Hypnomidate 2 mg / ml injection


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Hypnomidate 2 mg / ml injection

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque ml d’Hypnomidate contient 2 mg d’étomidate.

3. Forme pharmaceutique

Solution pour injection.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

L’hypnomidate est un agent d’induction intraveineuse de l’anesthésie.

4.2 Posologie et mode d’administration

Pour l’administration intraveineuse.

L’hypnomidate doit être injecté lentement par voie intraveineuse.

Le produit ne doit être utilisé que par des médecins formés à l’intubation endotrachéale. L’équipement pour la respiration artificielle doit être disponible.

Il est recommandé de porter des gants lors de l’ouverture de l’ampoule. En cas d’exposition accidentelle par voie cutanée, rincer la zone affectée avec de l’eau. Évitez d’utiliser du savon, de l’alcool et d’autres produits de nettoyage susceptibles de provoquer des abrasions chimiques ou physiques sur la peau.

Adultes et enfants:

Une dose de 0,3 mg / kg de poids corporel administrée par voie intraveineuse à l’induction de l’anesthésie donne un sommeil de 4 à 5 minutes.

Le dosage doit être ajusté à la réponse individuelle du patient et aux effets cliniques.

Chez les enfants de moins de 15 ans, la dose peut devoir être augmentée: une dose supplémentaire allant jusqu’à 30% de la dose normale pour les adultes est parfois nécessaire pour obtenir la même profondeur et la même durée de sommeil que chez les adultes.

Personnes âgées

Une dose de 0,15-0,2 mg / kg de poids corporel doit être administrée et la dose doit être ajustée en fonction de la réponse individuelle du patient et des effets cliniques (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Puisque l’hypnomidate n’a aucune action analgésique, des analgésiques appropriés devraient être utilisés dans les procédures impliquant des stimuli douloureux.

L’hypnose peut être prolongée par des injections supplémentaires d’Hypnomidate.

Ne pas dépasser une dose totale de 30 ml (3 ampoules).

L’hypnomidate peut être dilué avec une perfusion de chlorure de sodium BP ou une perfusion de dextrose BP, mais il n’est pas compatible avec l’injection de lactate de sodium composé BP (solution de Hartmann). Les combinaisons avec le bromure de pancuronium peuvent montrer une très légère opalescence; pour cette raison, les deux ne devraient pas être mélangés ensemble.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Avertissements : Chez les patients présentant une cirrhose du foie ou chez ceux qui ont déjà reçu des neuroleptiques, des opiacés ou des sédatifs, la dose d’étomidate doit être réduite.

L’induction avec l’hypnomidate peut s’accompagner d’une baisse légère et transitoire de la pression artérielle due à une réduction de la résistance vasculaire périphérique. Chez les patients débilités chez qui l’hypotension peut être nocive, les mesures suivantes doivent être prises:

1. Gardez le patient en décubitus pendant l’induction.

2. Assurer un bon accès intraveineux pour gérer le volume sanguin circulatoire.

3. Donner Hypnomidate par injection intraveineuse lente (par exemple 10 ml en 1 min.).

4. Évitez de donner d’autres agents d’induction si possible.

Lorsque l’hypnomidate est utilisé, l’équipement de réanimation doit être facilement disponible pour gérer la dépression respiratoire et la possibilité d’apnée.

Des doses d’induction d’étomidate ont été associées à une réduction des concentrations plasmatiques de cortisol et d’aldostérone (voir rubrique Propriétés pharmacodynamiques). En cas d’inquiétude pour les patients soumis à un stress sévère, en particulier ceux présentant un dysfonctionnement corticosurrénalien, une supplémentation en cortisol exogène doit être envisagée.

L’hypnomidate doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une insuffisance cortico-surrénale sous-jacente, tels que les patients atteints de septicémie.

Une suppression prolongée du cortisol endogène et de l’aldostérone peut se produire en conséquence directe de l’administration d’étomidate par perfusion continue ou à doses répétées. L’utilisation d’Hypnomidate pour le maintien de l’anesthésie doit donc être évitée. Dans de telles situations, la stimulation de la glande surrénale avec l’hormone adrénocorticotrope (ACTH) n’est pas utile. Cependant, lorsque l’étomidate est utilisé pour l’induction, l’augmentation post-opératoire du cortisol sérique qui a été observée après l’induction du thiopentone est retardée d’environ 3 à 6 heures.

Des mouvements spontanés peuvent survenir dans un ou plusieurs groupes de muscles, en particulier lorsqu’aucune prémédication n’a été administrée. Ces mouvements ont été attribués à la désinhibition sous-corticale. Ils peuvent être largement prévenus par l’administration intraveineuse de petites doses de fentanyl, avec du diazépam 1-2 min. avant l’induction avec Hypnomidate.

La myoclonie et la douleur à l’injection, y compris la douleur veineuse, sont observées lors de l’administration d’Hypnomidate en particulier quand il est injecté dans une petite veine. Ceci peut être largement évité par l’application intraveineuse d’une petite dose d’opioïdes appropriés, par exemple le fentanyl, 1 à 2 minutes avant l’induction.

L’hypnomidate doit être utilisé avec prudence chez les patients âgés, car il existe un risque de diminution du débit cardiaque, qui a été signalé avec des doses supérieures à celles recommandées (voir rubrique 4.2 Posologie et mode d’administration pour la dose recommandée chez les personnes âgées).

Des convulsions peuvent survenir chez des patients non prémédiqués.

Précautions: L’hypnomidate par injection doit être administré lentement (par exemple 10 ml en 30-60 secondes).

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

L’effet hypnotique de l’étomidate peut être renforcé par les médicaments neuroleptiques, les opioïdes, les sédatifs et l’alcool.

L’induction avec l’étomidate peut s’accompagner d’une réduction légère et transitoire de la résistance périphérique, ce qui peut renforcer l’effet d’autres médicaments réduisant la pression artérielle.

L’hypnomidate est pharmacologiquement compatible avec les myorelaxants, les médicaments prémédicants et les anesthésiques par inhalation dans l’utilisation clinique actuelle.

Effet d’autres médicaments sur l’étomidate

L’administration concomitante d’étomidate et d’alfentanil a réduit la demi-vie terminale de l’étomidate à environ 29 minutes. Des précautions doivent être prises lorsque les deux médicaments sont administrés ensemble, car les concentrations d’étomidate peuvent tomber en dessous du seuil hypnotique.

La clairance plasmatique totale et le volume de distribution de l’étomidate sont réduits d’un facteur de 2 à 3 sans modification de la demi-vie lorsqu’ils sont administrés avec du fentanyl IV. Lorsque l’étomidate est co-administré avec le fentanyl IV, la dose peut devoir être réduite.

Effet de l’étomidate sur d’autres médicaments

La co-administration d’étomidate et de kétamine semble n’avoir aucun effet significatif sur les concentrations plasmatiques ou les paramètres pharmacocinétiques de la kétamine ou de son principal métabolite, la norkétamine.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Chez les animaux, aucun effet embryotoxique ou tératogène primaire n’a été observé avec l’étomidate. La sécurité dans la grossesse humaine n’a pas été établie. Hypnomidate devrait être utilisé pendant la grossesse seulement si l’avantage potentiel justifie les risques pour le foetus.

Pendant l’anesthésie obstétricale, l’étomidate traverse le placenta. Les scores Apgar des nouveau-nés dont les mères ont reçu l’hypnomidate sont comparables à ceux des nouveau-nés nés après l’utilisation d’autres agents hypnotiques. Une chute transitoire des niveaux de cortisol durant environ 6 heures a été observée chez le nouveau-né après l’administration d’Hypnomidate à la mère. Les valeurs diminuées sont restées dans la plage normale.

Allaitement maternel

L’étomidate a été identifié dans le lait maternel. L’effet de l’étomidate sur les nouveau-nés est inconnu. L’allaitement doit être interrompu pendant le traitement et pendant une période d’environ 24 heures après le traitement par Hypnomidate.

La fertilité

Dans une étude de reproduction chez les animaux, les résultats ont montré que l’Hypnomidate n’a aucun effet sur la fertilité aux doses recommandées.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’étomidate a une influence majeure sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Même si un patient peut retrouver une vigilance normale 30 à 60 minutes après son réveil, il est recommandé aux patients de ne pas conduire ou utiliser de machines pendant au moins 24 heures après l’administration d’Hypnomidate. Par conséquent, la décision d’autoriser la conduite ou l’utilisation de machines doit être prise par l’équipe de traitement post-anesthésiologique.

4.8 Effets indésirables

L’innocuité d’Hypnomidate a été évaluée chez 812 sujets ayant participé à 4 essais cliniques en ouvert sur Hypnomidate utilisés pour l’induction d’une anesthésie générale. Ces sujets ont pris au moins une dose d’Hypnomidate et fourni des données de sécurité. Sur la base des données d’innocuité regroupées issues de ces essais cliniques, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés (incidence ≥ 5%) étaient (avec% d’incidence) dyskinésie (10,3) et douleur veineuse (7,6).

En tenant compte des effets indésirables mentionnés ci-dessus, le tableau suivant présente les effets indésirables rapportés lors de l’utilisation d’Hypnomidate dans le cadre d’essais cliniques ou de post-commercialisation.

Les catégories de fréquence affichées utilisent la convention suivante: Très fréquent (≥1 / 10); commun (≥1 / 100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); et inconnu (ne peut être estimé à partir des données d’essais cliniques disponibles).

System Organ Class

Effets indésirables du médicament

Catégorie de fréquence

très commun

(≥1 / 10)

Commun

(≥1 / 100 à <1/10)

Rare

(≥1 / 1,000 à <1/100)

Pas connu

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité (comme choc anaphylactique, réaction anaphylactique, réaction anaphylactoïde)

Troubles endocriniens

Insuffisance surrénalienne

Troubles du système nerveux

Dyskinésie

Myoclonus

Hypertonie, Contractions musculaires involontaires, Nystagmus

Convulsion (y compris convulsions grand mal)

Troubles cardiaques

Bradycardie, extrasystoles, extrasystoles ventriculaires

Arrêt cardiaque, bloc atrioventriculaire complet

Troubles vasculaires

Douleur veineuse, Hypotension

Phlébite, hypertension

Choc, thrombophlébite (y compris la thrombophlébite superficielle et la thrombose veineuse profonde)

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Apnée, Hyperventilation, Stridor

Hypoventilation, hoquet, toux

Dépression respiratoire, Bronchospasme (y compris l’issue fatale)

Problèmes gastro-intestinaux

Vomissements, nausées

Hypersécrétion salivaire

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Téméraire

Érythème

Syndrome de Stevens-Johnson, urticaire

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Rigidité musculaire

Trismus

Troubles généraux et conditions du site d’administration

Douleur au site d’injection

Blessure, empoisonnement et complications procédurales

Complication anesthésique, Récupération retardée de l’anesthésie, Analgésie inadéquate, Nausées procédurales

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via:

Carte Jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Symptômes

Un surdosage est susceptible d’entraîner une anesthésie prolongée avec possibilité de dépression respiratoire et même d’arrêt, auquel cas un soutien respiratoire adéquat est obligatoire. Une hypotension a également été observée. Un surdosage peut réduire la sécrétion corticale. Cela peut être associé à une désorientation et à un réveil retardé.

Traitement

Des mesures de soutien générales et une observation attentive sont recommandées. De plus, l’administration de 50 à 100 mg d’hydrocortisone (et non de l’ACTH) peut être nécessaire pour réduire la sécrétion de cortisol.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Autres anesthésiques généraux, code ATC N01AX07

L’étomidate est un hypnotique intraveineux à action brève qui est rapidement inactivé par le métabolisme enzymatique, de sorte qu’il ne provoque pas d’effet de gueule de bois. Il ne libère pas d’histamine et n’a aucun effet sur la fonction hépatique. Des études in vitro ont montré que l’étomidate est un inhibiteur des enzymes microsomales. Des études in vivo limitées ont démontré une inhibition minimale du métabolisme hépatique.

Suppression des surrénales

L’étomidate, lorsqu’il est utilisé pour l’introduction de l’anesthésie, produit une diminution du taux de cortisol plasmatique et d’aldostérone, qui reste supprimé pendant 6-8 heures. Ces niveaux reviennent habituellement à la ligne de base dans les 24 heures. L’étomidate semble être un inhibiteur spécifique et réversible de la 11-bêta-hydroxylation de la synthèse des stéroïdes surrénaliens.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Profil dans le plasma

Après l’administration intraveineuse, l’évolution temporelle des taux plasmatiques d’étomidate peut être décrite par un modèle à trois compartiments reflétant les processus de distribution, de métabolisme et d’élimination. Les concentrations plasmatiques diminuent rapidement pendant environ 30 minutes, puis plus lentement; les traces sont encore détectables après environ 6 heures. Les métabolites, principalement d’hydrolyse, sont plus lentement excrétés.

Distribution

L’étomidate est lié à environ 76,5% aux protéines plasmatiques. L’étomidate est rapidement distribué dans le cerveau et d’autres tissus. Son volume de distribution est d’environ 4,5 L / kg.

Métabolisme et élimination

L’étomidate est métabolisé dans le foie. Après 24 heures, 75% de la dose administrée d’étomidate a été éliminée dans l’urine principalement sous forme de métabolites. Seulement 2% de l’étomidate est excrété sous forme inchangée dans l’urine. La demi-vie terminale d’environ 3 à 5 heures reflète la distribution lente de l’étomidate du compartiment périphérique profond.

5.3 Données de sécurité précliniques

Dans une étude de fertilité reproductive, les résultats n’ont montré aucun effet sur la fertilité ou les paramètres généraux de la grossesse, et aucun signe d’embryotoxicité ou de tératogénicité. Dans les études standard d’embryotoxicité et de tératologie, une certaine mortalité est survenue dans les groupes recevant la dose élevée (5 mg / kg), mais aucun effet d’embryotoxicité ou de tératogénicité n’a été spécifiquement attribué au matériel d’essai. L’administration d’étomidate pendant la période périnatale et postnatale a entraîné une mortalité et une toxicité maternelles liées à la dose et, à cet égard, une légère diminution de la survie des petits dans le groupe à dose élevée (5 mg / kg). Aucun effet indésirable n’a été observé sur le taux de gestation, la taille de la portée, le poids à la naissance ou le gain de poids corporel, et aucune anomalie de la progéniture n’a été notée.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Propylène glycol

Eau pour les injections

Hydroxyde de sodium 1N *

Acide chlorhydrique 1N *

* pour l’ajustement occasionnel du pH seulement

6.2 Incompatibilités

Les combinaisons avec le bromure de pancuronium peuvent montrer une très légère opalescence; pour cette raison, les deux ne devraient pas être mélangés ensemble.

6.3 Durée de conservation

2 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Ampoule en verre incolore, Ph.Eur. Type I, contenant 10 ml d’Hypnomidate, en boîtes de 5 et 10 ampoules.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Aucun déclaré.

7. Titulaire de l’autorisation

Janssen-Cilag Limitée

50-100 Holmers Farm Way

High Wycombe

Buckinghamshire

HP12 4EG

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 0242/0019

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

27 octobre 1978/20 mars 2004

10. Date de révision du texte

05 janvier 2016