Comprimés d’hydrocortisone 10 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés d’hydrocortisone 10 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg d’hydrocortisone.

Excipient (s) avec effet connu :

Contient du lactose monohydraté (199,94 mg par comprimé).

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette.

Un comprimé blanc, rond, biconvexe.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Les comprimés d’hydrocortisone sont indiqués pour le traitement de remplacement dans l’hyperplasie congénitale des surrénales chez les enfants.

Les comprimés d’hydrocortisone sont également utilisés pour le traitement d’urgence de l’asthme bronchique sévère, des réactions d’hypersensibilité aux médicaments, des maladies sériques, de l’œdème angioneurotique et de l’anaphylaxie chez les adultes et les enfants.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Thérapie de remplacement

La population pédiatrique 10-30 mg en doses fractionnées est la dose journalière normale (voir rubrique 4.4).

Chez les patients nécessitant un traitement de substitution, la dose quotidienne doit être administrée, si possible, en deux doses. La première dose le matin devrait être plus grande que la deuxième dose le soir, simulant ainsi le rythme diurne normal de la sécrétion de cortisol.

Urgences aiguës

60-80 mg toutes les 4-6 heures pendant 24 heures puis réduire progressivement la dose sur plusieurs jours.

Personnes âgées

Les stéroïdes doivent être utilisés avec précaution chez les personnes âgées, car les effets indésirables sont améliorés chez les personnes âgées (voir rubrique 4.4).

Lorsque le traitement à long terme doit être interrompu, la dose doit être progressivement réduite sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, en fonction de la posologie et de la durée du traitement (voir rubrique 4.4).

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pendant la période minimale, et en administrant l’exigence quotidienne en une seule dose matinale ou, dans la mesure du possible, en une seule dose matinale les jours alternatifs. Une revue fréquente des patients est nécessaire pour titrer la dose contre l’activité de la maladie.

Méthode d’administration

Pour l’administration orale.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

– les patients présentant des infections systémiques (sauf si un traitement anti-infectieux spécifique est utilisé);

– les patients vaccinés avec des vaccins vivants.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Une notice d’information destinée aux patients doit être fournie avec ce produit.

Suppression des surrénales

L’atrophie corticale surrénalienne se développe pendant un traitement prolongé et peut persister pendant des années après l’arrêt du traitement. L’arrêt des corticostéroïdes après un traitement prolongé doit donc toujours être progressif pour éviter une insuffisance surrénalienne aiguë, se réduisant progressivement au cours des semaines ou des mois selon la dose et la durée du traitement. Au cours de maladies transitoires telles qu’une infection de bas grade, une fièvre de toute étiologie, des situations stressantes telles que des interventions chirurgicales mineures, la dose de remplacement quotidienne doit être augmentée temporairement. Le patient doit être soigneusement informé de la façon d’agir dans ces situations et également conseillé de consulter immédiatement un médecin en cas de détérioration aiguë; en particulier dans les cas de gastro-entérite, de vomissements et / ou de diarrhée conduisant à une perte de liquide et de sel, ainsi qu’à une absorption inadéquate de l’hydrocortisone par voie orale. Si les corticostéroïdes ont été arrêtés après un traitement prolongé, ils peuvent devoir être temporairement réintroduits.

Les patients doivent porter des fiches «Traitement stéroïdien» qui donnent des indications claires sur les précautions à prendre pour minimiser les risques et qui fournissent des détails sur le prescripteur, le médicament, la posologie et la durée du traitement.

Effets anti-inflammatoires / immunosuppresseurs et infection

La suppression de la réponse inflammatoire et de la fonction immunitaire augmente la sensibilité aux infections et leur gravité. La présentation clinique peut souvent être atypique et les infections graves telles que la septicémie et la tuberculose peuvent être masquées et peuvent atteindre un stade avancé avant d’être reconnues. De nouvelles infections peuvent apparaître lors de leur utilisation. Les rapports scientifiques ne soutiennent pas les effets immunosuppresseurs de l’hydrocortisone à des doses qui ont été utilisées pour le traitement de remplacement chez les patients souffrant d’insuffisance surrénalienne. Par conséquent, il n’y a aucune raison de croire que des doses de remplacement d’hydrocortisone vont exacerber une infection systémique ou aggraver le résultat d’une telle infection.

La varicelle est particulièrement préoccupante, car cette maladie normalement bénigne peut être mortelle chez les patients immunodéprimés. Les patients (ou les parents d’enfants) qui n’ont pas d’antécédents de varicelle doivent éviter d’être en contact étroit avec la varicelle ou le zona et, en cas d’exposition, ils doivent consulter un médecin de toute urgence. L’immunisation passive par immunoglobulines contre la varicelle et le zona (VZIG) est nécessaire chez les patients exposés et non immunisés qui reçoivent des corticostéroïdes systémiques ou qui les ont utilisés au cours des 3 mois précédents; si cela devait être confirmé, la maladie mérite des soins spécialisés et un traitement d’urgence. Les corticostéroïdes ne doivent pas être arrêtés et la dose peut devoir être augmentée.

Il faut conseiller aux patients de faire particulièrement attention à éviter l’exposition à la rougeole et de demander immédiatement un avis médical en cas d’exposition. Une prophylaxie par immunoglobuline intramusculaire normale peut être nécessaire.

Les patients présentant une insuffisance surrénalienne concomitante et une infection rétrovirale, comme le VIH, doivent être soigneusement ajustés en raison de l’interaction potentielle avec les médicaments antirétroviraux et de l’augmentation de la dose d’hydrocortisone due à l’infection.

Les vaccins vivants ne doivent pas être administrés aux personnes dont la réponse immunitaire est altérée par de fortes doses de corticostéroïdes. Des vaccins tués ou des anatoxines peuvent être administrés bien que leurs effets puissent être atténués.

Au cours de l’insuffisance surrénalienne aiguë, l’administration par voie parentérale d’hydrocortisone à fortes doses, avec une solution injectable de chlorure de sodium à 9 mg / ml (0,9%), doit être administrée.

L’utilisation de doses supérieures à la normale d’hydrocortisone Des doses élevées (supra-physiologiques) d’hydrocortisone peuvent provoquer une élévation de la tension artérielle, une rétention de sel et d’eau et une augmentation de l’excrétion du potassium. Un traitement à long terme avec des doses d’hydrocortisone plus élevées que physiologiques peut conduire à des manifestations cliniques ressemblant au syndrome de Cushing avec augmentation de l’adiposité, de l’obésité abdominale, de l’hypertension et du diabète, augmentant ainsi le risque de morbidité et mortalité cardiovasculaires.

Une attention particulière est requise lors de la prescription de corticostéroïdes systémiques chez les patients présentant les conditions suivantes et une surveillance fréquente du patient est nécessaire:

a) l’ostéoporose (les femmes ménopausées sont particulièrement à risque). Tous les glucocorticoïdes augmentent l’excrétion du calcium et réduisent le taux de remodelage osseux. Les patients atteints d’insuffisance surrénale sous traitement de remplacement à long terme par des glucocorticoïdes se sont révélés avoir une densité minérale osseuse réduite;

b) l’hypertension ou l’insuffisance cardiaque congestive;

c) antécédents existants ou antérieurs de troubles affectifs graves (en particulier antécédents de psychose stéroïdienne);

d) diabète sucré (ou antécédents familiaux de diabète);

e) Antécédents de tuberculose ou aspect caractéristique sur une radiographie thoracique. L’émergence de la tuberculose active peut cependant être prévenue par l’utilisation prophylactique de la thérapie antituberculeuse;

f) glaucome (ou antécédents familiaux ou glaucome). L’utilisation prolongée de fortes doses de glucocorticoïdes peut entraîner des cataractes sous-capsulaires postérieures et un glaucome pouvant entraîner des lésions des nerfs optiques. De tels effets n’ont pas été rapportés chez les patients recevant un traitement substitutif avec des glucocorticoïdes à des doses utilisées dans l’insuffisance surrénalienne;

g) une myopathie antérieure induite par des corticostéroïdes;

h) une insuffisance hépatique;

i) l’insuffisance rénale;

j) l’épilepsie;

k) l’ulcération peptique;

l) infarctus du myocarde récent.

Pendant le traitement, le patient doit être observé pour les réactions psychotiques, la faiblesse musculaire, les changements électrocardiographiques, l’hypertension et les effets hormonaux indésirables.

La fonction thyroïdienne

Les patients atteints d’insuffisance surrénalienne doivent être surveillés afin de déceler un dysfonctionnement thyroïdien, car l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie peuvent influencer de façon marquée l’exposition à l’hydrocortisone administrée.

Le traitement de l’insuffisance surrénale primaire justifie souvent l’addition d’un minéralocorticoïde.

Population pédiatrique

Les corticostéroïdes entraînent un retard de croissance durant l’enfance, l’enfance et l’adolescence; Cela peut être irréversible. Le traitement doit être limité à la dose minimale pendant le temps le plus court possible, retard (voir rubrique 4.2).

Utilisation chez les personnes âgées

Les effets indésirables fréquents des corticostéroïdes systémiques peuvent être associés à des conséquences plus graves chez les personnes âgées, en particulier l’ostéoporose, l’hypertension, l’hypokaliémie, le diabète, la sensibilité aux infections et l’amincissement de la peau. Une surveillance clinique étroite est nécessaire pour éviter les réactions mettant la vie en danger (voir rubrique 4.2).

Les symptômes de sevrage

Chez les patients ayant reçu plus que des doses physiologiques de corticostéroïdes systémiques (environ 40 mg de cortisone ou équivalent) pendant plus de 3 semaines, le sevrage ne doit pas être brutal. La manière dont la réduction de dose doit être effectuée dépend en grande partie de la probabilité de rechute de la maladie lorsque la dose de corticostéroïdes systémiques est réduite. L’évaluation clinique de l’activité de la maladie peut être nécessaire pendant le sevrage. S’il est peu probable que la maladie récidive à la suite de l’arrêt des corticostéroïdes systémiques, mais que la suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien demeure incertaine, la dose de corticostéroïdes systémiques peut être rapidement réduite à des doses physiologiques. Une fois qu’une dose quotidienne équivalente à 40 mg de cortisone est atteinte, la réduction de dose doit être plus lente pour permettre à l’axe HPA de se rétablir.

Un arrêt brusque du traitement par corticostéroïdes systémiques, qui a duré jusqu’à 3 semaines, est approprié si l’on considère qu’il est peu probable que la maladie rechute. L’arrêt brutal de doses de cortisone jusqu’à 200 mg par jour, ou l’équivalent pendant 3 semaines, est peu susceptible d’entraîner une suppression cliniquement significative de l’axe HPA chez la majorité des patients. Dans les groupes de patients suivants, l’arrêt progressif de la corticothérapie systémique doit être envisagé, même après un traitement de 3 semaines ou moins:

• les patients qui ont eu des cycles répétés de corticostéroïdes systémiques, en particulier s’ils ont été pris pendant plus de 3 semaines;

• lorsqu’un cours de courte durée a été prescrit dans l’année suivant l’arrêt du traitement à long terme (mois ou années);

• les patients recevant des doses de corticostéroïdes systémiques supérieures à 200 mg par jour de cortisone (ou équivalent);

• les patients prennent des doses répétées le soir.

Les patients / et / ou les soignants doivent être avertis que des effets indésirables psychiatriques potentiellement graves peuvent survenir avec les stéroïdes systémiques (voir rubrique 4.8). Les symptômes apparaissent généralement dans quelques jours ou semaines après le début du traitement. Les risques peuvent être plus élevés avec des doses élevées / exposition systémique (voir rubrique 4.5), bien que les niveaux de dose ne permettent pas de prédire l’apparition, le type, la gravité ou la durée des réactions. La plupart des réactions indésirables disparaissent après la réduction de la dose ou l’arrêt du médicament, bien qu’un traitement spécifique puisse être nécessaire. Les patients / soignants devraient être encouragés à consulter un médecin si des symptômes psychologiques inquiétants se développent, en particulier si une humeur dépressive ou des idées suicidaires sont suspectées. Les patients / soignants doivent également être attentifs à d’éventuelles perturbations psychiatriques qui peuvent survenir pendant ou immédiatement après la réduction ou l’arrêt de la dose de stéroïdes systémiques, bien que de telles réactions aient été rarement rapportées.

Une attention particulière est requise lorsque l’on envisage l’utilisation de corticostéroïdes systémiques chez des patients ayant des antécédents de troubles affectifs graves, existants ou antérieurs, chez eux ou chez leurs parents au premier degré. Ceux-ci incluraient une maladie dépressive ou maniaco-dépressive et une psychose stéroïdienne antérieure.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Perturbation visuelle

Des troubles visuels peuvent être signalés avec l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques. Si un patient présente des symptômes tels qu’une vision floue ou d’autres troubles visuels, le patient devrait être référé à un ophtalmologiste pour évaluation des causes possibles pouvant inclure la cataracte, le glaucome ou des maladies rares telles que la choriorétinopathie séreuse centrale (CSCR) qui ont été rapportés après l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Des interactions d’hydrocortisone énumérées ci-dessous ont été rapportées après des doses thérapeutiques de glucocorticoïdes.

Les inducteurs puissants du CYP 3A4 comme la phénytoïne, la rifabutine, la primidone, la carbamazépine, l’aminoglutéthimide, les barbituriques (par exemple le phénobarbital), la rifampicine, le millepertuis et les inducteurs moins puissants tels que les médicaments antirétroviraux éfavirenz et névirapine peuvent augmenter la clairance métabolique du cortisol demi-vie et ainsi réduire les taux circulants et augmenter les fluctuations du cortisol (en raison de la demi-vie terminale plus courte). Cela peut nécessiter un ajustement de la dose d’hydrocortisone.

La mifépristone peut réduire l’effet des corticostéroïdes pendant 3-4 jours.

Les inhibiteurs puissants du CYP 3A4 tels que le kétoconazole, l’itraconazole, le posaconazole, le voriconazole, l’érythromycine, télithromycine, clarithromycine, ritonavir et le jus de pamplemousse peut inhiber le métabolisme de l’hydrocortisone et ainsi augmenter les taux sanguins. Au cours d’un traitement prophylactique à long terme avec l’un des antibiotiques, l’ajustement de la posologie de l’hydrocortisone doit être envisagé.

Un co-traitement avec les inhibiteurs du CYP3A, y compris les produits contenant du cobicistat, devrait augmenter le risque d’effets secondaires systémiques. La combinaison doit être évitée à moins que le bénéfice ne l’emporte sur le risque accru d’effets secondaires systémiques corticostéroïdes, auquel cas les patients doivent être surveillés pour les effets systémiques des corticostéroïdes.

Les œstrogènes et les autres contraceptifs oraux augmentent la concentration plasmatique des corticostéroïdes et des ajustements posologiques peuvent être nécessaires si les contraceptifs oraux sont ajoutés ou retirés d’un schéma posologique stable.

L’effet concomitant de la somatropine peut être inhibé par l’utilisation concomitante de corticostéroïdes.

Les actions désirées des médicaments hypoglycémiants (y compris l’insuline), des antihypertenseurs et des diurétiques sont antagonisées par les corticostéroïdes.

L’efficacité des anticoagulants coumariniques peut être affectée par une corticothérapie concomitante et une surveillance étroite de l’INR ou du temps de prothrombine est nécessaire pour éviter les saignements spontanés.

Les taux sériques de salicylés, tels que l’aspirine et le bénorilate, peuvent augmenter considérablement si la corticothérapie est interrompue, ce qui peut entraîner une intoxication. L’utilisation concomitante de salicylés ou de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) avec des corticostéroïdes augmente le risque de saignement gastro-intestinal et d’ulcération.

Les effets de l’acétazolamide, des diurétiques de l’anse, des diurétiques thiazidiques et de la carbénoxolone sur l’appauvrissement en potassium sont renforcés par les corticostéroïdes et les signes d’hypokaliémie doivent être recherchés pendant leur utilisation concomitante. Le risque d’hypokaliémie est augmenté avec la théophylline et l’amphotéricine. Les corticostéroïdes ne doivent pas être administrés en concomitance avec l’amphotéricine, à moins que cela ne soit nécessaire pour contrôler les réactions.

Le risque d’hypokaliémie augmente également si de fortes doses de corticostéroïdes sont administrées à fortes doses de sympathomimétiques, par exemple le bambutérol, le fénotérol, le formotérol, la ritodrine, le salbutamol, le salmétérol et la terbutaline. La toxicité des glucosides cardiaques, par exemple la digoxine, est augmentée en cas d’hypokaliémie.

L’utilisation concomitante avec le méthotrexate peut augmenter le risque de toxicité hématologique.

Des doses élevées de corticostéroïdes altèrent la réponse immunitaire et les vaccins vivants doivent donc être évités (voir rubrique 4.4).

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

La capacité des corticostéroïdes à traverser le placenta varie d’un médicament à l’autre; Cependant, l’hydrocortisone traverse facilement le placenta.

L’administration de corticostéroïdes à des animaux gravides peut causer des anomalies du développement du fœtus, y compris une fente palatine, un retard de croissance intra-utérin et des effets sur la croissance et le développement du cerveau.

Il n’y a aucune preuve que les corticostéroïdes entraînent une augmentation de l’incidence des anomalies congénitales, telles que la fente palatine / lèvre chez l’homme. Cependant, lorsqu’ils sont administrés pendant des périodes prolongées ou à plusieurs reprises pendant la grossesse, les corticostéroïdes peuvent augmenter le risque de retard de croissance intra-utérin. L’hypoadrénalisme peut, en théorie, se produire chez le nouveau-né à la suite d’une exposition prénatale aux corticostéroïdes, mais il est généralement résolu spontanément après la naissance et est rarement cliniquement important. Comme pour tous les médicaments, les corticostéroïdes ne doivent être prescrits que lorsque les avantages pour la mère et l’enfant l’emportent sur les risques. Cependant, lorsque les corticostéroïdes sont essentiels, les patientes ayant des grossesses normales peuvent être traitées comme si elles étaient dans les états non gravides.

Allaitement maternel

L’hydrocortisone est excrétée dans le lait maternel. Des doses allant jusqu’à 200 mg par jour de cortisone sont peu susceptibles de provoquer des effets systémiques chez le nourrisson.

Les nourrissons dont la mère prend des doses plus élevées peuvent présenter un certain degré de suppression surrénalienne, mais les avantages de l’allaitement maternel l’emporteront probablement sur tout risque théorique.

La fertilité

Il a été démontré que les patients atteints d’insuffisance surrénalienne ont une parité réduite, ce qui est probablement dû à la maladie sous-jacente, mais rien n’indique que l’hydrocortisone à des doses pour le traitement de remplacement affectera la fertilité.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’hydrocortisone peut provoquer des modifications de la vision et / ou une faiblesse musculaire. Si vous présentez l’un de ces symptômes, vous ne devez pas conduire ou utiliser de machines.

4.8 Effets indésirables

L’incidence des effets indésirables prévisibles, y compris la suppression hypothalamo-hypophyso-surrénalienne, est en corrélation avec la puissance relative du médicament, la posologie, le moment de l’administration et la durée du traitement (voir rubrique 4.4).

Les effets indésirables qui ont été associés à l’hydrocortisone sont indiqués ci-dessous, classés par classe de systèmes d’organes et fréquence.

Les effets indésirables sont particulièrement susceptibles de survenir au début du traitement ou à l’augmentation de la dose.

Les effets indésirables sont listés ci-dessous par classe d’organe et la convention de fréquence suivante:

Très commun: (≥1 / 10)

Fréquent: (≥1 / 100 à <1/10)

Peu fréquent: (≥1 / 1,000 à <1/100)

Rare: (≥ 1/10 000 à <1/1 000)

Très rare: (<1/10 000)

Inconnu – ne peut être estimé à partir des données disponibles.

Les effets secondaires suivants peuvent être associés à l’utilisation systémique à long terme de corticostéroïdes.

Classe d’organe de système

La fréquence

Effets indésirables

Infections et infestations

Pas connu

Gastro-entérite

Infection des voies respiratoires supérieures

Infection virale.

Augmentation de la sensibilité et de la sévérité des infections avec suppression des symptômes cliniques et des signes, infections opportunistes, récurrence de la tuberculose dormante (voir rubrique 4.4), activation des infections fongiques et virales, y compris l’herpès

Troubles du système sanguin et lymphatique

Pas connu

Leucocytose.

Troubles du système immunitaire

Pas connu

Hypersensibilité, anaphylaxie

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Pas connu

Bilan protéique et calcique négatif

Rétention de sodium et de fluide

Tendance à l’oedème

Alcalose hypokaliémique

Hypokaliémie et augmentation de l’appétit.

Troubles psychiatriques (a)

Commun

Un large éventail de réactions psychiatriques comprenant des troubles affectifs (tels que humeur irritable, euphorique, déprimée et labile et pensées suicidaires), des réactions psychotiques (manie, délire, hallucinations et aggravation de la schizophrénie), troubles du comportement, irritabilité, troubles du sommeil et dysfonctionnement cognitif, y compris la confusion et l’amnésie ont été signalés.

Troubles du système nerveux

Pas connu

Aggravation de l’épilepsie

Sédation

Pression intracrânienne accrue avec papilloedema chez les enfants (pseudotumour cerebri), habituellement après le retrait de traitement.

Troubles oculaires

Pas connu

Augmentation de la pression intraoculaire

Glaucome

Papilloedema

Cataractes sous-capsulaires postérieures

Éclaircissement cornéen ou scléral

Oeil sec

Exacerbation des maladies virales ou fongiques ophtalmiques, vision, floue (voir également rubrique 4.4).

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Pas connu

Vertige.

Troubles cardiaques

Pas connu

Rupture myocardique à la suite d’un infarctus du myocarde récent.

Troubles vasculaires

Pas connu

Hypertension

Thromboembolie

Problèmes gastro-intestinaux

Pas connu

Dyspepsie

Ulcération peptique avec perforation et hémorragie

Détérioration de l’ulcère gastrique existant

Distension abdominale

Ulcère de l’œsophage

Oesophagite

Douleur abdominale supérieure

Érosion des dents

Candidose

Pancréatite aiguë et nausée.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Pas connu

Guérison avec facultés affaiblies

Atrophie de la peau

Contusion

Ecchymose

Stria de la peau

Rash prurigineux

Symptômes ressemblant à Cushing

Acné

Télangiectasie

Hirsutisme

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Pas connu

Myopathie proximale

Ostéoporose et fractures spontanées

Fractures vertébrales et des os longs

Ostéonécrose avasculaire

Rupture du tendon et gonflement des articulations.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Pas connu

Malaise

Fatigue.

Troubles endocriniens

Pas connu

Suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien

Retard de croissance dans l’enfance, l’enfance et l’adolescence.

Faciès de Cushingoid

Induction de l’intolérance au glucose ou diabète sucré.

Système reproducteur et troubles mammaires

Pas connu

Menstruation irrégulière et aménorrhée.

Enquêtes

Pas connu

Poids augmenté

Lipoprotéine de haute densité diminuée

Le potassium sanguin a diminué.

(a) Les réactions sont fréquentes et peuvent survenir chez les adultes et les enfants. Chez les adultes, la fréquence des réactions sévères a été estimée à 5-6%. Des effets psychologiques ont été rapportés lors du sevrage des corticoïdes et une dépendance psychologique est apparue; la fréquence n’est pas connue.

Les symptômes de sevrage:

Une réduction trop rapide du dosage de corticostéroïdes après un traitement prolongé peut entraîner une insuffisance surrénalienne aiguë, une hypotension et la mort (voir rubrique 4.4). Un syndrome de sevrage peut également survenir, y compris une pyrexie, une myalgie, une arthralgie, une rhinite, une conjonctivite, des démangeaisons douloureuses et une perte de poids.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune, site Web: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Les cas de toxicité aiguë et / ou de décès consécutifs à une surdose d’hydrocortisone sont rares. Aucun antidote n’est disponible.

Symptômes

Un surdosage peut provoquer des nausées et des vomissements, une rétention de sodium et d’eau, une hyperglycémie et des saignements gastro-intestinaux occasionnels.

Traitement

Le traitement doit être symptomatique, bien que la cimétidine (200-400 mg par injection intraveineuse lente toutes les 6 heures) ou la ranitidine (50 mg par injection intraveineuse lente toutes les 6 heures) puissent être administrées pour prévenir les saignements gastro-intestinaux.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Glucocorticoïdes

Code ATC: H02A B

Action pharmacodynamique

L’hydrocortisone est un glucocorticoïde et la forme synthétique du cortisol endogène. Les glucocorticoïdes sont des stéroïdes importants pour le métabolisme intermédiaire, la fonction immunitaire, les tissus musculo-squelettiques et conjonctifs et le cerveau. Le cortisol est le principal glucocorticoïde sécrété par le cortex surrénalien.

Les glucocorticoïdes naturels (hydrocortisone et cortisol), qui ont également des propriétés de rétention du sel, sont utilisés comme traitement de remplacement dans l’insuffisance surrénalienne. Ils sont également utilisés pour leurs effets anti-inflammatoires puissants dans les troubles de nombreux systèmes d’organes. Les glucocorticoïdes provoquent des effets métaboliques profonds et variés. En outre, ils modifient les réponses immunitaires du corps à divers stimuli.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

L’hydrocortisone administrée par voie orale est facilement absorbée par le tractus gastro-intestinal.

Distribution

L’hydrocortisone est fortement liée aux protéines plasmatiques. Dans le plasma, le cortisol est lié à la globuline liant les corticostéroïdes (CBG, aussi appelée transcortine) et à l’albumine. La liaison est d’environ 90%.

Biotransformation

L’hydrocortisone est métabolisée dans le foie et la plupart des tissus corporels en formes hydrogénées et dégradées, telles que la tétrahydrocortisone et le tétrahydrocortisol.

Élimination

Les métabolites sont excrétés dans l’urine, principalement conjugués en glucuronides, avec une très faible proportion d’hydrocortisone inchangé. L’hydrocortisone a une demi-vie plasmatique d’environ 100 minutes. L’hydrocortisone (cortisol) est un médicament lipophile qui est complètement éliminé par métabolisme avec une clairance faible et par conséquent des taux d’extraction intestinaux et hépatiques faibles.

L’hydrocortisone est complètement éliminée par métabolisme par les enzymes 11ßHSD de type 1 et 2 et par le CYP 3A4 dans le foie et les tissus périphériques. Le CYP 3A4 est impliqué dans la clairance du cortisol par la formation de 6β-hydroxycortisol qui est excrété dans l’urine. On s’attend à ce que le transport du cortisol à travers les membranes soit principalement médié par la diffusion passive et par conséquent les clairances rénales et biliaires sont négligeables.

Populations spéciales

Insuffisance rénale

Une petite quantité de cortisol est excrétée dans l’urine sans modification (<0,5% de la production quotidienne), ce qui signifie que le cortisol est complètement éliminé par le métabolisme. Puisque l’insuffisance rénale sévère peut affecter les médicaments complètement éliminés par le métabolisme, un ajustement de la dose peut être nécessaire.

Insuffisance hépatique

Aucune étude n’a été réalisée chez des patients atteints d’insuffisance hépatique, cependant les données dans la littérature sur l’hydrocortisone suggèrent qu’aucun ajustement de la dose n’est nécessaire dans les cas d’insuffisance hépatique légère à modérée. En cas d’insuffisance hépatique sévère, la masse hépatique fonctionnelle diminue et donc la capacité de métabolisation de l’hydrocortisone. Cela peut nécessiter une individualisation de la dose.

Population pédiatrique

Aucune donnée pharmacocinétique n’est disponible chez les enfants ou les adolescents.

5.3 Données de sécurité précliniques

Des expérimentations animales ont montré que l’exposition prénatale à de très fortes doses de glucocorticoïdes peut induire des malformations (fente palatine, malformations squelettiques). Des études animales ont également montré que l’exposition prénatale à des doses élevées de glucocorticoïdes (mais inférieures aux doses tératogènes) peut être associée à un risque accru de retard de croissance intra-utérin, de maladie cardiovasculaire à l’âge adulte et de modification permanente de la densité des récepteurs glucocorticoïdes.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Amidon prégélatinisé

Stéarate de calcium.

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

Bouteille en verre ambré: 2 ans.

Plaquette thermoformée en PVC / aluminium: 1,5 ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Flacon en verre ambré avec bouchon en PEHD / polypropylène contenant 100 comprimés.

Plaquettes thermoformées en PVC / aluminium contenant 30 comprimés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément aux exigences locales.

7. Titulaire de l’autorisation

Amdipharm UK Limited

Maison de la capitale,

85, rue King William,

Londres EC4N 7BL, Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 20072/0238

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

Date de première autorisation: 27 septembre 2012

10. Date de révision du texte

31/07/2017