Fiasp 100 unités / ml solution injectable en cartouche (penfill)


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


Ce médicament est soumis à une surveillance supplémentaire. Cela permettra d’identifier rapidement les nouvelles informations de sécurité. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté. Voir la rubrique 4.8 pour savoir comment signaler les effets indésirables.

1. Nom du médicament

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

2. Composition qualitative et quantitative

1 mL de la solution contient 100 unités d’insuline aspart * (équivalent à 3,5 mg).

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Un stylo prérempli contient 300 unités d’insuline aspart dans une solution de 3 ml.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Une cartouche contient 300 unités d’insuline aspart dans une solution de 3 ml.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Un flacon contient 1 000 unités d’insuline asparte dans 10 ml de solution.

* L’insuline aspart est produite chez Saccharomyces cerevisiae par la technique de l’ADN recombinant.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Solution pour injection (FlexTouch).

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Solution injectable (Penfill).

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Solution pour injection.

Solution aqueuse limpide et incolore.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement du diabète sucré chez les adultes.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Fiasp est une insuline au moment du repas administrée par voie sous-cutanée jusqu’à 2 minutes avant le début du repas, avec possibilité d’administration jusqu’à 20 minutes après le début du repas (voir rubrique 5.1).

La posologie avec Fiasp est individuelle et déterminée en fonction des besoins du patient. Un fiasp administré par injection sous-cutanée doit être utilisé en association avec de l’insuline à action intermédiaire ou longue durée administrée au moins une fois par jour. Dans un régime de traitement basal-bolus, environ 50% de cette exigence peut être fournie par Fiasp et le reste par l’insuline à action intermédiaire ou à action prolongée.

Les besoins quotidiens totaux individuels en insuline chez les adultes peuvent varier et se situent habituellement entre 0,5 et 1,0 unité / kg / jour.

La surveillance de la glycémie et l’ajustement de la dose d’insuline sont recommandés pour obtenir un contrôle glycémique optimal.

Un ajustement de la dose peut être nécessaire si les patients entreprennent une activité physique accrue, changent leur régime alimentaire habituel ou pendant une maladie concomitante. Les taux de glycémie doivent être surveillés de manière adéquate dans ces conditions.

La durée d’action varie en fonction de la dose, du site d’injection, du débit sanguin, de la température et du niveau d’activité physique.

Les patients sous traitement basal-bolus qui oublient une dose au moment des repas sont invités à surveiller leur taux de glucose dans le sang pour décider si une dose d’insuline est nécessaire. Les patients doivent reprendre leur schéma posologique habituel au prochain repas.

La puissance des analogues de l’insuline, y compris Fiasp, est exprimée en unités. Une (1) unité de Fiasp correspond à 1 unité internationale d’insuline humaine ou 1 unité d’autres analogues de l’insuline à action rapide.

Initiation

Les patients atteints de diabète sucré de type 1

La dose initiale recommandée chez les patients atteints de diabète de type 1 n’ayant jamais reçu d’insuline est d’environ 50% de la dose quotidienne totale d’insuline et doit être répartie entre les repas en fonction de la taille et de la composition des repas. Le reste de la dose quotidienne totale d’insuline doit être administré en tant qu’insuline à action intermédiaire ou à action prolongée. En règle générale, 0,2 à 0,4 unité d’insuline par kilogramme de poids corporel peut être utilisée pour calculer la dose totale initiale d’insuline quotidienne chez les patients naïfs d’insuline atteints de diabète de type 1.

Les patients atteints de diabète sucré de type 2

La dose initiale suggérée est de 4 unités à un ou plusieurs repas. Le nombre d’injections et le titrage subséquent dépendront de la cible glycémique individuelle et de la taille et de la composition des repas.

L’ajustement de la dose peut être considéré quotidiennement en fonction de la glycémie auto-mesurée (SMPG) le ou les jours précédents selon le Tableau 1.

• La dose pré-petit-déjeuner doit être ajustée en fonction du SMPG pré-déjeuner de la veille

• La dose avant le repas doit être ajustée en fonction du SMPG d’avant-dîner de la veille

• La dose avant le dîner doit être ajustée en fonction du SMPG du coucher la veille

Tableau 1 Ajustement de la dose

SMPG (voir ci-dessus)

Ajustement de dose

mmol / L

mg / dL

Unité

<4,0

<71

-1

4,0-6,0

71-108

Aucun ajustement

> 6.0

> 108

+1

Populations spéciales

Patients âgés (≥ 65 ans)

L’innocuité et l’efficacité de Fiasp ont été établies chez des patients âgés de 65 à 75 ans. Une surveillance étroite du glucose est recommandée et la dose d’insuline doit être ajustée individuellement (voir rubriques 5.1 et 5.2). L’expérience thérapeutique chez les patients âgés de 75 ans ou plus est limitée.

Insuffisance rénale et hépatique

L’insuffisance rénale ou hépatique peut réduire les besoins en insuline du patient. Chez les patients présentant une insuffisance rénale ou hépatique, la surveillance de la glycémie doit être intensifiée et la dose ajustée individuellement (voir rubrique 5.2).

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de Fiasp chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans n’ont pas été établies. Les données actuellement disponibles sont décrites dans la section 5.2, mais aucune recommandation sur une posologie ne peut être faite.

Transfert d’autres médicaments à base d’insuline

Une surveillance étroite de la glycémie est recommandée pendant le transfert d’autres insulines à l’heure du repas et au cours des semaines initiales subséquentes. La conversion d’une autre insuline au moment des repas peut être effectuée unité par unité. Le transfert d’un patient d’un autre type, d’une autre marque ou d’un autre fabricant d’insuline à Fiasp doit être effectué sous surveillance médicale et peut nécessiter un changement de dosage.

Les doses et le calendrier d’administration simultanée d’insuline à action intermédiaire ou à action prolongée ou d’autres traitements antidiabétiques concomitants pourraient devoir être ajustés.

Méthode d’administration

Injection sous-cutanée

Il est recommandé d’administrer Fiasp par voie sous-cutanée dans la paroi abdominale ou le haut du bras (voir rubrique 5.2). Les sites d’injection doivent subir une rotation dans la même région afin de réduire le risque de lipodystrophie.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Administration avec un stylo prérempli (FlexTouch)

Le stylo prérempli (FlexTouch) est conçu pour être utilisé avec les aiguilles d’injection NovoFine Plus, NovoFine ou NovoTwist. Le stylo prérempli délivre 1-80 unités par pas de 1 unité.

FlexTouch est codé par couleur et accompagné d’une notice avec des instructions détaillées à suivre.

Le stylo prérempli ne convient qu’aux injections sous-cutanées. Si l’administration par seringue, injection intraveineuse ou pompe à perfusion est nécessaire, un flacon doit être utilisé.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Administration avec un stylo à insuline réutilisable

La cartouche (Penfill) est conçue pour être utilisée avec les stylos réutilisables Novo Nordisk et les aiguilles d’injection NovoFine Plus, NovoFine ou NovoTwist pour injection sous-cutanée uniquement.

Si l’administration par seringue, injection intraveineuse ou pompe à perfusion est nécessaire, un flacon doit être utilisé.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Administration avec une seringue

Le flacon doit être utilisé avec des seringues à insuline avec l’échelle unitaire correspondante (U-100 ou 100 U / mL).

Infusion sous-cutanée continue d’insuline (CSII)

Fiasp peut être utilisé pour le CSII dans les pompes adaptées à la perfusion d’insuline et couvrir à la fois les besoins en bolus en insuline (environ 50%) et l’insuline basale. Il peut être administré conformément aux instructions fournies par le fabricant de la pompe, de préférence dans l’abdomen. Le site de perfusion doit être tourné dans la même région pour réduire le risque de lipodystrophie. Lorsqu’il est utilisé avec une pompe à perfusion d’insuline, il ne doit pas être dilué ou mélangé avec d’autres médicaments à insuline.

Les patients utilisant le CSII doivent être informés de l’utilisation de la pompe et utiliser le réservoir et la tubulure corrects pour la pompe (voir rubrique 6.6). L’ensemble de perfusion (tubulure et canule) doit être changé conformément aux instructions fournies avec le kit de perfusion.

Les patients qui administrent Fiasp par CSII doivent recevoir une formation pour administrer l’insuline par injection et disposer d’un traitement d’insuline alternatif en cas de défaillance de la pompe.

Utilisation intraveineuse

Si nécessaire, Fiasp peut être administré par voie intraveineuse par des professionnels de la santé.

Pour usage intraveineux, il doit être utilisé à des concentrations de 0,5 unité / ml à 1,0 unité / ml d’insuline aspart dans les systèmes de perfusion – en utilisant des poches de perfusion en polypropylène. Il a été démontré que le Fiasp est stable à température ambiante pendant 24 heures dans les liquides de perfusion, comme une solution de chlorure de sodium à 9 mg / mL (0,9%) ou une solution de glucose à 5%.

La surveillance de la glycémie est nécessaire pendant la perfusion d’insuline. Des précautions doivent être prises pour s’assurer que l’insuline est injectée dans le sac de perfusion et non pas simplement dans le port d’entrée.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Hypoglycémie

L’omission d’un repas ou un exercice physique non planifié et intense peut entraîner une hypoglycémie.

Une hypoglycémie peut survenir si la dose d’insuline est trop élevée par rapport aux besoins en insuline (voir rubriques 4.8 et 4.9).

Les patients dont le contrôle de la glycémie est grandement amélioré, par exemple par une insulinothérapie intensifiée, peuvent voir leurs symptômes habituels d’hypoglycémie changer et doivent être informés en conséquence. Les symptômes d’avertissement habituels peuvent disparaître chez les patients atteints de diabète de longue date.

Le moment de l’hypoglycémie reflète généralement le profil d’action-temps de la formulation d’insuline administrée. L’hypoglycémie peut survenir plus tôt après une injection / perfusion par rapport à d’autres insulines au moment des repas en raison du début d’action précoce de Fiasp (voir rubrique 5.1).

Puisque Fiasp doit être administré jusqu’à 2 minutes avant le début du repas avec l’option d’administrer jusqu’à 20 minutes après le début du repas, le délai d’action doit être pris en compte lors de la prescription à des patients atteints de maladies ou de traitements concomitants. une absorption retardée de la nourriture pourrait être attendue.

Hyperglycémie

L’utilisation de doses inadéquates ou l’arrêt du traitement, en particulier chez les patients nécessitant de l’insuline, peut entraîner une hyperglycémie et une acidocétose diabétique; conditions potentiellement mortelles.

Infusion sous-cutanée continue d’insuline (CSII)

Les dysfonctionnements de la pompe ou du dispositif de perfusion peuvent entraîner une hyperglycémie et une cétose rapides. L’identification rapide et la correction de la cause de l’hyperglycémie ou de la cétose sont nécessaires. Un traitement provisoire par injection sous-cutanée peut être nécessaire.

Maladie concomitante

Les maladies concomitantes, en particulier les infections et les états fiévreux, augmentent généralement les besoins en insuline du patient. Les maladies concomitantes dans les reins, le foie ou affectant la glande surrénale, l’hypophyse ou la glande thyroïde peuvent nécessiter des modifications de la dose d’insuline.

Combinaison de thiazolidinediones et de médicaments à insuline

Des cas d’insuffisance cardiaque congestive ont été signalés lorsque des thiazolidinediones étaient utilisés en association avec l’insuline, en particulier chez les patients présentant des facteurs de risque de développement d’une insuffisance cardiaque congestive. Ceci doit être gardé à l’esprit si un traitement avec l’association de thiazolidinediones et de médicaments à insuline est envisagé. Si la combinaison est utilisée, les patients doivent être surveillés pour déceler tout signe ou symptôme d’insuffisance cardiaque congestive, de prise de poids et d’œdème. Les thiazolidinediones doivent être interrompus en cas de détérioration des symptômes cardiaques.

Initiation à l’insuline et intensification du contrôle du glucose

L’intensification ou l’amélioration rapide du contrôle du glucose a été associée à un trouble réfractaire ophtalmologique réversible et transitoire, à une aggravation de la rétinopathie diabétique, à une neuropathie périphérique douloureuse aiguë et à un œdème périphérique. Cependant, le contrôle glycémique à long terme diminue le risque de rétinopathie diabétique et de neuropathie.

Anticorps anti-insuline

L’administration d’insuline peut entraîner la formation d’anticorps anti-insuline. Dans de rares cas, la présence de ces anticorps peut nécessiter un ajustement de la dose d’insuline afin de corriger une tendance à l’hyperglycémie ou à l’hypoglycémie.

Éviter les erreurs ou les erreurs de médication accidentelles

Les patients doivent être informés de toujours vérifier l’étiquette de l’insuline avant chaque injection afin d’éviter les erreurs de mélange entre ce médicament et d’autres médicaments à insuline.

Les patients doivent vérifier visuellement les unités de la dose avant l’administration. Par conséquent, les patients doivent s’auto-administrer pour pouvoir lire l’échelle de dose. Les patients qui sont aveugles ou qui ont une mauvaise vision doivent recevoir l’ordre de toujours recevoir de l’aide d’une autre personne qui a une bonne vision et qui est formée à l’administration d’insulines.

Voyager entre les fuseaux horaires

Avant de voyager entre différents fuseaux horaires, le patient doit demander l’avis du médecin.

Excipients

Ce médicament contient moins de 1 mmol de sodium (23 mg) par dose, c’est-à-dire qu’il est essentiellement «sans sodium».

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Un certain nombre de médicaments sont connus pour interagir avec le métabolisme du glucose.

Les substances suivantes peuvent réduire les besoins en insuline:

Antidiabétiques oraux, inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), bêta-bloquants, inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IEC), salicylés, stéroïdes anabolisants, sulfonamides et agoniste du récepteur du GLP-1.

Les substances suivantes peuvent augmenter les besoins en insuline:

Contraceptifs oraux, thiazidiques, glucocorticoïdes, hormones thyroïdiennes, sympathomimétiques, hormone de croissance et danazol.

Les bêta-bloquants peuvent masquer les symptômes de l’hypoglycémie.

L’octréotide / lanréotide peut augmenter ou diminuer les besoins en insuline.

L’alcool peut intensifier ou réduire l’effet hypoglycémiant de l’insuline.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Fiasp peut être utilisé pendant la grossesse.

Les données de deux essais cliniques contrôlés randomisés réalisés avec l’insuline asparte (322 + 27 grossesses exposées) n’indiquent aucun effet indésirable de l’insuline aspart sur la grossesse ou sur la santé du fœtus / nouveau-né par rapport à l’insuline humaine soluble.

Un contrôle intensif de la glycémie et une surveillance des femmes enceintes atteintes de diabète (diabète de type 1, diabète de type 2 ou diabète gestationnel) sont recommandés tout au long de la grossesse et en cas de grossesse. Les besoins en insuline tombent habituellement au cours du premier trimestre et augmentent ensuite au cours des deuxième et troisième trimestres. Après l’accouchement, les besoins en insuline reviennent rapidement aux valeurs d’avant la grossesse.

Allaitement maternel

Il n’y a aucune restriction sur le traitement avec Fiasp pendant l’allaitement. Le traitement à l’insuline de la mère qui allaite ne présente aucun risque pour le bébé. Cependant, le dosage peut devoir être ajusté.

La fertilité

Des études de reproduction animale n’ont révélé aucune différence entre l’insuline aspart et l’insuline humaine en ce qui concerne la fertilité.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La capacité du patient à se concentrer et à réagir peut être altérée à la suite d’une hypoglycémie. Cela peut constituer un risque dans les situations où ces capacités revêtent une importance particulière (par exemple, conduire une voiture ou utiliser des machines).

On devrait conseiller aux patients de prendre des précautions pour éviter l’hypoglycémie en conduisant. Ceci est particulièrement important chez les personnes qui ont une conscience réduite ou absente des signes avant-coureurs d’hypoglycémie ou qui ont de fréquents épisodes d’hypoglycémie. L’opportunité de conduire devrait être considérée dans ces circonstances.

4.8 Effets indésirables

Résumé du profil de sécurité

L’effet indésirable le plus fréquemment signalé pendant le traitement est l’hypoglycémie (voir la rubrique «Description des effets indésirables sélectionnés» ci-dessous).

Liste tabulée des effets indésirables

Les effets indésirables énumérés ci-dessous (Tableau 2) sont basés sur des données d’essais cliniques provenant d’essais de phase 3 consistant en 4 essais de confirmation thérapeutiques achevés. Les catégories de fréquence sont définies selon la convention suivante: Très fréquent (≥ 1/10); commun (≥ 1/100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000) et non connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Tableau 2 Effets indésirables des essais cliniques

MedDRA System Organ Class

Très commun

Commun

Rare

Troubles du système immunitaire

Hypersensibilité

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hypoglycémie

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Manifestations cutanées allergiques

Lipodystrophie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Réactions au site d’injection / de perfusion

Description des effets indésirables sélectionnés

Réactions allergiques

Les manifestations cutanées allergiques signalées avec Fiasp (1,5% contre 1,4% pour le comparateur) comprennent l’eczéma, les éruptions cutanées, les éruptions cutanées prurigineuses, l’urticaire et la dermatite.

Les réactions d’hypersensibilité généralisées de Fiasp (se manifestant par une éruption cutanée généralisée et un œdème facial) ont été rapportées de façon peu fréquente (0,2% contre 0,1% pour le comparateur). Des réactions anaphylactiques n’ont pas été rapportées avec Fiasp. Avec les préparations d’insuline en général, des réactions anaphylactiques peuvent survenir. Les réactions allergiques de type immédiat à l’insuline elle-même ou aux excipients peuvent potentiellement mettre la vie en danger.

Hypoglycémie

Une hypoglycémie peut survenir si la dose d’insuline est trop élevée par rapport aux besoins en insuline. Une hypoglycémie sévère peut entraîner une perte de conscience et / ou des convulsions et entraîner une altération temporaire ou permanente de la fonction cérébrale, voire la mort. Les symptômes de l’hypoglycémie surviennent généralement soudainement. Ils peuvent comprendre: sueurs froides, peau pâle et froide, fatigue, nervosité ou tremblement, anxiété, fatigue ou faiblesse inhabituelle, confusion, difficulté de concentration, somnolence, faim excessive, troubles de la vision, céphalées, nausées et palpitations (voir rubriques 4.4 et 5.1). L’hypoglycémie peut survenir plus tôt après une injection ou une perfusion de Fiasp par rapport à d’autres insulines au moment des repas, en raison d’un début d’action plus précoce.

Lipodystrophie

Une lipodystrophie (incluant lipohypertrophie, lipoatrophie) a été rapportée au site d’injection / perfusion chez des patients traités par Fiasp (0,2% contre 0% dans le comparateur). La rotation continue du site d’injection dans la zone d’injection particulière peut aider à réduire le risque de développer ces réactions.

Réactions au site d’injection / de perfusion

Des réactions au site d’injection / de perfusion (y compris des éruptions cutanées, une rougeur, une inflammation, des ecchymoses et des démangeaisons) ont été signalées chez des patients traités par Fiasp (1,0% contre 0,7% dans le groupe de comparaison). Ces réactions sont généralement légères et transitoires et elles disparaissent normalement au cours du traitement.

Populations spéciales

D’après les résultats des essais cliniques sur l’insuline aspart en général, la fréquence, le type et la gravité des effets indésirables observés chez les patients âgés et chez les patients insuffisants rénaux ou hépatiques n’indiquent aucune différence avec l’ensemble de la population générale. Le profil de tolérance chez les patients très âgés (≥ 75 ans) ou chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée à sévère ou une insuffisance hépatique est limité. Fiasp a été administré à des patients âgés pour l’étude des propriétés pharmacocinétiques (voir rubrique 5.2).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via

Irlande

Pharmacovigilance HPRA

Earlsfort Terrace

IRL – Dublin 2

Tél: +353 1 6764971

Fax: +353 1 6762517

Site Web: www.hpra.ie

e-mail:

Malte

Rapport ADR

Site Web: www.medicinesauthority.gov.mt/adrportal

Royaume-Uni

Carte Jaune

Site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard ou recherchez MHRA Yellow Card dans Google Play ou Apple App Store

4.9 Surdosage

Un surdosage spécifique pour l’insuline ne peut pas être défini, cependant, l’hypoglycémie peut se développer au cours des stades séquentiels si un patient reçoit plus d’insuline que nécessaire:

• Les épisodes hypoglycémiques légers peuvent être traités par l’administration orale de glucose ou d’autres produits contenant du sucre. Il est donc recommandé que le patient diabétique porte toujours des produits contenant du glucose.

• Les épisodes d’hypoglycémie sévère, où le patient n’est pas en mesure de se soigner, peuvent être traités avec du glucagon (0,5 à 1 mg) administré par voie intramusculaire ou sous-cutanée par une personne formée ou avec du glucose administré par voie intraveineuse par un professionnel de la santé. Le glucose doit être administré par voie intraveineuse si le patient ne répond pas au glucagon en 10 à 15 minutes. Après la reprise de conscience, l’administration de glucides par voie orale est recommandée pour le patient afin d’éviter une rechute.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Médicaments utilisés dans le diabète. Insulines et analogues pour injection, à action rapide

Code ATC A10AB05.

Mécanisme d’action

Fiasp est une formulation d’insuline aspart à action rapide.

L’activité principale de Fiasp est la régulation du métabolisme du glucose. Les insulines, y compris l’insuline aspart, l’ingrédient actif de Fiasp, exercent leur action spécifique en se liant aux récepteurs de l’insuline. L’insuline liée aux récepteurs abaisse la glycémie en facilitant l’absorption cellulaire du glucose dans le muscle squelettique et le tissu adipeux et en inhibant la production de glucose par le foie. L’insuline inhibe la lipolyse dans l’adipocyte, inhibe la protéolyse et améliore la synthèse des protéines.

Effets pharmacodynamiques

Fiasp est une formulation d’insuline asparte au moment des repas, dans laquelle l’ajout de nicotinamide (vitamine B 3 ) entraîne une absorption initiale plus rapide de l’insuline par rapport à NovoRapid.

Le début de l’action était 5 minutes plus tôt et le délai de perfusion maximale de glucose était de 11 minutes plus tôt avec Fiasp qu’avec NovoRapid. L’effet hypoglycémiant maximal de Fiasp s’est produit entre 1 et 3 heures après l’injection. L’effet hypoglycémiant pendant les 30 premières minutes (AUC GIR, 0-30 min ) était de 51 mg / kg avec Fiasp et 29 mg / kg avec NovoRapid (rapport Fiasp / NovoRapid: 1,74 [1,47; 2,10] IC à 95% ). L’effet hypoglycémiant total et l’effet hypoglycémiant maximal (GIR max ) étaient comparables entre Fiasp et NovoRapid. L’effet hypoglycémiant total et maximal de Fiasp augmente linéairement avec l’augmentation de la dose dans la plage de doses thérapeutiques.

La durée d’action était plus courte pour Fiasp comparée à celle de NovoRapid, et dure de 3 à 5 heures.

La variabilité au jour le jour de l’effet hypoglycémiant chez les patients était faible pour Fiasp à la fois pour le début (AUC GIR, 0-1h , CV ~ 26%), total (AUC GIR, 0-12h , CV ~ 18%) et l’effet hypoglycémiant maximal (GIR max , CV ~ 19%).

Efficacité clinique et sécurité

Fiasp a été étudié chez 2 068 patients adultes randomisés atteints de diabète sucré de type 1 (1 143 patients) et de diabète sucré de type 2 (925 patients) dans 3 essais d’efficacité et d’innocuité (18 à 26 semaines de traitement).

Les patients atteints de diabète sucré de type 1

L’effet du traitement de Fiasp dans la réalisation du contrôle glycémique a été évalué lorsqu’il est administré au moment du repas ou après le repas. Fiasp administré à l’heure du repas était non inférieur à NovoRapid dans la réduction de l’HbA 1c , et l’amélioration de l’HbA 1c était statistiquement significative en faveur de Fiasp. Le fiasp administré après le repas a permis d’obtenir une réduction similaire de l’HbA 1c lorsque NovoRapid a été administré au moment des repas (tableau 3).

Tableau 3 Résultats de l’essai clinique basal-bolus de 26 semaines chez des patients atteints de diabète de type 1

Fiasp repas + insuline detemir

Fiasp postmeal + insuline detemir

NovoRapid mealtime + insuline detemir

N

381

382

380

HbA 1c (%)

Baseline → Fin du procès

7,6 → 7,3

7,6 → 7,5

7,6 → 7,4

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-0,32

-0.13

-0,17

Différence de traitement estimée

-0,15 [-0,23; -0,07] CE

0,04 [-0,04; 0,12] D

HbA 1c (mmol / mol)

Baseline → Fin du procès

59,7 → 56,4

59,9 → 58,6

59,3 → 57,6

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-3,46

-1,37

-1,84

Différence de traitement estimée

-1,62 [-2.50; -0,73] CE

0,47 [-0,41; 1,36] D

Incrément de glucose après la prise de 2 heures (mmol / L) A

Baseline → Fin du procès

6.1 → 5.9

6.1 → 6.7

6.2 → 6.6

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-0,29

0,67

0,38

Différence de traitement estimée

-0,67 [-1,29; -0,04] CE

0,30 [-0,34; 0,93] D

Incrément de glucose après la prise de 1 heure (mmol / L) A

Baseline → Fin du procès

5.4 → 4.7

5.4 → 6.6

5,7 → 5,9

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-0,84

1,27

0,34

Différence de traitement estimée

-1.18 [-1.65; -0.71] CE

0,93 [0,46; 1,40] D

Poids corporel (kg)

Baseline → Fin du procès

78,6 → 79,2

80,5 → 81,2

80,2 → 80,7

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

0,67

0.70

0,55

Différence de traitement estimée

0,12 [-0,30; 0,55] C

0,16 [-0,27; 0,58] D

Taux observé d’hypoglycémie sévère ou confirmée par BG B par patient année d’exposition (pourcentage de patients)

59,0 (92,7)

54,4 (95,0)

58,7 (97,4)

Taux de tarification estimé

1,01 [0,88; 1,15] C

0,92 [0,81; 1,06] D

Baseline, Les valeurs de fin d’essai sont basées sur la moyenne des dernières valeurs disponibles observées. L’intervalle de confiance à 95% est indiqué dans ‘[]’

Un test de repas

B Hypoglycémie sévère (épisode nécessitant l’assistance d’une autre personne) ou glycémie (BG) confirmée comme hypoglycémie définie comme un épisode confirmé par une glycémie <3,1 mmol / L indépendamment des symptômes

C La différence est pour le repas Fiasp – Repas NovoRapid

D La différence est pour Fiasp postmeal – repas NovoRapid

E Statistiquement significatif en faveur du repas Fiasp

33,3% des patients traités par Fiasp au moment des repas ont atteint un taux cible d’HbA 1c inférieur à 7%, contre 23,3% des patients traités par Fiasp post-prandial et 28,2% des patients traités par NovoRapid au moment des repas. Les probabilités estimées d’atteindre un taux d’HbA 1c <7% étaient statistiquement significativement plus élevées avec le Fiasp au repas qu’avec NovoRapid au moment des repas (rapport de cotes: 1,47 [1,02; 2,13] IC à 95% ). Aucune différence statistiquement significative n’a été démontrée entre Fiasp post-prandial et NovoRapid au moment des repas.

Le fiasp administré à l’heure du repas a entraîné une augmentation significativement plus faible de la glycémie post-prandiale après une heure et deux heures par rapport à NovoRapid administré au moment des repas. Le fiasp administré après le repas a entraîné une augmentation de la glycémie post-prandiale de 1 heure et une augmentation comparable de la glycémie après la prise de NovoRapid pendant 2 heures au moment du repas (Tableau 3).

La dose médiane totale d’insuline en bolus à la fin de l’étude était similaire pour le repas Fiasp, Fiasp après repas et repas NovoRapid (changement entre le début et la fin de l’essai: repas Fiasp: 0,33 → 0,39 unités / kg / jour, Fiasc postmétallique: 0,35 → 0,39 unités / kg / jour et repas NovoRapid: 0,36 → 0,38 unités / kg / jour). Les modifications de la dose médiane totale d’insuline basale entre le début et la fin de l’essai étaient comparables pour le Fiasp (0,41 → 0,39 unité / kg / jour), le Fiasp post-repas (0,43 → 0,42 unité / kg / jour) et NovoRapid au moment des repas (0,43 → 0,43 unités / kg / jour).

Les patients atteints de diabète sucré de type 2

Il a été confirmé que la réduction de l’HbA 1c entre le début et la fin de l’essai n’était pas inférieure à celle obtenue avec NovoRapid (Tableau 4).

Tableau 4 Résultats de l’essai clinique basal-bolus de 26 semaines chez des patients atteints de diabète de type 2

Fiasp + insuline glargine

NovoRapid + insuline glargine

N

345

344

HbA 1c (%)

Baseline → Fin du procès

8.0 → 6.6

7,9 → 6,6

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-1,38

-1,36

Différence de traitement estimée

-0,02 [-0,15; 0,10]

HbA 1c (mmol / mol)

Baseline → Fin du procès

63,5 → 49,0

62,7 → 48,6

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-15,10

-14,86

Différence de traitement estimée

-0,24 [-1,60; 1,11]

Incrément de glucose après la prise de 2 heures (mmol / L) A

Baseline → Fin du procès

7,6 → 4,6

7.3 → 4.9

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-3,24

-2,87

Différence de traitement estimée

-0,36 [-0,81; 0,08]

Incrément de glucose après la prise de 1 heure (mmol / L) A

Baseline → Fin du procès

6.0 → 4.1

5,9 → 4,6

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

-2,14

-1,55

Différence de traitement estimée

-0,59 [-1,09; -0,09] C

Poids corporel (kg)

Baseline → Fin du procès

89,0 → 91,6

88,3 → 90,8

Changement ajusté par rapport à la ligne de base

2,68

2,67

Différence de traitement estimée

0,00 [-0,60; 0,61]

Taux observé d’hypoglycémie sévère ou confirmée par BG B par patient année d’exposition (pourcentage de patients)

17,9 (76,8)

16,6 (73,3)

Taux de tarification estimé

1,09 [0,88; 1,36]

Baseline, Les valeurs de fin d’essai sont basées sur la moyenne des dernières valeurs disponibles observées. L’intervalle de confiance à 95% est indiqué dans ‘[]’

Un test de repas

B Hypoglycémie sévère (épisode nécessitant l’assistance d’une autre personne) ou glycémie (BG) confirmée comme hypoglycémie définie comme un épisode confirmé par une glycémie <3,1 mmol / L indépendamment des symptômes

C Statistiquement significatif en faveur de Fiasp

La posologie post-prandiale n’a pas été étudiée chez les patients atteints de diabète sucré de type 2.

74,8% des patients traités par Fiasp ont atteint un taux cible d’HbA 1c inférieur à 7%, contre 75,9% des patients traités par NovoRapid. Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre Fiasp et NovoRapid dans les probabilités estimées d’atteindre l’HbA 1c <7%.

La dose médiane totale d’insuline en bolus à la fin de l’étude était similaire pour Fiasp et NovoRapid (changement entre le début et la fin de l’étude: Fiasp: 0,21 → 0,49 unité / kg / jour et NovoRapid: 0,21 → 0,51 unité / kg / jour). Les variations de la dose médiane totale d’insuline basale entre le début et la fin de l’essai étaient comparables pour Fiasp (0,56 → 0,53 unité / kg / jour) et NovoRapid (0,52 → 0,48 unité / kg / jour).

Personnes âgées

Dans les trois études cliniques contrôlées, 192 patients sur 1219 (16%) traités par Fiasp et atteints de diabète sucré de type 1 ou de diabète sucré de type 2 avaient ≥ 65 ans et 24 sur 1 219 (2%) avaient ≥ 75 ans. Aucune différence globale de sécurité ou d’efficacité n’a été observée entre les patients âgés et les patients plus jeunes.

Infusion sous-cutanée continue d’insuline (CSII )

Un essai contrôlé randomisé de 6 semaines, randomisé (2: 1), en double aveugle, en groupes parallèles a évalué la compatibilité de Fiasp et de NovoRapid administrés par le système CSII chez des patients adultes atteints de diabète de type 1. Il n’y avait pas d’épisodes confirmés par microscopie d’occlusions de l’ensemble de perfusion dans les groupes Fiasp (N = 25) ou NovoRapid (N = 12). Deux patients du groupe Fiasp ont signalé deux réactions au site de perfusion en cours de traitement.

Dans un essai croisé de deux semaines, Fiasp a montré un effet hypoglycémiant post-prandial plus important après un test de repas standardisé en ce qui concerne la glycémie post-prandiale après 1 heure et 2 heures (différence de traitement: -0,50 mmol / L [-1,07; 0,07] IC 95% et -0,99 mmol / L [-1,95; -0,03] IC 95% ), respectivement par rapport à NovoRapid dans un cadre CSII.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Fiasp est une formulation d’insuline asparte au moment des repas, dans laquelle l’ajout de nicotinamide (vitamine B 3 ) entraîne une absorption initiale plus rapide de l’insuline. L’insuline est apparue dans la circulation environ 4 minutes après l’administration (Figure 1). Le délai d’apparition était deux fois plus rapide (correspondant à 5 minutes plus tôt), le temps jusqu’à 50% de concentration maximale était de 9 minutes plus court avec Fiasp qu’avec NovoRapid avec quatre fois plus d’insuline disponible pendant les 15 premières minutes et deux fois plus d’insuline disponible. les 30 premières minutes.

Figure 1 Profil d’insuline moyen chez les patients diabétiques de type 1 après injection sous-cutanée.

L’exposition totale à l’insuline était comparable entre Fiasp et NovoRapid. La C max moyenne pour une dose de 0,2 unité / kg de poids corporel est de 298 pmol / L et comparable à NovoRapid.

L’exposition totale et la concentration maximale d’insuline augmentent proportionnellement à l’augmentation de la dose sous-cutanée de Fiasp dans la gamme des doses thérapeutiques.

La biodisponibilité absolue de l’insuline aspart après l’administration sous-cutanée de Fiasp dans l’abdomen, le muscle deltoïde et la cuisse était d’environ 80%.

Après l’administration de Fiasp, le début d’apparition rapide est maintenu quel que soit le site d’injection. Le temps jusqu’à la concentration maximale et l’exposition totale à l’insuline asparte étaient tous comparables entre l’abdomen, le bras et la cuisse. L’exposition précoce à l’insuline et la concentration maximale étaient comparables pour l’abdomen et le bras, mais plus faibles pour la cuisse.

Infusion sous-cutanée continue d’insuline (CSII)

Le début de l’exposition dans un environnement CSII (temps nécessaire pour atteindre la concentration maximale) était de 26 minutes plus court avec Fiasp qu’avec NovoRapid, ce qui correspond à environ trois fois plus d’insuline disponible pendant les 30 premières minutes (Figure 2).

Figure 2 Profils d’insuline moyens chez les patients atteints de diabète de type 1 dans un contexte de CSII (0-5 heures) corrigé pour la perfusion d’insuline basale

Distribution

L’insuline aspart a une faible affinité de liaison aux protéines plasmatiques (<10%), similaire à celle observée avec l’insuline humaine régulière.

Le volume de distribution ( Vd ) après administration intraveineuse était de 0,22 L / kg (par exemple, 15,4 L pour un sujet de 70 kg) correspondant au volume de liquide extracellulaire dans le corps.

Biotransformation

La dégradation de l’insuline asparte est similaire à celle de l’insuline humaine; tous les métabolites formés sont inactifs.

Élimination

La demi-vie après l’administration sous-cutanée de Fiasp est de 57 minutes et comparable à NovoRapid.

Après l’administration intraveineuse de Fiasp, la clairance était rapide (1,0 L / h / kg) et la demi-vie d’élimination était de 10 minutes.

Populations spéciales

Personnes âgées

Chez les patients âgés atteints de diabète de type 1, Fiasp a montré un début d’exposition plus précoce et une exposition précoce plus élevée à l’insuline tout en maintenant une exposition totale et une concentration maximale similaires à celles de NovoRapid.

L’exposition totale à l’insuline asparte et la concentration maximale après l’administration de Fiasp étaient 30% plus élevées chez les sujets âgés que chez les adultes plus jeunes.

Le genre

L’effet du sexe sur la pharmacocinétique de Fiasp a été examiné dans une analyse de l’ensemble des essais pharmacocinétiques. Fiasp a montré un début d’exposition comparable et une exposition précoce plus élevée à l’insuline tout en maintenant une exposition totale et une concentration maximale comparables à celles de NovoRapid pour les femmes et les hommes atteints de diabète de type 1.

L’exposition précoce et maximale à l’insuline de Fiasp était comparable chez les femmes et les hommes atteints de diabète de type 1. Cependant, l’exposition totale à l’insuline était plus importante chez les femmes que chez les hommes atteints de diabète de type 1.

Obésité

Le taux d’absorption initial était plus lent avec l’augmentation de l’IMC, alors que l’exposition totale était similaire entre les différents niveaux d’IMC. Comparé à NovoRapid, l’influence de l’IMC sur l’absorption était moins prononcée pour Fiasp, ce qui a entraîné une exposition initiale relativement plus élevée.

Race et ethnicité

L’effet de la race et de l’ethnicité (Noirs versus Blancs et Hispaniques versus non-Hispaniques) sur l’exposition totale à l’insuline de Fiasp était basé sur les résultats d’une analyse pharmacocinétique de population chez des patients diabétiques de type 1. Pour Fiasp, aucune différence d’exposition n’a été trouvée entre les groupes raciaux et ethniques étudiés.

Insuffisance hépatique

Une étude pharmacocinétique à dose unique de l’insuline aspart a été réalisée avec NovoRapid chez 24 sujets ayant une fonction hépatique allant de normale à gravement atteinte. Chez les sujets atteints d’insuffisance hépatique, le taux d’absorption a diminué et plus variable.

Insuffisance rénale

Une étude pharmacocinétique à dose unique de l’insuline aspart a été réalisée avec NovoRapid chez 18 sujets ayant une fonction rénale allant de normale à gravement atteinte. Aucun effet apparent des valeurs de clairance de la créatinine sur l’ASC, la C max , la CL / F et la T max de l’insuline aspart n’a été trouvé. Les données étaient limitées chez les patients présentant une insuffisance rénale modérée et sévère. Les patients présentant une insuffisance rénale nécessitant un traitement de dialyse n’ont pas été étudiés.

Population pédiatrique

Chez les enfants (6-11 ans) et les adolescents (12-18 ans), Fiasp a montré un début d’exposition plus précoce et une exposition précoce plus élevée à l’insuline tout en maintenant une exposition totale et une concentration maximale similaires à celles de NovoRapid.

Le début et l’exposition précoce à l’insuline de Fiasp étaient similaires chez les enfants et les adolescents à ceux chez les adultes. L’exposition totale à Fiasp était plus faible chez les enfants et les adolescents que chez les adultes lorsqu’ils recevaient 0,2 unité / kg de poids corporel, tandis que la concentration sérique maximale d’insuline asparte était semblable entre les groupes d’âge.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité et toxicité pour la reproduction après exposition à l’insuline aspart n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme. Dans les tests in vitro , y compris la liaison à l’insuline et les sites récepteurs de l’IGF-1 et les effets sur la croissance cellulaire, l’insuline aspart se comportait d’une manière qui ressemblait étroitement à l’insuline humaine. Des études démontrent également que la dissociation de la liaison au récepteur de l’insuline de l’insuline aspart est équivalente à l’insuline humaine.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Phénol

Métacrésol

Glycérol

Acétate de zinc

Phosphate disodique dihydraté

Chlorhydrate d’arginine

Nicotinamide (vitamine B 3 )

Acide chlorhydrique (pour l’ajustement du pH)

Hydroxyde de sodium (pour l’ajustement du pH)

Eau pour les injections

6.2 Incompatibilités

Le médicament ne doit pas être dilué ou mélangé avec d’autres médicaments, à l’exception des liquides pour perfusion tels que décrits dans la rubrique 4.2.

6.3 Durée de conservation

30 mois.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Après ouverture ou mise en réserve, le médicament peut être conservé pendant 4 semaines maximum. À la fin de cette période, le stylo doit être utilisé ou jeté. Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C. Peut être conservé au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Gardez le capuchon sur le stylo afin de le protéger de la lumière.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Après ouverture ou mise en réserve, le médicament peut être conservé pendant 4 semaines maximum. À la fin de cette période, la cartouche doit être utilisée ou jetée. Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C. Ne pas réfrigérer. Ne pas congeler. Si la cartouche est transportée en réserve et inutilisée, la cartouche doit être conservée dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Après la première ouverture, le médicament peut être conservé pendant un maximum de 4 semaines. À la fin de cette période, la fiole doit être utilisée ou jetée. Ne pas stocker au-dessus de 30 ° C. Peut être conservé au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Conserver le flacon dans l’emballage extérieur afin de le protéger de la lumière.

6.4 Précautions particulières de conservation

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Conserver au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Tenir à l’écart de l’élément de congélation. Gardez le capuchon sur le stylo afin de le protéger de la lumière.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Conserver au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Tenir à l’écart de l’élément de congélation. Conserver la cartouche dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Conserver au réfrigérateur (entre 2 ° C et 8 ° C). Ne pas congeler. Tenir à l’écart de l’élément de congélation. Conserver le flacon dans l’emballage extérieur afin de le protéger de la lumière.

Après la première ouverture ou transporté en réserve, voir la section 6.3.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Cartouche (verre de type 1) avec un piston (halobutyle) et un bouchon (halobutyl / polyisoprène) contenu dans un stylo jetable multidose prérempli en polypropylène, polyoxyméthylène, polycarbonate et acrylonitrile butadiène styrène.

Chaque stylo prérempli contient 3 mL de solution.

Lot de 1 stylo prérempli (avec et sans aiguilles), 5 stylos préremplis (sans aiguilles) et multipack contenant 10 stylos préremplis (2 stylos de 5) (sans aiguilles).

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Cartouche (verre de type 1), avec un piston (halobutyl) et un bouchon (halobutyl / polyisoprène) dans un carton.

Chaque cartouche contient 3 mL de solution.

Pack de 5 et 10 cartouches.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Flacon (verre de type 1) fermé avec un disque en caoutchouc halobutyl / polyisoprène et un capuchon de protection en plastique afin d’obtenir un contenant inviolable dans un carton.

Chaque flacon contient 10 mL de solution.

Conditionnements de 1 flacon, 5 flacons et un emballage multiple contenant 5 flacons de 5 flacons de 1.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Fiasp ne doit pas être utilisé si la solution n’apparaît pas claire et incolore.

Le fiasp qui a été gelé ne doit pas être utilisé.

Le patient doit jeter l’aiguille après chaque injection.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en stylo prérempli

Les aiguilles et les stylos pré-remplis ne doivent pas être partagés. La cartouche ne doit pas être rechargée.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en cartouche

Les aiguilles et les cartouches ne doivent pas être partagées. La cartouche ne doit pas être rechargée.

Fiasp 100 unités / mL solution injectable en flacon

Les aiguilles et les seringues ne doivent pas être partagées.

Fiasp peut être utilisé dans une pompe à perfusion (CSII) pendant un maximum de 9 jours, comme décrit dans la rubrique 4.2 et dans la notice. Les tubes dans lesquels les matériaux de la surface interne sont en polyéthylène ou en polyoléfine ont été évalués et jugés compatibles avec l’utilisation de la pompe.

Disposition

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Novo Nordisk A / S

Novo Allé

DK-2880 Bagsværd

Danemark

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

EU / 1/16/1160/001

EU / 1/16/1160/002

EU / 1/16/1160/003

EU / 1/16/1160/004

EU / 1/16/1160/005

EU / 1/16/1160/006

EU / 1/16/1160/007

EU / 1/16/1160/008

EU / 1/16/1160/009

EU / 1/16/1160/010

EU / 1/16/1160/011

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 09 janvier 2017

10. Date de révision du texte

04/2018

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu