Comprimés d’ofloxacine 400 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés d’Ofloxacine 400 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 400 mg d’ofloxacine.

Excipient à effet connu:

Chaque comprimé pelliculé contient également 228,00 mg de lactose anhydre.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Capsule jaune biconvexe en forme de gélule, pelliculée marquée «OF» breakline ‘400’ d’un côté et «G» au verso.

Le comprimé peut être divisé en doses égales.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Les indications suivantes sont réservées aux adultes.

L’Ofloxacine convient au traitement des infections bactériennes suivantes si elles sont causées par des agents pathogènes sensibles à l’ofloxacine (voir rubrique 5.1):

• Les infections des voies respiratoires inférieures, y compris la pneumonie, les bronchites et les exacerbations aiguës de la bronchite chronique causée par des bactéries aérobies à Gram négatif. (Les comprimés d’Ofloxacine ne sont pas le médicament de premier choix dans la pneumonie causée par Streptococcus pneumoniae, Mycoplasma pneumoniae ou Chlamydia pneumoniae );

• Les infections des voies urinaires supérieures et inférieures, y compris les infections urinaires non compliquées (cystite) et compliquées.

• Gonorrhée urétrale et cervicale non compliquée, urétrite non gonococcique et cervicite.

Il convient de prendre en compte les directives officielles sur l’utilisation appropriée des agents antibactériens.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

La dose d’ofloxacine est déterminée par le type et la gravité de l’infection. La gamme posologique pour les adultes est de 200 mg à 800 mg par jour.

Jusqu’à 400 mg peuvent être administrés en une seule dose, de préférence le matin. En général, les doses individuelles doivent être administrées à des intervalles approximativement égaux.

Dans certains cas, il peut être nécessaire d’augmenter la dose jusqu’à une dose totale maximale de 800 mg par jour, qui devrait être de 400 mg deux fois par jour, à des intervalles approximativement égaux. Ceci peut être approprié dans les infections dues à des agents pathogènes connus pour avoir une sensibilité réduite ou variable à l’ofloxacine, dans les infections sévères et / ou compliquées (par exemple des voies respiratoires ou urinaires) ou si le patient ne répond pas adéquatement.

Les doses suivantes sont recommandées:

Les indications

Doses uniques et quotidiennes

Gonorrhée urétrale / cervicale non compliquée

400 mg

Infections urinaires basses non compliquées

200 mg-400 mg par jour

Infections compliquées de l’appareil urinaire supérieur

400 mg par jour, en augmentant si nécessaire, à 400 mg deux fois par jour

Infections des voies respiratoires inférieures

400 mg par jour, en augmentant, si nécessaire, à 400 mg deux fois par jour

Urétrite non gonococcique et cervicite

400 mg par jour

Une dose unique de 400 mg d’ofloxacine est suffisante pour le traitement de la gonorrhée non compliquée.

Populations particulières de patients

Altération de la fonction rénale

Après une dose initiale normale, la posologie doit être réduite chez les patients présentant une altération de la fonction rénale déterminée par la clairance de la créatinine ou le taux de créatinine plasmatique.

Liquidation de créatinine

Créatine plasmatique

Dose d’entretien *

20 à 50 ml / min *

1,5 à 5 mg / dl

100 mg – 200 mg d’ofloxacine par jour

<20 ml / min **

> 5 mg / dl

100 mg d’ofloxacine par jour

* Selon l’indication ou l’intervalle de dose

** La concentration sérique d’ofloxacine doit être surveillée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère et des patients dialysés.

Les patients subissant une hémodialyse ou une dialyse péritonéale doivent recevoir 100 mg d’ofloxacine par jour.

Lorsque la clairance de la créatinine ne peut pas être mesurée, elle peut être estimée en se référant au niveau de créatinine sérique en utilisant la formule de Cockcroft pour adultes suivante:

Fonction hépatique altérée

L’excrétion d’ofloxacine peut être réduite chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique sévère (par exemple, cirrhose du foie avec ascite). Dans de tels cas, il est recommandé que la dose ne dépasse pas 400 mg d’ofloxacine par jour, en raison d’une réduction possible de l’excrétion.

Population pédiatrique

L’ofloxacine est contre-indiquée chez les enfants ou les adolescents en croissance (voir rubrique 4.3).

Personnes âgées

Aucun ajustement de dosage n’est requis chez les personnes âgées, autre que celui imposé par la considération de la fonction rénale ou hépatique. (Voir rubrique 4.4 allongement de l’intervalle QT).

Durée

Le traitement ne doit pas dépasser 2 mois.

Une dose quotidienne allant jusqu’à 400 mg d’ofloxacine peut être administrée en une seule dose. Dans ce cas, il est préférable d’administrer l’ofloxacine le matin.

Les doses quotidiennes de plus de 400 mg doivent être divisées en deux doses distinctes et être administrées à des intervalles approximativement égaux.

Méthode d’administration

Pour usage oral.

Les comprimés d’ofloxacine doivent être avalés entiers avec suffisamment de liquide avant ou pendant les repas. Ils ne doivent pas être pris dans les deux heures suivant l’administration d’antiacides minéraux, de sucralfate ou d’ions métalliques (aluminium, fer, magnésium ou zinc), didanosine à croquer ou tamponnée (pour le VIH), car l’absorption d’ofloxacine peut diminuer (voir rubrique 4.5) .

4.3 Contre-indications

L’utilisation de l’ofloxacine est contre-indiquée comme suit:

• Hypersensibilité à la substance active, aux autres antibactériens fluoroquinolones ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

• Chez les patients ayant des antécédents d’épilepsie ou d’un trouble du système nerveux central existant avec un seuil d’épilepsie réduit.

• Chez les patients ayant des antécédents de troubles tendineux liés à l’administration de fluoroquinolone

• Chez les enfants ou les adolescents en croissance, et chez les femmes enceintes ou allaitantes, étant donné que l’expérimentation animale n’exclut pas totalement le risque de lésion du cartilage de croissance dans l’organisme en croissance, elle ne peut être totalement exclue.

• Chez les patients présentant des anomalies latentes ou réelles de l’activité de la glucose-6-phosphate déshydrogénase, car ils peuvent être sujets à des réactions hémolytiques lorsqu’ils sont traités avec des agents antibactériens quinolones.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les comprimés d’Ofloxacin ne sont pas le médicament de premier choix dans la pneumonie causée par Streptococcus pneumoniae ou Chlamydia pneumoniae .

S. aureus résistant à la méthicilline

Sont très susceptibles de posséder une co-résistance aux fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine. Par conséquent, l’ofloxacine n’est pas recommandée pour le traitement des infections à SARM connues ou soupçonnées à moins que les résultats de laboratoire ne confirment la sensibilité de l’organisme à l’ofloxacine (et les antibactériens couramment recommandés pour le traitement des infections à SARM sont inappropriés).

Résistance aux fluoroquinolones de E. coli

L’agent pathogène le plus commun impliqué dans les infections des voies urinaires – varie à travers l’Union européenne. Il est conseillé aux prescripteurs de prendre en compte la prévalence locale de la résistance de E. coli aux fluoroquinolones.

Réactions bulleuses sévères

Des cas de réactions cutanées bulleuses sévères telles que le syndrome de Stevens-Johnson ou la nécrolyse épidermique toxique ont été rapportés avec l’ofloxacine (voir rubrique 4.8). Les patients doivent être avisés de contacter leur médecin immédiatement avant la poursuite du traitement si des réactions cutanées et / ou muqueuses surviennent.

Tendinite

Une tendinite, rarement observée avec les quinolones, peut occasionnellement conduire à une rupture du tendon d’Achille en particulier. Des tendinites et des ruptures tendineuses, parfois bilatérales, peuvent survenir dans les 48 heures suivant le début du traitement par l’ofloxacine et ont été signalées jusqu’à plusieurs mois après l’arrêt de l’ofloxacine. Le risque de tendinite et de rupture tendineuse est augmenté chez les patients âgés de plus de 60 ans et chez les patients sous corticoïdes. La dose quotidienne doit être ajustée chez les patients âgés en fonction de la clairance de la créatinine (voir rubrique 4.2). Une surveillance étroite de ces patients est donc nécessaire si on leur prescrit de l’ofloxacine. Tous les patients doivent consulter leur médecin s’ils présentent des symptômes de tendinite. Si une tendinite est suspectée, le traitement par l’ofloxacine doit être arrêté immédiatement et un traitement approprié (par ex. Immobilisation) doit être initié pour le tendon affecté (voir rubriques 4.3 et 4.8).

Hypersensibilité

Une hypersensibilité et des réactions allergiques ont été rapportées pour les fluoroquinolones après la première administration. Les réactions anaphylactiques et anaphylactoïdes peuvent évoluer vers un état de choc potentiellement mortel, même après la première administration. Dans ces cas, l’ofloxacine doit être interrompue et un traitement approprié (par exemple un traitement contre le choc) doit être initié.

Maladies causées par Clostridium difficile

La diarrhée, surtout si elle est grave, persistante et / ou sanglante, survenant pendant ou après le traitement par l’ofloxacine (y compris plusieurs semaines après le traitement), peut indiquer une affection causée par Clostridium difficile , dont la forme la plus grave est la colite pseudomembraneuse. La sévérité de la MACD peut aller de légère à très grave, la forme la plus sévère étant la colite pseudomembraneuse (voir rubrique 4.8). Il est donc important d’envisager ce diagnostic chez les patients qui développent une diarrhée grave pendant ou après le traitement par l’ofloxacine. En cas de suspicion de colite pseudo-membraneuse, le traitement doit être arrêté immédiatement.

Une antibiothérapie spécifique appropriée doit être instaurée sans délai (p. Ex. Vancomycine par voie orale, teicoplanine par voie orale ou métronidazole). Les médicaments qui inhibent le péristaltisme sont contre-indiqués dans de tels cas.

Les patients prédisposés aux crises

Les quinolones peuvent abaisser le seuil épileptogène et déclencher des crises. L’ofloxacine est contre-indiquée chez les patients ayant des antécédents d’épilepsie ou ayant une prédisposition connue aux crises (voir rubrique 4.3).

Les patients ayant une prédisposition connue aux crises peuvent inclure ceux avec des lésions préexistantes du système nerveux central, un traitement concomitant avec du fenbufène et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) similaires, ou avec des médicaments abaissant le seuil des crises cérébrales, comme la théophylline ( voir la section 4.5 interactions).

En cas de crises convulsives, le traitement par ofloxacine doit être arrêté (voir rubrique 4.5).

Patients atteints d’insuffisance rénale

Comme l’ofloxacine est principalement éliminée par les reins, la dose doit être ajustée chez les patients présentant une insuffisance rénale (voir rubrique 4.2).

Les patients ayant des antécédents de trouble psychotique

Des réactions psychotiques ont été rapportées chez des patients recevant des fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine. Dans certains cas, ils ont évolué vers des pensées suicidaires ou un comportement d’auto-mise en danger, y compris une tentative de suicide, parfois après une dose unique d’ofloxacine (voir rubrique 4.8). Dans le cas où un patient développe ces réactions, l’ofloxacine doit être interrompue et des mesures appropriées doivent être prises.

L’ofloxacine doit être utilisée avec précaution chez les patients ayant des antécédents de trouble psychotique ou chez les patients atteints d’une maladie psychiatrique.

Patients atteints d’insuffisance hépatique

L’ofloxacine doit être utilisée avec précaution chez les patients présentant une insuffisance hépatique, car des lésions hépatiques peuvent survenir. Des cas d’hépatite fulminante pouvant entraîner une insuffisance hépatique (y compris des cas mortels) ont été rapportés avec des fluoroquinolones. Les patients doivent être avisés d’arrêter le traitement et de contacter leur médecin si des signes et des symptômes de maladie hépatique se développent tels que l’anorexie, la jaunisse, l’urine foncée, le prurit ou l’abdomen douloureux (voir rubrique 4.8).

Patients traités par des antagonistes de la vitamine K

En raison de l’augmentation possible des tests de coagulation (PT / INR) et / ou des saignements chez les patients traités par fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine, en association avec un antagoniste de la vitamine K (warfarine), les tests de coagulation doivent être surveillés section 4.5).

Myasthénie

Les fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine, ont une activité de blocage neuromusculaire et peuvent exacerber la faiblesse musculaire chez les patients atteints de myasthénie grave. Des effets indésirables graves post-commercialisation, y compris des décès et la nécessité d’un soutien respiratoire, ont été associés à l’utilisation de fluoroquinolone chez les patients atteints de myasthénie grave. L’ofloxacine n’est pas recommandée chez les patients ayant des antécédents connus de myasthénie grave.

Superinfection

Comme avec d’autres antibiotiques, l’utilisation de l’ofloxacine, surtout si elle est prolongée, peut entraîner une prolifération d’organismes non sensibles, en particulier des entérocoques, des souches résistantes de certains organismes ou Candida. Une évaluation répétée de l’état du patient est essentielle et des tests périodiques de sensibilité in vitro peuvent être utiles. Si une infection secondaire se produit pendant le traitement, des mesures appropriées doivent être prises.

Prévention de la photosensibilisation

Une photosensibilisation a été rapportée avec l’ofloxacine (voir rubrique 4.8). Il est recommandé aux patients de ne pas s’exposer inutilement à la forte lumière du soleil ou aux rayons UV artificiels (par ex. Lampe soleil, solarium), pendant le traitement et pendant les 48 heures suivant l’arrêt du traitement afin d’éviter la photosensibilisation.

Allongement de l’intervalle QT

De très rares cas d’allongement de l’intervalle QT ont été rapportés chez des patients prenant des fluoroquinolones.

Des précautions doivent être prises lors de l’utilisation de fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine, chez les patients présentant des facteurs de risque connus de prolongation de l’intervalle QT tels que, par exemple:

– Les patients âgés et les femmes peuvent être plus sensibles aux médicaments prolongeant l’intervalle QTc. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de l’utilisation des fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine, dans ces populations.

– déséquilibre électrolytique non corrigé (par ex. hypokaliémie, hypomagnésémie)

– syndrome du QT long congénital

– l’utilisation concomitante de médicaments connus pour allonger l’intervalle QT (par exemple, anti-arythmiques de classe IA et III, antidépresseurs tricycliques, macrolides, antipsychotiques)

– maladie cardiaque (par exemple insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde, bradycardie)

(Voir section 4.2 Personnes âgées, section 4.5, section 4.8 et section 4.9).

Dysglycémie

Comme avec toutes les quinolones, des perturbations de la glycémie, incluant à la fois une hypoglycémie et une hyperglycémie, ont été rapportées, habituellement chez des patients diabétiques recevant un traitement concomitant avec un hypoglycémiant oral (par exemple, glibenclamide) ou avec de l’insuline. Des cas de coma hypoglycémique ont été rapportés. Chez ces patients diabétiques, une surveillance attentive de la glycémie est recommandée (voir rubrique 4.8).

Neuropathie périphérique

Une neuropathie sensorielle ou sensorimotrice périphérique a été rapportée chez des patients recevant des fluoroquinolones, y compris l’ofloxacine, qui peut être rapide au début. L’ofloxacine doit être interrompue si le patient présente des symptômes de neuropathie. Cela minimiserait le risque possible de développer une maladie irréversible (voir rubrique 4.8).

Patients présentant un déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase

Les patients présentant un déficit en glucose-6-phosphate-déshydrogénase latent ou diagnostiqué peuvent être prédisposés à des réactions hémolytiques s’ils sont traités avec des quinolones. Par conséquent, si l’ofloxacine doit être utilisée chez ces patients, la survenue éventuelle d’une hémolyse doit être surveillée.

Interférence avec les tests de laboratoire

Chez les patients traités par l’ofloxacine, la détermination des taux d’opiacés ou de porphyrines dans l’urine peut donner des résultats faussement positifs. Il peut être nécessaire de confirmer les filtres positifs aux opiacés ou à la porphyrine par des méthodes plus spécifiques.

Troubles de la vue

Si la vision est altérée ou si des effets sur les yeux sont ressentis, un spécialiste des yeux doit être consulté immédiatement (voir rubriques 4.7 et 4.8).

Excipient à effet connu

L’Ofloxacine contient du lactose anhydre. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Pour le traitement des infections sévères et / ou potentiellement mortelles, un traitement parentéral est indiqué.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Antiacides, sucralfate, cations métalliques

Les antiacides magnésium / aluminium co-administrés, le sucralfate, les préparations de zinc ou de fer et les comprimés à croquer / didanosine à croquer peuvent réduire l’absorption des comprimés d’ofloxacine. Par conséquent, ofloxacin devrait être pris 2 heures avant de telles préparations.

Théophylline, fenbufène ou médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens similaires

Aucune interaction pharmacocinétique de l’ofloxacine n’a été observée avec la théophylline dans une étude clinique. Cependant, un abaissement prononcé du seuil de crise cérébrale peut se produire lorsque les quinolones sont administrées en même temps que la théophylline, des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou d’autres agents, qui abaissent le seuil épileptogène.

Probénécide, cimétidine, furosémide et méthotrexate

Le probénécide a diminué la clairance totale de l’ofloxacine de 24% et augmenté l’ASC de 16%. Le mécanisme proposé est une compétition ou une inhibition pour le transport actif à l’excrétion tubulaire rénale. Des précautions doivent être prises lorsque l’ofloxacine est administrée en concomitance avec des médicaments qui affectent la sécrétion rénale tubulaire, tels que le probénécide, la cimétidine, le furosémide et le méthotrexate.

Médicaments connus pour prolonger l’intervalle QT

L’Ofloxacine, comme les autres fluoroquinolones, doit être utilisée avec précaution chez les patients recevant des médicaments connus pour prolonger l’intervalle QT (par ex. Antiarythmiques de classe IA et III, antidépresseurs tricycliques, macrolides et antipsychotiques) (voir rubrique 4.4).

Antagonistes de la vitamine K

Des tests de coagulation accrus (PT / INR) et / ou des saignements, qui peuvent être sévères, ont été rapportés chez des patients traités par l’ofloxacine en association avec un antagoniste de la vitamine K (par exemple la warfarine). Les tests de coagulation doivent donc être surveillés chez les patients traités par des antagonistes de la vitamine K en raison d’une éventuelle augmentation de l’effet des dérivés de la coumarine (voir rubrique 4.4).

Glibenclamide

L’ofloxacine peut provoquer une légère augmentation des taux plasmatiques de glibenclamide lorsqu’elle est administrée simultanément. Il est donc recommandé de surveiller particulièrement les patients traités simultanément par l’ofloxacine et le glibenclamide. Puisque l’hypoglycémie est alors plus susceptible de se produire, une surveillance étroite de la glycémie est recommandée dans de tels cas.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Sur la base d’un nombre limité de données chez l’homme, l’utilisation de fluoroquinolones au cours du premier trimestre de la grossesse n’a pas été associée à un risque accru de malformations majeures ou d’autres effets indésirables sur l’issue de la grossesse. Des études chez l’animal ont montré des dommages au cartilage articulaire chez les animaux immatures, mais aucun effet tératogène (voir rubrique 5.3). Par conséquent, l’ofloxacine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse (voir rubrique 4.3).

Allaitement maternel

L’Ofloxacine est excrétée dans le lait maternel humain en petites quantités. En raison du risque d’arthropathie et d’autres effets toxiques graves chez le nourrisson, l’allaitement doit être interrompu pendant le traitement par l’ofloxacine (voir rubrique 4.3).

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Des cas de somnolence / somnolence, d’altération des capacités, de vertiges / vertiges et de troubles visuels pouvant occasionner des troubles de la capacité de concentration et de réaction, peuvent constituer un risque dans les situations où ces capacités revêtent une importance particulière (ex. conduire une voiture ou faire fonctionner des machines), les patients doivent savoir comment ils réagissent à l’ofloxacine avant de conduire ou d’utiliser des machines. Ces effets peuvent être améliorés par l’alcool.

4.8 Effets indésirables

Les informations ci-dessous sont basées sur des données issues d’études cliniques et sur une vaste expérience post-marketing.

Classe d’organe de système

Rare

(≥1 / 1,000 à <1/100)

Rare

(≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare

(<1/10 000)

Inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles) *

Infections et infestations

Infection fongique,

Résistance aux agents pathogènes

Troubles du système sanguin et lymphatique

Anémie,

L’anémie hémolytique,

Leucopénie,

Éosinophilie,

Thrombocytopénie

Agranulocytose,

Défaillance de la moelle osseuse,

Pancytopénie

Troubles du système immunitaire

Réaction anaphylactique * ,

Réaction anaphylactoïde * ,

Angioedème *

Choc anaphylactique * ,

Choc anaphylactoïde *

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Anorexie

Hypoglycémie chez les diabétiques traités par des agents hypoglycémiants (voir rubrique 4.4),

Hyperglycémie,

Coma hypoglycémique

Troubles psychiatriques

Agitation,

Troubles du sommeil,

Insomnie

Trouble psychotique (par exemple, hallucination),

Anxiété,

État confus,

Cauchemars,

Dépression

Trouble psychotique et dépression avec comportement auto-dangereux, y compris idées suicidaires ou tentatives de suicide (voir la section 4.4),

Nervosité

Troubles du système nerveux

Vertiges,

Mal de tête

Somnolence,

Paresthésie,

Dysgeusie,

Parosmie

Neuropathie sensorielle périphérique * ,

Neuropathie motrice sensorielle périphérique * ,

Convulsion * ,

Symptômes extra-pyramidaux ou autres troubles de la coordination musculaire

Tremblement,

Dykinésie,

Ageusia,

Syncope

Troubles oculaires

Irritation de l’oeil

Perturbation visuelle

Uvéite

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

vertige

Acouphène,

Perte auditive

Malentendants

Troubles cardiaques

Tachycardie

Arythmies ventriculaires et torsades de pointes (rapportées principalement chez les patients présentant des facteurs de risque d’allongement de l’intervalle QT), ECG QT prolongé (voir rubriques 4.4 et 4.9)

Troubles vasculaires

Hypotension

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

La toux,

Nasopharyngite

Dyspnée,

Bronchospasme

Pneumonite allergique,

Dyspnée sévère

Problèmes gastro-intestinaux

Douleur abdominale,

La diarrhée,

La nausée,

Vomissement

Entérocolite, parfois hémorragique

Colite pseudomembraneuse *

Dyspepsie,

Flatulence,

Constipation,

Pancréatite

Troubles hépatobiliaires

Les enzymes hépatiques ont augmenté (ALAT, ASAT, LDH, gamma-GT et / ou phosphatase alcaline),

Bilirubine sanguine augmentée

Jaunisse cholestatique

Hépatite, qui peut être sévère *

Des cas de lésions hépatiques sévères, y compris des cas d’insuffisance hépatique aiguë, parfois fatals, ont été rapportés avec l’ofloxacine, principalement chez des patients présentant des troubles hépatiques sous-jacents (voir rubrique 4.4).

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Prurit,

Téméraire

Urticaire,

Bouffées de chaleur,

Hyperhidrose

Éruption pustuleuse

Erythème polymorphe,

Nécrolyse épidermique toxique,

Réaction de photosensibilité * ,

Éruption de drogue,

Purpura vasculaire,

Vascularite pouvant conduire exceptionnellement à une nécrose cutanée

Syndrome de Stevens-Johnson,

Pustulose exanthématique aiguë généralisée,

Éruption cutanée,

Stomatite

Dermatite exfoliative

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Tendinite

Arthralgie,

Myalgie,

Rupture du tendon (p. Ex. Tendon d’Achille) qui peut survenir dans les 48 heures suivant le début du traitement et peut être bilatérale

Rhabdomyolyse et / ou myopathie,

Faiblesse musculaire,

Déchirure musculaire, rupture musculaire,

Rupture de ligament,

Arthrite

Troubles rénaux et urinaires

La créatinine sérique a augmenté

Insuffisance rénale aiguë

Néphrite interstitielle aiguë

Troubles congénitaux, familiaux et génétiques

Attaques de porphyrie chez les patients atteints de porphyrie

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Asthénie,

Pyrexie,

Douleur (y compris la douleur dans le dos, la poitrine et les extrémités)

* expérience post-marketing

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les signes les plus importants à attendre après un surdosage aigu sont les symptômes du SNC tels que la confusion, les étourdissements, l’altération de la conscience et les crises convulsives, l’augmentation de l’intervalle QT ainsi que les réactions gastro-intestinales telles que nausées et érosions muqueuses.

Les effets sur le SNC, y compris l’état confusionnel, les convulsions, les hallucinations et les tremblements, ont été observés après la commercialisation.

La gestion

En cas de surdosage, il est recommandé d’éliminer toute l’ofloxacine non absorbée, par exemple un lavage gastrique, l’administration d’adsorbants et de sulfate de sodium, si possible pendant les 30 premières minutes; Les antiacides sont recommandés pour la protection de la muqueuse gastrique.

En cas de surdosage, un traitement symptomatique doit être mis en place. La surveillance de l’ECG doit être effectuée en raison de la possibilité d’un allongement de l’intervalle QT. Les antiacides peuvent être utilisés pour la protection de la muqueuse gastrique. Une fraction d’ofloxacine peut être éliminée du corps par hémodialyse. La dialyse péritonéale et la DPCA ne sont pas efficaces pour éliminer l’ofloxacine du corps. Aucun antidote spécifique n’existe.

L’élimination de l’ofloxacine peut être augmentée par une diurèse forcée.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Quinolone Antibacterials, Fluoroquinolones

Code ATC: J01 MA 01

Mécanisme d’action

L’ofloxacine inhibe la réplication de l’ADN bactérien en inhibant les topoisomérases bactériennes, en particulier l’ADN gyrase et la topoisomérase IV. Il est actif après l’administration orale.

Les doses thérapeutiques d’ofloxacine sont dépourvues d’effets pharmacologiques sur le système nerveux volontaire ou autonome.

Les recommandations du point de rupture MIC NCCLS sont les suivantes:

S ≤ 2 mg / l et R ≥ 8 mg / l

Susceptibilité intermédiaire à 4 mg / l

Haemophilus influenzae et Neissaria gonorrhea sont des exceptions avec des seuils à S ≤ 0,25 mg / l et R ≥ 1 mg / l

Les recommandations générales BSAC sont S ≤ 2 mg / l et R ≥ 4 mg / l

Selon la norme DIN 58 940, les limites suivantes s’appliquent pour l’ofloxacine:

S ≤ mg / L, I = 3 mg / L, R ≥ 4 mg / L.

La prévalence de la résistance peut varier géographiquement et avec le temps pour les espèces sélectionnées et des informations locales sur la résistance sont souhaitables, en particulier lors du traitement des infections sévères. Cette information donne seulement une indication approximative sur les probabilités que les micro-organismes soient sensibles à l’ofloxacine ou non.

Seuls les agents pathogènes pertinents pour les indications sont répertoriés.

Gamme européenne de résistance bactérienne acquise à l’ofloxacine

Normalement sensible

Micro-organismes aérobies Gram-positifs

S. aureus – sensible à la méthicilline

0,3-12,6%

S. pyogenes

2-5%

Microorganismes aérobies à Gram négatif

Acinetobacter spp

0,3-7,3%

Citrobacter spp.

3-15%

Enterobacter spp.

2-13%

E. coli

1-8%

H. influenzae

1%

Klebsiella spp.

1-10%

Moraxella spp.

0-0,2%

Morganella morganii

0-6,9%

N. gonorrhoeae

25%

Proteus spp.

1-15%

Serratia marcescens

2-2,4%

Autres

Chlamydia spp

L. pneumophila

Intermédiairement sensible

Micro-organismes aérobies Gram-positifs

S. pneumoniae

70%

Providentia

17,1%

Microorganismes aérobies à Gram négatif

E. faecalis

50%

P. aeruginosa

20-30%

Serratia spp.

20-40%

Stenotrophomonas maltophilia

5,1-11%

Autres

Mycoplasma spp.

0-5,3%

Ureaplasma spp.

0-2,1%

Résistant

Bactéries anaérobies

S. aureus – résistant à la méthicilline

69,2-85,7%

T. pallidum

La résistance

Le principal mécanisme de résistance bactérienne à l’ofloxacine implique une ou plusieurs mutations dans les enzymes cibles, qui confèrent généralement une résistance à d’autres substances actives de la classe. La pompe d’efflux et les mécanismes de résistance à l’impénétrabilité ont également été décrits et peuvent conférer une résistance variable aux substances actives dans d’autres classes.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’administration de doses orales à des volontaires à jeun a été suivie d’une absorption rapide et presque complète d’ofloxacine. La concentration plasmatique maximale après une dose orale unique de 200 mg était en moyenne de 2,6 μg / ml et a été atteinte en une heure. La demi-vie d’élimination plasmatique était de 5,7 à 7,0 heures et n’était pas liée à la dose.

Distribution

Le volume de distribution apparent était de 120 litres. La concentration plasmatique n’a pas augmenté de façon significative avec des doses répétées (facteur d’accumulation pour un dosage deux fois par jour: 1,5). La liaison aux protéines plasmatiques était d’environ 25%.

Biotransformation

La biotransformation de l’ofloxacine était inférieure à 5%. Les deux principaux métabolites retrouvés dans l’urine étaient la N-déméthyl-ofloxacine et l’ofloxacine-N-oxyde.

Élimination

L’excrétion est principalement rénale. Entre 80 et 90% de la dose ont été récupérés dans l’urine sous forme inchangée.

L’ofloxacine était présente dans la bile sous forme glucuronisée. La pharmacocinétique de l’ofloxacine après perfusion intraveineuse est très similaire à celle des doses orales. La demi-vie plasmatique est prolongée chez les personnes atteintes d’insuffisance rénale; la clairance totale et rénale diminue en fonction de la clairance de la créatinine. En cas d’insuffisance rénale, la dose doit être réduite.

Aucune interaction cliniquement pertinente n’a été observée avec les aliments et aucune interaction n’a été observée entre l’ofloxacine et la théophylline.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les effets précliniques dans les études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité aiguë, de toxicité à doses répétées et d’études reproductives ont été observés uniquement à des expositions considérées comme suffisamment supérieures à l’exposition humaine maximale, ce qui indique peu de pertinence pour l’utilisation clinique. Une toxicité articulaire a été observée lors d’une exposition dans la plage thérapeutique humaine chez des rats et des chiens juvéniles. L’o fl oxacine présente un potentiel neurotoxique et provoque des altérations testiculaires réversibles à fortes doses.

Les études de mutagénicité n’ont montré aucune preuve de mutagénicité de l’ofloxacine. Cependant, comme d’autres quinolones, l’ofloxacine est phototoxique chez les animaux exposés à l’échelle thérapeutique humaine. Le potentiel phototoxique, photomutagène et photocancérogène de l’ofloxacine est comparable à celui d’autres inhibiteurs de la gyrase.

Les données précliniques provenant d’études conventionnelles de génotoxicité ne révèlent aucun risque particulier pour l’homme, le potentiel carcinogène n’a pas été étudié.

Toxicité de reproduction

L’ofloxacine n’a aucun effet sur la fertilité, le développement péri-ou post-natal, et les doses thérapeutiques n’ont pas provoqué d’effets tératogènes ou embryotoxiques chez les animaux. L’o fl oxacine traverse le placenta et les niveaux atteints dans le liquide amniotique représentent environ 30% des concentrations maximales mesurées dans le sérum maternel.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé

Amidon de maïs

Lactose anhydre

Hydroxypropylcellulose

Glycolate d’amidon sodique (type A)

Stéarate de magnésium

Film-revêtement

Hypromellose

Talc

Dioxyde de titane (E171)

Macrogol 400

Oxyde de fer jaune (E172)

Oxyde de fer noir (E172)

Cire de carnauba

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

2 ans

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition de stockage particulière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées PVC / PVDC aluminium et flacons polypropylène avec fermeture inviolable en polyéthylène (avec remplissage optionnel en polyéthylène).

Peut être obtenu dans les conditionnements suivants: 5, 6, 7, 10, 12, 14, 16, 20, 24, 30, 50, 100, 250 comprimés.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Génériques [UK] Limited t / a Mylan

Station Fermer

Potters Bar

Hertfordshire

EN6 1TL

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0550

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

28 février 2002/11 juin 2007

10. Date de révision du texte

Mars 2016