Mivacron injection 2 mg / ml


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Mivacron Injection 2 mg / ml

2. Composition qualitative et quantitative

Mivacurium chlorure 2,14 mg dans chaque 1 ml de produit

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Liquide pour injection

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Mivacron est un agent de blocage neuromusculaire hautement sélectif, à action brève et non dépolarisant, avec un profil de récupération rapide. Mivacron est utilisé comme adjuvant à l’anesthésie générale pour détendre les muscles squelettiques et pour faciliter l’intubation trachéale et la ventilation mécanique chez les adultes, les enfants et les nourrissons de 2 mois et plus .

Cette formulation ne contient aucun agent de conservation antimicrobien et est destinée à un usage unique.

4.2 Posologie et mode d’administration

Utilisation par injection chez les adultes

Mivacron est administré par injection intraveineuse. La dose moyenne requise pour produire une suppression de 95% de la réponse à simple contraction de l’adducteur du pouce aux stimulations du nerf ulnaire (ED95) est de 0,07 mg / kg (plage de 0,06 à 0,09) chez les adultes sous anesthésie narcotique.

La gamme de doses de bolus recommandée pour les adultes en bonne santé est de 0,07 à 0,25 mg / kg. La durée du blocage neuromusculaire est liée à la dose. Des doses de 0,07, 0,15, 0,20 et 0,25 mg / kg produisent un bloc cliniquement efficace pendant environ 13, 16, 20 et 23 minutes respectivement.

Des doses allant jusqu’à 0,15 mg / kg peuvent être administrées en 5 à 15 secondes. Des doses plus élevées doivent être administrées pendant 30 secondes afin de minimiser la possibilité d’apparition d’effets cardiovasculaires.

Les schémas posologiques suivants sont recommandés pour l’intubation trachéale:

Une dose d’IA de 0,2 mg / kg, administrée sur 30 secondes, produit des conditions d’intubation trachéale bonnes à excellentes dans les 2 à 2,5 minutes.

Une dose de 0,25 mg / kg administrée en dose fractionnée (0,15 mg / kg suivie de 30 secondes plus tard de 0,1 mg / kg) produit des conditions d’intubation trachéale bonnes à excellentes dans les 1,5 à 2,0 minutes suivant l’administration de la première dose. .

Avec Mivacron, un affaiblissement significatif du train de quatre n’est pas visible au début. Il est souvent possible d’intuber la trachée avant l’abolition complète de la réponse au train-de-quatre du muscle adducteur du pouce.

Bloc complet peut être prolongé par des doses d’entretien de Mivacron. Des doses de 0,1 mg / kg administrées pendant l’anesthésie aux narcotiques fournissent chacune approximativement 15 minutes de bloc supplémentaire cliniquement efficace. Les doses supplémentaires successives n’entraînent pas l’accumulation de l’effet bloquant neuromusculaire.

L’action bloquante neuromusculaire de Mivacron est potentialisée par l’anesthésie à l’isoflurane ou à l’enflurane. Si une anesthésie à l’état d’équilibre avec l’isoflurane ou l’enflurane a été établie, la dose initiale recommandée de Mivacron devrait être réduite jusqu’à 25%. L’halothane semble n’avoir qu’un effet potentialisateur minimal sur Mivacron et la réduction de la dose de Mivacron n’est probablement pas nécessaire.

Une fois que la récupération spontanée est en cours, elle est complète en environ 15 minutes et est indépendante de la dose de Mivacron administrée.

Le bloc neuromusculaire produit par Mivacron peut être inversé avec des doses standard d’anticholinestérasiques. Cependant, comme le rétablissement spontané après Mivacron est rapide, une inversion peut ne pas être systématiquement requise, car elle réduit le temps de récupération de seulement 5-6 minutes.

Utiliser comme une perfusion chez les adultes

La perfusion continue de Mivacron peut être utilisée pour maintenir le blocage neuromusculaire. Lors d’une première manifestation d’une récupération spontanée à partir d’une dose initiale de Mivacron, un débit de perfusion de 8 à 10 microgrammes / kg / min (0,5 à 0,6 mg / kg / h) est recommandé.

Le débit initial de perfusion doit être ajusté en fonction de la réponse du patient à la stimulation nerveuse périphérique et des critères cliniques. Les ajustements de la vitesse de perfusion doivent être effectués et doivent être des augmentations d’environ 1 microgramme / kg / min (0,06 mg / kg / h). En général, un taux donné doit être maintenu pendant au moins 3 minutes avant qu’un changement de taux ne soit effectué. En moyenne, un taux de perfusion de 6 à 7 microgrammes / kg / minute maintiendra le blocage neuromusculaire dans la plage de 89% à 99% pendant de longues périodes chez les adultes sous anesthésie narcotique. Lors d’une anesthésie à l’isoflurane ou à l’enflurane à l’état d’équilibre, une réduction du débit de perfusion pouvant aller jusqu’à 40% doit être envisagée. Une étude a montré que le taux de perfusion de mivacurium devrait être réduit jusqu’à 50% avec le sévoflurane. Avec l’halothane, des réductions plus faibles du débit de perfusion peuvent être nécessaires.

La récupération spontanée après la perfusion de Mivacron est indépendante de la durée de la perfusion et comparable à la récupération rapportée pour les doses uniques.

La perfusion continue de Mivacron n’a pas été associée au développement de la tachyphylaxie ou au blocage neuromusculaire cumulatif.

Mivacron (2 mg / ml) peut être utilisé non dilué pour perfusion.

Mivacron est compatible avec les liquides de perfusion suivants.

Chlorure de sodium perfusion intraveineuse (0.9% w / v)

Glucose perfusion intraveineuse (5% w / v)

Chlorure de sodium (0,18% p / v) et perfusion intraveineuse de glucose (4% p / v)

Injection de Ringer lactate United States Pharmacopée (USP)

Lorsqu’il est dilué avec les solutions pour perfusion indiquées dans la proportion de 1 plus 3 (c.-à-d. Pour donner 0,5 mg / ml), l’injection de Mivacron a été démontrée chimiquement et physiquement stable pendant au moins 48 heures à 30 ° C. Cependant, comme le produit ne contient aucun agent de conservation antimicrobien, la dilution doit être effectuée immédiatement avant l’utilisation, l’administration doit commencer le plus tôt possible et toute solution restante doit être jetée.

Doses chez les nourrissons et les enfants de 2 mois – 12 ans

Mivacron a un début plus rapide, une durée d’action cliniquement efficace plus courte et un profil de récupération spontanée plus rapide chez les nourrissons et les enfants que chez les adultes.

L’ED95 chez les nourrissons âgés de 2 à 6 mois est d’environ 0,07 mg / kg; et chez les nourrissons et les enfants âgés de 7 mois à 12 ans est d’environ 0,1 mg / kg.

Les données pharmacodynamiques pour les doses initiales recommandées chez les nourrissons et les enfants sont résumées dans le tableau suivant:

Âge

Dose pour l’intubation trachéale

Temps jusqu’à bloc neuromusculaire maximal (min)

Durée du bloc cliniquement efficace (min)

2 – 6 mois A

0,15 mg / kg

1,4

9

7 mois – 12 ans B

0,2 mg / kg

1.7

9

Une donnée obtenue pendant l’anesthésie à l’halothane.

B Données obtenues pendant l’anesthésie à l’halothane ou aux narcotiques.

Puisque le blocage maximal est habituellement atteint dans les 2 minutes suivant l’administration de ces doses, l’intubation trachéale devrait être possible dans ce délai.

Les nourrissons et les enfants ont généralement besoin de doses d’entretien plus fréquentes et d’un débit de perfusion plus élevé que les adultes. Les données pharmacodynamiques pour les doses d’entretien sont résumées dans le tableau ci-dessous avec les vitesses de perfusion recommandées:

Âge

Dose d’entretien

Durée du bloc cliniquement efficace (min)

Débit de perfusion moyen requis pour maintenir 89-99% de bloc neuromusculaire

2 mois – 12 ans A

0,1 mg / kg

6 – 9

11 – 14 mcg / kg / min

(0,7 – 0,9 mg / kg / h)

A Données obtenues pendant l’anesthésie à l’halothane ou aux narcotiques.

L’action bloquante neuromusculaire du mivacurium est potentialisée par des agents d’inhalation. Une étude a montré que le taux de perfusion de mivacurium devrait être réduit jusqu’à 70% avec le sévoflurane chez les enfants âgés de 2 à 12 ans.

Une fois que le rétablissement spontané est en cours, il est terminé en environ 10 minutes.

Dose chez les nouveau-nés et les nourrissons de moins de 2 mois

L’innocuité et l’efficacité de Mivacron chez les nouveau-nés et les nourrissons de moins de deux mois n’ont pas encore été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites dans la section 5.1, mais aucune recommandation sur la posologie ne peut être faite.

Dose chez les personnes âgées

Chez les patients âgés recevant des doses uniques de Mivacron en bolus, le délai d’apparition, la durée d’action et le taux de récupération peuvent être augmentés de 20 à 30% par rapport aux patients plus jeunes. Les patients âgés peuvent également nécessiter des débits de perfusion réduits ou des doses de bolus d’entretien plus petites ou moins fréquentes.

Dose chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire

Chez les patients présentant une maladie cardiovasculaire cliniquement significative, la dose initiale de Mivacron doit être administrée en 60 secondes. Mivacron a été administré de cette manière avec des effets hémodynamiques minimes chez les patients subissant une chirurgie cardiaque.

Dose chez les patients ayant une fonction rénale réduite

Chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale, la durée cliniquement efficace du bloc produit par 0,15 mg / kg est environ 1,5 fois plus longue que chez les patients ayant une fonction rénale normale. Par la suite, le dosage doit être ajusté en fonction de la réponse clinique individuelle.

Un blocage neuromusculaire prolongé et intensif peut également survenir chez les patients présentant une insuffisance rénale aiguë ou chronique du fait de la réduction des taux de cholinestérase plasmatique (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Dose chez les patients ayant une fonction hépatique réduite

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique en phase terminale, la durée cliniquement efficace du bloc produit par 0,15 mg / kg est approximativement trois fois plus longue que chez les patients ayant une fonction hépatique normale. Ce prolongement est lié à l’activité cholinestérasique plasmatique nettement réduite observée chez ces patients. Par la suite, le dosage doit être ajusté en fonction de la réponse clinique individuelle.

Dose chez les patients présentant une activité réduite de la cholinestérase plasmatique

Le mivacurium est métabolisé par la cholinestérase plasmatique. L’activité de la cholinestérase plasmatique peut être diminuée en présence d’anomalies génétiques de la cholinestérase plasmatique (par exemple, patients hétérozygotes ou homozygotes pour le gène de la cholinestérase plasmatique atypique), dans diverses pathologies (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi) et par administration de certains médicaments. médicaments (voir interactions avec d’autres médicaments). La possibilité d’un blocage neuromusculaire prolongé après l’administration de Mivacron doit être envisagée chez les patients dont l’activité cholinestérasique plasmatique est réduite. Les réductions légères (inférieures à 20% de la limite inférieure de la normale) ne sont pas associées à des effets cliniquement significatifs sur la durée (voir Contre-indications et Mises en garde et précautions spéciales). gène).

Dose chez les patients obèses

Chez les patients obèses (ceux qui pèsent 30% ou plus au-dessus de leur poids corporel idéal pour la taille), la dose initiale de Mivacron devrait être basée sur le poids corporel idéal et non sur le poids corporel réel.

Instructions pour ouvrir l’ampoule

Voir la Section 6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation pour de plus amples informations.

surveillance

Comme pour tous les agents de blocage neuromusculaire, la surveillance de la fonction neuromusculaire est recommandée lors de l’utilisation de Mivacron afin d’individualiser les besoins posologiques.

4.3 Contre-indications

Mivacron ne doit pas être administré à des patients présentant une hypersensibilité allergique au médicament.

Mivacron est contre-indiqué chez les patients connus ou suspectés d’être homozygotes pour le gène de la cholinestérase plasmatique atypique (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Comme tous les autres agents bloquants neuromusculaires, Mivacron paralyse les muscles respiratoires ainsi que les autres muscles squelettiques mais n’a aucun effet sur la conscience. Mivacron devrait être administré seulement par ou sous la surveillance étroite d’un anesthésiste expérimenté avec des installations adéquates pour l’intubation endotrachéale et la ventilation artificielle.

Un blocage neuromusculaire prolongé et intensif après mivacurium peut survenir en raison d’une diminution de l’activité cholinestérasique plasmatique dans les états ou les états pathologiques suivants:

• Variation physiologique comme dans la grossesse et la puerpéralité (voir Grossesse et Allaitement).

• Des anomalies génétiquement déterminées de la cholinestérase plasmatique (voir ci-dessous et contre-indications).

• Tétanos généralisé sévère, tuberculose et autres infections sévères ou chroniques.

• Maladie chronique débilitante, malignité, anémie chronique et malnutrition.

• Myxoedème et maladies du collagène.

• Maladie cardiaque décompensée.

• Ulcère gastroduodénal.

• Brûlures (voir ci-dessous).

• Insuffisance hépatique terminale (voir Posologie et administration).

• Insuffisance rénale aiguë, chronique ou terminale (voir Posologie et administration).

• Iatrogène: après échange plasmatique, plasmaphérèse, pontage cardiopulmonaire et suite à un traitement médicamenteux concomitant (voir Interactions).

En commun avec le suxaméthonium / succinylcholine, les patients adultes et pédiatriques homozygotes pour le gène de la cholinestérase plasmatique atypique (1 patient sur 2500) sont extrêmement sensibles à l’effet de blocage neuromusculaire de Mivacurium. Chez trois de ces patients adultes, une petite dose de 0,03 mg / kg (environ la DE 10-20 chez les patients génotypiquement normaux) a produit un bloc neuromusculaire complet pendant 26 à 128 minutes.

Chez les patients hétérozygotes pour le gène de la cholinestérase plasmatique atypique, la durée cliniquement efficace de blocage du mivacurium à 0,15 mg / kg est environ 10 minutes plus longue que chez les patients du groupe contrôle.

Une fois le rétablissement spontané commencé, le blocage neuromusculaire chez ces patients était antagonisé par les doses conventionnelles de néostigmine.

Les patients présentant des brûlures peuvent développer une résistance aux agents bloquants neuromusculaires non dépolarisants et nécessitent des doses plus élevées. Cependant, ces patients peuvent également avoir une activité cholinestérasique plasmatique réduite, nécessitant une réduction de la dose.

En conséquence, les patients brûlés doivent recevoir une dose test de 0,015-0,020 mg / kg de Mivacron suivie d’une posologie appropriée guidée par la surveillance du bloc avec un stimulateur nerveux.

Des précautions doivent être prises lors de l’administration de Mivacron à des patients ayant des antécédents suggérant une sensibilité accrue aux effets de l’histamine, par exemple l’asthme. Si Mivacron est utilisé dans ce groupe de patients, il doit être administré en 60 secondes.

Des taux élevés de sensibilité croisée (supérieure à 50%) entre les agents bloquants neuromusculaires ont été rapportés. Par conséquent, dans la mesure du possible, avant l’administration de mivacurium, l’hypersensibilité à d’autres agents de blocage neuromusculaire doit être exclue. Mivacurium ne doit être utilisé que lorsqu’il est absolument essentiel chez les patients sensibles. Les patients qui présentent une réaction d’hypersensibilité sous anesthésie générale doivent subir un test d’hypersensibilité à d’autres inhibiteurs neuromusculaires.

Mivacron devrait être administré sur une période de 60 secondes aux patients qui peuvent être exceptionnellement sensibles aux chutes de tension artérielle, par exemple ceux qui sont hypovolémiques.

Chez les adultes, des doses de Mivacron ≥ 0,2 mg / kg (≥ 3 x ED95) ont été associées à la libération d’histamine lorsqu’elles ont été administrées par injection en bolus rapide. Cependant, l’administration plus lente de la dose de 0,2 mg / kg de Mivacron et l’administration divisée de la dose de 0,25 mg / kg de Mivacron ont minimisé les effets cardiovasculaires de ces doses. L’innocuité cardiovasculaire n’a pas semblé être compromise chez les enfants ayant reçu une dose de bolus rapide de 0,2 mg / kg dans les études cliniques.

L’utilisation chez les nouveau-nés et les nourrissons <2 mois n’est pas recommandée en raison de données limitées. (voir aussi les sections 4.2 et 5.1)

Mivacron n’a pas de propriétés vagales ou ganglionnaires significatives dans la gamme de dosage recommandée. Les doses recommandées de Mivacron n’ont par conséquent aucun effet cliniquement significatif sur la fréquence cardiaque et ne neutraliseront pas la bradycardie produite par de nombreux agents anesthésiques ou par la stimulation vagale pendant la chirurgie.

Comme c’est le cas avec d’autres agents bloquants neuromusculaires non dépolarisants, on peut s’attendre à une sensibilité accrue au mivacurium chez les patients atteints de myasthénie grave, d’autres formes de maladies neuromusculaires et de patients cachectiques. Des anomalies de la base acide ou des électrolytes peuvent augmenter ou réduire la sensibilité au mivacurium.

La solution de Mivacron est acide (environ pH 4,5) et ne doit pas être mélangée dans la même seringue ou administrée simultanément par la même aiguille que les solutions fortement alcalines (par exemple les solutions de barbituriques). Il a été démontré qu’il est compatible avec certains médicaments périopératoires couramment utilisés, tels que le fentanyl, l’alfentanil, le sufentanil, le dropéridol et le midazolam. Lorsque d’autres agents anesthésiques sont administrés à l’aide de la même aiguille ou canule à demeure que celle utilisée pour Mivacron, et que la compatibilité n’a pas été démontrée, il est recommandé de faire passer chaque médicament dans une solution saline physiologique.

Des études chez des porcs malins sensibles à l’hyperthermie ont indiqué que Mivacron ne déclenche pas ce syndrome. Mivacron n’a pas été étudié chez les patients sensibles à l’hyperthermie maligne.

Aucune donnée n’est disponible sur l’utilisation à long terme de Mivacron chez les patients subissant une ventilation mécanique dans l’unité de soins intensifs.

Renversement du bloc neuromusculaire: comme avec les autres agents bloquants neuromusculaires, des signes de récupération spontanée doivent être observés avant l’administration de l’agent d’inversion (par exemple la néostigmine). L’utilisation d’un stimulateur nerveux périphérique pour évaluer le rétablissement avant et après l’inversion du bloc neuromusculaire est fortement recommandée.

Précautions pharmaceutiques – voir section 6.2 Incompatibilités et section 6.4 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Le bloc neuromusculaire produit par Mivacron peut être augmenté par l’utilisation concomitante d’anesthésiques par inhalation tels que l’enflurane, l’isoflurane , le sévoflurane et l’halothane.

Mivacron a été administré en toute sécurité après une intubation facilitée par la succinylcholine. Des signes de récupération spontanée de la succinylcholine doivent être observés avant l’administration de Mivacron.

En commun avec tous les agents bloquants neuromusculaires non dépolarisants, l’amplitude et / ou la durée du bloc neuromusculaire non dépolarisant peuvent être augmentées et les besoins en perfusion peuvent être réduits par suite d’une interaction avec;

• les antibiotiques, y compris les aminoglycosides, les polymyxines, la spectinomycine, les tétracyclines, la lincomycine et la clindamycine

• médicaments antiarythmiques: propranolol, inhibiteurs calciques, lidocaïne procaïnamide et quinidine

• diurétiques: furosémide et éventuellement thiazidiques, mannitol et acétazolamide

• sels de magnésium

• kétamine

• sels de lithium

• médicaments bloquant les ganglions: trimétaphane, hexaméthonium

Les médicaments qui peuvent réduire l’activité cholinestérasique plasmatique peuvent également prolonger l’action de blocage neuromusculaire de Mivacron. Ceux-ci comprennent les médicaments antimitotiques, les inhibiteurs de la monoamine-oxydase, l’iothine, le pancuronium, les organophosphates, les anticholinestérases, certaines hormones, le bambutérol et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

Rarement, certains médicaments peuvent aggraver ou démasquer la myasthénie grave ou induire un syndrome myasthénique: une sensibilité accrue à Mivacron serait conséquente à un tel développement. Ces médicaments comprennent divers antibiotiques, bêta-bloquants (propranolol, oxprénolol), antiarythmiques (procaïnamide, quinidine), médicaments antirhumatismaux (chloroquine, D-pencillamine), trimétaphane, chlorpromazine, stéroïdes, phénytoïne et lithium.

L’administration de combinaisons d’agents bloquants neuromusculaires non dépolarisants en association avec Mivacron peut produire un degré de blocage neuromusculaire supérieur à celui que l’on pourrait attendre d’une dose totale équivalente de Mivacron. Tout effet synergique peut varier entre différentes combinaisons de médicaments.

Un myorelaxant dépolarisant tel que le chlorure de suxaméthonium ne doit pas être administré pour prolonger les effets de blocage neuromusculaire des agents non dépolarisants, car cela peut entraîner un bloc prolongé et complexe qui peut être difficile à inverser avec les médicaments anticholinestérasiques.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Les études de fertilité n’ont pas été réalisées

Des études animales ont indiqué que le mivacurium n’a aucun effet indésirable sur le développement du fœtus.

Mivacurium ne doit pas être utilisé pendant la grossesse à moins que le bénéfice clinique attendu pour la mère l’emporte sur tout risque potentiel pour le fœtus.

Les taux de cholinestérase plasmatique diminuent pendant la grossesse. Le mivacurium a été utilisé pour maintenir le blocage neuromusculaire pendant la césarienne, mais en raison des taux réduits de cholinestérase plasmatique, des ajustements posologiques du débit de perfusion étaient nécessaires. Une réduction supplémentaire de la vitesse de perfusion peut également être nécessaire pendant la césarienne chez les patients prétraités avec du sulfate de magnésium, en raison des effets de potentialisation du magnésium.

On ne sait pas si le mivacurium est excrété dans le lait maternel.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Cette précaution n’est pas pertinente pour l’utilisation de mivacurium. Mivacurium sera toujours utilisé en combinaison avec une anesthésie générale et par conséquent, les précautions habituelles relatives à l’exécution des tâches après une anesthésie générale s’appliquent.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables sont listés ci-dessous par classe de système d’organe et par fréquence. Les fréquences sont définies comme: très commun (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1000 à <1/100), rare (≥1 / 10000 à <1 / 1000) et très rare (<1/10 000), y compris les rapports isolés.

Troubles immunitaires

Très rare:

Réaction anaphylactique ou anaphylactoïde sévère. Des réactions anaphylactiques ou anaphylactoïdes sévères ont été rapportées chez des patients recevant du chlorure de mivacurium en association avec un ou plusieurs agents anesthésiques.

Troubles cardiaques

Rare:

Tachycardie transitoire *

Troubles vasculaires

Très commun:

Flushing *

Rare:

Hypotension *

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare:

Bronchospasme *

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rare:

Érythème * , urticaire *

* Des cas de rougeur de la peau, d’érythème, d’urticaire, d’hypotension, de tachycardie transitoire ou de bronchospasme attribués à la libération d’histamine ont été rapportés lors de l’utilisation de Mivacron. Ces effets sont liés à la dose et plus fréquents après des doses initiales de ≥ 0,2 mg / kg ou plus lorsqu’ils sont administrés rapidement et sont réduits si Mivacron est injecté en 30 à 60 secondes ou en doses fractionnées sur 30 secondes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

La paralysie musculaire prolongée et ses conséquences sont les principaux signes de surdosage avec les agents bloquants neuromusculaires. Cependant, le risque d’effets secondaires hémodynamiques, en particulier les diminutions de la pression artérielle, peut être augmenté.

Il est essentiel de maintenir une voie aérienne avec la ventilation assistée à pression positive jusqu’à ce que la respiration spontanée soit adéquate. Une sédation complète sera nécessaire puisque la conscience n’est pas altérée. La récupération peut être accélérée par l’administration d’agents anticholinestérasiques accompagnés d’atropine ou de glycopyrrolate, une fois que des signes de guérison spontanée sont présents. Le soutien cardiovasculaire peut être assuré par le positionnement approprié du patient et l’administration de fluides ou d’agents vasopresseurs selon les besoins.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: myorelaxants à action périphérique, autres composés d’ammonium quaternaire, code ATC: M03AC10.

Le mivacurium est un relaxant musculaire squelettique non dépolarisant à courte durée d’action qui est hydrolysé par la cholinestérase plasmatique. Mivacurium se lie de manière compétitive avec les récepteurs cholinergiques sur la plaque d’extrémité du moteur pour empêcher l’action de l’acétylcholine, ce qui entraîne un blocage de la transmission neuromusculaire. Ceci est rapidement inversé par l’administration des inhibiteurs de la cholinestérase, la néostigmine et l’édrophonium.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le chlorure de Mivacurium est un mélange de trois stéréoisomères, les stéréoisomères trans-trans et cis-trans comprennent 92% à 96% de chlorure de mivacurium et lorsqu’ils sont étudiés chez le chat, leurs capacités de blocage neuromusculaire ne sont pas significativement différentes ou du chlorure de mivacurium. L’isomère cis-cis a été estimé à partir d’études chez les chats pour avoir un dixième de la puissance de blocage neuromusculaire des deux autres stéréoisomères. L’hydrolyse enzymatique par la cholinestérase plasmatique est le principal mécanisme d’inactivation du mivacurium et donne un alcool quaternaire et un métabolite du monoester quaternaire. Des études pharmacologiques chez le chien et le chat ont montré que les métabolites possèdent une activité neuromusculaire, autonome ou cardiovasculaire insignifiante à des concentrations plus élevées que chez l’homme.

5.3 Données de sécurité précliniques

Mivacurium a été évalué dans quatre essais de mutagénicité à court terme. Mivacurium était non mutagène dans le test Ames salmonella, le test de lymphome de la souris, le test des lymphocytes humains et le test cytogénétique de la moelle osseuse de rat in vivo .

Il n’y a aucune information disponible sur si Mivacurium a un potentiel cancérigène.

Les études de fertilité n’ont pas été effectuées.

Des études animales ont indiqué que le mivacurium n’a aucun effet indésirable sur le développement du fœtus.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Acide hydrochlorique

EP

Eau pour injections

EP

6.2 Incompatibilités

Mivacurium est acide (environ pH 4,5) et ne doit pas être mélangé avec des solutions hautement alcalines, par exemple les barbituriques.

6.3 Durée de conservation

18 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au-dessous de 25 ° C. Ne pas congeler. Protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Ampoules en verre neutre contenant 5 ml ou 10 ml de produit.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Comme aucun conservateur antimicrobien n’est inclus, Mivacron doit être utilisé dans des conditions aseptiques complètes et toute dilution doit être effectuée immédiatement avant utilisation.

Toute solution non utilisée dans des ampoules ouvertes doit être éliminée conformément aux exigences locales.

Mivacron injection est acide (environ pH 4,5) et ne doit pas être mélangé avec des solutions hautement alcalines (par exemple les barbituriques). Mivacron a été montré pour être compatible avec certains médicaments périopératoires couramment utilisés fournis sous forme de solutions acides. Lorsque de tels agents sont administrés par la même aiguille ou canule à demeure que celle utilisée pour l’injection de Mivacron, et que la compatibilité n’a pas été démontrée, il est recommandé que chaque médicament soit purgé avec une solution saline physiologique.

Instructions pour ouvrir l’ampoule

Les ampoules sont équipées du système d’ouverture OPC (One Point Cut) et doivent être ouvertes en suivant les instructions ci-dessous:

1. tenez avec la main la partie inférieure de l’ampoule comme indiqué sur l’image 1

2. placez l’autre main sur le haut de l’ampoule en positionnant le pouce au-dessus du point coloré et appuyez sur l’image 2

Image 1

Image 2

Données administratives
7. Titulaire de l’autorisation

Aspen Pharma Trading Limited,

3016, promenade Lake,

City West Business Campus,

Dublin 24,

Irlande

Service-Tel: 0800 008 7392 (+ 44 1748 828 391)

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 39699/0094

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

21 janvier 2009

10. Date de révision du texte

1er août 2017

11. Statut juridique

POM