Comprimés de prednisolone 10mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés de prednisolone 10mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg de prednisolone.

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Comprimés

Comprimé de 10mg

Rouge, 7mm, rond, plat, tablette, avec une ligne de marque d’un côté, portant l’inscription “A630” d’un côté et “10” de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Allergie et anaphylaxie : asthme bronchique, réactions d’hypersensibilité médicamenteuse, maladie sérique, œdème angioneurotique, anaphylaxie, allergies incapacitantes ne répondant pas au traitement conventionnel.

Artérite / collagénose : artérite à cellules géantes / polymyalgie rhumatismale, maladie du tissu conjonctif mixte, polyartérite noueuse, polymyosite.

Troubles sanguins : anémie hémolytique (auto-immune), leucémie (aiguë et lymphocytaire chronique), lymphome, myélome multiple, purpura thrombocytopénique idiopathique.

Troubles cardiovasculaires : syndrome d’infarctus du myocarde, fièvre rhumatismale avec cardite sévère.

Troubles endocriniens : insuffisance surrénalienne primaire et secondaire, hyperplasie congénitale des surrénales.

Affections gastro-intestinales : iléite régionale (maladie de Crohn), rectocolite hémorragique, syndrome cœliaque persistant (maladie coeliaque non réceptive au sevrage du gluten), hépatite active chronique auto-immune, maladie multisystémique affectant le foie, péritonite biliaire.

Hypercalcémie : sarcoïdose, excès de vitamine D.

Infections (avec chimiothérapie appropriée) : infestations helminthiques, réaction de Herxheimer, mononucléose infectieuse, tuberculose miliaire, orchite ourlienne (adulte), méningite tuberculeuse, rickettsiose.

Troubles musculaires : polymyosite, dermatomyosite.

Troubles neurologiques : spasmes infantiles, syndrome de Shy-Drager, polyneuropathie démyélinisante subaiguë.

Maladie oculaire : sclérite, uvéite postérieure, vascularite rétinienne, pseudo-tumeurs de l’orbite, artérite à cellules géantes, maladie de Graves ophtalmique maligne.

Troubles rénaux : néphrite lupique, néphrite interstitielle aiguë, glomérulonéphrite à changement minimal, syndrome néphrotique.

Maladie respiratoire : pneumopathie allergique, asthme, asthme professionnel, aspergillose pulmonaire, fibrose pulmonaire, alvéolite pulmonaire, aspiration de corps étranger, aspiration de contenu stomacal, sarcoïde pulmonaire, maladie pulmonaire induite par un médicament, syndrome de détresse respiratoire de l’adulte, croup spasmodique, pulmonaire fulminante ou disséminée tuberculose lorsqu’il est utilisé en même temps que la chimiothérapie antituberculeuse appropriée.

Affections rhumatismales : polyarthrite rhumatoïde, polymyalgie rhumatismale, arthrite chronique juvénile, rhumatisme psoriasique, lupus érythémateux systémique, dermatomyosite, maladie mixte du tissu conjonctif.

Troubles de la peau : pemphigus vulgaire, dermatite exfoliative, pemphigoïde bulleuse, lupus érythémateux systémique, pyoderma gangrenosum.

Divers : sarcoïdose, hyperpyrexie, maladie de Behçets, immunosuppression dans la transplantation d’organes.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Les adultes et les personnes âgées

La dose efficace la plus faible doit être utilisée pendant la période minimale.

Enfants

La prednisolone ne doit être utilisée que lorsqu’elle est spécifiquement indiquée, à la dose la plus faible possible et pour la durée la plus courte possible.

La dose initiale de prednisolone peut varier de 5 mg à 60 mg par jour en fonction de la maladie traitée. La dose quotidienne divisée peut être utilisée. L’administration en une seule prise quotidienne le matin ou tous les deux jours peut réduire le risque de suppression corticosurrénale (voir la section 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi). Chez certains patients, cela peut ne pas être possible, par exemple les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde avec une raideur matinale prononcée où une dose du soir peut être nécessaire.

Les lignes directrices thérapeutiques suivantes doivent être gardées à l’esprit pour toute thérapie avec des corticostéroïdes:

La dose la plus faible pour produire un résultat acceptable doit être donnée. La posologie initiale doit être ajustée jusqu’à ce que la réponse clinique désirée soit atteinte. La dose doit être progressivement réduite jusqu’à ce que la dose la plus faible permettant de maintenir une réponse clinique adéquate soit atteinte. À titre indicatif, la dose quotidienne doit être réduite de 2,5 à 5 mg toutes les secondes jusqu’au cinquième jour (plus rapidement aux doses initiales plus élevées) jusqu’à ce que la dose d’entretien la plus faible possible soit atteinte. De préférence, cela ne devrait pas dépasser 10 mg par jour. L’utilisation de la dose efficace la plus faible aura tendance à minimiser les effets secondaires. L’incidence des effets secondaires augmente avec la dose et la durée du traitement (voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi»).

Des précautions particulières doivent être prises chez les patients ayant reçu plus de 7,5 mg de prednisolone par jour ou équivalent pendant plus de 3 semaines, en raison d’un plus grand risque de suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HPA) chez ces patients. La vitesse à laquelle la dose peut être réduite dépend également du risque de rechute de la maladie traitée. Après un traitement prolongé, la diminution de la dose au-dessous de 7,5 mg (considérée comme «équivalente» aux taux physiologiques de glucocorticoïdes) doit être particulièrement prudente.

Un arrêt plus rapide du traitement par corticoïdes systémiques administré pendant moins de 3 semaines est approprié si l’on considère qu’il est peu probable que la maladie rechute. L’arrêt de la prise de prednisolone à des doses quotidiennes allant jusqu’à 40 mg ou l’administration d’un traitement équivalent pendant moins de trois semaines est peu susceptible d’entraîner une suppression cliniquement significative de l’axe HPA chez la majorité des patients. Dans les groupes de patients suivants, l’arrêt progressif de la corticothérapie systémique doit être envisagé, même après un traitement de 3 semaines ou moins:

• les patients qui ont eu des cycles répétés de corticostéroïdes systémiques, en particulier s’ils ont été pris pendant plus de 3 semaines.

• lorsqu’un traitement de courte durée a été prescrit dans l’année suivant l’arrêt du traitement à long terme (mois ou années).

• les patients pouvant avoir des raisons d’insuffisance corticosurrénale autres que les corticostéroïdes exogènes.

• patients recevant des doses de corticostéroïdes systémiques supérieures à 40 mg par jour de prednisolone (ou équivalent).

• les patients prennent des doses répétées le soir.

(Voir la section 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi» et la section 4.8 «Effets indésirables»)

Pendant un traitement prolongé, il peut être nécessaire d’augmenter temporairement la dose pendant les périodes de stress ou pendant les exacerbations de la maladie (voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi»).

S’il n’y a pas de réponse clinique satisfaisante aux comprimés de prednisolone, le médicament doit être arrêté progressivement et le patient doit être transféré vers un autre traitement.

Posologie intermittente Une dose unique de comprimés de prednisolone le matin, tous les deux jours ou à des intervalles plus longs, est un traitement acceptable pour certains patients. Lorsque ce régime est pratique, le degré de suppression hypophyso-surrénalienne peut être minimisé.

Directives posologiques spécifiques Les recommandations suivantes pour certains troubles corticosensibles ne sont données qu’à titre indicatif. Une maladie aiguë ou grave peut nécessiter un traitement initial à forte dose avec réduction à la dose d’entretien efficace la plus faible dès que possible. Les réductions posologiques ne doivent pas dépasser 5-7,5 mg par jour pendant un traitement chronique.

Affections allergiques et cutanées Les doses initiales de 5 à 15 mg par jour sont généralement adéquates.

Collagénose Les doses initiales de 20 à 30 mg par jour sont souvent efficaces. Ceux avec des symptômes plus graves peuvent nécessiter des doses plus élevées.

Polyarthrite rhumatoïde La dose initiale habituelle est de 10-15 mg par jour. La dose d’entretien quotidienne la plus basse compatible avec un soulagement symptomatique tolérable est recommandée.

Troubles sanguins et lymphomes Une dose quotidienne initiale de 15-60 mg est souvent nécessaire avec une réduction après une réponse clinique ou hématologique adéquate. Des doses plus élevées peuvent être nécessaires pour induire une rémission dans la leucémie aiguë.

Populations spéciales

Utilisation chez les personnes âgées Le traitement des patients âgés, en particulier s’ils sont à long terme, doit être effectué avec prudence en tenant compte des conséquences plus graves des effets secondaires courants des corticostéroïdes chez les personnes âgées (voir également «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi»). .

Utilisation chez l’enfant: Bien que des fractions appropriées de la dose adulte puissent être utilisées, la posologie sera généralement déterminée par la réponse clinique comme chez l’adulte (voir également rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi» et rubrique 4.8 «Effets indésirables»). Un dosage alterné est préférable dans la mesure du possible.

Méthode d’administration

Les comprimés de prednisolone doivent être pris après un repas pour réduire le risque d’irritation gastrique.

4.3 Contre-indications

La prednisolone est contre-indiquée chez:

– Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

– Infections systémiques sauf si un traitement anti-infectieux spécifique est utilisé.

– Herpès oculaire simplex en raison d’une perforation possible.

– Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les patients et / ou les soignants doivent être avertis que des effets indésirables psychiatriques potentiellement graves peuvent survenir avec des stéroïdes systémiques (voir rubrique 4.8). Les symptômes apparaissent généralement dans quelques jours ou semaines après le début du traitement. Les risques peuvent être plus élevés avec des doses élevées / exposition systémique (voir aussi 4.5 interactions pharmacocinétiques pouvant augmenter le risque d’effets secondaires), bien que les niveaux de dose ne permettent pas de prédire l’apparition, le type, la gravité ou la durée des réactions. La plupart des réactions se rétablissent après la réduction ou le retrait de la dose, bien qu’un traitement spécifique puisse être nécessaire.

Les patients / soignants devraient être encouragés à consulter un médecin si des symptômes psychologiques inquiétants se développent, en particulier si une humeur dépressive ou des idées suicidaires sont suspectées. Les patients / soignants doivent également être attentifs aux éventuelles perturbations psychiatriques qui peuvent survenir pendant ou immédiatement après la réduction progressive de la dose / l’arrêt des stéroïdes systémiques, bien que de telles réactions aient été rarement rapportées.

Une attention particulière est requise lorsque l’on envisage l’utilisation de corticostéroïdes systémiques chez des patients présentant des antécédents de troubles affectifs graves, qu’ils soient ou non apparentés au premier degré. Ceux-ci incluraient une maladie dépressive ou maniaco-dépressive et une psychose stéroïdienne antérieure.

Tumorigénicité: les effets inducteurs de tumeurs induits par les glucocorticoïdes ne sont pas connus, mais le risque particulier de propagation plus rapide des malignités chez les patients immunodéprimés avec ces médicaments ou d’autres est un problème bien connu (voir section 4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction).

La calciphylaxie peut survenir très rarement pendant le traitement par les corticostéroïdes (voir rubrique 4.8 Effets indésirables). Bien que la calciphylaxie soit le plus souvent observée chez les patients atteints d’insuffisance rénale terminale, elle a également été rapportée chez des patients prenant des corticostéroïdes ayant une insuffisance rénale minime ou nulle et des taux normaux de calcium, de phosphate et d’hormone parathyroïdienne. Les patients / soignants doivent être avisés de consulter un médecin si des symptômes apparaissent.

Sclérodermie rénale crise

La prudence est requise chez les patients atteints de sclérodermie systémique en raison d’une incidence accrue de la crise rénale sclérodermique (éventuellement mortelle) avec hypertension et diminution de la production urinaire observée avec une dose quotidienne de 15 mg ou plus de prednisolone. La pression artérielle et la fonction rénale (s-créatine) doivent donc être systématiquement vérifiées. Lorsque des crises rénales sont suspectées, la pression artérielle doit être soigneusement contrôlée.

Un co-traitement avec les inhibiteurs du CYP3A, y compris les produits contenant du cobicistat, devrait augmenter le risque d’effets secondaires systémiques. La combinaison doit être évitée à moins que le bénéfice ne l’emporte sur le risque accru d’effets secondaires systémiques des corticostéroïdes, auquel cas les patients doivent être surveillés pour les effets secondaires systémiques des corticostéroïdes.

La prudence est nécessaire lorsque les corticostéroïdes oraux, y compris les comprimés de prednisolone, sont prescrits chez les patients présentant les conditions suivantes, et une surveillance fréquente du patient est nécessaire.

– Tuberculose: Ceux qui ont des antécédents de tuberculose, ou des changements de rayons X caractéristiques de la tuberculose. L’émergence de la tuberculose active peut cependant être évitée grâce à l’utilisation prophylactique de la thérapie antituberculeuse.

– Maladie inflammatoire de l’intestin: Les symptômes sont récurrents chez un patient atteint de la maladie de Crohn lors du passage de comprimés conventionnels à des comprimés à enrobage entérique de prednisolone. Ce n’était pas un cas isolé dans l’unité de l’auteur, et il a été préconisé que seuls les comprimés de prednisolone enrobés non entériques devraient être utilisés dans la maladie de Crohn et que la forme entérosoluble devrait être utilisée avec précaution dans tous les cas de diarrhée ou temps de transport.

– Hypertension.

– L’insuffisance cardiaque congestive.

– Insuffisance hépatique.

– Maladie hépatique: Chez les patients atteints d’hépatite aiguë et active, la liaison aux protéines des glucocorticoïdes sera réduite et les concentrations maximales de glucocorticoïdes administrés seront augmentées. L’élimination de la prednisolone sera également compromise. Il y a un effet accru des corticostéroïdes chez les patients atteints de cirrhose.

– Insuffisance rénale.

– Diabète sucré ou chez les personnes ayant des antécédents familiaux de diabète.

– Ostéoporose: Ceci est d’une importance particulière chez les femmes ménopausées qui sont particulièrement à risque.

– Les besoins en corticostéroïdes peuvent être réduits chez les femmes ménopausées et ménopausées.

– Les patients ayant des antécédents de troubles affectifs sévères et en particulier ceux ayant des antécédents de psychoses induites par les stéroïdes.

– De plus, l’instabilité émotionnelle existante ou les tendances psychotiques peuvent être aggravées par les corticostéroïdes, y compris la prednisolone.

– Épilepsie et / ou troubles épileptiques

– Ulcération peptidique.

– Myopathie stéroïdienne antérieure.

– Les glucocorticoïdes doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints de myasthénie grave recevant un traitement anticholinestérasique.

– Comme la cortisone a rarement été rapportée pour augmenter la coagulabilité du sang et précipiter la thrombose intravasculaire, la thromboembolie et la thrombophlébite, les corticostéroïdes doivent être utilisés avec prudence chez les patients présentant des troubles thromboemboliques.

– Dystrophie musculaire de Duchenne: une rhabdomyolyse transitoire et une myoglobinurie peuvent survenir après une activité physique intense. On ne sait pas si cela est dû à la prednisolone elle-même ou à l’augmentation de l’activité physique.

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la dose efficace la plus faible pour la période minimale et en administrant les besoins quotidiens en une seule dose le matin, tous les deux jours. Une revue fréquente des patients est nécessaire pour titrer la dose de manière appropriée contre l’activité de la maladie (voir rubrique 4.2 «Posologie et mode d’administration»).

Insuffisance surrénale Les doses pharmacologiques de corticostéroïdes administrées pendant des périodes prolongées peuvent entraîner une suppression hypothalamo-hypophyso-surrénalienne (HPA) (insuffisance corticosurrénalienne secondaire). Le degré et la durée de l’insuffisance corticosurrénale produite varient selon les patients et dépendent de la dose, de la fréquence, du moment de l’administration et de la durée du traitement par glucocorticoïdes.

De plus, une insuffisance surrénale aiguë menant à une issue fatale peut survenir si les glucocorticoïdes sont retirés brutalement. L’insuffisance corticosurrénale secondaire induite par le médicament peut donc être minimisée par une réduction progressive de la posologie. Ce type d’insuffisance relative peut persister plusieurs mois après l’arrêt du traitement. par conséquent, dans toute situation de stress survenant au cours de cette période, l’hormonothérapie devrait être rétablie. Étant donné que la sécrétion de minéralocorticoïdes peut être altérée, du sel et / ou un minéralocorticoïde doivent être administrés simultanément. Pendant un traitement prolongé, toute maladie intercurrente, tout traumatisme ou intervention chirurgicale nécessitera une augmentation temporaire du dosage; Si les corticostéroïdes ont été arrêtés après un traitement prolongé, ils peuvent devoir être temporairement réintroduits.

Les patients doivent porter des fiches «Traitement stéroïdien» qui donnent des indications claires sur les précautions à prendre pour minimiser les risques et qui fournissent des détails sur le prescripteur, le médicament, la posologie et la durée du traitement.

Effets anti-inflammatoires / immunosuppresseurs et infection La suppression de la réponse inflammatoire et de la fonction immunitaire augmente la susceptibilité aux infections et leur gravité. La présentation clinique peut souvent être atypique et une infection grave comme la septicémie et la tuberculose peut être masquée et peut atteindre un stade avancé avant d’être reconnue lorsque des corticostéroïdes incluant la prednisolone sont utilisés. Les effets immunosuppresseurs des glucocorticoïdes peuvent entraîner l’activation d’une infection latente ou l’exacerbation d’infections intercurrentes.

Varicelle La varicelle est particulièrement préoccupante, car cette maladie normalement bénigne peut être mortelle chez les patients immunodéprimés. Les patients (ou les parents d’enfants) qui n’ont pas d’antécédents de varicelle doivent éviter d’être en contact étroit avec la varicelle ou le zona et, en cas d’exposition, ils doivent consulter un médecin de toute urgence. L’immunisation passive avec l’immunoglobuline varicelle-zona (VZIG) est nécessaire chez les patients non immunisés exposés qui reçoivent des corticostéroïdes systémiques ou qui les ont utilisés au cours des 3 mois précédents; ceci devrait être donné dans les 10 jours suivant l’exposition à la varicelle. Si un diagnostic de varicelle est confirmé, la maladie justifie des soins spécialisés et un traitement urgent. Les corticostéroïdes ne doivent pas être arrêtés et la dose peut devoir être augmentée.

Rougeole On devrait conseiller aux patients de faire particulièrement attention à éviter l’exposition à la rougeole, et de consulter immédiatement un médecin en cas d’exposition. Une prophylaxie par immunoglobuline intramusculaire normale peut être nécessaire.

Administration de vaccins vivants Les vaccins vivants ne doivent pas être administrés à des personnes recevant de fortes doses de corticostéroïdes en raison d’une réponse immunitaire altérée. Les vaccins vivants doivent être reportés au moins 3 mois après l’arrêt de la corticothérapie. (Voir également rubrique 4.5 «Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction»).

Effets oculaires L’utilisation prolongée de corticostéroïdes peut produire des cataractes sous-capsulaires postérieures et des cataractes nucléaires (en particulier chez les enfants), de l’exophtalmie ou une augmentation de la pression intraoculaire, ce qui peut entraîner un glaucome pouvant endommager les nerfs optiques. L’établissement d’infections fongiques et virales secondaires de l’œil peut également être amélioré chez les patients recevant des glucocorticoïdes.

Les corticostéroïdes doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints d’herpès simplex oculaire en raison d’une perforation possible.

Le traitement systémique par glucocorticoïdes peut provoquer une exacerbation sévère du décollement de la rétine exsudative bulleuse et une perte visuelle durable chez certains patients atteints de choriorétinopathie séreuse centrale idiopathique (voir rubrique 4.8 «Effets indésirables»).

Maladie de Cushing Comme les glucocorticoïdes peuvent produire ou aggraver le syndrome de Cushing, les glucocorticoïdes doivent être évités chez les patients atteints de la maladie de Cushing.

Il y a un effet accru des corticostéroïdes chez les patients atteints d’hypothyroïdie.

Des dérangements psychiques peuvent apparaître lorsque des corticostéroïdes, y compris la prednisolone, sont utilisés, allant de l’euphorie, l’insomnie, les sautes d’humeur, les changements de personnalité et la dépression sévère à des manifestations psychotiques franches (voir la section 4.8 «Effets indésirables»).

Pression intracrânienne augmentée Une pression intracrânienne augmentée avec papilloedema (pseudotumour cerebri) associée au traitement de corticosteroid a été annoncée dans les enfants et les adultes. L’apparition se produit généralement après le retrait du traitement (voir rubrique 4.8 «Effets indésirables»).

Perturbation visuelle

Des troubles visuels peuvent être signalés avec l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques. Si un patient présente des symptômes tels qu’une vision floue ou d’autres troubles visuels, le patient devrait être référé à un ophtalmologiste pour évaluation des causes possibles pouvant inclure la cataracte, le glaucome ou des maladies rares telles que la choriorétinopathie séreuse centrale (CSCR) qui ont été rapportés après l’utilisation de corticostéroïdes systémiques et topiques.

Utilisation chez les personnes âgées

Le traitement des patients âgés, en particulier à long terme, doit être fait avec prudence en tenant compte des conséquences plus graves des effets secondaires courants des corticostéroïdes chez les personnes âgées, en particulier l’ostéoporose, le diabète, l’hypertension, l’hypokaliémie, la sensibilité aux infections et l’amincissement. peau. Une surveillance clinique étroite est requise pour éviter les réactions potentiellement mortelles.

Population pédiatrique

Les corticostéroïdes entraînent un retard de croissance pendant la petite enfance, l’enfance et l’adolescence, ce qui peut être irréversible et, par conséquent, l’administration à long terme de doses pharmacologiques doit être évitée. Si un traitement prolongé est nécessaire, le traitement doit être limité à la suppression minimale de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et au retard de croissance. La croissance et le développement des nourrissons et des enfants doivent être étroitement surveillés. Le traitement doit être administré si possible en une seule dose tous les deux jours.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Vaccins

Les vaccins vivants ne doivent pas être administrés aux personnes dont la réponse immunitaire est altérée. La réponse des anticorps à d’autres vaccins peut être diminuée.

Antiacides

L’absorption de prednisolone peut être réduite par de grandes doses de certains antiacides tels que le trisilicate de magnésium ou l’hydroxyde d’aluminium.

Antibactériens

Les rifamycines accélèrent le métabolisme des corticostéroïdes et peuvent donc réduire leur effet. L’érythromycine inhibe le métabolisme de la méthylprednisolone et éventuellement d’autres corticostéroïdes.

La prednisolone peut abaisser les taux plasmatiques d’isoniazide. Lorsqu’une réponse réduite est notée lors d’une utilisation concomitante, un ajustement posologique de l’isoniazide peut s’avérer nécessaire.

Anticoagulants

La réponse aux anticoagulants peut être réduite ou, moins souvent, renforcée par les corticostéroïdes. Une surveillance étroite de l’INR ou du temps de prothrombine est nécessaire pour éviter les saignements spontanés.

Antidiabétiques

Les glucocorticoïdes peuvent augmenter la glycémie. Les patients atteints de diabète sucré recevant simultanément de l’insuline et / ou des hypoglycémiants oraux (par ex. La metformine, les sulfamides) peuvent nécessiter des ajustements posologiques d’un tel traitement.

Antiépileptiques

La carbamazépine, le phénobarbital, la phénytoïne et la primidone accélèrent le métabolisme des corticostéroïdes et peuvent réduire leur effet.

Antifongiques

Le risque d’hypokaliémie peut être augmenté avec l’amphotéricine, par conséquent l’utilisation concomitante avec des corticostéroïdes doit être évitée, sauf si des corticostéroïdes sont nécessaires pour contrôler les réactions; le kétoconazole inhibe le métabolisme de la méthylprednisolone et éventuellement d’autres corticostéroïdes.

Antimuscariniques

(Anticholinergiques)

La prednisolone a une activité antimuscarinique. Si elle est utilisée en association avec un autre médicament antimuscarinique, elle pourrait altérer la mémoire et l’attention chez les personnes âgées.

Antithyroïdes

La clairance de la prednisolone a augmenté avec l’utilisation du carbimazole et du thiamazole.

Ciclosporine

L’administration concomitante de prednisolone et de ciclosporine peut entraîner une diminution de la clairance plasmatique de la prednisolone (c.-à-d. Une augmentation de la concentration plasmatique de prednisolone). La nécessité d’un ajustement posologique approprié doit être envisagée lorsque ces médicaments sont administrés en concomitance.

Cytotoxiques

Risque accru de toxicité hématologique avec le méthotrexate.

Inducteurs des enzymes microsomales hépatiques

Les médicaments qui induisent l’enzyme hépatique cytochrome P450 (CYP) isoenzyme 3A4 tels que le phénobarbital, la phénytoïne, la rifampicine, la rifabutine, la carbamazépine, la primidone et l’aminoglutéthimide peuvent réduire l’efficacité thérapeutique des corticostéroïdes en augmentant le taux de métabolisme. L’absence de réponse attendue peut être observée et le dosage des comprimés de prednisolone peut devoir être augmenté.

Inhibiteurs de l’enzyme microsomale hépatique

Les médicaments qui inhibent l’enzyme hépatique cytochrome P-450 (CYP) isoenzyme 3A4 (par exemple le kétoconazole, la troléandomycine) peuvent diminuer la clairance des glucocorticoïdes. Les doses de glucocorticoïdes administrés en association avec de tels médicaments peuvent devoir être diminuées pour éviter les effets indésirables potentiels.

Contraceptifs hormonaux

Les contraceptifs oraux ont augmenté les concentrations de prednisolone de 131%.

Peut augmenter l’ASC et réduire la clairance des contraceptifs oraux contenant de l’éthinylestradiol, du mestranol, du désogestrel, du lévonorgestrel, du norgestrel ou de la noréthistérone.

Immunosupresseurs

Tumorigénicité: les effets inducteurs de tumeurs directs des glucocorticoïdes ne sont pas connus, mais le risque particulier que les tumeurs chez les patients subissant une immunosuppression avec ces médicaments ou d’autres se propagent plus rapidement est un problème bien connu.

Réglisse

La glycyrrhizine peut retarder l’élimination de la prednisolone.

Mifepristone

L’effet des corticostéroïdes peut être réduit pendant 3-4 jours après la mifépristone.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

L’administration concomitante de médicaments ulcérogènes tels que l’indométhacine pendant la corticothérapie peut augmenter le risque d’ulcération gastro-intestinale. L’aspirine doit être utilisée avec précaution en association avec les glucocorticoïdes chez les patients souffrant d’hypoprothrombinémie. Bien qu’un traitement concomitant par le salicylate et les corticostéroïdes ne semble pas augmenter l’incidence ou la gravité de l’ulcère gastro-intestinal, la possibilité de cet effet devrait être envisagée.

Les concentrations sériques de salicylate peuvent diminuer lorsque les corticostéroïdes sont administrés en concomitance. La clairance rénale des salicylates est augmentée par les corticostéroïdes et le sevrage des stéroïdes peut entraîner une intoxication par le salicylate. Les salicylates et les corticostéroïdes doivent être utilisés simultanément avec précaution. Les patients recevant les deux médicaments doivent être étroitement surveillés pour les effets indésirables de l’un ou l’autre médicament.

Oestrogènes

Les œstrogènes peuvent potentialiser les effets des glucocorticoïdes et des ajustements posologiques peuvent être nécessaires si des œstrogènes sont ajoutés ou retirés d’un schéma posologique stable.

Inhibiteurs de protéase

Le ritonavir peut augmenter les concentrations plasmatiques de prednisolone et d’autres corticostéroïdes en réduisant la clairance de la prednisolone par l’inhibition de l’isoenzyme CYP3A4 du cytochrome P450.

Autre

Les effets désirés des agents hypoglycémiants (y compris l’insuline), des antihypertenseurs et des diurétiques sont antagonisés par les corticostéroïdes; et l’effet hypokaliémique de l’acétazolamide, de l’amphotéricine B (par administration intraveineuse), des diurétiques de l’anse, des diurétiques thiazidiques, de la carbénoxolone et de la théophylline sont améliorés.

Somatropine

L’effet favorisant la croissance peut être inhibé.

Sympathomimétiques

Augmentation du risque d’hypokaliémie si de fortes doses de corticostéroïdes sont administrées avec de fortes doses de bambutérol, de fénotéral, de formotérol, de ritodrine, de salbutamol, de salmétérol et de terbutaline.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

La capacité des corticostéroïdes à traverser le placenta varie d’un médicament à l’autre, mais 88% de la prednisolone est inactivée lorsqu’elle traverse le placenta. L’administration de corticostéroïdes à des animaux gravides peut causer des anomalies du développement du fœtus, y compris une fente palatine, un retard de croissance intra-utérin et des effets sur la croissance et le développement du cerveau. Il n’y a aucune preuve que les corticostéroïdes entraînent une augmentation de l’incidence des anomalies congénitales, telles que la fente palatine / lèvre chez l’homme. Cependant, lorsqu’ils sont administrés pendant des périodes prolongées ou à plusieurs reprises pendant la grossesse, les corticostéroïdes peuvent augmenter le risque de retard de croissance intra-utérin. L’hypoadrénalisme peut survenir chez le nouveau-né après une exposition prénatale aux corticostéroïdes, mais il disparaît généralement spontanément après la naissance et est rarement cliniquement important. Les cataractes ont également été rarement signalées. Comme pour tous les médicaments, les corticostéroïdes ne doivent être prescrits que lorsque les avantages pour la mère et l’enfant l’emportent sur les risques. Cependant, lorsque les corticostéroïdes sont essentiels, les patientes présentant des grossesses anormales peuvent être traitées comme si elles étaient à l’état non gravide.

Les patients atteints de pré-éclampsie ou de rétention d’eau nécessitent une surveillance étroite.

Allaitement maternel

Les corticostéroïdes sont excrétés en petites quantités dans le lait maternel où ils peuvent inhiber la croissance et interférer avec la production endogène de glucocorticoïdes chez les nourrissons. Puisque des études reproductives adéquates n’ont pas été réalisées chez les humains avec des glucocorticoïdes, ces médicaments ne doivent être administrés aux mères qui allaitent que si les avantages du traitement sont jugés supérieurs aux risques potentiels pour le nourrisson.

La concentration du stéroïde dans le lait peut être comprise entre 5 et 25% de ceux dans le sérum.

Il n’y a aucun rapport trouvé concernant la toxicité néonatale après l’exposition aux corticostéroïdes pendant l’allaitement, cependant si des doses maternelles> 40 mgs / jours de prednisolone sont prescrits, le bébé devrait être surveillé pour la suppression surrénale.

La fertilité

Les corticostéroïdes peuvent modifier la motilité et le nombre de spermatozoïdes chez certains patients.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

L’effet de la prednisolone sur l’aptitude à conduire ou à utiliser des machines n’a pas été évalué. Rien n’indique que la prednisolone puisse affecter ces capacités.

4.8 Effets indésirables

Un large éventail de réactions psychiatriques, y compris les troubles affectifs (tels que humeur irritable, euphorique, déprimée et labile, pensées suicidaires), les réactions psychotiques (y compris la manie, délires, hallucinations et aggravation de la schizophrénie), troubles du comportement, irritabilité, anxiété, sommeil perturbations, et un dysfonctionnement cognitif, y compris la confusion et l’amnésie ont été signalés. Les réactions sont fréquentes et peuvent survenir chez les adultes et les enfants. Chez l’adulte, la fréquence des réactions sévères a été estimée à 5-6%. Des effets psychologiques ont été rapportés lors du retrait des corticostéroïdes; la fréquence est inconnue.

L’incidence des effets indésirables prévisibles, y compris la suppression surrénale hypothalamo-hypophysaire, est en corrélation avec la puissance relative du médicament, la posologie, le moment de l’administration et la durée du traitement (voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi»).

Les effets indésirables sont répertoriés par les classes d’organes du système MedDRA.

L’évaluation des effets indésirables est basée sur les groupes de fréquences suivants:

Très commun: ≥1 / 10

Fréquent: ≥1 / 100 à <1/10

Peu fréquent: ≥1 / 1,000 à <1/100

Rare: ≥ 1/10 000 à <1/1 000

Très rare: <1/10 000

Inconnu: ne peut être estimé à partir des données disponibles

System Organ Class

La fréquence

Effet indésirable

Infections et infestations

Pas connu

Augmente la susceptibilité et la sévérité des infections 1 , les infections opportunistes, la récidive de la tuberculose dormante 2 , la candidose œsophagienne.

Troubles du système sanguin et lymphatique

Pas connu

Leucocytose

Troubles du système immunitaire

Pas connu

Hypersensibilité, y compris l’anaphylaxie.

Troubles endocriniens

Pas connu

Suppression de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien 3 , faciès cushingoïde, altération de la tolérance aux glucides avec un besoin accru de traitement antidiabétique, manifestation de diabète sucré latent.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Pas connu

Rétention de sodium et d’eau, alcalose hypokaliémique, perte de potassium, bilan négatif en azote et en calcium, intolérance au glucose et catabolisme protéique. Augmentez la concentration de cholestérol des lipoprotéines de haute et basse densité dans le sang. Augmentation de l’appétit 4 . Gain de poids, obésité, hyperglycémie, dyslipidémie.

Très rare

Calciphylaxie 5

Troubles psychiatriques

Commun

Irritabilité, humeur dépressive et labile, pensées suicidaires, réactions psychotiques, manie, idées délirantes, hallucinations et aggravation de la schizophrénie. les troubles du comportement, l’irritabilité, l’anxiété, les troubles du sommeil et les troubles cognitifs, y compris la confusion et l’amnésie.

Pas connu

Euphorie, dépendance psychologique, dépression.

Troubles du système nerveux

Pas connu

Dépression, insomnie, vertiges, maux de tête, vertiges. Pression intracrânienne augmentée avec papilloedema (pseudotumor cerebri) 6 . Aggravation de l’épilepsie, lipomatose épidurale. AVC vertébrobasilar 7

Troubles oculaires

Pas connu

Vision floue (voir aussi rubrique 4.4), glaucome, œdème papillaire, cataracte sous-capsulaire postérieure, cataracte nucléaire (en particulier chez l’enfant), exophtalmie, amincissement cornéen ou scléral, exacerbation d’une maladie virale ou fongique ophtalmique.

Exacerbation sévère du décollement de la rétine exsudative bulleuse; choriorétinopathie séreuse centrale ou perte visuelle durable chez certains patients atteints de choriorétinopathie séreuse centrale idiopathique. 8

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Pas connu

Vertige.

Troubles cardiaques

Pas connu

Insuffisance cardiaque congestive chez les patients sensibles, hypertension, risque accru d’insuffisance cardiaque. Risque accru de maladie cardiovasculaire, y compris l’infarctus du myocarde. 9

Troubles vasculaires

Pas connu

Thromboembolie

Problèmes gastro-intestinaux

Pas connu

Dyspepsie, nausées, ulcération peptique avec perforation et hémorragie, distension abdominale, douleurs abdominales, diarrhée, ulcération œsophagienne, pancréatite aiguë.

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Pas connu

Hirsutisme, atrophie cutanée, ecchymoses, vergetures, télangiectasie, acné, transpiration accrue, prurit, éruption cutanée, urticaire.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Pas connu

Myopathie proximale, ostéoporose, fractures vertébrales et des os longs, ostéonécrose avasculaire, rupture tendineuse, tendinopathies (en particulier des tendons d’Achille et patellaire), myalgies, suppression de la croissance en bas âge, enfance et adolescence.

Troubles rénaux et urinaires

Pas connu

Sclérodermie, crise rénale 10

Système reproducteur et troubles mammaires

Pas connu

Irrégularité menstruelle, aménorrhée.

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Pas connu

Fatigue, malaise, altération de la guérison

Enquêtes

Pas connu

Une augmentation de la pression intra-oculaire peut supprimer les réactions aux tests cutanés.

1. avec suppression des symptômes cliniques et des signes.

2. voir la section 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi».

3. en particulier en période de stress, comme en cas de traumatisme, de chirurgie ou de maladie.

4. ce qui peut entraîner un gain de poids

5. voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi».

6. habituellement après le retrait du traitement

7. exacerbation de l’artérite à cellules géantes, avec des signes cliniques de l’AVC évolutif a été attribué à la prednisolone.

8. voir la section 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions d’emploi»

9. avec une thérapie à haute dose

10. parmi les différentes sous-populations, l’apparition de crises rénales sclérodermiques varie. Le risque le plus élevé a été signalé chez des patients atteints de sclérose systémique diffuse. Le risque le plus faible a été signalé chez les patients atteints de sclérose systémique limitée (2%) et de sclérose systémique juvénile (1%)

Les symptômes de sevrage

Une réduction trop rapide du dosage des corticostéroïdes après un traitement prolongé peut entraîner une insuffisance surrénalienne aiguë, une hypotension et la mort (voir rubrique 4.4 «Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi» et rubrique 4.2 «Posologie et mode d’administration»). Un «syndrome de sevrage» stéroïdien apparemment sans lien avec une insuffisance corticosurrénale peut également survenir après l’arrêt brusque des glucocorticoïdes. Ce syndrome comprend des symptômes tels que: anorexie, nausées, vomissements, léthargie, maux de tête, fièvre, douleurs articulaires, desquamation, myalgie, arthralgie, rhinite, conjonctivite, démangeaisons cutanées douloureuses, perte de poids et / ou hypotension. On pense que ces effets sont dus à un changement soudain de la concentration en glucocorticoïdes plutôt qu’à de faibles taux de corticostéroïdes. Des effets psychologiques ont été rapportés lors du sevrage des corticoïdes.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le site Web du programme Carte Jaune: www.mhra.gov.uk/yellowcard

4.9 Surdosage

Les cas de toxicité aiguë et / ou de décès consécutifs à un surdosage de glucocorticoïdes sont rares. Aucun antidote spécifique n’est disponible; le traitement est favorable et symptomatique. Les électrolytes sériques doivent être surveillés.

Des doses systémiques élevées de corticostéroïdes provoquées par une utilisation chronique ont été associées à des effets indésirables tels que des troubles neuropsychiatriques (psychose, dépression, hallucinations), des dysrythmies cardiaques et le syndrome de Cushing.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: stéroïde glucocorticoïde, code ATC: H02A B06

Les glucocorticoïdes naturels (hydrocortisone et cortisone), qui ont également des propriétés de rétention du sel, sont utilisés comme traitement de remplacement dans les états de carence corticosurrénale. Leurs analogues synthétiques sont principalement utilisés pour leurs effets anti-inflammatoires puissants dans les troubles de nombreux systèmes d’organes.

Les glucocorticoïdes provoquent des effets métaboliques profonds et variés. En outre, ils modifient les réponses immunitaires du corps à divers stimuli.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La prednisolone est rapidement et apparemment presque complètement absorbée après l’administration orale; il atteint les concentrations plasmatiques maximales après 1-3 heures. Il y a cependant une grande variation entre sujets suggérant une absorption altérée chez certains individus. La demi-vie plasmatique est d’environ 3 heures chez les adultes et un peu moins chez les enfants. Son absorption initiale, mais pas sa biodisponibilité globale, est affectée par les aliments. La prednisolone a une demi-vie biologique qui dure plusieurs heures, ce qui la rend appropriée aux régimes d’administration d’un jour sur deux.

Bien que les concentrations plasmatiques maximales de prednisolone soient légèrement inférieures après l’administration de Prednisolone et que l’absorption soit retardée, l’absorption totale et la biodisponibilité sont les mêmes qu’après la prednisolone pure. La prednisolone montre une pharmacocinétique dose-dépendante, avec une augmentation de la dose entraînant une augmentation du volume de distribution et de la clairance plasmatique. Le degré de liaison aux protéines plasmatiques détermine la distribution et la clairance du médicament pharmacologiquement actif libre. Des doses réduites sont nécessaires chez les patients souffrant d’hypoalbuminémie.

La prednisolone est métabolisée principalement dans le foie en un composé biologiquement inactif. La maladie du foie prolonge la demi-vie de la prednisolone et, si le patient a une hypoalbuminémie, augmente également la proportion de médicament non lié et peut ainsi augmenter les effets indésirables.

La prednisolone est excrétée dans l’urine sous forme de métabolites libres et conjugués, ainsi que de petites quantités de prednisolone inchangée.

Des différences significatives dans la pharmacocinétique de la prednisolone chez les femmes ménopausées ont été décrites. Les femmes ménopausées avaient une clairance non liée réduite (30%), une clairance totale réduite et une augmentation de la demi-vie de la prednisolone.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a pas de données non cliniques pertinentes pour le prescripteur qui ne sont pas déjà couvertes dans d’autres sections du RCP.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Amidon prégélatinisé

Glycolate d’amidon sodique, type A

Oxyde de fer jaune (E172)

Oxyde de fer rouge (E172)

Dibéhénate de glycérol

Stéarate de magnésium

6.2 Incompatibilités

Aucun connu

6.3 Durée de conservation

24mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Conservez les plaquettes thermoformées dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Blisters de AL / PVC contenant des paquets de 28 comprimés

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Indisponible

7. Titulaire de l’autorisation

Actavis UK Limited

(Style de trading: Actavis)

Whiddon Valley

Barnstaple

N. Devon

EX32 8NS

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00142/0843

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

01/04/2016

10. Date de révision du texte

14/02/2018