Isotard xl


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Isotard 25 mg XL, 40 mg XL, 50 mg XL et 60 mg de comprimés XL.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 25 mg, 40 mg, 50 mg ou 60 mg de mononitrate d’isosorbide (ISMN).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimés (libération prolongée).

Les comprimés d’Isotard 25 mg XL, 40 mg XL et 50 mg XL sont des comprimés ronds, biconvexes, de couleur crème portant l’inscription IM25, 40 ou 50 d’un côté, selon le cas.

Les comprimés d’Isotard 60 mg XL, seulement, sont des comprimés ovales, de couleur crème, marqués des deux côtés, mais avec un ‘6 (score) 0’ d’un côté. Le comprimé peut être divisé en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Isotard XL est indiqué chez les adultes et les personnes âgées pour le traitement prophylactique de l’angine de poitrine.

4.2 Posologie et mode d’administration

Adultes:

Un comprimé, une fois par jour le matin. La dose peut être augmentée à deux comprimés, la dose totale devant être administrée ensemble (dose comprise entre 25 et 120 mg).

Pour Isotard 60 mg XL seulement, la dose peut être ajustée afin de minimiser le risque de céphalée en débutant le traitement avec un demi-comprimé (30 mg) pendant les deux à quatre premiers jours.

Les comprimés ne doivent pas être mâchés ou écrasés et doivent être avalés avec un demi-verre de liquide.

Enfants:

L’innocuité et l’efficacité des comprimés à libération prolongée Isotard XL ISMN n’ont pas été établies.

Personnes âgées

Aucun besoin d’ajustement posologique de routine chez les personnes âgées n’a été trouvé, mais des précautions particulières peuvent être nécessaires chez les personnes présentant une susceptibilité accrue à l’hypotension ou une insuffisance hépatique ou rénale marquée.

La dose efficace la plus faible doit être utilisée.

Une atténuation de l’effet (tolérance) s’est produite chez certains patients traités avec des préparations à libération prolongée. Chez ces patients, un traitement intermittent peut être plus approprié (voir rubrique 4.4).

Le traitement ne doit pas être interrompu soudainement. Le dosage et la fréquence doivent être progressivement réduits (voir rubrique 4.4).

Le noyau du comprimé est insoluble dans les sucs digestifs mais se désintègre en petites particules lorsque toute la substance active a été libérée. Très occasionnellement, la matrice peut traverser le tractus gastro-intestinal sans se désintégrer et se retrouver à l’intérieur des selles, mais toute la substance active a été libérée.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

Cardiomyopathie obstructive hypertrophique, péricardite constrictive, tamponnade cardiaque, sténose valvulaire aortique / mitrale, anémie sévère, glaucome à angle fermé, états associés à une pression intracérébrale élevée, par exemple suite à un traumatisme crânien, hémorragie cérébrale. Infarctus aigu du myocarde avec de faibles pressions de remplissage, une insuffisance circulatoire aiguë (choc, collapsus vasculaire) ou une pression artérielle très basse. Il a été démontré que les inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, par exemple le sildénafil, le tadalafil et le vardénafil, potentialisent les effets hypotenseurs des nitrates et leur co-administration avec les nitrates ou les donneurs d’oxyde nitrique est donc contre-indiquée (voir rubrique 4.5). Isotard XL ne doit pas être administré à des patients présentant une sensibilité connue aux nitrates.

L’utilisation concomitante avec le riociguat, un stimulant soluble de la guanylate cyclase, peut provoquer une hypotension et est contre-indiquée (voir rubrique 4.5).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Isotard XL ISMN comprimés à libération prolongée ne sont pas indiqués pour le soulagement des crises angineuses aiguës. En cas d’attaque aiguë, des comprimés de glycéryle trinitraté sublinguaux ou buccaux doivent être utilisés.

Isotard XL ISMN doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant des antécédents récents d’infarctus du myocarde ou souffrant d’hypothyroïdie, d’hypothermie, de malnutrition et d’une maladie grave du foie ou du rein.

La dose efficace la plus faible doit être utilisée.

Une atténuation de l’effet (tolérance) s’est produite chez certains patients traités avec des préparations à libération prolongée. Chez ces patients, un traitement intermittent peut être plus approprié (voir rubrique 4.2).

Le traitement ne doit pas être interrompu soudainement. Le dosage et la fréquence doivent être progressivement réduits (voir rubrique 4.2).

L’hypotension induite par les nitrates peut s’accompagner d’une bradycardie paradoxale et d’une angine accrue.

Une hypotension orthostatique sévère accompagnée d’étourdissements et de vertiges est fréquemment observée après la consommation concomitante d’alcool.

Les comprimés Isotard XL contiennent du lactose et ne doivent donc pas être utilisés chez les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’effet hypotenseur d’Isotard XL peut être potentialisé par l’administration concomitante de médicaments ayant des effets hypotenseurs tels que bêta-bloquants, diurétiques, inhibiteurs de l’ECA, inhibiteurs calciques, vasodilatateurs, alprostadil, aldesleukine, antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II et / ou alcool.

Les effets hypotenseurs des nitrates sont potentialisés par l’administration concomitante d’inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5, par exemple le sildénafil (voir rubrique 4.3).

L’utilisation concomitante avec le riociguat, un stimulateur soluble de la guanylate cyclase, peut provoquer une hypotension et est contre-indiquée (voir rubrique 4.3).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Aucune donnée n’a été rapportée qui indiquerait la possibilité d’effets indésirables résultant de l’utilisation du mononitrate d’isosorbide pendant la grossesse. L’innocuité pendant la grossesse n’a cependant pas été établie. On ne sait pas si les nitrates sont excrétés dans le lait humain et, par conséquent, des précautions doivent être prises lors de l’administration aux femmes qui allaitent.

Le mononitrate d’isosorbide ne doit être utilisé pendant la grossesse et pendant l’allaitement que si, de l’avis du médecin, les avantages possibles du traitement l’emportent sur les risques possibles.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Le patient devrait être averti de ne pas conduire ou faire fonctionner de la machinerie si une hypotension, une vision floue ou des vertiges se produisent.

4.8 Effets indésirables

Une céphalée lancinante peut survenir lorsque le traitement est initié, mais disparaît généralement après 1-2 semaines de traitement. Une hypotension, y compris une hypotension orthostatique, accompagnée de symptômes tels que des vertiges, des nausées et de la fatigue, a parfois été rapportée. Rarement, des rougeurs et des réactions allergiques (y compris des éruptions cutanées) peuvent survenir. Ces symptômes disparaissent généralement pendant un traitement à long terme.

Une tachycardie et une bradycardie paroxystique ont été signalées.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune. Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard .

4.9 Surdosage

Symptômes : Nausées, vomissements, agitation, peau chaude et rougie, vision floue, mal de tête, évanouissement, tachycardie, hypotension et palpitations. Une augmentation de la pression intracrânienne avec confusion et des déficits neurologiques peuvent parfois se produire.

Prise en charge : Envisager le charbon actif par voie orale si l’ingestion d’une quantité potentiellement toxique s’est produite dans l’heure. Observez pendant au moins 12 heures après le surdosage. Surveillez la pression artérielle et le pouls. Corriger l’hypotension en soulevant le pied du lit et / ou en dilatant le volume intravasculaire. Autres mesures indiquées par l’état clinique du patient. Si l’hypotension sévère persiste malgré les mesures ci-dessus, envisager l’utilisation d’inotropes tels que la dopamine ou la dobutamine.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: nitrates organiques. Code ATC: C01DA14

Les nitrates organiques (y compris GTN, RNIS et ISMN) sont de puissants relaxants des muscles lisses. Ils ont un effet puissant sur le muscle lisse vasculaire avec moins d’effet sur les muscles lisses bronchiolaires, gastro-intestinaux, urétéraux et utérins. Les faibles concentrations dilatent les artères et les veines.

La dilatation veineuse regroupe le sang dans la périphérie, ce qui entraîne une diminution du retour veineux, du volume sanguin central et des volumes et pressions de remplissage ventriculaire. Le débit cardiaque peut rester inchangé ou diminuer en raison de la diminution du retour veineux. La pression artérielle diminue habituellement en raison d’une diminution du débit cardiaque ou d’une vasodilatation artériolaire, ou des deux. Une augmentation réflexe modeste de la fréquence cardiaque résulte de la diminution de la pression artérielle. Les nitrates peuvent dilater les artères coronaires épicardiques, y compris les sténoses athérosclérotiques.

Le mécanisme cellulaire de la relaxation des muscles lisses induite par les nitrates est devenu apparent ces dernières années. Les nitrates pénètrent dans la cellule musculaire lisse et sont clivés en nitrate inorganique et éventuellement en oxyde nitrique. Ce clivage nécessite la présence de groupes sulfhydryle, qui proviennent apparemment de l’acide aminé cystéine. L’oxyde nitrique subit une réduction supplémentaire en nitrosothiol par une interaction supplémentaire avec les groupes sulfhydryle. Le nitrosothiol active la guanylate cyclase dans les cellules musculaires lisses vasculaires, générant ainsi de la guanosine monophosphate cyclique (GMPc). C’est ce dernier composé, cGMP, qui produit la relaxation des muscles lisses en accélérant la libération de calcium à partir de ces cellules.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption:

L’isosorbide-5-mononitrate est facilement absorbé par le tractus gastro-intestinal.

Distribution:

Après l’administration orale de comprimés conventionnels, les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes en environ 1 heure. Contrairement au dinitrate d’isosorbide, l’ISMN ne subit pas de métabolisme hépatique de premier passage et sa biodisponibilité est de 100%. L’ISMN a un volume de distribution d’environ 40 litres et n’est pas significativement lié aux protéines.

Élimination:

ISMN est métabolisé en métabolites inactifs, y compris l’isosorbide et l’isosorbide glucuronide. La pharmacocinétique n’est pas affectée par la présence d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale ou hépatique. Seulement 20% d’ISMN est excrété inchangé dans l’urine. Une demi-vie d’élimination d’environ 4-5 heures a été rapportée.

5.3 Données de sécurité précliniques

N’est pas applicable.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Acide stéarique

Cire de carnauba

Hypromellose

Lactose monohydraté

Stéarate de magnésium

Talc

Silice colloïdale anhydre

Macrogol

Dioxyde de titane (E171)

Oxyde de fer jaune (E172)

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

36 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Stocker dans l’emballage d’origine. Conserver le récipient dans l’emballage extérieur

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Les comprimés sont emballés dans des blisters constitués de PVC de 250 μm avec un revêtement PVdC de 25 μm scellé à une feuille d’aluminium de 25 μm d’épaisseur avec un vernis d’étanchéité PVdC de 20 μm. Les comprimés sont emballés dans des boîtes de 28 comprimés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Les comprimés doivent être avalés entiers avec un demi-verre d’eau. Ils ne doivent pas être mâchés ou écrasés.

7. Titulaire de l’autorisation

Kyowa Kirin Limitée

Galabank Business Park

Galashiels

TD1 1QH

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

Isotard 25 mg XL:

PL 16508/0018

Isotard 40 mg XL:

PL 16508/0020

Isotard 50 mg XL:

PL 16508/0021

Isotard 60 mg XL:

PL 16508/0022

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

08 avril 2002

10. Date de révision du texte

05/2016