Comprimés besavar xl 10mg


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Comprimés Besavar XL 10mg

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé contient 10 mg de chlorhydrate d’alfuzosine dans une formulation à libération prolongée.

Pour une liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Comprimés à libération prolongée.

Rond, biconvexe trois couches de comprimés; une couche blanche entre 2 couches jaunes.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Traitement des symptômes fonctionnels de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP).

Pour des informations sur l’utilisation en rétention urinaire aiguë (RAU) liée à l’HBP, voir les sections 4.2 et 5.1.

4.2 Posologie et mode d’administration

Les comprimés Besavar XL doivent être avalés entiers.

HBP: La dose recommandée est de un comprimé de 10 mg à prendre une fois par jour après un repas.

AUR: Chez les patients de 65 ans et plus, un comprimé de 10 mg par jour après un repas doit être pris dès le premier jour de la cathétérisation. Le traitement doit être administré pendant 3-4 jours, 2-3 jours pendant le cathétérisme et 1 jour après son retrait. Dans cette indication, aucun bénéfice n’a été établi chez les patients de moins de 65 ans ou si le traitement est prolongé au-delà de 4 jours.

Population pédiatrique

L’efficacité de l’alfuzosine n’a pas été démontrée chez les enfants âgés de 2 à 16 ans (voir rubrique 5.1). Par conséquent, l’alfuzosine n’est pas indiquée pour une utilisation dans la population pédiatrique.

4.3 Contre-indications

• Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

• Antécédent d’hypotension orthostatique.

• Combinaison avec d’autres bloqueurs des récepteurs alpha-1.

• Insuffisance hépatique.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Avertissements

Le syndrome de l’iris hypothalamique peropératoire (IFIS, une variante du syndrome de la petite pupille) a été observé pendant la chirurgie de la cataracte chez certains patients traités ou précédemment traités avec des alpha-1 bloqueurs. Bien que le risque de cet événement avec l’alfuzosine semble très faible, les chirurgiens ophtalmiques doivent être informés avant la chirurgie de la cataracte de l’utilisation actuelle ou partielle des alpha-1-bloquants, car IFIS peut entraîner des complications procédurales accrues. Les ophtalmologistes devraient être préparés à d’éventuelles modifications de leur technique chirurgicale.

Comme avec tous les alpha-1bloquants chez certains sujets, en particulier les patients recevant des antihypertenseurs ou des nitrates, une hypotension orthostatique avec ou sans symptômes (vertiges, fatigue, transpiration) peut survenir dans les quelques heures suivant l’administration. Dans ce cas, le patient doit s’allonger jusqu’à la disparition complète des symptômes. Ces effets sont transitoires, se produisent au début du traitement et n’empêchent généralement pas la poursuite du traitement. Une baisse marquée de la pression artérielle a été rapportée après la commercialisation chez des patients présentant des facteurs de risque préexistants (tels que des maladies cardiaques sous-jacentes et / ou un traitement concomitant par un médicament antihypertenseur, voir rubrique 4.8). Le risque de développer une hypotension et des effets indésirables associés peut être plus important chez les patients âgés. Le patient doit être averti de la survenance éventuelle de tels événements.

Comme avec tous les inhibiteurs des récepteurs alpha1, l’alfuzosine doit être utilisé avec prudence chez les patients présentant une insuffisance cardiaque aiguë.

Les patients présentant un allongement de l’intervalle QTc congénital, ayant des antécédents connus d’allongement de l’intervalle QTc acquis ou prenant des médicaments connus pour allonger l’intervalle QTc, doivent être évalués avant et pendant l’administration d’alfuzosine.

Des érections prolongées et le priapisme ont été rapportés avec des alpha-1 bloquants, y compris l’alfuzosine, après commercialisation. Si le priapisme n’est pas traité immédiatement, il peut entraîner des lésions du tissu pénien et une perte permanente de puissance. Le patient doit donc immédiatement demander une assistance médicale (voir rubrique 4.8).

Précautions

Des précautions doivent être prises lorsque l’alfuzosine est administrée à des patients qui ont eu une réponse hypotensive prononcée à un autre alpha 1-bloquant. Le traitement doit être instauré progressivement chez les patients présentant une hypersensibilité aux alpha-1-bloquants. Les comprimés Besavar XL 10 mg doivent être administrés avec prudence aux patients traités par des médicaments antihypertenseurs ou des dérivés nitrés (voir rubrique 4.5). La pression artérielle doit être surveillée régulièrement, en particulier au début du traitement.

Chez les patients coronariens, le traitement spécifique de l’insuffisance coronarienne doit être poursuivi. Si l’angine de poitrine réapparaît ou s’aggrave, Besavar XL doit être arrêté.

En l’absence de données cliniques de sécurité chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine <30 ml / min), les comprimés Besavar XL 10 mg ne doivent pas être administrés à ce groupe de patients.

Les patients doivent être avertis que le comprimé doit être avalé entier. Tout autre mode d’administration, tel que le broyage, l’écrasement, la mastication, le broyage ou le pilage en poudre, devrait être interdit. Ces actions peuvent entraîner une libération et une absorption inappropriées du médicament et, par conséquent, des réactions indésirables précoces possibles.

Les comprimés Besavar XL 10mg contiennent de l’huile de ricin hydrogénée qui peut causer des maux d’estomac et de la diarrhée.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Combinaisons contre-indiquées:

• Bloqueurs des récepteurs alpha-1 (voir rubrique 4.3 Contre-indications).

Combinaisons à prendre en compte:

• Antihypertenseurs (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

• Nitrates (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi).

• Les inhibiteurs puissants du CYP3A4, tels que le kétoconazole, l’itraconazole et le ritonavir, étant donné que les concentrations sanguines sont augmentées.

L’administration d’anesthésiques généraux à des patients traités par Besavar XL 10 mg peut provoquer une hypotension profonde. Il est recommandé de retirer les comprimés 24 heures avant la chirurgie.

Autres formes d’interaction

Aucune interaction pharmacodynamique ou pharmacocinétique n’a été observée chez des volontaires sains entre l’alfuzosine et les médicaments suivants: warfarine, digoxine, hydrochlorothiazide et aténolol.

4.6 Grossesse et allaitement

En raison du type d’indication, cette section ne s’applique pas.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Il n’y a pas de données disponibles sur l’effet sur la conduite des véhicules. Les effets indésirables tels que le vertige, le vertige et l’asthénie peuvent survenir essentiellement au début du traitement. Ceci doit être pris en compte lors de la conduite de véhicules et de l’utilisation de machines.

4.8 Effets indésirables

Classification des fréquences attendues:

Très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1000 à <1/100), rare (≥1 / 10.000 à <1/1000), très rare (<1/10 000), inconnu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Troubles cardiaques

Peu fréquent: tachycardie

Très rare: nouvelle apparition, aggravation ou récurrence de l’angine de poitrine chez les patients présentant une maladie coronarienne préexistante (voir rubrique 4.4.)

Inconnu: fibrillation auriculaire

Les troubles oculaires

Peu fréquent: vision anormale

Fréquence indéterminée : syndrome de l’iris souple peropératoire (voir rubrique 4.4)

Troubles généraux et conditions du site d’administration

Fréquent: asthénie

Peu fréquent: œdème, douleur thoracique

Troubles gastro-intestinaux

Fréquent: nausée, douleur abdominale

Peu fréquent: diarrhée

Inconnu: vomissement

Troubles hépatobiliaires

Fréquence indéterminée : lésion hépatocellulaire, maladie hépatique cholestatique

Troubles du système nerveux

Fréquent: faiblesse / étourdissements, maux de tête

Peu fréquent: syncope, vertige, somnolence

Système reproducteur et troubles mammaires

Inconnu: priapisme

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Peu fréquent: rhinite

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Peu fréquent: éruption cutanée, prurit

Très rare: urticaire, angiœdème

Troubles vasculaires

Peu fréquent: hypotension (posturale), rougeur

Troubles du système sanguin et lymphatique

Fréquence indéterminée : neutropénie, thrombocytopénie

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament.

Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

En cas de surdosage, le patient doit être hospitalisé, maintenu en décubitus dorsal et un traitement conventionnel d’hypotension doit être instauré.

En cas d’hypotension significative, le traitement correctif approprié peut être un vasoconstricteur qui agit directement sur les fibres musculaires vasculaires.

L’alfuzosine n’est pas dialysable en raison de son haut degré de liaison aux protéines.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

L’alfuzosine est un dérivé de quinazoline actif par voie orale. C’est un antagoniste sélectif à action périphérique des α 1 -adrénocepteurs postsynaptiques.

Des études pharmacologiques in vitro ont documenté la sélectivité de l’alfuzosine pour les alpha 1 -adrénorécepteurs situés dans la prostate, la base vésicale et l’urètre prostatique.

Les manifestations cliniques de l’hypertrophie prostatique bénigne sont associées à une obstruction infra-vésicale déclenchée à la fois par des facteurs anatomiques (statiques) et fonctionnels (dynamiques). Le composant fonctionnel de l’obstruction provient de la tension du muscle lisse prostatique qui est médiée par les récepteurs α-adrénergiques. L’activation des adrénocepteurs α 1 stimule la contraction des muscles lisses, augmentant ainsi le tonus de la prostate, de la capsule prostatique, de l’urètre prostatique et de la base de la vessie, augmentant par conséquent la résistance à l’écoulement vésical. Ceci conduit à son tour à une obstruction de l’écoulement et à une possible instabilité secondaire de la vessie.

L’alpha-blocage diminue l’obstruction infra-vésicale par une action directe sur le muscle lisse prostatique.

In vivo , des études chez l’animal ont montré que l’alfuzosine diminue la pression urétrale et donc la résistance à l’écoulement de l’urine pendant la miction. De plus, l’alfuzosine inhibe plus facilement la réponse hypertonique de l’urètre que celle du muscle vasculaire et montre une urosélectivité fonctionnelle chez les rats normotendus conscients en diminuant la pression urétrale à des doses qui n’affectent pas la tension artérielle.

Chez l’homme, l’alfuzosine améliore les paramètres d’évacuation en réduisant le tonus urétral et la résistance de la vessie, et facilite la vidange de la vessie.

Dans les études contrôlées par placebo chez les patients atteints d’HBP, l’alfuzosine:

• augmente significativement le débit de pointe (Qmax) chez les patients avec Qmax ≤ 15 ml / s en moyenne 30%. Cette amélioration est observée dès la première dose,

• réduit significativement la pression du detrusor et augmente le volume, produisant un fort désir d’annulation,

• réduit significativement le volume d’urine résiduel.

De plus, il a été démontré que l’efficacité de l’alfuzosine à 10 mg par jour sur le débit de pointe et l’effet limité sur la pression artérielle est liée à son profil pharmacocinétique. De plus, l’efficacité sur le débit de pointe est maintenue jusqu’à 24 heures après l’ingestion.

Ces effets urodynamiques favorables conduisent à une amélioration des symptômes du tractus urinaire inférieur ie. remplissage (irritant) ainsi que des symptômes d’obstruction (obstruction).

L’alfuzosine peut provoquer des effets antihypertenseurs modérés.

Une fréquence plus faible de rétention urinaire aiguë est observée chez le patient traité par l’alfuzosine que chez le patient non traité.

AUR (lié à BPH):

Dans l’étude ALFAUR, l’effet de l’alfuzosine sur le retour de la miction normale a été évalué chez 357 hommes de plus de 50 ans, avec un premier épisode de rétention urinaire aiguë (RAU) lié à l’HBP. Dans cette étude multicentrique, randomisée en double aveugle et en parallèle, comparant l’alfuzosine 10 mg / jour et le placebo, l’évaluation de la miction a été réalisée 24 heures après l’ablation du cathéter, le matin après 2-3 jours de traitement.

Chez les hommes âgés de 65 ans et plus, l’alfuzosine a significativement augmenté le taux de succès de la miction spontanée après le retrait du cathéter – voir le tableau. Aucun bénéfice n’a été établi chez les patients de moins de 65 ans ou si le traitement est prolongé au-delà de 4 jours.

Étude ALFAUR: Pourcentage de patients (population ITT) ayant réussi à annuler l’ablation post-cathéter

Âge

Placebo

N (%)

Alfuzosin

N (%)

Différence relative vs placebo

95% CI

valeur p

65 ans et plus

30 (35,7%)

88 (56,1%)

1,57 (1,14-2,16)

0,003

Au-dessous de 65 ans

28 (75,7%)

58 (73,4%)

0,97 (0,77-1,22)

0,80

Tous les patients (50 ans et plus)

58 (47,8%)

146 (61,9%)

1,29 (1.04-1.60)

0,012

Population pédiatrique

L’alfuzosine n’est pas indiquée dans la population pédiatrique (voir rubrique 4.2).

L’efficacité du chlorhydrate d’alfuzosine n’a pas été démontrée dans les deux études menées chez 197 patients âgés de 2 à 16 ans présentant une pression de fuite du détrusor élevée (LPP≥40cm H 2 0) d’origine neurologique. Les patients ont été traités avec du chlorhydrate d’alfuzosine 0,1 mg / kg / jour ou 0,2 mg / kg / jour en utilisant des formulations pédiatriques adaptées.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Formulation à libération prolongée:

La valeur moyenne de la biodisponibilité relative est de 104,4% par rapport à la formulation à libération immédiate (2,5 mg tid) chez des volontaires sains d’âge moyen et la concentration plasmatique maximale est atteinte 9 heures après l’administration contre 1 heure pour la formulation à libération immédiate.

La demi-vie d’élimination apparente est de 9,1 heures.

Des études ont montré que des profils pharmacocinétiques uniformes sont obtenus lorsque le produit est administré après un repas.

Dans les conditions d’alimentation, les valeurs Cmax et Ctrough moyennes sont respectivement de 13,6 (SD = 5,6) et de 3,1 (SD = 1,6) ng / ml. L’ASC0-24 moyenne est de 194 (SD = 75) ng.h / ml. Un plateau de concentration est observé de 3 à 14 heures avec des concentrations supérieures à 8,1 ng / ml (Cav) pendant 11 heures.

Par rapport aux volontaires sains d’âge moyen, les paramètres pharmacocinétiques (Cmax et ASC) ne sont pas augmentés chez les patients âgés.

Comparativement aux sujets ayant une fonction rénale normale, les valeurs moyennes de la Cmax et de l’ASC sont modérément augmentées chez les patients atteints d’insuffisance rénale, sans modification de la demi-vie d’élimination apparente. Cette modification du profil pharmacocinétique n’est pas considérée comme cliniquement pertinente. Par conséquent, cela ne nécessite pas d’ajustement de dosage.

La liaison de l’alfuzosine aux protéines plasmatiques est d’environ 90%. L’alfuzosine subit un métabolisme important par le foie, avec seulement 11% du composé d’origine excrété sous forme inchangée dans l’urine. La majorité des métabolites (inactifs) sont excrétés dans les fèces (75 à 91%).

Le profil pharmacocinétique de l’alfuzosine n’est pas affecté par l’insuffisance cardiaque chronique.

5.3 Données de sécurité précliniques

Aucune donnée de pertinence thérapeutique.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Ethylcellulose

L’huile de ricin hydrogénée

Hypromellose

Oxyde de fer jaune (E172)

Stéarate de magnésium

La cellulose microcristalline

Povidone

Silice colloïdale hydratée

Mannitol.

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

3 années.

6.4 Précautions particulières de conservation

Pas de précautions spéciales pour le stockage.

Stocker dans le récipient d’origine.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Boîtes de 10, 30, 50, 100 et 500 comprimés en plaquettes thermoformées en PVC / feuille.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières

7. Titulaire de l’autorisation

Winthrop Pharmaceuticals Royaume-Uni Limitée

Une rue Onslow

Guildford

Surrey

GU1 4YS

Royaume-Uni

Trading en tant que

Winthrop Pharmaceuticals, Boîte postale 611, Guildford, Surrey, GU1 4YS

Ou

Zentiva, rue One Onslow, Guildford, Surrey, GU1 4YS, Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 17780/0221

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

10 mai 2006

10. Date de révision du texte

16/06/2017