Fostair 100/6 solution d’inhalation


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Fostair 100/6 microgrammes par solution d’inhalation pressurisée par actionnement.

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque dose mesurée (ex-valve) contient:

100 microgrammes de dipropionate de béclométasone et 6 microgrammes de fumarate de formotérol dihydraté. Cela équivaut à une dose délivrée (ex-actionneur) de 84,6 microgrammes de dipropionate de béclométasone et de 5,0 microgrammes de fumarate de formotérol dihydraté.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Inhalation sous pression, solution.

Solution incolore à jaunâtre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Asthme

Fostair est indiqué dans le traitement régulier de l’asthme lorsque l’utilisation d’un produit combiné (corticoïde inhalé et bêta 2 -agoniste à action prolongée) est appropriée:

– patients insuffisamment contrôlés par des corticostéroïdes inhalés et «en cas de besoin» par inhalation d’un bêta 2 -agoniste à action rapide;

– les patients sont déjà suffisamment contrôlés à la fois par les corticostéroïdes inhalés et par les bêta 2 -agonistes à longue durée d’action.

MPOC

Traitement symptomatique des patients atteints de BPCO sévère (VEMS <50% de la normale) et antécédents d’exacerbations répétées, qui présentent des symptômes significatifs malgré un traitement régulier par des bronchodilatateurs à action prolongée.

4.2 Posologie et mode d’administration

FOSTAIR est destiné à l’inhalation.

Posologie

ASTHME

FOSTAIR n’est pas destiné à la prise en charge initiale de l’asthme. Le dosage des composants de Fostair est individuel et doit être ajusté à la gravité de la maladie. Ceci doit être pris en compte non seulement lorsque le traitement avec des produits combinés est initié, mais également lorsque la dose est ajustée. Si un patient individuel nécessite une combinaison de doses autres que celles disponibles dans l’inhalateur combiné, des doses appropriées de bêta 2 -agonistes et / ou de corticostéroïdes par des inhalateurs individuels doivent être prescrites.

Le dipropionate de béclométasone de Fostair est caractérisé par une distribution granulométrique extrafine qui entraîne un effet plus puissant que les formulations de dipropionate de béclométasone avec une distribution granulométrique non extrafine (100 microgrammes de dipropionate de béclométasone extrafine dans Fostair équivalent à 250 microgrammes de dipropionate de béclométasone dans une formulation non extrafine). Par conséquent, la dose quotidienne totale de dipropionate de béclométasone administrée dans Fostair devrait être inférieure à la dose quotidienne totale de dipropionate de béclométasone administrée dans une formulation de dipropionate de béclométasone non extrafine.

Cela doit être pris en considération lorsqu’un patient est transféré d’une formulation non extrafine de béclométasone dipropionate à Fostair; la dose de dipropionate de béclométasone devrait être plus faible et devra être adaptée aux besoins individuels des patients.

Il y a deux approches de traitement:

A. Traitement d’entretien : Fostair est utilisé comme traitement d’entretien régulier avec un bronchodilatateur séparé à action rapide.

B. Traitement d’entretien et de soulagement: Fostair est pris comme traitement d’entretien régulier et comme nécessaire en réponse aux symptômes d’asthme.

A. Thérapie d’entretien

On devrait conseiller aux patients d’avoir leur bronchodilatateur séparé à action rapide disponible pour l’utilisation de secours à tout moment.

Recommandations de dose pour les adultes de 18 ans et plus:

Une ou deux inhalations deux fois par jour.

La dose quotidienne maximale est de 4 inhalations.

B. Maintenance et traitement de secours

Les patients prennent leur dose d’entretien quotidienne de Fostair et, en plus, prennent Fostair au besoin en réponse aux symptômes d’asthme. Les patients devraient être avisés de toujours avoir Fostair disponible pour l’utilisation de secours.

L’entretien Fostair et le traitement de soulagement devraient particulièrement être considérés pour les patients avec:

• asthme non complètement contrôlé et nécessitant des médicaments de secours

• exacerbations de l’asthme dans le passé nécessitant une intervention médicale

Une surveillance étroite des effets indésirables liés à la dose est nécessaire chez les patients qui prennent souvent un nombre élevé d’inhalations Fostair en cas de besoin.

Recommandations de dose pour les adultes de 18 ans et plus:

La dose d’entretien recommandée est de 1 inhalation deux fois par jour (une inhalation le matin et une inhalation le soir).

Les patients doivent prendre 1 inhalation supplémentaire en fonction des symptômes. Si les symptômes persistent après quelques minutes, une inhalation supplémentaire doit être prise.

La dose quotidienne maximale est de 8 inhalations.

Les patients nécessitant un usage fréquent d’inhalations de secours par jour devraient être fortement recommandés pour consulter un médecin. Leur asthme devrait être réévalué et leur traitement d’entretien devrait être reconsidéré.

Recommandations de dose pour les enfants et les adolescents de moins de 18 ans:

L’innocuité et l’efficacité de Fostair chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans n’ont pas encore été établies. Aucune donnée n’est disponible avec Fostair chez les enfants de moins de 12 ans. Seules des données limitées sont disponibles chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans. Par conséquent, Fostair n’est pas recommandé pour les enfants et les adolescents de moins de 18 ans jusqu’à ce que des données supplémentaires soient disponibles.

Les patients doivent être régulièrement réévalués par un médecin afin que le dosage de Fostair reste optimal et ne soit modifié que sur avis médical. La dose doit être ajustée à la dose la plus faible permettant de maintenir un contrôle efficace des symptômes. Lorsque le contrôle des symptômes est maintenu avec le dosage recommandé le plus bas, l’étape suivante pourrait inclure un test de corticostéroïde inhalé seul.

Il faut conseiller aux patients de prendre Fostair tous les jours, même s’ils sont asymptomatiques.

MPOC

Recommandations de dose pour les adultes de 18 ans et plus:

Deux inhalations deux fois par jour.

Groupes de patients spéciaux:

Il n’est pas nécessaire d’ajuster la dose chez les patients âgés. Il n’y a pas de données disponibles pour l’utilisation de Fostair chez les patients présentant une insuffisance hépatique ou rénale (voir rubrique 5.2).

Méthode d’administration

Pour assurer l’administration correcte du médicament, le médecin doit montrer au patient comment utiliser l’inhalateur correctement par un médecin ou un autre professionnel de la santé. L’utilisation correcte de l’inhalateur-doseur sous pression est essentielle pour que le traitement soit efficace. Il doit être conseillé au patient de lire attentivement la notice d’information destinée aux patients et de suivre les instructions d’utilisation données dans la notice.

L’inhalateur Fostair est muni d’un compteur à l’arrière de l’actionneur, qui indique le nombre de doses restantes. Pour la présentation de 120 doses chaque fois que le patient appuie sur la cartouche, une bouffée de médicament est libérée et le compteur compte à rebours d’une unité. Pour la présentation 180, chaque fois que le patient appuie sur la cartouche, le compteur tourne légèrement et le nombre de bouffées restantes est affiché par intervalles de 20. Les patients doivent être avisés de ne pas laisser tomber l’inhalateur, car cela peut entraîner le décompte .

Tester l’inhalateur

Avant d’utiliser l’inhalateur pour la première fois ou si l’inhalateur n’a pas été utilisé pendant 14 jours ou plus, le patient doit libérer un actionnement dans l’air afin de s’assurer que l’inhalateur fonctionne correctement. Après avoir testé l’inhalateur pour la première fois, le compteur devrait indiquer 120 ou 180.

Chaque fois que possible, les patients doivent rester debout ou assis en position verticale lorsqu’ils inhalent de leur inhalateur.

Utilisation de l’inhalateur:

1. Les patients doivent retirer le capuchon protecteur de l’embout buccal et vérifier que l’embout buccal est propre et exempt de poussière et de saleté ou de tout autre corps étranger.

2. Les patients doivent expirer aussi lentement et profondément que possible.

3. Les patients doivent tenir le contenant à la verticale avec son corps vers le haut et mettre les lèvres autour de l’embout buccal sans mordre l’embout

4. En même temps, les patients doivent inspirer lentement et profondément par la bouche. Après avoir commencé à inspirer, ils doivent appuyer sur le dessus de l’inhalateur pour libérer une bouffée.

5. Les patients doivent retenir leur respiration le plus longtemps possible et, enfin, ils doivent retirer l’inhalateur de la bouche et expirer lentement. Les patients ne doivent pas expirer dans l’inhalateur.

Pour inhaler une autre bouffée, les patients doivent garder l’inhalateur dans une position verticale pendant environ une demi-minute et répéter les étapes 2 à 5.

IMPORTANT: les patients ne doivent pas effectuer les étapes 2 à 5 trop rapidement.

Après utilisation, les patients doivent fermer l’inhalateur avec un capuchon de protection et vérifier le compteur de dose.

Les patients doivent être avisés de prendre un nouvel inhalateur lorsque le compteur de dose ou l’indicateur indique le numéro 20. Ils doivent cesser d’utiliser l’inhalateur lorsque le compteur indique 0 car les bouffées laissées dans l’appareil risquent de ne pas suffire.

Si une brume apparaît après l’inhalation, soit de l’inhalateur soit des côtés de la bouche, la procédure doit être répétée à partir de l’étape 2.

Pour les patients avec des mains faibles, il peut être plus facile de tenir l’inhalateur avec les deux mains. Par conséquent, les index doivent être placés sur le dessus de la cartouche d’inhalateur et les deux pouces sur la base de l’inhalateur.

Les patients doivent se rincer la bouche ou se gargariser avec de l’eau ou se brosser les dents après inhalation (voir rubrique 4.4).

Nettoyage

Les patients doivent être informés de lire attentivement la notice d’information du patient pour les instructions de nettoyage. Pour le nettoyage régulier de l’inhalateur, les patients doivent retirer le capuchon de l’embout buccal et essuyer l’extérieur et l’intérieur de l’embout avec un chiffon sec. Ils ne doivent pas retirer la cartouche de l’actionneur et ne doivent pas utiliser d’eau ou d’autres liquides pour nettoyer l’embout buccal.

Les patients qui ont du mal à synchroniser l’actionnement de l’aérosol en inspirant la respiration peuvent utiliser le dispositif d’espacement AeroChamber Plus ® . Le médecin, le pharmacien ou une infirmière devrait les conseiller sur l’utilisation et les soins adéquats de leur inhalateur et de leur dispositif d’espacement et vérifier leur technique afin de garantir une administration optimale du médicament inhalé dans les poumons. Ceci peut être obtenu par les patients utilisant l’AeroChamber Plus ® par une respiration lente et profonde continue à travers l’entretoise, sans aucun délai entre l’actionnement et l’inhalation.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité au dipropionate de béclométasone, au fumarate de formotérol dihydraté ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Fostair doit être utilisé avec prudence (ce qui peut inclure une surveillance) chez les patients présentant des arythmies cardiaques, en particulier bloc auriculo-ventriculaire du troisième degré et tachyarythmies (rythme cardiaque accéléré et / ou irrégulier), sténose aortique sous-valvulaire idiopathique, cardiomyopathie obstructive hypertrophique, cardiopathie sévère, infarctus du myocarde aigu, cardiopathie ischémique, insuffisance cardiaque congestive, occlusion les maladies vasculaires, en particulier l’artériosclérose, l’hypertension artérielle et l’anévrisme.

Des précautions doivent également être observées lors du traitement de patients avec un allongement connu ou soupçonné de l’intervalle QTc, congénital ou induit par un médicament (QTc> 0,44 seconde). Le formotérol lui-même peut induire une prolongation de l’intervalle QTc.

La prudence est également requise lorsque Fostair est utilisé par des patients atteints de thyréotoxicose, de diabète sucré, de phéochromocytome et d’hypokaliémie non traitée.

Une hypokaliémie potentiellement grave peut résulter d’un traitement par un β 2 -agoniste. Une prudence particulière est recommandée dans les cas d’asthme sévère car cet effet peut être potentialisé par l’hypoxie. L’hypokaliémie peut également être potentialisée par un traitement concomitant avec d’autres médicaments pouvant induire une hypokaliémie, tels que les dérivés xanthiques, les stéroïdes et les diurétiques (voir rubrique 4.5). La prudence est également recommandée dans l’asthme instable lorsqu’un certain nombre de bronchodilatateurs «de secours» peuvent être utilisés. Il est recommandé de surveiller les taux sériques de potassium dans de telles situations.

L’inhalation de formotérol peut provoquer une augmentation des taux de glucose dans le sang. Par conséquent, la glycémie doit être étroitement surveillée chez les patients diabétiques.

Si une anesthésie avec des anesthésiques halogénés est prévue, il faut s’assurer que Fostair n’est pas administré pendant au moins 12 heures avant le début de l’anesthésie, car il existe un risque d’arythmie cardiaque.

Comme tous les médicaments inhalés contenant des corticostéroïdes, Fostair doit être administré avec prudence chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire active ou quiescente, d’infections fongiques et virales dans les voies respiratoires.

Il est recommandé de ne pas interrompre brusquement le traitement par Fostair.

Si les patients trouvent que le traitement est inefficace, une attention médicale doit être recherchée. L’utilisation croissante des bronchodilatateurs de secours indique une aggravation de l’affection sous-jacente et justifie une réévaluation du traitement de l’asthme. La détérioration soudaine et progressive du contrôle de l’asthme ou de la BPCO est potentiellement mortelle et le patient doit subir une évaluation médicale urgente. Il faudrait envisager la nécessité d’un traitement accru par corticostéroïdes, par inhalation ou par voie orale, ou d’un traitement antibiotique en cas de suspicion d’infection.

Les patients ne doivent pas être initiés à Fostair pendant une exacerbation, ou s’ils ont une aggravation significative de l’asthme ou une aggravation de l’asthme. Des événements indésirables graves et des exacerbations liées à l’asthme peuvent survenir pendant le traitement par Fostair. Les patients doivent être invités à poursuivre le traitement, mais à consulter un médecin si les symptômes de l’asthme restent incontrôlés ou s’aggravent après le début du traitement par Fostair.

Comme avec d’autres traitements par inhalation, un bronchospasme paradoxal peut survenir avec une augmentation immédiate de la respiration sifflante et de la rapidité de l’haleine après l’administration. Cela devrait être traité immédiatement avec un bronchodilatateur inhalé à action rapide. Fostair doit être interrompu immédiatement, le patient doit être évalué et un traitement alternatif doit être instauré si nécessaire.

Fostair ne doit pas être utilisé comme premier traitement contre l’asthme.

Pour le traitement des crises d’asthme aiguës, il faut conseiller aux patients d’avoir à tout moment un bronchodilatateur à action rapide, soit Fostair (pour les patients sous Fostairas et un traitement de soulagement), soit un bronchodilatateur à action rapide séparé (uniquement pour les patients traités par Fostair). ).

Il faut rappeler aux patients de prendre Fostair quotidiennement comme prescrit, même s’il est asymptomatique. Les inhalations de secours de Fostair doivent être prises en réponse aux symptômes de l’asthme, mais ne sont pas destinées à une utilisation prophylactique régulière, par exemple avant l’exercice. Pour une telle utilisation, un bronchodilatateur séparé à action rapide doit être envisagé.

Une fois les symptômes de l’asthme contrôlés, on peut envisager de réduire progressivement la dose de Fostair. L’examen régulier des patients à mesure que le traitement est annulé est important. La dose efficace la plus faible de Fostair doit être utilisée (voir rubrique 4.2).

Des effets systémiques peuvent survenir avec tout corticostéroïde inhalé, en particulier à fortes doses prescrites pendant de longues périodes. Ces effets sont beaucoup moins susceptibles de survenir par inhalation qu’avec les corticostéroïdes oraux. Les effets systémiques possibles comprennent: syndrome de Cushing, caractéristiques cushingoïdes, suppression surrénalienne, diminution de la densité minérale osseuse, retard de croissance chez les enfants et les adolescents, cataracte et glaucome et, plus rarement, divers effets psychologiques ou comportementaux: hyperactivité psychomotrice, troubles du sommeil, anxiété, dépression ou agression (en particulier chez les enfants).

Par conséquent, il est important que le patient soit examiné régulièrement, et la dose de corticostéroïde inhalé est réduite à la dose la plus faible à laquelle un contrôle efficace de l’asthme est maintenu.

Les données pharmacocinétiques à dose unique (voir rubrique 5.2) ont démontré que l’utilisation de Fostair avec le dispositif d’espacement Aerochamber Plus ® par rapport à l’actionneur standard n’augmente pas l’exposition systémique totale au formotérol et réduit l’exposition systémique à la béclométasone-17- le monopropionate, alors qu’il y a une augmentation pour le dipropionate de béclométasone inchangé qui atteint la circulation systémique du poumon; Cependant, puisque l’exposition systémique totale au dipropionate de béclométasone et à son métabolite actif ne change pas, il n’y a pas de risque accru d’effets systémiques lors de l’utilisation de Fostair avec le dispositif d’espacement désigné.

Un traitement prolongé de patients recevant de fortes doses de corticostéroïdes inhalés peut entraîner une suppression surrénalienne et une crise surrénalienne aiguë. Les enfants de moins de 16 ans qui prennent / inhalent des doses supérieures à celles recommandées de dipropionate de béclométasone peuvent présenter un risque particulier. Les situations qui pourraient potentiellement déclencher une crise surrénale aiguë, comprennent un traumatisme, une intervention chirurgicale, une infection ou une réduction rapide de la posologie. Les symptômes présentés sont généralement vagues et peuvent inclure l’anorexie, des douleurs abdominales, une perte de poids, de la fatigue, des maux de tête, des nausées, des vomissements, de l’hypotension, une diminution du niveau de conscience, une hypoglycémie et des convulsions. Une couverture corticostéroïde systémique supplémentaire doit être envisagée pendant les périodes de stress ou de chirurgie élective.

Des précautions doivent être prises lors du transfert des patients vers le traitement par Fostair, en particulier s’il existe des raisons de supposer que la fonction surrénale est altérée par un traitement stéroïdien systémique antérieur.

Les patients qui passent d’un corticostéroïde par voie orale à un corticostéroïde inhalé peuvent demeurer longtemps à risque d’avoir une réserve surrénalienne altérée. Les patients qui ont déjà eu besoin d’une corticothérapie d’urgence à forte dose ou qui ont reçu un traitement prolongé par de fortes doses de corticostéroïdes en inhalation peuvent également être à risque. Cette possibilité de déficience résiduelle doit toujours être prise en compte dans les situations urgentes et électives susceptibles de produire un stress, et un traitement corticoïde approprié doit être envisagé. L’étendue de la déficience surrénale peut nécessiter un avis spécialisé avant les procédures électives.

Pneumonie chez les patients atteints de BPCO

Une augmentation de l’incidence de la pneumonie, y compris la pneumonie nécessitant une hospitalisation, a été observée chez les patients atteints de BPCO recevant des corticostéroïdes inhalés. Il y a des preuves d’un risque accru de pneumonie avec l’augmentation de la dose de stéroïdes, mais cela n’a pas été démontré de manière concluante dans toutes les études. Il n’y a aucune preuve clinique concluante pour les différences intra-classe dans l’ampleur du risque de pneumonie entre les corticostéroïdes inhalés. Les médecins doivent rester vigilants face au développement possible d’une pneumonie chez les patients atteints de MPOC, car les caractéristiques cliniques de ces infections chevauchent les symptômes d’exacerbation de la MPOC. Les facteurs de risque de pneumonie chez les patients atteints de MPOC comprennent le tabagisme actuel, âge avancé, faible indice de masse corporelle (IMC) et BPCO sévère.

Les patients doivent être informés que Fostair contient une petite quantité d’éthanol (environ 7 mg par activation); Cependant, à des doses normales, la quantité d’éthanol est négligeable et ne présente aucun risque pour les patients.

On devrait conseiller aux patients de se rincer la bouche ou se gargariser avec de l’eau ou se brosser les dents après avoir inhalé la dose prescrite pour réduire au minimum le risque d’infection de candida oropharyngée.

Perturbation visuelle

Des troubles visuels peuvent être signalés avec l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques. Si un patient présente des symptômes tels qu’une vision floue ou d’autres troubles visuels, le patient devrait être référé à un ophtalmologiste pour évaluation des causes possibles pouvant inclure la cataracte, le glaucome ou des maladies rares telles que la choriorétinopathie séreuse centrale (CSCR) qui ont été rapportés après l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Interactions pharmacocinétiques

Le dipropionate de béclométasone subit un métabolisme très rapide via les enzymes estérases.

La béclométasone dépend moins du métabolisme du CYP3A que d’autres corticostéroïdes et, en général, les interactions sont peu probables; cependant, la possibilité d’effets systémiques avec l’utilisation concomitante d’inhibiteurs puissants du CYP3A (p. ex. le ritonavir, le cobicistat) ne peut être exclue et, par conséquent, une prudence et une surveillance appropriées sont recommandées lors de l’utilisation de tels agents.

Interactions pharmacodynamiques

Les bêta-bloquants (y compris les collyres) doivent être évités chez les patients asthmatiques. Si les bêta-bloquants sont administrés pour des raisons impérieuses, l’effet du formotérol sera réduit ou aboli.

D’autre part, l’utilisation concomitante d’autres médicaments bêta-adrénergiques peut avoir des effets potentiellement additifs, par conséquent la prudence est requise lorsque la théophylline ou d’autres médicaments bêta-adrénergiques sont prescrits de façon concomitante avec le formotérol.

Un traitement concomitant par la quinidine, le disopyramide, le procaïnamide, les phénothiazines, les antihistaminiques, les inhibiteurs de la monoamine oxydase et les antidépresseurs tricycliques peut prolonger l’intervalle QTc et augmenter le risque d’arythmie ventriculaire.

En outre, la L-dopa, la L-thyroxine, l’ocytocine et l’alcool peuvent altérer la tolérance cardiaque vis-à-vis des sympathomimétiques beta 2 .

Un traitement concomitant avec des inhibiteurs de la monoamine oxydase, y compris des agents ayant des propriétés similaires, telles que la furazolidone et la procarbazine, peut déclencher des réactions hypertensives.

Il existe un risque élevé d’arythmies chez les patients recevant une anesthésie concomitante avec des hydrocarbures halogénés.

Un traitement concomitant par des dérivés xanthiniques, des stéroïdes ou des diurétiques peut potentialiser un éventuel effet hypokaliémique des β 2 -agonistes (voir rubrique 4.4.). L’hypokaliémie peut augmenter la prédisposition aux arythmies chez les patients traités avec des glycosides digitaliques.

Fostair contient une petite quantité d’éthanol. Il existe un potentiel théorique d’interaction chez les patients particulièrement sensibles prenant du disulfirame ou du métronidazole

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Il n’y a pas d’expérience ou de preuve d’innocuité du propulseur HFA-134a pendant la grossesse ou l’allaitement chez l’humain. Cependant, les études sur l’effet du HFA-134a sur la fonction de reproduction et le développement embryofœtal chez les animaux n’ont révélé aucun effet indésirable cliniquement pertinent.

Grossesse

Il n’y a pas de données cliniques pertinentes sur l’utilisation de Fostair chez les femmes enceintes . Des études chez l’animal utilisant l’association dipropionate de béclométasone et formotérol ont mis en évidence des signes de toxicité pour la reproduction après une exposition systémique élevée (voir 5.3 Données de sécurité préclinique). En raison des actions tocolytiques des agents bêta- 2- sympathomimétiques, des précautions particulières doivent être prises avant l’accouchement.Le formotérol ne doit pas être recommandé pendant la grossesse et en particulier à la fin de la grossesse ou pendant le travail, à moins qu’il n’y en ait pas d’autres alternative établie.

Fostair ne doit être utilisé pendant la grossesse que si les bénéfices attendus l’emportent sur les risques potentiels.

Lactation

Il n’y a pas de données cliniques pertinentes sur l’utilisation de Fostair en période de lactation chez l’homme.

Bien qu’aucune donnée d’expérimentation animale ne soit disponible, il est raisonnable de supposer que le dipropionate de béclométasone est sécrété dans le lait, comme les autres corticostéroïdes.

Bien que l’on ne sache pas si le formotérol passe dans le lait maternel humain, il a été détecté dans le lait des animaux en lactation.

L’administration de Fostair aux femmes qui allaitent ne devrait être envisagée que si les avantages escomptés l’emportent sur les risques potentiels.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il est peu probable que Fostair ait un quelconque effet sur la capacité à conduire et à utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Comme FOSTAIR contient du dipropionate de béclométasone et du fumarate de formotérol dihydraté, le type et la gravité des effets indésirables associés à chacun des composés peuvent être attendus. Il n’y a pas d’incidence d’événements indésirables supplémentaires après l’administration concomitante des deux composés.

Les effets indésirables associés au dipropionate de béclométasone et au formotérol administrés en association fixe (Fostair) et en monothérapie sont énumérés ci-dessous, classés par classe de systèmes d’organes. Les fréquences sont définies comme: très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100 et <1/10), rare (≥ 1/1 000 et <1/100), rare (≥ 1/10 000 <1/1 000) ) et très rare (≤ 1/10 000).

Les effets indésirables courants et peu fréquents ont été dérivés d’essais cliniques chez des patients asthmatiques et atteints de BPCO.

System Organ Class

Réaction indésirable

La fréquence

Infections et infestations

Pharyngite, candidose buccale, pneumonie * (chez les patients atteints de MPOC)

Commun

Influenza, infection fongique buccale, candidose oropharyngée, candidose œsophagienne, candidose vulvovaginale, gastro-entérite, sinusite, rhinite,

Rare

Troubles du système sanguin et lymphatique

Granulocytopénie

Rare

Thrombocytopénie

Très rare

Troubles du système immunitaire

Dermatite allergique

Rare

Les réactions d’hypersensibilité, y compris l’érythème, les lèvres, le visage, les yeux et l’oedème du pharynx

Très rare

Troubles endocriniens

Suppression des surrénales

Très rare

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hypokaliémie, hyperglycémie

Rare

Troubles psychiatriques

Agitation

Rare

Hyperactivité psychomotrice, troubles du sommeil, anxiété, dépression, agressivité, changements de comportement (principalement chez les enfants)

Inconnu

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Commun

Tremblement, vertiges

Rare

Troubles oculaires

Glaucome, cataracte

Très rare

Vision, floue (voir aussi section 4.4)

Inconnu

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Otosalpingite

Rare

Troubles cardiaques

Palpitations, intervalle corrigé de l’intervalle QT par électrocardiogramme, changement d’électrocardiogramme, tachycardie, tachyarythmie, fibrillation auriculaire *,

Rare

Extrasystoles ventriculaires, angine de poitrine

Rare

Troubles vasculaires

Hyperaemia, rinçage

Rare

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Dysphonie

Commun

Toux, toux productive, irritation de la gorge, crise asthmatique

Rare

Bronchospasme paradoxal

Rare

Dyspnée, exacerbation de l’asthme

Très rare

Problèmes gastro-intestinaux

Diarrhée, sécheresse de la bouche, dyspepsie, dysphagie, sensation de brûlure des lèvres, nausée, dysgueusie

Rare

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Prurit, éruption cutanée, hyperhidrose, urticaire

Rare

Angioedème

Rare

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Spasmes musculaires, myalgie

Rare

Retard de croissance chez les enfants et les adolescents

Très rare

Troubles rénaux et urinaires

Néphrite

Rare

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Oedème périphérique

Très rare

Enquêtes

La protéine C-réactive a augmenté, la numération plaquettaire a augmenté, les acides gras libres ont augmenté, l’insuline sanguine a augmenté, le corps cétonique a augmenté, le taux de cortisol sanguin a diminué *

Rare

La tension artérielle a augmenté, la pression artérielle a diminué

Rare

La densité osseuse a diminué

Très rare

* Un cas non grave de pneumonie a été rapporté par un patient traité par FOSTAIR dans un essai clinique pivot chez des patients atteints de BPCO. Les autres effets indésirables observés avec FOSTAIR dans les essais cliniques sur la MPOC ont été: la réduction du cortisol sanguin et la fibrillation auriculaire.

Comme pour toute autre thérapie par inhalation, un bronchospasme paradoxal peut survenir (voir 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi»).

Parmi les effets indésirables observés, ceux généralement associés au formotérol sont:

hypokaliémie, maux de tête, tremblements, palpitations, toux, spasmes musculaires et prolongation de l’intervalle QTc.

Les effets indésirables généralement associés à l’administration de dipropionate de béclométasone sont:

infections fongiques buccales, candidose buccale, dysphonie, irritation de la gorge.

La dysphonie et la candidose peuvent être soulagées en se gargarisant ou en se rinçant la bouche avec de l’eau ou en se brossant les dents après avoir utilisé le produit. Candidose symptomatique peut être traitée avec une thérapie antifongique topique tout en continuant le traitement avec Fostair.

Les effets systémiques des corticostéroïdes inhalés (par exemple dipropionate de béclométasone) peuvent survenir en cas de fortes doses prescrites pendant des périodes prolongées: suppression des surrénales, diminution de la densité minérale osseuse, retard de croissance chez les enfants et les adolescents, cataracte et glaucome (voir 4.4). .

Des réactions d’hypersensibilité, notamment des éruptions cutanées, de l’urticaire, un prurit, un érythème et un œdème des yeux, du visage, des lèvres et de la gorge peuvent également survenir.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté par le biais du programme de cartes jaunes sur www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Des doses inhalées de Fostair jusqu’à douze actionnements cumulatifs (dipropionate de béclométasone total 1200 microgrammes, formotérol 72 microgrammes) ont été étudiées chez des patients asthmatiques. Les traitements cumulatifs n’ont pas provoqué d’effets anormaux sur les signes vitaux et aucun effet indésirable grave ni grave n’a été observé.

Des doses excessives de formotérol peuvent entraîner des effets typiques des agonistes bêta 2 -adrénergiques: nausées, vomissements, céphalées, tremblements, somnolence, palpitations, tachycardie, arythmies ventriculaires, allongement de l’intervalle QTc, acidose métabolique, hypokaliémie, hyperglycémie.

En cas de surdosage de formotérol, un traitement de soutien et symptomatique est indiqué. Les cas graves devraient être hospitalisés. L’utilisation d’inhibiteurs bêta-adrénergiques cardiosélectifs peut être envisagée, mais seulement avec une extrême prudence puisque l’utilisation d’un inhibiteur bêta-adrénergique peut provoquer un bronchospasme. Le potassium sérique doit être surveillé.

L’inhalation aiguë de doses de dipropionate de béclométasone supérieures à celles recommandées peut entraîner une suppression temporaire de la fonction surrénalienne. Cela n’a pas besoin d’action d’urgence puisque la fonction surrénalienne se rétablit en quelques jours, comme vérifié par les mesures de cortisol plasmatique. Chez ces patients, le traitement doit être poursuivi à une dose suffisante pour contrôler l’asthme.

Surdosage chronique de dipropionate de béclométasone inhalé: risque de suppression surrénalienne (voir rubrique 4.4.). La surveillance de la réserve surrénalienne peut être nécessaire. Le traitement doit être poursuivi à une dose suffisante pour contrôler l’asthme.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Médicaments contre les maladies obstructives des voies respiratoires: Adrénergiques, Inhalants

Code ATC: R03 AK08

Mécanismes d’action et effets pharmacodynamiques

Fostair contient du dipropionate de béclométasone et du formotérol. Ces deux actifs ont différents modes d’action. En commun avec d’autres combinaisons de corticoïdes inhalés et de bêta- 2- agonistes, des effets additifs sont observés en ce qui concerne la réduction des exacerbations de l’asthme.

Dipropionate de béclométasone

Le dipropionate de béclométasone administré par inhalation aux doses recommandées a une action anti-inflammatoire glucocorticoïde dans les poumons, entraînant une réduction des symptômes et des exacerbations de l’asthme avec moins d’effets indésirables que lorsque les corticostéroïdes sont administrés par voie générale.

Formoterol

Le formotérol est un agoniste bêta 2 -adrénergique sélectif qui produit une relaxation du muscle lisse bronchique chez les patients présentant une obstruction réversible des voies respiratoires. L’effet bronchodilatateur s’installe rapidement, dans les 1-3 minutes après l’inhalation, et a une durée de 12 heures après une dose unique.

ASTHME

Efficacité clinique pour le traitement d’entretien Fostair

Lors d’essais cliniques menés chez des adultes, l’ajout de formotérol au dipropionate de béclométasone a amélioré les symptômes de l’asthme et la fonction pulmonaire ainsi que les exacerbations réduites.

Dans une étude de 24 semaines, l’effet sur la fonction pulmonaire de Fostair était au moins égal à celui de la combinaison libre de dipropionate de béclométasone et de formotérol et dépassait celui du dipropionate de béclométasone seul.

Efficacité clinique pour le traitement d’entretien et de soulagement de Fostair

Dans une étude de groupe parallèle de 48 semaines portant sur 1701 patients asthmatiques, l’efficacité de Fostair administrée en traitement d’entretien (1 inhalation BID) et en traitement de soulagement (jusqu’à un total de 8 bouffées par jour) a été comparée à Fostair administré en traitement d’entretien. ) Les résultats ont démontré que Fostairus utilisé comme traitement d’entretien et de soulagement prolongeait significativement le délai de la première exacerbation sévère (*) par rapport à Fostair utilisé comme entretien plus salbutamol nécessaire ( p <0,001 pour la population ITT et PP). Le taux d’exacerbations sévères de l’asthme par patient / an, était significativement réduit dans le groupe traitement d’entretien et de soulagement par rapport au groupe salbutamol: 0,1476 vs 0,2239 respectivement (réduction statistiquement significative: p <0,001). Les patients du groupe d’entretien et de traitement de Fostair ont obtenu une amélioration cliniquement significative du contrôle de l’asthme. Le nombre moyen d’inhalations / jour de médicament de soulagement et la proportion de patients utilisant un médicament de soulagement ont diminué de façon similaire dans les deux groupes.

Note *: les exacerbations sévères ont été définies comme la détérioration de l’asthme entraînant une hospitalisation ou un traitement en salle d’urgence, ou entraînant le besoin de stéroïdes systémiques pendant plus de 3 jours

Dans une autre étude clinique, une dose unique de Fostair 100/6 mcg a produit un effet bronchodilatateur rapide et un soulagement rapide des symptômes de dyspnée similaires à ceux du salbutamol 200 mcg / dose chez les patients asthmatiques lorsque la provocation à la métacholine est utilisée pour induire une bronchoconstriction.

MPOC

Dans deux études de 48 semaines, les effets sur la fonction pulmonaire et le taux d’exacerbation (définis comme des stéroïdes oraux et / ou des antibiotiques et / ou des hospitalisations) chez les patients atteints de BPCO sévère (30% <FEV 1 % <50% ) a été évalué.

Un essai pivot a montré une amélioration significative de la fonction pulmonaire (modification du paramètre primaire du VEMS pré-dose) par rapport au formotérol après 12 semaines de traitement (différence moyenne ajustée entre Fostair et formotérol: 69 ml) ainsi qu’à chaque visite clinique pendant le traitement. période de traitement complète (48 semaines). L’étude a démontré que le nombre moyen d’exacerbations par patient / année (taux d’exacerbation, co-critère principal) était statistiquement significativement réduit avec Fostair par rapport au traitement au formotérol (taux moyen ajusté 0,80 contre 1,12 dans le groupe formotérol, ratio ajusté 0,72, p <0,001) sur une période de traitement de 48 semaines chez un total de 1199 patients atteints de BPCO sévère. En outre, Fostair a prolongé de manière statistiquement significative le délai de première exacerbation par rapport au formotérol. La supériorité de Foster par rapport au formotérol a également été confirmée en termes de taux d’exacerbation dans les sous-groupes de patients prenant (environ 50% dans chaque groupe de traitement) ou non le bromure de tiotropium en tant que médicament concomitant.

L’autre étude pivot, qui était une étude randomisée à trois bras, en groupes parallèles chez 718 patients, a confirmé la supériorité du traitement Fostair versus formotérol en termes de variation du VEMS pré-dose à la fin du traitement (48 semaines) et démontré la non-infériorité de Fostair par rapport à la combinaison budésonide / formotérol à dose fixe sur le même paramètre.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

L’exposition systémique aux substances actives, le dipropionate de béclométasone et le formotérol dans la combinaison fixe Fostair, a été comparée aux composants individuels.

Dans une étude pharmacocinétique menée chez des sujets sains traités avec une dose unique d’association fixe Fostair (4 bouffées de 100/6 microgrammes) ou une dose unique de dipropionate de béclométasone CFC (4 bouffées de 250 microgrammes) et de formotérol HFA (4 bouffées de 6 microgrammes) ), l’AUC du principal métabolite actif du dipropionate de béclométasone (béclométasone-17-monopropionate) et sa concentration plasmatique maximale étaient, respectivement, 35% et 19% plus faibles avec la combinaison fixe qu’avec la formulation non extrafine de dipropionate de béclométasone. le taux d’absorption était plus rapide (0,5 vs 2h) avec la combinaison fixe par rapport à la formulation de CFC de dipropionate de béclométasone non extrafine seule.

Pour le formotérol, la concentration plasmatique maximale était similaire après l’administration de l’association fixe ou de l’association extemporanée et l’exposition systémique était légèrement plus élevée après l’administration de Fostair qu’avec l’association extemporanée.

Aucune interaction pharmacocinétique ou pharmacodynamique (systémique) n’a été mise en évidence entre le dipropionate de béclométasone et le formotérol.

L’utilisation d’Aerochamber Plus® spacer a augmenté de 41% et de 45% respectivement le métabolisme actif du bénomlastasone 17-monopropionate et du formotérol du dipropionate de béclométasone par rapport à l’utilisation d’un actionneur standard dans une étude menée chez des volontaires sains. L’exposition systémique totale était inchangée pour le formotérol, réduite de 10% pour le 17-monopropionate de béclométasone et augmentée pour le dipropionate de béclométasone inchangé.

Une étude de dépôt pulmonaire réalisée chez des patients stables atteints de BPCO, des volontaires sains et des patients asthmatiques a montré qu’en moyenne 33% de la dose nominale est déposée dans le poumon des patients BPCO contre 34% chez les sujets sains et 31% chez les asthmatiques. L’exposition au 17-monopropionate de béclométasone et au plasma de formotérol était comparable entre les trois groupes au cours des 24 heures suivant l’inhalation. L’exposition totale au dipropionate de béclométasone était plus élevée chez les patients atteints de MPOC que chez les patients asthmatiques et chez les volontaires sains.

Dipropionate de béclométasone

Le dipropionate de béclométasone est un promédicament à faible affinité de liaison aux récepteurs glucocorticoïdes qui est hydrolysé par des enzymes estérases en un métabolite actif, le béclométasone-17-monopropionate, qui a une activité anti-inflammatoire topique plus puissante que le dipropionate de béclométasone.

Absorption, distribution et biotransformation

Le dipropionate de béclométasone inhalé est rapidement absorbé par les poumons; avant l’absorption, il y a une conversion importante en son métabolite actif, le béclométasone-17-monopropionate, par l’intermédiaire des enzymes estérases présentes dans la plupart des tissus. La disponibilité systémique du métabolite actif provient du poumon (36%) et de l’absorption gastro-intestinale de la dose avalée. La biodisponibilité du dipropionate de béclométasone avalé est négligeable, mais la conversion pré-systémique en 17-monopropionate de béclométasone entraîne 41% de la dose étant absorbée comme métabolite actif.

Il s’agit d’une augmentation approximativement linéaire de l’exposition systémique avec une dose inhalée croissante.

La biodisponibilité absolue après inhalation est d’environ 2% et de 62% de la dose nominale pour le dipropionate de béclométasone inchangé et le 17-monopropionate de béclométasone respectivement.

Après administration intraveineuse, la disposition du dipropionate de béclométasone et de son métabolite actif est caractérisée par une clairance plasmatique élevée (150 et 120 L / h respectivement), avec un faible volume de distribution à l’équilibre du dipropionate de béclométasone (20L) et une distribution tissulaire plus importante. métabolite (424L).

La liaison aux protéines plasmatiques est modérément élevée.

Élimination

L’excrétion fécale est la principale voie d’élimination du dipropionate de béclométasone principalement en tant que métabolites polaires. L’excrétion rénale du dipropionate de béclométasone et de ses métabolites est négligeable. Les demi-vies d’élimination terminales sont respectivement de 0,5 h et de 2,7 h pour le dipropionate de béclométasone et le 17-monopropionate de béclométasone.

Populations spéciales

La pharmacocinétique du dipropionate de béclométasone chez les patients atteints d’insuffisance rénale ou hépatique n’a pas été étudiée; cependant, comme le dipropionate de béclométasone subit un métabolisme très rapide via les enzymes estérases présentes dans le liquide intestinal, le sérum, les poumons et le foie, pour produire les produits plus polaires: béclométasone-21-monopropionate, béclométasone-17-monopropionate et béclométasone, l’insuffisance hépatique ne devrait pas modifier la pharmacocinétique et le profil de tolérance du dipropionate de béclométasone.

Comme le dipropionate de béclométasone ou ses métabolites n’ont pas été retrouvés dans l’urine, une augmentation de l’exposition systémique n’est pas envisagée chez les patients atteints d’insuffisance rénale.

Formoterol

Absorption et distribution

Après inhalation, le formotérol est absorbé à la fois par les poumons et par le tractus gastro-intestinal. La fraction d’une dose inhalée qui est avalée après l’administration d’un aérosol-doseur (MDI) peut être comprise entre 60% et 90%. Au moins 65% de la fraction avalée est absorbée par le tractus gastro-intestinal. Les concentrations plasmatiques maximales du médicament inchangé se produisent dans les 0,5 à 1 heure qui suivent l’administration orale. La liaison aux protéines plasmatiques du formotérol est de 61-64% avec 34% lié à l’albumine. Il n’y avait pas de saturation de liaison dans la plage de concentration atteinte avec des doses thérapeutiques. La demi-vie d’élimination déterminée après administration orale est de 2-3 heures. L’absorption du formotérol est linéaire après l’inhalation de 12 à 96 μg de fumarate de formotérol.

Biotransformation

Le formotérol est largement métabolisé et la voie proéminente implique une conjugaison directe au groupe hydroxyle phénolique. Le conjugué acide de glucuronide est inactif. La deuxième voie majeure implique une O-déméthylation suivie d’une conjugaison au niveau du groupe 2′-hydroxyle phénolique. Les isoenzymes CYP2D6, CYP2C19 et CYP2C9 du cytochrome P450 sont impliquées dans l’O-déméthylation du formotérol. Le foie semble être le principal site du métabolisme. Le formotérol n’inhibe pas les enzymes du CYP450 à des concentrations thérapeutiques pertinentes.

Élimination

L’excrétion urinaire cumulative du formotérol après inhalation unique d’un inhalateur de poudre sèche a augmenté de façon linéaire dans la plage de dose de 12 à 96 μg. En moyenne, 8% et 25% de la dose ont été excrétés sous forme inchangée et formotérol total, respectivement. D’après les concentrations plasmatiques mesurées après l’inhalation d’une dose unique de 120 μg par 12 sujets en bonne santé, la demi-vie d’élimination terminale moyenne a été établie à 10 heures. Les énantiomères (R, R) et (S, S) représentaient environ 40% et 60% du médicament inchangé excrété dans l’urine, respectivement. La proportion relative des deux énantiomères est restée constante dans la plage de doses étudiée et il n’y avait aucune preuve d’accumulation relative d’un énantiomère par rapport à l’autre après des doses répétées.

Après administration orale (40 à 80 μg), 6% à 10% de la dose ont été récupérés dans l’urine sous forme inchangée chez des sujets sains; jusqu’à 8% de la dose a été récupérée sous forme de glucuronide.

Un total de 67% d’une dose orale de formotérol est excrété dans l’urine (principalement sous forme de métabolites) et le reste dans les fèces. La clairance rénale du formotérol est de 150 ml / min.

Populations spéciales

Insuffisance hépatique / rénale : la pharmacocinétique du formotérol n’a pas été étudiée chez les patients atteints d’insuffisance hépatique ou rénale. Cependant, comme le formotérol est principalement éliminé par métabolisme hépatique, une augmentation de l’exposition peut être attendue chez les patients présentant une cirrhose hépatique sévère.

5.3 Données de sécurité précliniques

La toxicité observée dans les études chez l’animal avec le dipropionate de béclométasone et le formotérol, administrés en association ou séparément, consistait principalement en des effets associés à une activité pharmacologique exagérée. Ils sont liés à l’activité immuno-suppressive du dipropionate de béclométasone et aux effets cardiovasculaires connus du formotérol observés principalement chez les chiens. Aucune augmentation de la toxicité ou apparition de résultats inattendus n’a été observée lors de l’administration de l’association.

Des études de reproduction chez le rat ont montré des effets dose-dépendants. La combinaison était associée à une fertilité féminine réduite et à une toxicité embryofœtale. Des doses élevées de corticostéroïdes chez les femelles gravides sont connues pour causer des anomalies du développement fœtal, y compris une fente palatine et un retard de croissance intra-utérin, et il est probable que les effets observés avec l’association dipropionate de béclométasone / formotérol soient dus au dipropionate de béclométasone. Ces effets ont été observés seulement avec une exposition systémique élevée au métabolite actif béclométasone-17-monopropionate (200 fois les taux plasmatiques attendus chez les patients). De plus, une augmentation de la durée de la gestation et de la parturition, un effet attribuable aux effets tocolytiques connus des sympathomimétiques bêta 2 , a été observée dans des études chez l’animal. Ces effets ont été observés lorsque les taux de formotérol plasmatique maternel étaient inférieurs aux niveaux attendus chez les patients traités par Fostair.

Les études de génotoxicité réalisées avec une association dipropionate de béclométasone / formotérol n’indiquent pas de potentiel mutagène. Aucune étude de cancérogénicité n’a été réalisée avec la combinaison proposée. Cependant, les données sur les animaux rapportées pour les constituants individuels ne suggèrent aucun risque potentiel de cancérogénicité chez l’homme.

Les données précliniques sur le propulseur sans CFC HFA-134a ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme d’après les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité, de potentiel carcinogène et de toxicité pour la reproduction.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Norflurane (HFA-134a)

Éthanol anhydre

Acide hydrochlorique

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

20 mois.

Avant de dispenser au patient :

Conserver au réfrigérateur (entre 2 et 8 ° C) pendant un maximum de 15 mois.

Après la distribution: ne pas conserver au-dessus de 25 ° C pendant 5 mois maximum

6.4 Précautions particulières de conservation

Avant de dispenser au patient :

Conserver au réfrigérateur (entre 2 et 8 ° C).

Après la distribution:

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C

Le canister contient un liquide sous pression. Ne pas exposer à des températures supérieures à 50 ° C. Ne pas percer le canister.

Pour les conditions de stockage en cours d’utilisation, voir la section 6.3.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

La solution d’inhalation est contenue dans un récipient en aluminium pressurisé scellé avec une valve de dosage et monté dans un actionneur en plastique de polypropylène qui incorpore un embout buccal et est muni d’un capuchon de protection en plastique.

Chaque pack contient:

1 récipient sous pression qui fournit 120 actionnements ou

2 conteneurs pressurisés qui fournissent 120 actionnements chacun ou

1 conteneur pressurisé qui fournit 180 actionnements

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pour les pharmacies :

Entrez la date de distribution au patient sur le paquet.

Assurez-vous qu’il y a une période d’au moins 5 mois entre la date de délivrance et la date de péremption imprimée sur le paquet.

7. Titulaire de l’autorisation

Chiesi Limited

333 chemin Styal

Manchester

M22 5LG

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 08829/0156

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

15/11/2007 / 10/08/2011

10. Date de révision du texte

Mars 2018