Cilest 35/250 microgrammes comprimés pelliculés


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Cilest 35/250 microgrammes comprimés pelliculés

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque comprimé pelliculé contient 0,25 mg de norgestimate et 0,035 mg d’éthinylestradiol.

Excipients avec des effets connus:

Lactose monohydraté 57,065 mg, voir section 4.4

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1

3. Forme pharmaceutique

Comprimé pelliculé

Comprimé enrobé bleu, rond, biconvexe, portant l’inscription «0 250» d’un côté et «35» de l’autre.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Contraception féminine.

La décision de prescrire Cilest devrait prendre en considération les facteurs de risque actuels de la femme, en particulier ceux de la thromboembolie veineuse (TEV), et comment le risque de TEV avec CILEST est comparé aux autres contraceptifs hormonaux combinés (CCH) (voir rubriques 4.3 et 4.4).

4.2 Posologie et mode d’administration

Pour l’administration orale.

4.2.1 Adultes

Comment prendre Cilest

Un comprimé est pris tous les jours à la même heure (de préférence le soir) sans interruption pendant 21 jours, suivi d’une pause de 7 jours sans comprimés. Chaque paquet suivant est démarré après que les 7 jours sans comprimés se soient écoulés. Des précautions contraceptives supplémentaires ne sont alors pas nécessaires. Pendant la période sans comprimés, on peut s’attendre à un saignement, qui commence généralement 2 à 4 jours après le dernier comprimé.

Début du traitement

Il est préférable que l’ingestion de comprimés du premier sachet soit commencée jusqu’au 5ème jour inclusivement des menstruations, auquel cas aucune précaution contraceptive supplémentaire n’est nécessaire.

Cilest peut être commencé à tout autre moment, si la grossesse peut raisonnablement être exclue. Dans ce cas, des précautions contraceptives supplémentaires doivent être prises pendant les 7 premiers jours de prise du comprimé.

Passer d’un autre contraceptif

Méthodes hormonales: Cilest peut être commencé immédiatement si le patient a utilisé la méthode hormonale actuelle de manière cohérente et correcte, ou si la grossesse peut raisonnablement être exclue. Il n’y a pas besoin d’attendre la prochaine menstruation. Des précautions contraceptives supplémentaires ne sont pas nécessaires.

Méthodes non hormonales : Si Cilest est commencé après les 5 premiers jours de la menstruation, des précautions contraceptives supplémentaires sont nécessaires pour les 7 prochains jours.

Administration post-partum

Après l’accouchement par voie basse, l’administration de contraceptifs oraux aux mères qui n’allaitent pas peut être commencée 21 jours après l’accouchement à condition que le patient soit complètement ambulatoire et qu’il n’y ait pas de complications puerpérales. Aucune précaution contraceptive supplémentaire n’est requise. Si l’administration post-partum commence plus de 21 jours après l’accouchement, des précautions contraceptives supplémentaires sont nécessaires pour les 7 premiers jours de la prise du comprimé.

Si les rapports sexuels ont eu lieu post-partum, l’utilisation de contraceptifs oraux devrait être retardée jusqu’au premier jour de la première période menstruelle.

Pour plus d’informations sur les mères qui allaitent, voir rubrique 4.6.

Utilisez après un avortement ou une fausse couche

Après un avortement ou une fausse couche qui survient avant la 24e semaine de gestation, les contraceptifs oraux peuvent être commencés immédiatement. Une méthode supplémentaire de contraception n’est pas nécessaire.

Après un avortement provoqué ou spontané qui survient à ou après la 24e semaine de gestation, les contraceptifs hormonaux peuvent être commencés le jour 21 après l’avortement ou le premier jour de la première menstruation spontanée, selon la première éventualité. Aucune précaution contraceptive supplémentaire n’est requise.

Pour passer une période

Pour passer une période, un nouveau pack de Cilest doit être démarré le jour suivant la fin du pack actuel (le patient saute les jours sans comprimés). La prise de comprimés doit être poursuivie de la manière habituelle.

Pendant l’utilisation de la deuxième plaquette, elle peut présenter de légers saignements ou des saignements intermenstruels, mais la protection contraceptive ne sera pas diminuée à condition qu’il n’y ait pas d’omission de comprimé.

Le prochain paquet de Cilest est commencé après les 7 jours sans comprimés habituels, que la période soit complètement terminée ou non.

Fiabilité réduite

Lorsque Cilest est pris selon les instructions d’utilisation, la survenue d’une grossesse est hautement improbable. Cependant, la fiabilité des contraceptifs oraux peut être réduite dans les circonstances suivantes:

(i) Tablettes manquées

Si la patiente oublie de prendre un comprimé ou si une nouvelle bandelette est mise en route avec un jour de retard, elle doit le prendre dès qu’elle s’en souvient et prendre la suivante à l’heure habituelle. Cela peut signifier que deux comprimés sont pris en une journée. Aucune précaution contraceptive supplémentaire n’est requise. Si plus d’un comprimé est manqué ou si une nouvelle bandelette est mise en route avec plus d’un jour de retard, elle doit prendre le dernier comprimé manqué dès qu’elle s’en souvient mais laisser les autres comprimés manqués dans la bandelette. Elle doit continuer à prendre le reste de la bandelette comme d’habitude, mais doit prendre des précautions supplémentaires (par exemple, préservatif, diaphragme et spermicide) pendant les 7 prochains jours.

Si les comprimés sont manquants:

En semaine 1

Si des rapports sexuels non protégés ont eu lieu, l’utilisation de la contraception d’urgence devrait être envisagée. La pause habituelle de 7 jours peut être laissée avant de commencer la prochaine bande.

En semaine 2

La pause habituelle de 7 jours peut être laissée avant de commencer la prochaine bande.

En semaine 3

Lorsque la bande est terminée, la bande suivante doit être démarrée le lendemain sans interruption. Si le saignement de retrait ne se produit pas à la fin de la deuxième bandelette, un test de grossesse doit être effectué.

(ii) Vomissements ou diarrhée

Si une patiente vomit dans les deux heures qui suivent la prise d’un comprimé, elle doit prendre un autre comprimé sur une bandelette de rechange.

Si des vomissements sévères ou de la diarrhée persistent pendant plus d’une journée, elle doit suivre la procédure pour les comprimés oubliés (et continuer à prendre les comprimés si elle le peut).

4.2.2.Emplètement :

L’utilisation de ce produit n’est pas indiquée chez les femmes ménopausées.

4.2.3.Enfants :

L’utilisation de ce produit avant la ménarche n’est pas indiquée

4.3 Contre-indications

– Présence ou risque de thromboembolie veineuse (TEV)

o Thromboembolie veineuse – ETEV (sur les anticoagulants) ou antécédents de (par exemple, thrombose veineuse profonde [TVP] ou embolie pulmonaire [EP])

o Prédisposition héréditaire ou acquise connue pour thromboembolie veineuse, telle que la résistance à l’APC (y compris le facteur V Leiden), la déficience en antithrombine-III, la carence en protéine C, la carence en protéine S (voir rubrique 4.4)

o Chirurgie majeure avec immobilisation prolongée (voir rubrique 4.4)

o Un risque élevé de thromboembolie veineuse dû à la présence de multiples facteurs de risque (voir rubrique 4.4)

– Présence ou risque de thromboembolie artérielle (ATE)

o Thromboembolie artérielle – thromboembolie artérielle actuelle, antécédents de thromboembolie artérielle (par exemple, infarctus du myocarde) ou d’état prodromique (par exemple angine de poitrine)

o Maladie cérébrovasculaire – accident vasculaire cérébral en cours, antécédent d’accident vasculaire cérébral ou d’état prodromique (par exemple, accident ischémique transitoire, AIT)

o Prédisposition héréditaire ou acquise connue pour thromboembolie artérielle, telle que l’hyperhomocystéinémie et les anticorps antiphospholipides (anticardiolipine-anticorps, lupus anticoagulant)

o Histoire de la migraine avec des symptômes neurologiques focaux

o Un risque élevé de thromboembolie artérielle dû à de multiples facteurs de risque (voir rubrique 4.4) ou à la présence d’un facteur de risque grave tel que:

– diabète sucré avec symptômes vasculaires

– hypertension sévère

– dyslipoprotéinémie sévère

– Maladie hépatique aiguë ou chronique, y compris l’hépatite (virale ou non-virale) ou une cirrhose sévère, ou des antécédents de ces conditions jusqu’à 3 mois au moins après le retour à la normale de la fonction hépatique anormale; adénomes hépatiques ou carcinomes.

– Carcinome connu ou suspecté du sein.

– Hypersensibilité aux substances actives ou à l’un des excipients mentionnés dans la rubrique 6.1.

– Chez les patients recevant des associations médicamenteuses avec le paritaprévir / ritonavir, l’ombitasvir et / ou le dasabuvir en raison du risque d’élévation des taux d’ALT (voir rubrique 4.5).

Si l’une de ces conditions survient pour la première fois pendant l’utilisation de Cilest, les comprimés doivent être arrêtés immédiatement.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Avertissements

Si l’une des conditions / facteurs de risque mentionnés ci-dessous est présent, l’aptitude de Cilest doit être discutée avec la femme.

En cas d’aggravation ou d’apparition de l’une de ces affections ou de ces facteurs de risque, il est conseillé à la patiente de contacter son médecin afin de déterminer si l’utilisation de Cilest doit être interrompue.

Exclure la probabilité de grossesse avant de commencer le traitement.

Les saignements vaginaux non diagnostiqués doivent être étudiés plus en profondeur.

Les niveaux de folate sérique peuvent être diminués par un traitement contraceptif oral. Cela peut avoir une signification clinique si une femme devient enceinte peu de temps après l’arrêt des contraceptifs oraux.

Examen médical / consultation

Avant l’instauration ou la réinstitution de Cilest, un antécédent médical complet (y compris les antécédents familiaux) doit être pris et la grossesse doit être exclue. La pression artérielle doit être mesurée et un examen physique doit être effectué, guidé par les contre-indications (voir rubrique 4.3) et les mises en garde (voir rubrique 4.4).

Il est important d’attirer l’attention de la patiente sur les informations sur les thromboses veineuses et artérielles, y compris le risque de Cilest comparé aux autres CSC, les symptômes de TEV et d’ATE, les facteurs de risque connus et les mesures à prendre en cas de suspicion de thrombose.

La femme devrait également être avisée de lire attentivement la notice de l’utilisateur et de suivre les conseils donnés.

La fréquence et la nature des examens devraient être basées sur des directives de pratique établies et devraient être adaptées à chaque femme.

Les femmes doivent être informées que les contraceptifs oraux NE protègent PAS contre les infections à VIH (SIDA) ou toute autre maladie sexuellement transmissible.

Conditions nécessitant une surveillance

– Les risques théoriques ou prouvés l’emportent généralement sur les avantages de l’utilisation de contraceptifs oraux combinés (COC) dans les conditions énumérées ci-dessous. Par conséquent, la décision de prescrire le COC doit être prise avec un jugement clinique spécialisé.

– Allaitement maternel (voir rubrique 4.6)

– Risque accru de troubles thromboemboliques veineux (voir rubrique 4.3 et «Troubles circulatoires» ci-dessous)

– Hypertension adéquatement contrôlée (valeurs systoliques de base continuellement élevées 140-159 mm Hg ou valeurs diastoliques 90-94 mm Hg)

– Obésité (IMC ≥ 35 kg / m 2 )

– Antécédent de cholestase (liée aux COC), maladie de la vésicule biliaire traitée ou traitée médicalement, porphyrie

– Antécédents de cancer du sein, 5 ans sans maladie.

Troubles circulatoires

Risque de thromboembolie veineuse (TEV)

L’utilisation de tous les CHC augmente le risque de thromboembolie veineuse (TEV) par rapport à l’absence d’utilisation. Les produits contenant du lévonorgestrel, du norgestimate (y compris Cilest) ou de la noréthistérone sont associés au risque le plus faible de TEV. La décision d’utiliser Cilest devrait être prise après une discussion avec la patiente pour s’assurer qu’elle comprend le risque de TEV avec Cilest, comment ses facteurs de risque actuels influencent ce risque et que son risque de TEV est le plus élevé au cours de la première année d’utilisation. Il y a également des preuves que le risque est augmenté lorsqu’un CSC est redémarré après une interruption d’utilisation de 4 semaines ou plus.

Chez les femmes qui n’utilisent pas de CSC et qui ne sont pas enceintes, environ 2 sur 10 000 développeront une TEV sur une période d’un an. Cependant, chez toute femme, le risque peut être beaucoup plus élevé, en fonction de ses facteurs de risque sous-jacents (voir ci-dessous).

On estime que sur 10 000 femmes qui utilisent un CHC contenant du lévonorgestrel, environ 6 développeront une TEV dans une année.

Les données actuelles suggèrent que le risque de TEV associé à l’utilisation de CHC contenant du norgestimate est similaire au risque associé aux CHC contenant du lévonorgestrel.

Ce nombre de TEV par an est inférieur au nombre attendu chez les femmes pendant la grossesse ou la période post-partum.

La TEV peut être fatale dans 1-2% des cas.

Extrêmement rarement, une thrombose a été rapportée chez des utilisateurs de CHC dans d’autres vaisseaux sanguins, par exemple les veines et les artères hépatiques, mésentériques, rénales ou rétiniennes.

Facteurs de risque pour la TEV

Le risque de complications thromboemboliques veineuses chez les utilisatrices de CHC peut augmenter considérablement chez une femme présentant d’autres facteurs de risque, particulièrement s’il existe plusieurs facteurs de risque (voir le tableau).

Cilest est contre-indiqué si une femme présente plusieurs facteurs de risque qui la rendent à risque élevé de thrombose veineuse (voir rubrique 4.3). Si une femme a plus d’un facteur de risque, il est possible que l’augmentation du risque soit supérieure à la somme des facteurs individuels – dans ce cas, son risque total de TEV doit être pris en compte. Si la balance des avantages et des risques est considérée comme négative, un CSC ne devrait pas être prescrit (voir la section 4.3).

Tableau: Facteurs de risque de TEV

Facteur de risque

Commentaire

Obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30 kg / m 2 )

Le risque augmente considérablement à mesure que l’IMC augmente.

Particulièrement important à considérer si d’autres facteurs de risque sont également présents.

Immobilisation prolongée, chirurgie majeure, chirurgie des jambes ou du bassin, neurochirurgie ou traumatisme majeur

Remarque: l’immobilisation temporaire, y compris le transport aérien> 4 heures, peut également constituer un facteur de risque de TEV, en particulier chez les femmes présentant d’autres facteurs de risque

Dans ces situations, il est conseillé de cesser l’utilisation de la pilule (dans le cas d’une chirurgie élective au moins quatre semaines à l’avance) et de ne pas reprendre avant deux semaines après la remobilisation complète. Une autre méthode de contraception doit être utilisée pour éviter une grossesse involontaire.

Un traitement antithrombotique doit être envisagé si Cilest n’a pas été arrêté à l’avance.

Antécédents familiaux positifs (thromboembolie veineuse chez un frère ou une sœur ou un parent, particulièrement à un âge relativement précoce, par exemple avant 50 ans)

Si une prédisposition héréditaire est suspectée, la femme devrait être référée à un spécialiste pour obtenir des conseils avant de décider de l’utilisation d’un CSC.

D’autres conditions médicales associées à la TEV

Cancer, lupus érythémateux disséminé, syndrome urémique hémolytique, maladie inflammatoire chronique de l’intestin (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique) et drépanocytose.

Augmentation de l’âge

Particulièrement au-dessus de 35 ans.

Il n’y a pas de consensus sur le rôle possible des varices et de la thrombophlébite superficielle dans l’apparition ou la progression de la thrombose veineuse.

Le risque accru de thromboembolie pendant la grossesse, et en particulier la période de six semaines de la période puerpérale, doit être pris en compte (pour plus d’informations sur «Grossesse et allaitement», voir rubrique 4.6).

Les symptômes de la TEV (thrombose veineuse profonde et embolie pulmonaire )

En cas de symptômes, les femmes devraient être avisées de consulter un médecin d’urgence et d’informer le professionnel de la santé qu’elle prend un CSC.

• Les symptômes de la thrombose veineuse profonde (TVP) peuvent inclure:

– gonflement unilatéral de la jambe et / ou du pied ou le long d’une veine dans la jambe

– douleur ou sensibilité à la jambe qui peut être ressentie seulement en position debout ou en marchant

– augmentation de la chaleur dans la jambe touchée; peau rouge ou décolorée sur la jambe.

• Les symptômes de l’embolie pulmonaire (EP) peuvent inclure:

– apparition soudaine d’un essoufflement inexpliqué ou d’une respiration rapide

– une toux soudaine pouvant être associée à une hémoptysie

– douleur thoracique aiguë

– vertiges sévères ou vertiges

– rythme cardiaque rapide ou irrégulier.

Certains de ces symptômes (p. Ex. Essoufflement, toux) ne sont pas spécifiques et pourraient être interprétés à tort comme des événements plus fréquents ou moins graves (p. Ex. Infections des voies respiratoires).

D’autres signes d’occlusion vasculaire peuvent inclure: une douleur soudaine, un gonflement et une légère décoloration bleue d’une extrémité.

Si l’occlusion se produit dans les yeux, les symptômes peuvent aller d’une vision floue indolore pouvant évoluer vers une perte de vision. Parfois, la perte de vision peut survenir presque immédiatement.

Risque de thromboembolie artérielle (ATE)

Des études épidémiologiques ont associé l’utilisation de CHC à un risque accru de thromboembolie artérielle (par exemple infarctus du myocarde) ou d’accident vasculaire cérébral (par exemple, accident ischémique transitoire, accident vasculaire cérébral). Les événements thromboemboliques artériels peuvent être mortels.

Facteurs de risque pour ATE

Le risque de complications thromboemboliques artérielles ou d’accident vasculaire cérébral chez les utilisatrices de CHC augmente chez les femmes présentant des facteurs de risque (voir tableau). Cilest est contre-indiqué si une femme présente un facteur de risque grave ou multiple d’ATE qui la met à haut risque de thrombose artérielle (voir rubrique 4.3). Si une femme a plus d’un facteur de risque, il est possible que l’augmentation du risque soit supérieure à la somme des facteurs individuels – dans ce cas, son risque total doit être pris en compte. Si la balance des avantages et des risques est considérée comme négative, un CSC ne devrait pas être prescrit (voir la section 4.3).

Tableau: Facteurs de risque pour ATE

Facteur de risque

Commentaire

Augmentation de l’âge

Particulièrement au-dessus de 35 ans.

Fumeur

Les femmes devraient être avisées de ne pas fumer si elles souhaitent utiliser un CSC. Les femmes de plus de 35 ans qui continuent de fumer devraient être fortement encouragées à utiliser une méthode de contraception différente.

Hypertension

Obésité (indice de masse corporelle supérieur à 30 kg / m 2 )

Le risque augmente considérablement à mesure que l’IMC augmente.

Particulièrement important chez les femmes présentant des facteurs de risque supplémentaires.

Antécédents familiaux positifs (thromboembolie artérielle chez un frère ou une soeur ou un parent, en particulier à un âge relativement précoce, par exemple moins de 50 ans).

Si une prédisposition héréditaire est suspectée, la femme devrait être référée à un spécialiste pour obtenir des conseils avant de décider de l’utilisation d’un CSC.

Migraine

Une augmentation de la fréquence ou de la gravité de la migraine pendant l’utilisation de CHC (qui peut être prodrome d’un événement cérébrovasculaire) peut être une raison pour l’arrêt immédiat.

D’autres conditions médicales associées aux événements vasculaires défavorables

Diabète sucré, hyperhomocystéinémie, cardiopathie valvulaire et fibrillation auriculaire, dyslipoprotéinémie et lupus érythémateux disséminé.

Les symptômes de l’ATE

En cas de symptômes, les femmes devraient être avisées de consulter un médecin d’urgence et d’informer le professionnel de la santé qu’elle prend un CSC.

• Les symptômes d’un accident vasculaire cérébral peuvent inclure:

– engourdissement ou faiblesse soudaine du visage, du bras ou de la jambe, en particulier d’un côté du corps

– difficulté soudaine à marcher, vertiges, perte d’équilibre ou de coordination

– confusion soudaine, difficulté à parler ou à comprendre

– difficulté soudaine à voir dans un ou dans les deux yeux

– mal de tête soudain, sévère ou prolongé sans cause connue

– Perte de connaissance ou évanouissement avec ou sans crise.

Les symptômes temporaires suggèrent que l’événement est un accident ischémique transitoire (AIT).

• Les symptômes de l’infarctus du myocarde (IM) peuvent inclure:

– douleur, gêne, pression, lourdeur, sensation de compression ou de plénitude dans la poitrine, le bras ou sous le sternum

– malaise irradiant dans le dos, la mâchoire, la gorge, le bras, l’estomac

– sentiment d’être plein, d’avoir une indigestion ou d’étouffer

– transpiration, nausée, vomissement ou vertiges

– Faiblesse extrême, anxiété ou essoufflement

– battements de coeur rapides ou irréguliers.

Adénomes hépatiques

Des tumeurs hépatiques malignes ont été rapportées en de rares occasions chez des utilisatrices à long terme de contraceptifs oraux. Des tumeurs hépatiques bénignes ont également été associées à l’utilisation de contraceptifs oraux. Une tumeur hépatique doit être considérée dans le diagnostic différentiel lorsque surviennent des douleurs abdominales hautes, une hypertrophie du foie ou des signes d’hémorragie intra-abdominale. Dans des cas isolés, une hémorragie intra-abdominale menaçant le pronostic vital peut survenir.

Cancer du sein

Une méta-analyse de 54 études épidémiologiques a indiqué qu’il y a un risque relatif légèrement accru (RR = 1,24) d’avoir un cancer du sein diagnostiqué chez les femmes qui utilisent actuellement des COC. La tendance observée du risque accru peut être due à un diagnostic plus précoce du cancer du sein chez les utilisatrices de COC, aux effets biologiques des COC ou à une combinaison des deux. Les cancers du sein supplémentaires diagnostiqués chez les utilisatrices actuelles de COC ou chez les femmes ayant utilisé des COC au cours des 10 dernières années sont plus susceptibles d’être localisés au sein que ceux qui n’ont jamais utilisé de COC.

Le cancer du sein est rare chez les femmes de moins de 40 ans, qu’elles prennent ou non des COC. Alors que ce risque augmente avec l’âge, le nombre excessif de diagnostics de cancer du sein chez les utilisatrices actuelles et récentes de COC est faible par rapport au risque global de cancer du sein (voir diagramme à barres).

Le facteur de risque le plus important pour le cancer du sein chez les utilisatrices de COC est l’âge auquel les femmes arrêtent le COC; plus l’âge de l’arrêt est élevé, plus les cancers du sein sont diagnostiqués. La durée d’utilisation est moins importante et l’excès de risque disparaît progressivement au cours des 10 années qui suivent l’arrêt de l’utilisation des COC, si bien qu’il ne semble pas y avoir d’excès avant 10 ans.

L’augmentation possible du risque de cancer du sein devrait être discutée avec l’utilisateur et pesée contre les avantages des COC en tenant compte des preuves qu’ils offrent une protection substantielle contre le risque de développer certains autres cancers (cancer de l’ovaire et de l’endomètre, par exemple).

Cancer du col utérin

Le facteur de risque le plus important pour le cancer du col de l’utérus est l’infection persistante par le virus du papillome humain (VPH). Certaines études épidémiologiques ont indiqué que l’utilisation à long terme de COC peut contribuer à ce risque accru, mais la mesure dans laquelle ce résultat est attribuable à des effets confusionnels continue d’être controversée, comme le dépistage du cancer du col de l’utérus et le recours aux contraceptifs.

Il existe une préoccupation théorique que les COC améliorent la progression de la néoplasie cervicale intra-épithéliale (CIN) vers une maladie invasive. Chez les femmes atteintes d’un cancer du col de l’utérus diagnostiqué, les COC peuvent être utilisés en attendant le traitement.

Autres tumeurs

De nombreuses études épidémiologiques ont été rapportées sur le risque de cancer de l’ovaire et de l’endomètre chez les femmes utilisant des COC. La preuve est claire que les COC offrent une protection substantielle contre le cancer de l’ovaire et de l’endomètre.

Irrégularités de saignement

Des saignements intermenstruels, des saignotements et / ou l’absence de flux de retrait peuvent survenir chez les patients prenant des contraceptifs oraux, en particulier au cours des trois premiers mois d’utilisation.

Si les irrégularités hémorragiques persistent au-delà de trois cycles ou se produisent après des cycles réguliers, des causes non hormonales doivent être envisagées et des mesures diagnostiques appropriées sont indiquées pour exclure la malignité ou la grossesse.

Certaines femmes peuvent souffrir d’aménorrhée post-pilule ou d’oligoménorrhée, surtout lorsqu’une telle affection était préexistante.

Tests de laboratoire

Dans la littérature, au moins une centaine de paramètres de test de laboratoire différents ont été rapportés comme pouvant être influencés par l’utilisation de contraceptifs oraux, principalement par le composant oestrogénique. Parmi ceux-ci sont: les paramètres biochimiques du foie, la thyroïde, la fonction surrénalienne et rénale, les taux plasmatiques de protéines (de support) et les fractions de lipides / lipoprotéines et les paramètres de coagulation et de fibrinolyse.

D’autres conditions

Dans les conditions suivantes, le bénéfice de la contraception orale l’emporte généralement sur le risque théorique ou connu. Cependant, ils peuvent devoir être considérés avant de prescrire à des patients individuels:

• Hyperlipidémies connues. Une faible proportion de femmes souffriront d’hypertriglycéridémie persistante pendant qu’elles prennent la pilule. Des changements dans les taux sériques de triglycérides et de lipoprotéines ont été rapportés chez les utilisatrices de contraceptifs oraux. Cependant, le dépistage systématique des femmes présentant une hypertriglycéridémie n’est pas considéré comme approprié. Les femmes qui présentent une hypertriglycéridémie ou des antécédents familiaux peuvent présenter un risque accru de pancréatite lorsqu’elles utilisent des COC.

• Diabète sans atteinte vasculaire (bien que tous les patients diabétiques présentent un risque accru de maladie artérielle).

• Diminution de la tolérance au glucose. Le composant œstrogène de Cilest peut entraîner une diminution de la tolérance au glucose, tandis que les progestatifs peuvent augmenter la sécrétion d’insuline et créer une résistance à l’insuline. En raison de ces effets démontrés, les femmes pré-diabétiques et diabétiques en particulier doivent être surveillées attentivement tout en prenant des contraceptifs oraux.

• Maladie de la vésicule biliaire asymptomatique ou cholécystectomie.

• Tumeurs hépatiques bénignes (hyperplasie nodulaire focale). Il existe des preuves limitées et directes que l’utilisation de contraceptifs hormonaux n’influence pas la progression ou la régression des lésions hépatiques chez les femmes présentant une hyperplasie nodulaire focale.

• Migraine sans aura focale. L’apparition ou l’exacerbation de la migraine ou le développement de maux de tête avec un nouveau schéma qui est récurrente, persistante ou sévère nécessite l’arrêt des contraceptifs oraux et l’évaluation de la cause.

• La maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ont été associées à l’utilisation de COC.

Si l’une des affections suivantes s’est développée ou s’est aggravée au cours d’une grossesse antérieure ou lors d’une utilisation antérieure de COC, elles peuvent survenir pendant la prise de Cilest:

• pression artérielle élevée

• cholestase

• herpès gestationis

• otosclérose

• SLE

• maux de tête sévères

• syndrome urémique hémolytique

• La chorée de Sydenham

Chloasma

Chloasma peut parfois se produire, en particulier chez les femmes ayant des antécédents de chloasma gravidarum. Les femmes ayant tendance à chloasma devraient éviter l’exposition au soleil ou aux rayons ultraviolets en prenant cette préparation. Chloasma n’est souvent pas complètement réversible.

Précautions contraceptives supplémentaires

Lorsque des précautions contraceptives supplémentaires sont nécessaires, la patiente doit être informée soit de ne pas avoir de rapports sexuels, soit d’utiliser un capuchon plus un spermicide ou pour que son partenaire utilise un préservatif. Les méthodes rythmiques ne doivent pas être conseillées car la pilule perturbe les changements cycliques habituels associés au cycle menstruel naturel, par exemple les changements de température et de mucus cervical.

Excipients

Les comprimés contiennent du lactose. Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose-galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Réduction potentielle de l’efficacité contraceptive associée à la co-administration d’autres médicaments:

Inducteurs d’enzymes hépatiques

Les médicaments ou produits à base de plantes qui induisent des enzymes, en particulier le CYP3A4, peuvent diminuer les concentrations plasmatiques d’hormones contraceptives et peuvent diminuer leur efficacité et / ou augmenter les saignements intermenstruels. L’induction enzymatique peut être observée après quelques jours de traitement. L’induction enzymatique maximale est généralement observée en quelques semaines, mais peut ensuite être maintenue pendant au moins 4 semaines après l’arrêt du traitement médicamenteux.

Les exemples comprennent:

• barbituriques

• bosentan

• carbamazépine

• acétate d’eslicarbazépine

• felbamate

• (fos) aprépitant

• hydantoins

• primidone

• Griséofulvine

• certains (combinaisons d’) inhibiteurs de la protéase du VIH (p. Ex. Nelfinavir, ritonavir, inhibiteurs de la protéase stimulés par le ritonavir)

• certains inhibiteurs de la protéase du VHC (p. Ex. Bocéprévir, télaprévir)

• modafinil

• certains inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (par exemple la névirapine)

• oxcarbazépine

• phénytoïne

• rifampicine et rifabutine

• rufinamide

• Millepertuis

• topiramate

Les médicaments qui influent sur l’absorption

Les médicaments qui augmentent la motilité gastro-intestinale, par exemple le métoclopramide, peuvent réduire l’absorption des hormones.

Le traitement au charbon actif compromet l’absorption des hormones stéroïdiennes.

Le colesevelam, un séquestrant de l’acide biliaire, associé à un contraceptif hormonal oral combiné, a démontré une diminution significative de l’ASC de l’éthinylestradiol. Aucune interaction n’a été observée lorsque le contraceptif a été administré 4 heures avant le colesevelam.

La gestion

Long terme

Pour les femmes sous traitement à long terme avec des médicaments et des produits à base de plantes qui interagissent avec la contraception hormonale, une autre méthode contraceptive non hormonale fiable est recommandée.

Court terme

Les femmes sous traitement à court terme par des médicaments et des produits à base de plantes qui interagissent avec la contraception hormonale et qui peuvent diminuer les taux plasmatiques d’hormones contraceptives pourraient voir leur efficacité contraceptive réduite. Ils devraient être avisés d’utiliser une méthode contraceptive de barrière (par exemple condoms, diaphragme) en plus de Cilest comme suit:

• Les femmes utilisant des médicaments inducteurs des enzymes hépatiques doivent utiliser temporairement une méthode contraceptive de barrière en plus de Cilest pendant la période d’administration concomitante du médicament et pendant 28 jours après l’arrêt du traitement.

• Dans le cas du modafinil, l’utilisation d’une méthode contraceptive de barrière devrait continuer pendant 56 jours après l’arrêt.

Si l’arrêt du médicament concomitant survient au cours de la troisième semaine ou se prolonge au-delà de la fin des comprimés dans la bandelette, la bandelette suivante doit être démarrée sans interruption.

Augmentation des niveaux d’hormone plasmatique associés aux médicaments co-administrés:

• étoricoxib

• certains inhibiteurs de la protéase du VIH (p. Ex. Atazanavir, indinavir)

Changements dans les concentrations plasmatiques de médicaments co-administrés pouvant avoir une signification clinique:

Les contraceptifs hormonaux combinés peuvent également affecter la pharmacocinétique de certains autres médicaments s’ils sont utilisés de manière concomitante.

Médicaments dont les taux plasmatiques peuvent être augmentés (en raison de l’inhibition du CYP)

Les exemples comprennent:

• ciclosporine

• prednisolone

• sélégiline

• théophylline

• tizanidine

Médicaments dont les taux plasmatiques peuvent être diminués (en raison de l’induction de la glucuronidation )

Les exemples comprennent:

• lamotrigine

Co-administration contre-indiquée

Cilest ne doit pas être co-administré avec des combinaisons de médicaments contenant du paritaprévir / ritonavir, de l’ombitasvir et / ou du dasabuvir en raison du risque d’élévation des taux d’ALT.

La gestion

Il est conseillé aux médecins de consulter l’étiquetage des médicaments utilisés en même temps pour obtenir de plus amples informations sur les interactions avec les contraceptifs hormonaux et la nécessité éventuelle d’ajuster les doses.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

4.6.1. Utiliser pendant la grossesse

Non indiqué pendant la grossesse. Confirmer la grossesse suspectée avant l’arrêt du traitement.

La majorité des études récentes n’indiquent pas d’effet tératogène, en particulier en ce qui concerne les anomalies cardiaques et les défauts de réduction des membres, lorsqu’elles sont prises par inadvertance au début de la grossesse.

Le risque accru de TEV pendant la période post-partum doit être pris en compte lors de la reprise du traitement par Cilest (voir rubriques 4.2 et 4.4).

4.6.2. Utiliser pendant l’allaitement

Les stéroïdes contraceptifs et / ou leurs métabolites peuvent être excrétés dans le lait maternel. En outre, les contraceptifs hormonaux combinés administrés pendant la période post-partum peuvent nuire à la lactation en diminuant la quantité et la qualité du lait maternel. Si possible, il faut conseiller à la mère qui allaite de ne pas utiliser de contraceptifs hormonaux Cilest ou d’autres contraceptifs hormonaux, mais d’utiliser d’autres formes de contraception, en particulier au cours des six premières semaines post-partum.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

N’est pas applicable.

4.8 Effets indésirables

Description des effets indésirables sélectionnés

Un risque accru d’événements thrombotiques et thromboemboliques artériels et veineux, y compris un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral, des accidents ischémiques transitoires, une thrombose veineuse et une embolie pulmonaire a été observé chez les femmes utilisant des CSC. Ceux-ci sont discutés plus en détail dans la section 4.4. Ces effets indésirables nécessitent une attention médicale immédiate et / ou l’arrêt de l’utilisation de contraceptifs oraux.

Les effets indésirables suivants peuvent également nécessiter une attention médicale immédiate et / ou l’arrêt de l’utilisation des CSC: thrombose veineuse rétinienne, nouvelle apparition de céphalées migraineuses, cancer du sein, tumeurs hépatiques, adénomes, hypertension artérielle, œdème de Quincke, urticaire et hypersensibilité.

Des méthodes alternatives de contraception non hormonale devraient être utilisées, tandis que des mesures diagnostiques et thérapeutiques appropriées sont entreprises.

Sur la base des données d’innocuité regroupées provenant de 5 essais cliniques, l’effet indésirable le plus fréquemment rapporté (≥ 10%) était la céphalée (27,9%). L’effet indésirable le plus souvent signalé (≥ 10%) après la commercialisation était la diarrhée (11,8%).

Les effets indésirables les plus fréquents (≥ 10%) rapportés lors du premier cycle de traitement dans les essais cliniques étaient: dysménorrhée (40,4%); nausée (29,1%); métrorragie (26,3%); trouble gastro-intestinal [signalé comme des nausées ou des vomissements] (24,6%) et des saignements de retrait anormaux (16,9%). L’incidence de ces réactions indésirables était la plus élevée au cycle 1 et diminuait avec le temps, à l’exception de la dysménorrhée. L’incidence la plus élevée de vomissements est survenue au cycle 12 (11,8%).

Les 5 essais cliniques (2 essais randomisés à contrôle actif et 3 essais ouverts non contrôlés), qui ont été utilisés pour évaluer l’innocuité de Cilest, ont porté sur 1 891 femmes en bonne santé en âge de procréer. Dans 3 essais, les sujets ont été suivis jusqu’à 24 cycles et dans les 2 autres essais jusqu’à 12 cycles. Une étude supplémentaire non contrôlée (n = 8 331) a rapporté des réactions indésirables par cycle de traitement allant jusqu’à 24 cycles. Comme la fréquence des effets indésirables varie en fonction du cycle de traitement, l’incidence du cycle le plus élevé a été utilisée pour attribuer l’ADR à une catégorie de fréquence.

Le tableau ci-dessous présente toutes les réactions indésirables signalées lors de l’utilisation de Cilest dans le cadre d’essais cliniques ou d’expériences post-commercialisation avec des comprimés de norgestimate et d’éthinylestradiol.

Les catégories de fréquence affichées utilisent la convention suivante: Très fréquent (≥1 / 10); commun (≥1 / 100 à <1/10); peu fréquent (≥ 1/1 000 à <1/100); rare (≥ 1/10 000 à <1/1 000); très rare (<1/10 000); et pas connu (ne peut être estimé à partir des données disponibles).

Infections et infestations

Commun

Infection des voies urinaires, infection vaginale

Néoplasmes bénins, malins et non spécifiés (y compris les kystes et les polypes)

Rare

Dysplasie cervicale

Rare

Kyste du sein

Fréquence non connue

Adénomes hépatiques, cancer du sein, néoplasme bénin du sein, hyperplasie nodulaire focale, fibroadénome du sein

Troubles du système immunitaire

Commun

Hypersensibilité

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Commun

La rétention d’eau

Rare

Augmentation et diminution de l’appétit, fluctuation de poids

Rare

Trouble de l’appétit

Fréquence non connue

Dyslipidémie

Troubles psychiatriques

Commun

Humeur altérée, dépression, nervosité, insomnie

Rare

Anxiété, trouble de la libido

Troubles du système nerveux

Très commun

Mal de tête

Commun

Migraine, vertiges

Rare

Syncope, paresthésie

Fréquence non connue

Accident vasculaire cérébral, convulsion

Troubles oculaires

Rare

Déficience visuelle, œil sec

Fréquence non connue

Intolérance aux lentilles de contact, thrombose vasculaire rétinienne *

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Rare

vertige

Troubles cardiaques

Rare

Palpitations

Rare

Tachycardie

Fréquence non connue

Infarctus du myocarde

Troubles vasculaires

Rare

Thrombose, hypertension, bouffées de chaleur

Rare

Thromboembolie veineuse, Thromboembolie artérielle

Fréquence non connue

Thrombose veineuse profonde *, Thrombose veineuse **

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rare

Dyspnée

Fréquence non connue

Embolie pulmonaire*

Problèmes gastro-intestinaux

Très commun

Trouble gastro-intestinal, vomissement, diarrhée, nausée

Commun

Douleurs gastro-intestinales, douleurs abdominales, distension abdominale, constipation, flatulence

Rare

Pancréatite

Troubles hépato-biliaires

Rare

Hépatite

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Commun

Acné, éruption cutanée

Rare

Alopécie, hirsutisme, urticaire, prurit, érythème, décoloration de la peau

Rare

Hyperhidrose, réaction de photosensibilité

Fréquence non connue

Angioedème, érythème noueux, sueurs nocturnes

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Commun

Les spasmes musculaires, la douleur dans l’extrémité, le mal de dos

Rare

Myalgie

Système reproducteur et troubles mammaires

Très commun

Dysménorrhée, métrorragie, saignement de retrait anormal

Commun

Aménorrhée, écoulement génital, douleur mammaire

Rare

Écoulement mammaire, augmentation mammaire, kyste de l’ovaire, sécheresse vulvovaginale

Rare

Décharge vaginale

Fréquence non connue

Lactation supprimée

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Commun

Douleur thoracique, œdème, asthénie

Enquêtes

Commun

Poids augmenté

Rare

Poids diminué

* Pas vu dans les essais cliniques donc la fréquence ne peut pas être estimée. Voir la section 4.4 pour la fréquence basée sur les taux de déclaration standard pour les contraceptifs hormonaux combinés similaires.

** Les termes regroupés pour la thrombose veineuse comprennent le syndrome de Budd Chiari et la thrombose veineuse hépatique.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse suivante: www.mhra.gov.uk/yellowcard.

4.9 Surdosage

Aucun cas de surdosage grave n’a été signalé. Les symptômes qui peuvent survenir sont des nausées, des vomissements et des saignements vaginaux. Il n’y a pas d’antidotes et un traitement complémentaire devrait être symptomatique.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Groupe pharmacothérapeutique: Contraceptifs hormonaux à usage systémique; Progestatifs et œstrogènes, combinaisons fixes

Code ATC: G03AA11

Le cilest agit par le mécanisme de suppression des gonadotrophines par les actions œstrogéniques et progestatives de l’éthinylestradiol et du norgestimate. Le principal mécanisme d’action est l’inhibition de l’ovulation, mais des altérations de la glaire cervicale, de la motilité des trompes de Fallope et de l’endomètre peuvent également contribuer à l’efficacité du produit.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption: Norgestimate et éthinylestradiol sont rapidement absorbés après l’administration orale. Après administration unique ou multiple (trois cycles) de Cilest, les concentrations sériques de norgestimate demeurent inférieures à la limite de quantification du dosage (0,1 ng / mL) de métabolites norgestimate, norelgestromine et norgestrel, retrouvées dans des concentrations mesurables dans la circulation, atteignant des taux sériques maximaux environ 1,5 heure après l’administration. L’augmentation de la C max et de l’ASC pour la norelgestromine est proportionnelle à la dose après administration de 0,180 à 0,250 mg de norgestimate. Les concentrations sériques d’éthinylestradiol sont mesurables dans les 0,5 heures suivant l’administration de la dose, atteignant des concentrations maximales environ 1,2 heure après l’administration.

Distribution: La norelgestromine et le norgestrel sont fortement liés (> 97%) aux protéines sériques. La norelgestromine est liée à l’albumine, mais pas à la SHBG, tandis que le norgestrel est principalement lié à la SHBG et, dans une bien moindre mesure, à l’albumine. L’éthinylestradiol est fortement lié à la sérumalbumine.

Des études ont montré que le manque de liaison de norelgestromin à SHBG est unique par rapport à d’autres progestatifs dans les contraceptifs oraux et joue un rôle clé dans le renforcement de son activité biologique. En revanche, le norgestrel formé à partir du norgestimate est en grande partie lié au SHBG, ce qui limite son activité biologique.

Métabolisme: Le norgestimate est rapidement métabolisé par les mécanismes de premier passage (intestinal et / ou hépatique) jusqu’à la norelgestromine (concentrations sériques maximales observées dans les 2 heures) et au norgestrel, qui sont tous deux des progestatifs pharmacologiquement actifs. L’éthinylestradiol est métabolisé en divers métabolites hydroxylés et en leurs conjugués glucuronide et sulfate.

Élimination: La norelgestromine, le norgestrel et l’éthinylestradiol sont métabolisés par la suite et leurs métabolites sont éliminés par les voies rénale et fécale. La demi-vie d’élimination à l’état d’équilibre était de 10 à 15 heures pour l’éthinylestradiol, de 24,9 heures pour la norelgestromine et de 45 heures pour le norgestrel. Après l’administration de 14 C-norgestimate, 47% de la radioactivité administrée a été éliminée dans l’urine et 37% dans les fèces.

Pharmacocinétique à l’état d’équilibre: Après administration de 0,250 mg de norgestimate / 0,035 mg d’éthinylestradiol, l’ASC 0-24h moyenne à l’état d’équilibre, basée sur les taux sériques non liés aux SHBG, était de 18,1 h ng / mL pour la norelgestromine et de 3,64 h ng / mL pour le norgestrel. L’ASC du norgestrel après l’administration de 0,250 mg de norgestimate / 0,035 mg d’éthinylestradiol correspond à l’exposition après une dose de lévonorgestrel d’environ 30 microgrammes en association avec l’éthinylestradiol.

5.3 Données de sécurité précliniques

La toxicologie du norgestimate et de l’éthinylestradiol a fait l’objet d’études approfondies dans le cadre d’études sur les animaux et d’une expérience clinique à long terme avec une utilisation répandue dans les contraceptifs.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Noyau de comprimé:

Lactose monohydraté

Croscarmellose sodique

Stéarate de magnésium

La cellulose microcristalline

Revêtement de film :

Hypromellose

Cire de carnauba

Polyéthylène glycol

Polysorbate 80

Eau purifiée

Le dioxyde de titane

Lac en aluminium FD & C bleu n ° 2 (E132)

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

24mois

6.4 Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite aucune condition particulière de conservation de la température. Conserver les bandes dans l’emballage extérieur afin de les protéger de la lumière.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Cartons contenant 1 (Starter Pack), 3 et 6 plaquettes thermoformées PVC / feuille de 21 comprimés chacune.

Toutes les présentations ne peuvent pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

N’est pas applicable.

7. Titulaire de l’autorisation

Janssen-Cilag Limitée

50 -100 Holmers Farm Way

High Wycombe

Buckinghamshire

HP12 4EG

Royaume-Uni

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 00242/0209

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

1er juillet 1995/7 janvier 2009

10. Date de révision du texte

24 janvier 2018