Comprimés pelliculés adepend 50 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés pelliculés Adepend 50 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 50 mg de chlorhydrate de naltrexone.

Excipients à effet notoire: contient 126 755 mg de lactose monohydraté. Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimés pelliculés

En forme de capsule, comprimés pelliculés beiges avec un score de cassure de chaque côté.

Le comprimé peut être divisé en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Adepend est utilisé dans le cadre d’un programme complet de traitement contre l’alcoolisme pour réduire le risque de rechute, comme traitement de soutien à l’abstinence et pour réduire le besoin d’alcool.

4.2 Posologie et mode d’administration

Avant le traitement, il faut s’assurer que le patient ne présente pas d’opioïdes (voir rubrique 4.4).

Selon les recommandations nationales, le traitement par naltrexone ne doit être initié et surveillé que par des médecins expérimentés dans le traitement des patients alcoolodépendants.

Le traitement par naltrexone ne doit être envisagé que pour les patients qui ont été traités pendant une période suffisamment longue sans opioïdes (voir rubrique 4.4).

Le traitement doit être initié avec de faibles doses de naltrexone selon le calendrier d’induction du traitement.

Des doses plus élevées que 150 mg, même pour une seule journée, peuvent entraîner une augmentation des effets secondaires et ne sont donc pas recommandées.

Utiliser chez les adultes

La dose recommandée de chlorhydrate de naltrexone chez l’adulte est de 50 mg par jour (1 comprimé par jour).

Utilisation chez les enfants et les adolescents (<18 ans)

Les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg ne sont pas recommandés chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans dans cette indication en raison d’un manque de données sur la sécurité et l’efficacité.

Utilisation chez les personnes âgées

Une utilisation sûre pour le traitement de la dépendance aux opiacés chez les personnes âgées n’a pas été établie.

Utilisation chez les patients atteints de maladies hépatiques et / ou rénales

Les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg sont contre-indiqués chez les patients atteints de maladies graves du foie et / ou des reins.

Chez les patients présentant un trouble hépatique et / ou rénal léger ou modéré, les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg ne doivent être appliqués qu’avec une attention particulière et une surveillance serrée (voir rubrique 4.4). Une adaptation de la dose doit être envisagée (voir rubrique 5.2).

Méthode d’administration

Les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg doivent être pris avec un liquide.

Durée de l’administration

Une durée d’administration commune ne peut pas être spécifiée car Adpend 50 mg comprimés pelliculés sont utilisés en traitement concomitant et la récupération est individuellement différente pour les patients dépendants à l’alcool, même s’ils sont psychologiquement assistés. Une durée de traitement d’au moins 3 mois est recommandée alors qu’une prolongation pourrait être nécessaire. L’efficacité est prouvée par des études contrôlées sur une période allant jusqu’à 12 mois.

Le chlorhydrate de naltrexone ne provoque aucune dépendance psychique ou physique. Il n’y a pas de diminution des effets antagonistes pendant les traitements à long terme.

4.3 Contre-indications

– Hypersensibilité au chlorhydrate de naltrexone ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1

– Hépatite aiguë ou insuffisance hépatique

– Insuffisance hépatique sévère ou aiguë

– Insuffisance rénale sévère

– Patients prenant des analgésiques opioïdes

– Combinaison avec un médicament contenant des opioïdes (voir rubriques 4.4 et 4.5)

– Combinaison avec la méthadone (voir rubrique 4.5)

– Les patients opioïdes-dépendants que les symptômes de sevrage aux opioïdes aiguës peuvent se produire

– Patients présentant des symptômes de sevrage après l’administration de chlorhydrate de naloxon (résultat positif du test de provocation à la naloxone)

– Test d’urine positif pour les opioïdes

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Conformément aux directives nationales, le traitement doit être instauré et supervisé par un médecin expérimenté dans le traitement des patients alcooliques.

Pendant le traitement, les conditions douloureuses devraient être traitées avec l’analgésie non-opioïde seulement.

Chez les patients dépendants aux opiacés, des symptômes de sevrage peuvent être causés par les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg. Ceux-ci peuvent se manifester après 5 minutes et au moins jusqu’à 48 heures. Le traitement doit être symptomatique et peut inclure l’administration d’opioïdes.

Test de la fonction du foie

En raison de son effet hépatotoxique, des précautions particulières doivent être prises lors de l’administration d’Adepend chez les patients présentant une insuffisance hépatique aiguë ou une insuffisance hépatique.

Le chlorhydrate de naltrexone est métabolisé principalement par le foie et principalement éliminé par l’urine. Par conséquent, les patients présentant une insuffisance hépatique ou rénale doivent être surveillés attentivement pendant le traitement (voir rubrique 4.3). Les tests de la fonction hépatique doivent être effectués avant et pendant le traitement.

Il n’est pas rare que la fonction hépatique des alcooliques soit altérée. Chez les personnes âgées dépendantes à l’alcool et obèses, les tests de la fonction hépatique ont montré des résultats anormaux après l’administration de doses plus élevées de naltrexone (jusqu’à 300 mg / jour).

Les tests de la fonction hépatique doivent être effectués avant et pendant le traitement.

Dépister la présence d’opioïdes

En cas de suspicion de dépendance aux opiacés, il est recommandé de dépister la présence d’opioïdes:

• Test urinaire: Si la suspicion d’utilisation d’opioïdes est suscitée malgré un résultat négatif au test d’urine et l’absence de symptômes cliniques de sevrage, il est recommandé de confirmer le résultat du test d’urine par un test de provocation à la naloxone.

• Test de provocation à la naloxone: Les symptômes de sevrage causés par le chlorhydrate de naloxone sont plus courts que ceux provoqués par les comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg.

Un test de provocation à la naloxone ne doit pas être réalisé chez des patients présentant des symptômes de sevrage cliniquement significatifs ni chez des patients testés positifs aux opioïdes dans l’urine. Si des symptômes de sevrage apparaissent lors de ce test, le traitement par Adpend 50 mg, comprimés pelliculés, ne doit pas être initié. Le traitement peut être initié suite à un résultat de test négatif.

Schéma d’administration recommandé:

– Voie intraveineuse: Administrer 0,2 mg de naloxone iv. Si aucun effet indésirable n’apparaît après 30 secondes, administrer une autre dose de 0,6 mg de naloxone iv. Continuez à observer le patient pendant plus de 30 minutes pour déceler des signes de sevrage.

– Sous-cutanée: Administrer 0,8 mg de naloxone sc. Observez le patient pendant 30 minutes pour les signes de sevrage.

Confirmation du test: En cas de doute sur le fait que le patient ne présente pas d’opioïdes, le traitement par les comprimés pelliculés Adepend 50 mg doit être retardé de 24 heures. Dans ce cas, le test doit être répété avec 1,6 mg de naloxone.

Le traitement par naltrexone ne doit commencer que lorsque l’opiacé a été arrêté pendant une période suffisamment longue (environ 5 à 7 jours pour l’héroïne et au moins 10 jours pour la méthadone).

Les patients doivent être mis en garde contre l’utilisation de doses élevées d’opioïdes pour neutraliser le blocage, car cela pourrait entraîner une intoxication aiguë et peut-être fatale aux opioïdes dès que l’effet du naltrexone aura cessé. La prise d’opioïdes à forte dose, concomitante au traitement par la naltrexone, peut entraîner une intoxication aux opioïdes menaçant le pronostic vital en raison d’une insuffisance respiratoire et circulatoire.

Les patients pourraient être plus sensibles aux médicaments contenant des opioïdes après un traitement avec Adpend 50 mg comprimés pelliculés.

La naltrexone peut provoquer une augmentation transitoire de la tension artérielle diastolique suivie d’une diminution de la température corporelle et de la fréquence cardiaque.

Les patients doivent être mis en garde contre l’utilisation concomitante d’opioïdes (par exemple, médicaments contre la toux contenant des opioïdes, médicaments contenant des opioïdes pour le traitement symptomatique du rhume ou des médicaments contenant des opioïdes contre la diarrhée) pendant le traitement par Adpend 50 mg.

Si le patient traité par Adepend 50 mg comprimés pelliculés a besoin d’un traitement opioïde, par exemple d’une analgésie opioïde ou d’une anesthésie en situation d’urgence, la dose nécessaire peut être supérieure à la normale pour atteindre le même effet thérapeutique. Dans ces cas, la dépression respiratoire et les troubles circulatoires seront plus profonds et plus durables. Les symptômes liés à la libération d’histamine (par exemple gonflement du visage, démangeaisons, érythème, diaphorèse et autres manifestations cutanées et cutanéo-muqueuses) peuvent survenir plus facilement. Le patient a besoin d’une attention et d’une supervision spécifiques de la part du personnel soignant dans une unité médicale.

L’augmentation du risque suicidaire chez les toxicomanes avec ou sans dépression associée n’est pas réduite par l’ingestion de comprimés pelliculés Adepend 50 mg.

Une attention particulière doit être accordée aux patients dont les taux d’enzymes hépatiques dans le sérum excèdent trois fois la valeur normale et chez les patients atteints d’insuffisance rénale.

Lactose: Les patients présentant une intolérance héréditaire rare au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

À l’heure actuelle, l’expérience clinique et les données expérimentales sur l’effet du naltrexone sur la pharmacocinétique d’autres substances sont limitées. Un traitement concomitant par naltrexone et d’autres médicaments doit être administré avec précaution et doit être suivi avec attention. Aucune étude sur les interactions n’a été réalisée.

Des cas de léthargie et de somnolence ont été rapportés après l’administration concomitante de naltrexone et de thioridazine.

Des études in vitro ont montré que ni le chlorhydrate de naltrexone ni son métabolite actif 6-bêta-naltrexol ne sont métabolisés par les enzymes du cytochrome P450 humain. Par conséquent, il est peu probable que la pharmacocinétique des comprimés pelliculés d’Adepend 50 mg soit affectée par des médicaments inhibiteurs ou inducteurs de l’enzyme cytochrome P450:

Les patients pourraient être plus sensibles aux médicaments contenant des opioïdes après un traitement avec Adpend 50 mg comprimés pelliculés.

Associations contre-indiquées: L’utilisation concomitante de naltrexone avec des dérivés opioïdes (antalgiques, antitussifs, traitements de substitution) est contre-indiquée (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Méthadone dans le traitement de substitution: Il existe un risque d’apparition de symptômes de sevrage.

Associations déconseillées: L’utilisation concomitante de naltrexone et d’antihypertenseurs centraux (alpha-méthyldopa) n’est pas recommandée.

Combinaisons de prudence avec prudence: L’utilisation concomitante de naltrexone avec des barbituriques, des benzodiazépines, des anxiolytiques autres que les benzodiazépines (par exemple méprobamate), des hypnotiques, des antidépresseurs sédatifs (amitriptyline, doxépine, miansérine, trimipramine), des antihistaminiques sédatifs H1 et des neuroleptiques (dropéridol) peut être envisagée. mise en garde.

Jusqu’à présent, aucune interaction entre la cocaïne et le chlorhydrate de naltrexone n’a été décrite.

Les données d’une étude d’innocuité et de tolérabilité de l’administration concomitante de naltrexone et d’acamprosate chez des sujets dépendants de l’alcool ont montré que l’administration de naltrexone augmentait significativement le taux plasmatique d’acamprosate.

L’interaction avec d’autres agents psychopharmacologiques (par exemple disulfirame, amitryptiline, doxépine, lithium, clozapine, benzodiazépines) n’a pas été étudiée.

Actuellement, les interactions entre la naltrexone et l’alcool ne sont pas connues.

Pour les interactions avec des médicaments contenant des opioïdes, voir 4.4.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’existe aucune donnée clinique sur l’utilisation du chlorhydrate de naltrexone pendant la grossesse. Les données issues d’études chez l’animal ont montré une toxicité pour la reproduction (voir rubrique 5.3). Les données sont insuffisantes pour établir la pertinence clinique. Le risque potentiel pour les humains est inconnu. Naltrexone ne doit être administré aux femmes enceintes que si, de l’avis du médecin traitant, les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques éventuels.

L’utilisation de naltrexone chez des femmes alcooliques enceintes recevant un traitement prolongé par des opiacés ou un traitement de substitution par des opiacés ou chez des patientes enceintes dépendantes aux opioïdes crée un risque de syndrome de sevrage aigu pouvant avoir de graves conséquences pour la mère et le fœtus (voir section 4.4). L’administration de naltrexone doit être suspendue si des analgésiques opiacés sont prescrits (voir rubrique 4.5).

Allaitement maternel:

Il n’y a pas de données cliniques sur l’utilisation du chlorhydrate de naltrexone en lactation. On ne sait pas si le naltrexone ou le 6-bêta-naltexol est excrété dans le lait maternel humain. L’allaitement n’est pas recommandé pendant le traitement par la naltrexone.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Les comprimés pelliculés Adpend 50 mg peuvent influencer les capacités psychologiques et physiques et, par conséquent, la conduction de tâches potentiellement dangereuses telles que conduire des véhicules ou utiliser des machines doit être évitée.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables suivants sont classés en fonction de la classe et de la fréquence du système d’organes:

Très commun (1/10)

Commun (1/100 à 1/10)

Peu fréquent (1/1000 à 1/100)

Rare (1/10000 à 1/1000)

Très rare (1/10000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Les effets secondaires observés avec naltrexone semblent être similaires chez les alcooliques et chez les patients dépendants aux opioïdes. Les effets indésirables graves sont inhabituels.

Infections et infestations

Rare:

herpès oral, tinea pedis

Troubles du système sanguin et lymphatique

Rare:

lymphadénopathie

Rare:

purpura thrombocytopénique idiopathique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Commun:

diminution de l’appétit

Troubles psychiatriques

Très commun:

nervosité, anxiété, insomnie

Commun:

irritabilité, trouble affectif

Rare:

hallucination, confusion, découragement, dépression, paranoïa, désorientation, cauchemars, agitation, trouble de la libido, rêves anormaux

Rare:

idéation suicidaire, tentative de suicide

Troubles du système nerveux

Très commun:

mal de tête, agitation,

Commun:

vertiges

Rare:

tremblement, somnolence

Troubles oculaires

Commun:

augmentation du larmoiement

Rare:

vision floue, irritation et gonflement de l’œil, photophobie, douleur ou fatigue oculaire, asthénopie de couleur

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Rare:

malaise d’oreille, douleur d’oreille, acouphène, vertiges

Troubles cardiaques

Commun:

tachycardie, palpitations cardiaques, anomalies dans l’ECG

Troubles vasculaires

Rare:

changements de pression sanguine, rinçage

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Commun:

douleur dans la poitrine

Rare:

congestion nasale, gêne nasale, rhinorrhée, éternuements, troubles oropharyngés, augmentation des expectorations, troubles des sinus, dyspnée, dysphonie, toux, bâillements

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun:

douleur abdominale, nausée, vomissements

Commun:

diarrhée, constipation

Rare:

flatulence, hémorroïdes, ulcère, sécheresse buccale

Troubles hépatobiliaires

Rare:

troubles hépatiques, augmentation des taux de bilirubine, hépatite (Pendant le traitement, l’augmentation des transaminases est possible Après l’arrêt de l’apport d’Adepend, les transaminases diminuent aux niveaux d’origine en quelques semaines.)

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Commun:

téméraire

Rare:

séborrhée, prurit, acné, alopécie

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Très commun:

arthralgie et myalgie

Rare:

douleur à l’aine

Très rare:

rhabdomyolyse

Troubles rénaux et urinaires

Rare:

pollakiurie, dysurie

Système reproducteur et troubles mammaires

Commun:

éjaculation retardée, dysfonction érectile, troubles de la libido

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Très commun:

asthénie

Commun:

soif, énergie accrue, frissons, hyperhidrose

Rare:

augmentation de l’appétit, perte de poids, gain de poids, fièvre, douleur, sensation de froid dans les extrémités, bouffées de chaleur

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le programme de carte jaune à l’adresse: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

L’expérience du surdosage en chlorhydrate de naltrexone est limitée. Il n’y avait aucune preuve de toxicité chez les volontaires recevant 800 mg de chlorhydrate de naltrexone par jour pendant une semaine.

Traitement

En cas de surdosage, les patients doivent être étroitement surveillés et traités de manière symptomatique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Médicaments utilisés dans la dépendance à l’alcool

Code ATC: N07BB04

Le chlorhydrate de naltrexone est un antagoniste opioïde spécifique à longue durée d’action, utilisé par voie orale. Le chlorhydrate de naltrexone se lie de façon compétitive aux récepteurs situés dans le système nerveux central et périphérique et bloque ainsi l’accès aux opioïdes administrés de manière exogène.

Le traitement avec les comprimés pelliculés Adepend 50 mg ne provoque pas de dépendance physique ou psychologique. Aucune tolérance pour l’effet antagoniste des opioïdes n’est observée.

Le mécanisme d’action du chlorhydrate de naltrexone n’est pas complètement élucidé. Une interaction avec le système opioïde endogène est supposée. La consommation d’alcool chez les humains a été supposée renforcer la stimulation induite par l’alcool du système opioïde endogène.

Une thérapie avec des comprimés pelliculés Adepend 50 mg est une thérapie non-aversive et ne provoque pas de réactions lorsque l’alcool est ingéré. Par conséquent, il n’y a pas non plus de réactions ressemblant au disulfirame.

L’effet principal du traitement avec les comprimés pelliculés Adepend 50 mg semble être une réduction du risque de rechute complète après avoir consommé une quantité limitée d’alcool. Cela donne au patient la possibilité d’échapper à une rechute complète avec une perte totale de contrôle en raison d’une stimulation réduite.

Le chlorhydrate de naltrexone réduit le désir d’alcool («envie») pendant l’abstinence et après l’ingestion d’alcool. La réduction du désir d’alcool diminue le risque d’une rechute complète des patients abstinents et non abstinents.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Après administration orale, le chlorhydrate de naltrexone est rapidement et complètement absorbé par le tractus gastro-intestinal. La concentration plasmatique maximale est atteinte en une heure.

Distributio n

La liaison aux protéines plasmatiques est de 21%. La concentration plasmatique à l’état d’équilibre est de 8,55 mg / ml.

Métabolisme

Le métabolisme se produit principalement par un effet de premier passage dans le foie. Le chlorhydrate de naltrexone est essentiellement hydroxylé en son principal métabolite actif, le 6-bêta-naltrexol et, dans une moindre mesure, en 2-hydroxy-3-méthoxy-6-bêta-naltrexol.

Élimination

La substance est principalement excrétée par voie rénale. Environ 60% de la dose administrée par voie orale est excrétée dans les 48 heures sous forme de 6-bêta-naltrexol glucuronidé et de chlorhydrate de naltrexone . La demi-vie plasmatique du chlorhydrate de naltrexone est d’environ 4 heures. La demi-vie plasmatique du 6-beta-naltrexol est de 13 heures.

Des concentrations plasmatiques de chlorhydrate de naltrexone cinq à dix fois plus élevées ont été signalées chez des patients cirrhotiques.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme sur la base d’études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité à doses répétées, de génotoxicité et de potentiel carcinogène. Cependant, il existe des preuves sur l’hépatotoxicité avec une dose croissante. Des augmentations réversibles des enzymes hépatiques ont été observées chez des patients traités par des doses thérapeutiques ou supérieures (voir rubriques 4.4 et 4.8).

Le chlorhydrate de naltrexone (100 mg / kg / jour, soit environ 140 fois la dose thérapeutique chez l’humain) a provoqué une augmentation significative de la pseudo-grossesse chez le rat. Une diminution du taux de grossesses des rates accouplées s’est également produite. La pertinence de ces observations pour la fertilité humaine n’est pas connue.

Il a été démontré que le chlorhydrate de naltrexone a un effet embryotoxique chez le rat et le lapin lorsqu’il est administré à des doses environ 140 fois supérieures à la dose thérapeutique chez l’humain. Cet effet a été démontré chez des rats traités avec 100 mg / kg / jour de chlorhydrate de naltrexone avant et pendant toute la gestation, et des lapins traités avec 60 mg / kg / jour de chlorhydrate de naltrexone pendant la période d’organogenèse.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé:

Lactose monohydraté

Cellulose alimentée

Crospovidone

La cellulose microcristalline

Silice colloïdale anhydre

Stéarate de magnésium

Film-manteau:

Lactose monohydraté

Hypromellose

Dioxyde de titane (E 171)

Macrogol 4000

Oxyde de fer noir (E 172)

Oxyde de fer rouge (E 172)

Oxyde de fer jaune (E 172)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

4 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

Conserver dans l’emballage d’origine afin de protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

7, 10, 14, 28, 30 ou 100 comprimés dans une plaquette thermoformée PVC / PVDC / Aluminium emballée dans un carton. Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Orpha-Devel Handels und Vertriebs GmbH

Wintergasse 85 / 1B

A-3002 Purkersdorf

L’Autriche

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 30414/0013

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

22/12/2011

08/05/2015

10. Date de révision du texte

16.10.2017