Multihance


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

MultiHance, 0,5 M solution injectable

2. Composition qualitative et quantitative

1 ml de solution injectable contient: de l’acide gadobénique 334 mg (0,5M) sous forme de sel de diméglumine.

[Gadobénate de diméglumine 529 mg = acide gadobénique 334 mg + méglumine 195 mg].

5 ml de solution injectable contiennent: de l’acide gadobénique 1670 mg (2,5 mmol) sous forme de sel de diméglumine. [gadobénate de diméglumine 2645 mg = acide gadobénique 1670 mg + méglumine 975 mg]

10 ml de solution injectable contiennent: de l’acide gadobénique 3340 mg (5 mmol) en tant que sel de diméglumine. [gadobénate de diméglumine 5290 mg = acide gadobénique 3340 mg + méglumine 1950 mg]

15 ml de solution injectable contiennent: de l’acide gadobénique 5010 mg (7,5 mmol) en tant que sel de diméglumine. [gadobénate de diméglumine 7935 = acide gadobénique 5010 mg + méglumine 2925 mg]

20 ml de solution injectable contiennent: de l’acide gadobénique 6680 mg (10 mmol) sous forme de sel de diméglumine. [gadobénate de diméglumine 10580 mg = acide gadobénique 6680 mg + méglumine 3900 mg]

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Solution pour injection

Solution aqueuse claire remplie dans des flacons de verre incolore.

Osmolalité à 37 ° C: 1,97 osmol / kg

Viscosité à 37 ° C: 5,3 mPa.s

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Ce médicament est destiné à un usage diagnostique uniquement.

MultiHance est un agent de contraste paramagnétique utilisé dans l’imagerie par résonance magnétique diagnostique (IRM) du foie chez les adultes et les enfants (âgés de plus de 2 ans).

MultiHance ne doit être utilisé que lorsque l’information diagnostique est essentielle et n’est pas disponible avec l’imagerie par résonance magnétique (IRM) non améliorée et lorsque l’imagerie en phase retardée est requise.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

La dose recommandée d’acide gadobénique chez les patients adultes et les enfants est de 0,05 mmol / kg de poids corporel (0,1 mL / kg de la solution 0,5 M). La dose la plus faible fournissant une amélioration suffisante à des fins diagnostiques doit être utilisée. La dose doit être calculée en fonction du poids corporel du patient et ne doit pas dépasser la dose recommandée par kilogramme de poids corporel détaillée dans cette section.

Si nécessaire, l’injection peut être répétée chez les sujets ayant une fonction rénale normale.

Méthode d’administration

MultiHance doit être placé dans la seringue immédiatement avant utilisation et ne doit pas être dilué . Tout produit non utilisé doit être jeté et ne pas être utilisé pour d’autres examens IRM.

Pour minimiser les risques potentiels d’extravasation des tissus mous de MultiHance, il est important de s’assurer que l’aiguille ou la canule intraveineuse est correctement insérée dans une veine.

Le produit doit être administré par voie intraveineuse en bolus ou en injection lente (10 mL / min.), Voir le tableau pour l’acquisition d’images après le contraste.

L’injection doit être suivie d’un rinçage à la solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg / ml (0,9%).

Acquisition d’images après le contraste:

Foie

Imagerie dynamique:

Immédiatement après l’injection de bolus.

Imagerie différée:

entre 40 et 120 minutes après l’injection, en fonction des besoins d’imagerie individuels.

Populations spéciales

Altération de la fonction rénale

L’utilisation de MultiHance doit être évitée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (DFG <30 ml / min / 1,73m 2 ) et chez les patients en période de transplantation hépatique périopératoire sauf si l’information diagnostique est essentielle et non disponible avec l’IRM sans contraste (voir informations sur l’insuffisance rénale à la section 4.4).

Si l’utilisation de MultiHance ne peut être évitée, la dose ne doit pas dépasser 0,05 mmol / kg de poids corporel. En raison du manque d’information sur l’administration répétée, les injections de MultiHance ne devraient pas être répétées à moins que l’intervalle entre les injections soit au moins 7 jours.

Insuffisance hépatique

Aucun ajustement posologique n’est jugé nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique, car l’insuffisance hépatique a peu d’effet sur la pharmacocinétique de MultiHance.

Personnes âgées (65 ans et plus)

Aucun ajustement posologique n’est considéré nécessaire. Des précautions doivent être prises chez les patients âgés (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique

Aucun ajustement posologique n’est considéré nécessaire.

L’utilisation de MultiHance n’est pas recommandée chez les enfants de moins de 2 ans.

4.3 Contre-indications

MultiHance est contre-indiqué dans:

• les patients présentant une hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1

• les patients ayant des antécédents de réactions allergiques ou indésirables à d’autres chélates de gadolinium.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

L’utilisation de produits de contraste diagnostiques, tels que MultiHance, devrait être réservée aux hôpitaux ou aux cliniques dotés d’un personnel spécialisé dans les urgences en soins intensifs et où l’équipement de réanimation cardio-pulmonaire est facilement disponible.

Les patients doivent être maintenus sous surveillance étroite pendant 15 minutes après l’injection, car la majorité des réactions graves se produisent à ce moment. Le patient doit rester dans l’environnement hospitalier pendant une heure après l’injection.

Les procédures de sécurité générale reconnues pour l’imagerie par résonance magnétique, en particulier l’exclusion d’objets ferromagnétiques, par exemple les stimulateurs cardiaques ou les clips d’anévrisme, sont également applicables lorsque MultiHance est utilisé.

La prudence est recommandée chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire.

Chez les patients souffrant d’épilepsie ou de lésions cérébrales, la probabilité de convulsions au cours de l’examen peut être augmentée. Des précautions sont nécessaires lors de l’examen de ces patients (par exemple, la surveillance du patient) et l’équipement et les médicaments nécessaires pour le traitement rapide des convulsions possibles doivent être disponibles.

Après l’administration d’acide gadobénique, le gadolinium peut être retenu dans le cerveau et dans d’autres tissus (os, foie, reins, peau) et peut entraîner une augmentation dose-dépendante de l’intensité du signal pondéré en T1 dans le cerveau, particulièrement chez le denté. noyau, globus pallidus et thalamus. Les conséquences cliniques sont inconnues. Les avantages diagnostiques possibles de l’utilisation de MultiHance chez les patients qui nécessiteront des examens répétés doivent être évalués par rapport au potentiel de dépôt de gadolinium dans le cerveau et d’autres tissus.

Réactions d’hypersensibilité

Comme avec d’autres chélates de gadolinium, la possibilité d’une réaction, incluant des réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes graves, mortelles ou fatales impliquant un ou plusieurs systèmes corporels, principalement des systèmes respiratoires, cardiovasculaires et / ou mucocutanés, doit toujours être envisagée, en particulier chez les patients avec des antécédents d’asthme ou d’autres troubles allergiques.

Avant l’administration de MultiHance, s’assurer de la disponibilité du personnel qualifié et des médicaments pour traiter les réactions d’hypersensibilité.

Des quantités insignifiantes d’alcool benzylique (<0,2%) peuvent être libérées par le gadobénate de diméglumine pendant le stockage. Néanmoins, MultiHance ne doit pas être utilisé chez les patients ayant des antécédents de sensibilité à l’alcool benzylique.

Comme avec les autres chélates de gadolinium, une IRM avec injection de produit de contraste ne doit pas être effectuée dans les 7 heures suivant un examen IRM avec MultiHance pour permettre l’élimination de MultiHance du corps.

Faire preuve de prudence pour éviter l’extravasation locale lors de l’administration intraveineuse de MultiHance. En cas d’extravasation, évaluer et traiter si nécessaire si des réactions locales se développent (voir rubrique 4.8 Effets indésirables).

Altération de la fonction rénale

Avant l’administration de MultiHance, il est recommandé que tous les patients soient dépistés pour un dysfonctionnement rénal en effectuant des tests de laboratoire.

Des cas de fibrose néphrogénique systémique (FNS) associés à l’utilisation de certains produits de contraste contenant du gadolinium ont été rapportés chez des patients présentant une insuffisance rénale sévère aiguë ou chronique (DFG <30 ml / min / 1,73 m 2 ).

Les patients subissant une transplantation hépatique sont particulièrement à risque puisque l’incidence de l’insuffisance rénale aiguë est élevée dans ce groupe. Comme il est possible que la FSN survienne avec MultiHance, elle doit être évitée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère et chez les patients en période de transplantation hépatique périopératoire sauf si l’information diagnostique est essentielle et non disponible avec l’IRM sans contraste .

L’hémodialyse peu de temps après l’administration de MultiHance peut être utile pour éliminer MultiHance du corps. Il n’y a aucune preuve à l’appui de l’initiation de l’hémodialyse pour la prévention ou le traitement de la FNS chez les patients qui ne sont pas déjà sous hémodialyse.

Personnes âgées

Comme la clairance rénale du gadobénate de diméglumine peut être altérée chez les personnes âgées, il est particulièrement important de dépister les patients âgés de 65 ans et plus pour un dysfonctionnement rénal.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Des études d’interaction avec d’autres médicaments n’ont pas été réalisées au cours du développement clinique de MultiHance. Cependant, aucune interaction médicamenteuse n’a été signalée au cours du programme de développement clinique.

4.6 Grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’y a pas de données sur l’utilisation du gadobénate de diméglumine chez les femmes enceintes. Des études chez l’animal ont montré une toxicité sur la reproduction à doses répétées élevées (voir rubrique 5.3). MultiHance ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, sauf si l’état clinique de la femme nécessite l’utilisation de gadobénate de diméglumine.

Lactation

Les produits de contraste contenant du gadolinium sont excrétés dans le lait maternel en très petites quantités (voir rubrique 5.3). Aux doses cliniques, aucun effet sur le nourrisson n’est anticipé en raison de la petite quantité excrétée dans le lait et d’une mauvaise absorption par l’intestin. La poursuite ou l’interruption de l’allaitement pendant une période de 24 heures après l’administration de MultiHance doit être à la discrétion du médecin et de la mère qui allaite.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

MultiHance n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les événements indésirables suivants ont été observés au cours du développement clinique de MultiHance.

Classes d’organes système

Essais cliniques

Surveillance post-commercialisation

Commun

(≥1 / 100, <1/10)

Peu fréquent (≥1 / 1000, <1/100)

Rare

(≥ 1/10 000, <1/1 000)

Fréquence inconnue **

Troubles du système immunitaire

Réaction anaphylactique / anaphylactoïde, réaction d’hypersensibilité

Choc anaphylactique

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Paresthésie, hypoesthésie, étourdissements, perversion du goût

Convulsion, Syncope, Tremblement, Parosmie

Perte de conscience

Troubles oculaires

Perturbation visuelle

Conjonctivite

Troubles cardiaques

Bloc auriculo-ventriculaire du premier degré, tachycardie

Ischémie myocardique, bradycardie

Arrêt cardiaque, cyanose

Troubles vasculaires

Hypertension, Hypotension, Flushing

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dyspnée, laryngospasme, respiration sifflante, rhinite, toux

Insuffisance respiratoire, œdème laryngé, hypoxie, bronchospasme, œdème pulmonaire

Problèmes gastro-intestinaux

La nausée

Diarrhée, Vomissements, Douleur abdominale

Incontinence fécale, hypersécrétion salivaire, bouche sèche

Oedème bouche

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Urticaire, éruption cutanée, y compris éruption érythémateuse, éruption maculaire, maculopapulaire et papuleuse, prurit, transpiration accrue

Oedème du visage,

Angioedème

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Myalgie

Troubles rénaux et urinaires

Protéinurie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Réaction au site d’injection, y compris la douleur au site d’injection, l’inflammation, la brûlure, la chaleur, le froid, l’inconfort, l’érythème, la paresthésie et le prurit

Douleur thoracique, pyrexie, sensation de chaleur

Asthénie, Malaise, Frissons

Gonflement du site d’injection

Enquêtes

Anomalies de l’électrocardiogramme *, Augmentation de la bilirubine dans le sang, Augmentation du taux de fer dans le sang, Augmentation des transaminases sériques, de la gamma-glutamyl-transférase, de la lacticodéshydrogénase et de la créatinine

L’albumine sanguine a diminué, la phosphatase alcaline a augmenté

* Les anomalies de l’électrocardiogramme comprennent l’électrocardiogramme QT prolongé, l’électrocardiogramme QT raccourci, l’électrocardiogramme, l’inversion de l’onde T, le prolongement PR de l’électrocardiogramme, l’électrocardiogramme complexe QRS prolongé.

** Comme les réactions n’ont pas été observées au cours des essais cliniques avec 4 956 sujets, la meilleure estimation est que leur occurrence relative est rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000).

Le terme MedDRA (version 16.1) le plus approprié est utilisé pour décrire une certaine réaction et ses symptômes et conditions connexes.

Les résultats de laboratoire ont surtout été observés chez des patients présentant des signes d’altération préexistante de la fonction hépatique ou d’une maladie métabolique préexistante.

La majorité de ces événements étaient non sérieux, transitoires et spontanément résolus sans effets résiduels. Il n’y avait aucune preuve de corrélation avec l’âge, le sexe ou la dose administrée.

Comme avec d’autres chélates de gadolinium, des réactions anaphylactiques / anaphylactoïdes / d’hypersensibilité ont été rapportées. Ces réactions se sont manifestées avec divers degrés de sévérité jusqu’au choc anaphylactique et à la mort, et impliquaient un ou plusieurs systèmes corporels, principalement des systèmes respiratoires, cardiovasculaires et / ou mucocutanés.

Chez les patients ayant des antécédents de convulsions, de tumeurs cérébrales ou de métastases, ou d’autres troubles cérébraux, des convulsions ont été rapportées après l’administration de MultiHance. (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Réactions au point d’injection dues à l’extravasation du produit de contraste entraînant des douleurs locales ou des sensations de brûlure, un gonflement, des cloques et, dans de rares cas, lorsque le gonflement localisé est sévère, une nécrose a été rapportée.

Une thrombophlébite localisée a également été rarement rapportée (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Des cas isolés de fibrose systémique néphrogénique (FNS) ont été rapportés avec MultiHance chez des patients co-administrés avec d’autres produits de contraste contenant du gadolinium (voir rubrique 4.4).

Population pédiatrique

System Organ Class

Effets indésirables

Essais cliniques

Commun

(≥1 / 100 à <1/10)

Rare

(≥1 / 1000 à <1/100)

Troubles du système nerveux

Vertiges

Troubles oculaires

Douleur oculaire,

Œdème des paupières

Troubles vasculaires

Flushing

Problèmes gastro-intestinaux

Vomissement

Douleur abdominale

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Téméraire,

Transpiration augmentée

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Douleur de poitrine,

Douleur au site d’injection,

Pyrexie

Les effets indésirables rapportés chez les patients pédiatriques traités par MultiHance au cours des essais cliniques et présentés ci-dessus étaient non sérieux. Les effets indésirables observés au cours de la surveillance post-commercialisation indiquent que le profil d’innocuité de MultiHance est similaire chez les enfants et les adultes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme Carte Jaune – Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Aucun cas de surdosage n’a été signalé. Par conséquent, les signes et les symptômes du surdosage n’ont pas été caractérisés. Des doses allant jusqu’à 0,4 mmol / kg ont été administrées à des volontaires sains, sans effets indésirables graves. Cependant, les doses dépassant la dose approuvée spécifique ne sont pas recommandées. En cas de surdosage, le patient doit être surveillé attentivement et traité de façon symptomatique.

MultiHance peut être retiré par hémodialyse. Cependant, il n’y a aucune preuve que l’hémodialyse est appropriée pour la prévention de la fibrose systémique néphrogénique (FSN).

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: produit de contraste paramagnétique, code ATC V08CA08

Mécanisme d’action et effets pharmacodynamiques

Le chélate de gadolinium, le gadobénate de diméglumine, raccourcit les temps de relaxation longitudinale (T1) et transversale (T2) des protons de l’eau tissulaire.

Les relaxivités du gadobénate de diméglumine en solution aqueuse sont r1 = 4.39 et r2 = 5.56 mM -1 s -1 à 20 MHz.

Le gadobénate de diméglumine subit une forte augmentation de la relaxivité lorsqu’il passe de la solution aqueuse à des solutions contenant des protéines sériques, les valeurs r 1 et r 2 étant respectivement de 9,7 et 12,5 dans le plasma humain.

Efficacité clinique et sécurité

Dans l’imagerie du foie, MultiHance peut détecter des lésions non visualisées dans l’examen IRM amélioré pré-contraste des patients atteints d’un cancer hépatocellulaire ou d’une maladie métastatique avérée ou suspectée. La nature des lésions visualisées après l’augmentation de contraste avec MultiHance n’a pas été vérifiée par une investigation anatomopathologique. De plus, lorsque l’effet sur la prise en charge du patient a été évalué, la visualisation des lésions post-contraste n’a pas toujours été associée à un changement dans la prise en charge du patient.

Dans le foie MultiHance fournit une amélioration de l’intensité du signal forte et persistante du parenchyme normal sur l’imagerie pondérée en T1. L’augmentation de l’intensité du signal persiste à un niveau élevé pendant au moins deux heures après l’administration de doses de 0,05 ou 0,10 mmol / kg. Le contraste entre les lésions hépatiques focales et le parenchyme normal est observé presque immédiatement après l’injection en bolus (jusqu’à 2-3 minutes) en imagerie dynamique pondérée en T1. Le contraste a tendance à diminuer aux points temporels ultérieurs en raison de l’amélioration des lésions non spécifiques. Cependant, le lavage progressif de MultiHance des lésions et l’augmentation persistante de l’intensité du signal du parenchyme normal sont considérés comme entraînant une détection accrue des lésions et un seuil de détection plus bas pour le site de la lésion entre 40 et 120 minutes après l’administration de MultiHance.

Les données des études pivots de phase II et III chez les patients atteints de cancer du foie indiquent que, comparé à d’autres modalités d’imagerie de référence (échographie peropératoire, angio-scannographie tomodensitométrique, CTAP ou tomodensitométrie après injection intra-artérielle d’huile iodée), Les IRM améliorées par MultiHance ont montré une sensibilité moyenne de 95% et une spécificité moyenne de 80% pour la détection du cancer du foie ou des métastases chez les patients ayant une suspicion élevée de ces affections.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La modélisation de la pharmacocinétique humaine a été bien décrite à l’aide d’un modèle de décroissance biexponentielle. La demi-vie de distribution apparente et d’élimination varie de 0,085 à 0,117 h et de 1,17 à 1,68 respectivement. Le volume total apparent de distribution, allant de 0,170 à 0,248 L / kg de poids corporel, indique que le composé est distribué dans le plasma et dans l’espace extracellulaire.

L’ion gadobénate est rapidement éliminé du plasma et est éliminé principalement dans l’urine et, dans une moindre mesure, dans la bile. La clairance plasmatique totale, allant de 0,098 à 0,133 L / h kg de poids corporel, et la clairance rénale, allant de 0,082 à 0,104 L / h kg de poids corporel, indiquent que le composé est principalement éliminé par filtration glomérulaire. La concentration plasmatique et l’aire sous la courbe (AUC) montrent une dépendance linéaire statistiquement significative à la dose administrée. L’ion gadobénate est excrété inchangé dans l’urine en des quantités correspondant à 78% -94% de la dose injectée dans les 24 heures. Entre 2% et 4% de la dose est récupérée dans les fèces.

La rupture de la barrière hémato-encéphalique ou une vascularisation anormale permet la pénétration de l’ion gadobénate dans la lésion.

Une analyse pharmacocinétique de population a été réalisée sur des données de concentration systémique en temps de médicament de 80 sujets (40 volontaires sains adultes et 40 patients pédiatriques) âgés de 2 à 47 ans après administration intraveineuse de gadobénate de diméglumine. La cinétique du gadolinium jusqu’à l’âge de 2 ans pourrait être décrite par un modèle à deux compartiments avec des coefficients allométriques standard et un effet covariant de la clairance de la créatinine (reflétant le taux de filtration glomérulaire) sur la clairance du gadolinium. Les valeurs des paramètres pharmacocinétiques (rapportés au poids corporel des adultes) étaient cohérentes avec les valeurs rapportées précédemment pour MultiHance et compatibles avec la physiologie présumée sous-jacente à la distribution et à l’élimination MultiHance: distribution dans le liquide extracellulaire (environ 15 L chez un adulte ou 0,21 L / kg) et l’élimination par filtration glomérulaire (environ 130 mL de plasma par minute chez un adulte, ou 7,8 L / h et 0,11 L / h / kg). La clairance et le volume de distribution ont diminué progressivement chez les sujets plus jeunes en raison de leur plus petite taille. Cet effet pourrait largement être expliqué par la normalisation des paramètres pharmacocinétiques du poids corporel. Sur la base de cette analyse, la posologie pondérée pour MultiHance chez les patients pédiatriques donne une exposition systémique (AUC) et une concentration maximale (Cmax) similaires à celles rapportées chez les adultes et confirme qu’aucun ajustement de dose n’est nécessaire pour la population pédiatrique dans la tranche d’âge proposée ( 2 ans et plus).

L’acide gadobénique est un GdCA linéaire. Des études ont montré qu’après exposition aux GdCA, le gadolinium est retenu dans le corps. Cela inclut la rétention dans le cerveau et dans d’autres tissus et organes. Avec les GdCA linéaires, ceci peut provoquer des augmentations dose-dépendantes de l’intensité du signal pondéré en T1 dans le cerveau, en particulier dans le noyau denté, le globus pallidus et le thalamus. L’intensité du signal augmente et les données non cliniques suggèrent que le gadolinium est libéré par les GdCA linéaires.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité, de potentiel carcinogène.

En effet, les effets précliniques ont été observés uniquement à des expositions considérées comme suffisamment supérieures à l’exposition humaine maximale, ce qui indique peu de pertinence pour l’utilisation clinique.

Les expérimentations animales ont révélé une mauvaise tolérance locale de MultiHance, en particulier en cas d’application paravène accidentelle où une réaction locale sévère, telle qu’une nécrose et des escarres, pouvait être observée.

La tolérance locale en cas d’application intra-artérielle accidentelle n’a pas été étudiée, de sorte qu’il est particulièrement important de s’assurer que l’aiguille ou la canule intraveineuse est correctement insérée dans une veine (voir rubrique 4.2).

Grossesse et allaitement

Dans les études animales, aucun effet fâcheux sur le développement embryonnaire ou fœtal n’a été observé par l’administration intraveineuse quotidienne de gadobénate de diméglumine chez le rat. De plus, aucun effet indésirable sur le développement physique et comportemental n’a été observé chez la progéniture des rats. Cependant, après des doses quotidiennes répétées chez le lapin, des cas isolés de variations squelettiques et deux cas de malformations viscérales ont été rapportés.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

De l’eau pour les injections.

6.2 Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3 Durée de conservation

3 années

D’un point de vue microbiologique, le produit doit être utilisé immédiatement après le prélèvement dans la seringue.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas congeler.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

– 5 ml, 10 ml, 15 ml et 20 ml d’une solution aqueuse limpide remplie de flacons en verre incolore de type I à dose unique avec des fermetures en élastomère, des sertissages en aluminium et des embouts en polypropylène.

– Kit avec dispositifs d’administration: flacon de 15 et 20 ml, seringue pour injecteur automatique à résonance magnétique (seringue de 65 ml (polyéthylène téréphtalate / polycarbonate), seringue de 115 ml (polyéthylène téréphtalate / polycarbonate), connecteur (PVC / polycarbonate / polypropylène / silicone) , 2 pointes (ABS)), 20 G de cathéter sécurisé.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

MultiHance doit être placé dans la seringue immédiatement avant utilisation et ne doit pas être dilué .

Avant utilisation, examinez le produit pour vous assurer que le récipient et la fermeture n’ont pas été endommagés, que la solution n’est pas décolorée et qu’aucune particule n’est présente.

Lorsque MultiHance est utilisé en conjonction avec un système d’injection, les tubes de connexion au patient et les pièces jetables correspondantes doivent être éliminés après chaque examen du patient. Toutes les instructions supplémentaires de l’équipementier concerné doivent également être respectées.

L’étiquette de suivi de pelage sur les flacons doit être collée sur les dossiers du patient pour permettre un enregistrement précis de l’agent de contraste de gadolinium utilisé. La dose utilisée doit également être enregistrée. Si les dossiers électroniques des patients sont utilisés, le nom du produit, le numéro de lot et la dose doivent être saisis dans le dossier du patient.

Pour usage unique seulement. Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Bracco Imaging spa

Via Egidio Folli 50

20134 Milan – Italie

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 12032/0009

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 22 juillet 1997

Date du dernier renouvellement: 21 juillet 2012

10. Date de révision du texte

8 janvier 2018