Fludrocortisone acétate 0,1 mg comprimés aspen store au-dessous de 30 c


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés d’acétate de fludrocortisone 0,1 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 0,1 mg d’acétate de fludrocortisone.

Excipient (s) avec effet connu:

Chaque comprimé contient également 93,4 mg de lactose monohydraté

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette

Comprimé rond blanc à blanc cassé, portant l’inscription «FL 0.1» d’un côté et une ligne de cassure de l’autre.

La ligne de rupture est seulement pour faciliter la rupture pour faciliter la déglutition et ne pas diviser en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Pour le traitement de remplacement partiel de l’insuffisance corticosurrénale primaire et secondaire dans la maladie d’Addison et pour le traitement du syndrome adrénogénital perdant du sel.

4.2 Posologie et mode d’administration

Adultes:

Une gamme de dosage quotidienne de 0,05 à 0,3 mg de comprimés d’acétate de fludrocortisone par voie orale. L’administration parenterale supplémentaire d’hormones de fixation du sodium n’est pas nécessaire. Lorsqu’un effet glucocorticoïde accru est souhaitable, la cortisone ou l’hydrocortisone par voie orale doit être administrée en même temps que les comprimés d’acétate de fludrocortisone.

Personnes âgées

Aucune recommandation de dosage spécifique (Voir 4.4 Précautions).

Enfants :

Peut être utilisé en fonction de l’âge et du poids de l’enfant en fonction de la gravité de l’état. Des précautions doivent être prises en cas d’exposition à la varicelle, à la rougeole ou à d’autres maladies transmissibles. (Voir 4.3 Contre-indications).

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la (aux) substance (s) active (s) ou à l’un des excipients énumérés à la rubrique 6.1.

Infections systémiques à moins qu’un traitement anti-infectieux spécifique soit utilisé.

En raison de son effet marqué sur la rétention de sodium, l’utilisation de l’acétate de fludrocortisone dans le traitement de conditions autres que celles indiquées, n’est pas recommandée.

Étant donné que l’acétate de fludrocortisone est un minéralocorticoïde puissant, le dosage et l’apport en sel doivent être surveillés attentivement pour éviter le développement d’hypertension, d’œdème ou de prise de poids. Une vérification périodique des niveaux d’électrolytes sériques est recommandée lors d’un traitement prolongé.

Précautions

L’acétate de fludrocortisone est un minéralocorticoïde puissant et est utilisé principalement pour le traitement de remplacement. Bien que des effets secondaires glucocorticoïdes puissent survenir, ceux-ci peuvent être réduits en réduisant la posologie.

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pour la période minimale. Un examen fréquent du patient est nécessaire pour titrer la dose de manière appropriée contre l’activité de la maladie (voir la section posologie).

L’atrophie corticale surrénalienne se développe pendant un traitement prolongé et peut persister pendant des années après l’arrêt du traitement. L’arrêt des corticostéroïdes après un traitement prolongé doit donc toujours être progressif pour éviter l’insuffisance surrénalienne aiguë et doit être réduit progressivement au cours des semaines ou des mois selon la dose et la durée du traitement. Les patients sous traitement systémique à long terme avec l’acétate de fludrocortisone peuvent nécessiter une corticothérapie de soutien en cas de stress (tel qu’un traumatisme, une intervention chirurgicale ou une maladie grave) pendant la période de traitement et jusqu’à un an après. Si les corticostéroïdes ont été arrêtés après un traitement prolongé, ils peuvent devoir être réintroduits temporairement.

Les patients doivent porter des cartes de traitement aux stéroïdes qui donnent des indications claires sur les précautions à prendre pour minimiser les risques et qui fournissent des détails sur le prescripteur, le médicament, la posologie et la durée du traitement.

Effets anti-inflammatoires / immunosuppresseurs:

La suppression de la réponse inflammatoire et de la fonction immunitaire augmente la sensibilité aux infections et leur gravité. La présentation clinique peut souvent être atypique et les infections graves telles que la septicémie et la tuberculose peuvent être masquées et peuvent atteindre un stade avancé avant d’être reconnues.

La varicelle, le zona et la rougeole sont particulièrement préoccupants, car ces maladies peuvent être mortelles chez les patients immunodéprimés. Il faut conseiller aux patients d’éviter l’exposition à ces maladies et de consulter un médecin sans délai si une exposition se produit.

Varicelle : À moins d’avoir eu la varicelle, les patients recevant des corticostéroïdes oraux à des fins autres que le remplacement devraient être considérés comme étant à risque de varicelle grave. Les manifestations de maladie fulminante comprennent la pneumonie, l’hépatite et la coagulation intravasculaire disséminée; éruption cutanée n’est pas nécessairement une caractéristique importante. L’immunisation passive avec l’immunoglobuline de varicelle-zona (VZIG) est nécessaire chez les patients non immunisés exposés qui reçoivent des corticostéroïdes systémiques ou qui les ont utilisés au cours des 3 mois précédents; Cette dose doit de préférence être administrée dans les 3 jours suivant l’exposition, et au plus tard 10 jours après l’exposition à la varicelle. La varicelle confirmée justifie des soins spécialisés et un traitement urgent. Les corticostéroïdes ne doivent pas être arrêtés et la dose peut devoir être augmentée.

Rougeole: Une prophylaxie avec une immunoglobuline normale peut être nécessaire.

Au cours de la corticothérapie, la réponse immunitaire sera réduite et affectera donc la réponse du patient aux vaccins. Les vaccins vivants ne doivent pas être administrés.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Une attention particulière est requise lors de l’utilisation de corticostéroïdes systémiques chez les patients présentant les conditions suivantes et une surveillance fréquente du patient est nécessaire.

Anastomoses intestinales récentes, diverticulite, thrombophlébite, antécédents de troubles affectifs graves (en particulier de psychose stéroïdienne antérieure), maladie exanthématique, néphrite chronique ou insuffisance rénale, carcinome métastatique, ostéoporose (les femmes ménopausées sont particulièrement à risque); chez les patients avec un ulcère peptique actif (ou un antécédent d’ulcère peptique). Myasthénie grave. Tuberculose latente ou cicatrisée; en présence d’une infection virale locale ou systémique, d’infections fongiques systémiques ou d’infections actives non contrôlées par des antibiotiques. Dans les psychoses aiguës; dans la glomérulonéphrite aiguë. Hypertension; insuffisance cardiaque congestive; glaucome (ou antécédents familiaux de glaucome), myopathie stéroïdienne antérieure ou épilepsie. Insuffisance hépatique.

Perturbation visuelle

Des troubles visuels peuvent être signalés avec l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques. Si un patient présente des symptômes tels qu’une vision floue ou d’autres troubles visuels, le patient devrait être référé à un ophtalmologiste pour évaluation des causes possibles pouvant inclure la cataracte, le glaucome ou des maladies rares telles que la choriorétinopathie séreuse centrale (CSCR) qui ont été rapportés après l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques.

Les effets corticostéroïdes peuvent être augmentés chez les patients atteints d’hypothyroïdie ou diminués chez les patients hyperthyroïdiens.

Les effets corticostéroïdes peuvent être améliorés chez les patients atteints de cirrhose.

Le diabète peut être aggravé, nécessitant un dosage d’insuline plus élevé. Le diabète sucré latent peut être précipité.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Des irrégularités menstruelles peuvent survenir, et cette possibilité devrait être mentionnée chez les patientes.

De rares cas de réactions anaphylactoïdes sont survenus chez des patients recevant des corticostéroïdes, en particulier lorsqu’un patient a des antécédents d’allergies médicamenteuses.

L’aspirine doit être utilisée avec précaution en association avec les corticostéroïdes chez les patients présentant une hypoprothrombinémie.

Les patients et / ou les soignants doivent être avertis que des effets indésirables psychiatriques potentiellement graves peuvent survenir avec les stéroïdes systémiques (voir rubrique 4.8). Les symptômes apparaissent généralement dans quelques jours ou semaines après le début du traitement. Les risques peuvent être plus élevés avec des doses élevées / exposition systémique (voir aussi 4.5 interactions pharmacocinétiques pouvant augmenter le risque d’effets secondaires), bien que les niveaux de dose ne permettent pas de prédire l’apparition, le type, la gravité ou la durée des réactions. La plupart des réactions se rétablissent après la réduction ou le retrait de la dose, bien qu’un traitement spécifique puisse être nécessaire. Les patients / soignants devraient être encouragés à consulter un médecin si des symptômes psychologiques inquiétants se développent, en particulier si une humeur dépressive ou des idées suicidaires sont suspectées. Les patients / soignants doivent également être attentifs à d’éventuelles perturbations psychiatriques qui peuvent survenir pendant ou immédiatement après la réduction ou l’arrêt de la dose de stéroïdes systémiques, bien que de telles réactions aient été rarement rapportées.

Une attention particulière est requise lorsque l’on envisage l’utilisation de corticostéroïdes systémiques chez des patients présentant des antécédents de troubles affectifs graves, qu’ils soient ou non apparentés au premier degré. Ceux-ci incluraient une maladie dépressive ou maniaco-dépressive et une psychose stéroïdienne antérieure.

Enfants:

La croissance et le développement des enfants sous corticothérapie prolongée doivent être soigneusement observés. Les corticostéroïdes entraînent un retard de croissance lié à la dose pendant la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, qui peut être irréversible.

Personnes âgées

Les effets indésirables fréquents des corticostéroïdes systémiques peuvent être associés à des conséquences plus graves chez les personnes âgées, en particulier l’ostéoporose, l’hypertension, l’hypokaliémie, le diabète, la sensibilité aux infections et l’amincissement de la peau. Une surveillance clinique étroite est requise pour éviter les réactions potentiellement mortelles.

Les comprimés d’acétate de fludrocortisone contiennent du lactose monohydraté. Les patients présentant des problèmes d’hérédité rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Amphotéricine B et les agents appauvrissant le potassium: Les patients doivent être observés pour l’hypokaliémie.

Anticholinestérases: Les effets des anticholinestérasiques peuvent être antogonisés.

Anticoagulants, par voie orale: Les corticostéroïdes peuvent potentialiser ou diminuer l’action anticoagulante. Les patients recevant des anticoagulants oraux et des corticostéroïdes doivent donc être étroitement surveillés.

Antidiabétiques: Les corticostéroïdes peuvent augmenter la glycémie; le contrôle du diabète doit être surveillé, en particulier lorsque les corticostéroïdes sont initiés, interrompus ou modifiés.

Antihypertenseurs, y compris les diurétiques: les corticostéroïdes antagonisent les effets des antihypertenseurs et des diurétiques. L’effet hypokaliémique des diurétiques, y compris l’acétazolamide, est renforcé.

Médicaments antituberculeux: Les concentrations sériques d’isoniazide peuvent être diminuées.

Cyclosporine: Surveiller l’apparition d’une toxicité accrue de la cyclosporine lorsque les deux sont utilisés simultanément.

Inhibiteurs du CYP3A: Un co-traitement avec les inhibiteurs du CYP3A, y compris les produits contenant du cobicistat, devrait augmenter le risque d’effets secondaires systémiques. La combinaison doit être évitée à moins que le bénéfice ne l’emporte sur le risque accru d’effets secondaires systémiques des corticostéroïdes, auquel cas les patients doivent être surveillés pour les effets secondaires systémiques des corticostéroïdes.

Digitales glycosides: L’administration concomitante peut augmenter la possibilité d’une toxicité digitalique.

Les œstrogènes comprennent les contraceptifs oraux: la demi-vie et la concentration des corticostéroïdes peuvent être augmentées et la clairance diminuée.

Inducteurs des enzymes hépatiques (p. Ex. Aminoglutéthémide, barbituriques, carbamazépine, phénytoïne, primidone, rifabutine, rifampicine): Il pourrait y avoir une augmentation de la clairance métabolique de l’acétate de fludrocortisone. Les patients devraient être soigneusement observés pour l’effet diminué possible de stéroïde, et la dose devrait être ajustée en conséquence.

Hormone de croissance humaine: L’effet favorisant la croissance peut être inhibé.

Kétoconazole: La clairance des corticostéroïdes peut être diminuée, entraînant une augmentation des effets.

Les myorelaxants non dépolarisants: Les corticostéroïdes peuvent diminuer ou améliorer l’action de blocage neuromusculaire.

Agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS): Les corticostéroïdes peuvent augmenter l’incidence et / ou la gravité des saignements gastro-intestinaux et des ulcères associés aux AINS. En outre, les corticostéroïdes peuvent réduire les taux sériques de salicylate et donc diminuer leur efficacité. Inversement, l’arrêt des corticostéroïdes pendant le traitement par le salicylate à forte dose peut entraîner une toxicité du salicylate. L’aspirine doit être utilisée avec précaution en association avec les corticostéroïdes chez les patients présentant une hypoprothrombinémie.

Médicaments thyroïdiens: La clairance métabolique des adrénocorticoïdes diminue chez les patients hypothyroïdiens et augmente chez les patients hyperthyroïdiens. Des changements dans l’état thyroïdien du patient peuvent nécessiter un ajustement de la dose d’adrénocorticoïde.

Vaccins: Des complications neurologiques et l’absence de réponse anticorps peuvent se produire lorsque les patients prenant des corticostéroïdes sont vaccinés. (Voir 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi.)

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il peut être décidé de poursuivre une grossesse chez une femme nécessitant un traitement minéralocorticoïde de remplacement, malgré le risque pour le fœtus. Cependant, lorsque les corticostéroïdes sont essentiels, les patientes dont la grossesse est normale peuvent être traitées comme si elles étaient à l’état non gravide.

Il y a des preuves d’effets nocifs pendant la grossesse chez les animaux. Il peut y avoir un faible risque de fente palatine et de retard de croissance intra-utérin. L’hypoadrénalisme peut survenir chez le nouveau-né. Les patients atteints de pré-éclampsie ou de rétention d’eau nécessitent une surveillance étroite.

Allaitement maternel

Les corticostéroïdes se trouvent dans le lait maternel.

Les nourrissons nés de mères qui ont reçu des doses importantes de corticostéroïdes pendant la grossesse ou pendant l’allaitement doivent être surveillés attentivement pour déceler tout signe d’hypoadrénalisme. Le traitement maternel doit être soigneusement documenté dans les dossiers médicaux du nourrisson pour faciliter le suivi.

La fertilité

Les données disponibles sur la fécondité sont insuffisantes pour indiquer si l’acétate de fludrocortisone a un effet sur la fertilité.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucun connu

4.8 Effets indésirables

Lorsque des effets indésirables surviennent, ils sont généralement réversibles à l’arrêt du traitement. L’incidence des effets secondaires prévisibles, y compris la suppression hypothalamo-hypophyso-surrénalienne, est en corrélation avec la puissance relative du médicament, la posologie, le moment de l’administration et la durée du traitement (voir Mises en garde et précautions). Les patients doivent être surveillés de près pour les réactions défavorables suivantes qui peuvent être associées à n’importe quelle thérapie de corticosteroid:

Effets anti-inflammatoires et immunosuppresseurs: Augmentation de la sensibilité et de la sévérité des infections avec suppression des symptômes cliniques et des signes, infections opportunistes, récurrence de la tuberculose dormante (voir Mises en garde et précautions).

Perturbations hydriques et électrolytiques: rétention sodique, rétention hydrique, insuffisance cardiaque congestive chez les patients prédisposés, perte de potassium, arythmies cardiaques ou modifications de l’ECG dues à une carence en potassium, alcalose hypokaliémique, augmentation de l’excrétion calcique et hypertension.

Musculo-squelettique: faiblesse musculaire, fatigue, myopathie stéroïdienne, perte de masse musculaire, ostéoporose, ostéonécrose avasculaire, fractures vertébrales par compression, retard de cicatrisation, nécrose aseptique des têtes fémorales et humérales, fractures pathologiques des os longs et fractures spontanées, rupture tendineuse.

Appareil digestif: dyspepsie, ulcère peptique avec possibilité de perforation et d’hémorragie, pancréatite, distension abdominale et œsophagite ulcéreuse, candidose.

Hypersensibilité : Réactions anaphylactiques, angiodème, éruption cutanée, prurit et urticaire, en particulier en cas d’antécédents d’allergies médicamenteuses.

Dermatologique: altération de la cicatrisation, peau fragile et fine, pétéchies et ecchymoses, érythème facial, transpiration accrue, purpura, vergetures, hirsutisme, éruptions acnéiformes, lésions de type lupus érythémateux et réactions supprimées aux tests cutanés.

Neurologique: euphorie, dépendance psychologique, dépression, insomnie, convulsions, augmentation de la pression intracrânienne avec papilloedème (pseudo-tumeur cérébrale) habituellement après traitement, vertiges, céphalées, névrites ou paresthésies et aggravation d’états psychiatriques préexistants et d’épilepsie.

Un large éventail de réactions psychiatriques, y compris les troubles affectifs (tels que humeur irritable, euphorique, déprimée et labile, pensées suicidaires), les réactions psychotiques (y compris la manie, délires, hallucinations et aggravation de la schizophrénie), troubles du comportement, irritabilité, anxiété, sommeil perturbations, et un dysfonctionnement cognitif, y compris la confusion et l’amnésie ont été signalés. Les réactions sont fréquentes et peuvent survenir chez les adultes et les enfants. Chez l’adulte, la fréquence des réactions sévères a été estimée à 5-6%. Des effets psychologiques ont été rapportés lors du retrait des corticostéroïdes; la fréquence est inconnue.

Endocrinien / métabolique: irrégularités menstruelles et aménorrhée; le développement de l’état de Cushingoid; suppression de la croissance durant l’enfance et l’adolescence; absence de réponse corticosurrénale et hypophysaire, en particulier en période de stress (par exemple, traumatisme, chirurgie ou maladie); diminution de la tolérance aux hydrates de carbone; manifestations de diabète sucré latent et des exigences accrues pour l’insuline ou les agents hypoglycémiants oraux dans le diabète, le gain de poids. Équilibre protéique et calcique négatif. Augmentation de l’appétit.

Ophtalmique: cataracte sous-capsulaire postérieure, augmentation de la pression intraoculaire, glaucome, exophtalmie, œdème papillaire, amincissement cornéen ou scléral, exacerbation de maladies virales ou fongiques ophtalmiques.

Autres: angiite nécrosante, thrombophlébite, thromboembolie, leucocytose, insomnie et épisodes syncopaux.

Troubles oculaires : Vision, floue (voir également rubrique 4.4)

Symptômes et signes de sevrage : Au sevrage, de la fièvre, de la myalgie, de l’arthralgie, une rhinite, une conjonctivite, des nodules cutanés avec démangeaisons douloureuses et une perte de poids peuvent survenir. Une réduction trop rapide de la dose après un traitement prolongé peut entraîner une insuffisance surrénalienne aiguë, de l’hypotension et la mort (voir la section Mises en garde et précautions).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration (voir ci-dessous):

Royaume-Uni

Carte Jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Une seule grande dose doit être traitée avec beaucoup d’eau par la bouche. Une surveillance attentive des électrolytes sériques est essentielle, en accordant une attention particulière à la nécessité d’administrer du chlorure de potassium et à la restriction de l’apport alimentaire en sodium.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Minéralocorticoïdes, H02AA02

Qualitativement, l’action physiologique de l’acétate de fludrocortisone est similaire à l’hydrocortisone. À très faibles doses, la fludrocortisone maintient la vie chez les animaux surrénalectomisés, augmente le dépôt de glycogène hépatique et produit une involution thymique, une éosinopénie, une rétention de sodium et une augmentation de l’excrétion urinaire du potassium.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La fludrocortisone est rapidement et complètement absorbée après administration orale. L’homme, le chien, le rat, le singe et le cobaye ont été étudiés après administration iv et intraduodénale. Selon l’espèce, 50% ou plus du stéroïde est resté inchangé 30 minutes après l’administration. La fludrocortisone est hydrolysée pour produire l’alcool non estérifié; après l’administration de l’acétate, seul l’alcool non estérifié est détectable dans le sang. Le niveau sanguin atteint un pic entre 4 et 8 heures. Le niveau sanguin le plus élevé après administration intraveineuse à des volontaires humains était de 1,7 heure.

La demi-vie d’élimination après l’administration intraveineuse était de 30 minutes chez les chiens et chez les volontaires humains. Après l’administration de l’acétate à des chiens, la concentration sanguine montre un déclin triphasique et chaque phase peut représenter l’élimination d’un métabolite.

Fludrocortisone est largement distribué dans tout le corps. Il est lié de 70 à 80% aux protéines sériques, principalement aux fractions de globuline. Le rapport des concentrations du médicament dans le LCR à celui dans le plasma était de 1: 6 chez les volontaires humains.

Chez le rat, la plus grande partie de la dose est excrétée dans la bile et, chez le chien et le cobaye, la majeure partie de la dose est excrétée dans l’urine. Chez les volontaires humains, l’excrétion urinaire était d’environ 80%, et il a été conclu qu’environ 20% étaient excrétés par une voie différente. Il est probable que, en ce qui concerne le métabolisme des autres stéroïdes, l’excrétion dans la bile est équilibrée par une réabsorption dans l’intestin et une partie est excrétée avec les fèces.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a pas de données précliniques pertinentes pour le prescripteur qui s’ajoutent à celles déjà incluses dans d’autres sections du RCP.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Glycolate d’amidon sodique

Lactose monohydraté

Talc

Stéarate de magnésium

6.2 Incompatibilités

Aucune applicable.

6.3 Durée de conservation

24mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Conserver au-dessous de 30 ° C. Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes PVC / PVdC / Al. Disponible en boîtes de 30, 50 et 100 comprimés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigence particulière.

7. Titulaire de l’autorisation

Aspen Pharma Trading Limited,

3016, promenade Lake,

Citywest Business Campus,

Dublin 24, Irlande

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 39699/0089

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

09/11/2015

10. Date de révision du texte

25/08/2017