Levocetirizine dihydrochloride 5 mg comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Levocetirizine dihydrochloride 5 mg comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 5 mg de dichlorhydrate de lévocétirizine (équivalent à 4,2 mg de lévocétirizine).

Excipient: chaque comprimé pelliculé contient 64,0 mg de lactose monohydraté.

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Comprimés pelliculés blancs à blanc cassé, ovales, biconvexes, portant l’inscription «L9CZ» d’un côté et «5» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

La lévocétirizine est indiquée pour:

– le soulagement des symptômes nasaux et oculaires de la rhinite allergique saisonnière et pérenne;

– le soulagement des symptômes de l’urticaire chronique idiopathique.

4.2 Posologie et mode d’administration

Le comprimé pelliculé doit être pris par voie orale, avalé entier avec un liquide et peut être pris avec ou sans nourriture.

Adultes et adolescents de 12 ans et plus

La dose quotidienne recommandée est de 5 mg (un comprimé pelliculé) une fois par jour.

Enfants âgés de 6 à 12 ans

La dose quotidienne recommandée est de 5 mg (un comprimé pelliculé) par jour.

La lévocétirizine n’est pas recommandée chez les enfants de moins de 6 ans en raison de données insuffisantes sur l’innocuité et l’efficacité.

Personnes âgées

Pour le moment, aucune donnée n’indique que la dose doit être réduite chez les patients âgés à condition que la fonction rénale soit normale.

Patients atteints d’insuffisance rénale modérée à sévère: il n’existe pas de données permettant de documenter le rapport efficacité / innocuité chez les patients présentant une insuffisance rénale. Étant donné que la lévocétirizine est principalement excrétée par voie rénale (voir rubrique 5.2), dans les cas où aucun autre traitement ne peut être utilisé, les intervalles posologiques doivent être individualisés en fonction de la fonction rénale. Reportez-vous au tableau suivant et ajustez la dose comme indiqué. Pour utiliser ce tableau de dosage, une estimation de la clairance de la créatinine du patient (CLcr) en ml / min est nécessaire. Le CLcr (ml / min) peut être estimé à partir de la détermination de la créatinine sérique (mg / dl) en utilisant la formule suivante:

Ajustements de dosage pour les patients adultes avec la fonction rénale diminuée:

Groupe

Clairance de la créatinine

(ml / min)

Dosage et fréquence

Ordinaire

> 80

Un comprimé par jour

Doux

50 – 79

Un comprimé par jour

Modérer

30 – 49

Un comprimé tous les deux jours

Sévère

<30

Un comprimé tous les trois jours

Affection rénale en phase terminale – patients sous dialyse

<10

Contre-indiqué

Chez les patients pédiatriques atteints d’insuffisance rénale, la dose devra être ajustée sur une base individuelle en tenant compte de la clairance rénale du patient, de son âge et de son poids corporel.

Patients atteints d’insuffisance hépatique

Aucun ajustement posologique n’est nécessaire chez les patients présentant uniquement une insuffisance hépatique.

Patients atteints d’insuffisance hépatique et d’insuffisance rénale

Un ajustement de la dose est recommandé (voir la section Patients atteints d’insuffisance rénale modérée à sévère ci-dessus).

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la lévocétirizine, à l’un des excipients, à l’hydroxyzine ou à tout dérivé de pipérazine.

Les patients présentant une insuffisance rénale sévère à une clairance de la créatinine inférieure à 10 ml / min.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre de comprimés pelliculés de lévocétirizine.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Ne pas dépasser la dose indiquée.

L’utilisation du dichlorhydrate de lévocétirizine n’est pas recommandée chez les enfants âgés de moins de 6 ans, car les comprimés pelliculés actuellement disponibles ne permettent pas encore l’adaptation de la dose.

Aux doses thérapeutiques, aucune interaction cliniquement significative n’a été démontrée avec l’alcool (pour un taux d’alcoolémie de 0,5 g / L). Néanmoins, il est recommandé de prendre des précautions si de l’alcool est pris de façon concomitante.

La prudence chez les patients épileptiques et les patients à risque de convulsions est recommandée.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

En raison du profil pharmacocinétique, pharmacodynamique et de tolérance de la lévocétirizine, aucune interaction n’est attendue avec cet antihistaminique. En fait, aucune interaction pharmacodynamique ou pharmacocinétique significative n’a été rapportée dans les études sur les interactions médicamenteuses, notamment avec la pseudoéphédrine ou la théophylline (400 mg / jour).

L’étendue de l’absorption de la lévocétirizine n’est pas réduite avec la nourriture, bien que le taux d’absorption diminue.

4.6 Grossesse et allaitement

Des données cliniques très rares sur les grossesses exposées sont disponibles. Les études animales n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la grossesse, le développement embryonnaire / fœtal, la parturition ou le développement postnatal. Des précautions doivent être prises lors de la prescription aux femmes enceintes ou allaitantes car la lévocétirizine passe dans le lait maternel.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les mesures objectives de la capacité de conduite, de la latence du sommeil et de la performance de la chaîne de montage n’ont pas démontré d’effets cliniquement significatifs à la dose recommandée de 5 mg.

Les patients qui ont l’intention de conduire, de se livrer à des activités potentiellement dangereuses ou d’utiliser des machines ne doivent pas dépasser la dose recommandée et doivent tenir compte de leur réponse au médicament. Chez ces patients sensibles, l’utilisation concomitante avec de l’alcool ou d’autres dépresseurs du SNC peut entraîner une réduction supplémentaire de la vigilance et une altération de la performance.

4.8 Effets indésirables

La fréquence des effets indésirables a été définie comme: très fréquente (≥1 / 10); commun (≥1 / 100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Commun

Rare

Rare

Très rare

Troubles du système sanguin et lymphatique

Thrombocytopénie

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité

Choc anaphylactique

Troubles psychiatriques

Somnolence

Agitation

Agression

Confusion

Dépression

Hallucination

Insomnie

Tic

Troubles du système nerveux

Vertiges

Mal de tête

Paresthésie

Convulsions

Troubles du mouvement

Dysgueusie

Syncope

Tremblement

Dystonie

Dyskinésie

Troubles oculaires

Trouble de l’accommodation

Vision floue

Oculogyration

Troubles cardiaques

Tachycardie

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Pharyngite

Rhinite *

Problèmes gastro-intestinaux

Douleur abdominale

Bouche sèche

La nausée

La diarrhée

Troubles hépatobiliaires

Fonction hépatique anormale (transaminases augmentées, phosphatase alcaline, γ-GT et bilirubine)

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Prurit

Téméraire

Urticaire

Œdème angioneurotique

Éruption de drogue fixe

Troubles rénaux et urinaires

Dysurie

Énurésie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fatigue

Asthénie

Malaise

Œdème

Enquêtes

Poids augmenté

* chez les enfants

4.9 Surdosage

Symptômes

Les symptômes observés après un surdosage de lévocétirizine sont principalement associés à des effets sur le SNC ou à des effets pouvant suggérer un effet anticholinergique.

Les effets indésirables signalés après un apport d’au moins 5 fois la dose journalière recommandée sont: confusion, diarrhée, vertiges, fatigue, mal de tête, malaise, mydriase, prurit, agitation, sédation, somnolence, stupeur, tachycardie, tremblements et rétention urinaire.

Gestion des surdoses

Il n’existe aucun antidote spécifique connu à la lévocétirizine.

En cas de surdosage, un traitement symptomatique ou de soutien est recommandé. Un lavage gastrique doit être envisagé après l’ingestion d’une courte occurrence.

La lévocétirizine n’est pas efficacement éliminée par dialyse.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Antihistaminique à usage systémique, dérivés de la pipérazine, code ATC: R06A E09

La lévocétirizine, l’énantiomère (R) de la cétirizine, est un antagoniste puissant et sélectif des récepteurs H1 périphériques.

Des études de liaison ont révélé que la lévocétirizine a une forte affinité pour les récepteurs H1 humains (Ki = 3,2 nmol / l). La lévocétirizine a une affinité deux fois plus élevée que celle de la cétirizine (Ki = 6,3 nmol / l). La lévocétirizine se dissocie des récepteurs H1 avec une demi-vie de 115 ± 38 min. Après administration unique, la lévocétirizine montre un taux d’occupation des récepteurs de 90% à 4 heures et de 57% à 24 heures.

Des études pharmacodynamiques effectuées chez des volontaires sains ont démontré qu’à la moitié de la dose, la lévocétirizine a une activité comparable à celle de la cétirizine, tant dans la peau que dans le nez.

L’activité pharmacodynamique de la lévocétirizine a été étudiée dans des essais contrôlés randomisés:

Dans une étude comparant les effets de la lévocétirizine 5mg, de la desloratadine 5mg et d’un placebo sur la papule et l’éblouissement induits par l’histamine, le traitement par lévocétirizine a entraîné une diminution significative de la formation de papules et érythèmes, au cours des 12 premières heures. 0,001) par rapport au placebo et à la desloratadine.

Le début de l’action de la lévocétirizine 5 mg dans le contrôle des symptômes induits par le pollen a été observé 1 heure après la prise du médicament dans des essais contrôlés contre placebo dans le modèle de la chambre de provocation allergénique.

Des études in vitro (chambres de Boyden et techniques de couches cellulaires) montrent que la lévocétirizine inhibe la migration transendothéliale des éosinophiles induite par l’éotaxine à travers les cellules dermiques et pulmonaires.

La lévocétirizine inhibe la phase précoce médiée par l’histamine de la réaction allergique et réduit également la migration de certaines cellules inflammatoires et la libération de certains médiateurs associés à la réponse allergique tardive.

L’efficacité et l’innocuité de la lévocétirizine ont été démontrées dans plusieurs essais cliniques à double insu, contrôlés contre placebo, menés chez des patients adultes souffrant de rhinite allergique saisonnière ou de rhinite allergique perannuelle.

L’innocuité et l’efficacité pédiatriques des comprimés de lévocétirizine ont été étudiées dans le cadre de deux essais cliniques contrôlés contre placebo, portant respectivement sur des patients âgés de 6 à 12 ans et souffrant de rhinite allergique saisonnière et pérenne. Dans les deux essais, la lévocétirizine a significativement amélioré les symptômes et amélioré la qualité de vie liée à la santé.

Dans un essai clinique contrôlé contre placebo incluant 166 patients souffrant d’urticaire chronique idiopathique, 85 patients ont été traités avec un placebo et 81 patients avec 5 mg de lévocétirizine une fois par jour pendant six semaines. Le traitement par la lévocétirizine a entraîné une diminution significative de la sévérité du prurit au cours de la première semaine et pendant toute la durée du traitement par rapport au placebo. La lévocétirizine a également entraîné une amélioration plus importante de la qualité de vie liée à la santé, telle qu’évaluée par l’indice de qualité de vie en dermatologie par rapport au placebo.

Relation pharmacocinétique / pharmacodynamique

5 mg de lévocétirizine présentent un schéma similaire d’inhibition de la papule et de l’éruption cutanée induite par l’histamine sous forme de 10 mg de cétirizine. Quant à la cétirizine, l’action sur les réactions cutanées induites par l’histamine était déphasée par rapport aux concentrations plasmatiques.

Les ECG n’ont pas montré d’effets significatifs de la lévocétirizine sur l’intervalle QT.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La pharmacocinétique de la lévocétirizine est linéaire et indépendante de la dose et du temps, avec une faible variabilité inter-individuelle. Le profil pharmacocinétique est le même lorsqu’il est administré sous forme d’énantiomère unique ou lorsqu’il est administré sous forme de cétirizine. Aucune inversion chirale ne se produit pendant le processus d’absorption et d’élimination.

Absorption

La lévocétirizine est rapidement et largement absorbée après administration orale. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes 0,9 h après l’administration. L’état d’équilibre est atteint après deux jours. Les concentrations maximales sont généralement de 270 ng / ml et de 308 ng / ml après une dose unique et une dose répétée de 5 mg, respectivement. L’étendue de l’absorption est indépendante de la dose et n’est pas altérée par les aliments, mais la concentration maximale est réduite et retardée.

Distribution:

Aucune donnée sur la distribution tissulaire n’est disponible chez l’homme, ni concernant le passage de la lévocétirizine à travers la barrière hémato-encéphalique. Chez le rat et le chien, les concentrations tissulaires les plus élevées se retrouvent dans le foie et les reins, les plus faibles dans le compartiment du SNC.

La lévocétirizine est liée à 90% aux protéines plasmatiques. La distribution de la lévocétirizine est restrictive, le volume de distribution étant de 0,4 l / kg.

Biotransformation

L’étendue du métabolisme de la lévocétirizine chez l’humain est inférieure à 14% de la dose et, par conséquent, les différences résultant du polymorphisme génétique ou de la prise concomitante d’inhibiteurs enzymatiques devraient être négligeables. Les voies métaboliques comprennent l’oxydation aromatique, la N- et O-désalkylation et la conjugaison de la taurine. Les voies de dealkylation sont principalement médiées par le CYP 3A4 tandis que l’oxydation aromatique implique des isoformes de CYP multiples et / ou non identifiées. La lévocétirizine n’a eu aucun effet sur les activités des isoenzymes CYP 1A2, 2C9, 2C19, 2D6, 2E1 et 3A4 à des concentrations bien supérieures aux concentrations maximales atteintes après une dose orale de 5 mg.

En raison de son faible métabolisme et de l’absence de potentiel d’inhibition métabolique, l’interaction de la lévocétirizine avec d’autres substances, ou vice versa, est peu probable.

Élimination

La demi-vie plasmatique chez l’adulte est de 7,9 ± 1,9 heures. La clairance corporelle totale apparente moyenne est de 0,63 ml / min / kg. La principale voie d’excrétion de la lévocétirizine et de ses métabolites est l’urine, qui représente en moyenne 85,4% de la dose. L’excrétion via les fèces ne représente que 12,9% de la dose. La lévocétirizine est excrétée à la fois par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire active.

Insuffisance rénale

La clairance corporelle apparente de la lévocétirizine est corrélée à la clairance de la créatinine. Il est donc recommandé d’ajuster les intervalles de dosage de la lévocétirizine, en fonction de la clairance de la créatinine chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée et sévère. Chez les sujets atteints de maladie rénale en phase terminale anurique, la clairance corporelle totale est réduite d’environ 80% par rapport aux sujets normaux.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité, cancérogénèse, et des fonctions de reproduction, n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé

Lactose monohydraté

Cellulose microcristalline

Stéarate de magnésium (E572)

Film-revêtement

Hypromellose (E464)

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 400

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de l’humidité

6.5 Nature et contenu de l’emballage

PVC / PVDC: Al blisters ou oPA / Al / PVC: Blisters Al

Pack tailles:

Plaquettes thermoformées contenant 7, 10, 14, 15, 20, 21, 28, 30, 40, 50, 56, 60, 70, 90, 100, 112 ou 120 comprimés

Plaquettes thermoformées à dose unitaire contenant: 30×1 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Synthon BV

Microweg 22

6545 CM Nijmegen

Les Pays-Bas

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 14048/0040

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

17/05/2012

10. Date de révision du texte

17/05/2012