Prevenar 13 suspension pour injection


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Prevenar 13 suspension pour injection

Vaccin conjugué antipneumococcique polysaccharidique (13-valent, adsorbé)

2. Composition qualitative et quantitative

1 dose (0,5 ml) contient:

Polysaccharide pneumococcique sérotype 1 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 3 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 4 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 5 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 6A 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 6B 1

4,4 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 7F 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 9V 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 14 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 18C 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 19A 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 19F 1

2,2 μg

Polysaccharide pneumococcique sérotype 23F 1

2,2 μg

1 Conjugué à la protéine porteuse CRM 197 , adsorbé sur du phosphate d’aluminium.

1 dose (0,5 ml) contient environ 32 ug de protéine support CRM 197 et 0,125 mg d’aluminium.

Excipients à effet connu

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Suspension pour injection.

Le vaccin est une suspension blanche homogène.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Immunisation active pour la prévention des maladies invasives, de la pneumonie et de l’otite moyenne aiguë causée par Streptococcus pneumoniae chez les nourrissons, les enfants et les adolescents de 6 semaines à 17 ans.

Immunisation active pour la prévention des maladies invasives et de la pneumonie causées par Streptococcus pneumoniae chez les adultes âgés de 18 ans et plus et les personnes âgées.

Voir les sections 4.4 et 5.1 pour des informations sur la protection contre les sérotypes pneumococciques spécifiques.

L’utilisation de Prevenar 13 devrait être déterminée sur la base de recommandations officielles prenant en considération le risque de maladie invasive et de pneumonie dans différents groupes d’âge, les comorbidités sous-jacentes ainsi que la variabilité de l’épidémiologie du sérotype dans différentes zones géographiques.

4.2 Posologie et mode d’administration

Les calendriers de vaccination pour Prevenar 13 devraient être basés sur des recommandations officielles.

Posologie

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Il est recommandé aux nourrissons qui reçoivent une première dose de Prevenar 13 de compléter le cycle de vaccination avec Prevenar 13.

Nourrissons âgés de 6 semaines à 6 mois

Série primaire à trois doses

La série d’immunisation recommandée se compose de quatre doses de 0,5 ml chacune. La série primaire du nourrisson comprend trois doses, la première dose étant généralement administrée à l’âge de deux mois et avec un intervalle d’au moins un mois entre les doses. La première dose peut être administrée dès l’âge de six semaines. La quatrième dose (de rappel) est recommandée entre 11 et 15 mois.

Série primaire à deux doses

Alternativement, lorsque Prevenar 13 est administré dans le cadre d’un programme d’immunisation systématique du nourrisson, une série de trois doses de 0,5 ml chacune peut être administrée. La première dose peut être administrée à partir de l’âge de 2 mois, avec une deuxième dose 2 mois plus tard. La troisième dose (de rappel) est recommandée entre 11 et 15 mois (voir rubrique 5.1).

Nourrissons prématurés (<37 semaines de gestation)

Chez les nouveau-nés prématurés, la série d’immunisation recommandée consiste en quatre doses de 0,5 ml chacune. La série primaire du nourrisson comprend trois doses, la première dose étant administrée à l’âge de 2 mois et avec un intervalle d’au moins 1 mois entre les doses. La première dose peut être administrée dès l’âge de six semaines. La quatrième dose (de rappel) est recommandée entre 11 et 15 mois (voir rubriques 4.4 et 5.1).

Nourrissons non vaccinés et enfants ≥ 7 mois

Nourrissons âgés de 7-11 mois

Deux doses, chacune de 0,5 ml, avec un intervalle d’au moins 1 mois entre les doses. Une troisième dose est recommandée dans la deuxième année de vie.

Enfants âgés de 12-23 mois

Deux doses de 0,5 ml chacune, avec un intervalle d’au moins 2 mois entre les doses (voir rubrique 5.1).

Enfants et adolescents âgés de 2 à 17 ans

Une seule dose de 0,5 ml.

Calendrier vaccinal Prevenar 13 pour les nourrissons et les enfants préalablement vaccinés avec Prevenar (7-valent) ( Streptococcus pneumoniae sérotypes 4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F)

Prevenar 13 contient les mêmes 7 sérotypes inclus dans Prevenar, en utilisant la même protéine porteuse CRM 197 .

Les nourrissons et les enfants qui ont commencé à se faire vacciner avec Prevenar peuvent passer à Prevenar 13 à n’importe quel moment de l’horaire.

Jeunes enfants (12-59 mois) complètement immunisés avec Prevenar (7-valent)

Les jeunes enfants qui sont considérés comme complètement immunisés avec Prevenar (7-valent) devraient recevoir une dose de 0,5 ml de Prevenar 13 pour déclencher des réponses immunitaires aux 6 sérotypes supplémentaires. Cette dose de Prevenar 13 doit être administrée au moins 8 semaines après la dernière dose de Prevenar (7-valent) (voir rubrique 5.1).

Enfants et adolescents 5-17 ans

Les enfants de 5 à 17 ans peuvent recevoir une dose unique de Prevenar 13 s’ils ont déjà été vaccinés avec une ou plusieurs doses de Prevenar. Cette dose de Prevenar 13 doit être administrée au moins 8 semaines après la dernière dose de Prevenar (7-valent) (voir rubrique 5.1).

Adultes âgés de 18 ans et plus, et les personnes âgées

Une seule dose.

La nécessité d’une revaccination avec une dose subséquente de Prevenar 13 n’a pas été établie.

Indépendamment de l’état antérieur de la vaccination antipneumococcique, si l’utilisation du vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent est considérée comme appropriée, Prevenar 13 doit être administré en premier (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Populations spéciales

Les personnes qui ont des affections sous-jacentes prédisposant à la maladie invasive à pneumocoque (comme la drépanocytose ou l’infection par le VIH), y compris celles déjà vaccinées avec une ou plusieurs doses de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent peuvent recevoir au moins une dose de Prevenar 13 (voir rubrique 5.1 ).

Chez les personnes ayant subi une greffe de cellules souches hématopoïétiques (TCSH), la série d’immunisation recommandée consiste en quatre doses de Prevenar 13 de 0,5 ml chacune. La série primaire consiste en trois doses, la première dose étant administrée entre 3 et 6 mois après la greffe et avec un intervalle d’au moins un mois entre les doses. Une quatrième dose (de rappel) est recommandée 6 mois après la troisième dose (voir rubrique 5.1).

Méthode d’administration

Le vaccin doit être administré par injection intramusculaire. Les sites préférés sont l’aspect antérolatéral de la cuisse (muscle vastus lateralis) chez les nourrissons ou le muscle deltoïde de la partie supérieure du bras chez les enfants et les adultes.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité aux substances actives, à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 ou à l’anatoxine diphtérique.

Comme pour les autres vaccins, l’administration de Prevenar 13 doit être différée chez les sujets souffrant d’une maladie fébrile aiguë sévère. Cependant, la présence d’une infection mineure, comme un rhume, ne devrait pas entraîner le report de la vaccination.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Prevenar 13 ne doit pas être administré par voie intravasculaire.

Comme pour tous les vaccins injectables, un traitement médical et une surveillance appropriés doivent toujours être disponibles en cas d’événement anaphylactique rare suivant l’administration du vaccin.

Ce vaccin ne doit pas être administré par voie intramusculaire à des personnes présentant une thrombocytopénie ou un trouble de la coagulation susceptible de contre-indiquer l’injection intramusculaire, mais peut être administré par voie sous-cutanée si le bénéfice potentiel l’emporte nettement sur les risques (voir rubrique 5.1).

Prevenar 13 ne protège que contre les sérotypes de Streptococcus pneumoniae inclus dans le vaccin et ne protège pas contre les autres microorganismes responsables de maladies invasives, de pneumonie ou d’otite moyenne. Comme avec n’importe quel vaccin, Prevenar 13 peut ne pas protéger toutes les personnes recevant le vaccin contre la maladie pneumococcique. Pour les informations épidémiologiques les plus récentes dans votre pays, vous devriez consulter l’organisation nationale concernée.

Les personnes dont la réponse immunitaire est altérée, que ce soit en raison d’un traitement immunosuppresseur, d’un défaut génétique, d’une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ou d’autres causes, peuvent réduire la réponse immunitaire à l’immunisation active.

Les données d’innocuité et d’immunogénicité sont disponibles pour un nombre limité de personnes atteintes de drépanocytose, d’infection par le VIH ou de greffe de cellules souches hématopoïétiques (voir rubrique 5.1). Les données sur l’innocuité et l’immunogénicité de Prevenar 13 ne sont pas disponibles pour les personnes appartenant à d’autres groupes immunodéprimés (p. Ex. Malignité ou syndrome néphrotique) et la vaccination devrait être envisagée individuellement.

Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement «sans sodium».

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Dans les études cliniques, Prevenar 13 a provoqué une réponse immunitaire aux treize sérotypes inclus dans le vaccin. La réponse immunitaire pour le sérotype 3 après la dose de rappel n’a pas été augmentée au-delà des niveaux observés après la série de vaccination des nourrissons; la pertinence clinique de cette observation concernant l’induction de la mémoire immunitaire du sérotype 3 est inconnue (voir rubrique 5.1).

Les proportions de répondeurs d’anticorps fonctionnels (titres d’OPA ≥ 1: 8) aux sérotypes 1, 3 et 5 étaient élevées. Cependant, les titres moyens géométriques de l’OPA étaient inférieurs à ceux de chacun des autres sérotypes vaccinaux restants; la pertinence clinique de cette observation pour l’efficacité protectrice est inconnue (voir rubrique 5.1).

Des données limitées ont démontré que Prevenar 7-valent (série primaire à trois doses) induit une réponse immunitaire acceptable chez les nourrissons drépanocytaires avec un profil d’innocuité similaire à celui observé dans les groupes à haut risque (voir rubrique 5.1).

Les enfants de moins de 2 ans devraient recevoir la série de vaccins Prevenar 13 adaptée à leur âge (voir rubrique 4.2). L’utilisation du vaccin antipneumococcique conjugué ne remplace pas l’utilisation de vaccins polysaccharidiques pneumococciques 23-valent chez les enfants de ≥ 2 ans atteints de maladies (comme la drépanocytose, l’asplénie, l’infection par le VIH, les maladies chroniques ou ceux qui sont immunodéprimés) les exposant à un risque plus élevé de maladie invasive due à Streptococcus pneumoniae . Chaque fois que recommandé, les enfants à risque qui sont âgés de ≥ 24 mois et déjà amorcés avec Prevenar 13 devraient recevoir le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent. L’intervalle entre le vaccin antipneumococcique conjugué 13-valent (Prevenar 13) et le vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent ne doit pas être inférieur à 8 semaines. Il n’y a pas de données disponibles pour indiquer si l’administration du vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent aux enfants non primés ou aux enfants amorcés avec Prevenar 13 pourrait entraîner une hyporéactivité à d’autres doses de Prevenar 13.

Le risque potentiel d’apnée et le besoin de surveillance respiratoire pendant 48-72h devraient être pris en compte lors de l’administration de la primovaccination aux nourrissons très prématurés (nés ≤ 28 semaines de gestation), en particulier ceux ayant des antécédents d’immaturité respiratoire. Comme le bénéfice de la vaccination est élevé chez ce groupe de nourrissons, la vaccination ne doit pas être refusée ou retardée.

Pour les sérotypes vaccinaux, la protection contre l’otite moyenne devrait être inférieure à la protection contre les maladies invasives. Comme l’otite moyenne est causée par de nombreux organismes autres que les sérotypes pneumococciques représentés dans le vaccin, la protection contre l’otite moyenne devrait être faible (voir rubrique 5.1).

Lorsque Prevenar 13 est administré en association avec Infanrix hexa (DTC-HBV-IPV / Hib), les taux de réactions fébriles sont similaires à ceux observés avec l’administration concomitante de Prevenar (7-valent) et d’Infanrix hexa (voir rubrique 4.8). Des taux accrus de déclaration de convulsions (avec ou sans fièvre) et d’épisode hypotonique hypotonique (HHE) ont été observés lors de l’administration concomitante de Prevenar 13 et d’Infanrix hexa (voir rubrique 4.8).

Un traitement antipyrétique doit être instauré conformément aux directives thérapeutiques locales pour les enfants souffrant de crises épileptiques ou présentant des antécédents de convulsions fébriles et pour tous les enfants recevant Prevenar 13 en même temps que les vaccins contenant la coqueluche à cellules entières.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Prevenar 13 peut être administré en concomitance avec l’un des antigènes vaccinaux suivants: diphtérie, tétanos, coqueluche acellulaire ou à germes entiers, Haemophilus influenzae type b, poliomyélite inactivée, hépatite B (voir rubrique 4.4 pour plus d’informations sur Infanrix hexa). ), le vaccin contre le méningocoque du sérogroupe C, la rougeole, les oreillons, la rubéole, la varicelle et le rotavirus.

Prevenar 13 peut également être administré en concomitance entre 12 et 23 mois avec le vaccin conjugué contre le polysaccharide méningococcique conjugué à l’anatoxine tétanique sérogroupes A, C, W et Y aux enfants qui ont été suffisamment sensibilisés avec Prevenar 13 (selon les recommandations locales).

Les données d’une étude clinique post-marketing évaluant l’impact de l’utilisation prophylactique d’antipyrétiques (ibuprofène et paracétamol) sur la réponse immunitaire à Prevenar 13 suggèrent que l’administration concomitante de paracétamol ou le même jour de vaccination peut réduire la réponse immunitaire à Prevenar 13 après le nourrisson. séries. Les réponses à la dose de rappel administrée à 12 mois n’ont pas été affectées. La signification clinique de cette observation est inconnue.

Enfants et adolescents de 6 à 17 ans

Aucune donnée n’est actuellement disponible concernant l’utilisation concomitante avec d’autres vaccins.

Adultes de 18 à 49 ans

Aucune donnée n’est disponible concernant l’utilisation concomitante avec d’autres vaccins.

Adultes âgés de 50 ans et plus

Prevenar 13 peut être administré de façon concomitante avec le vaccin antigrippal trivalent inactivé (VTI) saisonnier.

Dans deux études menées chez des adultes âgés de 50 à 59 ans et de 65 ans et plus, il a été démontré que Prevenar 13 peut être administré de façon concomitante avec le vaccin antigrippal trivalent inactivé (VTI). Les réponses aux trois antigènes du VTI étaient comparables lorsque le VTI était administré seul ou en concomitance avec Prevenar 13.

Lorsque Prevenar 13 a été administré en concomitance avec le VTI, les réponses immunitaires à Prevenar 13 étaient plus faibles que lorsque Prevenar 13 était administré seul, mais il n’y avait aucun impact à long terme sur les taux d’anticorps circulants.

Dans une troisième étude menée chez des adultes âgés de 50 à 93 ans, il a été démontré que Prevenar 13 pouvait être administré en concomitance avec le vaccin antigrippal quadrivalent inactivé (QIV). Les réponses immunitaires aux quatre souches de QIV n’étaient pas inférieures lorsque Prevenar 13 était administré en concomitance avec le QIV, par rapport au moment où le QIV était administré seul.

Les réponses immunitaires à Prevenar 13 n’étaient pas inférieures lorsque Prevenar 13 était administré en concomitance avec le QIV comparé à quand Prevenar 13 était administré seul. Comme pour l’administration concomitante avec des vaccins trivalents, les réponses immunitaires à certains sérotypes pneumococciques étaient plus faibles lorsque les deux vaccins étaient administrés de façon concomitante.

L’utilisation concomitante avec d’autres vaccins n’a pas été étudiée.

Différents vaccins injectables doivent toujours être administrés sur différents sites de vaccination.

L’administration concomitante du vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Prevenar 13 et le vaccin 23-valent n’a pas été étudiée. Dans les études cliniques lorsque Prevenar 13 a été administré 1 an après le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent, les réponses immunitaires étaient plus faibles pour tous les sérotypes que lorsque Prevenar 13 était administré à des sujets n’ayant pas été préalablement immunisés avec le vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent. La signification clinique de ceci est inconnue.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’existe aucune donnée sur l’utilisation du vaccin antipneumococcique conjugué 13-valent chez la femme enceinte. Par conséquent, l’utilisation de Prevenar 13 doit être évitée pendant la grossesse.

Allaitement maternel

On ne sait pas si le vaccin antipneumococcique conjugué 13-valent est excrété dans le lait maternel humain.

La fertilité

Les études chez l’animal n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Prevenar 13 n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Cependant, certains des effets mentionnés à la section 4.8 «Effets indésirables» peuvent affecter temporairement l’aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

L’analyse des taux de déclaration post-commercialisation suggère un risque potentiel accru de convulsions, avec ou sans fièvre, et HHE lors de la comparaison des groupes qui ont rapporté l’utilisation de Prevenar 13 avec

Infanrix hexa à ceux qui ont signalé l’utilisation de Prevenar 13 seul.

Les effets indésirables rapportés dans les études cliniques ou lors de l’expérience post-commercialisation pour tous les groupes d’âge sont listés dans cette section par classe de systèmes d’organes, par ordre décroissant de fréquence et de gravité. La fréquence est définie comme suit: très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 à <1/10), rare (≥ 1/1000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000), très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

L’innocuité du vaccin a été évaluée dans des études cliniques contrôlées où 14 267 doses ont été administrées à 4 429 nourrissons en santé à partir de l’âge de 6 semaines lors de la première vaccination et de 11 à 16 mois à la dose de rappel. Dans toutes les études sur les nourrissons, Prevenar 13 a été co-administré avec des vaccins pédiatriques de routine (voir rubrique 4.5).

La sécurité de 354 enfants non vaccinés (âgés de 7 mois à 5 ans) a également été évaluée.

Les effets indésirables les plus fréquemment signalés chez les enfants âgés de 6 semaines à 5 ans étaient les suivants: réactions au site de vaccination, fièvre, irritabilité, diminution de l’appétit et augmentation et / ou diminution du sommeil.

Dans une étude clinique chez des nourrissons vaccinés à 2, 3 et 4 mois, une fièvre ≥ 38 ° C a été rapportée à des taux plus élevés chez les nourrissons ayant reçu Prevenar (7-valent) en même temps qu’Infanrix hexa (28,3% à 42,3%) chez les nourrissons recevant Infanrix hexa seul (15,6% à 23,1%). Après une dose de rappel à l’âge de 12 à 15 mois, une fièvre ≥ 38 ° C a été rapportée chez 50,0% des nourrissons ayant reçu Prevenar (7-valent) et Infanrix hexa en même temps, contre 33,6% des nourrissons recevant Infanrix hexa seul . Ces réactions étaient pour la plupart modérées (inférieures ou égales à 39 ° C) et transitoires.

Une augmentation des réactions au site de vaccination a été rapportée chez les enfants de plus de 12 mois par rapport aux taux observés chez les nourrissons pendant la série primaire avec Prevenar 13.

Les effets indésirables des études cliniques

Dans les études cliniques, le profil de sécurité de Prevenar 13 était similaire à celui de Prevenar. Les fréquences suivantes sont basées sur les effets indésirables évalués dans les études cliniques de Prevenar 13:

Troubles du système immunitaire:

Rare:

Réaction d’hypersensibilité, y compris œdème du visage, dyspnée, bronchospasme

Troubles du système nerveux:

Rare:

Convulsions (y compris les convulsions fébriles)

Rare:

Épisode hypotonique-hyporéactif

Problèmes gastro-intestinaux:

Très commun:

Diminution de l’appétit

Commun:

Vomissement; la diarrhée

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Commun:

Téméraire

Rare:

Urticaire ou urticaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Très commun:

Pyrexie; irritabilité; tout érythème, induration / gonflement ou douleur / sensibilité au site de vaccination; somnolence; sommeil de mauvaise qualité

Érythème au site de vaccination ou induration / gonflement de 2,5 cm à 7,0 cm (après la dose de rappel et chez les enfants plus âgés [âgés de 2 à 5 ans])

Commun:

Pyrexie> 39 ° C; altération du mouvement de vaccination (due à la douleur); érythème au site de vaccination ou induration / gonflement de 2,5 cm à 7,0 cm (après les séries pour nourrissons)

Rare:

Érythème au site de vaccination, induration / gonflement> 7,0 cm; pleurs

Les réactions défavorables de l’expérience de post-marketing de Prevenar 13

Bien que les effets indésirables suivants n’aient pas été observés dans les études cliniques sur Prevenar 13 chez les nourrissons et les enfants, les effets indésirables suivants ont été considérés comme des effets indésirables de Prevenar 13, tels qu’ils ont été rapportés après la commercialisation. Comme ces réactions provenaient de rapports spontanés, les fréquences n’ont pas pu être déterminées et sont donc considérées comme inconnues.

Troubles du système sanguin et lymphatique:

Lymphadénopathie (localisée dans la région du site de vaccination)

Troubles du système immunitaire:

Réaction anaphylactique / anaphylactoïde comprenant un choc; angioedème

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Érythème polymorphe

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Urticaire de site de vaccination; dermatite de site de vaccination; prurit du site de vaccination; rinçage

Informations supplémentaires dans des populations particulières:

Apnée chez les prématurés (≤ 28 semaines de gestation) (voir rubrique 4.4).

Enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans

L’innocuité a été évaluée chez 592 enfants (294 enfants âgés de 5 à 10 ans ayant déjà été vaccinés avec au moins une dose de Prevenar et 298 enfants âgés de 10 à 17 ans n’ayant pas reçu de vaccin antipneumococcique).

Les événements indésirables les plus fréquents chez les enfants et les adolescents de 6 à 17 ans étaient:

Troubles du système nerveux:

Commun:

Maux de tête

Problèmes gastro-intestinaux:

Très commun:

Diminution de l’appétit

Commun:

Vomissement; la diarrhée

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Commun:

Téméraire; Urticaire ou urticaire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Très commun:

Irritabilité; tout érythème au site de vaccination; induration / gonflement ou douleur / sensibilité; somnolence; sommeil de mauvaise qualité; la sensibilité au site de vaccination (y compris les troubles du mouvement)

Commun:

Pyrexie

D’autres événements indésirables précédemment observés chez les nourrissons et les enfants de 6 semaines à 5 ans peuvent également s’appliquer à ce groupe d’âge, mais n’ont pas été observés dans cette étude, probablement en raison de la petite taille de l’échantillon.

Informations supplémentaires dans des populations particulières

Les enfants et les adolescents atteints de drépanocytose, d’infection par le VIH ou de greffe de cellules souches hématopoïétiques ont des fréquences similaires de réactions indésirables, sauf que les maux de tête, les vomissements, la diarrhée, la pyrexie, la fatigue, l’arthralgie et la myalgie sont très fréquents.

Adultes ≥18 ans et les personnes âgées

L’innocuité a été évaluée dans 7 études cliniques incluant 91 593 adultes âgés de 18 à 101 ans. Prevenar 13 a été administré à 48 806 adultes; 2 616 (5,4%) âgés de 50 à 64 ans et 45 291 (92,8%) âgés de 65 ans et plus. L’une des sept études comprenait un groupe d’adultes (n = 899) âgés de 18 à 49 ans qui avaient reçu Prevenar 13 et qui n’avaient pas été vaccinés auparavant avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent. Parmi les 13 bénéficiaires de Prevenar, 1 916 adultes ont déjà été vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent au moins 3 ans avant la vaccination à l’étude, et 46 890 ont été vaccinés contre le polysaccharide pneumococcique 23-valent non vacciné.

Une tendance à réduire la fréquence des effets indésirables était associée à un âge plus élevé. les adultes de plus de 65 ans (quel que soit leur statut vaccinal contre le pneumocoque) ont signalé moins d’effets indésirables que les adultes plus jeunes, les effets indésirables étant généralement les plus fréquents chez les adultes les plus jeunes, âgés de 18 à 29 ans.

Dans l’ensemble, les catégories de fréquence étaient similaires pour tous les groupes d’âge, à l’exception des vomissements qui étaient très fréquents (≥ 1/10) chez les adultes âgés de 18 à 49 ans et communs (≥ 1/100 à <1/10) dans tous les autres groupes. Les groupes d’âge et la pyrexie étaient très fréquents chez les adultes de 18 à 29 ans et communs dans tous les autres groupes d’âge. Une douleur / sensibilité au site de vaccination sévère et une limitation sévère des mouvements du bras étaient très fréquentes chez les adultes de 18 à 39 ans et communes dans tous les autres groupes d’âge.

Les effets indésirables des études cliniques

Des réactions locales et des événements systémiques ont été sollicités quotidiennement après chaque vaccination pendant 14 jours dans 6 études et 7 jours dans l’étude restante. Les fréquences suivantes sont basées sur des réactions défavorables évaluées dans les études cliniques de Prevenar 13 dans les adultes:

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très commun:

Diminution de l’appétit

Troubles du système nerveux:

Très commun:

Maux de tête

Problèmes gastro-intestinaux:

Très commun:

La diarrhée; vomissements (chez les adultes âgés de 18 à 49 ans)

Commun:

Vomissements (chez les adultes de 50 ans et plus)

Rare:

La nausée

Troubles du système immunitaire:

Rare:

Réaction d’hypersensibilité, y compris œdème du visage, dyspnée, bronchospasme

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés:

Très commun:

Téméraire

Troubles généraux et anomalies au site d’administration:

Très commun :

Des frissons; fatigue; érythème au site de vaccination; induration du site de vaccination / gonflement; douleur / sensibilité au site de vaccination (douleur / sensibilité au site de vaccination sévère très fréquente chez les adultes âgés de 18 à 39 ans); limitation du mouvement des bras (limitation sévère des mouvements des bras très fréquente chez les adultes âgés de 18 à 39 ans)

Commun:

Pyrexie (très fréquent chez les adultes de 18 à 29 ans)

Rare:

Lymphadénopathie localisée dans la région du site de vaccination

Affections musculo-squelettiques et du tissu conjonctif:

Très commun:

Arthralgie; myalgie

Dans l’ensemble, aucune différence significative dans les fréquences des effets indésirables n’a été observée lorsque Prevenar 13 a été administré à des adultes préalablement vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique.

Informations supplémentaires dans des populations particulières

Les adultes infectés par le VIH ont des fréquences similaires de réactions indésirables, sauf que la pyrexie et les vomissements étaient très fréquents et que les nausées étaient fréquentes.

Les adultes ayant une greffe de cellules souches hématopoïétiques ont des fréquences similaires de réactions indésirables, sauf que la pyrexie et les vomissements étaient très fréquents.

On a observé une fréquence plus élevée dans certaines réactions systémiques sollicitées lorsque Prevenar 13 était administré en même temps qu’un vaccin antigrippal trivalent inactivé (VTI) comparativement au VTI administré seul (maux de tête, frissons, éruption cutanée, perte d’appétit, arthralgie et myalgie) ou Prevenar 13 administré seul (maux de tête). , fatigue, frissons, diminution de l’appétit et arthralgie).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse: www.mhra.gov.uk/yellowcard ou à rechercher une carte jaune MHRA sur Google Play ou Apple App Store.

4.9 Surdosage

Un surdosage avec Prevenar 13 est peu probable en raison de sa présentation en tant que seringue préremplie. Cependant, chez les nourrissons et les enfants, on a signalé des cas de surdosage avec Prevenar 13 définis comme des doses subséquentes administrées plus près que recommandé à la dose précédente. En général, les effets indésirables rapportés avec un surdosage sont en accord avec ceux qui ont été rapportés avec les doses données dans les schémas pédiatriques recommandés de Prevenar 13.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: vaccins, vaccins antipneumococciques; Code ATC: J07AL02

Prevenar 13 contient les 7 polysaccharides capsulaires pneumococciques qui sont dans Prevenar (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F, 23F) plus 6 polysaccharides supplémentaires (1, 3, 5, 6A, 7F, 19A) tous conjugués au transporteur CRM 197 protéine.

Fardeau de la maladie

Nourrissons et enfants âgés de 6 semaines à 5 ans

Selon la surveillance des sérotypes en Europe réalisée avant l’introduction de Prevenar, Prevenar 13 couvre entre 73 et 100% (selon le pays) des sérotypes provoquant une pneumococcie invasive chez les enfants de moins de 5 ans. Dans ce groupe d’âge, les sérotypes 1, 3, 5, 6A, 7F et 19A représentent entre 15,6% et 59,7% des maladies invasives, selon le pays, la période étudiée et l’utilisation de Prevenar.

L’otite moyenne aiguë (AOM) est une maladie infantile courante avec différentes étiologies. Les bactéries peuvent être responsables de 60 à 70% des épisodes cliniques d’OMA. S. pneumoniae est l’une des causes les plus fréquentes de l’OMA bactérienne dans le monde.

On estime que Prevenar 13 couvre plus de 90% des sérotypes responsables de la PI résistante aux antimicrobiens.

Enfants et adolescents âgés de 6 à 17 ans

Chez les enfants et les adolescents âgés de 6 à 17 ans, l’incidence des infections pneumococciques est faible, mais il existe un risque accru de morbidité et de mortalité chez les personnes ayant des comorbidités sous-jacentes.

Adultes ≥18 ans et les personnes âgées

La pneumonie est la présentation clinique la plus fréquente de la maladie pneumococcique chez les adultes.

L’incidence déclarée de la pneumonie acquise dans la communauté (PAC) et des PI en Europe varie selon les pays, augmente avec l’âge à partir de 50 ans et est plus élevée chez les personnes âgées de 65 ans et plus. S. pneumoniae est la cause la plus fréquente de la PAC et on estime qu’elle est responsable d’environ 30% de tous les cas de PAC nécessitant une hospitalisation chez les adultes dans les pays développés.

La pneumonie bactériémique (environ 80% des cas de PI chez l’adulte), la bactériémie sans foyer et la méningite sont les manifestations les plus fréquentes de PI chez l’adulte. Sur la base des données de surveillance après l’introduction de Prevenar mais avant l’introduction de Prevenar 13 dans les programmes de vaccination infantile, les sérotypes pneumococciques de Prevenar 13 pourraient être responsables d’au moins 50-76% (selon les pays) des IPD chez les adultes.

Le risque de CAP et de PI chez l’adulte augmente également avec des conditions médicales sous-jacentes chroniques, notamment l’asplénie anatomique ou fonctionnelle, le diabète sucré, l’asthme, les maladies cardiovasculaires, pulmonaires, rénales ou hépatiques chroniques, et il est plus élevé chez les personnes immunodéprimées. comme ceux avec des maladies hématologiques malignes ou une infection par le VIH.

Prevenar 13 études cliniques d’immunogénicité chez les nourrissons, les enfants et les adolescents

L’efficacité protectrice de Prevenar 13 contre IPD n’a pas été étudiée. Comme recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’évaluation de l’efficacité potentielle contre la PI chez les nourrissons et les jeunes enfants repose sur une comparaison des réponses immunitaires aux sept sérotypes communs partagés entre Prevenar 13 et Prevenar, pour lesquels une efficacité protectrice a été prouvée (pour l’efficacité de Prevenar (7-valent) chez les nourrissons et les enfants, voir ci-dessous). Les réponses immunitaires aux 6 sérotypes supplémentaires ont également été mesurées.

Réponses immunitaires à la suite d’une série primaire de trois doses pour nourrissons

Des études cliniques ont été menées dans un certain nombre de pays européens et aux États-Unis en utilisant un éventail de calendriers de vaccination, y compris deux études randomisées de non-infériorité (Allemagne utilisant une série primaire de 2, 3 ou 4 mois et , Série primaire de 6 mois [004]). Dans ces deux études, les réponses immunitaires pneumococciques ont été comparées en utilisant un ensemble de critères de non-infériorité incluant le pourcentage de sujets ayant une IgG sérique spécifique au sérotype anti-polysaccharide ≥ 0,35 μg / ml un mois après la série primaire et la comparaison des concentrations moyennes géométriques des IgG. (ELISA GMCs); en outre, les titres d’anticorps fonctionnels (OPA) entre les sujets recevant Prevenar 13 et Prevenar ont été comparés. Pour les six sérotypes supplémentaires, ces valeurs ont été comparées à la réponse la plus faible parmi tous les sept sérotypes communs chez les bénéficiaires de Prevenar.

Les comparaisons de la réponse immunitaire de non-infériorité pour l’étude 006, basées sur la proportion de nourrissons atteignant des concentrations en IgG anti-polysaccharidiques ≥ 0,35 μg / ml, sont présentées dans le tableau 1. Les résultats de l’étude 004 étaient similaires. La non-infériorité de Prevenar 13 (limite inférieure de l’IC 95% pour la différence de pourcentage de répondeurs à 0,35 μg / ml entre les groupes était> -10%) a été démontrée pour les 7 sérotypes communs, sauf pour le sérotype 6B dans l’étude 006 et les sérotypes 6B et 9V dans l’étude 004, qui manquait de peu. Les sept sérotypes communs remplissaient les critères de non-infériorité prédéfinis pour les GMC ELISA IgG. Prevenar 13 a induit des taux d’anticorps comparables, bien que légèrement inférieurs, à ceux de Prevenar pour les sept sérotypes communs. La pertinence clinique de ces différences n’est pas connue.

La non-infériorité a été atteinte pour les 6 sérotypes supplémentaires en fonction de la proportion d’enfants atteignant des concentrations d’anticorps ≥ 0,35 μg / ml et de la comparaison des IgG ELISA GMC dans l’étude 006 et de 5 serotypes sur 6, à l’exception du sérotype 3 Pour l’étude 004. Pour le sérotype 3, les pourcentages de receveurs de Prevenar 13 ayant une IgG sérique ≥ 0,35 μg / ml étaient de 98,2% (étude 006) et de 63,5% (étude 004).

Tableau 1: Comparaison de la proportion de sujets ayant obtenu une concentration d’anticorps IgG anti-polysaccharidique pneumococcique ≥ 0,35 μg / ml après la dose 3 de la série infantile – étude 006

Serotypes

Prevenar 13

%

(N = 282-285)

Prevenar 7-valent

%

(N = 277-279)

Différence

(IC à 95%)

Sérotypes de Prevenar 7-valent

4

98,2

98,2

0,0 (-2,5, 2,6)

6B

77,5

87,1

-9,6 (-16,0, -3,3)

9V

98,6

96,4

2,2 (-0,4, 5,2)

14

98,9

97,5

1,5 (-0,9, 4,1)

18C

97,2

98,6

-1,4 (-4,2, 1,2)

19F

95,8

96,0

-0,3 (-3,8, 3,3)

23F

88,7

89,5

-0,8 (-6,0, 4,5)

Serotypes supplémentaires dans Prevenar 13

1

96,1

87,1 *

9,1 (4,5, 13,9)

3

98,2

87,1

11,2 (7,0, 15,8)

5

93,0

87,1

5,9 (0,8, 11,1)

6A

91,9

87,1

4,8 (-0,3, 10,1)

7F

98,6

87,1

11,5 (7,4, 16,1)

19A

99,3

87,1

12,2 (8,3, 16,8)

* Le sérotype de Prevenar avec le plus faible pourcentage de réponse était de 6B dans l’étude 006 (87,1%).

Prevenar 13 a provoqué des anticorps fonctionnels dirigés contre les 13 sérotypes vaccinaux dans les études 004 et 006. Pour les 7 sérotypes communs, il n’y avait aucune différence entre les groupes dans la proportion de sujets ayant des titres d’OPA ≥ 1: 8. Pour chacun des sept sérotypes communs,> 96% et> 90% des bénéficiaires de Prevenar 13 ont atteint un titre d’OPA ≥ 1: 8 un mois après la série primaire dans les études 006 et 004, respectivement.

Pour chacun des 6 sérotypes supplémentaires, Prevenar 13 a provoqué des titres d’OPA ≥ 1: 8 chez 91,4% à 100% des vaccinés un mois après la série primaire dans les études 004/006. Les titres géométriques moyens des anticorps fonctionnels (OPA) pour les sérotypes 1, 3 et 5 étaient inférieurs aux titres de chacun des autres sérotypes supplémentaires; la pertinence clinique de cette observation pour l’efficacité protectrice est inconnue.

Réponses immunitaires à la suite d’une série primaire de nourrissons à deux doses

L’immunogénicité après deux doses chez les nourrissons a été documentée dans quatre études. La proportion de nourrissons ayant atteint une concentration d’IgG polysaccharidique anti-capsulaire pneumococcique ≥ 0,35 μg / ml un mois après la deuxième dose variait de 79,6% à 98,5% dans 11 des 13 sérotypes vaccinaux. De plus petites proportions de nourrissons ont atteint ce seuil de concentration d’anticorps pour le sérotype 6B (27,9% à 57,3%) et 23F (55,8% à 68,1%) pour toutes les études utilisant un schéma de 2, 4 mois contre 58,4% pour le sérotype 6B et 68,6% pour 23F pour une étude utilisant un régime de 3, 5 mois. Après la dose de rappel, tous les sérotypes vaccinaux, y compris 6B et 23F, présentaient des réponses immunitaires compatibles avec un amorçage adéquat avec une série primaire de deux doses. Dans une étude britannique, les réponses des anticorps fonctionnels (OPA) étaient comparables pour tous les sérotypes incluant 6B et 23F dans les groupes Prevenar et Prevenar 13 après la série primaire à l’âge de deux et quatre mois et après la dose de rappel à 12 mois. Pour les receveurs de Prevenar 13, la proportion de répondeurs ayant un titre d’OPA ≥ 1: 8 était d’au moins 87% après la série infantile et d’au moins 93% après la dose de rappel. Les titres moyens géométriques de l’OPA pour les sérotypes 1, 3 et 5 étaient inférieurs aux titres de chacun des autres sérotypes supplémentaires; la pertinence clinique de cette observation est inconnue.

Réponses de rappel à la suite de séries primaires de nourrissons à deux et trois doses

Après la dose de rappel, les concentrations d’anticorps ont augmenté par rapport au taux de rappel avant l’administration pour les 13 sérotypes. Les concentrations d’anticorps après le rappel étaient plus élevées pour 12 sérotypes que celles obtenues après la série primaire du nourrisson. Ces observations sont en accord avec un amorçage adéquat (induction de la mémoire immunologique). La réponse immunitaire pour le sérotype 3 après la dose de rappel n’a pas été augmentée au-delà des niveaux observés après la série de vaccination des nourrissons; la pertinence clinique de cette observation concernant l’induction de la mémoire immunitaire du sérotype 3 est inconnue.

Les réponses des anticorps aux doses de rappel suivant les séries primaires de nourrissons à deux ou trois doses étaient comparables pour les 13 sérotypes de vaccins.

Pour les enfants âgés de 7 mois à 5 ans, les schémas de vaccination de rattrapage appropriés pour l’âge (décrits dans la section 4.2) conduisent à des taux d’anticorps IgG polysaccharidiques anti-capsulaires pour chacun des 13 sérotypes qui sont au moins comparables à ceux d’un séries primaires de trois doses chez les nourrissons.

La persistance des anticorps et la mémoire immunologique ont été évaluées dans une étude chez des enfants sains ayant reçu une seule dose de Prevenar 13 au moins 2 ans après avoir été préalablement immunisés avec 4 doses de Prevenar, une série de 3 doses de Prevenar suivie de Prevenar 13 à 12 mois, ou 4 doses de Prevenar 13.

La dose unique de Prevenar 13, chez les enfants d’environ 3,4 ans indépendamment des antécédents de vaccination avec Prevenar ou Prevenar 13, a induit une réponse immunitaire robuste pour les 7 sérotypes communs et les 6 sérotypes supplémentaires dans Prevenar 13.

Depuis l’introduction de Prevenar 7-valent en 2000, les données de surveillance des pneumococcies n’ont pas montré que l’immunité provoquée par Prevenar pendant la petite enfance a diminué avec le temps.

Les nourrissons prématurés

L’innocuité et l’immunogénicité de Prevenar 13 administrées à 2, 3, 4 et 12 mois ont été évaluées chez environ 100 nouveau-nés prématurés (âge gestationnel moyen [EGA], 31 semaines, extrêmes: 26 à 36 semaines) et à terme (moyenne EGA, 39 semaines, intervalle, 37 à 42 semaines).

Les réponses immunitaires chez les prématurés et les nourrissons nés à terme ont été comparées en utilisant une concentration d’anticorps fixant les IgG antipneumococciques polysaccharidiques ≥ 0,35 μg / ml 1 mois après la série infantile, l’approche utilisée pour comparer l’immunogénicité de Prevenar 13 à Prevenar selon les recommandations de l’OMS.

Plus de 85% ont atteint une concentration d’anticorps IgG polysaccharidique pneumococcique ≥ 0,35 μg / ml 1 mois après la série infantile, à l’exception des sérotypes 5 (71,7%), 6A (82,7%) et 6B (72,7%) du groupe prématuré. Pour ces 3 sérotypes, la proportion de répondeurs chez les nourrissons prématurés était significativement plus faible que chez les nourrissons nés à terme. Environ un mois après la dose pour les tout-petits, la proportion de sujets de chaque groupe atteignant le même seuil de concentration d’anticorps était> 97%, sauf pour le sérotype 3 (71% chez les prématurés et 79% chez les nourrissons nés à terme). On ne sait pas si la mémoire immunologique de tous les sérotypes est induite chez les nourrissons prématurés. En général, les CMG IgG spécifiques au sérotype étaient plus faibles chez les prématurés que chez les nourrissons nés à terme.

Après la série infantile, les TMG de l’OPA étaient similaires chez les nourrissons prématurés par rapport aux nourrissons nés à terme, sauf pour le sérotype 5, qui était plus faible chez les nourrissons prématurés. Les TMG de l’OPA après la dose chez les tout-petits étaient similaires ou moins élevées pour 4 sérotypes (4, 14, 18C et 19F) et statistiquement significativement plus élevées pour 6 des 13 sérotypes (1, 3, 5, 7F, 9V) et 19A) chez les nourrissons prématurés comparativement à 10 des 13 sérotypes (1, 3, 4, 5, 6A, 7F, 9V, 18C, 19A et 23F) chez les nourrissons nés à terme.

Enfants (12-59 mois) complètement immunisés avec Prevenar (7-valent)

Après l’administration d’une dose unique de Prevenar 13 à des enfants (12-59 mois) considérés comme complètement immunisés par Prevenar (7-valent) (2 ou 3 séries primaires avec rappel), la proportion atteignant des taux sériques d’IgG ≥ 0,35 μg / ml et les titres d’OPA ≥ 1: 8 étaient d’au moins 90%. Cependant, 3 sérotypes (sérotypes 1, 5 et 6A) des 6 sérotypes supplémentaires présentaient des IgG GMC et OPA GMT plus faibles que les enfants ayant reçu au moins une vaccination précédente avec Prevenar 13. La pertinence clinique des GMC et GMT inférieurs est actuellement inconnu.

Enfants non vaccinés (12-23 mois)

Des études chez des enfants non vaccinés (12-23 mois) avec Prevenar (7-valent) ont démontré que 2 doses étaient nécessaires pour atteindre des concentrations sériques en IgG pour 6B et 23F similaires à celles induites par une série de 3 doses pour nourrissons.

Enfants et adolescents de 5 à 17 ans

Dans une étude ouverte chez 592 enfants et adolescents en bonne santé, y compris ceux souffrant d’asthme (17,4%) qui pourraient être prédisposés à une infection pneumococcique, Prevenar 13 a provoqué des réponses immunitaires aux 13 sérotypes. Une dose unique de Prevenar 13 a été administrée à des enfants de 5 à 10 ans préalablement vaccinés avec au moins une dose de Prevenar et à des enfants et des adolescents de 10 à 17 ans n’ayant jamais reçu de vaccin antipneumococcique.

Chez les enfants de 5 à 10 ans et chez les enfants et les adolescents de 10 à 17 ans, la réponse immunitaire à Prevenar 13 était non inférieure à Prevenar pour les 7 sérotypes communs et à Prevenar 13 pour les 6 sérotypes supplémentaires par rapport à la réponse immunitaire après la quatrième dose chez les nourrissons vaccinés aux âges de 2, 4, 6 et 12-15 mois, mesurée par les IgG sériques.

Chez les enfants et adolescents âgés de 10 à 17 ans, les TMG de l’OPA 1 mois après la vaccination n’étaient pas inférieurs aux TMG de l’OPA dans le groupe d’âge de 5 à 10 ans pour 12 des 13 sérotypes (sauf le sérotype 3).

Réponses immunitaires après administration sous-cutanée

L’administration sous-cutanée de Prevenar 13 a été évaluée dans une étude non comparative portant sur 185 nourrissons et enfants japonais en bonne santé ayant reçu 4 doses à l’âge de 2, 4, 6 et 12-15 mois. L’étude a démontré que la sécurité et l’immunogénicité étaient généralement comparables aux observations faites dans les études d’administration intramusculaire.

Prevenar 13 Efficacité

Pneumococcie invasive

Les données publiées par Public Health England ont montré que, quatre ans après l’introduction de Prevenar en tant que primovaccination à deux doses avec rappel pendant la deuxième année de vie et avec une absorption vaccinale de 94%, il y avait 98% (95% IC 95 99) la réduction de la maladie causée par les 7 sérotypes vaccinaux en Angleterre et au Pays de Galles. Par la suite, quatre ans après le passage à Prevenar 13, la réduction supplémentaire de l’incidence des IPD due aux 7 sérotypes dans Prevenar variait de 76% chez les enfants de moins de 2 ans à 91% chez les enfants de 5-14 ans. Les réductions spécifiques au sérotype pour chacun des 5 sérotypes supplémentaires dans Prevenar 13 (aucun cas de DPI de sérotype 5 ont été observées) par groupe d’âge sont présentées dans le tableau 2 et vont de 68% (sérotype 3) à 100% (sérotype 6A) pour les enfants moins de 5 ans. Des réductions significatives de l’incidence ont également été observées dans les groupes plus âgés qui n’avaient pas été vaccinés avec Prevenar 13 (effet indirect).

Tableau 2: Nombre de cas spécifiques de sérotypes et de réductions d’incidence de PI en 2013/14 comparé à 2008 / 09-2009 / 10 (2008/10) par âge en Angleterre et au Pays de Galles

<5 ans

De 5 à 64 ans

≥65 ans

2008-10 §

2013/14 §

% Réduction de l’incidence (IC de 95% *)

2008-10 §

2013/14 §

% Réduction de l’incidence (IC de 95% *)

2008-10 §

2013/14 §

% Réduction de l’incidence (IC de 95% *)

Serotypes supplémentaires couverts par Prevenar 13

1

59 (54)

5 (5)

91%

(98%, 68%) **

458 (382)

77 (71)

83%

(88%, 74%) **

102 (89)

13 (13)

87%

(94%, 72%) **

3

26 (24)

8 (8)

68%

(89%, 6%)

178 (148)

73 (68)

59%

(72%, 38%) **

256 (224)

143 (146)

44%

(57%, 27%) **

6A

10 (9)

0 (0)

100%

(100%, 62%) **

53 (44)

5 (5)

90%

(97%, 56%) **

94 (82)

5 (5)

95%

(99%, 81%) **

7F

90 (82)

8 (8)

91%

(97%, 74%) **

430 (361)

160 (148)

63%

(71%, 50%) **

173 (152)

75 (77)

56%

(70%, 37%) **

19A

85 (77)

7 (7)

91%

(97%, 75%) **

225 (191)

104 (97)

54%

(65%, 32%) **

279 (246)

97 (99)

65%

(75%, 53%) **

§ Corrigé de la proportion d’échantillons sérotypés, d’âge manquant, de dénominateur par rapport à 2009/10 et de la tendance de la maladie pneumococcique invasive totale jusqu’en 2009/10 (après laquelle aucune correction de tendance n’a été appliquée).

* IC à 95% gonflé à partir d’un intervalle de Poisson basé sur la sur-dispersion de 2,1 observé à partir de la modélisation des données IPD pré-Prevenar 2000-06.

** p <0,005 pour couvrir 6A où p = 0,002

Otite moyenne (OM)

Dans une étude publiée en Israël, utilisant une série primaire de 2 doses plus dose de rappel pendant la deuxième année de vie, l’impact de Prevenar 13 sur l’OM a été documenté dans un système de surveillance active basé sur la population avec tympanocentèse chez les enfants israéliens de moins de 2 ans avec OM.

Après l’introduction de Prevenar et ensuite de Prevenar 13, l’incidence a diminué de 2,1 à 0,1 cas pour 1000 enfants (95%) pour les sérotypes Prevenar plus serotype 6A et une baisse de l’incidence de 0,9 à 0,1 cas pour 1000 enfants (89% ) pour les sérotypes supplémentaires 1, 3, 5, 7F et 19A de Prevenar 13. L’incidence globale annuelle de pneumocoques de l’OM est passée de 9,6 à 2,1 cas pour 1 000 enfants (78%) entre juillet 2004 (avant l’introduction de Prevenar) et juin 2013 (après l’introduction de Prevenar 13).

Pneumonie

Dans une étude observationnelle multicentrique en France comparant les périodes avant et après le passage de Prevenar à Prevenar 13, il y a eu 16% (2060 à 1725 cas) de réduction dans tous les cas de pneumonie communautaire (CAP) dans les services d’urgence chez les enfants. ans. Les réductions étaient de 53% (167 à 79 cas) (p <0,001) pour les cas de PAC avec épanchement pleural et de 63% (64 à 24 cas) (p <0,001) pour les cas de pneumococcie confirmée microbiologiquement. Au cours de la deuxième année après l’introduction de Prevenar 13, le nombre total de cas de CAP dus aux 6 sérotypes vaccinaux supplémentaires dans Prevenar 13 a été réduit de 27 à 7 isolats (74%).

La diminution des cas de pneumonie toutes causes confondues était plus prononcée dans les groupes d’âge vaccinés plus jeunes avec une diminution de 31,8% (757 à 516 cas) et 16,6% (833 à 695 cas) dans les groupes d’âge <2 ans et 2 à 5 ans, respectivement. L’incidence chez les enfants plus âgés, principalement non vaccinés (> 5 ans) n’a pas changé au cours de la durée de l’étude.

Dans un système de surveillance continue (2004 à 2013) pour documenter l’impact de Prevenar et de Prevenar 13 sur la CAP chez les enfants de moins de 5 ans dans le sud d’Israël en utilisant une série primaire de 2 doses avec une dose de rappel pendant la deuxième année de vie, une réduction de 68% (95% IC 73; 61) des consultations externes et de 32% (IC 95% 39; 22) des hospitalisations pour CAP alvéolaire après l’introduction de Prevenar 13 par rapport à la période précédant l’introduction de Prevenar.

Effet sur le transport rhinopharyngé

Dans une étude de surveillance menée en France chez des enfants présentant une otite moyenne aiguë, les modifications du portage rhinopharyngé (NP) des sérotypes pneumococciques ont été évaluées après l’introduction de Prevenar (7-valent) puis de Prevenar 13. Prevenar 13 sérotypes supplémentaires (et sérotype 6C) combinés et sérotypes individuels 6C, 7F, 19A par rapport à Prevenar. Une réduction du portage a également été observée pour le sérotype 3 (2,5% vs 1,1%, p = 0,1). Aucun transport des sérotypes 1 et 5 n’a été observé.

L’effet de la vaccination antipneumococcique conjuguée sur le portage rhinopharyngé a été étudié dans une étude randomisée en double aveugle dans laquelle les nourrissons ont reçu soit Prevenar 13 ou Prevenar (7-valent) à 2, 4, 6 et 12 mois en Israël. Prevenar 13 a significativement réduit l’acquisition de NP nouvellement identifiée des 6 sérotypes supplémentaires (et du sérotype 6C) combinés et des sérotypes individuels 1, 6A, 6C, 7F, 19A par rapport à Prevenar. Il n’y avait pas de réduction dans le sérotype 3 et pour le sérotype 5, la colonisation était trop peu fréquente pour évaluer l’impact. Pour 6 des 7 sérotypes communs restants, des taux similaires d’acquisition de NP ont été observés dans les deux groupes de vaccins; pour le sérotype 19F, une réduction significative a été observée.

Dans cette étude, des réductions des sérotypes 19A, 19F et 6A de S. pneumoniae non sensibles à un certain nombre d’antibiotiques ont été documentées. Les réductions ont varié entre 34% et 62% selon le sérotype et l’antibiotique.

L’efficacité protectrice de Prevenar (vaccin 7-valent) chez les nourrissons et les enfants

L’efficacité de Prevenar 7-valent a été évaluée dans deux études majeures – l’étude Northern California Kaiser Permanente (NCKP) et l’étude finlandaise Otitis Media (FinOM). Les deux études étaient randomisées, en double aveugle, contrôle actif dans lequel les nourrissons ont été randomisés pour recevoir le vaccin Prevenar ou le vaccin témoin (NCKP, vaccin contre le méningocoque du sérogroupe C conjugué à la CRM [MnCC], FinOM, vaccin contre l’hépatite B) en quatre doses. séries à 2, 4, 6 et 12-15 mois. Les résultats d’efficacité de ces études (pour la pneumococcie invasive, la pneumonie et l’otite moyenne aiguë) sont présentés ci-dessous (Tableau 3).

Tableau 3: Résumé de l’efficacité de Prevenar 7-valent 1

Tester

N

VE 2

95% CI

NCKP: Vaccin-sérotype IPD 3

30 258

97%

85, 100

NCKP: Pneumonie clinique avec radiographie thoracique anormale

23 746

35%

4, 56

NCKP: Otite moyenne aiguë (AOM) 4

23 746

Total des épisodes

7%

4, 10

AOM récurrentes (3 épisodes en 6 mois, ou 4 épisodes en 1 an)

9%

3, 15

OMA récurrente (5 épisodes en 6 mois ou 6 épisodes en 1 an)

23%

7, 36

Placement de tube de tympanostomie

20%

2, 35

FINOM: AOM

1 662

Total des épisodes

6%

-4, 16

Tous les AOM pneumococciques

34%

21, 45

Vaccin-sérotype AOM

57%

44, 67

1 par protocole

2 Efficacité du vaccin

Du 3 octobre 1995 au 20 avril 1999

4 octobre 1995 au 30 avril 1998

Efficacité de Prevenar (7-valent)

L’efficacité (directe et indirecte) de Prevenar 7-valent contre la maladie pneumococcique a été évaluée dans des programmes d’immunisation primaires à trois doses et à deux doses pour nourrissons, chacun avec des doses de rappel (Tableau 4). Suite à l’utilisation répandue de Prevenar, l’incidence de IPD a été constamment et considérablement réduite.

En utilisant la méthode de dépistage, les estimations d’efficacité spécifiques au sérotype pour 2 doses chez les moins de 1 an au Royaume-Uni étaient 66% (-29, 91%) et 100% (25, 100%) pour les sérotypes 6B et 23F, respectivement.

Tableau 4: Résumé de l’efficacité de Prevenar 7-valent pour la maladie pneumococcique invasive

Pays

(année d’introduction)

Calendrier recommandé

Réduction de la maladie,%

95% CI

Royaume-Uni (Angleterre et pays de Galles) 1 (2006)

2, 4, + 13 mois

Sérotypes de vaccins :

Deux doses de moins de 1 an: 85%

49, 95%

États-Unis (2000)

Enfants <5 2

Personnes ≥ 65 3

2, 4, 6, + 12-15 mois

Sérotypes vaccinaux: 98%

Tous les sérotypes: 77%

Sérotypes vaccinaux: 76%

Tous les sérotypes: 38%

97, 99%

73, 79%

N / A

N / A

Canada (Québec) 4 (2004)

2, 4, + 12 mois

Tous les sérotypes: 73%

Sérotypes de vaccins :

Série infantile à 2 doses: 99%

Calendrier complété: 100%

N / A

92, 100%

82, 100%

1 Enfants <2 ans. Efficacité vaccinale calculée en juin 2008 (méthode de Broome).

2 données de 2005.

3 données de 2004.

4 Enfants <5 ans. Janvier 2005 à décembre 2007. Efficacité complète pour l’horaire de routine 2 + 1 pas encore disponible.

Otite moyenne aiguë

L’efficacité de Prevenar dans un calendrier 3 + 1 a également été observée contre l’otite moyenne aiguë et la pneumonie depuis son introduction dans un programme national de vaccination. Dans une évaluation rétrospective d’une grande base de données d’assurance américaine, les visites d’OMA ont été réduites de 42,7% (IC à 95%, 42,4-43,1%) et les ordonnances d’OMA de 41,9% chez les enfants de moins de 2 ans. base de référence (2004 vs 1997-99). Dans une analyse similaire, les hospitalisations et les visites ambulatoires pour la pneumonie toutes causes ont été réduites de 52,4% et 41,1%, respectivement. Pour les événements spécifiquement identifiés comme pneumonie à pneumocoque, les réductions observées des hospitalisations et des visites ambulatoires étaient de 57,6% et de 46,9%, respectivement, chez les enfants de moins de 2 ans, comparativement à une base de référence avant l’homologation (2004 vs 1997-99) . Bien que les analyses observationnelles de ce type ne permettent pas de déduire la relation de cause à effet directe, ces résultats suggèrent que Prevenar joue un rôle important dans la réduction du fardeau de la maladie des muqueuses (OMA et pneumonie) dans la population cible.

Étude d’efficacité chez les adultes de 65 ans et plus

L’efficacité contre la PAC antipneumococcique de type vaccinal (VT) et la PI a été évaluée dans une étude randomisée à double insu, contrôlée par placebo, à grande échelle (essai communautaire d’immunisation contre la pneumonie chez l’adulte – CAPiTA) aux Pays-Bas. 84 496 sujets de 65 ans et plus ont reçu une seule vaccination de Prevenar 13 ou d’un placebo dans une randomisation de 1: 1.

L’étude CAPiTA a recruté des volontaires âgés de 65 ans ou plus dont les caractéristiques démographiques et de santé peuvent différer de celles qui cherchent à se faire vacciner.

Un premier épisode de pneumonie pulmonaire confirmée par radiographie pulmonaire a été identifié chez environ 2% de cette population (n = 1 814 sujets), dont 329 cas confirmés de pneumococcie CAP et 182 cas de pneumococcie PAC VT selon le protocole et l’intention modifiée de traiter les populations (mITT). Pour le critère principal (population par protocole), il y a eu 139 (49 Prevenar 13: 90 Placebo) premiers épisodes de VT-CAP avec une efficacité de 45,56% (IC à 95,2%, 21,82-62,49, p = 0,0006).

L’efficacité a également été démontrée pour les deux paramètres secondaires dans la population per protocole. Pour le critère d’évaluation secondaire du PAC pneumococcique non bactérien / non invasif (NB / NI), il y a eu 93 (33 Prevenar 13: 60 Placebo) premiers cas de pneumonie à pneumocoque NB / NI VT entraînant une efficacité de 45,00% (IC à 95,2%). 14,21-65,31, p = 0,0067). Pour le critère secondaire IPD, il y avait 35 (7 Prevenar 13: 28 Placebo) premiers épisodes de VT-IPD, résultant en une efficacité de 75,00% (IC 95,2%, 41,06-90,87, p = 0,0005).

La durée de l’efficacité protectrice contre un premier épisode de PAC pneumococcique VT, de PAC NB / NI VT pneumococcique et de VT-IPD s’est étendue tout au long de l’étude de 4 ans.

L’étude n’a pas été conçue pour démontrer l’efficacité dans des sous-groupes, et le nombre de sujets ≥ 85 ans n’était pas suffisant pour démontrer l’efficacité dans ce groupe d’âge.

Études d’immunogénicité chez les adultes âgés de 18 ans et plus et les personnes âgées

Chez les adultes, un seuil d’anticorps de la concentration d’anticorps liant le polysaccharide pneumococcique spécifique du sérotype IgG associé à la protection n’a pas été défini. Pour tous les essais cliniques pivots, un test d’opsonophagocytose spécifique au sérotype (OPA) a été utilisé comme substitut pour évaluer l’efficacité potentielle contre les pneumococcies invasives et la pneumonie. Les moyennes géométriques OPA (GMT) mesurées 1 mois après chaque vaccination ont été calculées. Les titres d’OPA sont exprimés comme l’inverse de la dilution la plus élevée du sérum qui réduit la survie des pneumocoques d’au moins 50%.

Les essais pivots de Prevenar 13 ont été conçus pour montrer que les réponses d’anticorps OPA fonctionnelles pour les 13 sérotypes sont non inférieures, et pour certains sérotypes supérieurs, aux 12 sérotypes communs au vaccin polysaccharidique pneumococcique homologué 23-valent [1, 3, 4 , 5, 6B, 7F, 9V, 14, 18C, 19A, 19F, 23F] un mois après l’administration du vaccin. La réponse au sérotype 6A, qui est unique à Prevenar 13, a été évaluée par la mise en évidence d’une augmentation de 4 fois du titre d’OPA spécifique au-dessus des niveaux pré-immunisés.

Cinq études cliniques ont été menées en Europe et aux Etats-Unis évaluant l’immunogénicité de Prevenar 13 dans différents groupes d’âge allant de 18 à 95 ans. Les études cliniques avec Prevenar 13 fournissent actuellement des données d’immunogénicité chez les adultes âgés de 18 ans et plus, y compris les adultes âgés de 65 ans et plus ayant déjà été vaccinés avec une ou plusieurs doses de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent, 5 ans avant l’enrôlement. Chaque étude a inclus des adultes en bonne santé et des adultes immunocompétents avec des conditions sous-jacentes stables prédisposant à une infection pneumococcique (maladie cardiovasculaire chronique, maladie pulmonaire chronique incluant l’asthme, troubles rénaux et diabète sucré, maladie hépatique chronique incluant une maladie hépatique alcoolique), et les adultes présentant des facteurs de risque tels que le tabagisme et l’abus d’alcool.

L’immunogénicité et l’innocuité de Prevenar 13 ont été démontrées chez des adultes âgés de 18 ans et plus, y compris ceux ayant déjà été vaccinés avec un vaccin antipneumococcique polysaccharidique.

Adultes n’ayant jamais été vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23valent

Dans un essai comparatif en tête-à-tête mené chez des adultes âgés de 60 à 64 ans, les sujets ont reçu une dose unique de vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Prevenar 13 ou 23-valent. Dans la même étude, un autre groupe d’adultes âgés de 50 à 59 ans et un autre groupe d’adultes âgés de 18 à 49 ans ont reçu une dose unique de Prevenar 13.

Le tableau 5 compare les TMG de l’OPA, 1 mois après la dose, chez les 60-64 ans, soit avec une dose unique de vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Prevenar 13 ou 23-valent, soit chez les 50-59 ans recevant une dose unique de Prevenar 13 .

Tableau 5: GMT de l’OPA chez les adultes âgés de 60 à 64 ans ayant reçu le vaccin antipneumococcique antipneumococcique Prevenar 13 ou 23 (PPSV23) et chez les adultes âgés de 50 à 59 ans traités par Prevenar 13 a, b, c

Prevenar 13

Prevenar 13

PPSV23

Prevenar 13

50-59 par rapport à 60-64 ans

Prevenar 13 Relatif à PPSV23, 60-64 Ans

50-59 ans

N = 350-384

60-64 ans

N = 359-404

60-64 ans

N = 367-402

Sérotype

GMT

GMT

GMT

GMR

(IC à 95%)

GMR

(IC à 95%)

1

200

146

104

1,4

(1,08, 1,73)

1,4

(1.10, 1.78)

3

91

93

85

1.0

(0,81, 1,19)

1.1

(0,90, 1,32)

4

2833

2062

1295

1,4

(1,07, 1,77)

1.6

(1.19, 2.13)

5

269

199

162

1,4

(1,01, 1,80)

1,2

(0,93, 1,62)

6A

4328

2593

213

1.7

(1,30, 2,15)

12,1

(8.63, 17.08)

6B

3212

1984

788

1.6

(1.24, 2.12)

2,5

(1,82, 3,48)

7F

1520

1120

405

1,4

(1,03, 1,79)

2,8

(1,98, 3,87)

9V

1726

1164

407

1,5

(1.11, 1.98)

2,9

(2,00, 4,08)

14

957

612

692

1.6

(1.16, 2.12)

0,9

(0,64, 1,21)

18C

1939

1726

925

1.1

(0,86, 1,47)

1,9

(1,39, 2,51)

19A

956

682

352

1,4

(1,16, 1,69)

1,9

(1,56, 2,41)

19F

599

517

539

1,2

(0,87, 1,54)

1.0

(0,72, 1,28)

23F

494

375

72

1,3

(0,94, 1,84)

5.2

(3,67, 7,33)

La non-infériorité a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour GMR supérieure à 0,5.

b La réponse statistiquement significativement plus élevée a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour la RMS supérieure à 1.

c Pour le sérotype 6A , qui est unique à Prevenar 13, une réponse statistiquement significativement plus élevée a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour le GMR étant supérieure à 2.

Chez les adultes âgés de 60 à 64 ans, les TMG de l’OPA dirigées contre Prevenar 13 étaient non inférieures aux TMG de l’OPA induites par le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent pour les douze sérotypes communs aux deux vaccins. Pour 9 sérotypes, les titres de l’OPA ont été statistiquement significativement plus élevés chez les receveurs de Prevenar 13.

Chez les adultes âgés de 50 à 59 ans, les GMT de l’OPA des 13 sérotypes de Prevenar 13 étaient non inférieurs aux réponses de Prevenar 13 chez les adultes âgés de 60 à 64 ans. Pour 9 sérotypes, les réponses immunitaires étaient liées à l’âge, les adultes du groupe des 50-59 ans présentant des réponses statistiquement significativement plus élevées que les adultes âgés de 60 à 64 ans.

Chez tous les adultes de 50 ans et plus ayant reçu une dose unique de Prevenar 13, les titres OPA de sérotype 6A étaient significativement plus élevés que chez les adultes de 60 ans et plus ayant reçu une seule dose de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent.

Un an après la vaccination avec Prevenar 13, les titres d’OPA avaient diminué par rapport à un mois après la vaccination, cependant, les titres d’OPA pour tous les sérotypes sont restés plus élevés que les taux au départ:

Niveaux GMT OPA à la ligne de base

Niveaux OPA GMT un an après Prevenar 13

Adultes de 50 à 59 ans non vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent

5 à 45

20 à 1234

Adultes de 60 à 64 ans non vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent

5 à 37

19 à 733

Le tableau 6 montre les GMT de l’OPA 1 mois après une dose unique de Prevenar 13 chez les 18-49 ans par rapport aux 60-64 ans.

Tableau 6: TMG de l’OPA chez les adultes âgés de 18 à 49 ans et de 60 à 64 ans traités par Prevenar 13 a, b

18-49 ans

N = 836-866

60-64 ans

N = 359-404

18-49 ans

Par rapport à 60-64 ans

Sérotype

GMT b

GMT b

GMR

(IC 95% c )

1

353

146

2,4

(2,03, 2,87)

3

91

93

1.0

(0,84, 1,13)

4

4747

2062

2,3

(1,92, 2,76)

5

386

199

1,9

(1,55, 2,42)

6A

5746

2593

2,2

(1,84, 2,67)

6B

9813

1984

4,9

(4,13, 5,93)

7F

3249

1120

2,9

(2,41, 3,49)

9V

3339

1164

2,9

(2,34, 3,52)

14

2983

612

4,9

(4,01, 5,93)

18C

3989

1726

2,3

(1,91, 2,79)

19A

1580

682

2,3

(2,02, 2,66)

19F

1533

517

3,0

(2,44, 3,60)

23F

1570

375

4,2

(3,31, 5,31)

La non-infériorité a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour GMR supérieure à 0,5.

b La réponse statistiquement significativement plus élevée a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour la RMS supérieure à 1.

c Les intervalles de confiance (IC) pour le ratio sont des transformations arrières d’un intervalle de confiance basé sur la distribution t de Student pour la différence moyenne des logarithmes des mesures.

Chez les adultes âgés de 18 à 49 ans, les TMG de l’OPA des 13 sérotypes de Prevenar 13 étaient non inférieures aux réponses de Prevenar 13 chez les adultes âgés de 60 à 64 ans.

Un an après la vaccination avec Prevenar 13, les titres d’OPA avaient diminué par rapport à un mois après la vaccination, cependant les titres d’OPA pour tous les sérotypes sont restés plus élevés que les taux au départ.

Niveaux GMT OPA à la ligne de base

Niveaux OPA GMT un an après Prevenar 13

Adultes de 18 à 49 ans non vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent

5 à 186

23 à 2948

Adultes ayant déjà été vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23valent

Les réponses immunitaires au vaccin polysaccharidique pneumococcique Prevenar 13 et 23 valent ont été comparées dans un essai en tête à tête chez des adultes âgés de 70 ans et plus ayant reçu une dose unique de vaccin antipneumococcique polysaccharidique au moins 5 ans avant la vaccination.

Le tableau 7 compare les TMG de l’OPA, 1 mois après la dose, chez des adultes vaccinés contre le polysaccharide pneumococcique âgés de 70 ans et plus ayant reçu une seule dose du vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Prevenar 13 ou 23-valent.

Tableau 7: GMT de l’OPA chez les adultes vaccinés contre le polysaccharide pneumococcique âgés de ≥ 70 ans ayant reçu le vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Prevenar 13 ou 23valent (PPSV23) a, b, c

Prevenar 13

N = 400-426

PPSV23

N = 395-445

Prevenar OPA GMT

Relatif à PPSV23

Sérotype

OPA GMT

OPA GMT

GMR

(IC à 95%)

1

81

55

1,5

(1,17, 1,88)

3

55

49

1.1

(0,91, 1,35)

4

545

203

2,7

(1,93, 3,74)

5

72

36

2,0

(1,55, 2,63)

6A

903

94

9,6

(7h00, 13h26)

6B

1261

417

3,0

(2,21, 4,13)

7F

245

160

1,5

(1,07, 2,18)

9V

181

90

2,0

(1,36, 2,97)

14

280

285

1.0

(0,73, 1,33)

18C

907

481

1,9

(1,42, 2,50)

19A

354

200

1.8

(1,43, 2,20)

19F

333

214

1.6

(1,17, 2,06)

23F

158

43

3,7

(2,69, 5,09)

La non-infériorité a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour GMR supérieure à 0,5.

b La réponse statistiquement significativement plus élevée a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour la RMS supérieure à 1.

c Pour le sérotype 6A , qui est unique à Prevenar 13, une réponse statistiquement significativement supérieure a été définie comme étant la limite inférieure de l’IC à 95% bilatéral pour la RMS supérieure à 2.

Chez les adultes vaccinés avec un vaccin antipneumococcique polysaccharidique au moins 5 ans avant l’étude clinique, les GMT OPA dirigés contre Prevenar 13 étaient non inférieurs aux réponses vaccinales polysaccharidiques pneumococciques 23 valences pour les 12 sérotypes communs. De plus, dans cette étude, des GMT OPA statistiquement significativement plus élevés ont été démontrés pour 10 des 12 sérotypes communs. Les réponses immunitaires au sérotype 6A étaient statistiquement significativement plus élevées après la vaccination avec Prevenar 13 qu’après le vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent.

Un an après la vaccination par Prevenar 13 chez les adultes de 70 ans et plus vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent, au moins 5 ans avant l’entrée dans l’étude, les titres d’OPA avaient diminué par rapport à un mois après la vaccination. tous les sérotypes sont restés plus élevés que les niveaux au départ:

Niveaux GMT OPA à la ligne de base

Niveaux OPA GMT un an après Prevenar 13

Adultes ≥ 70 ans vaccinés avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent au moins 5 ans

9 à 122

18 à 381

Réponses immunitaires dans les populations particulières

Les personnes atteintes des maladies décrites ci-dessous ont un risque accru de pneumococcie. La pertinence clinique des niveaux d’anticorps provoqués par Prevenar 13 dans ces populations spéciales est inconnue.

Drépanocytose

Une étude en ouvert sur un bras en France, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis, Liban, Egypte et Arabie Saoudite avec 2 doses de Prevenar 13 administrées à 6 mois d’intervalle a été réalisée chez 158 enfants de 6 à 18 ans atteints de drépanocytose. qui ont déjà été vaccinés avec une ou plusieurs doses de vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent au moins 6 mois avant l’enrôlement. Après la première vaccination, Prevenar 13 a induit des niveaux d’anticorps mesurés par les GMC IgG et les GMT OPA qui étaient significativement plus élevés statistiquement par rapport aux niveaux avant la vaccination. Après la deuxième dose, les réponses immunitaires étaient comparables à celles observées après la première dose. Un an après la deuxième dose, les niveaux d’anticorps mesurés par les GMC IgG et les GMT OPA étaient plus élevés que les niveaux avant la première dose de Prevenar 13, sauf pour les GMC IgG pour les sérotypes 3 et 5 qui étaient numériquement similaires.

Données additionnelles d’immunogénicité de Prevenar (7-valent): enfants atteints de drépanocytose

L’immunogénicité de Prevenar a été étudiée dans une étude multicentrique en ouvert chez 49 nourrissons atteints de drépanocytose. Les enfants ont été vaccinés avec Prevenar (3 doses à un mois d’intervalle de l’âge de 2 mois), 46 de ces enfants ont également reçu un vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent à l’âge de 15-18 mois. Après l’immunisation primaire, 95,6% des sujets avaient des taux d’anticorps d’au moins 0,35 μg / ml pour les sept sérotypes trouvés dans Prevenar. Une augmentation significative a été observée dans les concentrations d’anticorps contre les sept sérotypes après la vaccination polysaccharidique, suggérant que la mémoire immunologique était bien établie.

Infection par le VIH

Enfants et adultes non vaccinés avec un vaccin antipneumococcique

Enfants infectés par le VIH et adultes atteints de CD4 ≥ 200 cellules / μL (moyenne de 717,0 cellules / μL), charge virale <50 000 copies / ml (moyenne de 2090,0 copies / ml), sans maladie active liée au SIDA et n’ayant jamais été vaccinés contre le pneumocoque Le vaccin a reçu 3 doses de Prevenar 13. Conformément aux recommandations générales, une dose unique de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent a ensuite été administrée. Les vaccins ont été administrés à des intervalles d’un mois. Les réponses immunitaires ont été évaluées chez 259-270 sujets évaluables environ 1 mois après chaque dose de vaccin. Après la première dose, Prevenar 13 a provoqué des taux d’anticorps, mesurés par les GMC IgG et les GMT OPA qui étaient statistiquement significativement plus élevés que les niveaux avant la vaccination. Après les deuxième et troisième doses de Prevenar 13, les réponses immunitaires étaient similaires ou supérieures à celles observées après la première dose.

Adultes ayant déjà été vaccinés avec un vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent

Adultes infectés par le VIH ≥18 ans avec CD4 ≥200 cellules / μL (moyenne 609,1 cellules / μL) et une charge virale <50 000 copies / ml (moyenne 330,6 copies / ml), qui étaient exempts de maladies liées au SIDA et étaient vaccinés antérieurement avec le vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent administré au moins 6 mois avant l’enrôlement, ont reçu 3 doses de Prevenar 13, à l’enrôlement, 6 mois et 12 mois après la première dose de Prevenar 13. Les réponses immunitaires ont été évaluées en 231-255 Les sujets évaluables environ 1 mois après chaque dose de Prevenar 13. Après la première dose, Prevenar 13 a induit des niveaux d’anticorps mesurés par les GMC IgG et les GMT OPA qui étaient significativement plus élevés statistiquement par rapport aux niveaux avant la vaccination. Après les deuxième et troisième doses de Prevenar 13, les réponses immunitaires étaient comparables ou supérieures à celles observées après la première dose. Dans l’étude, 162 sujets avaient reçu une dose antérieure de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent, 143 sujets 2 doses antérieures et 26 sujets plus de 2 doses antérieures de vaccin polysaccharidique 23-valent. Les sujets qui ont reçu au moins deux doses précédentes de vaccin antipneumococcique polysaccharidique 23-valent ont présenté une réponse immunitaire similaire à celle des sujets ayant reçu une seule dose précédente.

Greffe de cellules souches hématopoïétiques

Chez les enfants et les adultes porteurs d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques allogéniques à ≥ 2 ans avec rémission hématologique complète de la maladie sous-jacente ou avec une très bonne rémission partielle dans le lymphome et le myélome, trois doses de Prevenar 13 ont été administrées à un intervalle de au moins 1 mois entre les doses. La première dose a été administrée entre 3 et 6 mois après la GCSH. Une quatrième dose (de rappel) de Prevenar 13 a été administrée 6 mois après la troisième dose. Conformément aux recommandations générales, une dose unique de vaccin polysaccharidique pneumococcique 23-valent a été administrée 1 mois après la quatrième dose de Prevenar 13. Les réponses immunitaires mesurées par les GMC IgG ont été évaluées chez 168-211 sujets évaluables environ 1 mois après la vaccination. Prevenar 13 a provoqué une augmentation des taux d’anticorps après chaque dose de Prevenar 13. Les réponses immunitaires après la quatrième dose de Prevenar 13 ont été significativement augmentées pour tous les sérotypes par rapport à après la troisième dose. Les titres d’anticorps fonctionnels (titres OPA) n’ont pas été mesurés dans cette étude.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

N’est pas applicable.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques n’ont révélé aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à dose unique ou répétée, de tolérance locale et de toxicité pour la reproduction et le développement.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Chlorure de sodium

Acide succinique

Polysorbate 80

Eau pour les injections

Pour l’adjuvant, voir la section 2.

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C).

Ne pas congeler.

Prevenar 13 est stable à des températures allant jusqu’à 25 ° C pendant quatre jours. À la fin de cette période, Prevenar 13 doit être utilisé ou mis au rebut. Ces données sont destinées à guider les professionnels de la santé en cas d’excursions thermiques temporaires.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

0,5 ml de suspension injectable en seringue préremplie (verre de type I) avec un bouchon-piston (caoutchouc chlorobutyle sans latex) et un capuchon de protection (caoutchouc isoprène-bromobutyle sans latex).

Conditionnements de 1 et 10, avec ou sans aiguille, et un emballage multiple de 5 paquets, contenant chacun 10 seringues préremplies, avec ou sans aiguille.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pendant le stockage, un dépôt blanc et un surnageant clair peuvent être observés. Cela ne constitue pas un signe de détérioration.

Le vaccin doit être bien agité pour obtenir une suspension blanche homogène avant d’expulser l’air de la seringue, et doit être inspecté visuellement pour détecter toute particule et / ou variation de l’aspect physique avant l’administration. Ne pas utiliser si le contenu apparaît autrement.

Pas d’exigences particulières pour l’élimination.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Pfizer Limitée

Ramsgate Road

Sandwich

Kent CT13 9NJ

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

EU / 1/09/590/001

EU / 1/09/590/002

EU / 1/09/590/003

EU / 1/09/590/004

EU / 1/09/590/005

EU / 1/09/590/006

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 09 décembre 2009

Date du dernier renouvellement: 18 septembre 2014

10. Date de révision du texte

01/2018

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu

Réf: PN 20_0