Comprimés de terbinafine 250mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés de Terbinafine 250mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 250 mg de terbinafine, sous forme de chlorhydrate de terbinafine.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Tablette

Comprimés blancs, ronds, plats, de 11 mm, notés des deux côtés avec des scores latéraux, marqués «T» ci-dessus et «1» sous le score d’un côté.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

1. Le traitement par Terbinafine des infections fongiques sensibles telles que Tinea corporis, Tinea cruris et Tinea pedis (causées par les Dématophytes voir section 5.1) est considéré comme approprié en raison du site, de la gravité ou de l’étendue de l’infection.

2. Le traitement de l’onychomycose (infection fongique des ongles sensible à la terbinafine) causée par des dermatophytes.

NB Les comprimés de Terbinafine administrés par voie orale ne sont pas efficaces contre Pityriasis versicolor.

Les directives locales officielles doivent être prises en compte, par exemple, les recommandations nationales relatives à l’utilisation et à la prescription correctes des médicaments antimicrobiens “.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Adultes:

250 mg une fois par jour.

Insuffisance rénale

L’utilisation de comprimés de terbinafine n’a pas été suffisamment étudiée chez les patients présentant une insuffisance rénale et n’est donc pas recommandée dans cette population (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi et rubrique 5.2 Propriétés pharmacocinétiques).

Insuffisance hépatique

Les comprimés de terbinafine ne sont pas recommandés chez les patients atteints d’une maladie hépatique chronique ou active (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Infections cutanées

Les durées probables de traitement pour Tinea pedis, Tinea corporis et Tinea cruris sont de 2 à 4 semaines.

Pour le Tinea pedis (interdigité, type plantaire / mocassin): les durées de traitement recommandées peuvent aller jusqu’à 6 semaines.

Disparition complète des symptômes de l’infection peut ne pas se produire jusqu’à plusieurs semaines après la guérison mycologique.

Onychomycose

Chez la plupart des patients, la durée du traitement est de 6 à 12 semaines.

Onychomycose ongle: Dans la plupart des cas, un traitement de 6 semaines est suffisant pour l’onychomycose ongle.

Onychomycose de l’ongle: Dans la plupart des cas, un traitement de 12 semaines est suffisant dans l’onychomycose de l’ongle, bien que quelques patients puissent nécessiter un traitement jusqu’à 6 mois. Une mauvaise croissance des ongles au cours des premières semaines de traitement peut permettre l’identification des patients chez lesquels un traitement plus long est requis. La résolution complète des signes et des symptômes de l’infection peut ne se produire que plusieurs semaines après la guérison mycologique et ne se produit que plusieurs mois après l’arrêt du traitement, ce qui est le bon moment pour la croissance d’un ongle sain.

Personnes âgées

Il n’y a aucune preuve suggérant que les patients âgés nécessitent des dosages différents ou ressentent des effets secondaires différents de ceux des patients plus jeunes. Lors de la prescription de comprimés de terbinafine chez les patients de ce groupe d’âge, il convient d’envisager la possibilité d’une altération préexistante de la fonction hépatique ou rénale (voir rubrique 4.4, Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Méthode d’administration

Utilisation orale

La durée du traitement dépend de l’indication et du degré de gravité de l’infection.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

• Insuffisance rénale sévère

• Insuffisance hépatique sévère

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

La fonction hépatique

Les comprimés de terbinafine ne sont pas recommandés chez les patients atteints d’une maladie hépatique chronique ou active. Avant de prescrire des comprimés de terbinafine, un test de la fonction hépatique doit être effectué. Une hépatotoxicité peut survenir chez des patients avec ou sans maladie hépatique préexistante, c’est pourquoi une surveillance périodique (après 4 à 6 semaines de traitement) du test de la fonction hépatique est recommandée. Les comprimés de terbinafine doivent être immédiatement arrêtés en cas d’élévation du test de la fonction hépatique. De très rares cas d’insuffisance hépatique grave (certains avec issue fatale, ou nécessitant une greffe hépatique) ont été rapportés chez des patients traités par des comprimés de Terbinafine. Dans la majorité des cas d’insuffisance hépatique, les patients présentaient de graves troubles systémiques sous-jacents et une association causale avec l’administration de comprimés de terbinafine était incertaine. (voir rubrique 4.8 Effets indésirables).

Les patients traités par terbinafine doivent être avisés de signaler immédiatement tout signe ou symptôme de nausée persistante inexpliquée, de perte d’appétit, de fatigue, de vomissements, de douleur abdominale supérieure droite ou d’ictère, d’urine foncée ou de selles pâles. Les patients présentant ces symptômes doivent cesser de prendre des comprimés oraux de Terbinafine et la fonction hépatique du patient doit être immédiatement évaluée.

Les patients recevant des comprimés de terbinafine qui développent une forte fièvre ou un mal de gorge doivent être examinés en ce qui concerne les réactions hématologiques possibles

Les comprimés de terbinafine doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints de psoriasis préexistant ou de lupus érythémateux, car de très rares cas de lupus érythémateux ont été signalés.

Les comprimés de terbinafine sont un puissant inhibiteur de l’isoenzyme CYP2D6, qui devrait être envisagé si les comprimés de terbinafine sont associés à des médicaments métabolisés par cette isoenzyme et titrés individuellement (voir rubrique 4.5). Des ajustements de dose peuvent être nécessaires.

Effets dermatologiques

Des réactions cutanées graves (p. Ex. Syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique) ont été très rarement rapportées chez des patients prenant des comprimés de terbinafine. En cas d’éruption cutanée progressive, le traitement par Terbinafine en comprimés doit être arrêté.

Effets hématologiques

De très rares cas de troubles sanguins (neutropénie, agranulocytose, thrombocytopénie, pancytopénie) ont été rapportés chez des patients traités par des comprimés de terbinafine. L’étiologie de tout trouble sanguin survenant chez des patients traités par des comprimés de terbinafine doit être évaluée et un éventuel changement de régime médicamenteux, y compris l’arrêt du traitement par les comprimés de terbinafine, doit être envisagé.

Fonction rénale

Chez les patients présentant une insuffisance rénale (clairance de la créatinine inférieure à 50 ml / min ou créatinine sérique supérieure à 300 microl / L), l’utilisation de comprimés de Terbinafine n’a pas été suffisamment étudiée et n’est donc pas recommandée (voir rubrique 5.2 Propriétés pharmacocinétiques) .

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

La clairance plasmatique des comprimés de terbinafine peut être accélérée par des médicaments qui induisent le métabolisme (comme la rifampicine) et peuvent être inhibés par des médicaments qui inhibent le cytochrome P450 (comme la cimétidine). Lorsque la co-administration de ces médicaments est nécessaire, il peut être nécessaire d’ajuster la dose de comprimés de Terbinafine en conséquence.

Les médicaments suivants peuvent augmenter l’effet ou la concentration plasmatique des comprimés de terbinafine

La cimétidine a diminué la clairance des comprimés de terbinafine de 33%.

Le fluconazole a augmenté la Cmax et l’ASC des comprimés de terbinafine de 52% et de 69% respectivement, en raison de l’inhibition des enzymes CYP2C9 et CYP3A4. Une augmentation similaire de l’exposition peut survenir lorsque d’autres médicaments qui inhibent à la fois le CYP2C9 et le CYP3A4, tels que le kétoconazole et l’amiodarone, sont administrés de manière concomitante avec les comprimés de Terbinafine.

Les médicaments suivants peuvent diminuer l’effet ou la concentration plasmatique des comprimés de terbinafine

La rifampicine a augmenté la clairance des comprimés de terbinafine de 100%.

Effet des comprimés de terbinafine sur d’autres médicaments

Selon les résultats d’études menées in vitro et chez des volontaires sains, les comprimés de Terbinafine présentent un potentiel négligeable d’inhibition ou d’amélioration de la clairance de la plupart des médicaments métabolisés par le système du cytochrome P450 (par exemple terfénadine, triazolam, tolbutamide ou contraceptifs oraux). ceux métabolisés par le CYP2D6 (voir ci-dessous).

Les comprimés de terbinafine n’interfèrent pas avec la clairance de l’antipyrine ou de la digoxine.

Des cas de menstruations irrégulières ont été rapportés chez des patients prenant des comprimés de Terbinafine en même temps que des contraceptifs oraux, bien que l’incidence de ces troubles reste dans l’arrière-plan des patients prenant des contraceptifs oraux seuls.

Les comprimés de terbinafine peuvent augmenter l’effet ou la concentration plasmatique des médicaments suivants

Caféine

Les comprimés de terbinafine ont diminué la clairance de la caféine administrée par voie intraveineuse de 19%.

Composés principalement métabolisés par le CYP2D6

Des études in vitro et in vivo ont montré que les comprimés de terbinafine inhibent le métabolisme médié par le CYP2D6. Cette constatation peut être cliniquement pertinente pour les composés principalement métabolisés par le CYP2D6, par exemple certains membres des classes de médicaments suivantes, antidépresseurs tricycliques (ATC), bêtabloquants, inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), antiarythmiques (classe 1A, 1B et 1C) ) et les inhibiteurs de la monoamine oxydase (MAO-Is) de type B, en particulier s’ils ont également une fenêtre thérapeutique étroite (voir 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

Les comprimés de terbinafine ont diminué la clairance de la désipramine de 82%.

Les comprimés de terbinafine peuvent diminuer l’effet ou la concentration plasmatique des médicaments suivants

Les comprimés de terbinafine ont augmenté la clairance de la ciclosporine de 15%.

4.6 Grossesse et allaitement

Grossesse

Les études de toxicité fœtale et de fertilité chez les animaux ne suggèrent aucun effet indésirable. Comme l’expérience clinique chez les femmes enceintes est très limitée, les comprimés de terbinafine ne doivent pas être utilisés pendant la grossesse, sauf si l’état clinique de la femme nécessite un traitement par des comprimés de terbinafine et que les avantages potentiels pour la mère l’emportent sur les risques potentiels pour le fœtus.

Allaitement maternel

Les comprimés de terbinafine sont excrétés dans le lait maternel; Les mères recevant un traitement oral avec des comprimés de Terbinafine ne devraient donc pas allaiter.

La fertilité

Les études de toxicité fœtale et de fertilité chez les animaux ne suggèrent aucun effet indésirable.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude sur les effets du traitement par les comprimés de Terbinafine sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été réalisée. Les patients qui ressentent des étourdissements comme un effet indésirable devraient éviter de conduire des véhicules ou d’utiliser des machines.

4.8 Effets indésirables

Les réactions défavorables suivantes ont été observées dans les essais cliniques ou pendant l’expérience post-marketing.

Les effets indésirables (Tableau 1) sont classés en fonction de la fréquence, la plus fréquente en premier, en utilisant la convention suivante: très fréquent (≥ 1/10); commun (≥ 1/100, <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000, <1/100); rare (≥ 1/10 000, <1/1 000); très rare (<1/10 000); inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles)

Tableau 1

Troubles du système sanguin et lymphatique

Très rare:

Neutropénie, agranulocytose, thrombocytopénie, pancytopénie

Pas connu:

Anémie.

Troubles du système immunitaire

Très rare:

Réaction anaphylactoïde, angioedème, lupus érythémateux cutané et systémique

Pas connu:

Réactions anaphylactiques, réaction ressemblant à une maladie sérique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très commun:

Diminution de l’appétit

Troubles psychiatriques

Pas connu:

Anxiété dépression*

Troubles du système nerveux

Commun:

Mal de tête

Rare:

Hypogéeia **, ageusia **

Rare

Malaise

Très rare:

Vertiges, paresthésies et hypoesthésie

Pas connu:

Anosmie

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Pas connu:

Hypoacousie, malentendant, acouphène

Troubles vasculaires

Pas connu:

Vascularite

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun:

Distension abdominale, dyspepsie, nausée, douleur abdominale, diarrhée.

Pas connu:

Pancréatite

Troubles hépatobiliaires

Rare:

Insuffisance hépatique, augmentation des enzymes hépatiques

Pas connu:

hépatite, jaunisse, cholestase

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Très commun:

Éruption cutanée, urticaire

Très rare:

Erythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique, pustulose exanthématique aiguë généralisée (AGEP).

Éruptions psoriasiformes ou exacerbation du psoriasis.

Alopécie,..

Pas connu:

Réaction de photosensibilité, photodermatose, réaction allergique de photosensibilité et éruption de lumière polymorphe

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Très commun:

Arthralgie, myalgie

Pas connu

Rhabdomyolyse

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Très rare:

Fatigue

Pas connu:

Maladie pseudogrippale, pyrexie

Enquêtes

Pas connu:

La créatinine phosphokinase sanguine a augmenté, le poids a diminué ***

* Anxiété et symptômes dépressifs secondaires à la dysgueusie.

** Hypogueusie, y compris l’ageusie, qui guérissent habituellement dans les semaines qui suivent l’arrêt du traitement. Des cas isolés d’hypogueusie prolongée ont été rapportés.

** * Le poids diminue après l’hypogueusie.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune; site web: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Peu de cas de surdosage (jusqu’à 5g) ont été rapportés, provoquant des maux de tête, des nausées, des douleurs épigastriques et des vertiges. Le traitement recommandé pour un surdosage consiste à éliminer la substance active, principalement par l’administration de charbon actif, et à administrer un traitement de soutien symptomatique si nécessaire.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Dermatologicals; antifongiques pour une utilisation systémique

Code ATC: D01B A02

Terbinafine comprimés est une allylamine qui a un large spectre d’activité antifongique. À faible concentration, les comprimés de terbinafine sont fongicides contre les dermatophytes, les moisissures et certains champignons dimorphes. L’activité contre les levures est fongicide ou fongistatique selon les espèces.

Les comprimés de terbinafine interfèrent sélectivement avec la biosynthèse des stérols fongiques à un stade précoce grâce à l’inhibition de l’enzyme squalène époxydase. Cela conduit à une carence en ergostérol et à une accumulation intracellulaire de squalène dans la membrane cellulaire fongique. La carence en ergostérol et l’accumulation de squalène sont toutes deux responsables de la mort des cellules fongiques.

Lorsqu’il est administré par voie orale, le principe actif se concentre dans la peau, les cheveux et les ongles à des niveaux associés à une activité fongicide. Les concentrations mesurables de la substance active sont toujours évidentes 15 à 20 jours après l’arrêt du traitement.

Les comprimés de terbinafine sont utilisés pour le traitement des infections fongiques de la peau et des ongles causées par le trichophyton (par exemple T. rubrum, T.mentagrophytes, T. verrucosum, T. violaceum), Microsporum canis et Epidermophyton floccosum. Le tableau suivant présente la gamme des concentrations minimales inhibitrices (CMI) contre les dermatophytes.

Organisme

MIC a sonné

(μg / ml)

Trichophyton rubrun

0,001 – 0,15

Trichophyton mentagrophytes

0,0001 – 0,05

Trichophyton verrucosum

0.001 – 0.006

Trichophyton violaceum

0,001 – 0,1

Microsporum canis

0,0001 – 0,1

Edidermorphyton fluccosum

0,001 – 0,05

Les comprimés de terbinafine présentent une faible efficacité contre de nombreuses levures de l’espèce Candida.

Les comprimés de terbinafine, contrairement aux comprimés de Terbinafine administrés localement, n’ont aucun effet sur le traitement du Pityriasis (Tinea) versicolor.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Une dose orale unique de 250 mg de comprimés de terbinafine entraîne des concentrations plasmatiques maximales moyennes de 0,97 mcg / ml dans les 2 heures suivant l’administration. La demi-vie d’absorption est de 0,8 heure et la demi-vie de distribution est de 4,6 heures.

Distribution

Les comprimés de terbinafine se lient fortement aux protéines plasmatiques (99%).

Les comprimés de terbinafine diffusent rapidement à travers la peau et se concentrent dans le stratum corneum lipophile. Les comprimés de terbinafine sont également sécrétés dans le sébum, atteignant ainsi des concentrations élevées dans les follicules pileux, les cheveux et les parties de la peau riches en glandes sébacées. Il existe également des preuves que les comprimés de Terbinafine sont distribués dans la plaque de l’ongle dans les quelques semaines après le début du traitement.

Biotransformation

Les comprimés de terbinafine sont rapidement métabolisés par les isoenzymes CYP, principalement par le CYP2C9, le CYP1A2, le CYP3A4, le CYP2C8 et le CYP2C19. La biotransformation aboutit à des métabolites sans activité antifongique, excrétés principalement dans l’urine.

Élimination

La demi-vie d’élimination est de 17 heures. Il n’y a aucune preuve d’accumulation dans le plasma.

Aucune modification de la pharmacocinétique liée à l’âge n’a été observée, mais le taux d’élimination peut être réduit chez les patients atteints d’insuffisance rénale ou hépatique, ce qui entraîne des taux sanguins plus élevés de comprimés de terbinafine.

Chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à sévère préexistante, des études pharmacocinétiques à dose unique ont montré que la clairance des comprimés de Terbinafine pouvait être réduite de 50%. ”

La biodisponibilité des comprimés de Terbinafine n’est que légèrement affectée par les aliments et, par conséquent, un ajustement de la dose n’est pas nécessaire.

5.3 Données de sécurité précliniques

La valeur DL 50 approximative des comprimés de terbinafine est supérieure à 4 g / kg chez les souris et les rats.

Dans des études à long terme (jusqu’à 1 an) chez le rat et le chien, aucun effet toxique marqué n’a été observé chez les deux espèces jusqu’à des doses orales d’environ 100 mg / kg par jour. À des doses orales élevées, le foie et peut-être aussi les reins ont été identifiés comme des organes cibles potentiels.

Dans une étude de cancérogénicité orale de deux ans chez la souris, aucun résultat néoplasique ou anormal attribuable au traitement n’a été établi à des doses de 130 (mâles) et de 156 (femelles) mg / kg par jour. Dans une étude de cancérogénicité par voie orale menée sur deux ans chez le rat, une incidence accrue de tumeurs hépatiques a été observée chez les mâles recevant la dose la plus élevée de 69 mg / kg, l’exposition systémique étant semblable à l’exposition clinique. Le mécanisme du développement tumoral n’a pas été établi. La pertinence clinique est inconnue. Les changements pouvant être associés à la prolifération des peroxysomes se sont révélés spécifiques à l’espèce puisqu’ils n’ont pas été observés dans l’étude de cancérogénicité chez la souris, le chien ou le singe.

Lors d’études à forte dose chez le singe, des irrégularités réfractiles ont été observées dans la rétine aux doses les plus élevées (effet non toxique 50mg / kg). Ces irrégularités ont été associées à la présence d’un métabolite de comprimés de terbinafine dans le tissu oculaire et ont disparu après l’arrêt de la substance active. Ils n’étaient pas associés à des changements histologiques.

Une batterie standard de tests de génotoxicité in vitro et in vivo n’a révélé aucun signe de potentiel mutagène ou clastogène.

Aucun effet indésirable sur la fertilité ou d’autres paramètres de reproduction n’a été observé dans des études chez le rat ou le lapin.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Stéarate de magnésium

Silice colloïdale anhydre

Croscarmellose sodique

Hypromellose

La cellulose microcristalline

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

Blister Al / PVC-PVdC

3 années

Récipient de comprimé de HDPE avec le chapeau de LDPE

18 mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition particulière de stockage

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blister Al / PVC-PVdC et récipient pour tablette HDPE avec bouchon LDPE

Tailles de paquet:

Bouteilles en HDPE: 14, 28, 500 comprimés

Ampoules: 7, 14, 20, 28, 30, 42, 50, 60, 84, 90, 98, 100, 50 x 1 (dose unitaire) comprimés

* Tous les types de contenants ou toutes les tailles de conditionnement ne peuvent pas être commercialisés.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières

Données administratives
7. Titulaire de l’autorisation

Actavis UK Limited (Style de trading: Actavis)

Whiddon Valley

Barnstaple

N. Devon

EX32 8NS

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00142/0628

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

26/02/2009

10. Date de révision du texte

31 août 2016