Capsules de fluoxetine 60 mg, dur


Commander maintenant en ligne

Consultation médicale incluse


1. Nom du médicament

Capsules de fluoxetine 60 mg, dur

2. Composition qualitative et quantitative

Chaque capsule contient du chlorhydrate de fluoxétine équivalant à 60 mg de fluoxétine.

Excipient à effet connu:

Chaque capsule contient 256,92 mg de lactose

Pour la liste complète des excipients, voir la section 6.1.

3. Forme pharmaceutique

Capsule, dure.

Capsule de taille 1 avec un corps et un capuchon opaques jaune clair, imprimé “FL60” sur le corps et “G” sur le capuchon à l’encre noire.

4. Renseignements cliniques
4.1 Indications thérapeutiques

Les capsules de Fluoxetine 60 mg sont indiquées pour:

Adultes:

Épisodes dépressifs majeurs.

Trouble obsessionnel compulsif.

Boulimie mentale: La fluoxétine est indiquée comme complément de la psychothérapie pour la réduction de l’activité boulimique et purgative.

Enfants et adolescents âgés de 8 ans et plus:

Épisode dépressif majeur modéré à sévère, si la dépression ne répond pas à la thérapie psychologique après 4-6 séances. Les antidépresseurs doivent être administrés à un enfant ou à un jeune souffrant de dépression modérée à sévère uniquement en association avec un traitement psychologique concomitant.

4.2 Posologie et mode d’administration

Posologie

Épisodes dépressifs majeurs

Adultes et personnes âgées: La dose recommandée est de 20 mg par jour. La posologie doit être revue et ajustée, si nécessaire, dans les 3 à 4 semaines suivant l’instauration du traitement, puis jugée cliniquement appropriée. Bien qu’il puisse y avoir un potentiel accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, chez certains patients, avec une réponse insuffisante à 20 mg, la dose peut être augmentée progressivement jusqu’à un maximum de 60 mg (voir rubrique 5.1). Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement, sur une base individuelle de patient, pour maintenir les patients à la dose effective la plus basse.

Les patients souffrant de dépression devraient être traités pendant une période suffisante d’au moins 6 mois pour s’assurer qu’ils sont exempts de symptômes.

Trouble obsessionnel compulsif

Adultes et personnes âgées: La dose recommandée est de 20 mg par jour. Bien qu’il puisse y avoir un potentiel accru d’effets indésirables à des doses plus élevées, chez certains patients, si après deux semaines la réponse à 20 mg est insuffisante, la dose peut être augmentée progressivement jusqu’à un maximum de 60 mg.

Si aucune amélioration n’est observée dans les dix semaines, le traitement par la fluoxétine doit être reconsidéré. Si une bonne réponse thérapeutique a été obtenue, le traitement peut être poursuivi à une dose ajustée sur une base individuelle. Bien qu’il n’y ait pas d’études systématiques pour répondre à la question de savoir combien de temps faut-il continuer le traitement par la fluoxétine, le TOC est une maladie chronique et il est raisonnable de considérer la poursuite au-delà de dix semaines chez les patients répondeurs. Les ajustements de dosage devraient être faits soigneusement, sur une base individuelle de patient, pour maintenir le patient à la dose effective la plus basse. Le besoin de traitement devrait être réévalué périodiquement. Certains cliniciens préconisent une psychothérapie comportementale concomitante pour les patients qui ont obtenu de bons résultats en pharmacothérapie. L’efficacité à long terme (plus de 24 semaines) n’a pas été démontrée dans OCD.

Boulimie nerveuse

Adultes et personnes âgées: Une dose de 60 mg / jour est recommandée. L’efficacité à long terme (plus de 3 mois) n’a pas été démontrée dans la boulimie nerveuse.

Toutes les indications :

Adultes: La dose recommandée peut être augmentée ou diminuée. Les doses supérieures à 80 mg / jour n’ont pas été systématiquement évaluées.

Lorsque le dosage est arrêté, les substances médicamenteuses actives persisteront dans le corps pendant des semaines. Cela doit être pris en compte lors du démarrage ou de l’arrêt du traitement.

Population paédiarique

Enfants et adolescents âgés de 8 ans et plus (épisode dépressif majeur modéré à sévère):

Le traitement doit être initié et surveillé sous supervision d’un spécialiste. La dose initiale est de 10 mg / jour sous la forme de 2,5 ml d’une formulation fluoxétine liquide. Les ajustements de dose doivent être faits soigneusement, sur une base individuelle, pour maintenir le patient à la dose efficace la plus basse.

Après une à deux semaines, la dose peut être augmentée à 20 mg / jour. L’expérience des essais cliniques avec des doses quotidiennes supérieures à 20 mg est minime. Il y a seulement des données limitées sur le traitement au-delà de 9 semaines.

Enfants de faible poids: En raison de taux plasmatiques plus élevés chez les enfants de poids plus faible, l’effet thérapeutique peut être obtenu avec des doses plus faibles (voir rubrique 5.2).

Pour les patients pédiatriques qui répondent au traitement, la nécessité d’un traitement continu après 6 mois doit être revue. Si aucun bénéfice clinique n’est obtenu dans les 9 semaines, le traitement doit être reconsidéré.

Personnes âgées: La prudence est recommandée lors de l’augmentation de la dose, et la dose quotidienne ne doit généralement pas dépasser 40 mg. La dose maximale recommandée est de 60 mg / jour.

Insuffisance hépatique

Une dose plus faible ou moins fréquente (par exemple 20 mg tous les deux jours) doit être envisagée chez les patients présentant une insuffisance hépatique (voir rubrique 5.2) ou chez les patients présentant un risque potentiel d’interaction avec la fluoxétine (voir rubrique 4.5).

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt de la fluoxétine : L’arrêt brutal doit être évité. Lors de l’arrêt du traitement par Fluoxetine, la dose doit être progressivement réduite sur une période d’au moins une à deux semaines afin de réduire le risque de réactions de sevrage (voir rubrique 4.4 et rubrique 4.8). Si des symptômes intolérables surviennent après une diminution de la dose ou à l’arrêt du traitement, la reprise de la dose prescrite peut être envisagée. Par la suite, le médecin peut continuer à diminuer la dose, mais à un rythme plus progressif.

Méthode d’administration

Pour l’administration orale.

La fluoxétine peut être administrée en une seule dose ou en plusieurs prises, pendant ou entre les repas.

4.3 Contre-indications

Hypersensibilité à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

La fluoxétine est contre-indiquée en association avec un IMAO irréversible et non sélectif (par exemple, l’iproniazide) (voir rubriques 4.4 et 4.5).

La fluoxétine est contre-indiquée en association avec le métoprolol utilisé en cas d’insuffisance cardiaque (voir rubrique 4.5).

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Population pédiatrique – enfants et adolescents de moins de 18 ans: Les comportements liés au suicide (tentative de suicide et pensées suicidaires) et hostiles (agression prédominante, comportement oppositionnel et colère) étaient plus fréquemment observés dans les essais cliniques chez les enfants et adolescents traités par antidépresseurs que chez les enfants. ceux traités avec un placebo. La fluoxétine ne doit être utilisée chez les enfants et les adolescents âgés de 8 à 18 ans que pour le traitement des épisodes dépressifs majeurs modérés à sévères et ne doit pas être utilisée dans d’autres indications.

Si, en fonction des besoins cliniques, une décision de traiter est néanmoins prise, le patient doit être surveillé attentivement pour détecter l’apparition de symptômes suicidaires. De plus, seules des preuves limitées sont disponibles concernant les effets à long terme sur la sécurité chez les enfants et les adolescents, y compris les effets sur la croissance, la maturation sexuelle et les développements cognitifs, émotionnels et comportementaux (voir rubrique 5.3).

Dans un essai clinique de 19 semaines, une diminution de la taille et du gain de poids a été observée chez les enfants et les adolescents traités par la fluoxétine (voir rubrique 5.1). Il n’a pas été établi s’il y a un effet sur la réalisation de la taille adulte normale. La possibilité d’un retard de la puberté ne peut être exclue (voir rubriques 5.3 et 4.8). La croissance et le développement pubertaire (taille, poids et stadification TANNER) doivent donc être surveillés pendant et après le traitement par la fluoxétine. Si l’un ou l’autre est ralenti, l’orientation vers un pédiatre devrait être envisagée.

Dans les essais pédiatriques, la manie et l’hypomanie ont été fréquemment rapportées (voir rubrique 4.8). Par conséquent, une surveillance régulière de l’apparition de la manie / hypomanie est recommandée. La fluoxétine doit être interrompue chez tout patient entrant dans une phase maniaque.

Il est important que le prescripteur discute soigneusement des risques et des avantages du traitement avec l’enfant / adolescent et / ou ses parents.

Suicide / pensées suicidaires ou aggravation clinique:

La dépression est associée à un risque accru de pensées suicidaires, d’automutilation et de suicide (événements liés au suicide). Ce risque persiste jusqu’à ce qu’une rémission significative se produise. Comme l’amélioration peut ne pas se produire au cours des premières semaines ou plus de traitement, les patients doivent être étroitement surveillés jusqu’à ce qu’une telle amélioration se produise. C’est l’expérience clinique générale que le risque de suicide peut augmenter dans les premiers stades de récupération.

D’autres troubles psychiatriques pour lesquels la fluoxétine est prescrite peuvent également être associés à un risque accru d’événements liés au suicide. En outre, ces conditions peuvent être comorbides avec un trouble dépressif majeur. Les mêmes précautions observées lors du traitement de patients présentant un trouble dépressif majeur doivent donc être observées lors du traitement de patients présentant d’autres troubles psychiatriques.

Les patients ayant des antécédents d’événements suicidaires, ou ceux présentant un degré élevé d’idées suicidaires avant le début du traitement, sont plus à risque de pensées suicidaires ou de tentatives de suicide et devraient faire l’objet d’une surveillance attentive pendant le traitement. Une méta-analyse d’essais cliniques contrôlés contre placebo sur des antidépresseurs chez des patients adultes atteints de troubles psychiatriques a montré un risque accru de comportement suicidaire avec les antidépresseurs par rapport au placebo chez les patients de moins de 25 ans.

Une surveillance étroite des patients, en particulier des patients à haut risque, doit accompagner la pharmacothérapie, en particulier en début de traitement et après des changements de dose.

Les patients (et les soignants des patients) doivent être avertis de la nécessité de surveiller toute aggravation clinique, tout comportement suicidaire ou pensées et tout changement de comportement inhabituel et de consulter immédiatement un médecin si ces symptômes se manifestent.

Effets cardiovasculaires:

Des cas d’allongement de l’intervalle QT et d’arythmie ventriculaire, y compris des torsades de pointes, ont été signalés pendant la période post-commercialisation (voir rubriques 4.5, 4.8 et 4.9).

La fluoxétine doit être utilisée avec précaution chez les patients atteints de syndrome de QT long congénital, d’antécédents familiaux de prolongation de l’intervalle QT ou d’autres conditions cliniques prédisposant aux arythmies (p. Ex. Hypokaliémie, hypomagnésémie, bradycardie, infarctus aigu du myocarde ou insuffisance cardiaque non compensée). l’exposition à la fluoxétine (par exemple, une insuffisance hépatique), ou l’utilisation concomitante avec des médicaments connus pour induire un allongement de l’intervalle QT et / ou des torsades de pointes (voir rubrique 4.5).

Si les patients atteints d’une maladie cardiaque stable sont traités, un examen ECG doit être envisagé avant le début du traitement. Si des signes d’arythmie cardiaque surviennent pendant le traitement par la fluoxétine, le traitement doit être interrompu et un ECG doit être effectué.

Inhibiteurs irréversibles de la monoamine-oxydase (par exemple l’iproniazide):

Certains cas de réactions graves et parfois mortelles ont été rapportés chez des patients recevant un ISRS en association avec un inhibiteur irréversible de la monoamine oxydase non sélective (IMAO).

Ces cas présentaient des caractéristiques ressemblant au syndrome sérotoninergique (qui peut être confondu avec (ou diagnostiqué comme) syndrome malin des neuroleptiques). La cyproheptadine ou le dantrolène peuvent être bénéfiques pour les patients qui présentent de telles réactions. Les symptômes d’une interaction médicamenteuse avec un IMAO comprennent: hyperthermie, rigidité, myoclonie, instabilité autonome avec des fluctuations rapides possibles des signes vitaux, changements de l’état mental qui comprennent la confusion, l’irritabilité et l’agitation extrême progressant vers le délire et le coma.

Par conséquent, la fluoxétine est contre-indiquée en association avec un IMAO non sélectif irréversible (voir rubrique 4.3).

En raison de l’effet prolongé de deux semaines de ce dernier, le traitement de fluoxetine devrait seulement être commencé 2 semaines après l’arrêt d’un IMAO non sélectif irréversible. De même, il faut attendre au moins 5 semaines après l’arrêt du traitement par fluoxétine avant de débuter un IMAO irréversible et non sélectif.

Syndrome sérotoninergique ou syndrome pseudo-malin des neuroleptiques:

En de rares occasions, des cas de syndrome sérotoninergique ou de syndrome malin des neuroleptiques ont été rapportés en association avec le traitement par fluoxétine, en particulier en association avec d’autres médicaments sérotoninergiques (entre autres L-tryptophane) et / ou neuroleptiques (voir rubrique 4.4) . Comme ces syndromes peuvent entraîner des états potentiellement mortels, le traitement par fluoxétine doit être interrompu si de tels événements (caractérisés par des symptômes tels que hyperthermie, rigidité, myoclonie, instabilité autonome avec d’éventuelles fluctuations rapides des signes vitaux, changements de l’état mental, confusion comprise). , irritabilité, agitation extrême progressant vers le délire et le coma) et un traitement symptomatique de soutien doit être initié.

La manie:

Les antidépresseurs doivent être utilisés avec prudence chez les patients ayant des antécédents de manie / hypomanie. Comme avec tous les antidépresseurs, la fluoxétine doit être interrompue chez tout patient entrant dans une phase maniaque.

Hémorragie:

Il y a eu des rapports d’anomalies de saignement cutané telles que l’ecchymose et le purpura avec des ISRS. L’ecchymose a été signalée comme un événement peu fréquent pendant le traitement par la fluoxétine. D’autres manifestations hémorragiques (hémorragies gynécologiques, saignements gastro-intestinaux et autres hémorragies cutanées ou muqueuses) ont été rarement rapportées. La prudence est recommandée chez les patients prenant des ISRS, en particulier en association avec des anticoagulants oraux, des médicaments connus pour affecter la fonction plaquettaire (antipsychotiques atypiques tels que clozapine, phénothiazines, la plupart des TCA, aspirine, AINS) ou d’autres médicaments pouvant augmenter le risque de saignement. comme chez les patients ayant des antécédents de troubles hémorragiques (voir rubrique 4.5).

Saisies:

Les convulsions sont un risque potentiel avec les médicaments antidépresseurs. Par conséquent, comme avec d’autres antidépresseurs, la fluoxétine doit être introduite avec prudence chez les patients ayant des antécédents de convulsions. Le traitement doit être interrompu chez tout patient qui développe des convulsions ou lorsqu’il y a une augmentation de la fréquence des crises. La fluoxétine doit être évitée chez les patients présentant des troubles convulsifs instables / épilepsie et les patients souffrant d’épilepsie contrôlée doivent faire l’objet d’une surveillance étroite (voir rubrique 4.5).

Électroconvulsivothérapie (ECT):

De rares cas de convulsions prolongées ont été signalés chez des patients sous fluoxétine recevant un traitement par ECT. Il est donc conseillé de faire preuve de prudence.

Tamoxifène:

La fluoxétine, un inhibiteur puissant du CYP2D6, peut entraîner une réduction des concentrations d’endoxifène, l’un des principaux métabolites actifs du tamoxifène. Par conséquent, la fluoxétine doit être évitée autant que possible pendant le traitement au tamoxifène (voir rubrique 4.5).

Akathisie / agitation psychomotrice:

L’utilisation de la fluoxétine a été associée au développement de l’acathisie, caractérisée par une agitation subjectivement désagréable ou pénible et un besoin de bouger souvent accompagné d’une incapacité à s’asseoir ou à rester immobile. Ceci est le plus susceptible de se produire dans les premières semaines de traitement. Chez les patients qui développent ces symptômes, l’augmentation de la dose peut être préjudiciable

Diabète:

Chez les patients diabétiques, un traitement par un ISRS peut altérer le contrôle glycémique. Une hypoglycémie s’est produite pendant le traitement par fluoxétine et une hyperglycémie s’est développée après l’arrêt du traitement. L’insuline et / ou la posologie hypoglycémique orale peuvent devoir être ajustées.

Fonction hépatique / rénale:

La fluoxétine est largement métabolisée par le foie et excrétée par les reins. Une dose plus faible, par exemple un autre jour, est recommandée chez les patients présentant un dysfonctionnement hépatique important. Lorsqu’on a administré 20 mg de fluoxétine par jour pendant 2 mois, les patients atteints d’insuffisance rénale sévère (DFG <10 ml / mm) nécessitant une dialyse ne présentaient aucune différence dans les concentrations plasmatiques de fluoxétine ou de norfluoxétine par rapport aux témoins ayant une fonction rénale normale.

Éruptions cutanées et réactions allergiques:

Des éruptions cutanées, des événements anaphylactoïdes et des événements systémiques progressifs, parfois graves (impliquant la peau, les reins, le foie ou les poumons) ont été rapportés. Lors de l’apparition d’éruptions cutanées ou d’autres phénomènes allergiques pour lesquels une étiologie alternative ne peut être identifiée, la fluoxétine doit être arrêtée.

Perte de poids:

Une perte de poids peut survenir chez les patients prenant de la fluoxétine, mais elle est généralement proportionnelle au poids corporel initial.

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt du traitement par ISRS:

Les symptômes de sevrage à l’arrêt du traitement sont fréquents, en particulier si l’arrêt est brutal (voir rubrique 4.8). Dans les essais cliniques, des effets indésirables observés à l’arrêt du traitement sont survenus chez environ 60% des patients des groupes fluoxétine et placebo. Parmi ces événements indésirables, 17% dans le groupe fluoxétine et 12% dans le groupe placebo étaient de nature sévère.

Le risque de symptômes de sevrage peut dépendre de plusieurs facteurs, notamment la durée et la dose du traitement et le taux de réduction de la dose. Étourdissements, troubles sensoriels (y compris paresthésie), troubles du sommeil (y compris l’insomnie et les rêves intenses), asthénie, agitation ou anxiété, nausées et / ou vomissements, tremblements et céphalées sont les réactions les plus fréquemment rapportées. Généralement, ces symptômes sont légers à modérés; Cependant, chez certains patients, ils peuvent être sévères. Ils surviennent généralement dans les premiers jours après l’arrêt du traitement. Généralement, ces symptômes sont spontanément résolutifs et disparaissent habituellement dans les 2 semaines, bien que chez certaines personnes, ils peuvent être prolongés (2-3 mois ou plus). Il est donc conseillé de réduire progressivement la fluoxétine à l’arrêt du traitement sur une période d’au moins une à deux semaines, en fonction des besoins du patient (voir rubrique 4.2).

Mydriase :

Une mydriase a été rapportée en association avec la fluoxétine; par conséquent, il faut faire preuve de prudence lorsqu’on prescrit de la fluoxétine à des patients présentant une pression intraoculaire élevée ou à un risque de glaucome aigu à angle fermé.

Lactose:

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption de glucose-galactase ne doivent pas prendre ce médicament.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

Demi-vie: Il faut tenir compte des longues demi-vies d’élimination de la fluoxétine et de la norfluoxétine (voir rubrique 5.2) lors de l’examen des interactions médicamenteuses pharmacodynamiques ou pharmacocinétiques (par exemple lors du passage de la fluoxétine à d’autres antidépresseurs).

Combinaisons contre-indiquées

Inhibiteurs irréversibles et non sélectifs de la monoamine-oxydase (ex: iproniazide):

Certains cas de réactions graves et parfois mortelles ont été rapportés chez des patients recevant un ISRS en association avec un inhibiteur irréversible de la monoamine oxydase non sélective (IMAO).

Ces cas présentaient des caractéristiques ressemblant au syndrome sérotoninergique (qui peut être confondu avec (ou diagnostiqué comme) syndrome malin des neuroleptiques). La cyproheptadine ou le dantrolène peuvent être bénéfiques pour les patients qui présentent de telles réactions. Les symptômes d’une interaction médicamenteuse avec un IMAO comprennent: hyperthermie, rigidité, myoclonie, instabilité autonome avec des fluctuations rapides possibles des signes vitaux, changements de l’état mental qui comprennent la confusion, l’irritabilité et l’agitation extrême progressant vers le délire et le coma. Par conséquent, la fluoxétine est contre-indiquée en association avec un IMAO non sélectif irréversible (voir rubrique 4.3).

En raison de l’effet prolongé de deux semaines de ce dernier, le traitement de fluoxetine devrait seulement être commencé 2 semaines après l’arrêt d’un IMAO non sélectif irréversible. De même, au moins 5 semaines devraient s’écouler après l’arrêt du traitement par fluoxétine avant de débuter un IMAO irréversible et non sélectif.

Métoprolol utilisé en cas d’insuffisance cardiaque: le risque d’effets indésirables liés au métoprolol, y compris une bradycardie excessive, peut être augmenté en raison d’une inhibition de son métabolisme par la fluoxétine (voir rubrique 4.3).

Combinaisons non recommandées

Tamoxifène: Une interaction pharmacocinétique entre les inhibiteurs du CYP2D6 et le tamoxifène, montrant une réduction de 65 à 75% des taux plasmatiques de l’une des formes les plus actives du tamoxifène, à savoir l’endoxifène, a été rapportée dans la littérature. Une réduction de l’efficacité du tamoxifène a été rapportée avec l’utilisation concomitante de certains antidépresseurs ISRS dans certaines études. Étant donné qu’un effet réduit du tamoxifène ne peut être exclu, l’administration concomitante avec des inhibiteurs puissants du CYP2D6 (y compris la fluoxétine) doit être évitée autant que possible (voir rubrique 4.4).

Alcool : La combinaison d’un traitement par ISRS et d’alcool n’est pas recommandée. Cependant, lors de tests formels, la fluoxétine n’a pas augmenté les taux d’alcoolémie ni augmenté les effets de l’alcool.

MAOI-A incluant le linézolide et le chlorure de méthylthioninium (bleu de méthylène): Risque de syndrome sérotoninergique incluant la diarrhée, la tachycardie, la transpiration, les tremblements, la confusion ou le coma. Si l’utilisation concomitante de ces substances actives avec la fluoxétine ne peut être évitée, une surveillance clinique étroite doit être effectuée et les agents concomitants doivent être instaurés aux doses recommandées inférieures (voir rubrique 4.4).

Méquitazine: Le risque d’événements indésirables liés à la méquitazine (tels que l’allongement de l’intervalle QT) peut être augmenté en raison d’une inhibition de son métabolisme par la fluoxétine.

Combinaisons nécessitant une attention particulière

Phénytoïne: Des changements dans les taux sanguins ont été observés en association avec la fluoxétine. Dans certains cas, des manifestations de toxicité se sont produites. Il faudrait envisager d’utiliser des schémas de titration prudents du médicament concomitant et de surveiller l’état clinique.

Médicaments sérotoninergiques (lithium, tramadol, triptans, tryptophane, sélégiline (IMAO-B), millepertuis (Hypericum perforatum)): Des cas de syndrome sérotoninergique léger ont été rapportés lorsque les ISRS étaient administrés avec des médicaments ayant également un effet sérotoninergique. Par conséquent, l’utilisation concomitante de fluoxétine avec ces médicaments doit être effectuée avec prudence, avec une surveillance clinique plus étroite et plus fréquente (voir rubrique 4.4).

Allongement de l’intervalle QT: Aucune étude pharmacocinétique ou pharmacodynamique n’a été réalisée entre la fluoxétine et d’autres médicaments prolongeant l’intervalle QT. Un effet additif de la fluoxétine et de ces médicaments ne peut être exclu. Par conséquent, la co-administration de fluoxétine avec des médicaments prolongeant l’intervalle QT, tels que les antiarythmiques de classe IA et III, antipsychotiques (p. Ex. Dérivés de phénothiazine, pimozide, halopéridol), antidépresseurs tricycliques, certains agents antimicrobiens (egsparfloxacine, moxifloxacine, érythromycine IV, pentamidine ), un traitement antipaludéen, en particulier l’halofantrine, certains antihistaminiques (astémizole, mizolastine), doivent être utilisés avec prudence (voir rubriques 4.4, 4.8 et 4.9).

Médicaments affectant l’hémostase (anticoagulants oraux, quel que soit leur mécanisme, antiagrégants plaquettaires incluant l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens): risque de saignement accru. Une surveillance clinique et une surveillance plus fréquente de l’INR avec des anticoagulants oraux devraient être effectuées. Un ajustement de la dose pendant le traitement par la fluoxétine et après son arrêt peut être approprié (voir les sections 4.4 et 4.8).

Cyproheptadine : Il existe des cas individuels de réduction de l’activité antidépressive de la fluoxétine lorsqu’elle est utilisée en association avec la cyproheptadine.

Médicaments induisant une hyponatrémie : L’ hyponatrémie est un effet indésirable de la fluoxétine. L’utilisation en association avec d’autres agents associés à l’hyponatrémie (par exemple les diurétiques, la desmopressine, la carbamazépine et l’oxcarbazépine) peut entraîner un risque accru (voir rubrique 4.8).

Médicaments abaissant le seuil épileptogène: Les crises sont un effet indésirable de la fluoxétine. L’utilisation en association avec d’autres agents susceptibles d’abaisser le seuil épileptogène (par exemple, les ATC, d’autres ISRS, les phénothiazines, les butyrophénones, la méfloquine, la chloroquine, le bupropion, le tramadol) peut entraîner un risque accru.

Autres médicaments métabolisés par le CYP2D6: La fluoxétine étant un inhibiteur puissant de l’enzyme CYP2D6, un traitement concomitant avec des médicaments également métabolisés par ce système enzymatique peut entraîner des interactions médicamenteuses, notamment avec un index thérapeutique étroit (comme la flécaïnide, la propafénone et le nébivolol). qui sont titrés, mais aussi avec l’atomoxétine, la carbamazépine, les antidépresseurs tricycliques et la rispéridone. Ils doivent être initiés ou ajustés à l’extrémité inférieure de leur gamme de doses. Cela s’appliquera également si la fluoxétine a été prise au cours des 5 semaines précédentes.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Certaines études épidémiologiques suggèrent un risque accru de malformations cardiovasculaires associées à l’utilisation de la fluoxétine au cours du premier trimestre. Le mécanisme est inconnu. Dans l’ensemble, les données suggèrent que le risque d’avoir un enfant présentant un défaut cardiovasculaire à la suite d’une exposition maternelle à la fluoxétine est de l’ordre de 2/100 par rapport à un taux prévu d’environ 1/100 dans la population générale.

Des données épidémiologiques ont suggéré que l’utilisation d’ISRS pendant la grossesse, en particulier en fin de grossesse, peut augmenter le risque d’hypertension pulmonaire persistante chez le nouveau-né (PPHN). Le risque observé était d’environ 5 cas pour 1000 grossesses. Dans la population générale, 1 à 2 cas de PPHN pour 1000 grossesses se produisent.

La fluoxétine ne doit pas être utilisée pendant la grossesse, sauf si l’état clinique de la femme nécessite un traitement par la fluoxétine et justifie le risque potentiel pour le fœtus. L’arrêt brutal du traitement doit être évité pendant la grossesse (voir rubrique 4.2). Si la fluoxétine est utilisée pendant la grossesse, il faut faire preuve de prudence, surtout en fin de grossesse ou juste avant le début du travail, car d’autres effets ont été signalés chez les nouveau-nés; irritabilité, tremblements, hypotonie, pleurs persistants, difficulté à sucer ou à dormir. Ces symptômes peuvent indiquer des effets sérotoninergiques ou un syndrome de sevrage. Le délai et la durée de ces symptômes peuvent être liés à la longue demi-vie de la fluoxétine (4 à 6 jours) et à son métabolite actif, la norfluoxétine (4 à 16 jours).

Allaitement maternel

La fluoxétine et son métabolite, la norfluoxétine, sont excrétés dans le lait maternel humain. Des effets indésirables ont été signalés chez les nourrissons allaités. Si un traitement par fluoxétine est jugé nécessaire, l’interruption de l’allaitement doit être envisagée; toutefois, si l’allaitement au sein se poursuit, la dose efficace la plus faible de fluoxétine doit être prescrite.

La fertilité

Les données chez l’animal ont montré que la fluoxétine pouvait affecter la qualité du sperme (voir rubrique 5.3). Les rapports de cas humains avec certains ISRS ont montré qu’un effet sur la qualité du sperme est réversible. L’impact sur la fertilité humaine n’a pas été observé jusqu’à présent.

4.7 Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La fluoxétine n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Bien que la fluoxétine ait démontré qu’elle n’affecte pas la performance psychomotrice chez les volontaires sains, tout médicament psychoactif peut altérer le jugement ou les compétences. On devrait conseiller aux patients d’éviter de conduire une voiture ou d’utiliser des machines dangereuses jusqu’à ce qu’ils soient raisonnablement certains que leur performance ne soit pas affectée.

4.8 Effets indésirables

a) Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquemment rapportés chez les patients traités par la fluoxétine ont été les céphalées, les nausées, l’insomnie, la fatigue et la diarrhée. Les effets indésirables peuvent diminuer en intensité et en fréquence avec la poursuite du traitement et ne conduisent généralement pas à l’arrêt du traitement.

b) Liste tabulée des effets indésirables

Le tableau ci-dessous donne les effets indésirables observés avec le traitement par la fluoxétine dans les populations adultes et pédiatriques. Certains de ces effets indésirables sont communs avec d’autres ISRS.

Les fréquences suivantes ont été calculées à partir d’essais cliniques chez des adultes (n = 9297) et de rapports spontanés.

Estimation de fréquence: Très fréquent (≥1 / 10), commun (≥1 / 100 à <1/10), rare (≥1 / 1.000 à <1/100), rare (≥1 / 10.000 à <1/1000) . Au sein de chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Très commun

Commun

Rare

Rare

Troubles du système sanguin et lymphatique

Thrombocytopénie

Neutropénie

Leucopénie

Troubles du système immunitaire

Réaction anaphylactique

Maladie sérique

Troubles endocriniens

Sécrétion inappropriée d’hormone antidiurétique

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Diminution de l’appétit 1

Hyponatrémie

Troubles psychiatriques

Insomnie 2

Anxiété

Nervosité

Agitation

Tension

La libido a diminué 3

Troubles du sommeil

Rêves anormaux 4

Dépersonnalisation

Humeur élevée

Humeur euphorique

Penser anormal

Orgasme anormal 5

Bruxisme

Pensées suicidaires et comportement 6

Hypomanie

La manie

Hallucinations

Agitation

Crises de panique

Confusion

Dysphémie

Agression

Troubles du système nerveux

Mal de tête

Perturbation dans l’attention

Vertiges

Dysgueusie

Léthargie

Somnolence 7

Tremblement

Hyperactivité psychomotrice

Dyskinésie

Ataxie

Trouble de l’équilibre

Myoclonus

Déficience de mémoire

Convulsion

Akathisie

Syndrome buccoglossal

Syndrome de sérotonine

Troubles oculaires

Vision floue

Mydriasis

Troubles de l’oreille et du labyrinthe

Acouphène

Troubles cardiaques

Palpitations

Électrocardiogramme QT prolongé (QTcF ≥450 msec) 8

Arythmie ventriculaire incluant les torsades de pointes

Troubles vasculaires

Flushing 9

Hypotension

Vascularite

Vasodilation

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Bâillement

Dyspnée

Épistaxis

Pharyngite

Evénements pulmonaires (processus inflammatoires d’histopathologie et / ou de fibrose variables) 10

Problèmes gastro-intestinaux

La diarrhée

La nausée

Vomissement

Dyspepsie

Bouche sèche

Dysphagie

Hémorragie gastro-intestinale 11

Douleur œsophagienne

Troubles hépatobillaires

Hépatite idiosyncrasique

Troubles de la peau et des tissus sous-cutanés

Rash 12

Urticaire

Prurit

Hyperhidrose

Alopécie

Tendance accrue à l’ecchymose

Sueur froide

Angioedème

Ecchymose

Réaction de photosensibilité

Purpura

Érythème polymorphe

Syndrome de Stevens-Johnson ou nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell)

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Arthralgie

Contractions musculaires

Myalgie

Troubles rénaux et urinaires

Mictions fréquentes 13

Dysurie

Rétention urinaire

Trouble de la miction

Système reproducteur et troubles mammaires

Saignement gynécologique 14

Dysfonction érectile

Trouble de l’éjaculation 15

Dysfonction sexuelle

Galactorrhée

Hyperprolactinémie

Priapisme

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Fatigue 16

Se sentir nerveux

Des frissons

Malaise

Se sentir anormal

Avoir froid

Avoir chaud

Hémorragie muqueuse

Enquêtes

Poids diminué

Les transaminases ont augmenté

La gamma-glutamyltransférase a augmenté

1. Comprend l’anorexie

2. Comprend l’éveil tôt le matin, l’insomnie initiale, l’insomnie moyenne

3. Comprend la perte de libido

4. Comprend des cauchemars

5. Comprend l’anorgasmie

6. Comprend le suicide complet, la dépression suicidaire, l’automutilation, l’idéation d’automutilation, le comportement suicidaire, les idées suicidaires, les tentatives de suicide, les pensées morbides, les comportements d’automutilation. Ces symptômes peuvent être dus à une maladie sous-jacente

7. Comprend l’hypersomnie, la sédation

8 Basé sur les mesures ECG d’essais cliniques

9. Comprend une chasse d’eau chaude

10. Comprend l’atélectasie, la pneumopathie interstitielle, la pneumonie

11. Comprend le plus souvent saignement gingival, hématémèse, hématochézie, hémorragie rectale, diarrhée hémorragique, méléna et ulcère hémorragique gastrique

12. Comprend érythème, éruption exfoliative, éruption cutanée, éruption cutanée, éruption cutanée érythémateuse, éruption cutanée folliculaire, éruption cutanée généralisée, éruption maculaire, éruption maculaire-papuleuse, rash morbilliforme, éruption papuleuse, éruption cutanée prurigineuse, éruption vésiculaire, éruption ombilicale ombilicale

13. Comprend la pollakiurie

14. Comprend hémorragie du col de l’utérus, dysfonction utérine, saignement utérin, hémorragie génitale, ménométrie, ménorragie, métrorragie, polyménorrhée, hémorragie postménopausique, hémorragie utérine, hémorragie vaginale

15. Inclut l’échec d’éjaculation, le dysfonctionnement d’éjaculation, l’éjaculation prématurée, l’éjaculation retardée, l’éjaculation rétrograde

16. Comprend l’asthénie

c) Description des effets indésirables sélectionnés

Suicide / pensées suicidaires ou aggravation clinique:

Des cas d’idées suicidaires et de comportement suicidaire ont été rapportés pendant le traitement par la fluoxétine ou tôt après l’arrêt du traitement (voir rubrique 4.4).

Fractures osseuses: Les études épidémiologiques, menées principalement chez des patients âgés de 50 ans et plus, montrent un risque accru de fractures osseuses chez les patients recevant des ISRS et des ATC. Le mécanisme conduisant à ce risque est inconnu.

Symptômes de sevrage observés à l’arrêt des traitements à la fluoxétine:

L’arrêt de la fluoxétine entraîne généralement des symptômes de sevrage. Étourdissements, troubles sensoriels (y compris paresthésie), troubles du sommeil (y compris l’insomnie et les rêves intenses), asthénie, agitation ou anxiété, nausées et / ou vomissements, tremblements et céphalées sont les réactions les plus fréquemment rapportées. Généralement, ces événements sont légers à modérés et spontanément résolutifs; Cependant, chez certains patients, ils peuvent être sévères et / ou prolongés (voir rubrique 4.4). Il est donc recommandé de ne pas interrompre progressivement le traitement par fluoxétine en cas d’arrêt progressif du traitement par fluoxétine (voir rubriques 4.2 et 4.4).

d) Population pédiatrique (voir rubriques 4.4 et 5.1):

Les réactions indésirables qui ont été observées spécifiquement ou avec une fréquence différente dans cette population sont décrites ci-dessous. Les fréquences pour ces événements sont basées sur des expositions d’essais cliniques pédiatriques (n = 610).

Dans les essais cliniques pédiatriques, les comportements suicidaires (tentative de suicide et pensées suicidaires), l’hostilité (les événements rapportés étaient: colère, irritabilité, agressivité, agitation, syndrome d’activation), les réactions maniaques, y compris la manie et l’hypomanie. patients) et l’épistaxis, ont été fréquemment rapportés et ont été plus fréquemment observés chez les enfants et les adolescents traités avec des antidépresseurs par rapport à ceux traités avec un placebo.

Des cas isolés de retard de croissance ont été rapportés lors de l’utilisation clinique (voir également rubrique 5.1). Dans les essais cliniques en pédiatrie, le traitement à la fluoxétine a été associé à une diminution des taux de phosphatase alcaline.

Des cas isolés d’événements indésirables indiquant potentiellement une maturation sexuelle retardée ou un dysfonctionnement sexuel ont été rapportés suite à l’utilisation clinique pédiatrique (voir rubrique 5.3).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Il permet un suivi continu du rapport bénéfice / risque du médicament. Les professionnels de la santé sont invités à signaler tout effet indésirable suspecté via le système de carte jaune à l’adresse: www.mhra.gov.uk/yelllowcard.

4.9 Surdosage

Symptômes

Les cas de surdosage de fluoxétine seule ont habituellement une évolution bénigne. Les symptômes de surdosage comprennent des nausées, vomissements, convulsions, troubles cardiovasculaires allant d’arythmies asymptomatiques (y compris le rythme nodal et les arythmies ventriculaires) ou des modifications de l’ECG indiquant un allongement de l’intervalle QTc jusqu’à un arrêt cardiaque (y compris de très rares cas de torsades de pointes). de statut altéré du SNC allant de l’excitation au coma. La fatalité attribuée au surdosage de fluoxétine seule a été extrêmement rare.

La gestion

La surveillance des signes cardiaques et des signes vitaux est recommandée, ainsi que des mesures symptomatiques et de soutien générales. Aucun antidote spécifique n’est connu.

La diurèse forcée, la dialyse, l’hémoperfusion et la transfusion d’échange sont peu susceptibles d’être bénéfiques. Le charbon actif, qui peut être utilisé avec du sorbitol, peut être aussi efficace ou plus efficace qu’un vomissement ou un lavage. Dans la gestion du surdosage, envisager la possibilité d’une implication multiple du médicament. Une période prolongée d’observation médicale rapprochée peut être nécessaire chez les patients qui ont pris des quantités excessives d’un antidépresseur tricyclique s’ils prennent ou ont pris récemment de la fluoxétine.

5. Propriétés pharmacologiques
5.1 Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique: Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, code ATC: N06AB03

Mécanisme d’action

La fluoxétine est un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine, ce qui explique probablement le mécanisme d’action. La fluoxétine n’a pratiquement aucune affinité avec d’autres récepteurs tels que α 1 -, α 2 – et β- adrénergiques; sérotoninergique; dopaminergique; histaminergique 1 muscarinique; et les récepteurs GABA.

Efficacité clinique et sécurité

Épisodes dépressifs majeurs: Des essais cliniques ont été menés chez des patients présentant des épisodes dépressifs majeurs versus placebo et contrôles actifs. La fluoxétine s’est révélée significativement plus efficace que le placebo selon l’échelle de dépression de Hamilton (HAM-D). Dans ces études, la fluoxétine a produit un taux de réponse significativement plus élevé (défini par une diminution de 50% du score HAM-D) et la rémission, par rapport au placebo.

Réponse à la dose : Dans les études à dose fixe de patients atteints de dépression majeure, il existe une courbe de réponse à dose unique, ne donnant aucune indication d’avantage en termes d’efficacité pour l’utilisation de doses supérieures aux doses recommandées. Cependant, l’expérience clinique montre que la stimulation peut être bénéfique pour certains patients.

Trouble obsessionnel-compulsif: Dans les essais à court terme (moins de 24 semaines), la fluoxétine s’est révélée significativement plus efficace que le placebo. Il y avait un effet thérapeutique à 20 mg / jour, mais des doses plus élevées (40 ou 60 mg / jour) ont montré un taux de réponse plus élevé. Dans les études à long terme (trois phases d’extension à court terme et une étude de prévention des rechutes), l’efficacité n’a pas été démontrée.

Boulimie : Dans les essais à court terme (moins de 16 semaines), chez les patients externes satisfaisant aux critères DSM-III-R pour la boulimie, la fluoxétine à 60 mg / jour s’est révélée significativement plus efficace que le placebo pour la réduction des crises de boulimie. et des activités de purge. Cependant, pour une efficacité à long terme, aucune conclusion ne peut être tirée.

Trouble dysphorique pré-menstruel: Deux études contrôlées contre placebo ont été menées chez des patients répondant aux critères de diagnostic du trouble dysphorique prémenstruel (TDP) selon le DSMIV. Les patients étaient inclus s’ils présentaient des symptômes d’une sévérité suffisante pour nuire aux fonctions sociales et professionnelles et aux relations avec les autres. Les patients utilisant des contraceptifs oraux ont été exclus. Dans la première étude d’administration continue de 20 mg par jour pendant 6 cycles, une amélioration a été observée dans le paramètre d’efficacité primaire (irritabilité, anxiété et dysphorie). Dans la seconde étude, avec un dosage intermittente de la phase lutéale (20 mg par jour pendant 14 jours) pendant 3 cycles, une amélioration a été observée dans le paramètre d’efficacité primaire (score du Record Quotidien de Gravité des Problèmes). Cependant, des conclusions définitives sur l’efficacité et la durée du traitement ne peuvent être tirées de ces études.

Population pédiatrique

Épisodes dépressifs majeurs (enfants et adolescents): Des essais cliniques chez des enfants et des adolescents âgés de 8 ans et plus ont été menés contre placebo. La fluoxétine, à la dose de 20 mg, s’est révélée significativement plus efficace que le placebo dans deux études pivots à court terme, mesurées par la réduction des scores totaux de l’échelle de dépression infantile révisée (CDRS-R) et de l’impression globale clinique d’amélioration (CGI-I). Dans les deux études, les patients répondaient aux critères de TDM modérée à sévère (DSM-III ou DSMIV) à trois évaluations différentes par des pédopsychiatres. L’efficacité dans les essais de fluoxétine peut dépendre de l’inclusion d’une population de patients sélectifs (un qui n’a pas récupéré spontanément dans une période de 3-5 semaines et dont la dépression a persisté face à une attention considérable). Il n’y a que des données limitées sur la sécurité et l’efficacité au-delà de 9 semaines. En général, l’efficacité de la fluoxétine était modeste. Les taux de réponse (critère principal, défini comme une diminution de 30% du score CDRS-R) ont démontré une différence statistiquement significative dans l’une des deux études pivots (58% pour la fluoxétine contre 32% pour le placebo, P = 0,013 et 65% pour la fluoxétine contre 54% pour le placebo, p = 0,093). Dans ces deux études, les variations absolues moyennes de la CDRS-R entre le début et la fin de l’étude étaient de 20 pour la fluoxétine contre 11 pour le placebo, P = 0,002; et 22 pour la fluoxétine contre 15 pour le placebo, P <0,001.

Effets sur la croissance (enfants et adolescents), voir rubriques 4.4 et 4.8: Après 19 semaines de traitement, les sujets pédiatriques traités à la fluoxétine dans un essai clinique ont gagné en moyenne 1,1 cm de moins (p = 0,004) et 1,1 kg de poids en moins (p = 0,008) que les sujets traités avec un placebo.

Dans une étude rétrospective de contrôle apparié avec une exposition moyenne de 1,8 ans à la fluoxétine, les sujets pédiatriques traités à la fluoxétine n’ont présenté aucune différence de croissance ajustée pour la croissance attendue de la taille de leurs témoins appariés non traités (0,0 cm, p = 0,9673).

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

La fluoxétine est bien absorbée par le tractus gastro-intestinal après administration orale. La biodisponibilité n’est pas affectée par l’apport alimentaire.

Distribution

La fluoxétine est fortement liée aux protéines plasmatiques (environ 95%) et elle est largement distribuée (volume de distribution: 20-40 l / kg). Les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre sont atteintes après l’administration pendant plusieurs semaines. Les concentrations à l’état d’équilibre après une administration prolongée sont similaires aux concentrations observées entre 4 et 5 semaines.

Biotransformation

La fluoxétine a un profil pharmacocinétique non linéaire avec un effet hépatique de premier passage. La concentration plasmatique maximale est généralement atteinte 6 à 8 heures après l’administration. La fluoxétine est largement métabolisée par l’enzyme polymorphique CYP2D6. La fluoxétine est principalement métabolisée par le foie en métabolite actif, la norfluoxétine (desméthylfluoxétine), par desméthylation.

Élimination

La demi-vie d’élimination de la fluoxétine est de 4 à 6 jours et de 4 à 16 jours pour la norfluoxétine. Ces longues demi-vies sont responsables de la persistance du médicament pendant 56 semaines après l’arrêt du traitement. L’excrétion est principalement (environ 60%) par le rein. La fluoxétine est sécrétée dans le lait maternel.

Populations spéciales

Personnes âgées: Les paramètres cinétiques ne sont pas modifiés chez les personnes âgées en bonne santé par rapport aux sujets plus jeunes.

Population pédiatrique : La concentration moyenne de fluoxétine chez les enfants est environ 2 fois plus élevée que celle observée chez les adolescents et la concentration moyenne de norfluoxétine 1,5 fois plus élevée. Les concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre dépendent du poids corporel et sont plus élevées chez les enfants de poids plus faible (voir rubrique 4.2). Comme chez les adultes, la fluoxétine et la norfluoxétine se sont accumulées de façon importante après plusieurs doses orales; les concentrations à l’état d’équilibre ont été atteintes dans les 3 à 4 semaines suivant l’administration quotidienne.

Insuffisance hépatique: En cas d’insuffisance hépatique (cirrhose alcoolique), la demi-vie de la fluoxétine et de la norfluoxétine est augmentée à 7 et 12 jours, respectivement. Une dose plus faible ou moins fréquente devrait être envisagée.

Insuffisance rénale: Après l’administration d’une dose unique de fluoxétine chez des patients présentant une insuffisance rénale légère, modérée ou complète (anurie), les paramètres cinétiques n’ont pas été modifiés par rapport aux volontaires sains. Cependant, après une administration répétée, une augmentation des concentrations plasmatiques à l’état d’équilibre peut être observée.

5.3 Données de sécurité précliniques

Il n’y a aucune preuve de cancérogénicité ou de mutagénicité provenant d’études in vitro ou animales.

Études animales adultes

Dans une étude sur la reproduction chez le rat de deux générations, la fluoxétine n’a pas eu d’effets nocifs sur l’accouplement ou la fertilité des rats, n’a pas été tératogène et n’a pas modifié la croissance, le développement ou les paramètres reproductifs de la progéniture. Les concentrations dans le régime alimentaire ont fourni des doses approximativement équivalentes à 1,5, 3,9 et 9,7 mg de fluoxétine / kg de poids corporel.

Des souris mâles traitées quotidiennement pendant 3 mois avec de la fluoxétine dans le régime alimentaire à une dose approximativement équivalente à 31 mg / kg ont montré une diminution du poids des testicules et une hypospermatogenèse. Cependant, cette dose a dépassé la dose maximale tolérée (DMT), car des signes significatifs de toxicité ont été observés.

Études sur les animaux juvéniles

Dans une étude de toxicologie juvénile chez des rats CD, l’administration de 30 mg / kg de chlorhydrate de fluoxétine les jours 21 à 90 après la naissance a entraîné une dégénérescence et une nécrose testiculaire irréversibles, une vacuolisation épithéliale épididymaire, une immaturité et une inactivité de l’appareil reproducteur féminin. Des retards de maturation sexuelle sont survenus chez les mâles (10 et 30 mg / kg / jour) et chez les femelles (30 mg / kg / jour). La signification de ces résultats chez l’homme est inconnue. Les rats ayant reçu 30 mg / kg ont également présenté une diminution de la longueur du fémur comparativement aux témoins et une dégénérescence, une nécrose et une régénération du muscle squelettique. À la dose de 10 mg / kg / jour, les concentrations plasmatiques obtenues chez les animaux étaient d’environ 0,8 à 8,8 fois (fluoxétine) et de 3,6 à 23,2 fois (norfluoxétine), celles habituellement observées chez les enfants. À la dose de 3 mg / kg / jour, les concentrations plasmatiques obtenues chez les animaux étaient d’environ 0,04 à 0,5 fois (fluoxétine) et de 0,3 à 2,1 fois (norfluoxétine), ce qui est habituellement le cas chez les patients pédiatriques.

Une étude chez des souris juvéniles a indiqué que l’inhibition du transporteur de la sérotonine empêche l’accumulation de la formation osseuse. Cette constatation semblerait être corroborée par les résultats cliniques. La réversibilité de cet effet n’a pas été établie.

Une autre étude menée chez des souris juvéniles (traitées les jours 4 à 21 après la naissance) a démontré que l’inhibition du transporteur de la sérotonine avait des effets durables sur le comportement des souris. Il n’y a pas d’information indiquant si l’effet était réversible. La pertinence clinique de cette découverte n’a pas été établie.

6. Mentions pharmaceutiques
6.1 Liste des excipients

Lactose monohydraté

Amidon de maïs

Silice colloïdale anhydre

Talc purifié

Stéarate de magnésium

Coquille de capsule:

Oxyde de fer jaune (E172)

Dioxyde de titane (E171)

Gélatine

Encre à imprimer:

Gomme laque

L’hydroxyde de potassium

L’hydroxyde d’ammonium

Oxyde de fer noir (E172).

6.2 Incompatibilités

N’est pas applicable.

6.3 Durée de conservation

Deux ans.

6.4 Précautions particulières de conservation

Ne pas stocker au-dessus de 25 ° C.

6.5 Nature et contenu de l’emballage

Plaquettes thermoformées en PVC / PVdC / Al contenant 30 capsules emballées dans un emballage extérieur.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Pas d’exigences particulières.

7. Titulaire de l’autorisation

Generics [UK] Trading limité en tant que Mylan

Station Fermer

Potters Bar

Herts

EN6 1TL

8. Numéro (s) d’autorisation de mise sur le marché

PL 04569/0477

9. Date de première autorisation / renouvellement de l’autorisation

27/09/2007

10. Date de révision du texte

09/2016