’à ce que la réponse individuelle optimale soit atteinte. La posologie d’entretien habituelle est de 75 à 150 microgrammes / jour.

Des doses quotidiennes de 300 microgrammes ou des doses plus élevées sont nécessaires chez moins d’un tiers des patients.

Dans de tels cas, la posologie journalière peut être augmentée par paliers de 75 à 150 microgrammes à des intervalles d’au moins 4 semaines jusqu’à ce qu’une efficacité thérapeutique satisfaisante soit atteinte ou qu’une tolérabilité réduite, nécessitant l’arrêt du traitement, se produise.

Personnes âgées

L’expérience avec l’utilisation de NORPROLAC chez les patients âgés n’est pas disponible.

Enfants

L’expérience avec l’utilisation de NORPROLAC chez les enfants n’est pas disponible.

Méthode d’administration

NORPROLAC devrait être pris une fois par jour avec de la nourriture au coucher.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la drogue.

Fonction hépatique ou rénale altérée

Pour la procédure pendant la grossesse, (voir rubrique 4.6 Grossesse et allaitement).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

La fertilité peut être rétablie par un traitement par NORPROLAC. Il est donc recommandé aux femmes en âge de procréer qui ne souhaitent pas concevoir de pratiquer une méthode de contraception fiable.

Comme l’hypotension orthostatique peut entraîner une syncope, il est recommandé de vérifier la pression artérielle à la fois couchée et debout pendant les premiers jours du traitement et après l’augmentation de la posologie.

Dans quelques cas, y compris chez des patients sans antécédents de maladie mentale, le traitement par NORPROLAC a été associé à la survenue d’une psychose aiguë, habituellement réversible à l’arrêt du traitement. Une prudence particulière est requise chez les patients qui ont eu des épisodes psychotiques dans leur histoire précédente.

À ce jour, aucune donnée n’est disponible sur l’utilisation de NORPROLAC chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique (voir rubrique 4.3 Contre-indications).

NORPROLAC a été associé à la somnolence. D’autres agonistes de la dopamine peuvent être associés à des épisodes d’apparition soudaine du sommeil, en particulier chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. Les patients doivent en être informés et doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils conduisent ou utilisent des machines pendant le traitement par NORPROLAC.

Les patients qui ont souffert de somnolence ne doivent pas conduire ou utiliser de machines. En outre, une réduction de la dose ou l’arrêt du traitement peuvent être envisagés (voir la section 4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines).

Troubles du contrôle des impulsions

Les patients doivent être régulièrement surveillés pour le développement de troubles du contrôle des impulsions. Les patients et les soignants doivent être conscients que les symptômes comportementaux des troubles du contrôle des impulsions, y compris le jeu pathologique, l’augmentation de la libido, l’hypersexualité, les dépenses ou les achats compulsifs, les crises de boulimie et l’alimentation compulsive peuvent survenir chez les patients traités par NORPROLAC. La réduction de la dose / l’arrêt progressif doivent être envisagés si de tels symptômes apparaissent.

NORPROLAC devrait être gardé hors de la portée et de la vue des enfants.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Aucune interaction entre NORPROLAC et d’autres médicaments n’a jusqu’à présent été rapportée. D’un point de vue théorique, on peut s’attendre à une réduction de l’effet hypolipidémiant lorsque des médicaments (par exemple, des neuroleptiques) présentant de fortes propriétés antagonistes de la dopamine sont utilisés de manière concomitante. Comme l’activité de NORPROLAC pour les récepteurs 5-HT 1 et 5-HT 2 est environ 100 fois inférieure à celle des récepteurs D 2 , une interaction entre les récepteurs NORPROLAC et les récepteurs 5-HT 1a est peu probable. Cependant, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation concomitante de ces médicaments.

La tolérabilité de NORPROLAC peut être réduite par l’alcool.

4.6 Grossesse et allaitement

Grossesse

Les données sur les animaux ne fournissent aucune preuve que NORPROLAC ait un potentiel embryotoxique ou tératogène, mais l’expérience chez les femmes enceintes est encore limitée. Chez les patients souhaitant concevoir, NORPROLAC doit être interrompu lorsque la grossesse est confirmée, sauf s’il existe une raison médicale pour poursuivre le traitement. Aucune augmentation de l’incidence de l’avortement n’a été observée après le retrait du médicament à ce stade.

Si une grossesse survient en présence d’un adénome hypophysaire et que le traitement par NORPROLAC a été arrêté, une surveillance étroite tout au long de la grossesse est essentielle.

Lactation

L’allaitement n’est habituellement pas possible puisque NORPROLAC supprime la lactation. Si la lactation doit se poursuivre pendant le traitement, l’allaitement ne peut être recommandé car on ne sait pas si le quinagolide passe dans le lait maternel humain.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Puisque, particulièrement pendant les premiers jours de traitement, des réactions hypotensives peuvent parfois se produire et entraîner une baisse de la vigilance, les patients doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils conduisent un véhicule ou utilisent des machines.

Les patients traités par NORPROLAC et qui présentent une somnolence doivent être avisés de ne pas conduire ou pratiquer des activités où une vigilance réduite pourrait exposer leur santé ou celle d’autrui à de graves blessures ou à la mort (par ex. Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

4.8 Effets indésirables

Estimation de fréquence: très fréquente10%, commune1% à <10%, rare0,1% à <1%, rare0,01% à <0,1%, très rare <0,01%.

Les réactions défavorables annoncées avec l’utilisation de NORPROLAC sont caractéristique pour la thérapie d’agonist de récepteur de dopamine. Ils ne sont généralement pas suffisamment graves pour nécessiter l’arrêt du traitement et ont tendance à disparaître lorsque le traitement est poursuivi.

Les effets indésirables très fréquents sont des nausées, des vomissements, des maux de tête, des étourdissements et de la fatigue. Ils surviennent principalement pendant les premiers jours du traitement initial ou, en tant qu’événement principalement transitoire, après l’augmentation de la dose. Si nécessaire, les nausées et les vomissements peuvent être évités par la prise d’un antagoniste dopaminergique périphérique, tel que la dompéridone, pendant quelques jours, au moins 1 heure avant l’ingestion de NORPROLAC.

Les effets indésirables courants comprennent l’anorexie, les douleurs abdominales, la constipation ou la diarrhée, l’insomnie, l’œdème, les bouffées congestives, la congestion nasale et l’hypotension. L’hypotension orthostatique peut entraîner une faiblesse ou une syncope (voir 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Rarement NORPROLAC a été associé à la somnolence.

Dans de très rares cas, le traitement par NORPROLAC a été associé à l’apparition d’une psychose aiguë, réversible à l’arrêt du traitement.

Troubles du contrôle des impulsions

Le jeu pathologique, l’augmentation de la libido, l’hypersexualité, les dépenses compulsives ou l’achat, la frénésie alimentaire et l’alimentation compulsive peuvent survenir chez les patients traités par des agonistes de la dopamine, y compris NORPROLAC. (Voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi»).

4.9 Surdosage

Symptômes : Un surdosage aigu avec les comprimés NORPROLAC n’a pas été signalé. On s’attend à ce qu’il provoque de graves nausées, des vomissements, des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence, de l’hypotension et, éventuellement, un collapsus. Des hallucinations pourraient également se produire.

Traitement: Devrait être symptomatique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: inhibiteurs de la prolactine (code ATC: G02C B04)

Le quinagolide, l’ingrédient actif de NORPROLAC, est un agoniste sélectif des récepteurs de la dopamine D 2 n’appartenant pas aux classes chimiques des composés de l’ergot ou de l’ergoline. En raison de son action dopaminergique, le médicament exerce un fort effet inhibiteur sur la sécrétion de l’hormone antéhypophysaire prolactine, mais ne réduit pas les taux normaux d’autres hormones hypophysaires. Chez certains patients, la réduction de la sécrétion de prolactine peut s’accompagner de petites augmentations de courte durée des taux d’hormone de croissance plasmatique, dont la signification clinique est inconnue.

En tant qu’inhibiteur spécifique de la sécrétion de prolactine avec une durée d’action prolongée, NORPROLAC s’est montré efficace et adapté au traitement par voie orale une fois par jour des patients présentant une hyperprolactinémie et ses manifestations cliniques telles que galactorrhée, oligoménorrhée, aménorrhée, infertilité et libido réduite.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Après l’administration orale d’un médicament radiomarqué, le quinagolide est rapidement et bien absorbé. Les valeurs de concentration plasmatique obtenues par un dosage radio-immunologique non sélectif (RIA), mesurant le quinagolide avec certains de ses métabolites, étaient proches de la limite de quantification et ne donnaient aucune information fiable.

Le volume de distribution apparent du quinagolide après administration orale unique d’un composé radiomarqué a été calculé à environ. 100 L. Pour la substance mère, une demi-vie terminale de 11,5 heures a été calculée dans des conditions de dose unique et de 17 heures à l’état d’équilibre.

Le quinagolide est largement métabolisé lors de son premier passage. Des études réalisées avec du quinagolide marqué au 3 H ont révélé que plus de 95% du médicament est excrété sous forme de métabolites. Des quantités égales de radioactivité totale sont trouvées dans les fèces et l’urine.

Dans le sang, le quinagolide et son analogue N-déséthyl sont les composants biologiquement actifs mais mineurs. Leurs conjugués de sulfate ou de glucuronide inactifs représentent les principaux métabolites circulants. Dans l’urine, les principaux métabolites sont les conjugués glucuronide et sulfate du quinagolide et les analogues de N-déséthyl, N, N-didéséthyle. Dans les fèces, les formes non conjuguées des trois composants ont été trouvées.

La liaison protéique du quinagolide est d’environ 90% et n’est pas spécifique.

Les résultats, obtenus dans des études pharmacodynamiques, indiquent qu’avec la dose thérapeutique recommandée, un effet hypotenseur cliniquement significatif se produit dans les 2 heures après l’ingestion, atteint un maximum dans les 4 à 6 heures et est maintenu pendant environ 24 heures.

Une relation dose-réponse définie pourrait être établie pour la durée, mais non pour l’amplitude, de l’effet hypotenseur qui, avec une seule dose orale de 50 microgrammes, était proche du maximum. Des doses plus élevées n’ont pas entraîné un effet considérablement plus important mais ont prolongé sa durée.

5.3 Données de sécurité précliniques

Toxicité aiguë

La DL 50 du quinagolide a été déterminée pour plusieurs espèces après administration orale unique: souris 357 à> 500 mg / kg; rats> 500 mg / kg; lapins> 150 mg / kg

Toxicité chronique

La diminution du taux de cholestérol des rates traitées suggère que le quinagolide influence le métabolisme des lipides. Puisque des observations similaires ont été faites avec d’autres médicaments dopaminergiques, on suppose une relation occasionnelle avec de faibles taux de prolactine. Dans plusieurs études chroniques sur des rats, on a observé une hypertrophie des ovaires résultant d’une augmentation du nombre de corps jaunes et, en outre, d’hydromètre et d’endométrite. Ces changements étaient réversibles et reflètent l’effet pharmacodynamique du quinagolide: la suppression de la sécrétion de prolactine inhibe la lutéolyse chez le rat et influence ainsi le cycle sexuel normal. Chez l’homme, cependant, la prolactine n’est pas impliquée dans la lutéolyse.

Potentiel cancérigène et mutagène

Dans des études complètes de mutagenèse in vitro et in vivo , il n’y avait aucune preuve d’un effet mutagène.

Les changements observés dans les études de cancérogénicité reflètent l’activité pharmacodynamique du quinagolide. Le médicament module le taux de prolactine ainsi que, en particulier chez les rats mâles, le taux d’hormone lutéinisante et, chez les rongeurs femelles, le rapport de la progestérone à l’œstrogène.

Des études à long terme avec des doses élevées de quinagolide ont révélé des tumeurs à cellules de Leydig chez des rats et des tumeurs mésenchymateuses de l’utérus chez la souris. L’incidence des tumeurs à cellules de Leydig dans une étude de cancérogénicité chez le rat a été augmentée même à de faibles doses (0,01 mg / kg). Ces résultats étaient sans pertinence pour l’application thérapeutique chez l’homme puisqu’il existe des différences fondamentales entre les humains et les rongeurs dans la régulation du système endocrinien.

Toxicité pour la reproduction

Les études chez l’animal chez le rat et le lapin n’ont montré aucune preuve d’effets embryotoxiques ou tératogènes. L’effet inhibiteur de la prolactine a entraîné une diminution de la production de lait chez les rats, laquelle était associée à une perte accrue de ratons. Les effets postnatals possibles de l’exposition pendant le développement fœtal (2e et 3e trimestres) et les effets sur la fertilité féminine ne sont pas suffisamment étudiés.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Oxyde de fer; rouge, silice, anhydre colloïdal; stéarate de magnésium; la méthylhydroxypropylcellulose; amidon de maïs; cellulose; microcristallin; lactose.

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

La durée de conservation est de 5 ans. La date d’expiration est imprimée sur la boîte. Sur le blister la date de péremption est marquée avec les lettres EXP.

6.4 Précautions particulières de conservation

La date de péremption fait référence aux boîtes originales non ouvertes, qui ont été conservées à une température inférieure à 25 ° C. Aucun avertissement spécial concernant la sensibilité à la lumière ou l’humidité n’est nécessaire car les comprimés sont protégés par l’emballage.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Le «pack de démarrage» (NORPROLAC 25/50) se compose de 3 comprimés de 25 microgrammes et de 3 comprimés de 50 microgrammes. Ces comprimés sont emballés dans un blister PVC / PVDC en aluminium scellé dans un sac en aluminium résistant à l’humidité.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun.

7. Titulaire de l’autorisation

Aspire Pharma Ltd

Unité 4 Cour Rotherbrook

Bedford Road

Petersfield

Hampshire

GU32 3QG

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 35533/0062

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

15 décembre 2004

10. Date de révision du texte

28/09/2016