Comprimés de chlorhydrate de sotalol 80 mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés de chlorhydrate de sotalol 80 mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 80 mg de chlorhydrate de sotalol

Pour les excipients, voir 6.1

3. Forme pharmaceutique

Tablette

Comprimés blancs à blanc cassé, ronds, biconvexes, non revêtus, portant l’inscription «DR» gravée sur une face et dépolie sur l’autre face.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Sotalol est indiqué pour:

Arythmies ventriculaires:

– Traitement des tachyarythmies ventriculaires menaçant le pronostic vital;

– Traitement des tachyarythmies ventriculaires symptomatiques non soutenues;

Arythmies supraventriculaires:

– prophylaxie de la tachycardie auriculaire paroxystique, de la fibrillation auriculaire paroxystique, de la tachycardie réentrante nodale paroxystique AV, de la tachycardie paroxystique AV réentrante utilisant des voies accessoires, et de la tachycardie paroxystique supraventriculaire après chirurgie cardiaque;

– Maintien du rythme sinusal normal suite à la conversion de la fibrillation auriculaire ou du flutter auriculaire.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Population pédiatrique

L’innocuité et l’efficacité de Sotalol chez les enfants de moins de 18 ans n’ont pas été établies.

Il n’y a pas d’utilisation pertinente de Sotalol dans la population pédiatrique.

L’initiation du traitement ou les changements de posologie avec sotalol doivent faire l’objet d’une évaluation médicale appropriée incluant un contrôle ECG avec mesure de l’intervalle QT corrigé et une évaluation de la fonction rénale, de l’équilibre électrolytique et des médicaments concomitants (voir rubrique 4.4 Mises en garde et précautions particulières d’emploi) .

Comme avec d’autres agents antiarythmiques, il est recommandé d’instaurer le sotalol et d’augmenter les doses dans un établissement capable de surveiller et d’évaluer le rythme cardiaque. Le dosage doit être individualisé et basé sur la réponse du patient. Les événements proarythmiques peuvent survenir non seulement au début du traitement, mais aussi à chaque ajustement posologique à la hausse.

Compte tenu de ses propriétés bloquantes β-adrénergiques, le traitement par sotalol ne doit pas être interrompu de façon brutale, en particulier chez les patients cardiaques ischémiques (angine de poitrine, infarctus aigu du myocarde) ou hypertendu, pour prévenir l’aggravation de la maladie (cf. et précautions spéciales d’utilisation).

Méthode d’administration

Le calendrier de dosage suivant peut être recommandé:

La dose initiale est de 80 mg, administrée seule ou en deux doses séparées.

La posologie orale de sotalol doit être ajustée graduellement en laissant 2-3 jours entre les augmentations de dosage afin d’atteindre l’état d’équilibre, et pour permettre la surveillance des intervalles QT. La plupart des patients répondent à une dose quotidienne de 160 à 320 mg administrée en deux doses fractionnées à des intervalles d’environ 12 heures. Certains patients atteints d’arythmies ventriculaires réfractaires potentiellement mortelles peuvent nécessiter des doses aussi élevées que 480 à 640 mg / jour. Ces doses doivent être administrées par un spécialiste et ne doivent être prescrites que si le bénéfice potentiel l’emporte sur le risque accru d’événements indésirables, en particulier de pro-arythmies (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).

Posologie chez les insuffisants rénaux

Étant donné que le sotalol est excrété principalement dans l’urine, la posologie doit être réduite lorsque la clairance de la créatinine est inférieure à 60 ml / min selon le tableau suivant:

Clairance de la créatinine (ml / min)

Doses ajustées

> 60

Dose recommandée de sotalol

30-60

½ dose recommandée de sotalol

10-30

¼ dose recommandée de sotalol

<10

Éviter

La clairance de la créatinine peut être estimée à partir de la créatinine sérique par la formule de Cockroft et Gault:

Hommes:

Femmes:

comme ci-dessus x 0,85

Lorsque la créatinine sérique est exprimée en μmol / l, diviser la valeur par 88,4 (1 mg / dl = 88,4 μmol / l).

Posologie chez les patients atteints d’insuffisance hépatique

Puisque le Sotalol n’est pas sujet au métabolisme de premier passage, les patients avec l’affaiblissement hépatique ne montrent aucune altération dans la clairance de Sotalol. Aucun ajustement posologique n’est requis chez les patients atteints d’insuffisance hépatique.

4.3 Contre-indications

Le sotalol ne devrait pas être utilisé lorsqu’il existe des preuves de:

• maladie du sinus;

• bloc cardiaque AV de deuxième et troisième degré (sauf si un stimulateur cardiaque fonctionnel est présent);

• les syndromes QT congénitaux ou acquis de longue durée;

• torsades de pointes;

• bradycardie sinusale symptomatique;

• insuffisance cardiaque congestive non contrôlée;

• choc cardiogénique;

• l’anesthésie qui produit une dépression du myocarde;

• phéochromocytome non traité;

• hypotension (sauf en raison d’une arythmie);

• Le phénomène de Raynaud et les graves troubles circulatoires périphériques;

• antécédents de bronchopneumopathie chronique obstructive ou d’asthme bronchique (un avertissement apparaîtra sur l’étiquette);

• hypersensibilité au sotalol, à d’autres bêta-bloquants ou à l’un des excipients du comprimé;

• acidose métabolique;

• insuffisance rénale (clairance de la créatinine <10 ml / min).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Retrait brutal: Une hypersensibilité aux catécholamines est observée chez les patients soustraités au traitement par bêta-bloquants. Des cas occasionnels d’exacerbation de l’angine de poitrine, d’arythmie et, dans certains cas, d’infarctus du myocarde ont été signalés après l’arrêt brusque du traitement. Les patients doivent être surveillés attentivement lorsqu’ils arrêtent le sotalol administré de façon chronique, en particulier ceux qui souffrent de cardiopathie ischémique. Si possible, la dose doit être progressivement réduite sur une période d’une à deux semaines, si nécessaire en même temps que le traitement de remplacement. L’arrêt brusque peut révéler l’insuffisance coronarienne latente. En outre, l’hypertension peut se développer.

Proarythmies: L’effet indésirable le plus dangereux des médicaments antiarythmiques de classe I et de classe III (tels que le sotalol) est l’aggravation d’arythmies préexistantes ou la provocation de nouvelles arythmies. Les médicaments qui prolongent l’intervalle QT peuvent causer des torsades de pointes, une tachycardie ventriculaire polymorphe associée à une prolongation de l’intervalle QT. L’expérience à ce jour indique que le risque de torsades de pointes est associé à la prolongation de l’intervalle QT, à la réduction du rythme cardiaque, à la réduction du potassium sérique et du magnésium, à des concentrations plasmatiques élevées de sotalol et à l’utilisation concomitante de sotalol et d’autres médicaments. ont été associées à des torsades de pointes (voir rubrique 4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction). Les femelles peuvent présenter un risque accru de torsades de pointes. La surveillance de l’ECG immédiatement avant ou après les épisodes révèle habituellement un intervalle QT significativement prolongé et un intervalle QTc significativement prolongé. Dans les essais cliniques, Sotalol n’a généralement pas été initié aux patients dont l’intervalle QTc de prétraitement a dépassé 450 msec. Sotalol devrait être titré très prudemment chez les patients ayant des intervalles QT prolongés.

L’incidence des torsades de pointes dépend de la dose. Les torsades de pointes se produisent habituellement tôt après le début du traitement ou de l’escalade de la dose et peuvent évoluer vers la fibrillation ventriculaire.

Études cliniques sur l’arythmie: Au cours des essais cliniques, 4,3% des 3257 patients souffrant d’arythmie ont présenté une arythmie ventriculaire nouvelle ou aggravée, y compris une tachycardie ventriculaire soutenue (environ 1%) et une torsade de pointes (2,4%). De plus, chez environ 1% des patients, les décès étaient considérés comme potentiellement drugrelés. Chez les patients présentant d’autres arythmies ventriculaires moins graves et des arythmies supraventriculaires, l’incidence de torsades de pointes était respectivement de 1% et 1,4%.

Les proarythmies graves, y compris les torsades de pointes, étaient liées à la dose comme indiqué ci-dessous:

Pourcentage d’incidence de proarythmies graves * par dose pour Pateints avec VT soutenue / VF

Dose quotidienne

(mg)

Incidence des proarythmies graves *

Les patients

(n)

1-80

0

(0/72)

81-160

0,5%

(4/838)

161-320

1,8%

(17/960)

321-480

4,5%

(21/471)

481-640

4,6%

(15/327)

> 640

6,8%

(7/103)

* Torsade de pointes ou nouveau VT / VF soutenu

Dans les essais cliniques menés sur des patients ayant une TV / FV soutenue, l’incidence de proarythmie sévère (torsades de pointes ou nouvelle TV / FV soutenue) était <2% à des doses allant jusqu’à 320 mg. L’incidence a plus que doublé à des doses plus élevées.

Les autres facteurs de risque de torsades de pointes étaient une prolongation excessive de l’intervalle QTc et des antécédents de cardiomégalie ou d’insuffisance cardiaque congestive. Les patients présentant une tachycardie ventriculaire soutenue et des antécédents d’insuffisance cardiaque congestive présentent le risque le plus élevé de proarythmie grave (7%).

Les événements proarythmiques doivent être anticipés non seulement au début du traitement mais à chaque ajustement de la dose à la hausse. L’instauration d’un traitement à 80 mg avec une augmentation graduelle de la dose par la suite réduit le risque de proarythmie. Chez les patients recevant déjà du sotalol, des précautions doivent être prises si l’intervalle QTc dépasse 500 ms pendant le traitement, et une attention particulière doit être accordée à la réduction de la dose ou à l’arrêt du traitement lorsque l’intervalle QTc dépasse 550 msec. Cependant, en raison des multiples facteurs de risque associés aux torsades de pointes, il faut faire preuve de prudence, quel que soit l’intervalle QTc.

Perturbations électrolytiques: Sotalol ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une hypokaliémie ou une hypomagnésémie avant la correction du déséquilibre; ces conditions peuvent exagérer le degré d’allongement de l’intervalle QT et augmenter le potentiel de torsades de pointes. Une attention particulière doit être accordée à l’équilibre électrolytique et acido-basique chez les patients présentant une diarrhée sévère ou prolongée ou chez les patients recevant des médicaments concomitants qui appauvrissent le magnésium et / ou le potassium.

Insuffisance cardiaque congestive: Le bêta-bloquant peut encore réduire la contractilité myocardique et précipiter une insuffisance cardiaque plus sévère. La prudence est recommandée lors de l’instauration du traitement chez les patients présentant un dysfonctionnement ventriculaire gauche contrôlé par le traitement (par exemple inhibiteurs de l’ECA, diurétiques, digitaliques, etc.); une faible dose initiale et une titration prudente de la dose sont appropriées.

IMC récent: Chez les patients ayant subi une insuffisance cardiaque ventriculaire gauche après un infarctus, le risque et l’avantage de l’administration de sotalol doivent être pris en compte.

Une surveillance attentive et une titration de la dose sont critiques pendant l’initiation et le suivi du traitement. Les résultats défavorables des essais cliniques impliquant des médicaments antiarythmiques (augmentation apparente de la mortalité) suggèrent que Sotacor devrait être évité chez les patients présentant des fractions d’éjection ventriculaire gauche ≤ 40% sans arythmies ventriculaires graves. Lors d’un vaste essai contrôlé chez des patients ayant récemment subi un infarctus du myocarde sans insuffisance cardiaque, qui ne présentaient pas nécessairement d’arythmie ventriculaire, le traitement oral par le sotalol HCl était associé à une réduction du risque non statistiquement significative comparé au groupe placebo (18%). Dans cette étude post-infarctus utilisant une dose fixe de 320 mg une fois par jour et dans un second petit essai randomisé chez des patients post-infarctus à haut risque avec des fractions d’éjection ventriculaire gauche ≤40% traitées à fortes doses (640 mg / jour), on a suggéré un excès de morts soudaines et précoces.

Changements électrocardiographiques: Une prolongation excessive de l’intervalle QT,> 500 msec, peut être un signe de toxicité et doit être évitée (voir Pro-arythmies ci-dessus). Une bradycardie sinusale a été très fréquemment observée chez des patients atteints d’arythmie recevant du sotalol dans des essais cliniques. La bradycardie augmente le risque de torsades de pointes. La pause des sinus, l’arrêt des sinus et le dysfonctionnement des ganglions sinusaux surviennent chez moins de 1% des patients. L’incidence du bloc AV du 2e ou du 3e degré est d’environ 1%.

Anaphylaxie: Les patients ayant des antécédents de réaction anaphylactique à une variété d’allergènes peuvent avoir une réaction plus sévère à la suite de provocations répétées lorsqu’ils prennent des bêta-bloquants. Ces patients peuvent ne pas répondre aux doses habituelles d’adrénaline utilisées pour traiter la réaction allergique.

Anesthésie: Comme les autres bêta-bloquants, le sotalol doit être utilisé avec précaution chez les patients subissant une chirurgie et en association avec des anesthésiques responsables d’une dépression myocardique, tels que le cyclopropane ou le trichloréthylène.

Diabète sucré: Le sotalol doit être utilisé avec précaution chez les patients diabétiques (en particulier labiles) ou ayant des antécédents d’hypoglycémie spontanée, car les bêtabloquants peuvent masquer certains signes importants d’apparition d’une hypoglycémie aiguë, par exemple une tachycardie.

Thyrotoxicose: Le bêta-bloquant peut masquer certains signes cliniques d’hyperthyroïdie (p. Ex., Tachycardie). Les patients suspectés de développer une thyrotoxicose doivent être pris en charge avec précaution afin d’éviter un arrêt brusque des bêtabloquants qui pourrait être suivi d’une exacerbation des symptômes d’hyperthyroïdie, y compris la tempête thyroïdienne.

Insuffisance hépatique: Puisque le Sotalol n’est pas sujet au métabolisme de premier passage, les patients atteints d’insuffisance hépatique ne montrent aucune altération de la clairance de Sotalol.

Insuffisance rénale: Comme le sotalol est principalement éliminé par les reins, la dose doit être ajustée chez les patients présentant une insuffisance rénale (voir rubrique 4.2).

Psoriasis: Les médicaments bêta-bloquants ont rarement été signalés comme exacerbant les symptômes du psoriasis vulgaire.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Antiarythmiques: les antiarythmiques de classe Ia tels que disopyramide, quinidine et procaïnamide et autres antiarythmiques de classe III tels que l’amiodarone et le bepridil ne sont pas recommandés en association avec le sotalol, car ils peuvent prolonger la réfraction (voir rubrique 4.4 Mises en garde et précautions spéciales pour utilisation). L’utilisation concomitante d’autres bêta-bloquants avec le sotalol peut entraîner des effets additifs de classe II.

Autres médicaments prolongeant l’intervalle QT: Sotalol doit être administré avec une extrême prudence en association avec d’autres médicaments connus pour prolonger l’intervalle QT tels que les phénothiazines, les antidépresseurs tricycliques, la terfénadine et l’astémizole. D’autres médicaments qui ont été associés à un risque accru de torsades de pointes comprennent l’érythromycine IV, l’halofantrine, la pentamidine et les antibiotiques quinolones .

Floctafénine: Les agents bloquants bêta-adrénergiques peuvent entraver les réactions cardiovasculaires compensatoires associées à l’hypotension ou au choc pouvant être induites par la floctafénine.

Médicaments bloquant les canaux calciques: L’administration concomitante d’agents bêta-bloquants et d’inhibiteurs calciques a entraîné une hypotension, une bradycardie, des troubles de la conduction et une insuffisance cardiaque. Les bêta-bloquants doivent être évités en association avec les inhibiteurs calciques cardiodépresseurs tels que le vérapamil et le diltiazem en raison des effets additifs sur la conduction auriculo-ventriculaire et la fonction ventriculaire.

Diurétiques appauvrissant le potassium: Une hypokaliémie ou une hypomagnésémie peuvent survenir, augmentant le risque de torsade de pointes (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions particulières d’emploi).

Autres médicaments appauvrissant le potassium: L’amphotéricine B (voie intraveineuse), les corticostéroïdes (administration systémique) et certains laxatifs peuvent également être associés à une hypokaliémie; les taux de potassium doivent être surveillés et corrigés de façon appropriée lors de l’administration concomitante de sotalol.

Clonidine: Les médicaments bêta-bloquants peuvent potentialiser l’hypertension rebond parfois observée après l’arrêt de la clonidine; par conséquent, le bêta-bloquant doit être arrêté lentement plusieurs jours avant l’arrêt progressif de la clonidine.

Digitales glycosides: Les doses uniques et multiples de sotalol n’affectent pas significativement les niveaux sériques de digoxine. Les événements proarythmiques étaient plus fréquents chez les patients traités au sotalol recevant également des glycosides digitaliques; Cependant, cela peut être lié à la présence de CHF, un facteur de risque connu de proarythmie, chez les patients recevant des glycosides digitaliques. Association de glycosides digitaliques avec des bêta-bloquants peut augmenter le temps de conduction auriculo-ventriculaire.

Agents appauvrissant la catécholamine: L’utilisation concomitante de médicaments qui appauvrissent la catécholamine, comme la réserpine, la guanéthidine ou l’alpha méthyldopa, avec un bêta-bloquant peut entraîner une réduction excessive du tonus nerveux sympathique au repos. Les patients doivent être étroitement surveillés afin de détecter tout signe d’hypotension et / ou de bradycardie marquée susceptible de provoquer une syncope.

Insuline et hypoglycémiants oraux: Une hyperglycémie peut survenir et la posologie de médicaments antidiabétiques peut nécessiter un ajustement. Les symptômes d’hypoglycémie (tachycardie) peuvent être masqués par des agents bêta-bloquants.

Les inhibiteurs neuromusculaires tels que la tubocurarine: Le blocage neuromusculaire est prolongé par des bêta-bloquants.

Stimulants bêta-2-récepteurs: Les patients ayant besoin de bêta-agonistes ne devraient normalement pas recevoir de sotalol. Cependant, si un traitement concomitant est nécessaire, les bêta-agonistes peuvent devoir être administrés à des doses plus élevées.

Interaction médicament / laboratoire: La présence de sotalol dans l’urine peut entraîner des taux faussement élevés de métanéphrine urinaire mesurés par des méthodes photométriques. Les patients suspectés d’avoir un phéochromocytome et qui sont traités avec du sotalol doivent faire dépister leur urine en utilisant le test HPLC avec extraction en phase solide.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Les études chez l’animal avec le chlorhydrate de sotalol n’ont montré aucun signe de tératogénicité ou d’autres effets nocifs sur le fœtus. Bien qu’il n’y ait pas d’études adéquates et bien contrôlées chez les femmes enceintes, il a été démontré que le chlorhydrate de sotalol traverse le placenta et se trouve dans le liquide amniotique. Les bêta-bloquants réduisent la perfusion placentaire, ce qui peut entraîner la mort fœtale intra-utérine, l’accouchement prématuré et prématuré. En outre, des effets indésirables (en particulier une hypoglycémie et une bradycardie) peuvent survenir chez le fœtus et le nouveau-né. Il y a un risque accru de complications cardiaques et pulmonaires chez le nouveau-né au cours de la période postnatale. Par conséquent, le sotalol ne doit être utilisé pendant la grossesse que si les avantages potentiels l’emportent sur les risques possibles pour le fœtus. Le nouveau-né doit être surveillé très attentivement 48 à 72 heures après l’accouchement s’il n’est pas possible d’interrompre le traitement maternel avec du sotalol 2 à 3 jours avant la date de naissance.

Allaitement maternel

La plupart des bêta-bloquants, en particulier les composés lipophiles, passent dans le lait maternel, bien que dans une mesure variable. L’allaitement n’est donc pas recommandé lors de l’administration de ces composés.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il n’y a pas de données disponibles, mais la survenue occasionnelle d’effets secondaires tels que vertiges et fatigue doit être prise en compte (voir rubrique 4.8 Effets indésirables).

4.8 Effets indésirables

Le sotalol est bien toléré chez la majorité des patients, les effets indésirables les plus fréquents étant dus à ses propriétés bêta-bloquantes. Les effets indésirables sont généralement de nature transitoire et nécessitent rarement une interruption ou un retrait du traitement. Ceux-ci incluent la dyspnée, la fatigue, le vertige, le mal de tête, la fièvre, la bradycardie excessive et / ou l’hypotension. Si elles se produisent, ils disparaissent généralement lorsque la posologie est réduite. Les effets indésirables les plus importants sont cependant ceux dus à la proarythmie, y compris les torsades de pointes (voir rubrique 4.4).

La fréquence est définie selon la convention suivante: très fréquent (≥ 1/10), commun (≥ 1/100, <1/10), rare (≥ 1/1 000, <1/100), rare (≥ 1/10 000, <1/1 000), très rare (<1/10 000), y compris les cas isolés. Les événements indésirables suivants sont considérés comme liés au traitement par Sotalol:

System Organ Class

Commun

Troubles cardiaques

Bradycardie

Dyspnée

Douleur de poitrine

Palpitations

Œdème

Électrocardiogramme anormal

Hypotension

Arythmie

Syncope

Presyncope

Insuffisance cardiaque

Peau et trouble des tissus sous-cutanés

Téméraire

Trouble gastro-intestinal

La nausée

Vomissement

La diarrhée

Dyspepsie

Douleur abdominale

Flatulence

Troubles musculo-squelettiques, du tissu conjonctif et des os

Spasmes musculaires

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Vertiges

Fatigue

Asthénie

L’étourdissement

Paresthésie

Dysgueusie

Troubles psychiatriques

Troubles du sommeil

Humeur altérée

Dépression

Anxiété

Système reproducteur et troubles mammaires

Dysfonction sexuelle

Troubles oculaires

Perturbation visuelle

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Troubles auditifs

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Pyrexie

Dans les essais cliniques, 3256 patients souffrant d’arythmies cardiaques (1363 avec tachycardie ventriculaire soutenue) ont reçu du Sotalol par voie orale, dont 2451 ont reçu le médicament pendant au moins deux semaines.

Les événements indésirables les plus significatifs ont été des torsades de pointes et d’autres nouvelles arythmies ventriculaires graves (voir rubrique 4.4), survenues aux fréquences suivantes:

Populations de patients

VT / VF

(n = 1 363)

NSVT / PVC

(n = 946)

SVA

(n = 947)

Torsade de Pointes

4,1%

1,0%

1,4%

VT / VF soutenu

1,2%

0,7%

0,3%

VT = tachycardie ventriculaire, VF = fibrillation ventriculaire, NSVT = tachycardie ventriculaire non soutenue, PVC = contraction ventriculaire prématurée, VVA = arythmie supraventriculaire.

Dans l’ensemble, l’arrêt du traitement en raison d’effets indésirables inacceptables était nécessaire chez 18% de tous les patients dans les essais d’arythmie cardiaque. Les événements indésirables les plus fréquents entraînant l’arrêt du traitement par Sotacor sont énumérés dans le tableau ci-dessous:

-fatigue

4%

-bradycardie (<50 bpm)

3%

-dyspnée

3%

-proarrythmie

2%

-asthénie

2%

-vertiges

2%

Des extrémités froides et cyanosées, le phénomène de Raynaud, une augmentation de la claudication intermittente et des yeux secs ont été observés en association avec d’autres bêta-bloquants.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Un surdosage intentionnel ou accidentel avec le sotalol a rarement entraîné la mort. L’hémodialyse entraîne une réduction importante des taux plasmatiques de sotalol.

Symptômes et traitement du surdosage: Les signes les plus fréquents sont la bradycardie, l’insuffisance cardiaque congestive, l’hypotension, le bronchospasme et l’hypoglycémie. En cas de surdosage intentionnel massif (2-16 g) de sotalol, les signes cliniques suivants ont été observés: hypotension, bradycardie, allongement de l’intervalle QT, complexes ventriculaires prématurés, tachycardie ventriculaire, torsades de pointes.

En cas de surdosage, le traitement par sotalol doit être interrompu et le patient doit être étroitement surveillé. De plus, si nécessaire, les mesures thérapeutiques suivantes sont suggérées:

Bradycardie Atropine (0,5 à 2 mg IV), un autre médicament anticholinergique, un agoniste bêta-adrénergique (isoprénaline, 5 microgrammes par minute, jusqu’à 25 microgrammes, par injection IV lente) ou stimulation cardiaque transveineuse.

Bloc cardiaque (deuxième et troisième degré) stimulation cardiaque transveineuse.

Hypotension L’ adrénaline plutôt que l’isoprénaline ou la noradrénaline peut être utile, en fonction des facteurs associés.

Bronchospasme Aminophylline ou stimulant de bêta-2-récepteurs d’aérosol.

Torsades de pointes DC cardioversion, stimulation cardiaque transveineuse, adrénaline et / ou sulfate de magnésium.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Bêta-bloquants, code ATC: C07AA07.

Le D, l-sotalol est un agent bloquant des récepteurs ß-adrénergiques hydrophiles non sélectifs, dépourvu d’activité sympathomimétique intrinsèque ou d’activité de stabilisation de la membrane.

Le sotalol présente à la fois un effet antiarythmique bêta-adrénergique (Vaughan Williams Classe II) et une prolongation de la durée du potentiel cardiaque (Vaughan Williams Classe III). Le Sotalol n’a aucun effet connu sur la vitesse ascendante et donc aucun effet sur la phase de dépolarisation.

Le sotalol prolonge uniformément la durée du potentiel d’action dans les tissus cardiaques en retardant la phase de repolarisation. Ses principaux effets sont la prolongation des périodes réfractaires auriculaires, ventriculaires et accessoires.

Les propriétés de classe II et III peuvent être réfléchies sur l’électrocardiogramme de surface par un allongement des intervalles PR, QT et QTc (QT corrigé pour la fréquence cardiaque) sans modification significative de la durée du QRS.

Les isomères d et l du sotalol ont des effets antiarythmiques de classe III similaires tandis que l’isomère 1 est responsable de pratiquement toute l’activité bêta-bloquante. Bien qu’un bêta-blocage significatif puisse se produire à des doses orales aussi faibles que 25 mg, les effets de Classe III sont habituellement observés à des doses quotidiennes supérieures à 160 mg.

Son activité bloquante β-adrénergique entraîne une réduction de la fréquence cardiaque (effet chronotrope négatif) et une réduction limitée de la force de contraction (effet inotrope négatif). Ces changements cardiaques réduisent la consommation d’oxygène myocardique et le travail cardiaque. Comme les autres β-bloquants, le sotalol inhibe la libération de rénine. L’effet suppresseur de la rénine du sotalol est significatif à la fois au repos et pendant l’exercice. Comme les autres agents bloquants bêta-adrénergiques, le sotalol entraîne une réduction graduelle mais significative des pressions artérielles systolique et diastolique chez les patients hypertendus. Le contrôle de la pression artérielle sur vingt-quatre heures est maintenu en position couchée et en position couchée avec une seule dose quotidienne.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

La biodisponibilité du sotalol par voie orale est essentiellement complète (supérieure à 90%). Après l’administration orale, les niveaux maximaux sont atteints en 2,5 à 4 heures, et les niveaux de plasma à l’état d’équilibre sont atteints en 2-3 jours. L’absorption est réduite d’environ 20% lorsqu’il est administré avec un repas standard, par rapport aux conditions à jeun. Au cours de la gamme de dosage 40-640 mg / jour sotalol affiche la proportionnalité de la dose par rapport aux niveaux de plasma. La distribution se produit dans un compartiment central (plasma) et un compartiment périphérique, avec une demi-vie d’élimination de 10-20 heures. Le sotalol ne se lie pas aux protéines plasmatiques et n’est pas métabolisé. Il y a très peu de variabilité inter-sujets dans les taux plasmatiques. Sotalol traverse mal la barrière hémato-encéphalique, avec des concentrations de liquide céphalorachidien seulement 10% de ceux dans le plasma. La principale voie d’élimination est l’excrétion rénale. Environ 80 à 90% d’une dose est excrétée sous forme inchangée dans l’urine, tandis que le reste est excrété dans les fèces. Des doses plus faibles sont nécessaires en cas d’insuffisance rénale (voir rubrique 4.2 Posologie et mode d’administration). L’âge n’altère pas significativement la pharmacocinétique, bien que l’altération de la fonction rénale chez les patients gériatriques puisse diminuer le taux d’excrétion, entraînant une accumulation accrue de médicament.

5.3 Données de sécurité précliniques

Pas d’autres détails.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose

Amidon de maïs

Glycolate d’amidon sodique (type A)

Stéarate de magnésium

Hydroxypropylcellulose

Silice colloïdale anhydre

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable

6.3 Durée de conservation

3 années

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C. Stocker dans l’emballage d’origine.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées constituées d’un film de PVC blanc opaque recouvert de PVdC sur la face interne avec un support en feuille d’aluminium.

En paquets de 7, 14, 21, 28, 56 ou 100 comprimés.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigence particulière.

7. Titulaire de l’autorisation

Accord Healthcare Limited

Maison Sage, 319 Pinner Road

North Harrow, Middlesex, HA1 4HF

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 20075/0292

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

02/03/09

10. Date de révision du texte

26/06/2017