Paroxetine 30 mg comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Paroxetine 30 mg comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 30 mg de paroxétine (sous forme de chlorhydrate de paroxétine anhydre).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Comprimé blanc, convexe, pelliculé, portant l’inscription «P 3» gravée sur une face, et «G» sur l’autre, d’environ 9,5 mm de diamètre.

La ligne de score est seulement pour faciliter la rupture pour faciliter la déglutition et ne pas diviser en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement de

– Épisode dépressif majeur

– Trouble obsessionnel compulsif

– Trouble panique avec ou sans agoraphobie

– Anxiété sociale / Phobie sociale

– Trouble d’anxiété généralisée

– Trouble de stress post-traumatique

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Afin d’atteindre les doses recommandées, d’autres forces sont disponibles.

ÉPISODE DEPRESSIF MAJEUR

La dose recommandée est de 20 mg par jour. En général, l’amélioration chez les patients commence après une semaine, mais peut seulement devenir évidente à partir de la deuxième semaine de traitement.

Comme avec tous les médicaments antidépresseurs, la posologie doit être revue et ajustée si nécessaire dans les 3 à 4 semaines suivant le début du traitement, puis jugée cliniquement appropriée. Chez certains patients, avec une réponse insuffisante à 20 mg, la dose peut être augmentée progressivement jusqu’à un maximum de 50 mg par jour par paliers de 10 mg selon la réponse du patient.

Les patients souffrant de dépression devraient être traités pendant une période suffisante d’au moins 6 mois pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes.

TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF

La dose recommandée est de 40 mg par jour. Les patients doivent commencer à 20 mg / jour et la dose peut être augmentée progressivement par paliers de 10 mg jusqu’à la dose recommandée. Si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation graduelle de leur dose jusqu’à un maximum de 60 mg / jour.

Les patients atteints d’un trouble obsessionnel-compulsif doivent être traités pendant une période suffisante pour s’assurer qu’ils ne présentent aucun symptôme. Cette période peut être de plusieurs mois ou même plus (voir section 5.1).

TROUBLE PANIQUE

La dose recommandée est de 40 mg par jour. Les patients doivent être débutés à raison de 10 mg / jour et la dose progressivement augmentée par paliers de 10 mg en fonction de la réponse du patient jusqu’à la dose recommandée. Une dose de départ initiale faible est recommandée pour minimiser l’aggravation potentielle de la symptomatologie de panique, qui est généralement reconnue comme se produisant tôt dans le traitement de ce trouble. Si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation graduelle de leur dose jusqu’à un maximum de 60 mg / jour.

Les patients souffrant de trouble panique doivent être traités pendant une période suffisante pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes. Cette période peut être de plusieurs mois ou même plus (voir section 5.1).

TROUBLE DE L’ANXIÉTÉ SOCIALE / PHOBIE SOCIALE

La dose recommandée est de 20 mg par jour. Si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation progressive de leur dose par paliers de 10 mg jusqu’à un maximum de 50 mg / jour. L’utilisation à long terme doit être régulièrement évaluée (voir rubrique 5.1).

TROUBLE DE L’ANXIÉTÉ GÉNÉRALISÉE

La dose recommandée est de 20 mg par jour. Si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation progressive de leur dose par paliers de 10 mg jusqu’à un maximum de 50 mg / jour. L’utilisation à long terme doit être régulièrement évaluée (voir rubrique 5.1).

TROUBLE DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

La dose recommandée est de 20 mg par jour. Si après quelques semaines à la dose recommandée, une réponse insuffisante est observée, certains patients peuvent bénéficier d’une augmentation progressive de leur dose par paliers de 10 mg jusqu’à un maximum de 50 mg / jour. L’utilisation à long terme doit être régulièrement évaluée (voir rubrique 5.1).

INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYMPTÔMES DE RETRAIT VUS À LA DISCONTINUATION DE LA PAROXÉTINE

L’arrêt brutal doit être évité (voir rubriques 4.4 et 4.8). Le schéma de la phase d’effilochage utilisé dans les essais cliniques impliquait une diminution de la dose quotidienne de 10 mg à des intervalles d’une semaine. Si des symptômes intolérables surviennent après une diminution de la dose ou à l’arrêt du traitement, la reprise de la dose prescrite peut être envisagée. Par la suite, le médecin peut continuer à diminuer la dose mais à un rythme plus progressif.

Populations particulières:

Personnes âgées

Des concentrations plasmatiques accrues de paroxétine ont été observées chez des sujets âgés, mais l’éventail des concentrations chevauche celui observé chez les sujets plus jeunes. L’administration doit débuter à la dose initiale chez l’adulte. L’augmentation de la dose pourrait être utile chez certains patients, mais la dose maximale ne devrait pas dépasser 40 mg par jour.

Enfants et adolescents (7-17 ans)

La paroxétine ne doit pas être utilisée pour le traitement des enfants et des adolescents, car des essais cliniques contrôlés ont montré que la paroxétine était associée à un risque accru de comportement suicidaire et d’hostilité. En outre, dans ces essais, l’efficacité n’a pas été démontrée de manière adéquate (voir rubriques 4.4 et 4.8).

Enfants âgés de moins de 7 ans

L’utilisation de la paroxétine n’a pas été étudiée chez les enfants de moins de 7 ans. La paroxétine ne devrait pas être utilisée, tant que la sécurité et l’efficacité dans ce groupe d’âge n’ont pas été établies.

Insuffisance rénale / hépatique

Des concentrations plasmatiques accrues de paroxétine sont observées chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure à 30 ml / min) ou chez les patients présentant une insuffisance hépatique. Par conséquent, le dosage doit être limité à l’extrémité inférieure de la gamme de dosage.

Méthode d’administration

Il est recommandé d’administrer la paroxétine une fois par jour le matin avec de la nourriture.

Le comprimé doit être avalé plutôt que mâché.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

La paroxétine est contre-indiquée en association avec les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO). Dans des circonstances exceptionnelles, le linézolide (un antibiotique qui est un IMAO non sélectif réversible) peut être administré en association avec la paroxétine à condition de pouvoir observer de près les symptômes du syndrome sérotoninergique et de surveiller la pression artérielle (voir rubrique 4.5).

Le traitement par la paroxétine peut être initié:

– deux semaines après l’arrêt d’un IMAO irréversible, ou

– au moins 24 heures après l’arrêt d’un IMAO réversible (par exemple moclobémide, linézolide, chlorure de méthylthioninium (bleu de méthylène, un agent de visualisation préopératoire qui est un IMAO non sélectif réversible)).

Au moins une semaine doit s’écouler entre l’arrêt de la paroxétine et l’instauration d’un traitement par un IMAO.

La paroxétine ne doit pas être utilisée en association avec la thioridazine car, comme d’autres médicaments qui inhibent l’enzyme hépatique CYP450 2D6, la paroxétine peut augmenter les taux plasmatiques de la thioridazine (voir rubrique 4.5). L’administration de thioridazine seule peut entraîner un allongement de l’intervalle QTc avec une arythmie ventriculaire grave associée, comme des torsades de pointes, et une mort subite.

La paroxétine ne doit pas être utilisée en association avec le pimozide (voir rubrique 4.5).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Le traitement par la paroxétine doit être instauré avec prudence deux semaines après l’arrêt du traitement par un IMAO irréversible ou 24 heures après l’arrêt du traitement par un inhibiteur réversible de la MAO. Le dosage de paroxetine devrait être augmenté graduellement jusqu’à ce qu’une réponse optimale soit atteinte (voir les sections 4.3 et 4.5).

Population pédiatrique

La paroxétine ne doit pas être utilisée dans le traitement des enfants et des adolescents de moins de 18 ans. Les comportements liés au suicide (tentative de suicide et pensées suicidaires) et l’hostilité (agressivité prédominante, comportement oppositionnel et colère) ont été plus fréquemment observés dans les essais cliniques chez les enfants et les adolescents traités par antidépresseurs comparativement à ceux traités par placebo. Si, en fonction des besoins cliniques, une décision de traiter est néanmoins prise, le patient doit être surveillé attentivement pour détecter l’apparition de symptômes suicidaires. En outre, les données de sécurité à long terme chez les enfants et les adolescents concernant la croissance, la maturation et le développement cognitif et comportemental font défaut.

Suicide / pensées suicidaires ou aggravation clinique

La dépression est associée à un risque accru de pensées suicidaires, d’automutilation et de suicide (événements liés au suicide). Ce risque persiste jusqu’à ce qu’une rémission significative se produise. Comme l’amélioration peut ne pas se produire au cours des premières semaines ou plus de traitement, les patients doivent être étroitement surveillés jusqu’à ce qu’une telle amélioration se produise. C’est l’expérience clinique générale que le risque de suicide peut augmenter dans les premiers stades de récupération.

D’autres troubles psychiatriques pour lesquels la paroxétine est prescrite peuvent également être associés à un risque accru d’événements liés au suicide. En outre, ces conditions peuvent être comorbides avec un trouble dépressif majeur. Les mêmes précautions observées lors du traitement de patients présentant un trouble dépressif majeur doivent donc être observées lors du traitement de patients présentant d’autres troubles psychiatriques.

Les patients ayant des antécédents d’événements suicidaires ou présentant un degré élevé d’idées suicidaires avant le début du traitement courent un plus grand risque de pensées suicidaires ou de tentatives de suicide et devraient faire l’objet d’une surveillance attentive pendant le traitement.

Une méta-analyse d’essais cliniques contrôlés contre placebo sur des antidépresseurs chez des patients adultes présentant des troubles psychiatriques a montré un risque accru de comportement suicidaire avec les antidépresseurs par rapport au placebo chez les patients de moins de 25 ans (voir également rubrique 5.1).

Une surveillance étroite des patients, en particulier des patients à haut risque, doit accompagner la pharmacothérapie, en particulier en début de traitement et après des changements de dose. Les patients (et les soignants des patients) doivent être avertis de la nécessité de surveiller toute aggravation clinique, tout comportement suicidaire ou pensées et tout changement de comportement inhabituel et de consulter immédiatement un médecin si ces symptômes se manifestent.

Akathisie / agitation psychomotrice

L’utilisation de la paroxétine a été associée au développement de l’acathisie, caractérisée par un sentiment intérieur d’agitation et d’agitation psychomotrice tel qu’une incapacité à s’asseoir ou à rester debout, habituellement associée à une détresse subjective. Ceci est le plus susceptible de se produire dans les premières semaines de traitement. Chez les patients qui développent ces symptômes, l’augmentation de la dose peut être préjudiciable.

Syndrome sérotoninergique / syndrome malin des neuroleptiques

Dans de rares cas, un syndrome sérotoninergique ou un syndrome malin des neuroleptiques peut survenir en association avec le traitement par paroxétine, en particulier lorsqu’il est associé à d’autres médicaments sérotoninergiques et / ou neuroleptiques. Comme ces syndromes peuvent entraîner des états potentiellement mortels, le traitement par paroxétine doit être interrompu si de tels événements (caractérisés par des symptômes tels que hyperthermie, rigidité, myoclonie, instabilité autonome avec d’éventuelles fluctuations rapides des signes vitaux, changements de l’état mental, confusion comprise). , irritabilité, agitation extrême progressant vers le délire et le coma) et un traitement symptomatique de soutien doit être initié. La paroxétine ne doit pas être utilisée en association avec des précurseurs de la sérotonine (tels que le L-tryptophane, l’oxitriptan) en raison du risque de syndrome sérotoninergique (voir rubriques 4.3 et 4.5).

La manie

Comme avec tous les antidépresseurs, la paroxétine doit être utilisée avec prudence chez les patients ayant des antécédents de manie. La paroxétine doit être interrompue chez tout patient entrant dans une phase maniaque.

Insuffisance rénale / hépatique

La prudence est recommandée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère ou chez ceux présentant une insuffisance hépatique (voir rubrique 4.2).

Diabète

Chez les patients diabétiques, un traitement par un ISRS peut altérer le contrôle glycémique. L’insuline et / ou la posologie hypoglycémique orale peuvent devoir être ajustées. De plus, des études ont suggéré qu’une augmentation des taux de glucose sanguin peut survenir lorsque la paroxétine et la pravastatine sont co-administrées (voir rubrique 4.5).

Épilepsie

Comme avec les autres antidépresseurs, la paroxétine doit être utilisée avec précaution chez les patients épileptiques.

Saisies

Dans l’ensemble, l’incidence des crises est inférieure à 0,1% chez les patients traités par la paroxétine. Le médicament doit être arrêté chez tout patient qui développe des convulsions.

Électroconvulsivothérapie (ECT)

Il y a peu d’expérience clinique de l’administration simultanée de paroxétine avec ECT.

Glaucome

Comme avec d’autres ISRS, la paroxétine peut provoquer une mydriase et doit être utilisée avec prudence chez les patients ayant un glaucome à angle fermé ou des antécédents de glaucome.

Les conditions cardiaques

Les précautions habituelles doivent être observées chez les patients souffrant d’affections cardiaques.

Hyponatrémie

Une hyponatrémie a été rarement rapportée, principalement chez les personnes âgées. Des précautions doivent également être prises chez les patients présentant un risque d’hyponatrémie, par exemple des médicaments concomitants et une cirrhose. L’hyponatrémie s’inverse généralement à l’arrêt de la paroxétine.

Hémorragie

Il y a eu des rapports d’anomalies de saignement cutané telles que les ecchymoses et le purpura avec les ISRS. D’autres manifestations hémorragiques, par exemple des hémorragies gastro-intestinales et gynécologiques, ont été rapportées. Les patients âgés peuvent être exposés à un risque accru d’événements hémorragiques non liés aux règles.

La prudence est recommandée chez les patients prenant des ISRS en concomitance avec des anticoagulants oraux, des médicaments connus pour affecter la fonction plaquettaire ou d’autres médicaments pouvant augmenter le risque hémorragique (par exemple, antipsychotiques atypiques tels que clozapine, phénothiazines, la plupart des ATC, acide acétylsalicylique, AINS, inhibiteurs COX-2). ainsi que chez les patients ayant des antécédents de troubles de la coagulation ou d’affections pouvant prédisposer au saignement (voir rubrique 4.8).

Interaction avec le tamoxifène

La paroxétine, un inhibiteur puissant du CYP2D6, peut entraîner une réduction des concentrations d’endoxifène, l’un des principaux métabolites actifs du tamoxifène. Par conséquent, la paroxétine doit être évitée autant que possible pendant le traitement au tamoxifène (voir rubrique 4.5).

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par la paroxétine

Les symptômes de sevrage à l’arrêt du traitement sont fréquents, en particulier si l’arrêt est brutal (voir rubrique 4.8). Dans les essais cliniques, des effets indésirables observés à l’arrêt du traitement sont survenus chez 30% des patients traités par la paroxétine par rapport à 20% des patients traités par placebo. L’apparition de symptômes de sevrage n’est pas la même que la drogue qui crée une dépendance ou produit une dépendance.

Le risque de symptômes de sevrage peut dépendre de plusieurs facteurs, notamment la durée et la dose du traitement, ainsi que le taux de réduction de la dose.

Étourdissements, troubles sensoriels (paresthésies, sensations de choc électrique et acouphènes), troubles du sommeil (y compris rêves intenses), agitation ou anxiété, nausées, tremblements, confusion, transpiration, maux de tête, diarrhée, palpitations, instabilité émotionnelle, irritabilité et troubles visuels. été signalé. En général, ces symptômes sont légers à modérés; toutefois, chez certains patients, ils peuvent être sévères. Ils surviennent habituellement dans les premiers jours suivant l’arrêt du traitement, mais de très rares cas de tels symptômes ont été signalés chez des patients ayant oublié une dose par inadvertance. En général, ces symptômes sont spontanément résolutifs et disparaissent habituellement dans les deux semaines, mais chez certaines personnes, ils peuvent être prolongés (2-3 mois ou plus). Il est donc conseillé de réduire progressivement la paroxétine à l’arrêt du traitement sur une période de plusieurs semaines ou mois, en fonction des besoins du patient (voir rubrique 4.2).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Médicaments sérotoninergiques

Comme avec les autres ISRS, l’administration concomitante avec des médicaments sérotoninergiques peut entraîner une incidence des effets associés à la 5-HT (syndrome sérotoninergique: voir rubrique 4.4). Des précautions doivent être prises et une surveillance clinique plus étroite est requise lorsque des médicaments sérotoninergiques (tels que L-tryptophane, triptans, tramadol, linézolide, chlorure de méthylthioninium (bleu de méthylène), ISRS, lithium, péthidine et millepertuis – Hypericum perforatum – préparations) sont combinés avec la paroxétine. La prudence est également recommandée avec le fentanyl utilisé en anesthésie générale ou dans le traitement de la douleur chronique. L’utilisation concomitante de paroxétine et d’IMAO est contre-indiquée en raison du risque de syndrome sérotoninergique (voir rubrique 4.3).

Pimozide

Des taux accrus de pimozide, en moyenne 2,5 fois, ont été démontrés dans une étude portant sur une seule dose faible de pimozide (2 mg) administrée en concomitance avec 60 mg de paroxétine. Cela peut s’expliquer par les propriétés inhibitrices de CYP2D6 connues de la paroxétine. En raison de l’étroitesse de l’index thérapeutique du pimozide et de sa capacité connue à prolonger l’intervalle QT, l’utilisation concomitante de pimozide et de paroxétine est contre-indiquée (voir rubrique 4.3).

Enzymes métabolisant les médicaments

Le métabolisme et la pharmacocinétique de la paroxétine peuvent être affectés par l’induction ou l’inhibition d’enzymes métabolisant les médicaments.

Lorsque la paroxétine doit être co-administrée avec un inhibiteur connu de l’enzyme de métabolisation des médicaments, il faut envisager l’utilisation de doses de paroxétine à l’extrémité inférieure de l’intervalle.

Aucun ajustement initial de la posologie n’est considéré comme nécessaire lorsque le médicament doit être co-administré avec des inducteurs enzymatiques connus du métabolisme des médicaments (par exemple la carbamazépine, la rifampicine, le phénobarbital, la phénytoïne) ou avec le fosamprénavir / ritonavir. Tout ajustement de la dose de paroxétine (soit après l’initiation ou après l’arrêt d’un inducteur enzymatique) doit être guidé par l’effet clinique (tolérabilité et efficacité).

Bloqueurs neuromusculaires

Les ISRS peuvent réduire l’activité cholinestérasique plasmatique entraînant une prolongation de l’action de blocage neuromusculaire du mivacurium et du suxaméthonium

Fosamprénavir / ritonavir:

L’administration concomitante de fosamprénavir / ritonavir à raison de 700/100 mg deux fois par jour et de paroxétine à raison de 20 mg par jour pendant 10 jours à des volontaires sains a entraîné une diminution significative d’environ 55% des taux plasmatiques de paroxétine. Les concentrations plasmatiques de fosamprénavir / ritonavir pendant la co-administration de paroxétine étaient similaires aux valeurs de référence d’autres études, indiquant que la paroxétine n’avait pas d’effet significatif sur le métabolisme du fosamprénavir / ritonavir. Il n’y a pas de données disponibles sur les effets de l’administration à long terme de paroxétine et de fosamprénavir / ritonavir pendant plus de 10 jours.

Procyclidine:

L’administration quotidienne de paroxétine augmente significativement les taux plasmatiques de procyclidine. Si des effets anti-cholinergiques sont observés, la dose de procyclidine doit être réduite.

Anticonvulsivants:

Carbamazépine, phénytoïne, valproate de sodium. L’administration concomitante ne semble pas avoir d’effet sur le profil pharmacocinétique / dynamique chez les patients épileptiques.

CYP2D6 puissance inhibitrice de la paroxétine

Comme avec d’autres antidépresseurs, y compris d’autres ISRS, la paroxétine inhibe l’enzyme hépatique du cytochrome P450 CYP2D6. L’inhibition du CYP2D6 peut entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques des médicaments co-administrés métabolisés par cette enzyme. Ceux-ci comprennent certains antidépresseurs tricycliques (clomipramine, nortriptyline et désipramine), des neuroleptiques phénothiaziniques (p.ex. perphénazine et thioridazine, voir section 4.3), rispéridone, atomoxétine, certains antiarythmiques de type 1c (par exemple propafénone et flécaïnide) et le métoprolol. Il n’est pas recommandé d’utiliser la paroxétine en association avec le métoprolol en cas d’insuffisance cardiaque, en raison de l’étroitesse de l’index thérapeutique du métoprolol dans cette indication.

Une interaction pharmacocinétique entre les inhibiteurs du CYP2D6 et le tamoxifène, montrant une réduction de 65 à 75% des taux plasmatiques de l’une des formes les plus actives de tamoxifène, à savoir l’endoxifène, a été rapportée dans la littérature. Une réduction de l’efficacité du tamoxifène a été rapportée avec l’utilisation concomitante de certains antidépresseurs ISRS dans certaines études. Étant donné qu’un effet réduit du tamoxifène ne peut être exclu, l’administration concomitante d’inhibiteurs puissants du CYP2D6 (y compris la paroxétine) doit être évitée autant que possible (voir rubrique 4.4).

De l’alcool

Comme avec d’autres médicaments psychotropes, les patients doivent être avisés d’éviter la consommation d’alcool pendant la prise de paroxétine.

Anticoagulants oraux

Une interaction pharmacodynamique entre la paroxétine et les anticoagulants oraux peut survenir. L’utilisation concomitante de paroxétine et d’anticoagulants oraux peut entraîner une augmentation de l’activité anticoagulante et un risque hémorragique. Par conséquent, la paroxétine doit être utilisée avec précaution chez les patients traités par des anticoagulants oraux (voir rubrique 4.4).

AINS et acide acétylsalicylique, et d’autres agents antiplaquettaires

Une interaction pharmacodynamique entre la paroxétine et les AINS / acide acétylsalicylique peut survenir. L’utilisation concomitante de paroxétine et d’AINS / acide acétylsalicylique peut entraîner une augmentation du risque hémorragique (voir rubrique 4.4).

La prudence est recommandée chez les patients prenant des ISRS, concomitamment avec des anticoagulants oraux, des médicaments connus pour affecter la fonction plaquettaire ou augmenter le risque de saignement (par exemple, antipsychotiques atypiques tels que clozapine, phénothiazines, la plupart des ATC, acide acétylsalicylique, AINS, inhibiteurs COX-2). chez les patients ayant des antécédents de troubles de la coagulation ou des conditions qui peuvent prédisposer au saignement.

Pravastatine

Une interaction entre la paroxétine et la pravastatine a été observée dans des études suggérant que l’administration concomitante de paroxétine et de pravastatine pourrait entraîner une augmentation de la glycémie. Les patients atteints de diabète sucré recevant à la fois de la paroxétine et de la pravastatine peuvent nécessiter un ajustement posologique des hypoglycémiants oraux et / ou de l’insuline (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

La fertilité

Les données chez l’animal ont montré que la paroxétine peut affecter la qualité du sperme (voir rubrique 5.3). Des données in vitro sur le matériel humain peuvent suggérer un effet sur la qualité du sperme, cependant, des rapports de cas humains avec certains ISRS (y compris la paroxétine) ont montré qu’un effet sur la qualité du sperme semble être réversible. L’impact sur la fertilité humaine n’a pas été observé jusqu’à présent.

Grossesse

Certaines études épidémiologiques suggèrent un risque accru de malformations congénitales, en particulier cardiovasculaires (par exemple vésicules ventriculaires et auriculaires), associées à l’utilisation de la paroxétine au cours du premier trimestre. Le mécanisme est inconnu. Les données suggèrent que le risque d’avoir un enfant présentant un défaut cardiovasculaire suite à une exposition maternelle à la paroxétine est inférieur à 2/100 par rapport à un taux attendu pour ces anomalies d’environ 1/100 dans la population générale.

La paroxétine ne doit être utilisée pendant la grossesse que lorsqu’elle est strictement indiquée. Le médecin prescripteur devra peser l’option de traitements alternatifs chez les femmes enceintes ou qui envisagent de devenir enceintes. L’arrêt brutal doit être évité pendant la grossesse (voir rubrique 4.2).

Les nouveau-nés doivent être surveillés si l’utilisation de la paroxétine par la mère se poursuit pendant les derniers stades de la grossesse, en particulier au troisième trimestre.

Les symptômes suivants peuvent survenir chez le nouveau-né après l’utilisation de paroxétine chez la mère aux derniers stades de la grossesse: détresse respiratoire, cyanose, apnée, convulsions, instabilité de température, difficulté d’alimentation, vomissements, hypoglycémie, hypertonie, hypotonie, hyperréflexie, tremblement, nervosité, irritabilité, léthargie. , pleurs constants, somnolence et difficulté à dormir. Ces symptômes peuvent être dus à des effets sérotoninergiques ou à des symptômes de sevrage. Dans la majorité des cas, les complications commencent immédiatement ou rapidement (<24 heures) après l’accouchement.

Des données épidémiologiques ont suggéré que l’utilisation d’ISRS pendant la grossesse, en particulier en fin de grossesse, pourrait augmenter le risque d’hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né (PPHN). Le risque observé était d’environ 5 cas pour 1000 grossesses. Dans la population générale, 1 à 2 cas de PPHN pour 1000 grossesses se produisent.

Les études chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction mais n’ont pas indiqué d’effets nocifs directs sur la grossesse, le développement embryonnaire / fœtal, la parturition ou le développement postnatal (voir rubrique 5.3).

Allaitement maternel

De petites quantités de paroxétine sont excrétées dans le lait maternel. Dans les études publiées, les concentrations sériques chez les nourrissons allaités étaient indétectables (<2 ng / ml) ou très faibles (<4 ng / ml) et aucun signe d’effets indésirables n’a été observé chez ces nourrissons. Comme aucun effet n’est anticipé, l’allaitement peut être envisagé.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’expérience clinique a montré que le traitement par la paroxétine n’est pas associé à une altération de la fonction cognitive ou psychomotrice. Cependant, comme avec tous les médicaments psychoactifs, les patients doivent être avertis de leur capacité à conduire une voiture et à utiliser des machines.

Bien que la paroxétine n’augmente pas les déficiences mentales et motrices causées par l’alcool, l’utilisation concomitante de paroxétine et d’alcool n’est pas recommandée.

4.8 Effets indésirables

Certains des effets indésirables listés ci-dessous peuvent diminuer en intensité et en fréquence avec la poursuite du traitement et ne conduisent généralement pas à l’arrêt du traitement. Les effets indésirables sont listés ci-dessous par classe de système d’organe et par fréquence. Les fréquences sont définies comme: très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 à <1/10), peu fréquent (≥ 1/1000 à <1/100), rare (≥ 1/10 000 à <1 / 1 000), très rare (<1/10 000) et non connu (la fréquence ne peut être estimée à partir des données disponibles).

Troubles du système sanguin et lymphatique

Peu fréquent: saignement anormal, principalement de la peau et des muqueuses (y compris l’ecchymose et les saignements gynécologiques)

Très rare: thrombocytopénie

Troubles du système immunitaire

Très rare: réactions allergiques graves et potentiellement fatales (y compris les réactions anaphylactoïdes et angio-œdème)

Troubles endocriniens

Très rare: syndrome de sécrétion inappropriée d’hormone anti-diurétique (SIADH)

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Fréquent: diminution de l’appétit, augmentation des taux de cholestérol

Peu fréquent: Un contrôle glycémique altéré a été rapporté chez des patients diabétiques (voir rubrique 4.4)

Rare: hyponatrémie

Une hyponatrémie a été rapportée principalement chez des patients âgés et est parfois due à un syndrome de sécrétion inappropriée d’hormone anti-diurétique (SIADH)

Troubles psychiatriques

Fréquent: somnolence, insomnie, agitation, rêves anormaux (y compris les cauchemars)

Peu fréquent: confusion, hallucinations

Rares: réactions maniaques, anxiété, dépersonnalisation, crises de panique, akathisie (voir rubrique 4.4)

Fréquence indéterminée: agression, idées suicidaires et comportement suicidaire

Des cas d’agression ont été observés après la commercialisation. Des cas d’idées suicidaires et de comportements suicidaires ont été rapportés pendant le traitement par la paroxétine ou au début du traitement (voir rubrique 4.4).

Ces symptômes peuvent également être dus à la maladie sous-jacente.

Troubles du système nerveux

Fréquent: vertiges, tremblements, maux de tête, troubles de la concentration

Peu fréquent: troubles extrapyramidaux

Rares: convulsions, syndrome des jambes sans repos (RLS)

Très rare: syndrome sérotoninergique (les symptômes peuvent inclure l’agitation, la confusion, la diaphorèse, les hallucinations, l’hyperréflexie, la myoclonie, les frissons, la tachycardie et les tremblements)

Des cas de troubles extrapyramidaux, y compris une dystonie oro-faciale, ont été signalés chez des patients présentant parfois des troubles moteurs sous-jacents ou utilisant des médicaments neuroleptiques.

Troubles oculaires

Fréquent: vision floue

Peu fréquent: mydriase (voir rubrique 4.4)

Très rare: glaucome aigu

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Inconnu: acouphène

Troubles cardiaques

Peu fréquent: tachycardie sinusale

Rare: bradycardie

Troubles vasculaires

Peu fréquent: augmentation transitoire ou diminution de la tension artérielle, hypotension orthostatique

Des augmentations transitoires ou des diminutions de la pression artérielle ont été rapportées après un traitement par paroxétine, généralement chez des patients souffrant d’hypertension ou d’anxiété préexistante.

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Commun: bâillements

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun: nausées

Fréquent: constipation, diarrhée, vomissement, bouche sèche

Très rare: saignement gastro-intestinal

Troubles hépatobiliaires

Rare: élévation des enzymes hépatiques

Très rare: événements hépatiques (tels que l’hépatite, parfois associée à un ictère et / ou une insuffisance hépatique)

Une élévation des enzymes hépatiques a été rapportée. Des rapports post-commercialisation d’événements hépatiques (tels que l’hépatite, parfois associée à un ictère et / ou une insuffisance hépatique) ont également été reçus très rarement. L’arrêt de la paroxétine doit être envisagé en cas d’élévation prolongée des résultats du test de la fonction hépatique.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Fréquent: transpiration

Peu fréquent: éruptions cutanées, prurit

Très rare: réactions cutanées sévères (y compris érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique), urticaire, réactions de photosensibilité.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Rares: arthralgie, myalgie

Des études épidémiologiques, menées principalement chez des patients âgés de 50 ans et plus, montrent un risque accru de fractures osseuses chez les patients recevant des ISRS et des ATC. Le mécanisme conduisant à ce risque est inconnu.

Troubles rénaux et urinaires

Peu fréquent: rétention urinaire, incontinence urinaire

Système reproducteur et troubles mammaires

Très commun: dysfonction sexuelle

Rares: hyperprolactinémie / galactorrhée, troubles menstruels (y compris ménorragie, métrorragie, aménorrhée, menstruation retardée et menstruations irrégulières)

Très rare: priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fréquent: asthénie, prise de poids corporel

Très rare: œdème périphérique

SYMPTÔMES DE RETRAIT VUS À LA DISCONTINUATION DU TRAITEMENT PAROXÉTINE

Fréquent: vertiges, troubles sensoriels, troubles du sommeil, anxiété, maux de tête.

Peu fréquent: agitation, nausée, tremblement, confusion, transpiration, instabilité émotionnelle, troubles visuels, palpitations, diarrhée, irritabilité.

L’arrêt de la paroxétine (en particulier lorsqu’elle est brutale) entraîne généralement des symptômes de sevrage. Étourdissements, troubles sensoriels (paresthésies, sensations de choc électrique et acouphènes), troubles du sommeil (y compris rêves intenses), agitation ou anxiété, nausées, tremblements, confusion, transpiration, maux de tête, diarrhée, palpitations, instabilité émotionnelle, irritabilité et troubles visuels. été signalé.

En général, ces événements sont légers à modérés et spontanément résolus chez certains patients, mais ils peuvent être graves et / ou prolongés. Il est donc conseillé de ne pas interrompre le traitement par la paroxétine en interrompant progressivement le traitement par réduction progressive de la dose (voir rubriques 4.2 et 4.4).

ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES D’ESSAIS CLINIQUES PÉDIATRIQUES

Les événements indésirables suivants ont été observés:

Augmentation des comportements suicidaires (y compris tentatives de suicide et pensées suicidaires), comportements d’automutilation et hostilité accrue. Les pensées suicidaires et les tentatives de suicide ont principalement été observées dans les essais cliniques d’adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur. Une hostilité accrue s’est manifestée en particulier chez les enfants présentant un trouble obsessionnel compulsif, et en particulier chez les enfants plus jeunes de moins de 12 ans.

Les autres événements observés sont: diminution de l’appétit, tremblements, sueurs, hyperkinésie, agitation, labilité émotionnelle (y compris les pleurs et les fluctuations de l’humeur), événements indésirables liés aux saignements, principalement de la peau et des muqueuses.

Les événements observés après l’arrêt / l’arrêt de la paroxétine sont: labilité émotionnelle (pleurs, fluctuations d’humeur, automutilation, pensées suicidaires et tentatives de suicide), nervosité, étourdissements, nausées et douleurs abdominales (voir rubrique 4.4).

Voir la section 5.1 pour plus d’informations sur les essais cliniques pédiatriques.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de la carte jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Une large marge de sécurité est évidente à partir des informations de surdose disponibles sur la paroxétine.

L’expérience de la paroxétine en cas de surdosage a indiqué qu’en plus des symptômes mentionnés à la section 4.8, de la fièvre et des contractions musculaires involontaires ont été rapportées. Les patients se sont généralement rétablis sans séquelles graves même lorsque des doses allant jusqu’à 2000 mg ont été prises seules. Des événements tels que le coma ou les modifications de l’ECG ont parfois été signalés et, très rarement, avec une issue fatale, mais généralement lorsque la paroxétine a été prise en conjonction avec d’autres médicaments psychotropes, avec ou sans alcool.

La gestion

Aucun antidote spécifique n’est connu.

Le traitement doit comprendre les mesures générales employées dans la prise en charge d’un surdosage avec un antidépresseur. L’administration de 20 à 30 g de charbon actif peut être envisagée si possible quelques heures après l’ingestion de surdosage pour diminuer l’absorption de la paroxétine. Des soins de soutien avec surveillance fréquente des signes vitaux et une observation attentive sont indiqués. La prise en charge du patient doit être aussi cliniquement indiquée.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Antidépresseurs, inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, code ATC: N06AB05.

Mécanisme d’action

La paroxétine est un inhibiteur puissant et sélectif de l’absorption de 5-hydroxytryptamine (5-HT, sérotonine) et de son action antidépressive et efficace dans le traitement du trouble obsessionnel-compulsif, de la phobie sociale, des troubles anxieux, du stress post-traumatique et du trouble panique. est censé être lié à son inhibition spécifique de l’absorption de 5-HT dans les neurones du cerveau.

La paroxétine est chimiquement sans rapport avec les antidépresseurs tricycliques, tétracycliques et autres disponibles.

La paroxétine a une faible affinité pour les récepteurs cholinergiques muscariniques et les études chez l’animal n’ont indiqué que de faibles propriétés anticholinergiques.

Conformément à cette action sélective, des études in vitro ont montré que, contrairement aux antidépresseurs tricycliques, la paroxétine a une faible affinité pour les récepteurs alpha1, alpha2 et bêta-adrénergiques, dopamine (D2), 5-HT1, 5-HT2 et histamine (H1 ) récepteurs. Ce manque d’interaction avec les récepteurs post-synaptiques in vitro est confirmé par des études in vivo qui démontrent l’absence de propriétés dépressives et hypotensives du SNC.

Effets pharmacodynamiques

La paroxétine n’altère pas la fonction psychomotrice et ne potentialise pas les effets dépresseurs de l’éthanol.

Comme avec d’autres inhibiteurs sélectifs de l’absorption de la 5-HT, la paroxétine provoque des symptômes de stimulation excessive du récepteur 5-HT lorsqu’elle est administrée à des animaux ayant déjà reçu des inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO) ou du tryptophane.

Les études comportementales et EEG indiquent que la paroxétine est faiblement active à des doses généralement supérieures à celles requises pour inhiber l’absorption de 5-HT. Les propriétés activatrices ne sont pas “amphétaminiques” dans la nature.

Les études chez l’animal indiquent que la paroxétine est bien tolérée par le système cardiovasculaire. La paroxétine ne produit aucun changement cliniquement significatif de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque et de l’ECG après l’administration à des sujets en bonne santé.

Des études indiquent que, contrairement aux antidépresseurs qui inhibent l’absorption de la noradrénaline, la paroxétine a une propension beaucoup plus faible à inhiber les effets antihypertenseurs de la guanéthidine.

Dans le traitement des troubles dépressifs, la paroxétine présente une efficacité comparable à celle des antidépresseurs standards.

Il existe également des preuves que la paroxétine peut avoir une valeur thérapeutique chez les patients qui n’ont pas répondu au traitement standard.

L’administration matinale de paroxétine n’a aucun effet néfaste sur la qualité ou la durée du sommeil. De plus, les patients sont susceptibles de bénéficier d’un sommeil amélioré lorsqu’ils répondent à un traitement par paroxétine.

Analyse de la suicidalité des adultes

Une analyse spécifique paroxétine d’essais contrôlés par placebo chez des adultes présentant des troubles psychiatriques a montré une fréquence plus élevée de comportements suicidaires chez les jeunes adultes (âgés de 18 à 24 ans) traités par paroxétine comparativement au placebo (2,19% vs 0,92%). Dans les groupes plus âgés, aucune augmentation de ce type n’a été observée. Chez les adultes présentant un trouble dépressif majeur (tous âges confondus), il y avait une augmentation de la fréquence des comportements suicidaires chez les patients traités par paroxétine par rapport au placebo (0,32% vs 0,05%); tous les événements étaient des tentatives de suicide. Cependant, la majorité de ces tentatives de paroxétine (8 sur 11) concernaient des adultes plus jeunes (voir également rubrique 4.4).

Réponse à la dose

Dans les études à dose fixe, il existe une courbe de réponse à dose fixe, ne fournissant aucune indication d’avantage en termes d’efficacité pour l’utilisation de doses supérieures aux doses recommandées. Cependant, certaines données cliniques suggèrent que l’augmentation de la dose pourrait être bénéfique pour certains patients.

Efficacité à long terme

L’efficacité à long terme de la paroxétine dans la dépression a été démontrée dans une étude de maintenance de 52 semaines avec un plan de prévention des rechutes: 12% des patients sous paroxétine (20-40 mg par jour) ont rechuté contre 28% des patients sous placebo.

L’efficacité à long terme de la paroxétine dans le traitement du trouble obsessionnel-compulsif a été examinée dans le cadre de trois études d’entretien de 24 semaines avec conception de prévention des rechutes. Une des trois études a montré une différence significative dans la proportion de rechuteurs entre la paroxétine (38%) et le placebo (59%).

L’efficacité à long terme de la paroxétine dans le traitement du trouble panique a été démontrée dans une étude d’entretien de 24 semaines avec prévention des rechutes: 5% des patients recevant la paroxétine (10-40 mg par jour) ont rechuté contre 30% des patients sous placebo. Cela a été soutenu par une étude de maintenance de 36 semaines.

L’efficacité à long terme de la paroxétine dans le traitement du trouble d’anxiété sociale et du trouble anxieux généralisé et du syndrome de stress post-traumatique n’a pas été suffisamment démontrée.

Les événements indésirables des essais cliniques pédiatriques

Dans les essais cliniques à court terme (jusqu’à 10-12 semaines) chez les enfants et les adolescents, les événements indésirables suivants ont été observés chez les patients traités par paroxétine à une fréquence d’au moins 2% et se sont produits au moins deux fois étaient: des comportements suicidaires accrus (y compris des tentatives de suicide et des pensées suicidaires), des comportements d’automutilation et une hostilité accrue. Les pensées suicidaires et les tentatives de suicide ont principalement été observées dans les essais cliniques d’adolescents atteints d’un trouble dépressif majeur. Une hostilité accrue s’est manifestée en particulier chez les enfants présentant un trouble obsessionnel compulsif, et en particulier chez les enfants plus jeunes de moins de 12 ans. Des événements supplémentaires qui étaient plus souvent observés dans le groupe paroxétine par rapport au groupe placebo étaient: diminution de l’appétit, tremblements, sueurs, hyperkinésie, agitation, labilité émotionnelle (y compris les pleurs et les fluctuations de l’humeur).

Dans les études qui ont utilisé un régime dégressif, les symptômes rapportés pendant la phase de conicité ou à l’arrêt de la paroxétine à une fréquence d’au moins 2% des patients et au moins deux fois le placebo étaient: labilité émotionnelle (pleurs, fluctuations de l’humeur) , automutilation, pensées suicidaires et tentatives de suicide), nervosité, étourdissements, nausées et douleurs abdominales (voir rubrique 4.4).

Dans cinq études de groupe parallèles d’une durée de huit semaines à huit mois de traitement, des événements indésirables liés au saignement, principalement de la peau et des muqueuses, ont été observés chez les patients traités par paroxétine à une fréquence de 1,74% comparé à 0,74 patients traités.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La paroxétine est bien absorbée après l’administration orale et subit un métabolisme de premier passage. En raison du métabolisme de premier passage, la quantité de paroxétine disponible pour la circulation systémique est inférieure à celle absorbée par le tractus gastro-intestinal. La saturation partielle de l’effet de premier passage et la clairance plasmatique réduite se produisent lorsque la charge corporelle augmente avec des doses uniques plus élevées ou plusieurs doses. Cela entraîne des augmentations disproportionnées des concentrations plasmatiques de la paroxétine et, par conséquent, les paramètres pharmacocinétiques ne sont pas constants, ce qui entraîne une cinétique non linéaire. Cependant, la non-linéarité est généralement faible et se limite aux sujets qui atteignent de faibles concentrations plasmatiques à faibles doses.

Les niveaux systémiques à l’état d’équilibre sont atteints de 7 à 14 jours après le début du traitement avec des formulations à libération immédiate ou contrôlée et la pharmacocinétique ne semble pas changer pendant un traitement à long terme.

Distribution

La paroxétine est largement distribuée dans les tissus et les calculs pharmacocinétiques indiquent que seulement 1% de la paroxétine dans le corps réside dans le plasma.

Environ 95% de la paroxétine présente est lié aux protéines à des concentrations thérapeutiques.

Aucune corrélation n’a été trouvée entre les concentrations plasmatiques de paroxétine et l’effet clinique (effets indésirables et efficacité).

Biotransformation

Les principaux métabolites de la paroxétine sont des produits polaires et conjugués d’oxydation et de méthylation qui sont facilement éliminés. En raison de leur manque relatif d’activité pharmacologique, il est très improbable qu’ils contribuent aux effets thérapeutiques de la paroxétine.

Le métabolisme ne compromet pas l’action sélective de la paroxétine sur l’absorption neuronale de la 5-HT.

Élimination

L’excrétion urinaire de la paroxétine inchangée est généralement inférieure à 2% de la dose alors que celle des métabolites est d’environ 64% de la dose. Environ 36% de la dose est excrétée dans les fèces, probablement par la bile, dont la paroxétine inchangée représente moins de 1% de la dose. Ainsi, la paroxétine est presque entièrement éliminée par le métabolisme.

L’excrétion du métabolite est biphasique, étant initialement le résultat du métabolisme de premier passage et ensuite contrôlée par l’élimination systémique de la paroxétine.

La demi-vie d’élimination est variable mais est généralement d’environ 1 jour.

Populations particulières

Personnes âgées et insuffisance rénale / hépatique

Des concentrations plasmatiques accrues de paroxétine sont observées chez les sujets âgés et chez les sujets atteints d’insuffisance rénale sévère ou chez les patients atteints d’insuffisance hépatique, mais la gamme des concentrations plasmatiques chevauche celle des sujets adultes en bonne santé.

5.3 Données de sécurité précliniques

Des études toxicologiques ont été menées chez des singes rhésus et des rats albinos; dans les deux cas, la voie métabolique est similaire à celle décrite pour les humains. Comme prévu avec les amines lipophiles, y compris les antidépresseurs tricycliques, la phospholipidose a été détectée chez les rats. La phospholipidose n’a pas été observée dans les études sur les primates d’une durée allant jusqu’à un an à des doses 6 fois plus élevées que la gamme recommandée de doses cliniques.

Cancérogenèse: Dans des études de deux ans menées chez la souris et le rat, la paroxétine n’a eu aucun effet tumorigène.

Génotoxicité: La génotoxicité n’a pas été observée dans une batterie de tests in vitro et in vivo .

Des études de toxicité sur la reproduction chez le rat ont montré que la paroxétine affecte la fertilité des mâles et des femelles en réduisant l’indice de fertilité et le taux de gestation. Chez les rats, une mortalité accrue des petits et un retard de l’ossification ont été observés. Ces derniers effets étaient probablement liés à la toxicité maternelle et ne sont pas considérés comme un effet direct sur le fœtus / nouveau-né.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé:

Hydrogénophosphate de calcium anhydre

Silice colloïdale anhydre

Glycolate d’amidon sodique

Stéarate de magnésium

Revêtement de tablette:

Talc

Dioxyde de titane (E171)

Copolymère de méthacrylate butylé basique

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

Bouteilles blanches en polyéthylène haute densité (PEHD): 2 ans

Ampoules: 18 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Flacons blancs en polyéthylène haute densité (PEHD) avec capuchons en polypropylène blanc (PP) pour enfants, joint intérieur d’induction et dessiccant.

Ampoules

Paquets de 10, 14, 20, 28, 30, 50, 56, 60 et 100 comprimés pelliculés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Génériques [UK] Limited t / a Mylan

Potters Bar

Hertfordshire

EN6 1TL

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0605

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 29 octobre 2001

10. Date de révision du texte

24/11/2015