Lansoprazole 30 mg capsules gastro-résistantes. difficile


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Lansoprazole 30 mg capsules gastro-résistantes, dur

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque capsule contient 30 mg de lansoprazole.

Excipient à effet connu :

Chaque capsule de 30 mg contient 161 mg de saccharose

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Capsule gastro-résistante, dure.

Gélule gastro-résistante à la gélatine blanche, remplie de granules gastro-résistants blancs à brun clair ou légèrement rosés.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

• Traitement de l’ulcère duodénal et gastrique

• Traitement de l’oesophagite par reflux

• Prophylaxie de l’oesophagite par reflux

• Eradication simultanée de Helicobacter pylori ( H. pylori ) et d’une antibiothérapie appropriée pour le traitement des ulcères associés à H.pylori

• Traitement des ulcères gastriques et duodénaux bénins associés aux AINS chez les patients nécessitant un traitement continu par AINS

• Prophylaxie des ulcères gastriques et duodénaux associés aux AINS chez les patients à risque (voir rubrique 4.2) nécessitant un traitement continu

• Reflux gastro-oesophagien symptomatique

• Syndrome de Zollinger-Ellison.

Le lansoprazole est indiqué chez les adultes.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Pour un effet optimal, le lansoprazole doit être pris une fois par jour le matin, sauf lorsqu’il est utilisé pour l’éradication de H. pylori lorsque le traitement doit être deux fois par jour, une fois le matin et une fois le soir.

Traitement de l’ulcère duodénal :

La dose recommandée est de 30 mg une fois par jour pendant 2 semaines. Chez les patients qui n’ont pas complètement guéri pendant cette période, le médicament est poursuivi à la même dose pendant deux semaines supplémentaires.

Traitement de l’ulcère gastrique:

La dose recommandée est de 30 mg une fois par jour pendant 4 semaines. L’ulcère guérit habituellement dans les 4 semaines, mais chez les patients qui n’ont pas complètement guéri dans ce délai, le médicament peut être poursuivi à la même dose pendant 4 semaines supplémentaires.

Oesophagite par reflux:

La dose recommandée est de 30 mg une fois par jour pendant 4 semaines. Chez les patients qui n’ont pas complètement guéri dans ce délai, le traitement peut être poursuivi à la même dose pendant 4 semaines supplémentaires.

Prophylaxie de l’oesophagite par reflux:

15 mg une fois par jour. La dose peut être augmentée jusqu’à 30 mg par jour si nécessaire.

Eradication de Helicobacter pylori :

Lors de la sélection d’un traitement combiné approprié, il convient de prendre en compte les recommandations locales officielles concernant la résistance bactérienne, la durée du traitement (le plus souvent 7 jours mais parfois jusqu’à 14 jours) et l’utilisation appropriée d’agents antibactériens.

La dose recommandée est de 30 mg de lansoprazole deux fois par jour pendant 7 jours en association avec l’un des médicaments suivants:

clarithromycine 250-500 mg deux fois par jour + amoxicilline 1 g deux fois par jour

clarithromycine 250 mg deux fois par jour + métronidazole 400-500 mg deux fois par jour

Des taux d’éradication de H. pylori allant jusqu’à 90% sont obtenus lorsque la clarithromycine est associée au lansoprazole et à l’amoxicilline ou au métronidazole.

Six mois après un traitement d’éradication réussi, le risque de réinfection est faible et une rechute est donc peu probable.

L’utilisation d’un régime comprenant 30 mg de lansoprazole deux fois par jour, 1 g d’amoxicilline deux fois par jour et 400-500 mg de métronidazole deux fois par jour a également été examinée. Des taux d’éradication plus bas ont été observés en utilisant cette combinaison que dans les régimes impliquant la clarithromycine. Il peut convenir à ceux qui sont incapables de prendre de la clarithromycine dans le cadre d’une thérapie d’éradication, lorsque les taux de résistance locale au métronidazole sont faibles.

Traitement des ulcères gastriques et duodénaux bénins associés aux AINS chez les patients nécessitant un traitement continu par les AINS:

30 mg une fois par jour pendant quatre semaines. Chez les patients qui ne sont pas complètement guéris, le traitement peut être poursuivi pendant quatre semaines supplémentaires. Pour les patients à risque ou présentant des ulcères difficiles à guérir, un traitement plus long et / ou une dose plus élevée devraient probablement être utilisés.

Prophylaxie des ulcères gastriques et duodénaux associés aux AINS chez les patients à risque (tels que l’âge> 65 ans ou des antécédents d’ulcère gastrique ou duodénal) nécessitant un traitement prolongé par les AINS:

15 mg une fois par jour. Si le traitement échoue, la dose de 30 mg une fois par jour doit être utilisée.

Syndrome de reflux gastro-œsophagien symptomatique:

La dose recommandée est de 15 mg ou 30 mg par jour. Le soulagement des symptômes est obtenu rapidement. Un ajustement individuel de la posologie doit être envisagé. Si les symptômes ne sont pas soulagés dans les 4 semaines avec une dose quotidienne de 30 mg, d’autres examens sont recommandés.

Le syndrome de Zollinger-Ellison:

La dose initiale recommandée est de 60 mg une fois par jour. La dose doit être ajustée individuellement et le traitement doit être poursuivi aussi longtemps que nécessaire. Des doses quotidiennes allant jusqu’à 180 mg ont été utilisées. Si la dose quotidienne requise dépasse 120 mg, elle doit être administrée en deux doses fractionnées.

Insuffisance rénale

Il n’est pas nécessaire d’ajuster la dose chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Insuffisance hépatique

Les patients présentant une maladie hépatique modérée ou sévère doivent être surveillés régulièrement et une réduction de 50% de la dose journalière est recommandée (voir rubriques 4.4 et 5.2).

Les personnes plus âgées:

En raison de la clairance réduite du lansoprazole chez les personnes âgées, un ajustement de la dose peut être nécessaire en fonction des besoins individuels. Une dose quotidienne de 30 mg ne doit pas être dépassée chez les personnes âgées à moins d’indications cliniques convaincantes.

Population pédiatrique:

L’utilisation du lansoprazole n’est pas recommandée chez l’enfant, car les données cliniques sont limitées (voir également rubrique 5.2). Le traitement des enfants de moins d’un an doit être évité, car les données disponibles n’ont pas montré d’effets bénéfiques dans le traitement du reflux gastro-œsophagien.

Méthode d’administration

doit être pris au moins 30 minutes avant la prise des aliments (voir rubrique 5.2). Les capsules doivent être avalées entières avec du liquide.

Pour les patients ayant de la difficulté à avaler; les capsules peuvent être vidées, mais le contenu ne peut pas être mâché ou broyé.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

En commun avec d’autres thérapies anti-ulcéreuses, la possibilité d’une tumeur gastrique maligne doit être exclue lors du traitement d’un ulcère gastrique par le lansoprazole car le lansoprazole peut masquer les symptômes et retarder le diagnostic.

L’administration concomitante de lansoprazole n’est pas recommandée avec les inhibiteurs de la protéase du VIH dont l’absorption dépend du pH intragastrique acide, tels que l’atazanavir et le nelfinavir, en raison d’une réduction significative de leur biodisponibilité (voir rubrique 4.5).

Le lansoprazole doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique modéré ou sévère (voir rubriques 4.2 et 5.2).

Le lansoprazole, comme tous les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), pourrait augmenter le nombre de bactéries normalement présentes dans le tractus gastro-intestinal. Cela peut augmenter le risque d’infections gastro-intestinales causées par des bactéries telles que Salmonell a, Campylobacter et Clostridium difficile .

Chez les patients souffrant d’ulcères gastro-duodénaux, la possibilité d’une infection à H. pylori en tant que facteur étiologique doit être envisagée.

Si le lansoprazole est utilisé en association avec des antibiotiques pour le traitement d’éradication de H.pylori , les instructions d’utilisation de ces antibiotiques doivent également être suivies.

En raison des données d’innocuité limitées pour les patients sous traitement d’entretien pendant plus d’un an, un examen régulier du traitement et une évaluation approfondie des risques / bénéfices doivent être effectués régulièrement chez ces patients.

Très rarement, des cas de colite ont été rapportés chez des patients prenant du lansoprazole. Par conséquent, en cas de diarrhée sévère et / ou persistante, l’arrêt du traitement doit être envisagé.

Le traitement de la prévention des ulcères gastroduodénaux chez les patients nécessitant un traitement continu par AINS doit être réservé aux patients à haut risque (p. Ex. Saignements gastro-intestinaux, perforation ou ulcère, âge avancé, utilisation concomitante de médicaments connus pour augmenter la probabilité d’effets indésirables des voies GI supérieures). [par exemple les corticostéroïdes ou les anticoagulants], la présence d’un facteur de comorbidité grave ou l’utilisation prolongée des doses maximales recommandées par les AINS).

Une hypomagnésémie sévère a été rapportée chez des patients traités par des IPP tels que le lansoprazole pendant au moins trois mois et, dans la plupart des cas, pendant un an. Des manifestations graves d’hypomagnésiémie telles que la fatigue, la tétanie, le délire, les convulsions, le vertige et l’arythmie ventriculaire peuvent survenir, mais elles peuvent commencer insidieusement et être négligées. Chez les patients les plus touchés, l’hypomagnésémie s’est améliorée après le remplacement du magnésium et l’arrêt du traitement par IPP.

Pour les patients devant suivre un traitement prolongé ou qui prennent des IPP avec de la digoxine ou des médicaments pouvant provoquer une hypomagnésémie (p. Ex., Diurétiques), les professionnels de la santé devraient envisager de mesurer le taux de magnésium avant de commencer le traitement.

Les inhibiteurs de la pompe à protons, surtout s’ils sont utilisés à fortes doses et sur de longues durées (> 1 an), peuvent augmenter modérément le risque de fracture de la hanche, du poignet et du rachis, principalement chez les personnes âgées ou en présence d’autres facteurs de risque reconnus. Des études observationnelles suggèrent que les inhibiteurs de la pompe à protons peuvent augmenter le risque global de fracture de 10 à 40%. Une partie de cette augmentation peut être due à d’autres facteurs de risque. Les patients à risque d’ostéoporose devraient recevoir des soins selon les directives cliniques actuelles et ils devraient avoir un apport adéquat en vitamine D et en calcium.

Lupus érythémateux cutané subaigu (SCLE)

Les inhibiteurs de la pompe à protons sont associés à des cas très rares de SCLE. Si des lésions apparaissent, en particulier dans les zones de la peau exposées au soleil, et si elles sont accompagnées d’arthralgie, le patient doit consulter rapidement un médecin et le professionnel de la santé doit envisager l’arrêt du traitement par le lansoprazole. SCLE après un traitement antérieur avec un inhibiteur de la pompe à protons peut augmenter le risque de SCLE avec d’autres inhibiteurs de la pompe à protons.

Interférence avec les tests de laboratoire

Une augmentation du taux de Chromogranine A (CgA) peut interférer avec les examens pour les tumeurs neuroendocrines. Pour éviter cette interférence, le traitement par Lansoprazole doit être arrêté pendant au moins 5 jours avant les mesures de CgA (voir rubrique 5.1). Si les taux de CgA et de gastrine ne sont pas revenus à la plage de référence après la mesure initiale, les mesures doivent être répétées 14 jours après l’arrêt du traitement par un inhibiteur de la pompe à protons.

Ce produit contient du saccharose, des patients avec des problèmes héréditaires rares de l’intolérance au fructose, la malabsorption du glucose-galactose ou l’insuffisance de la sucrase-isomaltase ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Effets du lansoprazole sur d’autres médicaments

Médicaments avec absorption dépendante du pH

Le lansoprazole peut interférer avec l’absorption d’autres médicaments lorsque le pH gastrique est un déterminant important de la biodisponibilité orale

Inhibiteurs de la protéase du VIH:

L’administration concomitante de lansoprazole n’est pas recommandée avec les inhibiteurs de la protéase du VIH dont l’absorption dépend du pH intragastrique acide, tels que l’atazanavir et le nelfinavir, en raison d’une réduction significative de leur biodisponibilité (voir rubrique 4.4).

Kétoconazole et itraconazole:

L’absorption du kétoconazole et de l’itraconazole par le tractus gastro-intestinal est renforcée par la présence d’acide gastrique. L’administration de lansoprazole peut entraîner des concentrations sous-thérapeutiques de kétoconazole et d’itraconazole et l’association doit être évitée.

Digoxine:

L’administration concomitante de lansoprazole et de digoxine peut entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de digoxine. Les concentrations plasmatiques de digoxine doivent donc être surveillées et la dose de digoxine ajustée si nécessaire au début et à la fin du traitement par le lansoprazole.

Méthotrexate:

L’utilisation concomitante avec le méthotrexate à forte dose peut augmenter et prolonger les concentrations sériques du méthotrexate et / ou de son métabolite, ce qui pourrait entraîner des toxicités au méthotrexate. Par conséquent, dans les milieux où le méthotrexate à forte dose est utilisé, un retrait temporaire du lansoprazole peut devoir être envisagé.

Warfarine:

L’administration concomitante de 60 mg de lansoprazole et de warfarine n’a pas modifié la pharmacocinétique de la warfarine ou de l’INR. Cependant, des cas d’augmentation du RIN et du temps de prothrombine ont été signalés chez des patients recevant des IPP et de la warfarine en concomitance. Des augmentations de l’INR et du temps de prothrombine peuvent entraîner des saignements anormaux et même la mort. Les patients traités par le lansoprazole et la warfarine en concomitance peuvent avoir besoin d’un suivi de l’augmentation de l’INR et du temps de prothrombine, en particulier au début ou à la fin du traitement concomitant.

Médicaments métabolisés par les enzymes P450

Le lansoprazole peut augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments métabolisés par le CYP3A4. La prudence est recommandée lors de la combinaison du lansoprazole avec des médicaments métabolisés par cette enzyme et ayant une fenêtre thérapeutique étroite.

Théophylline:

Le lansoprazole réduit la concentration plasmatique de la théophylline, ce qui peut diminuer l’effet clinique attendu à la dose. La surveillance des patients doit être prise en coadministration de lansoprazole avec la théophylline.

Tacrolimus:

L’administration concomitante de lansoprazole augmente les concentrations plasmatiques du tacrolimus (substrat du CYP3A et de la P-gp). L’exposition au lansoprazole a augmenté jusqu’à 81% l’exposition moyenne au tacrolimus. La surveillance des concentrations plasmatiques de tacrolimus est recommandée lorsqu’un traitement concomitant par le lansoprazole est instauré ou arrêté.

Médicaments transportés par la glycoprotéine P

Le lansoprazole inhibe la protéine de transport, la P-glycoprotéine (P-gp) in vitro . La pertinence clinique de ceci est inconnue.

Effets d’autres médicaments sur le lansoprazole

Médicaments qui inhibent le CYP2C19

Fluvoxamine:

Une réduction de la dose peut être envisagée lors de la combinaison du lansoprazole avec l’inhibiteur de la CYP2C19, la fluvoxamine. Les concentrations plasmatiques de lansoprazole augmentent jusqu’à 4 fois.

Médicaments qui induisent le CYP2C19 et le CYP3A4

Les inducteurs enzymatiques affectant le CYP2C19 et le CYP3A4 tels que la rifampicine et le millepertuis ( Hypericum perforatum ) peuvent réduire considérablement les concentrations plasmatiques du lansoprazole.

Autres

Sucralfate / Antiacides:

Sucralfate / Antiacides peut diminuer la biodisponibilité du lansoprazole. Par conséquent, le lansoprazole doit être pris au moins 1 heure après la prise de ces médicaments.

Aucune interaction cliniquement significative du lansoprazole avec des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens n’a été démontrée, bien qu’aucune étude formelle d’interactions n’ait été réalisée.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse:

Pour le lansoprazole, aucune donnée clinique sur les grossesses exposées n’est disponible. Les études animales n’indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la grossesse, le développement embryonnaire / fœtal, la parturition ou le développement postnatal.

Par conséquent, l’utilisation du lansoprazole pendant la grossesse n’est pas recommandée.

Allaitement maternel:

On ne sait pas si le lansoprazole est excrété dans le lait maternel humain. Des études animales ont montré l’excrétion du lansoprazole dans le lait.

La décision de continuer ou d’interrompre l’allaitement ou de poursuivre / interrompre le traitement par le lansoprazole doit être prise en tenant compte du bénéfice de l’allaitement pour l’enfant et du bénéfice du traitement par le lansoprazole pour la femme.

La fertilité:

Aucune donnée humaine sur les effets du lansoprazole sur la fertilité n’est disponible. Chez les rats, la fertilité des mâles et des femelles n’a pas été affectée par le lansoprazole.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Des effets indésirables tels que vertiges, vertiges , troubles visuels et somnolence peuvent survenir (voir rubrique 4.8). Dans ces conditions, la capacité de réaction peut être diminuée.

4.8 Effets indésirables

Les fréquences sont définies comme communes (> 1/100, <1/10); peu fréquent (> 1/1 000, <1/100); rare (> 1/10 000, <1/1 000); très rare (<1/10 000); inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Commun

Rare

Rare

Très rare

Pas connu

Troubles du système sanguin et lymphatique

Thrombocytopénie, éosinophilie, leucopénie

Anémie

Agranulocytose, pancytopénie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hypomagnésémie ( voir rubrique 4.4 )

Troubles psychiatriques

Dépression

Insomnie, hallucination, confusion

Troubles du système nerveux

Maux de tête, vertiges

Agitation, vertige, paresthésie, somnolence, tremblements

Troubles oculaires

Perturbations visuelles

Problèmes gastro-intestinaux

Nausées, diarrhées, maux d’estomac, constipation, vomissements, flatulences, sécheresse de la bouche ou de la gorge, polypes de la glande fundique (bénins)

Glossite, candidose de l’œsophage, pancréatite, troubles du goût

Colite, stomatite

Troubles hépatobiliaires

Augmentation des niveaux d’enzymes hépatiques

Hépatite, jaunisse

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Urticaire, démangeaisons, éruption cutanée

Pétéchies, purpura, perte de cheveux, érythème polymorphe, photosensibilité

Syndrome de Steven-Johnson, nécrolyse épidermique toxique

Lupus érythémateux cutané subaigu (voir rubrique 4.4)

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Arthralgie, myalgie, fracture de la hanche, du poignet ou de la colonne vertébrale ( voir rubrique 4.4 )

Troubles rénaux et urinaires

Néphrite interstitielle

Système reproducteur et troubles mammaires

Gynécomastie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fatigue

Œdème

Fièvre, hyperhidrose, angioedème, anorexie, impuissance

Choc anaphylactique

Enquêtes

Augmentation des taux de cholestérol et de triglycérides, hyponatrémie

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Les effets d’un surdosage sur le lansoprazole chez l’homme ne sont pas connus (bien que la toxicité aiguë soit probablement faible) et, par conséquent, les instructions de traitement ne peuvent pas être données. Cependant, des doses quotidiennes allant jusqu’à 180 mg de lansoprazole par voie orale et jusqu’à 90 mg de lansoprazole par voie intraveineuse ont été administrées dans des essais sans effets indésirables significatifs.

Veuillez vous référer à la section 4.8. pour les symptômes possibles de surdosage de lansoprazole.

En cas de surdosage suspecté, le patient doit être surveillé. Le lansoprazole n’est pas significativement éliminé par hémodialyse. Si nécessaire, vidange gastrique, charbon et traitement symptomatique recommandé.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Inhibiteurs de la pompe à protons, code ATC: A02BC03.

Le lansoprazole est un inhibiteur de la pompe à protons gastrique. Il inhibe le stade final de la formation de l’acide gastrique en inhibant l’activité de la H + / K + ATPase des cellules pariétales dans l’estomac. L’inhibition est dose-dépendante et réversible, et l’effet s’applique à la sécrétion basale et stimulée de l’acide gastrique. Le lansoprazole est concentré dans les cellules pariétales et devient actif dans leur environnement acide, après quoi il réagit avec le groupe sulfhydryle de la H + / K + ATPase provoquant l’inhibition de l’activité enzymatique.

Effet sur la sécrétion d’acide gastrique:

Le lansoprazole est un inhibiteur spécifique de la pompe à protons des cellules pariétales. Une dose orale unique de lansoprazole inhibe la sécrétion d’acide gastrique stimulée par la pentagastrine d’environ 80%. Après une administration quotidienne répétée pendant sept jours, on obtient une inhibition d’environ 90% de la sécrétion d’acide gastrique. Il a un effet correspondant sur la sécrétion basale de l’acide gastrique. Une seule dose orale de 30 mg réduit la sécrétion basale d’environ 70%, les symptômes des patients sont par conséquent soulagés à partir de la toute première dose. Après huit jours d’administration répétée, la réduction est d’environ 85%. Un soulagement rapide des symptômes est obtenu par une capsule (30 mg) par jour, et la plupart des patients atteints d’ulcère duodénal se rétablissent dans les deux semaines; patients présentant un ulcère gastrique et une oesophagite par reflux dans les 4 semaines. En réduisant l’acidité gastrique, le lansoprazole crée un environnement dans lequel les antibiotiques appropriés peuvent être efficaces contre H. pylori .

Pendant le traitement avec des médicaments antisécrétoires, la gastrine sérique augmente en réponse à la diminution de la sécrétion d’acide. La CgA augmente également en raison de la diminution de l’acidité gastrique. L’augmentation du taux de CgA peut interférer avec les investigations pour les tumeurs neuroendocrines.

Les données publiées disponibles suggèrent que les inhibiteurs de la pompe à protons doivent être arrêtés entre 5 jours et 2 semaines avant les mesures de CgA. Ceci permet aux niveaux de CgA qui peuvent être faussement élevés après un traitement PPI de revenir à la plage de référence.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Le lansoprazole est un racémate de deux énantiomères actifs qui sont biotransformés sous leur forme active dans l’environnement acide des cellules pariétales. Comme le lansoprazole est rapidement inactivé par l’acide gastrique, il est administré par voie orale sous forme entérosoluble pour une absorption systémique.

Absorption et distribution:

Le lansoprazole présente une biodisponibilité élevée (80-90%) avec une dose unique. Les concentrations plasmatiques maximales se produisent entre 1,5 et 2,0 heures. La consommation de nourriture ralentit le taux d’absorption du lansoprazole et réduit la biodisponibilité d’environ 50%. La liaison aux protéines plasmatiques est de 97%.

Métabolisme et élimination:

Le lansoprazole est largement métabolisé par le foie et les métabolites sont excrétés par voie rénale et biliaire. Le métabolisme du lansoprazole est principalement catalysé par l’enzyme CYP2C19. L’enzyme CYP3A4 contribue également au métabolisme.

La demi-vie d’élimination plasmatique varie de 1 à 2 heures après l’administration de doses uniques ou multiples chez des sujets sains.

Il n’y a aucune preuve d’accumulation après des doses multiples chez des sujets sains. Des sulfones, sulfures et dérivés 5-hydroxylés du lansoprazole ont été identifiés dans le plasma. Ces métabolites ont très peu ou pas d’activité antisécrétoire.

Une étude avec le lansoprazole marqué au 14 C a indiqué qu’environ un tiers du rayonnement administré était excrété dans l’urine et que les deux tiers étaient récupérés dans les fèces.

Pharmacocinétique chez les personnes âgées

La clairance du lansoprazole diminue chez les personnes âgées, la demi-vie d’élimination augmentant d’environ 50% à 100%. Les concentrations plasmatiques maximales n’ont pas augmenté chez les personnes âgées.

Pharmacocinétique chez les patients pédiatriques

L’évaluation de la pharmacocinétique chez les enfants âgés de 1 à 17 ans a montré une exposition similaire par rapport aux adultes avec des doses de 15 mg pour ceux de moins de 30 kg et de 30 mg pour ceux ci-dessus. L’étude d’une dose de 17 mg / m 2 de surface corporelle ou de 1 mg / kg de poids corporel a également entraîné une exposition comparable du lansoprazole chez les enfants âgés de 2 à 3 mois jusqu’à l’âge d’un an comparativement aux adultes.

Une exposition plus élevée au lansoprazole par rapport aux adultes a été observée chez les nourrissons de moins de 2 à 3 mois avec des doses de 1,0 mg / kg et de 0,5 mg / kg de poids corporel administrées en dose unique.

Pharmacocinétique dans l’insuffisance hépatique

L’exposition au lansoprazole est doublée chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère et beaucoup plus élevée chez les patients présentant une insuffisance hépatique modérée et sévère.

CYP2C19 métaboliseurs lents

Le CYP2C19 est sujet à un polymorphisme génétique et 2 à 6% de la population, appelés métaboliseurs lents (PM), sont homozygotes pour un allèle mutant CYP2C19 et par conséquent manquent d’une enzyme CYP2C19 fonctionnelle. L’exposition au lansoprazole est plusieurs fois plus élevée chez les MP que chez les métaboliseurs rapides (EM).

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de toxicité pour la reproduction ou de génotoxicité n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Dans deux études sur la cancérogénicité chez le rat, le lansoprazole a produit une hyperplasie gastrique des cellules ECL liée à la dose et des carcinoïdes cellulaires ECL associés à une hypergastrinémie en raison de l’inhibition de la sécrétion d’acide. Une métaplasie intestinale a également été observée, de même que l’hyperplasie des cellules de Leydig et les tumeurs bénignes des cellules de Leydig. Après 18 mois de traitement, une atrophie rétinienne a été observée. Cela n’a pas été vu chez les singes, les chiens ou les souris.

Dans les études de cancérogénicité chez la souris, une hyperplasie gastrique des cellules ECL liée à la dose s’est développée, ainsi que des tumeurs hépatiques et un adénome du rete testis.

La pertinence clinique de ces résultats est inconnue.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Hydrogénophosphate disodique dihydraté

Eudragit L30 – D 50

Macrogol 6000

Polysorbate 80

Povidone

Laurilsulfate de sodium

Sphères de sucre (saccharose et amidon de maïs)

Talc

Le dioxyde de titane

Coquille de capsule:

Gélatine

Le dioxyde de titane

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années

La durée de conservation après la première ouverture du conteneur est de trois mois.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

Stocker dans l’emballage d’origine.

Gardez le récipient (bouteille) hermétiquement fermé, afin de le protéger de l’humidité.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Récipient en plastique de polyéthylène (HDPE) avec un chapeau de polypropylène. Le récipient contient une capsule déshydratante de gel de silice de 2 g.

Conditionnement: 14, 28, 56 et 98 capsules.

Le récipient de la capsule de 98 contient deux (2×2 g) capsules de dessiccant de gel de silice.

Toutes les présentations ne seront pas commercialisées

Blister (film laminé OPA / Alu / PVC – feuille d’aluminium)

Les tailles de paquet de 14, 28, 49, 56 et 98.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Consilient Health Ltd.

5ème étage, Beaux Lane House,

Mercer Street Lower,

Dublin 2, Irlande.

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 24837/0015

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

28/10/2005

10. Date de révision du texte

16/06/2017